Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Un historien dans la ville

 | 
Maurice Garden

III - Démographie historique

L’historien démographe

Patrice Bourdelais

Texte intégral

1Dire que Maurice Garden fait partie des pionniers de la démographie historique française est une évidence. Il convient d’ajouter qu’il a été l’un des rares historiens français à avoir, dès les années 1960, tenté d’appliquer à la ville certaines des méthodes mises au point par Louis Henry et, plus largement, à avoir importé les exigences statistiques des démographes dans l’histoire sociale urbaine. Pour autant, il n’a jamais renoncé à des questionnements qui n’entrent pas, par la méthode qu’ils induisent, dans l’exigence de la rigueur statistique. Telle est la posture qui marque l’originalité de Maurice Garden dans le domaine de la démographie historique et dont les articles rassemblés ici proposent un parcours.

2Le premier article présenté dans les pages qui suivent est issu de sa thèse d’État publiée en 1970. Il s’agit alors de la première étude qui s’attache à reconstruire de façon systématique l’aire d’attraction de Lyon en recourant à des sources sérielles complémentaires (actes de mariages, contrats d’apprentissage et registres mortuaires de l’Hôtel-Dieu de Lyon). Maurice Garden y est attentif à la dynamique de la population urbaine, à ce qui fait système et permet de comprendre l’évolution démographique urbaine. La dimension économique et sociale est déjà très présente car elle oriente les comportements : le règlement de la Grande Fabrique, qui exclut de l’apprentissage les originaires de nombreuses provinces, en constitue un exemple remarquable. Il est aussi très vigilant quant aux impressions fausses que peuvent donner certaines sources. Les registres de mariages sont certes précieux, encore faut-il se marier ou se remarier pour y figurer, mais surtout le mariage ne dit rien de la durée de l’installation du couple dans la ville et ne permet pas de connaître les étapes successives qui ont conduit les époux vers la ville ou qui les conduiront à partir vers une autre ville ou à retourner à la campagne. Maurice Garden avait déjà à l’esprit la complexité du life course même si l’on ne disposait alors d’outils permettant les analyses formelles.

3Maurice Garden a toujours effectué des recherches de démographie historique à l’articulation de l’histoire urbaine et de l’histoire sociale.

4Et les grandes questions posées sur le système démographique urbain dès la fin des années 1960 sont développées au cours des décennies suivantes : de l’interrogation sur le début de la limitation volontaire des naissances dans les familles consulaires du XVIIIe siècle où les méthodes rigoureuses de la démographie historique désormais classique permettent de montrer qu’à partir de 1750 la fécondité est volontairement réduite, jusqu’à des approches plus problématiques ou culturelles. Nous avons retenu ici ce bel article sur l’intégration des nouveaux citadins qui s’interroge sur le poids des mots, le déracinement comme l’intégration, mais aussi sur les types de migrants vers la ville et l’importance de la mobilité intra-urbaine en fonction du sexe et des emplois offerts. L’attention portée à deux questions, qu’est-ce qu’un migrant et qu’est-ce que la mobilité, est toujours présente. Maurice Garden souligne encore les obstacles géographiques mais aussi culturels de l’intégration à la ville (l’éloignement, mais aussi la distance culturelle et la force des patois par exemple). En outre, il n’est pas si évident que tous les migrants aient cherché à s’intégrer (on peut penser à la résistance de certains apprentis comme à tous ceux qui rêvent de retourner vers la campagne). Ces réflexions ont eu l’avantage d’inciter les historiens démographes à croiser les sources, à multiplier les suivis longitudinaux, afin de restituer la diversité et la richesse des itinéraires individuels, sans rester prisonniers de lectures interprétatives par trop traditionnelles ou biaisées.

5Maurice Garden offre aussi une analyse diachronique et qualitative du contenu des annonces matrimoniales à partir de tirages d’échantillons dans la publication Les Mariages honnêtes et Le Chasseur français au cours du premier tiers du XXe siècle. Toute une conception du mariage peut y être lue, ainsi que son évolution. Il y révèle le rôle discriminant du sexe dans la façon de se présenter, les femmes insistant davantage que les hommes sur leur physique. Le portrait de la personnalité s’efface au profit de considérations moins individuelles : l’honorabilité, l’excellence de sa famille. Les caractéristiques économiques s’avèrent également très importantes : la fortune, la dot, la situation. Les femmes recherchent plutôt des hommes des professions libérales disposant d’une certaine aisance et d’un statut social, et les hommes des épouses disposant d’avoirs, d’économies, de rentes, de dots (souvent chiffrées précisément par les candidats au mariage). Au début des années 1930, les annonces féminines s’avèrent désormais plus nombreuses que celles des hommes, probablement à cause du déséquilibre des sexes du fait du décès de nombreux jeunes soldats pendant la Grande Guerre. Les fonctionnaires font leur apparition en tant qu’hommes recherchés. Le statut d’enfant unique est désormais souligné comme un avantage certain. Des mots nouveaux font alors leur apparition dans les annonces – sentiments, amour, bonheur –, semblant indiquer une évolution dans la perception des rapports entre hommes et femmes et une évolution du mariage vers une union affective plutôt qu’une association économique et sociale. Étude d’histoire pionnière, elle marque l’intérêt des approches sérielles et systématiques plus que quantitatives.

6Enfin, l’article sur les mariages parisiens, publié en 1998 à été retenu car il constitue, à partir d’une base méthodologique classique, une avancée en termes de connaissances. L’échantillon choisi en janvier 1885 de mariés à Paris et dans plusieurs communes de banlieue, en dépit de la limitation de la source, permet d’aboutir à des conclusions tout à fait neuves et fondées sur un traitement solide de la documentation. L’attention aux conditions économiques et sociales se retrouve ici parfaitement illustrée. La richesse de la documentation fournie par les actes permet non seulement de calculer des âges moyens au mariage ou des écarts d’âges entre époux, elle permet aussi d’apprécier les différences dans la présence des parents mais aussi de la parenté, selon l’origine parisienne ou non des mariés, si bien que de nombreux détails illustrent la solidité des liens familiaux. Enfin, l’analyse des professions des époux, de leurs parents et des quatre témoins obligatoirement présents est d’un grand intérêt pour l’approche des formes de voisinage, aussi bien que de sociabilité ou de solidarité, indiquant plusieurs types d’intégration dans la capitale. Une étude pionnière qui n’a pas fait d’émules pour l’instant.

7Ces articles offrent à la fois une idée de la palette des thématiques abordées par Maurice Garden, des manières de poser les questions et des méthodes utilisées, quantitatives ou qualitatives mais toujours sérielles.

Auteur

Historien, démographe, spécialiste de l’histoire des populations (épidémies, santé publique, vieillissement, populations de l’industrie). Directeur d’études à l’Ecole des hautes études en sciences sociales, il est rédacteur en chef des Annales de démographie historique. Il a notamment publié L’âge de la vieillesse, histoire du vieillissement de la population (Paris, Odile Jacob, 1993, réédition en poche en 1997) et édité : Visages du choléra (avec A. Dodin, Paris, Belin, 1987) ; Une peur bleue, Histoire du choléra en France, (avec J.-Y. Raulot, Paris, Payot, 1987) ; Peurs et terreurs face à la contagion (Paris, Fayard, 1988) ; La France n’est-elle pas douée pour l’industrie ? (avec Louis Bergeron, Paris, Belin, 1998) ; Les hygiénistes, enjeux, modèles et pratiques (XVIIIe-XXe siècle) (Paris, Belin, 2000) ; Les épidémies terrassées. Une histoire de pays riches (Paris, La Martinière, 2003) ; Les nouvelles pratiques de santé, objets, acteurs, pratiques sociales, (avec Olivier Faure, Paris, Belin, 2005) ; Les constructions de l’intolérable (avec Didier Fassin, Paris, La Découverte, 2005)

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540