Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Un historien dans la ville

 | 
Maurice Garden

II - La ville

Le quartier, nouvel objet de l’histoire1 ?

Texte intégral

  • 1 « Le quartier, nouvel objet de l’histoire ? » Économie et humanisme, n° 261, septembre-octobre 1981 (...)
  • 1 Jacques Le Goff et Pierre Nora dir., Faire de l’histoire, 3 volumes, Paris, Gallimard, 1974.
  • 2 Jacques Le Goff, Roger Charrier et Jacques Revel dir., La nouvelle histoire, Paris, Retz-CEPL (Les (...)

1Dans la publication collective Faire de l’histoire1, éditée en 1974, l’histoire de la ville n’a droit à aucune étude particulière, et elle ne trouve grâce ni dans les « nouvelles approches », ni dans les « nouveaux objets ». Elle a droit de cité, si l’on ose dire, dans le volume de l’Encyclopédie du savoir moderne, La nouvelle histoire2 publiée en 1978 sous la direction du même Jacques Le Goff. Et l’on pourrait mesurer le renouveau de l’histoire urbaine en France avec l’entreprise de l’Histoire de la France urbaine dont la publication est aujourd’hui commencée.

HISTOIRE URBAINE ET PERCEPTION DU QUARTIER

  • 3 Collection « Univers de la France et des pays francophones », série « Histoire des villes », Toulou (...)

2L’histoire de la ville n’avait pas totalement disparu de la recherche historique des trente dernières années. Mais paradoxalement, l’histoire nouvelle a porté son champ de vision ou d’analyse sur les villes de l’époque moderne, à une époque où fonctionne une ville déjà ancienne, qui ne connaît que de lentes transformations. En face des études de grandes métropoles de l’Ancien Régime, Amiens, Lyon, ou de villes plus modestes, Beauvais, Caen, peu de monographies à citer pour la gigantesque mutation des villes de la révolution industrielle ou du XXe siècle, sauf à aller chercher des modèles à l’étranger, en particulier aux États-Unis où se met en place une civilisation urbaine entièrement nouvelle. On ne saurait expliquer totalement cette mode ou ces silences, qui restent caractéristiques de la plupart des volumes d’histoire de villes publiés par les éditions Privat depuis une dizaine d’années3. En les parcourant, on ressent en fait la double réticence de l’historien à faire de la ville son objet : elle serait plutôt son sujet, et l’historien des villes ne fait longtemps que réapproprier à un espace social précis les principaux thèmes d’une histoire démographique, économique et sociale, résolument descriptive, mais dans laquelle la ville n’apparaît pas comme digne d’une méthodologie nouvelle. La ville est un cadre certes décrit et parfois exploré avec beaucoup de talent ou de précision (la « ville sonnante et puante » de Pierre Goubert pour Beauvais), mais elle est avant tout l’occasion de loger une société, à laquelle s’attache le plus l’historien, dans son fonctionnement, comme dans ses hiérarchies, ses clivages, ses crises et ses enjeux sociaux, culturels ou politiques.

  • 4 ATP (action thématique programmée) du CNRS, Archives de l’Observatoire du changement social (OCS), (...)
  • 5 Communication de Pierre Guillaume sur le quartier Meriadeck à la table ronde « Construire la ville  (...)
  • 6 À titre d’exemple parmi les travaux de l’OCS : Michel Lacave, « Réflexion sur le changement social (...)

3Cependant l’histoire d’aujourd’hui, sans renier l’apport d’une histoire économique, sociale et mentale qui a ajouté à ses analyses quantitatives et sérielles tout le bénéfice de l’ouverture de l’école des Annales aux autres disciplines, a retrouvé des chemins un moment oubliés, que ce soit l’individu ou la famille, le groupe social ou le corps professionnel, la localisation ou la région. Que l’histoire de la ville s’accorde difficilement avec cette dualité des approches, l’expérience de la recherche pluridisciplinaire menée depuis quelques années sous l’impulsion du CNRS (« Observation localisée du changement social et culturel ») le prouve bien4. Les contributions de l’histoire à cette enquête collective ont été gênées d’abord par la contemporanéité du regard sur le social, qui n’offrait pas le recul suffisant pour appréhender la signification des changements du quotidien, mais aussi par le territoire même de la recherche. Il est tout à fait possible d’observer les transformations d’un quartier urbain, dans ses formes comme dans son fonctionnement, mais il reste difficile de l’interpréter en dehors d’une référence à la globalité dans laquelle il s’insère. Que se construise un quartier totalement neuf de centre-ville (exemples de la Part-Dieu à Lyon ou du quartier Meriadeck à Bordeaux5), la nature économique et sociale, mais aussi la vision ou l’image de ce nouvel ensemble, dépendent en grande partie des objectifs des autorités municipales qui en ont pris l’initiative. Mais il en est de même quand on observe un quartier en rénovation (Sainte-Anne à Montpellier), ou en complète mutation (Belleville à Paris)6, et également dans des lieux plus complexes où les éléments de mutation semblent plus volontaires et individuels comme la Croix-Rousse à Lyon ou le 14e arrondissement de Paris.

  • 7 Jacques Bonniel, Bernard Bensoussan et al., La Croix-Rousse, Lyon, CNRS, 1980.
  • 8 Jean-Luc Pinol, « Mobilité résidentielle et mobilité professionnelle : l’exemple d’une cohorte de L (...)

4Arrêtons-nous un instant sur le quartier lyonnais de la Croix-Rousse, qui nous paraît symboliser à la fois l’ambiguïté et la richesse d’une approche historique localisée. S’il est un lieu qui, dans la conscience aussi bien collective qu’individuelle des Lyonnais, mérite pleinement l’appellation de « quartier », il s’agit bien de la Croix-Rousse. Et pourtant, dès ce moment de certitude, le doute est permis. Historiquement, la Croix-Rousse est un espace double : faubourg de la ville, au-delà des remparts, elle reste jusqu’à la fin de l’Ancien Régime un bourg semi-rural, le long d’une des voies d’accès à la ville. Mais ce bourg sans personnalité propre – il n’est même pas une paroisse, mais est partagé entre plusieurs paroisses de la ville – se prolonge intra-muros par les pentes de la célèbre colline, jusqu’à la place des Terreaux et l’Hôtel de Ville, le centre symbolique du pouvoir urbain. Dès le début des pentes, commence un territoire qui s’identifie au XIXe siècle avec l’industrie de la soierie. Mais l’industrie elle-même est duelle. Au bas des pentes règnent les marchands fabricants, les messieurs de la Fabrique ; le long des pentes, et plus encore sur le plateau – et l’annexion de la Croix-Rousse à Lyon en 1852 supprime les anciennes ruptures administratives –, séjournent les multiples canuts, les ouvriers en soie qui travaillent à façon dans leurs ateliers domestiques7. Chacun des deux groupes vit dans son propre domaine, et la rencontre pour la remise des matières premières ou des étoffes fabriquées, chez le marchand, ne suffit pas à créer une unité. La nouvelle division administrative de la ville en arrondissements, qui reconnaît cette coupure, ne réussit pas cependant à gommer les relations entre les deux côtés du très large boulevard de la Croix-Rousse qui sépare les 2e et 4e arrondissements. Si le jeu de boules, qui nécessite un espace plat, se pratique naturellement sur les places et les clos du plateau (le 4e), le marché, lieu privilégié d’une société urbaine, se tient le long du boulevard, mais plutôt côté pente. Mais surtout, que reste-t-il dans le « quartier » d’aujourd’hui, objet des multiples enquêtes des sociologues, ethnologues, économistes, urbanistes et aménageurs, de son histoire ? Il est possible de retrouver un esprit qui se rattache aux traditions de la Fabrique, un souvenir des glorieuses journées de 1831 et 1834 qui virent le peuple soyeux mener un de ses plus grands combats sur le thème « Vivre en travaillant, mourir en combattant », une identité historique en quelque sorte, lourde de symbolique. Mais cet esprit « canut » n’est-il pas aussi une légende, une construction esthétisante du XIXe siècle, quand la Fabrique commence à souffrir de la dispersion des métiers, de la création d’ateliers-usines souvent à la campagne, de la mécanisation aussi, qui transforme les habitudes de vie et de travail8. Que reste-t-il d’une mentalité quand disparaissent les derniers ouvriers en soie, quand leur art n’est plus évoqué que par le musée ? Que reste-t-il d’une pratique quotidienne quand, dès l’entre-deux-guerres, les fils d’ouvriers en soie désertent massivement l’atelier familial pour devenir employés ? Les nouvelles populations qui ont occupé d’abord, investi ensuite, aussi bien le plateau que les pentes, que ce soit les travailleurs immigrés d’après 1945 ou les jeunes générations d’après 1968, prennent-elles vraiment en charge le passé d’un quartier où elles apportent de nouveaux modes d’exister et de communiquer ?

5Par ce détour, nous voici ramenés à notre première question. Y a-t-il une existence de quartier, que l’historien pourrait décrire et analyser, et qui permettrait d’approfondir l’histoire de la ville ? Essayer de répondre globalement serait une gageure, et il semble indispensable de recourir à une division thématique pour approcher plus concrètement la réalité. Quatre niveaux d’analyse peuvent être retenus : le paysage, les institutions, la société, les formes de vie.

LA PERCEPTION DU QUARTIER DANS LE PAYSAGE URBAIN

  • 9 Recherche de Pierre Cayez sur la construction de la rive gauche du Rhône.

6Le paysage urbain est probablement la première preuve de l’existence d’espaces individualisés dans un ensemble qui n’est homogène qu’en apparence. L’urbaniste d’aujourd’hui trouvera la remarque naïve : le plan de construction d’une ville totalement nouvelle contient toujours une spécificité de quartiers, dès que la ville a une certaine dimension (il faudrait recourir aux utopies et aux villes idéales du XVIIIe siècle pour trouver une autre logique, mais la ville de Chaux inventée par Nicolas Ledoux n’est que partiellement une ville). Or il n’existe pas de villes qui restent totalement homogènes, elles sont toutes plus ou moins la superposition d’histoires qui s’emboîtent ou se côtoient. L’opposition devient évidente quand il y a coexistence de deux ou plusieurs villes, juxtaposées à deux époques différentes, comme la ville princière de Nancy à côté de la ville médiévale, ou comme l’adjonction aux villes anciennes de quartiers totalement nouveaux, comme à Lille après la conquête française ou à Nantes avec l’aménagement de l’île Feydeau au XVIIIe siècle. Mais la seule distinction entre quartiers anciens et quartiers neufs n’a pas grande signification. L’évolution de la physionomie des villes condamne presque toujours le quartier neuf d’aujourd’hui à devenir le quartier ancien de demain. Plus encore, le paysage de chaque époque est-il réellement homogène ? Pensons à ce que furent de grandes opérations, sinon d’urbanisme, du moins de construction urbaine, pendant le Second Empire et le début de la Troisième République en France. La demande de logements et de locaux professionnels est alors immense, devant l’afflux de nouveaux habitants et le développement des activités. La réponse à ce besoin est le plus souvent anarchique, comme cela se produit avec la construction de la rive gauche de Lyon, au milieu du XIXe siècle9. Les plans d’urbanisme, le tracé de grandes artères rectilignes, ne s’imposent souvent que dans un deuxième temps, alors que se sont entassées une masse de constructions médiocres, désordonnées, dissymétriques. Mais l’urbanisme impose des façades, symétrie et alignement, parfois un style qui crée une unité, qui fera parler de « quartier ». En est-ce vraiment un, quand les grands immeubles uniformes de l’artère principale cèdent le pas sur les rues secondaires à toutes sortes de maisons basses, de hangars, d’entrepôts qui n’ont ni style, ni unité ? L’architecture elle-même renvoie à des problèmes de limites, que l’on retrouvera souvent. Plus facile toutefois est la lecture quand l’expansion de la ville se fait de manière plus coordonnée ou volontaire : mais là encore, la décision arrive souvent bien tard, et ne fait que corriger un développement jugé anarchique. Il serait sans doute possible de citer toutes les grandes villes françaises du XIXe siècle, dans la mesure où existent des études sur leurs transformations. Citons seulement deux exemples complémentaires. Bordeaux, depuis la fin du XVIIIe siècle, rêve d’annexer les communes périphériques sur les deux rives de la Gironde. L’aménagement d’un grand boulevard extérieur crée une barrière qui sépare la ville de sa périphérie, et donne la priorité à la construction à l’intérieur du nouveau périmètre. Mais ici, chaque quartier a son aménagement propre, et le plus souvent anarchique, sans même se soucier des impératifs de la voirie municipale.

  • 10 Louis Desgraves, « Bordeaux, au XIXe siècle », dans Histoire de Bordeaux, Charles Higounet dir., Bo (...)

Après 1880, la population afflue, une fièvre de construction ravage la campagne : la colonisation individuelle bat son plein à partir des villages et des constructions, et le long des axes de circulation. L’ère des lotissements moins anarchiques ne viendra qu’après la guerre de 191410.

7Il faut parfois plus de cinquante ans pour que ces quartiers péri-urbains soient vraiment rattachés à la ville.

  • 11 René Taveneaux dir., Histoire de Nancy, Toulouse, Privat, 1978 [nouvelle édition mise à jour 1987].

8À Nancy, 5 000 maisons abritent les 65 000 habitants de 1876, les 120 000 habitants de 1913 disposent d’un parc immobilier de 12 000 maisons11. Les plans de la ville indiquent comment les constructions se sont disposées, à l’écart de l’ancienne ville, tout édifiée avant 1870 et qui ne subit aucune transformation, et essentiellement entre les deux grands axes de communication qui traversent la ville, la voie ferrée et le canal. Dans le paysage urbain, la densité des immeubles construits à chaque époque individualise des quartiers distincts, dont la matérialité originale est souvent accentuée par l’occupation sociale. La destruction des remparts anciens, leur remplacement par des boulevards, d’abord extérieurs, puis internes à la ville, avec le caractère de barrière imposé par leur largeur, l’extension grossièrement en ceintures concentriques autour de l’ancienne ville, chaque fois que la topographie le permet, ou en étoiles rayonnantes le long des grandes voies d’accès, qui sont aussi le lieu d’arrivée des immigrants, répètent presque partout cette coupure entre quartiers-centres et quartiers périphériques, plus ou moins autonomes dans leur développement dans l’ensemble urbain.

DES INSTITUTIONS QUI FAÇONNENT LE QUARTIER

9Cependant, la logique de l’édification urbaine ne saurait être limitée, aux périodes moderne et contemporaine, à celle de l’habitat. Détentrice de pouvoirs et siège d’institutions locales ou de délégations du pouvoir central, la ville est aussi le lieu physique d’exercice de ces pouvoirs. Déjà dans la ville ancienne, la spécialisation des activités ou des fonctions créait des formes spécifiques, des paysages contrastés, des quartiers différenciés. Il n’était pas de ville de Parlement sans le quartier des parlementaires et des hommes de loi, et même si la cour n’avait pas le prestige d’un parlement, comme à Lyon sous l’Ancien Régime, la présence de la cour des monnaies et sénéchaussée de Lyon avait cependant suffi à créer un véritable quartier de la basoche, sur la rive droite de la Saône. Est-il besoin de rappeler la concentration du petit commerce et de l’artisanat dans des rues spécifiques au Moyen Âge ou à l’époque moderne, ou le rejet obligatoire de certaines activités comme la boucherie dans des espaces contrôlés, pour y voir le processus de création de quartiers nettement individualisés ? Cependant pendant longtemps, il ne semble pas que la ville ait été réellement dessinée et conçue comme un espace organique, dans lequel se lirait l’exercice du pouvoir local, ou qui serait organisé en fonction d’une autorité symbolique nettement visible.

  • 12 Michel Lacave, « Stratégies d’expropriation et haussmannisation : l’exemple de Montpellier », Annal (...)

10L’effort entrepris à l’époque classique pour embellir la ville, pour tracer les places royales, pour ouvrir la ville à la circulation des hommes et des matériaux, modifie incontestablement le paysage et sa compréhension. Il ne faut peut-être pas voir toujours rationalité consciente et intention symbolique dans ce qui fut réalisé, mais les XIXe et XXe siècles ont multiplié les édifices publics, les locaux administratifs. Le choix de leur emplacement dans la ville, qui peut être le résultat de contingences foncières, n’est pas neutre. Au moment de la décision, l’implantation d’une gare, d’une préfecture, d’une caserne, d’une bourse du Travail, d’un théâtre... – et beaucoup d’autres exemples pourraient être cités – a une signification pour l’équilibre de l’espace urbain. Après la construction, la dynamique sociale de l’institution peut suffire pour transformer ou pour créer un quartier. Dans quelle ville du XIXe siècle l’hôtel de la préfecture (et même de la sous-préfecture) est-il établi à côté de l’hôtel de ville12 ? Un conflit dialectique entre pouvoir local et pouvoir central est alors inscrit dans l’espace, et il pourrait être intéressant d’analyser la formation de l’habitat et de la population dans le quartier des préfectures, pour voir si une pratique sociale correspond à une image idéologique. Mais des cas beaucoup plus évidents existent quand l’institution est directement source de dynamique, comme avec les gares. Dans toutes les villes se crée(nt) au XIXe siècle un ou des (à Paris) quartier(s) de la gare. Toujours signe de rupture dans le paysage, à cause de la largeur des voies, la gare est donc à la fois cause de fractionnement dans une unité ancienne et créatrice d’un ensemble homogène caractéristique, à la fois topographiquement et socialement.

  • 13 Olivier Zeller, « Quartiers et pennonages à Lyon à l’époque moderne », Bulletin du Centre d’histoir (...)

11Mais l’institution peut avoir une autre action de structuration de l’espace urbain. Il reste difficile de se prononcer sur l’importance historique des divisions administratives en quartiers, cantons, ou arrondissements13. Dans les villes anciennes, le découpage en quartiers est une pratique très généralisée, et la gestion de certains services « publics » (l’anachronisme est ici concevable) est confiée à des officiers qui ont la responsabilité d’une partie du territoire, par exemple pour la lutte contre le feu, ou la protection et la sécurité des citoyens. C’est le cas bien connu des quartiers de pennonage de Lyon, dans le cadre desquels se recrute et se mobilise le milieu urbain, division que l’on retrouve peu ou prou dans les sections de l’époque révolutionnaire. Il ne semble pas que ces attributions soient suffisantes pour une structuration réelle de l’espace. Et l’on peut se poser la même question pour beaucoup d’équipements collectifs nés au XIXe siècle et qui marquent la réalité d’une division territoriale de la ville : la mairie, le commissariat ou l’école « de quartier » sont-elles la reconnaissance d’un état de fait ou au contraire une appellation a posteriori ? L’usage serait-il plus important que l’intention dans la formation d’une identité locale déterminée ?

LE QUARTIER : UNE INÉLUCTABLE SÉGRÉGATION

12L’historien est plus à l’aise pour répondre s’il s’intéresse aux habitants et aux groupes sociaux dans la ville. Cette étude ne peut se faire en ignorant les deux premières : la matérialité de la ville est déjà responsable de son paysage social, et cela depuis longtemps. De même que l’opposition entre quartiers anciens et quartiers neufs est une évidence, de même depuis longtemps se sont multipliées les descriptions qui opposent quartiers riches et quartiers pauvres, ou qui isolent dans la ville les « beaux quartiers ». Il serait utile de s’interroger sur les processus, sans rechercher une rationalité trop grande dans la mise en place de cette dualité. C’est probablement dans les sociétés dans lesquelles les tensions sociales ou raciales sont les plus vives que se lit le mieux une telle rupture. Les premières enquêtes sur les villes américaines dès la fin du XIXe siècle soulignent les aspects répétitifs de la création d’espaces distincts et l’exemple historique du ghetto, dès l’époque médiévale, peut être rappelé ici. Mais le ghetto, qu’il soit juif, noir ou immigré, n’est que la forme la plus spectaculaire de la ségrégation dans la ville.

  • 14 Maurice Halbwachs, « Chicago, expérience ethnique », dans L’école de Chicago, naissance de l’écolog (...)

13À Chicago en 1920, sur 110 000 Noirs recensés, 67 000 vivent dans un seul des 35 districts qui se partagent la ville14. Dans ce cas, il y a bien sûr formation d’un quartier homogène, à la fois par action sur le foncier et l’immobilier, et par exode des populations antérieures qui refusent la cohabitation. Dans la même ville de Chicago, quand les juifs voulaient sortir du ghetto traditionnel trop étroit, on leur refusait le plus souvent l’installation dans un immeuble isolé, d’où l’appropriation globale d’un bloc complet d’habitation, et la création d’un nouveau quartier juif Mais en dehors de ces cas particuliers, qui se retrouvent si souvent dans la genèse de la ville contemporaine, l’analyse sociale rencontre quelques difficultés. Les villes de l’époque moderne n’ignorent pas sans doute les formes de ségrégation sociale, et il y a déjà concentration des demeures aristocratiques, des hôtels particuliers et des résidences bourgeoises dans certains sites, et relégation dans d’autres, ou centraux et paupérisés, ou périphériques, des classes populaires. Mais cette séparation n’est peut-être pas toujours aussi nette, et il faut s’interroger sur l’existence d’une homogénéité dans l’occupation de l’espace urbain. La faible cohérence de la politique de construction aux diverses époques est responsable d’une occupation beaucoup plus souvent hétérogène des immeubles. Dans le schéma rappelé plus haut, qui oppose les belles façades des grandes artères et les médiocres maisons des petites rues adjacentes, se crée nécessairement une cohabitation de couches sociales diversifiées. Il n’y aurait que rarement, en dehors de quelques grandes opérations, création totale d’un espace social homogène.

14Se pose ici à nouveau le problème de la dimension ou de la limite du quartier. Les différences de qualité de l’immobilier urbain, superposition de plusieurs étapes et coexistence de plusieurs modèles, font que le quartier social serait souvent limité à un îlot ou à un ensemble d’immeubles, mais jouxtant d’autres îlots de nature différente. Même dans le « beau quartier » de Lyon par excellence au XIXe siècle, les Brotteaux et le 6e arrondissement, au voisinage du parc de la Tête-d’Or, ne se construisent pas que de grandes maisons bourgeoises, où se concentrent les élites sociales urbaines. Si cela est vrai des quais du Rhône ou des grandes avenues qui structurent l’ensemble, subsistent longtemps encore, et jusqu’à nos jours, des ensembles populaires et ouvriers. À la limite, c’est le quartier lui-même qui finit par se définir à la suite d’une longue histoire d’appropriation et d’exclusion.

  • 15 Serge Chassagne, « L’histoire des villes, une opération de rénovation historiographique », dans Vil (...)

Combien de temps rues d’immeubles chers et rues d’immeubles bon marché, générations de différenciation sociale, peuvent-elles coexister au sein d’un même quartier ? Quelle est la tendance générale de l’évolution immobilière d’un quartier : vers l’homogénéité, ou vers le maintien de l’hétérogénéité ? Les opérations de rénovation apparaîtraient alors comme la volonté d’égaliser vers le haut la valeur immobilière d’un quartier jugé trop disparate15...

15Ici se rejoignent l’histoire sociale et l’histoire du bâti urbain, que nous n’avons séparées que pour la clarté de l’analyse. La forme de l’habitat, la superposition d’étages nobles et d’étages modestes a été une pratique courante dans la construction ancienne. Le rôle du prix du capital foncier a sans doute été fondamental pour aller vers une plus grande unité des zones d’habitat, qui font rarement s’interpénétrer aujourd’hui dans la ville immeubles de luxe et HLM.

LA VIE DU QUARTIER OU L’HISTOIRE DES PRATIQUES SOCIALES ET CULTURELLES

16Et pourtant ces analyses successives n’arrivent pas à une définition satisfaisante de la réalité du quartier. Le paysage urbain et, de plus en plus au fur et à mesure qu’il est le résultat de pratiques volontaires traduites par les plans d’urbanisme, la société urbaine, sont tous deux des éléments d’une différenciation de l’espace. Leur interaction est permanente, mais à ce niveau on resterait sans doute à la surface de la réalité urbaine. Est-ce que l’architecte et l’urbaniste d’aujourd’hui « produisent » véritablement du quartier ? Ou est-ce que subsiste une capacité autonome de production, qui échappe en quelque sorte à la volonté initiale du promoteur ?

17Toute la problématique du quartier repose sur deux notions fondamentales, qui trouvent leurs assises dans les éléments de description et d’édification précédemment rappelés : la conscience d’une identité propre, la pratique d’une vie collective qui donne naissance à cette identité. L’histoire ici est beaucoup plus démunie, et elle pourrait céder à des clichés, qui lui sont imposés par l’observation actuelle des formes de la vie urbaine.

  • 16 L’invention de la France : atlas anthropologique et politique, Paris, Le Livre de poche (Pluriel), (...)

18Permettons-nous de revenir à notre quartier de la Croix-Rousse. Il y a là un espace assez nettement délimité, grâce à une topographie particulière, mais il y a surtout une activité qui engendre une population originale secrétant ses propres pratiques individuelles et collectives. La fabrique de soie fait se juxtaposer le travail à domicile, en atelier familial, et l’échange permanent entre l’ouvrier et le marchand fabricant qui commande le travail et vend la production. Nous avons vu que cette dualité de la Fabrique s’inscrivait dans l’espace, et qu’elle imposait des cheminements entre le bas des pentes et le plateau, d’où les ouvriers apportent leurs étoffes au comptoir du fabricant. Il se forme ainsi à l’intérieur d’un même ensemble deux « sous-quartiers », très homogènes par suite de la spécialisation de chacun d’entre eux dans un des secteurs de la fabrication. Il n’est pas concevable au XIXe siècle qu’un fabricant s’installe sur le plateau, pas plus qu’il n’est possible au tisseur de loger sur le bas des pentes, près de la place des Terreaux ou de la place Croix-Paquet. Quand il est possible de saisir des itinéraires individuels ou familiaux dans ces populations, on s’aperçoit que les changements de résidence se font toujours à l’intérieur d’un périmètre nettement délimité ; tel fabricant peut déménager quatre fois en vingt ans sans abandonner le quartier soyeux, tel tisseur être retrouvé à sept ou huit domiciles successifs d’un recensement à l’autre, mais toujours à l’intérieur du plateau, le quartier canut. Dans cet exemple idéal toutefois, l’activité économique est un facteur d’explication dominant, qu’il n’est pas possible de retrouver partout. Les solidarités ou sociabilités de voisinage sont ici créées par une longue pratique commune de mêmes gestes, et par l’existence d’intérêts communs. Est-il possible de trouver la même évolution dans des espaces urbains qui n’auraient pas la même homogénéité sociale ou économique ? Dans nos villes actuelles, les attitudes politiques et culturelles continuent à traduire très fortement les originalités locales et l’analyse des comportements électoraux, bureau par bureau, fait approcher de près l’existence d’ensembles parqués par des options semblables. Car il faut éviter toute généralisation. Quand Hervé Le Bras et Emmanuel Todd s’ingénient à cartographier l’invention de la France16, ils sont obligés de s’en tenir à des statistiques départementales, qui cachent les réalités et les discordances (par exemple entre les villes et les banlieues). De même une image globale de la ville risque de dissimuler l’existence de quartiers plus ou moins autonomes. La seule grande étude historique monographique d’un quartier urbain du XIXe siècle a été réalisée par le regretté Gérard Jaquemet sur Belleville. Mais est-ce vraiment le modèle d’un quartier, alors qu’il s’agit d’une commune indépendante de la proche banlieue, rattachée à la ville de Paris sous le Second Empire, et que sa singularité est nettement inscrite dans la topographie (comme la Croix-Rousse lyonnaise) ? Pour que subsiste ce « village » dans la ville faut-il cette situation exceptionnelle et cette histoire préalable ?

  • 17 Jean-Claude Perrot, Daniel Roche, Marcel Roncayolo, « Une nouvelle histoire des villes », Annales E (...)

19Dans le dialogue avec les autres sciences sociales, l’historien de la ville doit éviter deux écueils : trop rétro-projeter dans le passé la réalité vivante d’aujourd’hui – les formes de sociabilité de la Croix-Rousse aujourd’hui sont sans doute difficiles à comparer à celles d’hier, à vrai dire mal connues –, mais aussi trop s’appuyer sur une double analyse quantitative du matériel et du social. Établir les courbes et les séries des prix du terrain, des valeurs des loyers, du mouvement de la construction est une première démarche indispensable : on n’a pas assez insisté jusqu’ici sur l’importance du jeu foncier, sur l’héritage du parcellaire dans le dessin de la ville17. Cette enquête est un premier maillon pour une définition des types d’espaces ou de quartiers. Doit s’ajouter une reconstitution de la population, sa composition socioprofessionnelle, voire ses attitudes familiales ou de groupe. Par ce détour, et en comparant avec le premier ensemble, doit se lire homogénéité sociale ou hétérogénéité de chaque quartier urbain, et même se dessiner une carte qui souligne les contours ou les zones ou points de contacts. Mais le quartier ainsi trouvé n’en sera pas nécessairement un, parce que ces éléments sociaux ou économiques ne définissent que partiellement un cadre et un mode de vie. C’est un peu comme si l’on pensait reconstituer l’histoire d’un quartier ou d’une ville uniquement à partir d’une collection de vieilles cartes postales, aussi riche soit-elle, évoquant les lieux et même les habitants, mais ne saisissant que de façon formelle certains rapports et complicité.

  • 18 Ariette Farge, Vivre dans la rue à Paris au XVIIIe siècle, Paris, Gallimard (Archives), 1979.

20Nous avons opposé des quartiers anciens et neufs, pauvres et riches, il faudrait aussi expliquer le couple quartier animé/quartier désert, quartier vivant/quartier mort, sans oublier que poser le problème de la mort du quartier reste une des meilleures façons de comprendre les évolutions. Il est évident que certains sites urbains ne favorisent pas la vie de quartier. Quand certains conseillers municipaux de Lyon dans les années 1890 tentent de s’opposer à la construction des facultés sur les quais du Rhône, un argument essentiel employé s’appuie sur cette notion d’un urbanisme de quartier. On dénonce en même temps l’accumulation d’édifices publics qui tuent toute sociabilité de quartier, et le danger que courraient les jeunes étudiantes qui devraient se rendre aux cours du soir en empruntant ces quais sinistres et déserts. La réponse des élus partisans du projet était aisée : les quais de toute façon ne sont pas des lieux d’animation, quand ils ne sont pas l’objet d’un intense trafic fluvial, et ils citent à l’appui de leurs dires des exemples parisiens ou lyonnais, où l’immeuble bourgeois et cossu des quais ne comporte aucune boutique, aucun commerce qui faciliterait l’admission. Mais on ne saurait se contenter d’un modèle atypique : le quartier idéal, serait-ce par exemple l’île Saint-Louis de Paris, chère à Rétif de la Bretonne, cet inlassable promeneur de la nuit parisienne ? Ici les contours sont nets, puisque île il y a. Les façades sur la Seine sont celles d’immeubles de luxe, sombres et démunis de tout commerce. La vie de l’île se concentre dans les rues intérieures, animées et marchandes. Mais quelles relations existent vraiment entre les habitants des immeubles du quai et ceux du centre ? La volonté récente de recréer la vie de quartier, de redonner vie aux associations, de réanimer un esprit local, est-elle autre chose qu’une volonté idéologique, ou un moment de la compréhension de la vie dans la ville ? Le plus souvent l’historien est tenté par la richesse de la rue, comme théâtre de l’activité, et par l’unité de la rue plus que par celle du quartier18. Retrouver les sources et les témoignages de la richesse des voisinages et de la sociabilité dans le micro-espace urbain est la seule manière d’essayer de percevoir la continuité de la ville comme forme de vie originale et permanente.

Notes

1 Jacques Le Goff et Pierre Nora dir., Faire de l’histoire, 3 volumes, Paris, Gallimard, 1974.

2 Jacques Le Goff, Roger Charrier et Jacques Revel dir., La nouvelle histoire, Paris, Retz-CEPL (Les Encyclopédies du savoir moderne), 1978. L’article « Ville » est de Daniel Roche.

3 Collection « Univers de la France et des pays francophones », série « Histoire des villes », Toulouse, Privat, 18 volumes parus. [La collection comptait en 2001 plus d’une quarantaine de volumes.]

4 ATP (action thématique programmée) du CNRS, Archives de l’Observatoire du changement social (OCS), 5 volumes, et Observation du changement social et culturel, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 1979.

5 Communication de Pierre Guillaume sur le quartier Meriadeck à la table ronde « Construire la ville », Lyon, février 1981.

6 À titre d’exemple parmi les travaux de l’OCS : Michel Lacave, « Réflexion sur le changement social dans le centre ancien de Montpellier, et le quartier Sainte-Anne depuis 1850, », OCS, 4 ; Odile Benoît-Guilbot et al., « La sociabilité de quartier : les terrains urbains en région parisienne », Cahiers de l’OCS, vol. II, 1982.

7 Jacques Bonniel, Bernard Bensoussan et al., La Croix-Rousse, Lyon, CNRS, 1980.

8 Jean-Luc Pinol, « Mobilité résidentielle et mobilité professionnelle : l’exemple d’une cohorte de Lyonnais, 1896-1936 », Communication à la table ronde « Habiter la ville », Lyon, mai 1981.

9 Recherche de Pierre Cayez sur la construction de la rive gauche du Rhône.

10 Louis Desgraves, « Bordeaux, au XIXe siècle », dans Histoire de Bordeaux, Charles Higounet dir., Bordeaux, Fédération historique du Sud-Ouest, 1962, p. 402

11 René Taveneaux dir., Histoire de Nancy, Toulouse, Privat, 1978 [nouvelle édition mise à jour 1987].

12 Michel Lacave, « Stratégies d’expropriation et haussmannisation : l’exemple de Montpellier », Annales E.S.C., n° 5, 1980.

13 Olivier Zeller, « Quartiers et pennonages à Lyon à l’époque moderne », Bulletin du Centre d’histoire économique et sociale de la région lyonnaise, n° 1, 1979, p. 42-52 ; Maurice Garden et Dominique Dessertine, « Les quartiers urbains, définitions et limites, méthodes d’analyses », Bulletin du Centre d’histoire économique et sociale de la région lyonnaise, n° 1, 1979, p. 21-41. Pour Paris, recherches de Robert Descimon et Jean Nagle.

14 Maurice Halbwachs, « Chicago, expérience ethnique », dans L’école de Chicago, naissance de l’écologie urbaine, présenté par Yves Grafmeyer et Isaac Joseph, Paris, Éditions du Champ urbain, 1979.

15 Serge Chassagne, « L’histoire des villes, une opération de rénovation historiographique », dans Villes et campagnes : XVe-XXe siècle, IIIes Rencontres franco-suisses, Lyon, 23-24 avril 1976, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 1977, p. 217-300.

16 L’invention de la France : atlas anthropologique et politique, Paris, Le Livre de poche (Pluriel), 1981.

17 Jean-Claude Perrot, Daniel Roche, Marcel Roncayolo, « Une nouvelle histoire des villes », Annales E.S.C., n° 6, 1977, p. 1237-1254.

18 Ariette Farge, Vivre dans la rue à Paris au XVIIIe siècle, Paris, Gallimard (Archives), 1979.

Notes de fin

1 « Le quartier, nouvel objet de l’histoire ? » Économie et humanisme, n° 261, septembre-octobre 1981, p. 51-89.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540