Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Un historien dans la ville

 | 
Maurice Garden

II - La ville

Écoles et maîtres*

Lyon au xviiie siècle

Texto completo

  • * « Écoles et maîtres: Lyon au XVIIIe siècle », Cahiers d’histoire, t. XXI, n° 1-2, 1976, p. 133-156
  • 1 Gabriel Compayré, « Charles Démia et l’origine de l’enseignement primaire à Lyon », Revue d’histoi (...)
  • 2 Georges Guitton, Les jésuites à Lyon sous Louis XIV et Louis XV : activités, luttes, suppression, (...)

1L’histoire de l’éducation à Lyon à l’époque moderne a retenu surtout deux thèmes. À la base, l’œuvre de Charles Démia, les « Petites Écoles des pauvres », parce que lyonnaises, mais aussi parce qu’innovatrices, ont été l’objet de nombreux travaux, en partie renouvelés actuellement1. À l’autre extrémité du cursus scolaire lyonnais, puisque l’Université reste absente, les collèges, qui suffiraient aux besoins éducatifs des familles lyonnaises, occupent la première place dans la vie sociale des élites de la cité, au moins tant qu’ils sont dirigés par les jésuites2.

  • 3 Louis Trénard, Lyon, de l’Encyclopédie au préromantisme, Paris, Presses universitaires de France, (...)

2Cependant ces deux institutions, Petites Écoles et collèges (le collège Notre-Dame double le collège de la Trinité depuis 1630), sont très insuffisantes pour répondre aux besoins réels de la population. Les directions actuelles de la recherche historique permettent de tenir compte d’un facteur déterminant pour l’histoire de l’enseignement : le nombre des enfants scolarisables, et effectivement enseignés. Les difficultés d’une démographie de grande ville rendent la réponse encore grossière pour Lyon au XVIIIe siècle, mais suffisante cependant pour retenir des valeurs approximatives. Louis Trénard, reprenant des travaux anciens, ou citant les chiffres avancés au XVIIIe siècle, concluait à la scolarisation de 7 000 enfants environ à Lyon à la fin de l’Ancien Régime3.

  • 4 Maurice Garden, Lyon et les Lyonnais au XVIIIe siècle, Paris, Les Belles Lettres, 1970. Les chiffr (...)
  • 5 Sully Ledermann, Nouvelles tables-types de mortalité, Paris, Presses universitaires de France, 196 (...)
  • 6 Les recherches d’Alfred Perrenoud sur Genève aux XVIIe et XVIIIe siècles montrent l’existence d’un (...)

3Or dans la seconde moitié du XVIIIe siècle il naît 4 500 à 5 000 enfants chaque année à Lyon. Le sort lamentable de beaucoup de ces enfants, morts en nourrice, est maintenant connu, sans qu’il soit possible de calculer un taux de mortalité, même approché4. Cependant, en prenant comme base une table-type de mortalité pessimiste5, la ville de Lyon aurait abrité, dans la période 1760-1785, environ 11 500 à 12 000 garçons, 12 000 à 12 500 filles de 5 à 14 ans, environ 24 000 enfants scolarisables donc. Combien de ces enfants pouvaient-ils apprendre au moins à lire ou à écrire ? Les réponses sont encore plus aléatoires. En effet, si l’apprentissage commence en droit (et le plus souvent en fait) à 14 ans seulement, la fabrique de soieries emploie beaucoup d’enfants beaucoup plus jeunes, dès 7 ans, dans la préparation des métiers, le dévidage, le tirage des cordes. Une répartition sociale des enfants est également délicate, dans la mesure où l’on ne sait rien d’une possible fécondité socialement différentielle, ni même des variations sociales de la mortalité6.

4Diverses enquêtes à travers les sources quantitatives, fiscales et notariales, permettent cependant une classification socioprofessionnelle de la population lyonnaise : 20 % dans les milieux populaires et les métiers non spécialisés, 30 % dans la soierie, 30 % dans l’artisanat, 20 % dans les couches sociales favorisées (bourgeoisie, négoce, professions libérales).

5L’alphabétisation mesurée par les signatures au mariage est naturellement très variable selon les milieux sociaux, et correspond à peu près au tableau suivant :

Sachant signer

Hommes

Femmes

Menu peuple

40 %

20 %

Ouvriers en soie

70 %

50 %

Artisans

70 %

50 %

Bourgeoisie

100 %

80 %

  • 7 Tout en sachant que le retard de l’âge au mariage (entre 25 et 30 ans pour les hommes) laisse un l (...)

6En admettant que l’école est déjà, sous l’Ancien Régime, le lieu privilégié de la transmission du savoir, même élémentaire7, les effectifs possibles d’enfants scolarisés seraient les suivants :

Garçons

Filles

Menu peuple

920

500

Ouvriers en soie

2 415

1 875

Artisans

2 415

1 875

Bourgeoisie

2 300

2 000

Total

8 050

6 250

7La durée du temps scolaire est évidemment très diverse d’un groupe à l’autre, mais la masse scolarisée semble toutefois à première vue très supérieure à ce que pourraient absorber les deux institutions majeures : écoles des pauvres et collèges.

  • 8 Roger Chartier, Marie-Madeleine Compère et Dominique Julia, L’éducation en France..., ouvrage cité
  • 9 Maurice Garden, « Pédagogie et parents d’élèves au collège de la Trinité (1763-1790)», Cahiers d’h (...)

8Les quelques données statistiques, ou des exemples isolés, ont montré que le recrutement des premières se fait dans le monde de la Fabrique et dans les franges inférieures de l’artisanat8. L’absence de véritables listes des élèves des collèges, avec l’indication de la condition sociale de leurs parents, empêche des conclusions aussi nettes. Il est permis de penser que les deux collèges, au temps des jésuites, avec leurs effectifs supérieurs à 1000 élèves, recevaient comme externes une partie des enfants de boutiquiers. La faiblesse numérique de l’encadrement après l’expulsion des jésuites, aussi bien au collège de la Trinité tenu par les oratoriens9, qu’au collège Notre-Dame, limite sans doute la base sociale du recrutement. Pour la grande majorité des enfants, garçons et filles, d’autres types d’école existent, dont le rôle et le fonctionnement sont mal connus, peut-être même mal définis.

  • 10 Déclarations royales du 13 décembre 1698 et du 14 mai 1724.

9Ces formes parallèles sont de deux types. En premier lieu existent à Lyon au XVIIIe siècle deux communautés d’enseignants, qui tiennent des écoles payantes, correspondant plus ou moins aux maîtres d’école que le pouvoir royal a cherché à installer dans chaque paroisse depuis la fin du XVIIe siècle10. Moins connues encore et presque totalement ignorées par les historiens, se multiplient dans la région lyonnaise des pensions, parfois jointes à des collèges, beaucoup plus souvent isolées, ouvertes par des ecclésiastiques et quelques laïcs, et qui attirent une part sans doute importante des enfants lyonnais, des garçons surtout.

MAÎTRES D’ÉCOLE ET MAÎTRES ÉCRIVAINS

  • 11 Marius Audin et Eugène Vial, Dictionnaire des artistes et ouvriers d’art du Lyonnais, Paris, Bibli (...)
  • 12 Richard Gascon, Grand commerce et vie urbaine à Lyon au XVIe siècle : Lyon et ses marchands, envir (...)
  • 13 Jacques Bonzon, La corporation des maîtres écrivains et l’expertise en écriture sous l’Ancien Régi (...)
  • 14 Archives municipales de Lyon, HH 81 (non daté), Requête au prévôt des marchands et échevins de la (...)

10Les structures officielles d’une fonction enseignante sont lentes à se mettre en place à Lyon. Les listes de métiers des Nommées et Chartreaux du XVIe siècle n’accordent qu’une place minime aux enseignants : 3 maîtres écrivains en 1515, et encore s’agit-il peut-être plus alors d’enlumineurs de manuscrits que les progrès de l’imprimerie condamneraient à la disparition11, 3 maîtres d’école en 157112. Une confusion s’établit d’ailleurs entre les deux professions, ailleurs assez nettement distinctes. Les maîtres écrivains sont responsables de l’apprentissage de l’écriture, sous toutes ses formes. Dans une ville comme Lyon, leur importance est accrue par le nombre des papiers de commerce. Aussi, se constitue progressivement une communauté des maîtres écrivains, teneurs de livres, experts en écritures13. Leur communauté fut créée au XVIIe siècle officiellement, à l’époque de Colbert, en même temps que la plupart des métiers lyonnais recevaient leurs statuts. Les archives lyonnaises ne conservent malheureusement aucun exemple de ces statuts. Les maîtres écrivains, adversaires résolus de l’imprimerie, se contentaient peut-être de calligraphier ces règlements dont n’est conservée qu’une ébauche14. La requête des écrivains lyonnais, tout en prenant exemple à Paris, où le métier avait été réglé en 1655, contient à la fois une apologie de l’utilité de l’écriture (« Sans son secours, la justice même serait défectueuse, la vie civile avec la politique n’aurait aucun lien, les facultés de l’esprit seraient dans les ténèbres ») et une condamnation du désordre régnant, de l’incapacité des écrivains actuels, pour conclure à la nécessité d’une réglementation : les maîtres écrivains de Lyon espèrent que « vous purgerez cette ville de tant d’ignorants qui ont quitté leur véritable profession pour faire celle qu’ils ignorent entièrement par la facilité qu’il y a eu jusqu’à présent d’enseigner cet art si important au public ».

  • 15 Helga Jeanblanc, « Charles Démia et l’enseignement primaire à Lyon... », article cité.

11Les statuts prévoient l’intégration dans le métier de tous les écrivains en exercice dans la ville, après un examen portant sur « l’orthographe, les écritures pratiquées dans le royaume, l’arithmétique et les vérifications d’écriture ». Que sont alors les maîtres écrivains de Lyon sinon des maîtres d’école, puisqu’ils sont admis et reçus à « tenir école publique d’écriture, d’arithmétique, d’orthographe et livres de négoce » ? Seule la lecture échappe à leur compétence, et il n’y a guère de différence entre eux et les autres maîtres d’école de Lyon, ceux qui depuis Démia sont appelés les « maîtres des riches15 ».

  • 16 Règlements pour les écoles de la ville et diocèse de Lyon, 1688. Voir Gabriel Compayré, « Charles (...)

12Sur ces derniers, les renseignements sont très rares avant la seconde moitié du XVIIIe siècle. Charles Démia essaya et réussit partiellement à organiser la profession. Il cherche surtout à renforcer le contrôle ecclésiastique sur un personnel de qualification médiocre. Un arrêt du Conseil du Roi pris à Besançon le 7 mai 1674 contraint tous les maîtres d’école du diocèse de Lyon à prendre la permission et l’approbation de l’archevêque de Lyon pour tenir une petite école pour l’instruction de la jeunesse. Le règlement édicté par l’archevêque Camille de Neuville, le 1er février 1675, donne à Démia un droit de contrôle sur l’ensemble des enseignants, qui sont soumis à une discipline par des règlements particuliers rédigés en 167616. Lors de la première assemblée générale des maîtres de la ville, convoquée par Charles Démia à son domicile d’Ainay, 200 instituteurs et institutrices libres, « la plupart pauvres et misérables », auraient été réunis.

  • 17 Almanach de Lyon, 1736. Les maîtres écrivains apparaissent pour la première fois dans l’Almanach d (...)
  • 18 Ferdinand Brunot, Histoire de la langue française..., ouvrage cité, p. 164 ; Roger Charrier, Marie (...)

13Les règlements inspirés par Démia sont mal appliqués après sa mort, et le désordre continue à régner au début du XVIIIe siècle. Aucun examen sérieux n’est exigé des maîtres et maîtresses d’école. Ceux-ci multiplient les conflits avec les maîtres écrivains pour délimiter leur compétence respective. En 1734, l’initiative est reprise par les maîtres écrivains, qui sont érigés officiellement en Corps, Communauté et Jurande par lettres patentes de Louis XV, d’avril 1734, enregistrées au Parlement de Paris et à la sénéchaussée de Lyon la même année. À peine consacrés « seuls experts jurés Écrivains, Arithméticiens et Teneurs de livres de la Ville et Faubourgs de Lyon, seuls vérificateurs des écritures, signatures, comptes, calculs, contestes en justice », les maîtres écrivains, pourtant bien peu nombreux – la liste publiée dans l’Almanach de Lyon après l’homologation des statuts en 1736 ne comporte que 20 noms17 – commencent à multiplier les tracasseries, en particulier les visites domiciliaires de leur syndic, assisté d’huissier, chez les maîtres d’école, pour empêcher ceux-ci d’apprendre à écrire et pour saisir les écritoires et autres pauvres ustensiles d’apprentissage de l’écriture. Paris connaissait depuis plus de cinquante ans ces conflits, et des arrêts contradictoires expliquaient aux maîtres comment enseigner l’orthographe, sans apprendre autre chose qu’à former et écrire les lettres18.

  • 19 Si les statuts des maîtres d’école sont établis dès 1737, et les lettres patentes accordées en 175 (...)
  • 20 Archives municipales de Lyon, 1737, Placet au consulat.

14La contre-attaque des maîtres d’école est vive, mais il leur faut plus de vingt ans pour obtenir satisfaction et pour qu’une collaboration s’établisse sans trop de heurts entre eux et les maîtres écrivains19. L’organisation en communauté est d’abord une réplique à l’arrogance des écrivains qui cherchent à s’arroger le monopole de l’enseignement, au moins par l’écriture et l’arithmétique. Les arguments avancés par les maîtres d’école sont intéressants. Les maîtres écrivains, disent-ils, sont trop peu nombreux. Si le monopole leur est laissé, les trois quarts des citoyens de Lyon sont mis dans l’impossibilité de faire apprendre les rudiments à leurs enfants20. Il est impossible, ajoutent-ils très sérieusement, aux enfants d’aller en même temps aux Petites Écoles pour lire, et chez les écrivains pour écrire. Il y a une centaine d’écoles à Lyon. Comment une vingtaine de maîtres écrivains pourraient-ils suffire à la tâche ? Enfin les maîtres écrivains demandent une rétribution beaucoup plus élevée que les instituteurs, et les familles modestes seraient vite privées de toute éducation.

  • 21 Bibliothèque municipale de Lyon, manuscrit Coste 1036, Lettre d’Argenson à Pallu, 1er septembre 17 (...)

15Si le consulat, puis l’archevêque qui conserve un droit de regard sur la communauté par l’intermédiaire d’un vicaire général, directeur de la communauté, approuvent vite les statuts proposés, l’administration royale est plus lente. À deux reprises au moins, les secrétaires d’État d’Argenson et Saint-Florentin demandent des éclaircissements à l’intendant Pallu, avant d’accorder des lettres patentes dont ils soulignent la contradiction avec celles des maîtres écrivains21. Les statuts sont cependant enfin accordés en 1750 et enregistrés en 1752 sans modification notable.

  • 22 Règlements pour les maîtres et les maîtresses des petites écoles de lecture, écriture, arithmétiqu (...)

16De l’analyse des statuts, quelques éléments sont à retenir principalement22. La communauté est, si l’on peut dire, doublement mixte. Elle comporte des clercs et des laïcs, sans qu’aucune proportion ne soit fixée. Seule est précisée l’obligation que l’un des quatre syndics en exercice soit un ecclésiastique. De même, le corps comporte des maîtres et des maîtresses, obligation étant faite à chacun de ne recevoir que des élèves de son sexe (en 1675, Camille de Neuville n’avait imposé cette exigence que pour les enfants de plus de 6 ans). Le contrôle de la communauté s’exerce d’abord par une limitation du nombre, non peut-être des maîtres, mais au moins des écoles. Seules sont reconnues et autorisées 50 écoles de garçons et 50 écoles de filles ; seuls reçoivent le titre de maîtres 50 instituteurs et 50 institutrices. Il faut qu’une place devienne vacante pour qu’un aspirant puisse entrer dans le corps, mais il est permis à chaque maître d’employer des précepteurs ou des aides qui devront répondre de leur « bonne doctrine et de leurs bonnes mœurs ».

17Le point essentiel, même si les textes ne sont pas toujours très précis, reste celui de leur compétence. Trois des vingt articles des règlements délimitent les frontières de l’exercice du métier avec les écrivains. Sur leur enseigne, les maîtres d’école ne pourront mettre «  aucun ornement d’écriture, ou traits de plume ». Pour apprendre à écrire, ils ne peuvent écrire de leur main comme modèle plus de trois lignes, ne peuvent enseigner plus que les quatre premières règles d’arithmétique. Mais en dehors de ces restrictions, leur domaine d’enseignement reste très large :

  • 23 Règlements pour les maîtres et les maîtresses..., article 6.

Les 50 maîtres et les 50 maîtresses tiendront, à l’exclusion de tous autres, des écoles publiques pour enseigner aux enfants le service divin, à lire, donner des leçons pour les premiers principes de l’écriture aux enfants jusqu’à l’âge de 12 ans, auxquels ils apprendront à lire, comme aussi les principes de la langue latine et des belles-lettres, comme géographie, chronologie, blason et histoire, et pour répéter et corriger les écoliers qui vont au collège23.

  • 24 Mémoire pour la communauté des instituteurs de la ville de Lyon, contre le sieur Prodon, prêtre, s (...)

18Si la dénomination officielle reste « Petite École », pour bien montrer, comme le reconnaissent les maîtres eux-mêmes24, la dépendance envers les collèges, les maîtres d’école obtiennent, par leurs statuts, un véritable monopole non seulement sur l’enseignement élémentaire, mais aussi sur un large champ d’enseignement « moyen » qui dépasse largement les seules écriture et lecture.

  • 25 Archives municipales de Lyon, GG 150, Arrêt du Parlement du 24 mars 1755, Affiche.
  • 26 Il y a aux archives municipales de Lyon (HH 106, 5 juin et 16 septembre 1761) un exemple de confli (...)

19Ce monopole, les maîtres d’école vont pouvoir le faire respecter à partir de 1755. Un arrêt du Parlement du 24 mars 1755 autorise les syndics de la communauté à dresser contravention contre tous les concurrents non autorisés : aides ou précepteurs qui se libéreraient de la tutelle de leur maître, et employeurs, anciens maîtres ou maîtresses qui continueraient à exercer à l’encontre des décisions des syndics, maîtres écrivains qui outrepasseraient leurs droits, prétendus maîtres de pension qui s’installeraient sans maîtrise, « Femmes et Filles et autres qui apprennent aux jeunes filles à faire des ouvrages à l’aiguille, pour voir dire que défenses leur sont faites d’apprendre auxdites jeunes filles à lire, écrire et l’arithmétique25 ». À l’intérieur de la communauté, enfin, les règlements cherchent à maintenir des conditions de travail et de revenus identiques entre les maîtres, en divisant la ville en quartiers, à l’image de ce qui s’était fait à Paris. La ville est partagée en 50 secteurs pour les maîtres et 50 pour les maîtresses. Chaque secteur est nettement délimité ; aucun maître ne peut le quitter, ni même s’installer en bordure d’un autre, car il porterait tort à son collègue en lui enlevant des élèves. Une véritable « carte scolaire » de Lyon est ainsi dressée, et apparemment strictement respectée26. Le plan de répartition des quartiers dressé en 1737 subit cependant quelques transformations. Jusqu’en 1762, les faubourgs sont bien peu intégrés dans l’ensemble du système scolaire : une école de filles à la Croix-Rousse, une de garçons et une de filles à Saint-Just. Entre 1770 et 1790, suivant en cela le rapide développement démographique des faubourgs, mais aussi sans doute une mode qui prône l’installation des écoles sur les collines où l’air passe pour plus salubre, s’ouvrent des écoles dans tous les faubourgs. Vaise, la Guillotière, plusieurs à la Croix-Rousse, une dans le tout récent quartier des Brotteaux, certaines même dans des paroisses de la banlieue, à Tassin, à Cuire ou à l’Île-Barbe.

  • 27 Archives municipales de Lyon, HH 81, Ordonnance de police concernant les écrivains publics, Affich (...)

20Il reste difficile de faire un portrait précis du maître d’école ou du maître écrivain lyonnais au XVIIIe siècle. Une quête est bien sûr possible dans les registres paroissiaux, ou dans les minutes notariales, mais elle exigerait un travail de longue haleine. Quelques éléments seulement peuvent être dégagés actuellement. Il faut répéter d’abord que la constitution des deux communautés ne limite pas aux maîtres d’école et aux maîtres écrivains les habitants de Lyon qui faisaient profession de l’enseignement ou de l’art d’écrire. Il ne faut pas oublier le nombre sans doute important, en tout cas inconnu, des répétiteurs, des précepteurs, des aides de toutes sortes que la communauté tolère. Un sondage dans les registres de sépulture de quelques paroisses de Lyon entre 1775 et 1790 montre que plus de la moitié des défunts qualifiés d’écrivains, instituteurs, maîtres ou maîtresses d’école, maîtres de pension... n’ont figuré à aucun moment sur les registres matricules des deux communautés. Il y a des clandestins, il y a des aspirants que la mort atteint avant l’accession à la maîtrise. Il y a aussi dans une ville comme Lyon beaucoup d’écrivains publics, un jour écrivains, un jour précepteurs, un jour à la limite de l’errance, et que la police pourchasse27. Les maîtres des communautés forment en quelque sorte la partie la plus stable, dans une profession en expansion. La suppression des corporations par Turgot agite les deux corps, mais ils obtiennent assez facilement leur renouvellement en montrant fortement dans leurs mémoires qu’on ne saurait les comparer aux arts mécaniques. Cette stabilité est renforcée par les conditions même d’admission à la maîtrise. Pour les maîtres écrivains, l’accès à la maîtrise coûte 200 livres dès 1734, plus encore pour les maîtres d’école après 1765 : de telles exigences restreignent les possibilités d’accession.

21La série des matricules reproduites dans les Almanachs de Lyon permet de reconstituer la carrière de ces maîtres, dans la seconde moitié du XVIIIe siècle. Le tableau (ci-dessous) ainsi constitué comporte quelques insuffisances, en particulier parce que sont ignorées la date d’entrée dans le métier des maîtres écrivains avant 1732 et bien sûr le devenir professionnel de tous les maîtres en exercice en 1792. Cependant l’examen des durées moyennes ne semble pas être grandement perturbé.

Durée de l’exercice

Maîtres écrivains

Maîtresses d’école

Maîtres d’école

0-4 ans

19

11

28

5-14 ans

62

44

60

15-24 ans

39

27

33

25 ans et plus

32

39

28

Total

152

121

149

Durée moyenne

16 ans 11 mois

20 ans

14 ans 8 mois

22La statistique porte exactement sur la même durée pour les maîtres et pour les maîtresses d’école. Elle est un peu plus complexe pour les maîtres écrivains, dont l’organisation a connu des transformations (maîtres nommés par brevets en 1767, maîtres seulement agrégés dans la nouvelle communauté réorganisée en 1779, et surtout considérable augmentation des effectifs). Le nombre des maîtres écrivains double entre 1732 et 1742 (de 16 à 32), reste stable jusqu’en 1757 (33 maîtres), au moment où les maîtres d’école se battent pour leurs lettres patentes, mais reprend une rapide progression après 1767 pour dépasser le plus souvent 60 après 1776 :63 en 1776, dont 53 maîtres et 8 veuves de maîtres, 63 encore en 1787, mais avec une répartition qui indique une nouvelle poussée, puisque l’effectif est constitué de 44 maîtres, 18 maîtres agrégés et une seule veuve.

  • 28 Archives municipales de Lyon, HH 106, 1er mars 1769, Correspondance entre mademoiselle Fayolle, ma (...)

23Pour chacun des trois états, la durée moyenne d’exercice est une durée minimum. Il faut souligner la plus grande longévité des maîtresses d’école (la moyenne dépasse même vingt-deux ans si l’on ne tient pas compte des 50 institutrices figurant à la matricule de l’Almanach de 1792). Leur stabilité aussi est plus grande. À défaut de connaître l’âge en début d’activité (les statuts exigent 24 ans accomplis), la durée de l’exercice du métier semble remarquable dans une société d’Ancien Régime. Est du domaine de l’exceptionnel la pérennité de Jeanne Courbière, maîtresse sans discontinuité de 1727 à 1777 dans son école de la rue de la Plume, mais une durée de trente ans ou plus au même poste constitue la norme : 29 maîtresses ont exercé pendant plus de trente ans entre 1730 et 1790, et il ne faut pas oublier que l’effectif permanent ne peut être supérieur à 50 – le renouvellement est donc lent. Chaque maîtresse reste le plus souvent dans la même école, et sur les 39 institutrices qui sont restées au moins vingt-cinq ans, plus de la moitié n’ont tenu qu’une seule et même école. On sent tout le désarroi de l’une d’elles, Marie Fayolle, qui doit abandonner son école de la rue de la Palme en 1763, parce que la maison qui l’abrite risque de s’écrouler, avant de pouvoir se réinstaller dans une nouvelle école, quartier du Plâtre en 1767 : elle y exerce encore en 179228 !

24Dans leur grande majorité, ces institutrices sont célibataires : sur 121, 22 femmes mariées seulement et 15 veuves. Deux seulement se marient pendant leur carrière. Si les veuves ont la même durée moyenne de carrière que les célibataires, les femmes mariées ont une existence professionnelle plus brève : quatorze ans de métier seulement en moyenne, aucune ne dépassant vingt-cinq ans.

25Le renouvellement paraît plus rapide chez les hommes et traduit sûrement une certaine crise dans le fonctionnement du métier. En 1792 le tiers des maîtresses exerce depuis au moins vingt-cinq ans, le sixième des maîtres seulement. Beaucoup débutent dans le métier, mais ne s’adaptent pas : en trois ou quatre ans ils changement deux ou trois fois d’école, avant de disparaître de la matricule. En fait, le carcan de la corporation devient plus difficile à supporter, et beaucoup de maîtres utilisent le titre d’ancien maître de pension de la communauté de Lyon pour essayer d’ouvrir une autre école, où ils pensent être mieux rémunérés ou mettre plus en valeur leurs talents. Cependant là encore une importante minorité reste en place plus de vingt-cinq ans, l’un même jusqu’à cinquante-quatre ans !

  • 29 L’article 17 des statuts est un long règlement de discipline du métier. Il institue un (ou plusieu (...)
  • 30 Archives municipales Lyon, HH 106, 1er mars 1769.

26La grande majorité est composée de laïcs, puisque 21 ecclésiastiques seulement sont associés à 128 laïcs : les clercs sont plus stables, et 11 d’entre eux restent plus de vingt ans en fonction. Mais l’élément le plus permanent est constitué par les « dignitaires » du corps. En quarante-deux ans, de 1750 à 1791, 40 maîtres d’école ont accédé aux postes de secrétaire, de trésorier ou de syndic de la communauté. La durée moyenne d’exercice de ces officiers du corps est supérieure à vingt-cinq ans : il semble que l’accès à la fonction de syndic, plus encore à celle de visiteur29, soit une cause de stabilité de cette minorité, et peut-être de départ pour d’autres, excédés de ne pouvoir accéder à un honneur envié, où certains se pérennisent de longues années non sans être à l’abri de critiques30.

27La durée d’exercice des maîtres écrivains présente quelques aspects particuliers. Si la moyenne est située entre celle des maîtres et celle des maîtresses, il faut tenir compte du gonflement des effectifs à la fin de l’Ancien Régime : plus de la moitié des maîtres en 1791 sont depuis moins de quinze ans dans le métier, 13 ont été reçus dans la seule année 1786. Il y a, là aussi, des échecs, des renoncements, des départs qui ne sont pas toujours explicables par des décès. Mais la continuité est plus marquée pour une minorité, comme c’est le cas semble-t-il dans beaucoup de corporations de métiers du XVIIIe siècle. Plus encore que pour les maîtres d’école, les syndics de la communauté connaissent une pérennité assez exceptionnelle : les 27 officiers du corps en activité de 1732 à 1791 ont exercé leur profession pendant vingt-huit ans en moyenne ; les 10 maîtres gardes ou anciens syndics encore en exercice en 1791 sont reçus maîtres depuis en moyenne trente-trois ans (il est vrai que l’âge minimum requis n’est ici que de 20 ans). La longévité dans le métier est encore accentuée par un phénomène qui ne se rencontre qu’exceptionnellement chez les maîtres d’école : la transmission héréditaire du titre, la constitution de groupes familiaux, à la limite presque de véritables dynasties. Ainsi Jean-Marie, Gaspard et Antoine Gautier se succèdent de père en fils et exercent sans discontinuité de 1700 à 1791. En ajoutant le frère de Gaspard le jeune, Joseph, ces 4 maîtres écrivains totalisent 167 ans de métier, ils ont tous été élus, parfois à plusieurs reprises, syndics, ils portent de longues années le titre de doyen qui leur confère une réelle autorité morale sur la corporation. Parfois également, des veuves conservent la boutique à la mort du mari, attendant que le fils ait atteint l’âge requis pour continuer le métier.

DISCORDANCES ET CONCURRENCES DES ÉCOLES EN DEHORS DES RÈGLEMENTS

28L’organisation corporative ne parvient pas cependant à cacher les difficultés des deux professions, ni à masquer les insuffisances, ni à empêcher une concurrence qui devient plus vive, plus âpre dans les dernières années de l’Ancien Régime.

  • 31 Archives départementales du Rhône, 2 C 786, 5 janvier 1730, Inventaire des effets de Jacques Lamar (...)
  • 32 Archives départementales du Rhône, 3 E 9469, notaire Dugueyt, 16 août 1787, Bilan-traité d’Alexand (...)
  • 33 Archives départementales du Rhône, 3 E 7398, notaire Puy, 29 juin 1786, Contrat de mariage entre É (...)

29D’autres documents pourraient peut-être fournir une réponse plus précise à cette crise latente du système scolaire ainsi mis en place. Comme dans tous les métiers artisanaux, de profondes différences de niveau économique existent entre les maîtres d’école. Mais quelles sont les causes de ces variations ? Pourquoi tel maître d’école meurt dans la misère, comme Jacques Lamarche en 173031, alors que tel autre a un train de vie de notable, même si ses « affaires » tournent mal, comme Alexandre-Michel Pelzin en 1787, qui inscrit les dépenses pour l’entretien de son ménage à 2 000 livres par an32 ? De même les contrats de mariage révèlent des écarts importants, depuis l’écrivain sans le sou33 jusqu’au même Pelzin, qui a reçu en dot 6 000 livres, ou d’autres qui obtiennent encore plus. Il faudrait un dépouillement plus complet pour connaître les origines sociales, les héritages, les stratégies matrimoniales.

  • 34 Il est fort probable que les principaux des collèges se faisaient recevoir dans la communauté des (...)

30La question primordiale reste de savoir quel lien existe entre la compétence professionnelle, la qualification de départ, la valeur pédagogique et la réussite sociale ou l’échec. Les statuts sont très vagues sur les conditions intellectuelles ou techniques d’admission. Des maîtres écrivains est exigée une certaine pratique, et il faut six ans d’exercice comme maître avant de pouvoir devenir expert en faux d’écriture. Mais pour les maîtres d’école, l’examen est présenté de façon beaucoup plus imprécise : « Ils seront interrogés sur ce qu’il prétendent enseigner » par une assemblée composée du directeur général ou de son représentant ecclésiastique, des quatre syndics en exercice et de quatre autres maîtres désignés par le directeur. La brièveté de la formule cache l’inégalité du savoir. Les listes de la matricule, pour respecter la théorique égalité entre les membres des communautés, taisent le plus souvent les titres universitaires. Sur les 149 maîtres d’école dénombrés, 4 seulement font suivre leur titre d’une qualité : 2 maîtres ès arts, 2 licenciés en droit. Plus surprenante peut-être est la présence dans la communauté de 2 anciens principaux des collèges de Lyon, reçus l’un en 1749, l’autre en 1754, et de 2 anciens professeurs admis après l’expulsion des jésuites34. Aucune indication n’est donnée pour les maîtresses d’école. En réalité le nombre des maîtres ès arts parmi les maîtres d’école et de pension est sûrement très supérieur à cela, mais beaucoup n’ont sans doute que des connaissances très élémentaires. Il ne faut peut-être pas croire l’abbé Prodon dans sa violente diatribe contre de vils maîtres d’école qui ont osé perquisitionner dans sa noble Pension académique :

  • 35 Mémoire à consulter pour le sieur Prodon, contre les maîtres des Petites Écoles.

Si, mendiant la confiance sans la mériter, faisant du lycée une auberge, et de l’éducation un vil métier, j’eusse bassement vécu sur la ration de quelques élèves, si je n’eusse cherché qu’à réunir quelques deniers, pour me reposer ensuite sur des lauriers flétris, alors j’aurais eu droit à l’indulgence des maîtres, on eût toléré ma dangereuse ignorance, on eût souri à mon avilissement. Mais malheur à l’homme qui croit être impunément utile. Une naissance honnête, une éducation noble, une âme élevée, l’adoption flatteuse de plusieurs corps littéraires, des talents éprouvés, des succès peu ordinaires sont autant de crimes que la médiocrité jalouse ne lui pardonnera pas35.

  • 36 Affiches de Lyon, n° 42, 15 octobre 1766, p. 199.
  • 37 Archives municipales de Lyon, HH 106, 16 septembre 1761 : un des deux protagonistes est un prêtre, (...)

31L’abbé Prodon n’est pas un modèle de simplicité ni de modestie chrétienne, suivant en cela l’exemple de son oncle, l’abbé Liébaut, qui, se prétendant « utile au public », ne recevait dans sa pension de Dijon que des « élèves bien nés et dociles36 ». Mais il est d’autres accusations du même genre, peut-être plus sérieuses, puisqu’elles émanent de membres mêmes de la communauté. En 1761, deux maîtres d’école se disputent, par exploits d’huissiers interposés, une seule place de maître qu’ils se seraient plus ou moins vendue ; l’un des antagonistes remarque que les syndics et examinateurs « sont assez aisés de recevoir si peu de capacités qu’ils trouvent aux personnes qui se présentent, et leur accordent le pouvoir d’enseigner37 ».

32De plus en plus semble-t-il, une rupture s’opère, à l’intérieur de la communauté, entre deux groupes : celui des maîtres ès arts et des gradués qui se piquent de latinité et de belles-lettres d’une part, et les modestes maîtres de lecture et écriture seulement, qui forment la quasi-totalité des maîtresses d’école et peut-être la moitié des maîtres. Ces derniers reçoivent essentiellement des élèves externes, originaires des milieux artisanaux lyonnais, dont l’assiduité est médiocre. Ils demandent une somme modique, de 30 sous à 3 livres par mois, pour enseigner les rudiments aux garçons et aux filles. Dès que l’acquis de savoir du maître est plus élevé, il ne se contente plus d’une si médiocre besogne. Les tarifs montent en même temps que l’ambition, et les pensionnaires sont préférés aux externes, assurant un revenu fixe plus régulier et beaucoup plus élevé.

  • 38 Claude Bellanger et al. dir., Histoire générale de la presse française, t.I, Paris, Presses univer (...)

33Les Affiches de Lyon, journal de petites annonces, sont un remarquable révélateur de ces discordances et de ces mutations de l’institution enseignante dans la ville au tournant du XVIIIe siècle38, en même temps qu’un précieux témoignage sur les méthodes pédagogiques, une rencontre, si l’on veut, entre une demande nouvelle d’enseignement et une offre qui cherche à s’y adapter, sans entièrement renoncer à ses habitudes.

  • 39 Affiches de Lyon, n° 21, 26 mai 1768, p. 114.
  • 40 Archives municipales de Lyon, HH 106 : huit de ces procès-verbaux sont dressés entre le 11 juillet (...)

34D’enseignement féminin, aux deux sens du mot, il est fort peu question. Sur plus de 150 références retenues, 10 seulement sont le fait de femmes ou s’adressent à des filles. En dehors d’une dame « qui connaît parfaitement les langues française et italienne », et se propose de les enseigner à des « jeunes messieurs et demoiselles de naissance distinguée » (ce qui est strictement interdit par les règlements), toutes les autres mentions concernent un enseignement élémentaire, complété par ce qui est spécialement destiné aux filles : les premiers principes de la religion, la couture et la broderie. Aucune maîtresse officielle et reconnue ne paraît dans les Affiches, qui révèlent au contraire de curieuses associations, comme celle de la dame Sansfaçon (sic), qui « sèvre des enfants, en prend en pension à tout âge et leur enseigne à lire, à écrire, l’arithmétique et le latin, ayant un maître qui enseigne chez elle39 ». À ce niveau, la maîtresse de pension, plus ou moins clandestine, ne fait pas de publicité : elle sait qu’elle peut mal se défendre contre les contraventions que dressent les maîtres gardes de la communauté. Il semble que les syndics opéraient souvent de tels contrôles, et que les cas de fraude étaient multiples. Dans les épaves conservées aux archives, subsistent les procès-verbaux de 19 contraventions contre des enseignants non habilités : 17 concernent des femmes (dont 4 veuves et 2 femmes mariées), 2 seulement des hommes (1 prêtre et 1 laïc). Ces procès-verbaux sont même un des rares témoignages directs sur les petites écoles des « riches », même s’ils décrivent une situation marginale, que l’on peut difficilement apprécier statistiquement40.

  • 41 Archives municipales de Lyon, HH 106, 13 février 1770, Procès-verbal de contravention contre le si (...)

35Les écoles sont de simples chambres, souvent dans les étages des maisons, pauvrement meublées de quelques bancs, pour les enfants, d’une table, parfois de lits ! Chez la dame Philippe, quelques élèves, à l’intrusion des syndics, se jettent sous le lit pour se cacher, alors que d’autres essaient de dissimuler leurs livres. Chez la demoiselle Borduge, à la Grand-Côte, les syndics, attirés par le bruit au-dessus de leur tête, trouvent une voisine, dévideuse de soie, encombrée de dix petits enfants que la maîtresse clandestine lui avait confiés ! Ces contraventions contiennent des indications sur le nombre des enfants (de 7 à 24 par école), sur leur âge (jusqu’à 12 ans, les plus petits n’en ayant que 4 ou 5 ans), sur leur sexe (le plus souvent filles et garçons sont ensemble), sur les livres et le matériel enfin : quelques cahiers, quelques abécédaires, des Civilités, des Livres d’Heures, une seule fois, chez le prêtre, des livres de latin41.

36En dehors de ce prêtre, il ne s’agit que d’un enseignement à la fois élémentaire et traditionnel, qui gêne plus les maîtresses d’école que les maîtres, chez lesquels même les non-latinistes essaient de montrer leur volonté de rénovation pédagogique. En effet, maîtres de pension, maîtres de latin et de belles-lettres, maîtres écrivains même, étalent avantageusement leur compétence dans les Affiches. La plupart des publicités pour les écoles situées dans la ville de Lyon concernent en effet d’authentiques maîtres d’école, reçus dans la communauté. Il s’agit cependant plutôt de la partie marginale de cette communauté, constituée par les maîtres un peu exceptionnels, comme Ballain, l’ancien principal du collège Notre-Dame, Nivoley, ancien principal du collège de la Trinité, Mandot, ci-devant principal du collège de Montluel, ou François Fyot, « expert maître écrivain juré », mais en même temps membre de l’Académie royale de Lyon. Il s’agit là d’une élite, peu nombreuse, partie prenante des milieux les plus cultivés de la cité lyonnaise.

  • 42 Charles Rollin, Traité des études : directions pédagogiques, Paris, C. Delagrave, 1882.
  • 43 Affiches de Lyon, n° 18, 3 mai 1769, p. 20. L’abbé Perrault, reçu maître en 1766, annonce le trans (...)

37Dans leurs écoles, ils offrent des méthodes nouvelles, ils enseignent les langues «  par principes », privilégient les méthodes dites de Paris ou nouvelles sur les anciennes, comme l’apprentissage du latin par la version de préférence au thème, celui de la lecture par le Bureau typographique prôné par le chancelier Rollin plutôt qu’à l’aide de l’abécédaire ou du psautier42. Ils n’hésitent pas à se parer de titres pompeux, comme l’abbé Prodon déjà cité, à ajouter à la culture classique le vernis indispensable à l’homme des Lumières, pêlemêle la géographie, l’histoire, le blason, offrant même maîtres de danse ou de musique en prime... Ils peuvent se permettre de demander des rémunérations beaucoup plus élevées, comme l’abbé Guillaume-Philibert Perrault, qui réclame 6 livres par mois à ses élèves externes, et 400 livres par an aux internes, « moyennant un soin de tous les instants43 ».

38Tout ne paraît pas aussi sérieux dans ces petites annonces ! Combien de charlatans parmi cette multitude de gens à talents, mais en chômage (déjà !) qui cherchent à capter la clientèle lyonnaise ? Car à côté des maîtres officiels, se multiplient, après 1760 et plus encore après 1770, dans les Almanachs comme dans les Affiches de Lyon, des maîtres spécialisés, dont les titres et les droits ne sont pas toujours bien établis. Entre 1759 et 1772 la répartition des publicités par thème dans les Affiches est la suivante (en excluant tous les membres des communautés) :

– maîtres de langues vivantes

25 (dont 14 pour l’italien)

– professeurs de belles-lettres

16

– mathématiques et sciences

10

– histoire et géographie

4

39Dans ces domaines, les maîtres officiels des communautés rencontrent une vive concurrence, dont on ne connaît pas exactement la réussite. Peut-être les nouveaux venus se méprennent-ils quelque peu sur la réceptivité lyonnaise, quand ils prétendent promouvoir les vraies leçons, ou les « façons parisiennes », « l’accent français », « l’orthographe de Monsieur Voltaire en 36 leçons », « la prononciation et l’orthographe de l’Académie », la « pureté du français », par un «  maître venant de la capitale » qui se propose d’enseigner les Lyonnais « en attendant une place convenable à ses talents et à l’intelligence qu’il a ». Chacun a d’ailleurs sa méthode, son livre de grammaire, ses cahiers, que chaque fois il offre de vendre au plus juste prix, en plus de ses leçons, qui seront toujours plus efficaces, plus rapides, et sans fatigue...

  • 44 Affiches de Lyon. Trois annonces successives (la plupart redoublées) sont faites par Séraphin Magl (...)

40Le sommet de la rhétorique publicitaire est bien sûr composé par les maîtres de langue italienne, ou par ce maître écrivain, également d’origine italienne, Séraphin Maglione44. À son arrivée à Lyon, en 1767, Maglione vante ses talents : la possession de la langue italienne dans toute sa pureté, une méthode abrégée pour enseigner l’arithmétique et le change, dont il est expert. Il ne prendra d’honoraires que quand ses élèves auront reconnu l’effet de ses talents. Trois ans plus tard, il réussit à se faire recevoir dans la communauté des maîtres écrivains, et aussitôt il ouvre une « Académie pour l’Arithmétique et les changes étrangers ». En 1771 il annonce au public, qui sans doute ne lui a pas fourni assez d’élèves pour l’occuper et le nourrir, qu’il a entrepris un petit commerce en épicerie, mais que la vente des « Macaronis, Lazagnes, saucissons de Florence, etc. » ne l’empêchera pas «  d’exercer son talent ». La dernière annonce porte comme adresse : rue de l’Arbresec, au Café... En 1773, Maglione ne figure plus à la matricule des maîtres écrivains : fulgurante carrière, un peu hétérodoxe, sans doute pas unique !

  • 45 Louis Trénard, Lyon, de l’Encyclopédie au préromantisme, ouvrage cité.
  • 46 Sur les 67 mentions, 5 seulement concernent des pensions pour filles, ou «  jeunes demoiselles ». (...)

41Cette profusion, quelque peu hétéroclite et désordonnée, souvent en marge des règlements que l’on fait respecter de plus en plus difficilement, bien avant les édits de Turgot, ne peut cacher les insuffisances. Cette abondance de maîtres officiels, de pédagogues occasionnels, de professeurs spécialisés ne répond pourtant pas aux besoins plus ou moins clairement exprimés de la population lyonnaise. En effet, et surtout après l’installation des oratoriens au collège de la Trinité, dont on sait qu’elle fut assez mal acceptée par les corps de notables de Lyon45, les Affiches de Lyon multiplient les annonces en faveur de pensions, ou établissements scolaires situés hors de la ville, où les Lyonnais sont invités à envoyer leurs enfants, garçons surtout : 67 mentions différentes en sont faites entre 1759 et 1772, dont 28 pour les trois années 1763, 1764 et 1765. On ne peut entièrement affirmer que ce soit là un fait nouveau, les effectifs du collège de la Trinité ayant peut-être baissé du temps même des jésuites. Mais il y a là une progression extraordinaire de ces créations d’écoles situées en banlieue plus ou moins proche, écoles répondant à un type nouveau d’enseignement qui attire les Lyonnais peut-être plus que les collèges, souvent considérés comme le conservatoire d’une éduction de type ancien, sclérosée et inadaptée, plus aussi que les maîtres de pension lyonnais qui n’avaient pas su moderniser leur pédagogie. Ils faisaient surtout jusque-là office de « répétiteurs » pour les élèves des collèges, et donnaient l’essentiel de leur temps au latin, et aux belles-lettres. Les artisans lyonnais les plus fortunés et les marchands négociants réclament autre chose. Cette hypothèse est confirmée par le fait que ces annonces concernent à peu près uniquement les garçons, alors que les maisons religieuses recevant des jeunes filles pensionnaires n’ont pas connu la même crise que les collèges46.

  • 47 La carte est limitée à la proche région, et devrait être complétée par deux pensions comparables, (...)

42L’offre scolaire présente plusieurs formes. La carte47 ci-après confirme que ces multiples pensions s’adressent bien au public lyonnais : leur situation est strictement resserrée autour de la ville, principalement le long des vallées de la Saône et du Rhône, presque toujours en milieu rural (seules 4 ou 5 de ces pensions sont dans de petites villes, et recrutent donc vraisemblablement une partie de leurs effectifs sur place). Cette situation n’est pas indifférente. L’esprit nouveau a soufflé sur les maîtres de pension. Avant toute préoccupation pédagogique, les annonces célèbrent la salubrité du climat, le bon air, la qualité de l’atmosphère, ces séjours riants et agréables dans lesquels les jeunes Lyonnais seront protégés contre les impuretés et les miasmes de la ville. S’il s’agit des faubourgs de Lyon, on insiste sur la dimension du jardin, qui sert de promenade aux écoliers, mais sans oublier la mention des murs de clôture qui permettent quand même l’isolement.

  • 48 Affiches de Lyon, 3 octobre 1764, publicité de la pension ouverte par le curé de Rigieux-le-Blanc (...)

43Pour le Beaujolais, les Monts-d’Or, un certain lyrisme n’est pas exclu, joint aux louanges sur la nourriture beaujolaise. La pension est-elle située dans la Bresse malfamée ? Une indication rassure les parents : « Quoiqu’en Bresse, lieu très sain, air pur et tempéré, ni étangs ni marais48. » Si les avantages matériels sont ainsi longuement décrits (et parfois eux seulement), la pédagogie n’est pas absente des annonces.

Carte de l’offre scolaire autour de Lyon (1759-1772)

Carte de l’offre scolaire autour de Lyon (1759-1772)
  • 49 Affiches de Lyon, 28 janvier 1761 : un prêtre du Dauphiné prend des pensionnaires qui sachent lire (...)

44Quel est l’objectif de ces maîtres de pension ? Sur 33 cas pour lesquels des précisions sont fournies, 4 seulement se limitent à l’instruction élémentaire, « lire, chiffrer, écrire ». Douze fois l’ambition est un peu plus grande, puisque sont ajoutés au moins les premiers éléments du latin. La pension, réservée aux jeunes enfants, conserve alors son sens premier : préparer les enfants à l’entrée au collège, au niveau de la classe de sixième. Mais dans plus de la moitié des cas, les maîtres sont beaucoup plus ambitieux. L’enseignement élémentaire non seulement n’est pas donné (certains maîtres précisent qu’ils ne prennent comme élèves que des enfants sachant parfaitement lire et écrire), mais le latin et les belles-lettres deviennent l’essentiel du programme. Le maître de pension reste alors parfois encore un préparateur aux études du collège ; les annonces précisent parfois un niveau, ou la grammaire, ou la rhétorique, ou même la philosophie. Certains établissent leur prix de pension en fonction des résultats : une sorte de prix de base minimum est augmenté de tant de livres par mois selon la classe du collège où est admis l’élève en quittant la pension49. Mais beaucoup se substituent complètement aux collèges. Leurs programmes s’ouvrent à d’autres disciplines, les méthodes d’enseignement sont renouvelées. Les maîtres insistent sur la formation générale, « l’éducation complète », les qualités morales ou civiques qui seront le but de l’éducation fournie : « Former les cœurs, orner l’esprit, préparer des chrétiens, de bons citoyens, de vrais Français. »

  • 50 Affiches de Lyon, n° 48, 27 novembre 1771, p. 224.

45En majorité ces enseignants de la région lyonnaise, contrairement aux maîtres de la ville, sont des ecclésiastiques (la précision est donnée dans 35 cas : 23 clercs et 12 laïcs), souvent curés ou vicaires d’une paroisse, qui cherchent une occupation intellectuelle et une source de revenus en prenant de dix à douze enfants en pension. Parfois deux ou trois prêtres s’associent pour ouvrir une école (exemples à Sainte-Foy-lès-Lyon, à Condrieu), d’autres fois il s’agit de « spécialistes », comme les frères des écoles chrétiennes de Belley. Quant aux laïcs, la majorité est constituée d’anciens professeurs et de maîtres ès arts, souvent chargés de diplômes et de titres, alors que quelques modestes maîtres d’école se limitent à une instruction élémentaire, qui peut parfois revêtir une forme originale, comme chez Jean Bachelu, maître d’école à Saint-Didier-au-Mont-d’Or. Il enseigne à lire et à compter à ses pensionnaires pour 12 livres par mois (c’est le prix de pension le plus faible rencontré, alors que la moyenne est de 250 livres par an et que les prix les plus élevés atteignent 500 livres par an), mais il enseigne également « les comptes qui concernent les tailleurs de pierre et les maçons pour le toisé », ébauche d’enseignement professionnel donné sur le lieu même d’exploitation des grandes carrières des Monts-d’Or50.

  • 51 Il est à remarquer que ces maîtres de pension ne se soucient pas d’obtenir une autorisation de la (...)
  • 52 Étienne Kilian, Tableau historique de l’instruction secondaire en France, Paris, Delalain, 1841. M (...)
  • 53 Affiches de Lyon, 22 mai et 11 juin 1766, lettre de M. Lemoine et réponse de l’abbé Beaulieu, prin (...)

46Tous ces enseignants ont des correspondants à Lyon, chez un parent, chez un négociant, dans une cure, dans un couvent. Tous prétendent limiter leurs effectifs à dix ou douze élèves. Il est impossible de savoir combien de jeunes Lyonnais reçoivent ainsi leur première formation dans la campagne, mais sûrement plusieurs centaines chaque année, d’autant plus que les annonces ne représentent sans doute pas la totalité de ce genre d’établissement51. L’insuffisance de l’accueil lyonnais et l’attrait de la pension extérieure sont encore soulignés par un dernier type de publicité qui concerne cette fois les collèges, ou du moins les pensions ouvertes en association avec des collèges. Le mot « collège » est parfois peut-être un peu trop ambitieux pour désigner un établissement où quelques prêtres enseignent jusqu’aux humanités ou à la rhétorique, mais rarement jusqu’à la philosophie. En tout cas leur densité est grande dans la région lyonnaise52 et, de 1761 à 1770, 11 collèges de la région font de la publicité dans les Affiches de Lyon. Comme pour les maîtres de pension, il est possible de déceler les préoccupations supposées du public à travers les formules utilisées. Avant tout, les principaux des collèges insistent sur la situation, la pureté de l’air, la qualité de l’eau ou des aliments (l’un présente un modèle de menu) et, fait nouveau, la proximité de médecins compétents. On sent une meilleure attention des parents appartenant aux couches sociales les plus aisées, à la santé physique des enfants. Au niveau de la pédagogie, si les annonces insistent sur la compétence des professeurs et régents, sur le niveau scolaire prouvé par les exercices publics traditionnels, l’accent est mis plus sur l’innovation que sur la permanence. Si la base de l’enseignement reste le latin, la grammaire, les humanités, la rhétorique, les collèges affirment toujours la rénovation des méthodes et l’importance accordée au français. Toutes les disciplines annexes, qui seules fournissent une « bonne éducation », sont citées, du blason à la mythologie, de la musique au dessin. Si la religion n’a plus qu’une place secondaire (au collège de Trévoux, il est précisé que la prière est faite en commun), les sciences, voire les techniques apparaissent en bonne place. Les augustins réformés de Bourgoin vantent l’enseignement de la physique par expérience qu’ils donnent dans la classe de philosophie. Trois collèges affirment qu’ils emploient des maîtres écrivains et arithméticiens, celui de Trévoux précisant même que c’est pour former aux métiers du commerce. Par-dessus tout, chacun se présente comme le plus soucieux de former des citoyens, de procurer « l’Amour de la Patrie » (collège de Mâcon). Parfois même l’intérêt du public est souligné par une correspondance insérée dans les Affiches, comme la lettre de l’archiviste des comtes de Lyon au principal du collège de Belleville, dans laquelle il est discuté du prix de la pension et de la nécessité d’un uniforme pour les élèves (« l’uniformité a quelque chose qui plaît aux hommes53 !»).

  • 54 Willem Frijhoff et Dominique Julia, « L’éducation des riches. Deux pensionnats : Belley et Grenobl (...)

47Comme pour les pensions, les sources ne permettent pas toujours de connaître le succès relatif de cette aspiration provinciale sur la population scolaire de la métropole lyonnaise. Tous ces établissements n’ont pas la même importance, le même renom, et une institution comme le « collège » de Saint-Symphorien-le-Château doit être une bien modeste pension, comparée au collège de Belley, agrégé à l’université de Besançon54.

48Mais ils contribuent tous, plus ou moins, à transformer la structure scolaire de la grande ville. Aux organismes anciens, parfois sclérosés, parfois insuffisants par leur encadrement, se sont ainsi ajoutés, malgré les résistances, un grand nombre d’autres écoles, plus ou moins reconnues, plus ou moins adaptées aux besoins, mais qui témoignent de ce besoin scolaire accru manifesté au XVIIIe siècle. Ces nouvelles formes scolaires, dont il faut répéter que toutes sont payantes, ne peuvent bien sûr répondre à la totalité de la demande potentielle. Si l’on reprend les chiffres avancés au début, on s’aperçoit que la diffusion de l’enseignement autour de Lyon permet tout juste de scolariser l’ensemble des enfants de la classe dominante, de la bourgeoisie sous toutes ses formes. La richesse est devenue sans doute à la veille de 1789, plus que jamais, le facteur primordial d’une ségrégation scolaire et culturelle de plus en plus nettement affirmée.

Notas

1 Gabriel Compayré, « Charles Démia et l’origine de l’enseignement primaire à Lyon », Revue d’histoire de Lyon, t. IV, 1905, p. 241-273 et 328-370 ; Jean-Pierre Gutton, « Dévots et Petites Écoles : l’exemple du Lyonnais », dans Le XVIIe siècle et l’éducation, colloque de Marseille 1971, Marseille, La Ville, 1972 ; Helga Jeanblanc, «  Charles Démia et l’enseignement primaire à Lyon au XVIIe siècle », dans Religion et politique. Les deux guerres mondiales. Histoire de Lyon et du Sud-Est : Mélanges offerts à M. le doyen Latreille, Lyon, Audin, 1972 ; Roger Chartier, Marie-Madeleine Compère et Dominique Julia, L’éducation en France du XVIe au XVIIIe siècle, Paris, Sedes, 1976.

2 Georges Guitton, Les jésuites à Lyon sous Louis XIV et Louis XV : activités, luttes, suppression, 1640-1768, Lyon, Procure, 1954.

3 Louis Trénard, Lyon, de l’Encyclopédie au préromantisme, Paris, Presses universitaires de France, 1958, en particulier, p. 113. Le chiffre de 4 000 élèves pour les écoles des pauvres est cité dans les Almanachs de Lyon. Dominique Julia et Roger Chartier ont trouvé un total très inférieur un siècle auparavant. En l’absence de tout document précis sur les effectifs de chaque maître ou maîtresse, et même du personnel complet de chaque école, il est difficile de fournir une « fourchette » solide. Rappelons cependant que le bureau des Petites Écoles, en janvier 1791 (bibliothèque municipale de Lyon, manuscrit Coste 113, 20 janvier), donne les chiffres suivants : 11 écoles de garçons avec 18 enseignants ecclésiastiques, et 15 écoles de filles desservies par 35 sœurs de Saint-Charles, « plus de 5 000 enfants qui apprennent la religion, la lecture et l’écriture ».

4 Maurice Garden, Lyon et les Lyonnais au XVIIIe siècle, Paris, Les Belles Lettres, 1970. Les chiffres de la mortalité infantile avancés ont été mis en doute, en particulier par Jean-Louis Flandrin.

5 Sully Ledermann, Nouvelles tables-types de mortalité, Paris, Presses universitaires de France, 1969. Nous avons utilisé la table Q 0 - 5 = 500, p. 119.

6 Les recherches d’Alfred Perrenoud sur Genève aux XVIIe et XVIIIe siècles montrent l’existence d’une telle mortalité différentielle.

7 Tout en sachant que le retard de l’âge au mariage (entre 25 et 30 ans pour les hommes) laisse un laps de temps très important après la fin de la scolarité et fournit de multiples occasions pour d’autres modes d’instruction.

8 Roger Chartier, Marie-Madeleine Compère et Dominique Julia, L’éducation en France..., ouvrage cité.

9 Maurice Garden, « Pédagogie et parents d’élèves au collège de la Trinité (1763-1790)», Cahiers d’histoire, t. XIV, n° 4, 1969, p. 371-392.

10 Déclarations royales du 13 décembre 1698 et du 14 mai 1724.

11 Marius Audin et Eugène Vial, Dictionnaire des artistes et ouvriers d’art du Lyonnais, Paris, Bibliothèque d’art et d’archéologie, p. XLII.

12 Richard Gascon, Grand commerce et vie urbaine à Lyon au XVIe siècle : Lyon et ses marchands, environs de 1520-environs de 1580, t. II, Paris et La Haye, Mouton, 1971 p. 905. Nathalie Zemon Davis recense 87 maîtres et 5 maîtresses d’école entre 1490 et 1570 à Lyon (p. 73) et 38 maîtres de lecture, écriture et arithmétique pour la décennie 1550-1560 (Society and Culture in Early Modern France, Stanford, Stanford University Press, 1975 ; traduction française : Les cultures du peuple : rituels, savoirs et résistances au XVIe siècle, Paris, Aubier Montaigne, 1979).

13 Jacques Bonzon, La corporation des maîtres écrivains et l’expertise en écriture sous l’Ancien Régime, Paris, V. Giard et E. Brière, 1889 ; Ferdinand Brunot, Histoire de la langue française des origines à nos jours, t. VII : La propagation du français en France jusqu’à la fin de l’Ancien Régime, Paris, Armand Colin, 1926, p. 163-167.

14 Archives municipales de Lyon, HH 81 (non daté), Requête au prévôt des marchands et échevins de la ville de Lyon pour créer la communauté des maîtres écrivains et approuver leurs statuts.

15 Helga Jeanblanc, « Charles Démia et l’enseignement primaire à Lyon... », article cité.

16 Règlements pour les écoles de la ville et diocèse de Lyon, 1688. Voir Gabriel Compayré, « Charles Démia et l’origine de l’enseignement primaire... », article cité.

17 Almanach de Lyon, 1736. Les maîtres écrivains apparaissent pour la première fois dans l’Almanach de l’année 1732, sous l’appellation de maîtres écrivains jurés, reçus à la sénéchaussée, siège présidial de Lyon. Ils sont alors 16 seulement.

18 Ferdinand Brunot, Histoire de la langue française..., ouvrage cité, p. 164 ; Roger Charrier, Marie-Madeleine Compère et Dominique Julia, L’éducation en France..., ouvrage cité, voir en particulier chap. iii.

19 Si les statuts des maîtres d’école sont établis dès 1737, et les lettres patentes accordées en 1750, il faut attendre 1755 pour que le Parlement autorise leur pleine application, 1761 enfin pour que maîtres et maîtresses de Lyon trouvent place dans l’Almanach, près de trente ans plus tard que les maîtres écrivains.

20 Archives municipales de Lyon, 1737, Placet au consulat.

21 Bibliothèque municipale de Lyon, manuscrit Coste 1036, Lettre d’Argenson à Pallu, 1er septembre 1745 ; Manuscrit fonds général 2212, 20, Lettre de M. de Saint-Florentin à Pallu, 19 juin 1747.

22 Règlements pour les maîtres et les maîtresses des petites écoles de lecture, écriture, arithmétique et grammaire de la ville, fauxbourgs et banlieue de Lyon, Lyon, Aux dépens de la Communauté, 1738, 78 pages, et Lyon, 1766, 88 pages. La seconde édition ne comporte pas d’autre modification que la lourde majoration des droits d’accession à la maîtrise, portés à 240 livres au lieu de 50 pour les maîtres, à 120 livres au lieu de 30 pour les maîtresses, par arrêt du Parlement du 28 mars 1765, qui fixe ces droits en limitant les prétentions encore plus élevées exprimées par les maîtres dans leurs délibérations de la communauté des 11 mars 1764 et 10 février 1765.

23 Règlements pour les maîtres et les maîtresses..., article 6.

24 Mémoire pour la communauté des instituteurs de la ville de Lyon, contre le sieur Prodon, prêtre, se disant Principal d’une pension académique établie à Champvert, Lyon, 1788 : « Leur profession étant en sous-ordre des collèges, a reçu un titre qui annonçait cette dépendance. »

25 Archives municipales de Lyon, GG 150, Arrêt du Parlement du 24 mars 1755, Affiche.

26 Il y a aux archives municipales de Lyon (HH 106, 5 juin et 16 septembre 1761) un exemple de conflit opposant deux maîtres d’école qui se reprochent mutuellement une trop grande proximité.

27 Archives municipales de Lyon, HH 81, Ordonnance de police concernant les écrivains publics, Affiche, 25 juin 1774, Lyon : « Sur ce qui nous a été remontré par le Procureur du Roi, qu’il y a dans cette ville une quantité assez considérable d’écrivains publics, qui n’étant assujettis à aucune Police, oubliant ou méconnaissant leurs devoirs, compromettent la sûreté et la tranquillité publiques [...]. »

28 Archives municipales de Lyon, HH 106, 1er mars 1769, Correspondance entre mademoiselle Fayolle, maîtresse d’école, et Bourcier, doyen et ancien syndic de la communauté.

29 L’article 17 des statuts est un long règlement de discipline du métier. Il institue un (ou plusieurs) visiteur, ecclésiastique qui contrôle l’exercice de la profession et la tenue des écoles.

30 Archives municipales Lyon, HH 106, 1er mars 1769.

31 Archives départementales du Rhône, 2 C 786, 5 janvier 1730, Inventaire des effets de Jacques Lamarche, maître d’école : le total de ses biens s’élève à 29 livres seulement.

32 Archives départementales du Rhône, 3 E 9469, notaire Dugueyt, 16 août 1787, Bilan-traité d’Alexandre-Michel Pelzin, maître de pension à Lyon, avec ses créanciers. Il annonce un passif de 27 034 livres après six ans de mariage, et trois ans après sa réception dans la communauté des maîtres d’école.

33 Archives départementales du Rhône, 3 E 7398, notaire Puy, 29 juin 1786, Contrat de mariage entre Étienne-Louis Roi, écrivain, et Catherine Caminet. L’apport au mariage des deux époux est de 48 livres en tout ; l’époux avait été reçu maître écrivain en 1781.

34 Il est fort probable que les principaux des collèges se faisaient recevoir dans la communauté des maîtres d’école, pour pouvoir ouvrir des pensions de répétition pour les élèves externes de leurs collèges.

35 Mémoire à consulter pour le sieur Prodon, contre les maîtres des Petites Écoles.

36 Affiches de Lyon, n° 42, 15 octobre 1766, p. 199.

37 Archives municipales de Lyon, HH 106, 16 septembre 1761 : un des deux protagonistes est un prêtre, qui aurait été finalement refusé, les syndics ne lui « ayant trouvé aucune capacité ».

38 Claude Bellanger et al. dir., Histoire générale de la presse française, t.I, Paris, Presses universitaires de France, 1969, p. 366-368. Pierre Grosclaude, La vie intellectuelle à Lyon dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle, Paris, Picard, 1933. Tous les exemples rapportés, et le commentaire général, reposent sur le dépouillement complet des annonces concernant l’éducation publique (à l’exclusion des précepteurs particuliers et des maîtres spécialisés de musique, de danse et d’armes) pour l’ensemble des années 1759-1772, qui sont conservées à la bibliothèque municipale de Lyon. Chaque série annuelle comprend une moyenne de 11 annonces nouvelles (les annonces redoublées n’étant comptabilisés qu’une fois), avec un maximum entre 1763 et 1766, les années qui suivent immédiatement l’expulsion des jésuites. Le même type de sources est utilisé dans un article récent de John Harold Plumb, « The new world of children in eighteenth-century England », Past and Present, n° 67, mai 1975, p. 64-95.

39 Affiches de Lyon, n° 21, 26 mai 1768, p. 114.

40 Archives municipales de Lyon, HH 106 : huit de ces procès-verbaux sont dressés entre le 11 juillet et le 13 août 1773, 6 autres le 12 mars 1782.

41 Archives municipales de Lyon, HH 106, 13 février 1770, Procès-verbal de contravention contre le sieur Dalmières, prêtre du diocèse de Paris.

42 Charles Rollin, Traité des études : directions pédagogiques, Paris, C. Delagrave, 1882.

43 Affiches de Lyon, n° 18, 3 mai 1769, p. 20. L’abbé Perrault, reçu maître en 1766, annonce le transfert de son « École de Belles-Lettres », rue Tupin et il ajoute : « Il se charge ordinairement de mener avec lui ses élèves, les dimanches et fêtes et les jours de congé, autant pour soulager les parents, que pour ôter à ses élèves, en les ayant toujours sous les yeux, l’occasion de faire ce jour-là des connaissances qui pourraient les détourner de leur devoir. »

44 Affiches de Lyon. Trois annonces successives (la plupart redoublées) sont faites par Séraphin Maglione : 27 mai 1767, 23 juillet 1770, 24 juillet 1771.

45 Louis Trénard, Lyon, de l’Encyclopédie au préromantisme, ouvrage cité.

46 Sur les 67 mentions, 5 seulement concernent des pensions pour filles, ou «  jeunes demoiselles ». Quatre sont encore très traditionnelles, avec « ouvrages de dames », «  ouvrages convenables au sexe », couture et broderie. Une seule, située à Anse en Beaujolais, offre une «  éducation distinguée », qui ajoute des notions de géographie et d’histoire à l’enseignement élémentaire du français et de l’arithmétique (26 septembre 1770).

47 La carte est limitée à la proche région, et devrait être complétée par deux pensions comparables, un peu excentriques géographiquement (Arinthod en Franche-Comté, et Bourg-Saint-Andéol), et par quelques annonces pour des établissements de « luxe », à Dijon, à La Flèche, et même à Paris.

48 Affiches de Lyon, 3 octobre 1764, publicité de la pension ouverte par le curé de Rigieux-le-Blanc en Bresse.

49 Affiches de Lyon, 28 janvier 1761 : un prêtre du Dauphiné prend des pensionnaires qui sachent lire et écrire. Le prix de pension est fixé à 15 livres par mois en cas d’échec, de maladie, ou d’abandon, à 18 livres par mois en cas d’entrée en sixième, à 27 livres pour l’entrée en cinquième, et ainsi de suite, à 9 livres de plus par mois par chaque niveau de classe supérieur.

50 Affiches de Lyon, n° 48, 27 novembre 1771, p. 224.

51 Il est à remarquer que ces maîtres de pension ne se soucient pas d’obtenir une autorisation de la communauté des maîtres d’école, qui étend pourtant sa juridiction sur la « banlieue » de Lyon. De toutes les annonces, une seule fait référence à l’approbation obtenue de monseigneur l’évêque d’Egée, vicaire général et directeur des écoles de Lyon !

52 Étienne Kilian, Tableau historique de l’instruction secondaire en France, Paris, Delalain, 1841. Même si Dominique Julia a critiqué avec raison les chiffres avancés par Kilian, on peut cependant les retenir à titre indicatif. Or, d’après Kilian (p. 310-313), le département de l’Ain figure en 1789 au deuxième rang en France pour le nombre de collèges, au huitième pour le nombre d’élèves.

53 Affiches de Lyon, 22 mai et 11 juin 1766, lettre de M. Lemoine et réponse de l’abbé Beaulieu, principal du collège de Belleville, qui trouve « patriotique » la lettre de son interlocuteur...

54 Willem Frijhoff et Dominique Julia, « L’éducation des riches. Deux pensionnats : Belley et Grenoble », Cahiers d’histoire, n° 21, 1976, p. 105-131.

Notas finales

* « Écoles et maîtres: Lyon au XVIIIe siècle », Cahiers d’histoire, t. XXI, n° 1-2, 1976, p. 133-156.

Índice de ilustraciones

Título Carte de l’offre scolaire autour de Lyon (1759-1772)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/9963/img-1.jpg
Archivo image/jpeg, 87k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2008

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540