Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

Un historien dans la ville

 | 
Maurice Garden

II - La ville

L’historien de la ville

De la Fabrique aux quartiers

René Favier

Volltext

1Pour qui voudrait trouver un résumé rapide des transformations successives de la recherche en histoire urbaine au cours des quarante dernières années, les cinq articles présentés ici permettraient d’avoir un aperçu significatif. Depuis sa thèse soutenue en 1969, Lyon et les Lyonnais au XVIIIe siècle, Maurice Garden fut de tous les combats et de tous les renouvellements. Alors que dans les années 1960 dominait l’histoire des prix et des revenus de la terre, il compta parmi les pionniers qui commencèrent à faire sortir de l’oubli celle de la ville. Après Pierre Goubert, dont la description de la ville sonnante reste dans toutes les mémoires, avec le travail de Pierre Deyon sur Amiens, sa grande thèse sur Lyon fut pour nombre de jeunes chercheurs, dont fauteur de ces lignes, un repère intellectuel majeur. La ville devint alors le cadre privilégié du développement des études démographiques et sociales.

2Dans la décennie qui suivit, Maurice Garden fut aussi de ceux qui (avec parmi d’autres Jean-Claude Perrot, Daniel Roche, Louis Bergeron, François Bédarida, Bernard Lepetit, ainsi que des collègues étrangers comme Herman Diedericks, Jochen Hook ou Peter Clark) animèrent, à la Maison des sciences de l’homme, un groupe de réflexion sur l’histoire urbaine qui contribua à un profond renouvellement méthodologique et à un élargissement thématique, centré notamment sur les questions des hiérarchies urbaines, des pratiques sociales dans les villes et des politiques urbaines. Il s’agissait alors de prendre en charge les consciences successives qui définissent une vision dynamique des phénomènes urbains, comme le rôle centralisateur de l’Etat, l’importance des bouleversements provoqués par l’unification économique et les politiques nationales, le rôle des villes dans l’organisation de l’espace (indissociable du problème de la population et de celui de sa répartition), la question des fonctions urbaines et de l’organisation de l’espace. Les cinq articles choisis pour cet ouvrage illustrent le parcours de Maurice Garden au sein de ce renouvellement progressif de l’histoire urbaine. Le premier, consacré aux bouchers lyonnais, se situe au carrefour de l’histoire urbaine, de l’histoire sociale et de la démographie historique. Pour Maurice Garden, l’histoire urbaine est indissociable des hommes qui y vivent, et ce travail sur les bouchers figure en quelque sorte comme un condensé des questions posées dans sa thèse, celles de l’organisation des métiers (dans sa dimension institutionnelle comme dans la pratique économique), de la mobilité et de la réussite sociale comme de l’hétérogénéité des niveaux de fortune, ou de la spécificité des comportements démographiques. Exemplaire mais aussi exceptionnel par certains aspects, le monde de la boucherie est érigé en « type même de l’organisation familiale d’un métier artisanal » et de la réussite sociale de familles à la fécondité exceptionnelle à laquelle il donnait déjà une grande place dans sa thèse : qui ne se souvient des vingt et unes naissances en vingt-quatre ans dans la famille de Jacques Gantillon le cadet, installé place des Terreaux ! Ou de son fils Joseph-Marie, exemple criant du toboggan démographique en marche, avec ses treize enfants seulement !

3L’article sur écoles et maîtres à Lyon au XVIIIe siècle participe de cette même approche sociale de l’histoire urbaine. Si la perspective est différente de l’étude sur les bouchers, l’article ne nous éloigne pas de la question de l’organisation des métiers, ici ceux des maîtres d’école et des maîtres écrivains auxquelles les familles modestes lyonnaises pouvaient confier leurs enfants. L’étude souligne la pluralité de l’offre de formation comme l’inégalité des conditions et des savoirs des maîtres. Son étude serrée des annonces publiées dans les Affiches de Lyon montre aussi les mutations de l’institution enseignante dans la seconde moitié du XVIIIe siècle et constitue un précieux témoignage sur les modes pédagogiques, « une rencontre si l’on veut entre une demande nouvelle d’enseignement et une offre qui cherche à s’y adapter, sans entièrement renoncer à ses habitudes ». Mais l’étude sur l’élargissement de la carte des formations ne fait jamais abstraction des conditions d’accès à cet enseignement. Toujours soucieux de faire le lien entre l’institution et la pratique sociale, Maurice Garden montre aussi que, plus que jamais, la richesse est à la veille de 1789 le facteur primordial d’une ségrégation scolaire et culturelle de plus en plus nettement affirmée.

4La contribution sur les aires du commerce lyonnais au XVIIIe siècle fait partie des grandes enquêtes lancées par Pierre Léon dans le cadre du Centre d’histoire économique et sociale de la région lyonnaise qu’il avait créé et que Maurice Garden anima à sa suite. Cette contribution prenait place dans une vaste enquête collective qui visait à cerner la diversité des aires commerciales françaises, à éclairer les liens subtils qui unissaient les espaces régionaux, nationaux et internationaux et à mettre en valeur le rôle d’entraînement de l’économie coloniale sur l’espace économique français et la nature des échanges intérieurs.

5L’article prend appui sur la très riche série des « Papiers des industriels et commerçants » (correspondance, registres de compte, bilans) conservés aux archives départementales du Rhône et aux archives municipales de Lyon, ainsi que sur les registres de séquestre de l’époque révolutionnaire. Avec la prudence indispensable qu’il convenait de mettre en œuvre pour examiner ces sources qui étaient souvent le constat d’un déclin et parfois d’échecs, Maurice Garden fournit là un éclairage entièrement neuf (et pas véritablement renouvelé depuis) sur l’ampleur de l’espace du commerce de Lyon, grande place continentale dont les échanges débordaient sur l’Europe entière et sur le monde, grâce à ses relations avec les ports de la Méditerranée (Marseille) et de l’Atlantique (Cadix). Procédant par sondages pour les années 1763 à 1771 dans une masse documentaire considérable et comparant les résultats obtenus avec les données de la période révolutionnaire, il montre que l’analyse des aires commerciales n’obéit pas à des relations simples. Il propose notamment de distinguer plusieurs aires commerciales, progressivement élargies, selon que l’on considère l’activité des simples « marchands », des « marchands fabricants » et des « négociants », dont le rayon d’action est sans commune mesure avec ceux que dominaient leurs confrères moins favorisés. Surtout, il met en lumières les nouvelles orientations géographiques du commerce lyonnais dans la seconde moitié du XVIIIe siècle (l’essor des destinations d’Europe centrale aux dépens des marchés méditerranéens) et le contrôle grandissant que l’« Amsterdam de la France » établit, de la Bourgogne à la Provence, du Forez au Dauphiné, sur un véritable espace économique régional.

6L’article consacré aux formes de contrôle du pouvoir local entraîne Maurice Garden sur un terrain qu’il a peu pratiqué : celui du politique. Pour autant, cette recherche entre en parfaite cohérence avec ses autres travaux sur la ville. Outre que l’objet d’étude restait la cité rhodanienne, il s’agissait là d’une autre façon de réfléchir à l’intégration de Lyon dans la vie du royaume, et de renouveler les approches sur la vie municipale et les modalités de la tutelle royale. Exploitant la correspondance du maréchal duc de Villeroy en 1721, le travail permet de mieux comprendre le rôle respectif des relations personnelles, des liens de fidélité et des rapports de pouvoir dans le renforcement de la centralisation et la réduction des autonomies locales. L’administration, les finances, les relations sociales, l’esprit public, rien n’échappe à l’autorité du gouverneur, souvent absent physiquement, mais toujours là. Ce faisant, le travail invite à une autre lecture de l’absolutisme monarchique au XVIIIe siècle, et dessine les contours d’une nouvelle histoire sociale du politique illustrée depuis par Philippe Guignet, Guy Saupin et quelques autres.

  • 1 Jean-Claude Perrot, Genèse d’une ville moderne, Caen au XVIIIe siècle, Paris et La Haye, Mouton, 1 (...)
  • 2 Maurice Garden et Yves Lequin dir., Habiter la ville, XVe-XXe siècle : actes de la table ronde, Ly (...)
  • 3 Alain Cabantous, « Le quartier, espace vécu à l’époque moderne. Ambiguïté et perspectives d’une hi (...)

7Le dernier article choisi, « Le quartier, nouvel objet d’histoire ? », illustre parfaitement la révolution copernicienne qu’a connue l’histoire urbaine depuis les années 1980. Dans ce renversement, la thèse de Jean-Claude Perrot fut, en 1975, une étape majeure. La ville désormais n’était plus seulement un cadre, un prétexte à une étude économique, sociale, démographique, etc. ; elle était placée en position centrale, comme « objet d’étude », dont les différentes approches permettaient de comprendre la complexité1. Désormais, comme Maurice Garden l’écrivit un jour, l’intérêt était porté non plus au « contenu », mais au « contenant ». Ce renversement ouvrait la voie à de nouveaux questionnements sur les modes de valorisation de l’espace ; sur la spécificité des morphologies sociales en tenant compte des variables culturelles, religieuses, spatiales ; sur les maîtres de l’espace urbain (ingénieurs, médecins, architectes, entrepreneurs, spéculateurs) et leurs relations à l’espace ; sur les liens entre les relations sociales et l’organisation spatiale (la question de la topographie sociale, la cartographie de l’implantation des différents groupes sociaux) ; sur la manière de parcourir la ville et l’appropriation de l’espace urbain par les habitants (itinéraires traditionnels des processions, entrées, cortèges, manifestations, cavalcades ; lieux privilégiés de sociabilité ; relations à l’espace public). Dès 1981, la table ronde organisée par Maurice Garden avec Yves Lequin, « Habiter la ville », avait pris en charge nombre de ces questions2. Dans cette perspective, le quartier devenait bien un nouvel objet d’histoire3 dont Maurice Garden, dans un cheminement qui le conduisit des grandes études sérielles à l’étude sur un micro-espace urbain, fut un des premiers à souligner toute l’importance.

8Pour le lecteur, relire ces différents articles reviendra à parcourir les chemins d’un renouvellement permanent de l’histoire urbaine, renouvellement dont Maurice Garden fut l’un des principaux acteurs.

Anmerkungen

1 Jean-Claude Perrot, Genèse d’une ville moderne, Caen au XVIIIe siècle, Paris et La Haye, Mouton, 1975 ; Bernard Lepetit, « La ville moderne en France. Essai d’histoire immédiate », dans Panoramas urbains : situation de l’histoire des villes, Jean-Louis Biguet et Jean-Claude Hervé coord., Fontenay et Saint-Cloud, ENS Éditions, 1995, p. 173-208.

2 Maurice Garden et Yves Lequin dir., Habiter la ville, XVe-XXe siècle : actes de la table ronde, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 1985.

3 Alain Cabantous, « Le quartier, espace vécu à l’époque moderne. Ambiguïté et perspectives d’une histoire », Histoire, Économie & Société, vol. XIII, n° 3, 1994, p. 427-439.

Autor

Historien, spécialiste de l’histoire des villes, de l’organisation des territoires et des risques naturels. Professeur d’histoire moderne à l’université Pierre-Mendès-France-Grenoble-2 et vice-président chargé de la recherche dans cette même université, il a publié notamment Les villes du Dauphiné aux XVIIe et XVIIIe siècles (Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, 1993) et il a édité : Histoire et mémoire des risques naturels (avec A.-M. Granet-Abisset, Grenoble, MSH-Alpes, 2000) ; Les pouvoirs publics face aux risques naturels dans l’histoire (Grenoble, MSH-Alpes, 2002) ; Récits et représentations des catastrophes naturelles depuis l’Antiquité (avec A.-M. Granet-Abisset, Grenoble, MSH-Alpes, 2005) ; Gestion sociale des risques naturels/Gestione sociale dei rischi naturali (avec Claudine Remacle, Région autonome de la vallée d’Aoste, 2007) ; Les sociétés européennes face aux catastrophes, XVIIe-XXIe siècle (avec Ch. Pfister, Grenoble, MSH-Alpes, 2008) ; Le Parlement de Dauphiné des origines à la Révolution (Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, 2001) ; Nouvelle histoire du Dauphiné. Une province face à sa mémoire (Grenoble, Glénat, 2007) ; Pierre-Philippe Candy. Orgueil et narcissisme. Journal d’un notaire dauphinois au XVIIIe siècle (Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, 2006)

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2008

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540