Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Un historien dans la ville

 | 
Maurice Garden

II - La ville

Formes de contrôle du pouvoir local*

Lyon en 1721

Texte intégral

  • * « Formes de contrôle du pouvoir local : Lyon en 1721 », dans Pouvoir, ville et société en Europe, (...)

1Alors que la recherche historique a mis l’accent au cours des dernières décennies sur l’importance et la continuité des diversités locales et régionales aux derniers siècles de la monarchie française, il est intéressant de regarder comment s’effectue la marche de la centralisation administrative et politique, caractéristique de la même époque. Un seul exemple, celui de Lyon, ne saurait bien sûr valoir pour tout le royaume, et les particularités de la gestion municipale de la seconde ville du royaume sont évidentes, et toujours rappelées. Ville de manufactures et de foires (il faudrait dire, sans éviter l’anachronisme, parce que cela dès le XVIIe siècle est plus la réalité, ville marchande et industrielle), Lyon a été volontairement, délibérément, privée des institutions qui soutiennent l’autonomie provinciale et la défendent contre l’intrusion toujours plus grande de l’État central : pas d’états provinciaux, pas de parlement, une cour souveraine tardive et sans éclat, même pas d’université. Seul le pouvoir de l’archevêque, primat des Gaules, aurait pu faire obstacle à l’effacement de pouvoirs municipaux, revêtus d’un certain lustre (l’anoblissement par l’exercice des charges municipales se maintient jusqu’à la fin de l’Ancien Régime), mais dont la nomination est étroitement contrôlée par le pouvoir central et ses représentants, depuis les réformes imposées par Henri IV au début du XVIIe siècle.

2L’étude du fonctionnement des institutions municipales a également été victime du balancier des modes historiographiques. À la fin du siècle dernier, et jusqu’au commencement du nôtre, les historiens locaux, universitaires ou non, multipliaient les travaux et les articles sur les organes d’une administration locale, souvent présentée comme un ensemble cohérent, et en apparence indépendant (la Revue du Lyonnais et la Revue d’histoire de Lyon, publiées jusqu’en 1914, rassemblent un très grand nombre d’articles sur ces sujets). Beaucoup moins d’études sérieuses ont été consacrées à la gestion de la cité, l’histoire de la comptabilité municipale ayant rebuté à une époque où la statistique était encore très séparée de l’histoire, malgré la richesse des séries contenues dans les archives locales. Aussi, à la précision des analyses institutionnelles, s’oppose souvent un certain flou dans la présentation du fonctionnement quotidien, dont sont extraits quelques clichés, toujours répétés et qui déforment la réalité. Mon propos n’est pas de réhabiliter l’histoire locale lyonnaise, mais d’essayer d’en modifier quelque peu la perspective, à travers la présentation succincte d’un document original : la correspondance adressée pendant l’année 1721 par François de Neuville, maréchal duc de Villeroy, au prévôt des marchands de la ville de Lyon, Pierre Cholier de Cibeins. Un manuscrit de la bibliothèque municipale de Lyon renferme une série de lettres, dont la grande majorité concerne les années 1721 et 1724. Il s’agit d’un document partiel – il n’a pas été possible d’en retrouver le deuxième volet (le courrier expédié par le prévôt des marchands) –, mais qui forme toutefois un ensemble semble-t-il complet pour l’année 1721. Rappelons en quelques mots la situation des protagonistes, et l’époque. D’un côté, le vieux maréchal de Villeroy, âgé de 77 ans, le compagnon malheureux des dernières années de Louis XIV, mais qui atteint avec la Régence le sommet de sa gloire. Gouverneur du jeune roi, le duc de Villeroy est au cœur même du pouvoir royal, il a son entrée permanente dans tous les conseils, et son influence sur le jeune Louis XV lui fournit l’impression d’être le véritable maître du royaume. Mais sa situation à Versailles ne lui fait pas oublier sa position lyonnaise. Les Neuville détiennent en effet tous les pouvoirs à Lyon, et en particulier les trois fonctions du gouvernement de la ville et des provinces de Lyonnais, Forez et Beaujolais, de la lieutenance générale et de l’archevêché (François-Paul de Neuville, l’archevêque d’alors est le fils du gouverneur). De la cour, ils entendent conserver leur mainmise sur la ville et la province, exercer un contrôle qui assoit leur influence, qui par bien des formes a encore les aspects de rapports de clientèle. De l’autre côté, le prévôt des marchands, Pierre Cholier, doit sa fonction à la protection des Villeroy. De vingt ans le cadet du maréchal, il exerce son commandement sur la ville depuis 1716, mais sous l’autorité peut-on dire du gouverneur : l’apparence de l’amitié ne cache pas la condescendance, et toute la correspondance ne fait que rappeler que le prévôt des marchands n’est en fait qu’un premier « en second » à Lyon, les ordres venant toujours de la capitale.

3Le moment de ces échanges épistolaires, l’année 1721, correspond au sommet de la carrière du duc de Villeroy. Malgré l’hostilité féroce d’une partie de la cour – il suffit de relire les Mémoires du duc de Saint-Simon pour s’en rappeler –, malgré les réticences du Régent et du cardinal Dubois à son égard, Villeroy se croit invulnérable, puisque le roi lui-même lui semble tout dévoué. L’expérience de Law s’est terminée par l’échec que l’on sait, et avec la fuite de Law, Villeroy a vu disparaître celui qui pouvait le plus facilement porter ombrage à son pouvoir. Deuxième toile de fond sur les malheurs du temps, la peste de Provence n’en finit pas de se ranimer et de susciter mille inquiétudes dans le royaume, et plus spécialement en Lyonnais, en quelque sorte aux portes de la Provence infestée. Les grands événements de l’histoire nationale sont sans cesse présents, implicites ou seulement évoqués, dans les lettres de Villeroy. Si les affaires de Lyon forment l’essentiel du texte, il ne faut jamais laisser oublier que l’auteur des lettres tient les rênes du royaume, d’où d’incessantes allusions aux événements internationaux (l’élection du Pape, les relations extérieures), et aux problèmes de l’État (la liquidation du système, la misère du peuple, la lutte contre la peste, le rétablissement des finances, la santé du roi) : par ces informations, fragmentaires mais sans cesse rappelées, Villeroy s’affirme constamment comme au centre du pouvoir, façon indirecte de rappeler au prévôt des marchands la différence de dignité entre les deux correspondants.

4Même si les textes qui nous sont parvenus sont à sens unique, la correspondance est cependant – tout naturellement – d’abord échange, aller et retour. Sa première caractéristique est sa quasi-quotidienneté. Au cours de l’année, plus de 230 courriers sont échangés, les deux tiers dans le sens Lyon-Paris, et presque deux fois moins de Paris à Lyon. Villeroy, qui se justifie de ces retards par l’excès de ses occupations, répond le plus souvent à deux ou trois lettres successives de Cholier. Souvent il termine le lendemain une lettre laissée inachevée la veille, et peut ainsi apporter de nouveaux éléments de réponse au courrier parvenu entre temps. La distance, la lenteur relative des transports le plus souvent, ne perturbent guère cet échange quotidien : les nouvelles parviennent souvent en moins de quatre jours, et il ne faut pas plus d’une semaine, quand l’urgence se fait sentir, pour que les éléments de réponse soient entre les mains du demandeur. Il y a quand même trois rythmes différents au cours de l’année, sans parler de quelques brèves périodes de silence, correspondant aux voyages du duc de Villeroy soit en Lyonnais, soit en sa terre de Villeroy (interruptions en mars, début mai, et deuxième quinzaine de décembre). Le plus souvent le prévôt des marchands écrit tous les jours, ou tous les deux jours, et Villeroy répond une ou deux fois par semaine. Mais quelques fois, quand les affaires de l’État ou de la ville nécessitent une plus grande célérité dans la communication de l’information, les lettres de Villeroy se succèdent à une cadence plus rapide (trois jours de suite, cinq ou six fois dans l’année). Très rarement le vieux duc, qui se contente autrement de signer les textes écrits par son secrétaire, rédige lui-même un court billet. Une seule lettre est tout entière de la main de Villeroy, et elle a trait à des problèmes financiers trop personnels pour être confiés à la plume d’un secrétaire pourtant sûr.

5Plusieurs lectures peuvent être faites de ces 80 lettres envoyées à Lyon par Villeroy au cours de l’année. Nous voudrions seulement en retenir deux, qui seraient complémentaires. Sans arrêt, Villeroy gouverne la ville et la province, malgré l’éloignement physique et la distance géographique, intervenant sur tout, régentant tout, descendant jusqu’aux moindres détails. Mais ce commandement de la ville est une reproduction à l’échelle locale du gouvernement de l’État : il n’y a pas d’autonomie reconnue de la réalité provinciale, les principes qui sont applicables à la conduite de l’État sont a priori valables pour une cité. Il faudrait ici une véritable analyse thématique, reprendre les mots, les formules, leur répétition, leur succession pour bien démonter le système. L’apparence est sans doute dans l’emploi incessant de formules qui veulent traduire une pensée politique à vrai dire banale. Villeroy s’exprime par aphorismes, par maximes redondantes, qui peuvent justifier la sévérité de Saint-Simon. Mais sa philosophie politique n’est cependant pas sans une certaine grandeur. Ce vieux courtisan revendique très haut un sens indéniable de l’État : il joue de son grand âge, de sa grande expérience, de sa haute situation pour multiplier les leçons de morale politique, le service de l’État se confondant souvent avec la fidélité au roi : « Dans des temps aussi difficiles que ceux-ci, les gens de bien et d’honneur doivent ranimer leur zèle et leur fidélité pour le service du roi », écrit-il le 7 janvier pour que le prévôt des marchands fasse pression sur un notable lyonnais qui se fait prier pour accepter une fonction municipale. Mais ce service de l’État repose sur le lien personnel qui est tissé entre la ville et le duc de Villeroy.

Quand il s’agit d’autorité, il n’y a point d’[autre] ménagement que dans la manière de commander, mais il faut être obéi. Comme commandant, vous avez droit de commander dans l’enceinte de la ville comme moi. Ainsi nuls ménagements sur cela, hors, je le répète encore, que le ton ne soit pas aussi impératif que celui que je pourrai prendre si j’étais sur les lieux, fortiter in re, suaviter in modo. (18 février)

6Commander la ville, c’est tisser d’abord tout un réseau de relations, d’interventions, de contrôles ; c’est connaître les hommes à tous les emplois, et être capable d’avoir prise sur eux. Rien n’est indifférent au duc de Villeroy : il prend garde aussi bien au remplacement d’un domestique chez l’archevêque, qu’à rappeler au consulat de ne pas oublier son secrétaire dans la distribution des étrennes. Tous les échelons de la société, tous les corps juxtaposés, souvent rivaux, parfois associés, à partir desquels se constitue la vision globale de la ville, que peut en avoir le gouverneur, sont présents dans la correspondance. Plus d’intérêt bien sûr est apporté aux corps qui oseraient prétendre limiter les prérogatives ou les pouvoirs du gouverneur, et les chanoines comtes de Lyon, chanoines du chapitre cathédral de Saint-Jean sont l’objet de multiples rappels à l’ordre. Tout ici est prétexte à critique et appel au rabaissement. Quelle honte qu’un comte offre une réception trop brillante quand le peuple a faim, quelle insolence de vouloir contrecarrer la justice du roi au nom de privilèges qui ne valent que s’ils ne restreignent pas justement l’autorité absolue de l’État. Mais les négociants, qui ne forment qu’imparfaitement un corps constitué, sont aussi visés. Tout doit être fait pour que les marchands de Lyon ne souffrent pas trop des deux catastrophes de l’année, la liquidation du système, et la peste de Marseille. Villeroy intervient plusieurs fois au Conseil pour obtenir des aménagements ou des améliorations en faveur des négociants de sa ville, diminuer les remboursements de dette, atténuer le montant des impositions, débloquer des sommes en bon argent pour relancer la circulation des espèces et des marchandises, lever les blocus sur le commerce avec les pays étrangers, la Suisse, l’Italie ou l’Espagne, qui ont fermé leurs frontières par crainte de la peste. Mais ces mesures ne sauraient être la suite de pressions directes, ou de mouvements revendicatifs. Villeroy se moque du « Parlement de Bellecour », jolie formule pour dénoncer les groupes qui se réunissent dans les hôtels proches de la place Louis-le-Grand et qui constitueraient une opinion publique locale, groupe de pression bien sûr intolérable. Le gouvernement peut se donner le luxe de la magnanimité, mais après avoir fait sentir durement le poids de son autorité, et avoir fait connaître son refus de céder aux pressions : « Les négociants seront soutenus par moi autant que la justice l’exigera, et je vous assure que leurs discours ni leur mauvaise conduite ne me changeront pas » (20 janvier). Pour ce qui est du peuple, plus anonyme, craint parce que capable d’émotion violente, Villeroy n’en parle dans ses lettres que pour en demander la surveillance, mais aussi pour que le pouvoir local agisse de façon à éviter toute occasion de troubles ou de violence. Nourrir le peuple reste le souci premier, et pour cela la Ville doit être particulièrement attentive aux approvisionnements et aux prix. Acheter des blés, mais essayer de le faire quand ils sont bon marché, donner des avis sur l’état des récoltes et les stocks dans les autres provinces, sont aussi une forme du contrôle de la gestion de la ville. Les problèmes économiques tiennent d’ailleurs une grande place dans la correspondance. Ici Villeroy profite incontestablement de sa place dans l’État pour obtenir des faveurs pour sa ville ou pour sa province : obtenir qu’une importante dette de la ville soit réglée en billets de banque en janvier 1721 est bien sûr une opération fructueuse, autant que faire débloquer des espèces pour de grands travaux en cours au pont de la Guillotière ou aux fortifications. C’est d’ailleurs peut-être dans ce domaine économique et financier que Villeroy connaît le plus de difficultés pour imposer ses vues et régner sans partage. Toute l’année 1721 est occupée par le problème de la reddition de ses comptes par Gaultier, le receveur général de la ville. Villeroy, malgré ses oppositions, ses colères, ses objurgations incessantes pour faire accélérer les opérations, ses critiques de plus en plus dures contre un receveur accusé de filouterie, ou au moins de faire passer le soin de ses intérêts avant ceux du service public, ne peut rien obtenir. Dans ce cas, il n’est peut-être pas bon de pousser un receveur de la ville dans ses derniers retranchements : on finira par accepter ses comptes, par lui payer l’indemnité qu’il réclame. La toute-puissance du gouverneur et de ses représentants dans la ville semble bien s’arrêter aux serrures des coffres de la ville !

7Le pouvoir sur la ville est accompagné par le contrôle sur la province. Ici Villeroy porte la plus grande attention aux nominations d’officiers, et aux responsabilités relatives des différents corps concernés, pour la défense de la ville, pour la surveillance des frontières ou des points d’accès. La peste de Marseille impose la plus grande rigueur, et Villeroy appelle à des châtiments exemplaires contre tout soldat qui aurait failli dans sa tâche, ou qui aurait fermé les yeux sur des trafics prohibés. Dans ce domaine pourtant, l’attention de Villeroy semble être, encore plus que dans la conduite de la ville, portée à contrôler les empiètements d’autorité qui seraient le cas d’autres personnes ou d’autres pouvoirs. De même qu’il faut restreindre l’autorité des comtes de Lyon aux limites de leur cloître, de même il faut s’assurer que le gouverneur du Dauphiné ne dépasse pas les bornes de sa province, pour se mêler de contrôler les rives du Rhône ou pour empiéter sur le territoire de la Guillotière. Conflit exemplaire que celui qui oppose Lyonnais et Dauphiné. Le prévôt des marchands de Lyon a envoyé une véritable troupe de cent hommes en territoire dauphinois pour protéger un convoi de charrettes de blé destiné à l’approvisionnement de Lyon, que les autorités dauphinoises ne veulent pas laisser sortir. Par mesure de rétorsion, les gens du Dauphiné et le premier président du parlement de Grenoble, qui commande en la province en l’absence du gouverneur, font enlever les moutons des bouchers de Lyon qui paissent dans les prés dauphinois au-delà de la Guillotière, et menacent de bloquer les ponts du Rhône. Intercessions multiples au Conseil, plaintes des deux parties, attaques contre Villeroy qui favoriserait «  l’agression » lyonnaise ! Il faut défendre l’unité du territoire contre les particularismes provinciaux :

Le Conseil ici décide sur la justice et sur l’équité, et toutes les provinces du royaume sont regardées du même œil [...]. (24 septembre)
Il faut répondre aux faits avec raison et sagesse, et dire un mot sur moi, conforme à la vérité, que j’affectionne toutes les provinces du royaume, comme celles qui composent mon gouvernement, et que je suis aussi prêt de représenter leurs intérêts que si j’avais l’honneur de commander en Dauphiné, en Provence ou en Languedoc. (2 octobre)
Ne démordez pas sur la restitution des moutons qui vous ont été enlevés. Si M. de Médavy [commandant en chef en Dauphiné] ne veut pas souffrir qu’ils aillent paître dans le Dauphiné, il vaut beaucoup mieux défendre aux bouchers de faire paître leurs bestiaux en Dauphiné que de se brouiller avec M. de Médavy, mais il ne faut pas souffrir qu’il prenne nos moutons sans justice ni raison. (4 novembre)

8Laissons là nos moutons, pour essayer de comprendre les mécanismes par lesquels Villeroy impose son autorité à la ville et à la province. Il semble bien que son influence, son pouvoir, soient d’abord et avant tout appuyés à la fois sur une parfaite connaissance du milieu et sur un solide réseau de relations personnelles. Villeroy, qui présente souvent son séjour à la cour comme une contrainte ou un exil, ne perd jamais une occasion de se plaindre de ne pouvoir être présent à Lyon autant qu’il le souhaite. Une réjouissance est-elle organisée, un bal a-t-il été donné, un Te Deum célébré pour se réjouir de la convalescence du roi, une décision à prendre pour une question minime d’intendance, de police, d’urbanisme, de finance... ? À chaque fois, Villeroy sait par allusion faire percevoir qu’il n’ignore rien de la réalité lyonnaise. Son fils l’archevêque a pu quitter quelques jours la ville pour sa terre de Neuville, et le vieux maréchal de rappeler la douceur des bords de Saône, voire quelque promenade galante sur la rivière, dans son jeune âge. Il semble se rappeler chaque rue, chaque monument, s’intéresser à toute transformation du paysage urbain, être concerné par toute initiative. Cette connaissance est bien sûr le résultat de multiples séjours antérieurs, la compréhension intime des lieux et des hommes restant la justification de la puissance. Mais cette familiarité avec le cadre physique se double d’une complicité avec les hommes, sans jamais faire oublier la différence de rang.

Voilà un jour qui était bien célèbre autrefois à Neuville. J’y ai couru le cerf plusieurs fois avec votre grand-père. Je me fais toujours une idée agréable de rappeler les temps que j’ai passés à Lyon, avec quelle grâce, quelle simplicité et quelle dignité feu mon oncle faisait les honneurs de sa maison. Dieu veuille que l’archevêque d’aujourd’hui l’imite en tout.

9La famille d’abord, et les relations personnelles avec quelques familles de grands notables lyonnais, sont l’étage supérieur de cette sociabilité lyonnaise. Villeroy ne perd jamais une occasion de rappeler ses liens personnels, son amitié, même sa reconnaissance envers ceux qui ont précédé Cholier comme prévôt des marchands. Environ 300 personnages sont cités au cours de cette correspondance d’une année, pour une moitié environ des Lyonnais, pour l’autre partie des hommes qui participent au pouvoir central, ou qui en sont les représentants dans les autres provinces. La plupart des Lyonnais (125) n’apparaissent qu’une seule fois, pour un problème ponctuel, de même que quelques grands personnages en relation occasionnelle avec la ville. Mais les préoccupations du gouverneur de Lyon peuvent être bien traduites par la fréquence des citations concernant les personnages essentiels de cette chronique de Lyon vue de la cour.

Classement des principaux personnages (avec nombre d’occurrences)

Classement des principaux personnages (avec nombre d’occurrences)

10Ces douze personnes représentent autant de fonctions ou d’institutions (les chanoines comtes de Lyon étant presque toujours cités comme un corps indissociable) et sont tout à fait caractéristiques de l’univers du pouvoir, de l’attention qui passe sans cesse du local au central, du permanent va-et-vient entre les affaires de la ville et leur règlement à la capitale. Ce tableau sommaire révèle bien sûr les préoccupations de Villeroy, et ses affinités : Son Altesse Royale Philippe d’Orléans, Régent du royaume, est moins présent que certains ministres, beaucoup plus souvent sollicités. Et si le cardinal Dubois n’apparaît que faiblement, c’est bien sûr parce que Villeroy est tout à fait conscient des luttes d’influence à la Cour, et parce qu’il cherche à minimiser l’ascension du nouveau ministre. Mais on peut faire le parallèle entre la place prééminente du roi côté État, et de l’archevêque côté Ville. S’il écrit chaque semaine à son prévôt des marchands, Villeroy ne passe pas une lettre sans une allusion à son fils l’archevêque : sa présence permanente à Lyon est garantie de fidélité, de sécurité. La longue domination de la famille sur la ville est ainsi perpétuée, et les interlocuteurs sont choisis de préférence dans le milieu familial ou dans le cercle des relations de clientèle, plus que dans celui des institutions : l’intendant, même s’il a des liens personnels avec Villeroy, qui s’inquiète par exemple de la santé de Madame Poulletier, n’est consulté que secondairement, moins que Perrichon, le secrétaire du consulat, deux fois moins que le fils archevêque.

11Avec ces hommes qui gouvernent la ville en son nom, et en partie pour son compte, le duc de Villeroy n’a pas réellement de relations d’amitié. Il sait apprécier leurs qualités, et exprimer sa reconnaissance pour leur dévouement. Tout jugement sur les hommes est toujours porté en fonction de ces relations personnelles, qui sont aussi marque de dépendance, et rien ne l’indique mieux que les quelques lignes d’éloge funèbre de personnalités qui disparaissent en 1721 comme Pierre Perrichon, le secrétaire de la ville, ou Anisson, député du commerce de la ville de Lyon :

Je regretterai longtemps M. Anisson. C’était un homme d’honneur d’une affection et d’une fidélité qu’on ne peut assez estimer. Pouvez-vous penser que je puisse songer à un étranger pour remplir sa place, et qu’on ose me proposer de jeunes gens sans expérience, quelques bonnes qualités qu’ils aient ? (22 novembre)

12ou, à propos de Perrichon le père,

Il y a plus de trente cinq ans que j’ai travaillé avec lui dans les affaires les plus importantes et les plus secrètes de ma famille et de la ville. J’ai toujours trouvé en lui une droiture, un attachement et une fidélité à ses devoirs, dont il ne s’est jamais démenti un moment. (31 mai)

13L’éloge est en même temps leçon, et exemple. Grand seigneur quelque peu désinvolte, Villeroy n’oublie que rarement la différence de condition entre lui et ses interlocuteurs, et il lui faut parfois revenir en arrière, quand il s’est laissé aller à une intimité mal comprise, comme lorsque Cholier lui fait part du mariage de sa fille :

J’approuve fort le mariage que vous faites de votre seconde fille avec M. de Jannon. Cependant, je ne sais si la demoiselle [Marie-Anne Cholier n’a que 20 ans] sera bien aise d’épouser un homme qui approche de la cinquantaine, sauf à prendre des mesures dans la suite pour s’en dédommager, ce qu’elle pourra bien faire sans vous consulter, ni sa mère non plus. (2 février)

14Le sage et vertueux prévôt des marchands et son gendre n’ont pas dû apprécier beaucoup l’allusion libertine de l’homme de cour... Par deux fois Villeroy est amené à se dédire, pour rassurer les parents :

M. Jannon aurait grand tort de s’effrayer qu’une jeune femme pût être infidèle à son mari. En voit-on quelques exemples ? Ce sont des contes d’esprits follets qui n’ont jamais aucun fondement de vérité. Ce que Madame Cholier et vous lui avez dit doit bien le rassurer. (11 février)

15ou plus tard :

Ce serait un monstre dans la vie civile de voir un mari infidèle à sa femme : c’en serait encore un plus grand que de soupçonner une femme de manquer de fidélité à son mari, ce sont contes d’esprit que d’ajouter foi à de pareilles impostures. (17 juillet)

16Cette répétition prouve à elle seule le caractère choquant de ce laisser-aller de Villeroy, oubliant pour une fois (et cette seule fois ou presque) la nécessité de la représentation, du modèle, du conseil, y compris dans le domaine de la morale privée.

17Cette année de correspondance peut suggérer toutefois une seconde lecture sensiblement différente. Sans doute le lien direct entre Villeroy et la ville de Lyon justifie-t-il à lui seul l’importance de ce courrier, et les préoccupations locales dominantes. Le gouverneur du jeune Louis XV offre sa protection à sa ville, et il interdit aux autorités locales d’oublier à quelque moment que ce soit ce qu’elles lui doivent. Mais cette première analyse ne fait que traduire une double réalité, difficile à fractionner : la permanence, tatillonne et régulière, du contrôle du pouvoir local, mais aussi l’identification de ce pouvoir local avec un homme (il serait mieux sans doute de dire une famille). Toute une partie des lettres de Villeroy prouve cependant que l’attention à la domination et au contrôle de la vie locale n’est pas seulement cette relation de fidélité entre le gouverneur, sa ville et sa province. Plus peut-être que ne le laisse supposer la plume acerbe de Saint-Simon, Villeroy apparaît, et veut apparaître comme un homme d’État, qui ne saurait s’identifier uniquement avec la province qui lui « appartient » en propre. Il ne cesse en fait de se départir d’un jugement qui serait trop « lyonnais », trop déterminé par son « amour » pour la ville de Lyon. « Agitez la matière avec eux (les échevins, le secrétaire de la ville), et raisonnez tous, s’il est possible, comme si vous n’étiez point lyonnais », écrit-il à Cholier, ou encore : « Vous voyez bien que ma première affection se porte pour Lyon, mais que la conservation du royaume m’est également chère », précise-t-il en demandant d’aider les provinces voisines en leur envoyant une partie des blés renfermés dans la chambre d’abondance, et dont la ville de Lyon n’a pas un pressant besoin. Par toutes ses lettres, Villeroy cherche à faire sentir aux Lyonnais qu’ils sont solidaires d’un tout, qu’on dénomme celui-ci le royaume, l’État ou le peuple de France. Cette transition du fait local à l’appartenance nationale est une constante dans le discours. Elle est bien sûr en partie explicable par les fonctions mêmes de Villeroy, et il serait encore possible d’évoquer ici les liens de fidélité à la personne du roi, dont l’éducation lui est alors confiée. Mais elle évoque cependant irrésistiblement le passage à la construction définitive de l’État moderne, mais aussi de l’État centralisateur, dans lequel les divisions locales, les intérêts particuliers n’auraient de sens, que dans leur participation à la construction et à la vie de l’ensemble. C’est en cela que cette année de lettres de Villeroy au prévôt des marchands de Lyon me paraît dépasser le seul cadre de l’histoire locale.

18Le recueil et le contrôle de l’information sont le moyen principal utilisé par Villeroy pour mieux intégrer les Lyonnais dans la vie du royaume. Comme la correspondance elle-même, l’information est à double sens, elle est aller-retour incessant, Paris-province, et province-Paris. À ce niveau, les informations sur les régions proches sont évidemment les plus nombreuses, et les plus fréquemment réclamées. La peur de l’extension de la peste explique la sollicitude de Villeroy à l’égard de tout ce qui peut filtrer à travers les barrières sanitaires disposées par le bureau de Santé. Mais on voit par ces lettres, par les répétitions et les précautions, comme le pouvoir royal concentre les informations, comment il les vérifie en en multipliant les sources, comment il les diffuse après les avoir corrigées, atténuées ou renforcées. Pendant toute l’année 1721, la progression de la peste dans la Provence et aux frontières du Lyonnais est une source d’inquiétude toujours renouvelée, perpétuel va-et-vient entre nouvelles rassurantes et consternantes rechutes : c’est le sujet numéro un des lettres, même si la rémission du mal semble se confirmer. En 80 lettres de Villeroy, la peste est l’objet de plus de 160 informations ou demandes de renseignements. Comment a-t-on pu laisser passer tel messager ? Quel a été l’avis de tel médecin envoyé en inspection ? Peut-on confirmer les nouveaux assauts ? Il est sûr qu’Alès est infesté, Mende, Marjevols, la Canourgue sont atteintes. Le Rhône serait franchi à Tournon, n’a-t-on pas des signes indiscutables du fléau dans le Forez, la peste est à nos portes ! On l’aurait « vue » à Brindas ! De Paris, Villeroy dresse tout un plan de combat, dont le quartier général serait l’hôtel de ville de Lyon, pendant que l’on renforce les cordons sanitaires, que l’on double les gardes aux portes, que l’on ferme les ponts du Rhône. Mais ces informations, filtrées, triées, confrontées les unes aux autres, ne doivent pas être diffusées. Les risques de panique sont grands, l’action est d’autant plus efficace que le secret est mieux conservé. Villeroy fournit une véritable leçon de politique de l’information au prévôt des marchands : il ne faut ni se réjouir trop vite quand les nouvelles sont rassurantes, ni céder à l’affolement quand elles deviennent menaçantes ; mais il est nécessaire de multiplier les précautions, de prévenir, en attendant les confirmations. Et il faut que le réseau d’informateurs dont dispose la ville de Lyon, ses négociants, ses voyageurs, ses relations personnelles soient aussitôt mis au service de l’information centrale. Villeroy, dans chaque lettre, demande des renseignements, qu’il pourra confronter avec ceux obtenus par d’autres voies. Dans près de la moitié des lettres, Villeroy incite à la prudence, conseille le secret ou le silence, donne une leçon de conduite des affaires : «  Écoutez tout, mais ne faites pas grand cas de tout ce qui se dit [...] », « Je voudrais bien que vous ajoutassiez moins de foi à l’infinité de fausses nouvelles qui vous reviennent [...] », « Je vous en prie, ne rendez pas cet article-là publié [...] »,« N’en parlez à personne au monde. » Et ce qui est vrai pour la peste l’est aussi pour le mouvement des espèces, pour le règlement du système de Law, pour les achats de blé... Un autre exemple de cette annexion au service de l’État, même si Villeroy a tendance à s’identifier à lui, est fourni par la diffusion des nouvelles concernant la santé du roi à la fin de juillet 1721. On n’ignore rien à Lyon, du moins à l’Hôtel de Ville, de l’alerte subie par Louis XV aux Tuileries le soir du 31 juillet : Villeroy envoie à Cholier copie du rapport de Dodart, premier médecin du roi, qui ne fait grâce d’aucun symptôme dans sa description clinique du mal, soupçonné être une attaque de variole. Mais cette nouvelle de la maladie ne doit arriver à Lyon qu’accompagnée de celle de la guérison, et il est important ici de rappeler la relation faite par Saint-Simon :

Le maréchal de Villeroy ne manqua pas cette occasion de signaler tout son venin et sa bassesse ; il n’oublia rien pour afficher des soupçons, des soins, des inquiétudes extrêmes... Il multiplia les Te Deum, qu’il incita les divers états des petits officiers du roi de faire chanter en différents jours et en différentes églises, assista à tous... Il ne parlait d’autre chose, et sur sa joie véritable de la guérison, il y entrait une fausse qui puait le parti et le dessein à ne s’y pouvoir méprendre. Il fit faire force fêtes à Lyon et à son fils l’archevêque, dont il eut soin de faire répandre les relations.

19Il est naturellement impossible de séparer, dans ces fêtes « spontanées », ce qui est joie devant la guérison et ce qui doit rejaillir sur la gloire de Villeroy, qui a su « faire éclater la joie de nos Lyonnais ». Mais il est sûr qu’en voulant faire des fastes lyonnaises un exemple pour le royaume, Villeroy cherchait aussi à souligner la fidélité et l’attachement au roi de sa ville :

La seconde ville du royaume a bien répondu à ce qui s’est passé dans la capitale. On a sujet tous les jours de louer le zèle et la magnificence de nos Lyonnais par les marques continuelles qu’ils donnent de leur joie sur le rétablissement de la santé du roi. Chacun cherche à enchérir sur son camarade... J’ai l’honneur de lire au roi toutes les particularités qu’il y a dans mes lettres, et il me paraît qu’il reçoit cela avec bonté.

20Manifestant ainsi son attachement, Lyon ne pourra que bénéficier des grâces du jeune roi, surtout si l’on peut continuer à compter sur Villeroy comme intercesseur privilégié ! Et Villeroy cherche sans cesse à élargir l’horizon politique de ses administrés lyonnais. Ceux-ci sont sollicités pour donner des informations sur la façon dont Law aurait été accueilli à Rome, mais aussi pour transmettre tout ce qu’ils apprendraient sur la tenue du conclave, qui allait porter à la papauté le cardinal Conti (Innocent XIII). Non seulement la France, mais le monde est ainsi relié à la vie lyonnaise. Un dernier exemple en est l’envoi à Lyon d’un ambassadeur du Grand Turc, après son séjour à Paris. De la capitale, Villeroy règle tous les détails de cette réception insolite : un bal masqué, mais pas de joutes trop coûteuses, la milice en armes place Louis-le-Grand pour « amuser un magnifique spectacle », la visite de manufactures de dorures, avec l’espoir d’améliorer les relations commerciales de Lyon avec l’Empire turc, et tout cela sans outrepasser les règles de la bienséance, et en faisant sentir la supériorité du Français, fut-il provincial !

Je vois que vous avez été voir l’ambassadeur turc avec la dignité qu’il convient à un homme qui a l’honneur d’être prévôt des marchands de la ville de Lyon, et commandant. L’ambassadeur est un homme qui a du sens assurément, qui m’a donné toutes sortes de marques de considération, autant qu’un homme sans éducation peut l’imaginer. (26 août)

21Ainsi, par Villeroy interposé, Lyon retrouve une place dans un ensemble plus vaste, et tient son rang, même dans les relations internationales. Paris est bien aise de savoir ce qui se passe en Allemagne, en Suisse, en Italie, et de profiter de l’expérience et des relations des négociants de Lyon en ces régions. Mais un prévôt des marchands ne saurait recevoir un ambassadeur étranger sans apprendre par avance ce qu’il en doit penser, outre ce qu’il peut y dépenser... !

22Pourquoi multiplier les exemples ? Une telle correspondance reste rare parmi les documents qui ont survécu à l’Ancien Régime. Elle permet de mieux comprendre le jeu délicat de l’interférence des relations personnelles, des liens de fidélité, et des rapports du pouvoir. Plus intime, plus précise, toujours attentive aux problèmes locaux, elle invite à une autre lecture de l’absolutisme monarchique de la France du XVIIIe siècle. Le maréchal de Villeroy ne mérite peut-être pas une réhabilitation, mais à travers sa conception des relations ville-État se dessine, malgré la force des liens personnels, le chemin qui conduit à renforcer la centralisation, à diminuer l’initiative locale, à diriger tout, jusqu’aux détails, depuis la capitale. L’administration, les finances, les relations sociales, l’esprit public, la participation à l’information générale, tout est filtré par l’autorité du gouverneur, absent physiquement, mais toujours là. Quand il ne peut multiplier ses lettres, il ordonne que chacun de ses courriers devienne une lettre circulaire, qui transmettra les ordres du prévôt des marchands à l’intendant ou à l’archevêque, pour que nulle puissance locale ne soit censée les ignorer. Gouverner est l’affaire du pouvoir central, et écoutons une dernière fois Villeroy :

Je vous conseille de ne vous inquiéter nullement de ce qui se dit en Franche-Comté, Alsace, Genève et autres lieux. Vous mandez vos sentiments fondés sur de bonnes raisons, les ministres décident. Laissez dire et continuez à servir de votre mieux. (13 août 1721)

Notes de fin

* « Formes de contrôle du pouvoir local : Lyon en 1721 », dans Pouvoir, ville et société en Europe, 1650-1750. Colloque international du CNRS à Strasbourg, octobre 1981, Georges Livet et Bernard Vogler dir., Strasbourg, Association des publications près les universités de Strasbourg, 1983, p. 173-182.

Table des illustrations

Titre Classement des principaux personnages (avec nombre d’occurrences)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/9965/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 90k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540