Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Un historien dans la ville

 | 
Maurice Garden

II - La ville

Aires du commerce lyonnais au xviiie siècle*

Texte intégral

  • * « Aires du commerce lyonnais au XVIIIe siècle », dans Aires et structures du commerce français au (...)
  • 1 Jean Peyrot, « Les techniques du commerce des soies au XVIIIe siècle, à travers les documents comm (...)
  • 2 Pierre Léon, Jacqueline Fayollet et Maurice Garden, « Recherche conjoncturelle et milieux économiq (...)

1Il peut paraître ambitieux de vouloir atteindre la réalité du commerce lyonnais à partir d’une source unique. En réalité plusieurs enquêtes ont été réalisées par les chercheurs lyonnais pendant ces dernières années. Les papiers de commerçants, dont le Centre d’histoire économique de la région lyonnaise prépare la publication des inventaires, ont été l’objet de plusieurs études fragmentaires, monographies d’entreprises commerciales dispersées dans le temps, dans leur espace commercial également, souvent aussi dans leurs préoccupations. Quoi de commun entre un Fayet1, marchand d’étoffes de soie et un Cuentz ou un Gonzebat2 ?

2La monographie d’entreprises constitue un témoignage remarquable quand la source est bonne. La carte dressée par Jean Peyrot des relations d’affaires de la maison Fayet est fort intéressante. Le Centre d’histoire économique et monsieur Pierre Léon ont entrepris depuis plusieurs années une cartographie systématique des correspondants de ces marchands lyonnais – cartes qui montrent toute l’étendue du « réseau commercial » lyonnais. Il reste cependant que l’indicateur (la correspondance) est grossier pour connaître le volume du commerce lyonnais et sa géographie propre. Les lettres peuvent n’être souvent que demandes de renseignements, par exemple le prix des soies en Italie ou dans la vallée du Rhône, sans intention d’achat. Elles sont liées souvent également au commerce des lettres de change, d’où l’importance du trafic avec les grandes places bancaires comme Londres et Amsterdam, qui ne recouvrent peut-être pas échange de marchandises.

3La critique de ces premières études a conduit à chercher des sources plus massives de l’histoire commerciale. À défaut d’un nombre suffisant de livres de commerce, trop souvent discontinus, les archives lyonnaises contiennent au moins trois séries de documents, dont l’exploitation massive a été envisagée.

  • 3 Il s’agit d’une idée commune à Richard Gascon pour le XVIe siècle, à Louis Bergeron et à moi-même (...)

4Dans les minutes notariales, des milliers de protests sont entreposés chaque année. Comme pour la correspondance, ces protests ne sauraient donner une image réelle du commerce italien. Ils peuvent toutefois servir de révélateur pour certains grands flux, et être une source primordiale pour la constitution d’un fichier national et international des grandes maisons marchandes, qu’il faudrait entreprendre sur l’ensemble des archives françaises3.

  • 4 Voir entre autres, en dehors d’études plus anciennes d’Henri Hauser : Jean Sentou, « Faillites et (...)
  • 5 Maurice Garden, Lyon et les Lyonnais au XVIIIe siècle, Paris, Les Belles Lettres, 1970, p. 378-379

5Les dossiers de faillites commerciales sont une deuxième série capitale. Il est inutile de refaire ici leur description d’ensemble ou leur procès4. Il s’agit là encore de documents individuels, et d’un type particulier. Il peut sembler curieux d’étudier un flux commercial à partir de simples faillites, témoignages d’échecs plus que de réussites. Toutefois le libéralisme en matière de faillite fait que les maisons en difficultés se reconstituent vite. Peut-être faudrait-il cependant envisager une critique interne plus sérieuse. L’analyse de l’échantillon lyonnais retenu au début du troisième tiers du XVIIIe siècle privilégie encore l’axe ibérique dans le commerce lyonnais, alors que de multiples témoignages insistent sur le tournant pris alors par les négociants de Lyon dans leur recherche de marchés nouveaux dans l’Europe centrale, orientale et septentrionale5. L’importance du trafic espagnol ou portugais dans les bilans de faillite est peut-être signe de ce retournement de la politique lyonnaise : la recherche de nouveaux marchés est directement liée aux difficultés de l’ancien débouché prépondérant. Le bilan de faillite serait alors plus le témoin d’un commerce en déclin, que des voies nouvelles en plein essor, source de profits et d’enrichissement que l’on trouve donc beaucoup moins dans les faillites.

6Les papiers de faillite lyonnais sont mal classés, difficiles à repérer, dispersés. L’ensemble de la série dite « Papiers des industriels et des commerçants » aux archives départementales du Rhône est composé de reliques des pièces saisies pour les jugements du tribunal de la Conservation : elles sont très incomplètes. Les liasses de la Conservation contiennent un grand nombre d’actes concernant les procès de faillite eux-mêmes. Parmi elles, les bilans déposés par les marchands au greffe du tribunal sont les plus précieux. Mais ces bilans sont hétérogènes. Mal présentés souvent, faits à plusieurs reprises après recollement et vérification, ils sont d’exploitation délicate. Souvent les marchands déposaient également des bilans chez les notaires, et certains se trouvent ainsi en double exemplaire mais pas toujours. Beaucoup enfin semblent avoir disparu. Comment ? Pourquoi ? Dans l’état actuel des archives, la réponse est difficile.

7Par souci d’uniformisation, nous avons retenu pour cette étude un échantillon limité, constitué uniquement de bilans de la Conservation, pour les années 1763-1771, c’est-à-dire la période suivant la fin de la guerre de Sept Ans, période faste pour le commerce français et lyonnais qui connaît alors une remarquable expansion.

  • 6 Roger Charrier, « Livre et espace : circuits commerciaux et géographie culturelle de la librairie (...)

8Enfin le déroulement particulier de la Révolution à Lyon explique la présence d’une troisième source. Nombre de marchands et négociants ont été pourchassés, et souvent condamnés, dans les mois qui suivent le siège de Lyon en 1793. La série Q des archives départementales renferme ainsi, au milieu de séquestres alors effectués par les autorités révolutionnaires, une importante série de bilans de marchands divers ; cette série est elle aussi malheureusement incomplète. Les bilans sont, plus encore que pour la Conservation, mal présentés et hétérogènes. Ils ont cependant l’avantage de ne pas être des bilans de faillite, même si les circonstances des années 1792-1794 expliquent leur très mauvaise situation : le commerce lyonnais d’exportation, celui de la soierie en particulier, souffre tout particulièrement de la fermeture des frontières étrangères, de la difficulté aussi du commerce maritime. De nombreuses créances portées au bilan évoquent des envois anciens vers l’Allemagne, la Russie, l’Amérique : elles ne peuvent guère permettre de juger de l’ensemble des activités commerciales de Lyon pendant la Révolution. Il faudrait ici une critique serrée du document qui mérite à lui seul une étude plus approfondie6.

9Aussi avons-nous préféré concentrer notre étude sur le XVIIIe siècle, ne donnant que des indications succinctes sur la période révolutionnaire. En particulier, la cartographie n’a été faite que pour la première période. Répétons qu’il ne s’agit que d’une ébauche, mais il nous semble que la méthodologie est suffisamment rigoureuse pour pouvoir être étendue à l’ensemble du XVIIIe siècle et sans doute après.

PRÉSENTATION CRITIQUE DE L’ÉCHANTILLON PROBLÈMES DU CONTENU

10Pour la période 1763-1771, ont été retenus 67 bilans de faillites. Un seuil de 50 000 livres a été fixé, en dessous duquel les bilans dépouillés ont été éliminés. Il s’agit d’une masse assez importante de petits marchands ou artisans lyonnais ou régionaux, dont l’aire commerciale est strictement limitée à la proche région lyonnaise.

11De même n’ont pas été retenus les bilans des marchands non domiciliés à Lyon, ou marchands roulants fréquentant les foires, ou marchands dont la faillite est jugée à Lyon par suite de l’intervention d’un débiteur lyonnais ou à cause du privilège du tribunal lyonnais qui lui donne à connaître de tout ce qui peut être en rapport avec les foires de Lyon.

Tableau 1 - Bilan global de 67 marchands lyonnais (1763-1771)

Tableau 1 - Bilan global de 67 marchands lyonnais (1763-1771)

Tableau 2 - Bilan global de 59 marchands lyonnais en 1793

Tableau 2 - Bilan global de 59 marchands lyonnais en 1793

12En fait, le tableau 1 déforme la réalité des bilans. Les artifices comptables des marchands du XVIIIe siècle laissent apparaître un actif important, supérieur au total du passif, mais combien trompeur. Le tableau 3 fournit une répartition plus exacte de l’actif réel, tel qu’il est présenté.

Tableau 3 - Structure des actifs (marchands du XVIIIe siècle)

Tableau 3 - Structure des actifs (marchands du XVIIIe siècle)

13La situation réelle est donc beaucoup plus mauvaise que ne le laisse apparaître un premier bilan trop manifestement tronqué. Les seules dettes actives du commerce recouvrent un peu moins de la moitié du passif. Nettement moins de la moitié de l’actif. Si l’on ajoute les « bons débiteurs » et les biens meubles et immeubles des faillis le passif n’est encore couvert qu’à 75 % environ. Les difficultés de ces marchands lyonnais sont ainsi parfaitement mises en évidence. Une étude comparée des accords entre créanciers et des traités conclus montrerait que les créanciers sont loin de retrouver d’ailleurs – et avec quels délais – ces 75 % qu’ils pourraient attendre d’une liquidation rapide et totale.

14Cette première analyse montre donc l’ensemble des indications à partir desquelles il est possible de rechercher une géographie du commerce lyonnais de cette période. Les documents ne distinguent pas toujours parfaitement débiteurs bons, douteux ou mauvais ; et furent éliminées, quand il était possible, les deux dernières catégories. De même, pour quelques bilans (10 sur 67), aucune répartition géographique des créanciers n’est donnée : au total, il est possible de faire une ventilation pour un peu plus de 7 millions de livres :

France, sans Lyon

2 282 000 livres

étranger

2 203 000 livres

Lyon (pour mémoire)

2 937 000 livres

15En réalité, il est très difficile d’étudier dans ce cadre les débiteurs lyonnais. Leur liste est considérable (plus de 700 noms), mais sur celle-ci figurent à côté des grandes maisons de commerce ou de banque (Gonzebat, Chaix, Orsel, Tolosan) un certain nombre de débiteurs qui semblent plutôt appartenir à l’aristocratie locale de charge ou de fonction : quelques-uns de ces négociants en faillite prêtant de l’argent, sous forme de billets ou d’obligations, en dehors de toute transaction commerciale. Peut-être figurent aussi (pour les marchands fabricants) de simples clients parmi les riches notables de la ville de Lyon.

16Une rapide analyse des passifs est encore plus difficile, et sans doute plus incertaine. Sans doute est-il possible d’isoler les dettes privilégiées (par exemple dues aux ouvriers, aux fournisseurs domestiques, aux membres de la famille ou aux propriétaires) et hypothécaires (le plus souvent pour couvrir les dots et avantages nuptiaux consentis aux épouses). Pour l’ensemble des 67 marchands concernés, le total de ces chapitres est seulement de 1 541 000 livres (soit 12,1 % du total du passif). Le reste est la masse des créanciers chirographaires, inscrits sur les livres de commerce. Mais les créanciers lyonnais dominent d’une façon absolue. La répartition géographique des passifs est la suivante :

Lyon

8 969 000 livres (79,2 %)

France (sans Lyon)

1 603 000 livres (14,4 %)

pays étrangers

709 000 livres (6,4 %)

17Aussi bien pour les Lyonnais que pour les autres créanciers, il est impossible de faire la distinction entre créances commerciales et emprunts sous forme d’emprunt ou d’obligation. Parfois une précision est ajoutée, comme pour le bilan de Thévenet et Giraudin Père et Fils, fabricants d’étoffes de soie à Lyon :

créanciers privilégiés

17 113

créanciers pour dépôt

123 109

créanciers pour marchandises

248 791

total

389 013

18Mais ce n’est pas toujours le cas, loin de là. Là encore, une liste des 668 importants créanciers lyonnais constituée à partir des bilans (non sans difficulté à cause des orthographes, et des variations de raisons sociales des maisons de commerce d’une année à l’autre, voire d’un bilan à l’autre) montre que la créance lyonnaise moyenne est d’environ 14 000 francs. Environ 10 % de ces créanciers concentrent un peu plus du tiers de l’ensemble des dettes des marchands faillis. Parmi eux bien sûr sont inscrits les plus grands noms du commerce lyonnais et de la banque (Birouste, Fulchiron, Couderc et Passavant, Guérin, Delessert, Vincent, Tolosan encore, Vouty...), mais également des veuves, des bourgeoises, des nobles du consulat ou de la cour des monnaies, prêteurs qui subissent ainsi des pertes importantes (souvent causes de faillites en chaîne, comme pour Birouste).

19Il n’en reste pas moins que l’utilisation des bilans semble donc permettre assez mal l’étude des importations lyonnaises. Les dettes envers les pays étrangers sont rares et faibles. On ne trouve que deux directions relativement importantes : l’Italie, avec 330 000 livres (46,4 %), et la Suisse avec 380 000 livres (39,5 %) ; presque rien avec l’Angleterre, l’Espagne, les Provinces-Unies. Il semble bien que le commerce étranger (même pour les soies) ait échappé au marchand lyonnais, sauf au grand marchand de soie, plus ou moins banquier, dont nous n’avons pas d’exemple dans notre échantillon.

20Les dettes passives françaises sont presque aussi faibles que les dettes étrangères, et elles sont dominées par les créances parisiennes (30 %) et locales (Saint-Etienne, 16 % ; total région lyonnaise 27 %). Il faudrait ici un échantillon plus représentatif pour étudier valablement la structure du commerce d’importation lyonnais du XVIIIe siècle.

21Tout en nous limitant à la présentation détaillée des bilans du XVIIIe siècle, une comparaison avec les séquestres révolutionnaires montre que les structures du commerce lyonnais n’ont pas changé dans leur ensemble. En effet, la part des créances étrangères détenues par les plus importants faillis lyonnais du XVIIIe siècle se montait à 19,5 %. Dans les séquestres révolutionnaires, pour les mêmes catégories marchandes (négociants, marchands fabricants, toiliers et drapiers), la part des exportations dans l’actif total a légèrement augmenté (22 %), mais sans qu’il y ait véritablement changement de nature dans les proportions – sinon dans les directions. Il y a là également une conclusion provisoire qui devrait être confirmée par un dépouillement plus général.

LE DÉTAIL DE L’ÉCHANTILLON : ESSAI DE CLARIFICATION

22Jusqu’ici l’échantillon étudié a été considéré comme un tout homogène, un ensemble de 67 marchands lyonnais présentant des caractères communs. Il apparaît vite qu’une telle généralisation est abusive.

23On ne saurait en effet assimiler entre eux tous ces marchands. Sans doute ont été exclus les plus petits. Mais de réelles et importantes différences existent encore à l’intérieur du groupe.

24Deux classements pourraient être proposés. L’un en prenant pour principe de clarification le montant des bilans, l’autre en utilisant les dénominations des documents eux-mêmes, malgré les risques d’erreur qu’une telle option comporte.

25L’actif moyen d’un bilan étant de 200 000 livres, il était facile de regrouper ces actifs selon leur montant :

moins de 100 000 livres

29

de 100 000 à 250 000 livres

23

de 250 000 à 500 000 livres

9

plus de 500 000 livres

6

total

67

26À l’intérieur de chaque catégorie se retrouvent en fait des marchands de nature différente. Il a semblé préférable de conserver plus d’importance à la terminologie du XVIIIe siècle. Trois types de commerce sont nettement distincts.

27Le plus facile à délimiter est celui des marchands fabricants. Ils représentent l’aspect le plus caractéristique du commerce lyonnais : la vente des étoffes qu’ils ont donné à fabriquer aux ouvriers de soie disséminés dans les ateliers lyonnais. Ils ne possèdent sans doute pas le monopole de la vente des étoffes de soie, mais seuls peut-être de tous les marchands, ils vendent un seul type de marchandises, à l’exclusion de tout autre article. Vingt marchands, exactement 30 % de l’ensemble, appartiennent à cette catégorie. Sa structure économique est très variée. Parmi eux se rencontre la maison la plus importante de notre échantillon, Antoine Fabre Père et Fils et Cie (28 mars 1767), dont l’actif s’élève à 1 134 000 livres, le passif à 863 000 livres. Il s’agit d’un marchand fabricant qui ne se contente pas de vendre, comme l’indique le bilan, « étoffes, rubans, satin, moire, taffetas brochés » etc., mais qui a ajouté à son commerce de soieries le commerce de la matière première, une situation intermédiaire donc entre le marchand de soie et le marchand fabricant – d’où d’ailleurs des dettes fort importantes en Italie (Gênes, Turin, Livourne), fournisseur de la précieuse soie. Si deux autres maisons se trouvent autour de 500 000 livres, dans l’ensemble cependant il s’agit de commerces de dimension modeste.

28La moyenne de l’actif de ces 17 petits marchands fabricants se monte à seulement 116 000 livres. Leur déficit est plus prononcé que pour les trois plus fortunés. Ces données confirment la faiblesse des structures de ce commerce lyonnais des étoffes de soie. Les petits marchands fabricants sont très nombreux (sans doute 300 à 350 maisons au XVIIIe siècle), avec des capitaux et des moyens limités, cause de faiblesse et bien sûr de faillite. Les grandes maisons de commerce sont plus rares (une cinquantaine). Mais elles peinent à imposer la concentration qu’elles souhaitent, et rencontrent également souvent des difficultés, d’autant plus que, plus directement en liaison avec l’étranger, elles sont plus soumises aux aléas de la conjoncture internationale.

29Le pourcentage des marchandises dans les actifs est exactement le même que pour l’ensemble de l’échantillon (17,30 %), avec cependant de grandes variations d’un individu à l’autre. Le stock atteint 27 % de l’actif chez Thévenet et Giraudin déjà cité ; il n’est que 12,5 % chez Fabre, et il est parfois extrêmement faible, entre 10 000 et 25 000 livres dans la plupart des bilans. La faiblesse des stocks est sans doute cause de la fragilité du commerce des étoffes de soie. Elle témoigne aussi de la relative rapidité de circulation des marchandises. Les marchandises expédiées, non encore payées, représentent un montant triple du stock de marchandises en magasin.

  • 7 Jacques Savary des Bruslons, Dictionnaire universel de commerce, t. II, Paris, J. Estienne, 1723-1 (...)

30La deuxième catégorie est constituée par les négociants. Le terme est devenu commun à Lyon à la fin de la première moitié du XVIIIe siècle. Il est cependant difficile d’établir une différence exacte entre le marchand et le négociant. Comme le rappelle en effet le Dictionnaire du commerce de Savary, le marchand est « toute personne qui négocie, qui trafique ou qui fait le commerce » : on peut être marchand en boutique ou en magasin, sur les foires ou les marchés, ou même « envoyer pour son compte des marchandises dans les pays étrangers »7. On avait tenté d’établir une distinction entre le négociant, qui tient un magasin, alors que le marchand serait plus un détaillant dans sa boutique. Il semble qu’à Paris et au début du XIXe siècle, cette distinction ait été acceptée. Mais à Lyon (comme à Paris) existent des corps de marchands souvent marchands en gros, comme les toiliers, les drapiers, les merciers.

31D’une façon générale, tous les négociants se définiraient à la fois parce qu’ils sont marchands en gros et parce qu’ils vendent toutes sortes de marchandises, sans avoir de spécialité. L’imprécision des bilans, à l’inverse des inventaires après décès, beaucoup plus détaillés, interdit le plus souvent de connaître la nature du trafic du négociant. Nous avons donc été conduits à séparer d’une part les négociants, auxquels nous avons associé marchands toiliers et drapiers, et à réunir dans le troisième groupe tous les marchands, en détail ou en gros, sans spécialité définie, mais surtout les marchands spécialisés. Au hasard des bilans, quelques notations isolées permettent de deviner ces trafics fort divers. Pierre-César Sonnerat Père Fils et Cie, négociants à Lyon, présentent dans leur actif 88 000 livres de marchandises diverses et 74 000 livres de blé, alors qu’au chapitre des pertes on apprend qu’un bateau chargé de blés a coulé avec sa cargaison, occasionnant une perte de 18 000 livres (9 juillet 1764). En d’autres lieux, les Sonnerat étaient sans doute qualifiés de marchands de blé ou de grains, mais ils avaient ajouté d’autres produits à côté de leur spécialité, et il est peu probable que leurs débiteurs de La Haye, de Cadix ou de Francfort leur aient acheté des blés. Tel autre, sous le nom de négociant, vend des étoffes (Benoît Canin Père et Fils, janvier 1771), un autre des indiennes et des « blondes » de Paris (Pierre Godinot et Cie, décembre 1768). Il n’y a guère de différence parfois entre le mercier ou l’épicier, et le négociant, dont les réserves semblent bien réduites. Jean Vial, qualifié de négociant (janvier 1768), est chargé de plus de 62 000 livres de dettes chirographaires. Il ne peut répondre que de moins de 20 000 livres de bons débiteurs, et son « magasin » contient pour moins de 2 000 livres de produits aussi variés que des mouchoirs, des savonnettes, des graines d’Avignon, des pistaches, du sirop, de la lavande...

32En effet, le négociant ne se distingue pas par un niveau d’activité très supérieur aux autres marchands. La moyenne des actifs de cette catégorie n’est pas très au-dessus de celle de l’ensemble de l’échantillon, et les passifs dépassent à peine les actifs. En dehors de quelques-uns, comme Sonnerat déjà cité, leurs stocks de marchandises sont même nettement inférieurs à la moyenne (dans l’ensemble 12,5 % de l’actif). Il est fort probable que, très souvent, les marchandises étaient vendues soit en compte à demi, soit à commission, sans même transiter par Lyon. Ainsi Veuve Royer et Ribier, négociants à Lyon, incorporent dans leur actif pour 63 000 livres de marchandises en nature en différents endroits de la Bretagne, avec une perte d’un tiers de marchandises avariées. Malheureusement dans ce cas précis (novembre 1768), le bilan ne permet pas de connaître le détail des débiteurs, ni de savoir quel type de marchandise ce négociant lyonnais pouvait vendre en Bretagne, ni si la destination des produits était la Bretagne intérieure ou les ports maritimes.

33Le troisième groupe rassemble donc la plupart de ceux qui ont des spécialités plus définies, même si cette définition implique une grande variété de marchandises, comme pour les épices, ou les marchands merciers. Il y a 4 marchands épiciers, de niveau nettement inférieur à la moyenne, 4 marchands merciers également peu fortunés, 2 marchands de bas, 2 marchands de fer dont l’un possède des forges en Franche-Comté, 1 marchand de boutons, 1 marchande de parfums, et enfin tout un groupe sans aucune autre appellation que celle de marchand : certains, par le montant de leurs actifs, sont sans doute à la limite de la boutique. Trois d’entre eux atteignent juste le palier de 500 000 livres qui les placerait au sommet du niveau des négociants lyonnais. Ces marchands disposent de stocks de marchandises nettement plus importants que les marchands fabricants et que les négociants (moyenne de 50 000 livres : 23 % de l’actif). Paradoxalement, leur rôle de distribution surtout régional semble donc ralentir le rythme de circulation de leurs réserves.

Tableau 4 - Les trois groupes de marchands

Tableau 4 - Les trois groupes de marchands

34Les trois groupes ainsi définis sont sensiblement de dimension et de poids égal dans l’échantillon (tableau 4), et il est donc possible de comparer la ventilation de leurs ventes, exprimées dans leur actif. Tout autre classement paraîtrait en effet arbitraire.

35Sans doute 11 faillites dépassent des actifs de 400 000 livres (le double au moins de la moyenne) : à eux seuls ces 11 marchands totalisent exactement la moitié du total des actifs. Mais ils se répartissent aussi presque exactement à l’intérieur de chaque catégorie, de même que les actifs inférieurs à 150 000 livres (tableau 5).

36Tout juste peut-on remarquer la légère supériorité des négociants dont les affaires sont les plus importantes, et la légère infériorité des marchands, à la fois les plus nombreux dans les catégories les plus faibles, et les moins riches au sommet de la hiérarchie. Il faudrait d’autres analyses pour compléter ces différences à peine esquissées. En réalité ce classement permet surtout de chercher les marchés prospectés par les marchands lyonnais. Est-ce que le type d’activité a plus d’importance que la dimension de l’entreprise pour différencier les maisons de commerce de Lyon au XVIIIe siècle ?

Tableau 5 - Classement des marchands lyonnais selon la valeur des actifs

Tableau 5 - Classement des marchands lyonnais selon la valeur des actifs

DU GRAND NÉGOCE AU COMMERCE RÉGIONAL

37Un échantillon plus important permettrait peut-être de distinguer les aires du commerce lyonnais spécifiques à chaque type de marchandise. Une exploitation systématique des séquestres révolutionnaires peut apporter une première réponse, même si les événements intérieurs et internationaux perturbent à ce moment la structure des marchés traditionnels.

38Mais, avec les bilans du tribunal de la Conservation, il n’est pas possible, en dehors de la soierie, de dresser une cartographie régionale pour les divers types de marchands – drapiers, toiliers, marchands de fer, libraires – dont quelques exemples se rencontrent dans les séquestres (mais privilégient sans doute trop l’exemple individuel au détriment des directions globales). Aussi avons-nous systématiquement évité cette dispersion et nous avons renoncé à toute analyse individuelle, ou à toute cartographie des réseaux commerciaux d’une seule maison ou d’un seul type de marchandise, sans nous dissimuler l’arbitraire d’un tel regroupement, puisque le bois peut être associé au blé dans tel trafic, la toile de Saint-Gall aux produits tinctoriaux ou exotiques dans tel autre.

39Pour la commodité de la cartographie, il est nécessaire de séparer la France du commerce extérieur, surtout européen. Cette division est passablement arbitraire. Cependant, les trois catégories définies précédemment présentent des caractères particuliers et l’on peut représenter déjà graphiquement la répartition géographique des ventes lyonnaises en cette fin du règne de Louis XV. Deux groupes sont assez proches : ceux des négociants et des marchands fabricants. Les créances sur l’étranger représentent du quart au cinquième de leur actif, alors que cette proportion n’atteint pas 10 % pour l’ensemble des marchands. Le débouché parisien affirme la même division : un peu plus de 10 % pour les marchands fabricants et négociants, moins de 5 % pour les marchands. Le reste du marché français est minime pour les deux premières catégories, alors qu’il représente l’essentiel de l’actif pour les marchands.

Trois types de marchés du commerce lyonnais au XVIIIe siècle

Trois types de marchés du commerce lyonnais au XVIIIe siècle

40L’opposition entre le grand négoce national ou international, et un commerce français seulement, même s’il n’est pas strictement régional, est donc ainsi mise en lumière, opposition qui ne repose pas entièrement sur la dimension des maisons créancières, mais bien plutôt sur une double distinction structurelle : à la fois le type de marchandise vendue (les étoffes de soie par exemple), et l’organisation même du commerce d’autre part.

41Sans doute ne s’agit-il là que de proportions très approximatives. Les bilans sont beaucoup moins précis que les livres de commerce, et ils n’indiquent pas toujours l’exacte répartition du volume des échanges. Tel créancier londonien, hollandais ou même parisien n’est inscrit dans le bilan que pour des sommes très faibles : souvent ces sommes ne sont que des reliquats d’opérations antérieures plus importantes, ou le solde bénéficiaire de comptes à demi. Il faudrait chaque fois pouvoir vérifier avec les livres de compte la véritable masse des transactions entre Lyon et telle ou telle autre place.

  • 8 Louis Gueneau, Lyon et le commerce de la soie, Lyon, Imprimerie L. Bascou, 1923 ; « Paris, les ind (...)

42Les bilans font apparaître d’autres éléments. Pour l’ensemble de notre échantillon, il faut d’abord souligner que plus de la moitié des marchands lyonnais, plus des deux tiers si l’on retient seulement les marchands fabricants et les négociants, ont des clients directs à l’étranger. Le relais parisien n’est certes pas négligeable, comme il a déjà été indiqué par Arnauld dès 1789, et souligné par les travaux de Louis Gueneau8. Ce relais parisien, souvent renforcé par l’existence de maisons doubles (maison mère à Lyon et succursale parisienne, parfois l’inverse), très net dans le commerce des étoffes de soie, n’a pas étouffé le commerce lyonnais direct qui conserve une large autonomie.

43Dans l’ensemble, plus de 400 correspondants étrangers sont en relation d’affaires avec les quelque 50 Lyonnais étudiés. La moyenne de chaque créance est de 5 000 livres environ – avec là aussi d’assez grandes distinctions d’une catégorie à l’autre : 8 000 livres pour les 124 clients des négociants, 4 500 livres pour les 174 clients des marchands fabricants, 3 700 livres seulement pour les 130 correspondants des simples marchands. D’un pays à l’autre, cette valeur moyenne peut d’ailleurs beaucoup varier. Elle est la plus forte pour la Russie (plus de 10 000 livres), nettement plus faible en Italie (2 000 livres à peine), et plus encore dans les relations avec la Suisse qui paraissent bien faibles, mais pour lesquelles les bilans sont sans doute particulièrement erronés.

44La cartographie des échanges lyonnais avec l’étranger (cartes 1, 2, 3) montre les nuances qui opposent les diverses catégories marchandes, mais elle souligne un certain nombre de constantes. La péninsule Ibérique reste la principale cliente du marché lyonnais. Dans les années qui suivent la guerre de Sept Ans, l’Espagne et le Portugal commandent à Lyon soieries et étoffes qui sont destinées à l’Amérique.

45Le débouché espagnol concerne en tout premier lieu les étoffes de soie. Répétons une fois encore que les bilans de faillite donnent sans doute une vue partielle de la réalité commerciale. La décennie 1763-1771 est une période de règlements difficiles dans le commerce ibérique. La guerre de Sept Ans a ralenti les paiements, et la très longue durée des voyages en Amérique fait souvent attendre très longtemps les comptes de ballots de marchandises. Plus de 70 % des ventes à l’étranger des marchands fabricants ont ainsi pris la direction de l’Espagne et du Portugal (tableau 6). En réalité un sur trois seulement des bilans étudiés comportent des clients espagnols, ou portugais, et la grande majorité des créances est détenue par trois marchands fabricants lyonnais, mais un seul est vraiment entièrement spécialisé dans le commerce avec la péninsule Ibérique. Alors que le marché d’Antoine Fabre et Cie est extrêmement international, de l’Espagne à l’Allemagne, mais avec également des clients à Londres, à Amsterdam et en Italie, même si la moitié de ses débiteurs sont espagnols, la maison Bertrand Miremont et Cie (bilan du 21 octobre 1763) est presque entièrement consacrée à la vente des étoffes de soie en Espagne. Sur 17 clients en tout, 11 demeurent à Cadix et 3 à Madrid. Ces deux villes, mais surtout Cadix, concentrent la grande majorité du marché espagnol, confirmant ainsi le rôle du port espagnol pour les exportations vers les Indes espagnoles. Sur un total de 514 000 livres dues par des clients espagnols, 93 000 livres relèvent de Madrilènes, et 332 000 de Gaditans. Seules Valence, Saint-Sébastien et Barcelone ont passé d’autres commandes relativement importantes. En dehors des Antilles françaises (la Guadeloupe, la Martinique et Cap-Français à Saint-Domingue), le continent américain commence à être touché directement. Antoine Fabre a pour plus de 25 000 livres de marchandises en droiture pour les Indes espagnoles, sur des bateaux dont la nationalité n’est pas précisée, et les marchands commissionnaires Camus et Orsel (juillet 1768) portent à leur bilan une importante créance de plus de 20 000 livres à la Nouvelle-Orléans.

Tableau 6 - Les clients étrangers du commerce lyonnais (pourcentage des ventes totales à l’étranger)

Tableau 6 - Les clients étrangers du commerce lyonnais (pourcentage des ventes totales à l’étranger)

46Les autres directions du commerce direct des soieries sont évidemment plus modestes. Il semble que dans l’échantillon retenu, de 1763 à 1771, les Lyonnais sont encore souvent au stade de la prospection, et que les maisons de marchands fabricants s’adressent encore soit à des négociants, soit à des marchands commissionnaires, soit à des Parisiens qui assureraient encore une grande part du trafic.

47Dans ce domaine particulier, tout en tenant compte des réserves déjà fondées, la situation a rapidement évolué. Les séquestres révolutionnaires permettraient une carte différente : pour un ensemble de 26 marchands fabricants dont les bilans de 1793 nous sont parvenus, le total des créances étrangères se monte à 1 183 000 francs (tableau 7).

48La comparaison entre les deux périodes montre l’importance du retrait ibérique et américain, peut-être conjoncturel seulement, mais aussi le développement ou la reprise d’autres marchés. Londres a sans doute déjà pris en partie le relais de Cadix pour le marché américain, et surtout l’Europe (centrale, nordique et orientale) voit sa place considérablement augmenter, passant de moins de 12 % des créances en 1763-1771 à plus de 35 % d’après les séquestres révolutionnaires. Une telle évolution ne peut être due entièrement au hasard des bilans étudiés. D’autres indices avaient signalé la recherche par les fabricants lyonnais de ces marchés de l’Europe continentale, les chiffres des séquestres en apportent une preuve supplémentaire. Francfort, Hambourg ou Leipzig sont devenus aussi importantes que Cadix ou Madrid pour le commerce lyonnais, sans oublier Stockholm ou Copenhague.

Tableau 7 - Marché étranger des marchands fabricants pendant la Révolution

Tableau 7 - Marché étranger des marchands fabricants pendant la Révolution

Tableau 8 - Marché étranger des négociants pendant la Révolution

Tableau 8 - Marché étranger des négociants pendant la Révolution

49La prépondérance ibérique disparaît dans la répartition géographique des débiteurs des négociants lyonnais (tableau 8). Le Portugal a complètement disparu, et l’Espagne contient un peu moins du quart de la valeur globale des dettes étrangères. L’aire géographique des négociants reste très étendue, depuis le Levant et l’Empire ottoman (Smyrne, Alep, Constantinople) jusqu’aux Antilles (la Martinique et même Cayenne). Mais surtout, plus encore que l’Europe de l’Est (malgré la place intéressante de la Pologne), c’est l’ensemble de l’Europe du Nord-Ouest et de l’Allemagne qui apparaît au premier rang. L’extrême faiblesse du marché anglais est confirmée, au lendemain de la guerre de Sept Ans, alors que des relations suivies sont entretenues avec les Provinces-Unies, qui semblent le marché privilégié de deux négociants lyonnais, les mêmes étant d’ailleurs aussi les seuls à commercer avec les Pays-Bas autrichiens. L’ensemble allemand, depuis Vienne jusqu’à la Prusse, mais surtout la vallée du Rhin, tiennent un rôle essentiel. L’absence de renseignements sur la nature des marchandises enlève de l’intérêt à ce tableau des clients européens. Il semble que les draps et les toiles y occupent une grande place, comme c’est encore le cas dans les séquestres révolutionnaires. Pour ceux-ci l’aire géographique s’est élargie, et l’Amérique surtout apparaît comme un débouché important (les nouveaux États-Unis concentrent plus de 765 000 livres de dettes, soit autant que toutes les ventes à l’étranger des 18 négociants du XVIIIe siècle ; il est vrai que ces dettes américaines ne concernent qu’une seule maison de commerce lyonnaise). L’Italie et la Suisse semblent avoir retrouvé également une place qui était bien faible dans les bilans de la fin du règne de Louis XV.

50Les chiffres des séquestres traduisent un renversement presque complet des débouchés lyonnais : mais là encore, il faut accuser la nature de la source, plus qu’une véritable reconversion du commerce.

Carte 1 - Les ventes lyonnaises sur le marché européen (1763-1771) Les marchands fabricants

Carte 1 - Les ventes lyonnaises sur le marché européen (1763-1771) Les marchands fabricants

51Quant aux bilans qui comportent comme seule indication le titre de « marchands », il est bien difficile d’en présenter une analyse. Plus de la moitié de ces 29 marchands ont ouvert des relations avec l’étranger, mais pour la plupart d’entre eux il ne s’agit que de quelques dettes de faible valeur, qui ne sont nécessairement témoins d’échanges importants, ni d’exportations suivies. En fait plus des trois quarts des dettes étrangères envers ces marchands sont concentrées entre les mains de 3 d’entre eux, dont 2 marchands merciers qui ont un important réseau commercial dans l’Espagne du Nord-Est (voir carte 3) et un commerce dont on ignore la nature, Veuve Hugues, Colomb et Fils, marchands (23 septembre 1766), dont la faillite rassemble la moitié des créances lyonnaises de la catégorie, en particulier l’ensemble des ventes à Riga et à Saint-Pétersbourg. Il est donc bien impossible ici de distinguer les axes du commerce lyonnais d’exportation. Les chiffres sont faibles, même si l’on retrouve un espace européen très ouvert, et des clients à Constantinople comme en Amérique. Dans cet ensemble, on retrouve aussi bien l’aire ibérique, qui garde la première place, une importante ouverture vers l’Europe orientale, mais ici un exemple individuel fait peut-être illusion. Peuvent être notées enfin comme permanences la faiblesse des échanges avec la Suisse, l’Angleterre, les Pays-Bas, même si dans ce cas le commerce allemand est lui aussi presque négligeable.

Carte 2 - Les ventes lyonnaises sur le marché européen (1763-1771) Les négociants

Carte 2 - Les ventes lyonnaises sur le marché européen (1763-1771) Les négociants

52Dans leur ensemble les maisons de commerce lyonnaises sont donc présentes dans presque l’ensemble du marché européen. Il semble que l’on puisse retenir quelques traits essentiels :

  • la médiocrité du commerce « de type colonial » : absence totale des Indes orientales et de l’Extrême-Orient, alors que le Levant et l’Empire ottoman ne jouent qu’un rôle minime ;
  • la faiblesse des relations directes avec l’Amérique, Paris, Cadix et peut-être Londres et Amsterdam servant de relais ;
  • la recherche des débouchés nouveaux, notamment en Allemagne et en Europe de l’Est, ces mondes en plein développement au XVIIIe siècle qui tendent à remplacer peu à peu une Europe méditerranéenne encore prépondérante.

Carte 3 - Les ventes lyonnaises sur le marché européen (1763-1771) : les marchands

Carte 3 - Les ventes lyonnaises sur le marché européen (1763-1771) : les marchands

53Nous avons complété enfin cette présentation par trois cartes (4, 5 et 6) de la France du XVIIIe siècle. Le marché intérieur n’est pas uniforme lui non plus, et les bilans de faillite suggèrent également l’existence de quelques grandes directions.

54Le cadre provincial n’ayant pas toujours une signification, les cartes ont regroupé les clients des marchands lyonnais en grands ensembles régionaux. Toutes les cartes indiquent la présence des marchands lyonnais sur l’ensemble du territoire français, mais elles soulignent aussi le rôle capital des relations avec Paris. Les débiteurs parisiens rassemblent entre leurs mains 45 % du total des créances lyonnaises en France (carte 4). Les grands ports atlantiques ou méditerranéens sont représentés, mais bien loin derrière, puisque les dettes des Marseillais ne forment qu’à peine 3 % du total, Bordeaux, Nantes et Rouen étant encore à un niveau plus bas.

Carte 4 - Le commerce lyonnais au XVIIIe siècle : les ventes sur le marché intérieur

Carte 4 - Le commerce lyonnais au XVIIIe siècle : les ventes sur le marché intérieur

55Cependant, comme pour les créanciers étrangers, les bilans confirment des spécialisations, des différences entre les types de marchands. D’une façon générale, marchands fabricants et négociants ont une aire commerciale de même type, et des nuances seulement les séparent (d’où une seule carte pour les marchands fabricants : carte 5). Paris est de très loin en tête des débiteurs, avec une proportion exactement identique : 67,1 % pour les négociants, 67,5 % pour les marchands fabricants. Deux tiers du commerce intérieur français de Lyon se font donc par l’intermédiaire de Paris : cette proportion considérable suffit à démontrer le rôle économique de premier plan que la capitale a su acquérir au XVIIIe siècle.

Carte 5 - Les clients français de marchands fabricants lyonnais : un marché urbain national

Carte 5 - Les clients français de marchands fabricants lyonnais : un marché urbain national

56Près des deux tiers des négociants ou marchands fabricants lyonnais ont des clients à Paris, et il ne s’agit presque jamais de correspondant unique. Tel marchand fabricant comme Thévenet a dans son bilan pour plus de 200 000 livres de créances à Paris, détenues par 50 marchands ou négociants parisiens. Seuls quelques très grands marchands lyonnais semblent pouvoir se passer du relais parisien. Fabre, dont nous avons décrit le réseau commercial européen, a un correspondant parisien, mais Paris ne figure pas dans son bilan, pourtant le plus élevé que nous ayons rencontré.

57L’écrasante supériorité parisienne limite les interventions directes des négociants lyonnais dans le reste du pays. Les chiffres sont particulièrement limités pour les marchands fabricants. Sur un actif total supérieur à 4 millions de livres, les ventes en France hors de Paris figurant dans les bilans représentent moins de 200 000 livres, moins de 5 % de l’actif. La carte 5 l’indique très bien : les marchands fabricants ont un réseau commercial restreint, qui comporte un petit nombre de relais dans la plupart des grandes villes françaises, avec des créances de faible importance, et en petite quantité. Pour l’ensemble des marchands fabricants nous n’avons relevé que 86 débiteurs, répartis un peu partout, le seul centre important – mais il s’agit d’un exemple seulement – étant Amiens, avec 4 clients qui doivent plus de 60 000 livres à 3 marchands fabricants lyonnais. La région lyonnaise et le Massif central, la Provence et la vallée du Rhône ne tiennent qu’une place minime.

58L’éventail commercial des négociants est déjà un peu plus ouvert : 280 clients français en dehors de Paris, mais à peine plus de 250 000 livres de créances : il s’agit donc le plus souvent de créances minimes, de quelques centaines de livres, très rarement au-delà de 3 000 ou 4 000 livres. L’aire commerciale se resserre autour de Lyon. Dans l’ensemble du bilan des marchands fabricants, la France du Sud, Marseille comprise, ne représente que 53 clients et 86 000 livres, Bordeaux et Bayonne étant les deux places essentielles. Pour les négociants, ce même ensemble géographique rassemble 148 clients et plus de 150 000 livres. Des centres urbains beaucoup plus petits apparaissent, en Languedoc, dans le Sud-Ouest (Cahors, Sarlat...), dans le Massif central, mais surtout dans le Sud-Est, depuis la Provence et le comtat Venaissin jusqu’au Dauphiné tout proche. Quelques-uns des négociants qui ont déposé leur bilan entre 1763 et 1772 avaient déjà une fonction régionale de distribution, jamais primordiale, mais souvent appoint utile pour leur maison.

59Cette division des opérations, sensible au niveau des négociants, l’est bien sûr beaucoup plus encore pour les marchands. Le graphique a déjà montré l’opposition entre les deux premiers types de commerce, et ce dernier. Paris n’est pas absent, puisque 10 marchands sur 29 ont un client parisien au moins : en proportion, deux fois moins que pour les négociants. Ces chiffres sont d’ailleurs même surévalués : un tiers des dettes parisiennes, la moitié des débiteurs (40 sur 80) sont le fait d’un seul marchand, Joubert-Manuel et Cie (faillite en avril 1771), qui possède une filiale à Paris. La plupart des autres n’ont que des affaires isolées avec la capitale, sauf quelques marchands spécialisés, comme Guille Père et Fils (faillite en mars 1771), marchands boutonniers à Lyon, dont une partie de la production est envoyée à Paris pour l’industrie de la confection.

60Mais le marché parisien est relayé par un marché régional extrêmement varié et diversifié, très étendu en même temps que morcelé. La carte 6 ne peut rendre qu’imparfaitement cet éparpillement des quelque 1 000 débiteurs de ces marchands lyonnais à travers la France, une France sans doute moins étendue que celle dans laquelle vendent les marchands fabricants ou les négociants. Le rôle régional devient ici essentiel, même s’il n’est pas unique. Grossièrement, la majorité de ce commerce intéresse la moitié de la France au sud d’une ligne La Rochelle - Belfort, avec cependant une concentration plus forte encore dans le quart sud-est du pays. Pour le nombre des débiteurs, le Lyonnais – Forez-Beaujolais vient en tête devant le Dauphiné et l’ensemble Bourgogne-Franche-Comté (50 %). L’Auvergne, la Provence et le Languedoc en comptent presque autant (40 %). Paris et le reste de la France ne jouent qu’un rôle d’appoint.

Carte 6 - Les clients de marchands lyonnais : un réseau régional très dense

Carte 6 - Les clients de marchands lyonnais : un réseau régional très dense

61Pour la valeur, le Languedoc et la Provence prennent les premières places, alors que les débiteurs de la région Rhône-Alpes n’ont souvent que des dettes de très faible importance (moins de 300 livres de moyenne pour la généralité de Lyon).

62En fait, deux catégories de marchands sont présentes dans ce groupe. Quelques-uns associent commerce international et commerce français. Leurs débiteurs sont souvent importants, dans le Languedoc surtout (Montpellier), et ils ont des correspondants presque dans l’ensemble du pays. Si l’on voulait cartographier les 219 débiteurs de la maison Veuve Morel et Grumier (2 mai 1767), marchands à Lyon, dont l’actif dépasse 500 000 livres, un réseau très complexe apparaîtrait. Les créanciers eux-mêmes sont déjà très divers, et comprennent des Allemands, mais aussi des marchands de Rouen, de Lille et du Languedoc. Les débiteurs sont en majorité français, mais plus de 50 sont espagnols, et parmi les clients figurent des habitants de l’île de Malte, de l’île de Rhodes, des Allemands d’Elberfeld... En France, tout le Sud-Est est couvert par un réseau très dense de clients en Languedoc, de Toulouse à Beaucaire, et en Provence, mais aussi dans tout le Massif central, avec quelques clients isolés dans le reste de la France (aucun à Paris).

63On ne peut évidemment parler de commerce régional dans ce cas précis. Deux marchands épiciers, moins importants (actifs d’un peu plus de 50 000 livres seulement), sont de bons exemples de ces maisons dont l’aire de distribution est à la fois plus réduite et plus spécialisée. Jean Baptiste Warnet (faillite 23 décembre 1763) et Milet (faillite août 1764), tous deux marchands épiciers à Lyon, achètent leurs marchandises dans les grands centres français de distribution (Marseille, Nantes, Orléans) et parfois jusqu’à l’étranger (Rome), et leurs stocks de marchandises sont assez importants et variés.

64Mais ils se contentent d’une redistribution dans une région précise, strictement limitée à la région lyonnaise pour Warnet en particulier : 65 de ses 92 clients sont domiciliés dans la généralité de Lyon, et parfois dans des bourgs de petite dimension, et la presque totalité des autres sont localisés dans la Bresse, la Dombes ou le sud de la Bourgogne. Seuls 4 débiteurs parisiens sont à l’extérieur de cette aire limitée. La zone géographique de vente de Milet est différente. Il ne prospecte pas le Lyonnais, mais son réseau de vente est limité à la France de l’Est et du Nord-Est, de la Bourgogne à la Lorraine, où est située la presque totalité de ses clients. Les moyens financiers de ces deux épiciers leur interdisent toute tentative de vente à l’étranger.

65Multiplier les exemples individuels ne ferait qu’ajouter des nuances à cette présentation de l’aire géographique des marchands lyonnais. Les bilans des séquestres révolutionnaires présentent les mêmes grandes lignes directrices même si la dimension des maisons lyonnaises, plus importante, semble renforcer le rôle national et international des négociants de Lyon.

66Il est certes hasardeux de vouloir conclure. L’échantillon qui a servi de base à cette présentation est non seulement limité, mais encore le fruit du hasard : le seul lien commun entre les diverses maisons de commerce étudiées est la faillite qui les a frappées entre 1763 et 1771. Certaines directions du commerce, certaines spécialités ont pu être éliminées d’un groupe assez restreint – d’autres au contraire privilégiées. La nature même de la source – des bilans de faillite – oblige à des réserves sérieuses, d’autant plus que pour les négociants et plusieurs marchands, est ignoré jusqu’à l’objet même du commerce, le bilan ne comportant pas d’indication précise sur la nature du stock de marchandises.

67Cette étude permet cependant deux conclusions. Malgré ses lacunes et ses défauts, la source est extrêmement importante. Quand on connaît la fragilité des maisons de commerce du XVIIIe siècle, il est certain que l’étude des bilans de faillite permet d’appréhender, sur une longue durée, un nombre très important de cas individuels, qui finissent par être représentatifs. La faillite n’atteint pas seulement les petits, les aventuriers et les faibles. Elle peut toucher les plus grands négociants, victimes d’une conjoncture momentanément défavorable (dans le commerce extérieur principalement, mais même dans le réseau français, surtout pour les marchands fabricants). L’analyse de la bourgeoisie marchande lyonnaise révèle que les faillites sont très nombreuses – qu’à la limite elles ne sont qu’accidents limités qui n’empêchent pas la poursuite du commerce. La première conclusion est donc un appel à l’utilisation massive des bilans contenus dans les fonds de la Conservation depuis le XVIIIe siècle, pour appréhender non plus un tableau du commerce lyonnais, mais une évolution de longue durée.

68La deuxième conclusion se rattache plus directement à l’état de ce négoce lyonnais pendant la période choisie, c’est-à-dire les neuf années qui suivent la fin de la guerre de Sept Ans. Il serait anormal de parler, à partir des faillites, de la prospérité du commerce lyonnais. Il n’est pas exagéré cependant d’en signaler encore l’ampleur et la puissance. Les exemples ont montré que, dans certains secteurs surtout, les Lyonnais n’ont pas cédé leur place dans cette seconde moitié du XVIIIe siècle. Sans doute Paris est devenu un rival très puissant, mais le relais parisien n’est pas domination. La vocation commerçante de Lyon subsiste, malgré les difficultés et les concurrences. De nombreux négociants et marchands partent, non sans risques ni sans déboires, à la conquête de marchés nouveaux, internationaux surtout, de la péninsule Ibérique, peut-être plus fragile, à l’Europe du Nord et du Nord-Est, aux profits peut-être plus assurés. À côté de ce grand commerce, beaucoup de marchands lyonnais assurent la domination de la métropole rhodanienne dans une vaste région, allant de Besançon et Dijon au nord, Clermont-Ferrand à l’ouest, jusqu’à Montpellier, Perpignan et Toulouse au sud, et dominent incontestablement la vallée du Rhône, le Dauphiné et une grande partie de la Provence, voire du Languedoc. Concurrencée par Paris, gênée par Marseille dans le grand trafic colonial, Lyon a ainsi trouvé une voie de repli qui n’est pas insignifiante, en se créant un espace régional qu’elle domine.

Notes

1 Jean Peyrot, « Les techniques du commerce des soies au XVIIIe siècle, à travers les documents commerciaux et comptables des fabricants de soieries », Bulletin du Centre d’histoire économique et sociale de la région lyonnaise, n° 1, 1973, p. 29-48.

2 Pierre Léon, Jacqueline Fayollet et Maurice Garden, « Recherche conjoncturelle et milieux économiques : hommes d’affaires suisses et mouvement économique lyonnais sous la Régence », dans Colloque franco-suisse d’histoire économique et sociale, Genève, 5-6 mai 1967, Genève, Georg et Cie, 1969, p. 101-119.

3 Il s’agit d’une idée commune à Richard Gascon pour le XVIe siècle, à Louis Bergeron et à moi-même pour le XVIIIe siècle et la période de la Révolution et de l’Empire.

4 Voir entre autres, en dehors d’études plus anciennes d’Henri Hauser : Jean Sentou, « Faillites et commerce à Toulouse en 1789 », Annales historiques de la Révolution française, 25e année, n° 132, 1953, p. 217-256 ; Serge Chassagne, « Faillis en Anjou au XVIIIe siècle. Contribution à l’histoire économique d’une province », Annales E.S.C., 25e année, n° 2, mars-avril 1970, p. 477-497.

5 Maurice Garden, Lyon et les Lyonnais au XVIIIe siècle, Paris, Les Belles Lettres, 1970, p. 378-379.

6 Roger Charrier, « Livre et espace : circuits commerciaux et géographie culturelle de la librairie lyonnaise au XVIIIe siècle », Revue française d’histoire du livre, n° 1-2, 1971, p. 77-108.

7 Jacques Savary des Bruslons, Dictionnaire universel de commerce, t. II, Paris, J. Estienne, 1723-1730, article « Marchand », p. 1210 et Dictionnaire de l’industrie manufacturière commerciale et agricole, Paris, Baillière, 1833.

8 Louis Gueneau, Lyon et le commerce de la soie, Lyon, Imprimerie L. Bascou, 1923 ; « Paris, les industries et le commerce de la soie et des soieries à la fin de l’Ancien Régime », Revue d’histoire moderne, 1925.

Notes de fin

* « Aires du commerce lyonnais au XVIIIe siècle », dans Aires et structures du commerce français au XVIIIe siècle. Colloque national de l’Association française des historiens économistes, Paris, CNRS, 4-6 octobre 1973, Lyon, Centre d’histoire économique et sociale de la région lyonnaise, 1975, p. 265-299.

Table des illustrations

Titre Tableau 1 - Bilan global de 67 marchands lyonnais (1763-1771)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/9964/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 62k
Titre Tableau 2 - Bilan global de 59 marchands lyonnais en 1793
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/9964/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 62k
Titre Tableau 3 - Structure des actifs (marchands du XVIIIe siècle)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/9964/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 83k
Titre Tableau 4 - Les trois groupes de marchands
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/9964/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Tableau 5 - Classement des marchands lyonnais selon la valeur des actifs
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/9964/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 83k
Titre Trois types de marchés du commerce lyonnais au XVIIIe siècle
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/9964/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Tableau 6 - Les clients étrangers du commerce lyonnais (pourcentage des ventes totales à l’étranger)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/9964/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 107k
Titre Tableau 7 - Marché étranger des marchands fabricants pendant la Révolution
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/9964/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 134k
Titre Tableau 8 - Marché étranger des négociants pendant la Révolution
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/9964/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Carte 1 - Les ventes lyonnaises sur le marché européen (1763-1771) Les marchands fabricants
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/9964/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 135k
Titre Carte 2 - Les ventes lyonnaises sur le marché européen (1763-1771) Les négociants
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/9964/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Carte 3 - Les ventes lyonnaises sur le marché européen (1763-1771) : les marchands
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/9964/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 115k
Titre Carte 4 - Le commerce lyonnais au XVIIIe siècle : les ventes sur le marché intérieur
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/9964/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Carte 5 - Les clients français de marchands fabricants lyonnais : un marché urbain national
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/9964/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 102k
Titre Carte 6 - Les clients de marchands lyonnais : un réseau régional très dense
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/9964/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 97k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540