Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Un historien dans la ville

 | 
Maurice Garden

I - Méthodologie de l'histoire sociale

Ouvriers et artisans au xviiie siècle*

L’exemple lyonnais et les problèmes de classification

Texte intégral

  • * « Ouvriers et artisans au XVIIIe siècle : l’exemple lyonnais et les problèmes de classification », (...)

1L’étude des sociétés urbaines à l’époque préindustrielle ne peut esquiver les problèmes de classification du monde du travail, avec ses formes variées, non seulement d’une région à l’autre, mais aussi à l’intérieur d’un même ensemble urbain.

2Ce qu’Émile Coornaert a appelé l’« aveuglante diversité » des corps de métiers permet-il des regroupements entre activités voisines ? Est-il possible de négliger ces structures, à la fois juridiques et professionnelles, pour essayer de dégager de vastes ensembles, comprenant tous les individus dont les conditions de travail sont comparables ?

  • 1 Archives municipales de Lyon, I2 46 bis, Rapport sur l’état de l’industrie et du commerce à Lyon, (...)
  • 2 Justin Godart, L’ouvrier en soie, monographie du tisseur lyonnais, étude historique, économique et (...)

3La complexité de ces questions provient de ce qu’on ne peut pas se contenter des classements simples, toujours répétés : l’opposition entre les manufactures et les métiers artisanaux par exemple, ou la hiérarchie socioprofessionnelle des journaliers, des compagnons et des maîtres ou maîtres marchands. Il nous a paru utile de reproduire totalement en annexe1 un « État de la population marchande et ouvrière de la Manufacture des étoffes d’or, d’argent et de soie de la ville et faubourgs de Lyon en 1789 ». La grande fabrique lyonnaise fournit un exemple caractéristique : elle est, par la masse de ses employés et par son chiffre d’affaires, une des plus grandes « industries » françaises du XVIIIe siècle, mais elle a conservé une organisation de forme artisanale, avec le type bien connu du maître à façon, le canut lyonnais2. Le tableau de la main-d’œuvre de la fabrique lyonnaise indique les grands ensembles, à l’intérieur de cette manufacture des étoffes de soie. On reconnaît d’abord la traditionnelle séparation entre les marchands et les façonniers, qui exige pourtant déjà des précisions. Marchands fabricants et maîtres à façon sont, les uns et les autres, représentés dans la communauté des veloutiers et fabricants en étoffes d’or, d’argent et de soie : ce sont même les deux seules catégories qui élisent les maîtres gardes, en nombre variable au cours du siècle, les marchands ou les façonniers disposant, suivant les périodes, de la majorité dans le bureau de la Fabrique. Deux observations sont indispensables. Tout d’abord, la liste de 1789 commence par les marchands de soie en gros, peu nombreux (25 seulement) : ce sont les marchands de soie-banquiers, figure traditionnelle de la soierie lyonnaise, dont il est remarquable qu’ils ne fassent pas partie de la communauté. L’auteur de ce tableau de la manufacture les inclut à juste titre dans la fabrique lyonnaise, mais en tête et en dehors des communautés de métiers : le commerce en gros reste étranger au monde de l’artisanat et du métier. De même, les commis et courtiers divers ne sont pas véritablement intégrés dans la manufacture : ils ne sont pas représentés dans les communautés et, en quelque sorte, ils occupent donc une position inférieure à celle des façonniers.

  • 3 Les chiffres de 1789 cachent l’évolution qui, depuis les règlements de 1744, a conduit progressive (...)

4Plusieurs degrés apparaissent nettement dans la hiérarchie du personnel de la fabrique lyonnaise, et il est important, non seulement de les distinguer, mais aussi de connaître les effectifs correspondant à chacun de ces degrés. En dehors des marchands en gros et de leur personnel (moins de 100 personnes en tout), le sommet est occupé par les 350 marchands fabricants, faisant travailler « chez autrui » ou fabriquant pour leur compte3, qui donnent du travail à près de 6 000 maîtres à façon « travaillant pour autrui ». C’est ce rapport entre les 350 marchands fabricants et les 6 000 façonniers, « maîtres ouvriers en soie », qui domine toute l’histoire de la fabrique lyonnaise. Les façonniers, malgré leur titre de maîtrise, malgré leur boutique et la propriété de leurs instruments de travail, les métiers, sont entièrement dominés par les marchands fabricants, détenteurs des capitaux et vendeurs du produit fabriqué. Ce rapport, qui oscille entre un dixième et un vingtième au cours du XVIIIe siècle, montre la toute-puissance accordée aux marchands dans la communauté puisque, depuis 1744, ils ont deux élus chaque année pour un seul maître ouvrier.

  • 4 Le travail des femmes et des filles « sur les métiers » a été officiellement institué par l’arrêt (...)

5Mais il est tout aussi important de souligner que marchands et maîtres à façon ne forment qu’une toute petite partie de la main-d’œuvre globale de la manufacture, évaluée à plus de 34 000 personnes en 1789. Le maître façonnier donne lui-même du travail à de nombreux individus dont il faut préciser la place dans la Fabrique. Les compagnons et les apprentis, exerçant le métier dans le cadre des règlements de la communauté, ne sont qu’une petite minorité de ce personnel subalterne. Compagnons et apprentis (en 1789, il est vrai, c’est-à-dire en période de crise de conjoncture) sont plus de deux fois moins nombreux que les façonniers. Cette proportion explique le rôle très discret des compagnons ouvriers en soie dans toutes les crises de la fabrique lyonnaise. Le petit nombre des compagnons « ambulants » les empêche d’avoir une attitude différente de celle des maîtres lors des conflits du travail. Mais à ce relatif effacement des « ouvriers » correspond une masse d’autres travailleurs, qui ne sont pas vraiment intégrés dans les cadres communautaires, qui ne suivent pas les échelons obligatoires de la carrière, de l’apprentissage à la maîtrise, qui en fait restent étrangers à la vie de la Fabrique, qui, sans eux, n’existerait pas. Ces ouvriers de second rang, le véritable prolétariat de la fabrique lyonnaise, sont de deux catégories principales, mais sont également à très forte majorité féminine. Les chiffres sont là éloquents : en face de 1 800 compagnons, figurent sur le tableau de la « population ouvrière » 3 900 femmes de maîtres «  occupées à la fabrication », plus de 1 000 ouvrières à gages, sans titre de compagnon mais qui travaillent aussi sur le métier pour un salaire inférieur à celui de leurs camarades masculins4, plus de 5 500 enfants des façonniers enfin, apprentis puis ouvriers de leurs parents, ne recevant aucun salaire pour leur travail, les filles surtout, et permettant, par leur labeur, l’équilibre précaire du budget des maîtres façonniers. Mais, en dessous de cette main-d’œuvre familiale et féminine à la fois, existe une dernière catégorie, encore plus nettement féminine, véritables domestiques, le plus souvent logées par les employeurs, dont les salaires ou gages sont particulièrement faibles, et dont les possibilités d’ascension sociale sont à peu près inexistantes, surtout si l’on tient compte des conditions matérielles et physiques de leur travail, responsables d’une morbidité considérable parmi ces tireurs ou tireuses de cordes, ces dévideuses, ourdisseuses, faiseuses de remisses ou autres, en tout près de 10 000 individus.

  • 5 Pierre Goubert, « L’ancienne société d’ordres : verbiage, ou réalité ? » dans Colloque franco-suis (...)

6Cette présentation statistique montre la véritable place des façonniers dans la fabrique lyonnaise. Sans doute ces maîtres façonniers sont-ils totalement dépendants vis-à-vis des fabricants, qui fixent les prix de façon. Mais ils dominent à leur tour une masse très nombreuse d’ouvriers et surtout d’ouvrières, totalement soumise aux conditions imposées par les maîtres ouvriers en soie. Il y a bien là un exemple de cette « cascade de dépendances » dont parle Pierre Goubert5.

7Et pourtant, ce n’est pas là encore toute la fabrique lyonnaise. La manufacture lyonnaise comprend un certain nombre d’autres métiers, indépendants de la communauté des fabricants en étoffes de soie, mais dont l’activité est indispensable à la préparation ou au finissage des soieries. Sans parler des passementiers et des fabricants en bas de soie, qui forment deux manufactures distinctes, organisées sur le même principe que la Grande Fabrique, au moins cinq autres communautés de métiers lyonnaises sont directement en rapport avec la soierie. Ce sont, dans l’ordre des soixante-douze communautés d’arts et métiers de Lyon, les teinturiers de soie, les plieurs de soie, les tireurs et écacheurs d’or, les cardeurs de soie, les mouliniers enfin. Les guimpiers, plus ou moins assimilés aux tireurs d’or dans la statistique de 1789, forment une sixième communauté œuvrant pour la Grande Fabrique. Les effectifs de ces métiers sont beaucoup plus restreints. Le tableau de 1789 distingue toujours les maîtres des compagnons ou ouvriers : une nette différence est ainsi marquée entre les artisanats traditionnels, comme les plieurs et cardeurs de soie, dont les 27 maîtres n’emploient que 18 compagnons, et des branches annexes dont la main-d’œuvre, sans passer par l’apprentissage, est beaucoup plus nombreuse. Ainsi chaque moulinier de soie emploie une moyenne de 14 ouvriers ou ouvrières, chaque teinturier une moyenne de 8 compagnons. Dans ces métiers, il y a bien une opposition, à la fois professionnelle et sociale, entre les compagnons et les maîtres. Ce n’est pas le cas pour les ouvriers en soie proprement dits : le compagnon, qu’il porte ce titre ou non, n’a presque aucune possibilité d’accéder à la maîtrise de son métier, n’ayant pas les capitaux nécessaires à l’acquisition d’un atelier dont les installations sont coûteuses (plusieurs milliers de livres pour la « fabrique » d’un teinturier par exemple).

8Enfin, un certain nombre de travailleurs de la Grande Fabrique n’entrent dans aucune des catégories précédentes et sont totalement indépendants des communautés de métiers. Il n’y a pas, à Lyon, de corporation des dessinateurs, ni des brodeurs ; dans le premier cas, il s’agit d’employés, ou bien au service d’un marchand fabricant, ou bien totalement indépendants et travaillant, selon les offres, pour plusieurs marchands. Dans le second, il n’y a pas l’intermédiaire des façonniers entre les marchands et les ouvriers (ouvrières plutôt) brodeurs.

9Les 2 500 brodeurs ou brodeuses en or, argent et soie ne travaillent pas dans les boutiques ou ateliers des 52 marchands brodeurs. Ceux-ci font travailler à domicile un grand nombre de « chambrelans », et ils ne logent dans leurs boutiques que leurs commis, les traceurs et les dessinateurs : c’est encore une autre forme d’organisation. Les marchands brodeurs font partie du bureau des négociants et marchands de Lyon, mais ils n’ont pas créé de communauté distincte, malgré l’importance de la main-d’œuvre qu’ils emploient.

10Ce seul exemple de la Grande Fabrique traduit bien la complexité des états et des conditions dans ce monde des manufactures, où se chevauchent deux types de hiérarchies : celle propre aux organisations artisanales classiques, avec des maîtres marchands et des compagnons ; celle de la grande industrie où le fabricant marchand devient le personnage principal, dominant la masse, et des maîtres façonniers, et des ouvriers de toutes sortes travaillant à domicile ou dans des ateliers de plus grande dimension.

11La grande fabrique lyonnaise montre ce que peuvent avoir de factices et d’incomplets les deux grands types de classification proposés par les historiens des sociétés urbaines depuis une dizaine d’années. Le but d’une classification socioprofessionnelle est bien sûr de permettre des comparaisons entre les sociétés de régions ou de villes différentes : on sait combien il est délicat d’étendre ces rapprochements à des périodes distinctes, les changements de structures n’étant pas toujours révélés par le maintien des mêmes mots, ou des mêmes apparences.

  • 6 Edmond Esmonin, « Un recensement de la population de Grenoble en 1725 », Cahiers d’histoire, 1957, (...)
  • 7 Par exemple, à Lyon, la célèbre famille Perrache, dont les membres se désignent comme architectes (...)
  • 8 Adeline Daumard et François Furet, Structures et relations sociales à Paris au milieu du XVIIIe si (...)

12Les premiers types de classements ont concerné avant tout l’aspect professionnel, en négligeant les caractères socioéconomiques. La multiplicité des métiers, ceux des communautés organisées et les autres, dans toutes les villes, même les plus modestes, pousse à effectuer un tel choix. Il faut alors opérer des regroupements entre les activités de même type, pour arriver à dominer la poussière des petits métiers représentés par quelques individus seulement dans les petites villes. Il faut cependant se garder d’associer des professions aujourd’hui comparables, mais autrefois très différentes. De grandes activités artisanales ou manufacturières se dégagent alors : comme l’ensemble des industries textiles, ou tous les métiers du bâtiment. C’est un tableau de ce genre qu’a proposé, par exemple, Edmond Esmonin pour Grenoble au début du XVIIIe siècle6. Les difficultés de ce type de classement sont cependant assez grandes. Si l’on regroupe les métiers concernant le travail du bois, les charpentiers et les menuisiers se retrouvent ensemble : leur activité peut être très différente, dans la mesure où le menuisier peut n’être qu’ébéniste, travailleur de l’ameublement, ou peut également être un menuisier en bâtiment, plus proche du charpentier qui est souvent un entrepreneur7, voire un architecte... Dans ce dernier cas, il est regrettable de séparer charpentiers et maçons, qui travaillent souvent ensemble sur les mêmes chantiers. À l’ancien classement se fondant sur les matériaux utilisés, on a cherché à substituer de plus en plus un classement plus général, concernant les grandes activités manuelles. C’est ce qu’ont proposé, pour Paris, Mlle Daumard et François Furet, en se limitant à quelques grands thèmes : l’alimentation, le bâtiment et l’ameublement, la fabrication et la vente des étoffes, la bijouterie et l’orfèvrerie, les vêtements et parures, l’ensemble des métiers des transports et de la carrosserie8. Un tel regroupement permet de dégager aussitôt la physionomie économique d’une ville : il faut cependant lui conserver assez de souplesse pour ne pas entièrement cacher la réalité. Il est évident que Beauvais, Amiens, ou Lyon sont, au XVIIIe siècle, des villes à dominante textile : une classification trop restreinte ou trop rigide risque de faire disparaître la distinction entre les drapiers drapant et les tisserands des unes, et les ouvriers en soie de l’autre. Si de tels exemples peuvent paraître caricaturaux, un autre plus précis sera peut-être plus explicite. En analysant le recensement grenoblois de 1725, Edmond Esmonin a rassemblé les industries et commerces du vêtement, sans distinguer les tisserands et les tailleurs d’habit : ce groupe forme 28 % de la population active de Grenoble et vient en seconde position dans la ville après les métiers du cuir (31 % du total), dans lesquels sont rapprochés les gantiers et les cordonniers. La proportion des ouvriers du cuir est considérable et suffit à montrer le maintien à Grenoble de la ganterie (11 % du total). Une catégorie unique du vêtement et de la parure, dans laquelle se retrouveront les tailleurs d’habits, les cordonniers et les gantiers, risque de faire disparaître totalement les gantiers et chamoiseurs de Grenoble, qui sont la seule originalité de cette ville ; à Lyon, ce sont les chapeliers qui risqueraient de disparaître avec une telle classification. On aboutirait ainsi à des résultats apparemment comparables et trompeurs : les activités de l’habillement et de la parure formant à peu près les mêmes pourcentages de la population active à Lyon et à Grenoble, mais dans une ville, ce pourcentage serait atteint à cause de la présence de nombreux travailleurs du cuir et des peaux, et dans l’autre par les ouvriers des chapelleries.

  • 9 François-Georges Dreyfus, La société urbaine en Rhénanie et particulièrement à Mayence dans la sec (...)

13Il faut donc essayer de conserver, à l’intérieur de semblables présentations, assez de précision pour éviter des assimilations grossières. L’utilisation de systèmes comparables à ceux qu’emploie l’Institut national de la statistique et des études économiques (INSEE), avec trois ou quatre décimales dans chaque grande catégorie, permet de maintenir cette réalité de chaque ensemble urbain, sans retomber dans le risque de l’éparpillement entre tous les métiers. L’exemple présenté par François-Georges Dreyfus pour la société de Mayence au XVIIIe siècle est à cet égard des plus intéressants9. À l’intérieur d’une catégorie unique des corporations, deux décimales permettent de rassembler les activités économiques essentielles d’une part, les métiers individuels ensuite. Des hésitations sont cependant toujours possibles avec de telles simplifications et les différences régionales rendent parfois difficile l’emploi d’un même code pour plusieurs villes. C’est ainsi que Mayence semble ignorer les charpentiers et qu’il ne sera peut-être pas exact de ranger partout les meuniers dans les « classes dirigeantes économiques ». De même, rejeter à la fin de l’ensemble des métiers du cuir les chapeliers et les perruquiers est pour le moins fantaisiste et ne se justifie que par le désir de ne pas multiplier les catégories.

  • 10 François Bédarida, «  Londres au milieu du XIXe siècle : une analyse de structure sociale », Annal (...)
  • 11 Emmanuel Le Roy Ladurie, Nicole Bernageau et Yves Pasquet, « Le conscrit et l’ordinateur. Perspect (...)

14Ces classifications par type d’activité sont également utilisables pour les métiers artisanaux et pour les industries ; elles ont pu être employées pour le XIXe siècle en adaptant les normes de l’INSEE pour la période contemporaine10. L’emploi de l’ordinateur pour les recherches concernant les conscrits français du XIXe siècle montre qu’une grande variété d’états et de métiers peuvent être ainsi répertoriés, sans négliger tous les ouvriers de l’industrie naissante11.

  • 12 Maurice Garden, « Le contrat de mariage lyonnais : une source de l’histoire sociale du XVIIIe sièc (...)

15Le principal mérite de ce procédé est de faire connaître la répartition exacte des divers types d’activités pour une période et une population données. Si les documents statistiques sont suffisants et assez précis, il est possible ainsi de montrer l’évolution de tel ou tel secteur professionnel sur une assez longue durée dans une même ville. Le dépouillement des contrats de mariage lyonnais du XVIIIe siècle, la seule source quantitative vraiment importante et complète pour la métropole rhodanienne, met ainsi en lumière la permanence de la fabrique de soieries, dont les effectifs conservent des proportions très semblables entre le début du siècle et la fin (39,8 % en 1730, et 37,5 % en 1786), et souligne le remarquable essor de la chapellerie : 2,7 % de la population active en 1730, mais 8,3 % en 178612.

  • 13 Adeline Daumard, « Structures sociales et classement socioprofessionnel : l’apport des archives no (...)

16Cependant, il ne saurait suffire à l’étude sociale. C’est pourquoi on a cherché à compléter ces premiers classements par types d’activités par une classification socioprofessionnelle, faisant intervenir non seulement le métier, mais encore les statuts des travailleurs et autant que possible leur niveau économique. Les recherches de M. Labrousse et de Mlle Daumard ont permis d’élaborer des projets de codes, valables pour l’ensemble de la société française, en apportant les transformations indispensables pour le passage du XVIIIe au XIXe siècle13.

  • 14 Jacques Dupâquier, « Problèmes de la codification socioprofessionnelle », dans L’histoire sociale  (...)

17Il est inutile de reprendre les grandes lignes de ces projets, qui sont aujourd’hui suffisamment connus. On a, à juste titre, insisté à plusieurs reprises sur les critères de classification : le point de départ restant l’activité professionnelle et individuelle (avec toutes les possibilités de sous-catégories évoquées plus haut), d’autres facteurs interviennent, et en particulier la notion d’« intérêts communs » qui paraît fondamentale à M. Dupâquier, de même que les normes de statut social, de niveaux de revenus ou de niveau de fortune14. Pour les sociétés anciennes, l’indigence des sources peut, bien sûr, constituer un obstacle pour que toutes ces notions soient prises en compte, et on voit mal comment étudier les niveaux de revenus dans les milieux ouvriers et artisanaux lyonnais du XVIIIe siècle, des séries continues faisant à peu près entièrement défaut.

18Dans le projet de code de Mlle Daumard, les activités économiques urbaines sont regroupées en trois catégories principales :

  • la catégorie 1 : journaliers et ouvriers des villes ;
  • la catégorie 4 : statut intermédiaire entre le salariat et la maîtrise ;
  • la catégorie 5 : patrons de l’industrie et du commerce.
  • 15 Par exemple, « Les doléances des corporations d’arts et métiers de Toulouse en 1789 », Annales his (...)

19Le premier ensemble comprend la masse des ouvriers non spécialisés, le plus souvent extérieurs à tout métier organisé, les manouvriers et journaliers, les gagne-deniers divers, avec toutes les variantes locales du vocabulaire (les affaneurs lyonnais par exemple). Mais à ces travailleurs instables et mouvants, ouvriers à la journée ou à la tâche, sont associés tous les ouvriers spécialisés des métiers, l’ensemble des compagnons des activités urbaines. C’est évidemment la dépendance qui justifie ce rapprochement entre deux types de travailleurs fort dissemblables, et dont les intérêts ne sont peut-être pas toujours liés : les compagnons en général n’apprécient guère la concurrence des journaliers en période de forte activité. Les compagnons ouvriers en soie s’opposent comme les maîtres, pendant tout le XVIIIe siècle, au travail des filles sur les métiers ou à l’entrée des paysans forains qui n’auraient fait qu’un apprentissage sommaire. Ces protestations, fréquentes dans la Fabrique, sont reprises par les ouvriers de la plupart des métiers artisanaux, à Lyon comme ailleurs, et souvent les Cahiers de doléances de 1789, malgré les attaques dont ont fait l’objet les corporations, reprennent ces griefs contre les journaliers15.

20L’ambiguïté de la quatrième catégorie est aussi grande. Elle se justifie par deux faits essentiels :

  • l’existence, dans presque toute l’industrie textile, de ces maîtres à façon, dont le titre de maître et la possession de leurs instruments de travail n’empêchent pas la dépendance vis-à-vis des marchands, dans la mesure où ils ne vendent pas le produit de leur travail ;
  • mais aussi l’imprécision des sources de l’histoire sociale du XVIIIe siècle, fiscales autant que notariales, qui, très souvent, omettent de préciser le statut social de l’intéressé, se contentant de la seule mention professionnelle.
  • 16 Archives municipales de Lyon, I2 46 bis, Rapport déjà cité.

21Cette imprécision des sources est en effet fort regrettable. Ce statut intermédiaire entre le salariat et la maîtrise (pour les façonniers, il vaudrait mieux dire entre le salariat et le patronat, puisque la maîtrise est commune aux ouvriers à façon et aux artisans indépendants) existe-t-il dans la plupart des activités au XVIIIe siècle ? On pourrait penser qu’il existe, en particulier, dans les villes aux métiers libres, mais l’exemple de Lyon est à ce sujet éloquent : Lyon est réputée ville de métiers libres, et nous avons déjà parlé des soixante-douze communautés de la ville. Dans le tableau de la manufacture des étoffes de soie (voir annexe), qui pourrait prendre place dans cette catégorie des travailleurs au statut indéterminé ? À part peut-être les 6 « mécaniciens à l’usage des métiers de la fabrique » (cinquante-septième et dernier métier cité), tous les autres travailleurs sont nettement définis : ils sont ou marchands, ou façonniers ou maîtres, ou ouvriers et compagnons, ou employés (les commis, les courtiers, les dessinateurs...). N’en serait-il pas de même pour l’ensemble des activités lyonnaises ? Le même document qui contient la statistique de la Fabrique en 1789 présente aussi un état de tous les métiers de la ville. Ce document, même tardif et imparfait16, distingue pour toutes les activités économiques des maîtres ou marchands, des ouvriers ou compagnons, des apprentis enfin, mais ne laisse subsister aucune catégorie intermédiaire. C’est dans ce cas particulier qu’une étude préalable des métiers de chaque ville serait indispensable. Dans une ville comme Lyon, les sources indiqueront bien sûr des cordonniers, des tailleurs d’habits ou même des orfèvres ou des bouchers, sans spécifier s’il s’agit de maîtres ou de compagnons. Il existe bien, et les procès-verbaux des visites des maîtres gardes conservés dans les papiers des communautés le signalent, des ouvriers chambrelans, qui, sans titre de maîtrise, se conduisent comme des maîtres : travaillant à domicile et vendant eux-mêmes leurs produits fabriqués. Les corporations des tailleurs d’habits et des cordonniers en signalent quelques exemples : la défense présentée par ces chambrelans est toujours la même. Ils ont le désir d’acquérir la maîtrise et seul le manque momentané d’argent les empêche d’accomplir les formalités nécessaires : ces compagnons, futurs maîtres de leur métier, ne justifient pas la création d’une catégorie particulière, qui ne correspond pas à une attitude mentale indépendante.

22En dehors de ces cas précis, des indications professionnelles sans mention de statut sont très fréquentes dans certaines branches d’activité, en particulier pour les chapeliers et les métiers du bâtiment, les maçons surtout. Mais il ne s’agit pas d’imprécision, d’un statut intermédiaire entre le salariat et la maîtrise, mais beaucoup plus d’une différence de qualification professionnelle, d’un état voisin de celui des journaliers. Le dépouillement des actes d’apprentissage lyonnais montre que presque personne n’apprend à Lyon le métier de maçon : les employés des entrepreneurs, maçons ou charpentiers, sont soit des compagnons du tour de France, souvent originaires du Limousin ou de l’Auvergne, soit des « manœuvres maçons » (c’est à peu près le seul usage à Lyon du mot « manœuvre ») qui n’ont pas accompli d’apprentissage et travaillent à la journée selon les besoins des chantiers. De même, les apprentis chapeliers sont le plus souvent des apprentis marchands fabricants. La grande masse des chapeliers sont des ouvriers, affermés, ayant appris très rapidement, en quelques mois, les principes de leur métier, mais qui n’ont aucune possibilité de parvenir à la maîtrise, de participer même à la vie de la communauté. Dans plus de 95 % des cas, les chapeliers indiqués sans autre précision de statut dans les documents lyonnais sont ainsi de simples ouvriers, assimilables aux journaliers ou aux compagnons. Si quelques marchands fabricants ne portent pas leur titre de maître ou de marchand, les indications de fortune (dots au mariage ou cote d’imposition) suffisent à montrer l’opposition entre les deux catégories.

23Il faut ajouter cependant que dans les autres métiers artisanaux il peut y avoir incertitude : on ne peut jamais savoir, même en comparant les données socioéconomiques, si un orfèvre, un boulanger, un cordonnier ou un tonnelier sont des compagnons ou des maîtres.

  • 17 Archives municipales de Lyon, série BB, Almanach de la ville de Lyon (annuel dans la seconde moiti (...)
  • 18 Roland Mousnier, « Problèmes de méthode dans l’étude des structures sociales des XVIe, XVIIe et XV (...)

24Quant à la cinquième classe de la classification de Mlle Daumard, elle n’est pas sans poser aussi des problèmes. Elle a été faite en s’inspirant du modèle parisien, dans lequel la place des maîtres des métiers est importante, et leur fortune puissante, face à la masse des ouvriers et des compagnons sans ressources. Là encore, de multiples nuances s’imposent. Comme dans la plupart des villes, de métiers jurés ou prétendus libres, les maîtres des métiers s’intitulent indifféremment maîtres boulangers, ou marchands boulangers, souvent même maîtres et marchands boulangers par exemple. Il n’y a aucune différence juridique entre ces trois appellations, les activités de fabrication et de vente du produit se complétant. Aux six corps parisiens correspondent partiellement les quatre premières communautés de la ville de Lyon, toujours placées en tête des assemblées des maîtres gardes pour les élections des échevins, avant même les membres de la Grande Fabrique, qui ne viennent qu’au cinquième rang17 : ce sont les drapiers, les merciers, les toiliers et les épiciers. Ces quatre corps élisent des maîtres gardes, mais ce sont les seuls à Lyon qui prennent officiellement le nom de « syndics », pour bien se distinguer des maîtres gardes des autres communautés, et en fait il ne s’agit que de marchands, qui n’effectuent aucun travail de fabrication de draps ou de toiles : « Le Corps de la Draperie est la première Communauté des Marchands, des Arts et Métiers de la Ville » précisent toujours les almanachs, qui, en cette occasion, associent les marchands et les maîtres. En réalité, il n’y a pas à Lyon de maîtres drapiers ni de maîtres toiliers – et jamais nous n’en avons rencontrés dans les sources lyonnaises –, mais seulement des marchands. L’examen des fortunes montre que leur niveau économique est très supérieur à celui des maîtres de tous les métiers artisanaux, comparable à celui des marchands fabricants (chapeliers ou en étoffes de soie), à peine inférieur à celui des négociants. Sans doute l’étagement des fortunes à Paris révèle la très nette supériorité des niveaux des groupes des maîtres et marchands sur celui des compagnons, des façonniers, et des gens de métier au statut indéterminé. Peut-être une séparation entre maîtres d’une part et marchands de l’autre ferait-elle déjà apparaître des différences. Il ne faut pas oublier non plus que la source utilisée, les contrats de mariage, est beaucoup plus sélective à Paris qu’à Lyon, et que beaucoup de maîtres des métiers artisanaux traditionnels ne rédigent pas de contrats de mariage à Paris, alors que tous le font à Lyon. Le véritable problème du classement de cette « aristocratie » des métiers que sont les maîtres est de savoir si la coupure s’établit entre les compagnons et les maîtres, ou entre les maîtres et les marchands. Toute l’histoire sociale d’un ensemble urbain doit conduire à répondre à cette question : les éléments économiques, niveaux de fortune ou de revenus, fournissent un élément de réponse, peut-être incomplet. C’est sans doute par l’étude des mutations sociales, des passages d’un état ou d’un statut à l’autre, que l’on pourrait le mieux approcher la réalité. Le mariage est le document de masse le plus adapté à cette étude – les contrats de mariage, quand ils existent en très grand nombre et sont vraiment représentatifs de toute la société ; les actes de mariage paroissiaux du XVIIIe siècle autrement. L’origine sociale des futurs époux, le choix de l’épouse également, sont des indices essentiels de cette mobilité, ou au contraire de la cohésion d’une catégorie sociale18. Il y a bien sûr des risques d’erreurs. Aussi bien devant les notaires que sur les registres paroissiaux, les futurs époux ont toujours tendance à gonfler un peu leur position sociale : combien de fois, dans les actes de mariage, nous avons rencontré des maîtres et marchands boulangers qui partout ailleurs se contentent de l’appellation de maître, et il n’est pas impossible que tel s’appelle maître cordonnier, même s’il n’en a pas le titre réel, aussi bien parmi les jeunes mariés que parmi les témoins. Il y a dans ces appellations abusives, difficiles à déceler, le sentiment d’une hiérarchie sociale dans les milieux populaires. La comparaison la plus instructive serait celle de la proportion des compagnons ou des ouvriers parmi les jeunes mariés et parmi leurs parents. La différence de génération est alors très nette : le nouvel époux, souvent jeune, est encore fréquemment compagnon, et dans les actes de baptême on rencontre des enfants de compagnons. Mais presque jamais le père de ce mari jeune (de 20 à 30 ans), âgé de 43 à 60 ans, n’est un compagnon. S’il appartenait déjà au monde urbain, il est presque toujours maître. Dans les registres paroissiaux, sauf pour quelques activités, ne figurent pour ainsi dire jamais de décès de compagnons âgés : sur les mortuaires de l’Hôtel-Dieu, par exemple, sont inscrits de nombreux décès de compagnons cordonniers ou ouvriers en soie, âgés de moins de 30 ans, mais, passé cet âge, il n’est plus question que de maîtres pour à peu près tous les métiers. Seules les manufactures qui ne comportent pas l’échelon intermédiaire des façonniers, comme la chapellerie ou la teinturerie, et quelques métiers du bâtiment, qui ont besoin d’une main-d’œuvre nombreuse, emploient des ouvriers âgés, qui ne portent d’ailleurs même pas le titre de compagnon ; il y a, dans le vocabulaire déjà, une différence marquée ; les compagnons sont le plus souvent des travailleurs des métiers artisanaux à faibles effectifs et le mot ouvrier est réservé aux manufactures de plus grande dimension.

25La véritable coupure dans le monde du travail se situerait alors entre les « ouvriers » des entreprises (manufactures ou travaux publics) et les compagnons. Dans tous les métiers de l’artisanat traditionnel, ceux-ci restent des maîtres en devenir, même si tout le XVIIIe siècle tend à multiplier les barrages pour empêcher l’accès d’hommes nouveaux à la maîtrise. En fait, l’essor démographique de la ville de Lyon, comme pour la plupart des villes, empêche cette fermeture totale des métiers et laisse à la masse des compagnons la possibilité d’ascension. Ce passage du statut de compagnon à celui de maître ne peut, bien sûr, s’effectuer que dans les activités dans lesquelles les boutiques sont de petite dimension et n’emploient qu’un seul, à la rigueur deux ouvriers seulement.

26Toute classification des travailleurs d’une ville doit donc commencer par l’étude des structures de chaque type de métier ou d’activité. En supposant une organisation corporative traditionnelle, c’est la valeur du rapport entre le nombre de « patrons » et l’effectif total du métier qui serait le véritable indice des clivages internes. Si ce rapport est voisin de un sur deux (les maîtres forment près de la moitié de l’ensemble des travailleurs du métier), la situation économique et sociale des maîtres et des compagnons est très comparable ; les compagnons sont, dans leur grande majorité, jeunes, et des maîtres en devenir, qui n’ont donc qu’un statut provisoire. Quand la proportion des maîtres est beaucoup plus faible, les compagnons perdent toute chance de quitter leur situation dépendante et les niveaux sont alors très différents entre les deux groupes. Le rapport maîtres sur effectif total devient même très faible dans les activités de type manufacturier. Les maîtres sont alors des maîtres fabricants, ou plus exactement des marchands fabricants. La fabrique lyonnaise de soierie en est le type avec 350 marchands fabricants pour une population ouvrière proche de 35 000 personnes. De même, la chapellerie ne comporte que 70 « maîtres fabricants ayant manufactures en gros » pour un personnel global de plus de 4 800 personnes.

27Dans l’ensemble, à Lyon au XVIIIe siècle, la véritable hiérarchie du monde du travail serait la suivante ;

  • La première catégorie serait constituée par l’ensemble des journaliers et ouvriers des manufactures, sans statut de compagnon ou de façonnier. Les manœuvres maçons, les ouvriers chapeliers et toute la main-d’œuvre, en majorité féminine, de la fabrique de soie (filles à gages, dévideuses et tordeuses, dont le statut est intermédiaire entre celui des domestiques et celui des ouvriers à la journée) en sont les types : c’est là que se situe le véritable prolétariat lyonnais. La faible dimension des ateliers des canuts et leur structure familiale expliquent le rôle différent joué par les différents groupes de ces ouvriers. Les domestiques de la Fabrique, directement surveillés et contrôlés par les maîtres ouvriers en soie (et les compagnons) dans les ateliers familiaux, n’ont aucune indépendance et aucune possibilité de faire entendre leur voix, d’exprimer leurs revendications. Dans cette grande ville industrielle, les jeunes ouvrières de la Fabrique sont d’une passivité totale tout au long du XVIIIe siècle : il n’y a aucune trace d’organisation, aucune participation aux mouvements sociaux qui ont pu agiter le monde ouvrier lyonnais. Dans le bâtiment et dans la chapellerie, où les chantiers et les ateliers réunissent une main-d’œuvre surtout masculine et plus nombreuse, les organisations clandestines des ouvriers sont plus nombreuses, souvent assez fortes, et c’est dans ces milieux que se font jour les revendications, que se préparent déjà des luttes, que naissent les mouvements ;
  • La deuxième catégorie comprendrait l’ensemble des travailleurs soumis aux règlements des communautés d’arts et métiers, avec trois niveaux :
    • les façonniers d’abord, compagnons et maître ouvriers en soie par exemple (mais aussi les passementiers, les fabricants de bas de soie), propriétaires de leurs outils de travail, mais pas de leur production,
    • l’ensemble des compagnons, qui après un long apprentissage et plusieurs années de travail comme compagnons, parfois dans le cadre des voyages du tour de France, entrevoient, entre 25 et 30 ans, la possibilité de s’établir à leur compte, en se faisant admettre à la maîtrise (le mariage contribuait souvent à cet établissement),
    • les maîtres enfin, qui représentent le dernier échelon, la dernière étape de cette carrière. Le maître jouit d’une certaine indépendance, toute relative d’ailleurs, à l’égard des marchands qui lui fournissent les matières premières (les inventaires après décès mentionnent fréquemment les dettes souvent considérables des maîtres boulangers envers les marchands de grains ou les meuniers, des maîtres bouchers auprès des marchands de bétail, des maîtres cordonniers auprès des marchands tanneurs...). S’il possède boutique, s’il vend lui-même les produits de son travail et de celui de son compagnon, sa situation économique n’est pas très supérieure à celle des compagnons : il n’y a pas véritable coupure entre les deux états ;
  • La troisième catégorie est réservée aux maîtres pour lesquels l’activité marchande l’emporte sur la fabrication, à ceux qui vivent avant tout des profits provenant du travail de leurs ouvriers. Quel que soit le terme employé à leur propos, c’est en fait un statut de marchands, dont le type est celui du marchand fabricant. Les maîtres chapeliers, les maîtres teinturiers, mais aussi les maîtres imprimeurs, une partie des maîtres maçons ou charpentiers en même temps entrepreneurs, composent cette classe des maîtres marchands, très voisine de celle des marchands et négociants qui dominent l’activité économique de la ville.
  • 19 François-Georges Dreyfus, La société urbaine en Rhénanie.., .ouvrage cité. Le cadre proposé par Fr (...)

28C’est, dans l’ensemble, le modèle de classification présentée par François-Georges Dreyfus pour la société de Mayence. Deux exemples cependant montrent la difficulté d’établir un code interchangeable d’une ville à l’autre. Mayence est une ville sans manufacture véritable, dans laquelle les maîtres des métiers occupent une place considérable : 36,9 % des ménages recensés dans les quartiers étudiés. Ils forment une classe moyenne apparemment peu homogène, cependant très nombreuse, et dont le niveau économique est largement supérieur à celui des journaliers vivant hors des corporations. La liste des métiers les plus nombreux avec leur domesticité, et le petit nombre relatif des compagnons, justifient la présence dans une même catégorie de ces différents métiers, relevant tous d’une même organisation. Mais le code de Mayence ne laisse pas une place bien définie aux ouvriers des manufactures, puisqu’en dessous des corporations ne sont rangés que les ouvriers vivant en dehors de ces corporations19.

  • 20 Georges Lefebvre, Études orléanaises, Paris, Bibliothèque nationale, 1962-1963, t. I. Contribution (...)
  • 21 Fritz Braesch, « Un essai de statistique de la population ouvrière de Paris vers 1791 », La Revue (...)

29L’exemple d’Orléans étudié par Georges Lefebvre20 présente des structures fort différentes. Les chiffres de la répartition de la main-d’œuvre dans la ville d’Orléans sont caractérisés par le faible nombre des patrons et une proportion beaucoup plus forte d’ouvriers ou de salariés. La notion de salarié devient alors essentielle, et on ne semble pas retrouver la même situation qu’à Lyon : il semblerait illogique de classer ensemble, à Orléans, les maîtres et les compagnons serruriers, ceux-ci étant de douze à quinze fois plus nombreux que les maîtres. Ces derniers seraient les équivalents de petits manufacturiers qui, comme les vinaigriers, donneraient du travail à une main-d’œuvre dépendante comprenant indifféremment des maîtres sans boutique et des compagnons. Là encore, comme dans le Paris de la fin du XVIIIe siècle, la notion de dimension des entreprises, du chiffre moyen de salariés par employeur21, reste imprécise, alors qu’elle seule permettrait une classification rigoureuse, qui ne peut être justifiée que par l’étude des fortunes ou des revenus.

30La seule source quantitative lyonnaise qui permette de connaître les niveaux de fortune respectifs des différentes catégories est le contrat de mariage. En effet, les registres fiscaux (rares) ne comportent pour ainsi dire jamais les indications du statut professionnel : les cordonniers ne sont jamais désignés comme maîtres ou comme compagnons, mais seulement comme cordonniers. Les inventaires après décès sont trop peu nombreux pour que l’on puisse en tirer des indications statistiques valables, et si les maîtres des métiers de l’alimentation sont assez bien représentés dans les liasses d’inventaires, il n’en est pas de même pour les autres métiers artisanaux, et moins encore pour l’ensemble des compagnons dont les biens sont en général trop faibles pour donner lieu à l’établissement d’un acte coûteux.

31Deux représentations graphiques différentes permettent de distinguer les fortunes relatives des maîtres et des compagnons des divers métiers. La première (graphique 1) ne tient compte que des moyennes des apports pour divers métiers. Les valeurs sont très voisines entre les compagnons des diverses professions : les plus défavorisés sont les ouvriers chapeliers (une manufacture), les ouvriers maçons (métier artisanal avec déviation de l’organisation corporative stricte, des manœuvres sans apprentissage se joignant aux compagnons) et les compagnons cordonniers (artisans d’un métier traditionnel typique, mais pauvre), dont les apports moyens sur l’ensemble du XVIIIe siècle sont voisins de 500 livres. Les chiffres les plus élevés sont ceux des garçons et compagnons boulangers, qui atteignent une moyenne de 1 350 livres. Mais à cette égalité des apports des ouvriers correspond au contraire une très grande inégalité des fortunes moyennes des maîtres. Celles-ci restent très faibles dans les métiers traditionnels : 720 livres pour les cordonniers (deux fois moins que les compagnons boulangers, le titre de maître n’est pas une garantie de fortune ! Peut-on parler de différence sociale entre ces maîtres et les compagnons du même métier, dont la pauvreté est à peine plus prononcée ?), 910 livres pour les maîtres tonneliers, à peine plus de 1 000 livres pour les maîtres tailleurs d’habits. Les apports deviennent nettement plus importants pour les maîtres des métiers du bâtiment, sans que, sauf pour les maçons, la différence avec les compagnons soit encore très marquée. Dans les métiers de l’alimentation, les moyennes des apports des maîtres sont encore plus fortes, mais c’était aussi le cas des compagnons. Dans toutes ces branches d’activité, les moyennes ne marquent pas de coupure profonde entre les deux parties de la main-d’œuvre, sauf peut-être pour la frange supérieure de quelques maîtres, qui atteignent le niveau de la bourgeoisie marchande, pour quelques cas isolés seulement.

32Les écarts deviennent au contraire beaucoup plus grands pour tous les métiers de l’artisanat de manufactures : alors que les fortunes des maîtres ne sont le plus souvent que le double de celles des compagnons dans la plupart des métiers cités auparavant, elles sont six fois plus fortes chez les teinturiers, huit fois plus élevées pour les tireurs d’or, onze fois supérieures chez les chapeliers. On sort alors des cadres habituels de l’artisanat. Ce sont bien dans les manufactures seules que les maîtres marchands sont au niveau moyen des marchands, nettement au-dessus des artisans de l’ensemble des activités traditionnelles des milieux urbains.

Graphique 1 - Valeur moyenne des fortunes des compagnons et des maîtres dans les métiers artisanaux et les manufactures

Graphique 1 - Valeur moyenne des fortunes des compagnons et des maîtres dans les métiers artisanaux et les manufactures

33Une deuxième série de graphiques (2a, b, c, d, e), utilisant cette fois, non plus les moyennes de fortunes, mais répartissant celles-ci en niveaux, permet de mieux voir encore les rapprochements et les différences entre les deux types de métiers.

34Sans doute, les niveaux de fortune des compagnons et des maîtres ne sont pas absolument identiques dans les milieux artisanaux. Les valeurs moyennes des apports au mariage l’indiquent suffisamment et les graphiques montrent que la situation n’est pas la même pour l’ensemble des activités. Une sorte de hiérarchie économique s’établit entre les métiers lyonnais : les cordonniers, les tailleurs d’habits, les tonneliers occupent le bas de l’échelle ; les métiers du bâtiment se situent au centre et les professions de l’alimentation au sommet, dépassées peut-être par les quelques activités de luxe, fort peu représentées à Lyon et en pleine décadence au XVIIIe siècle devant la concurrence de la capitale. Les véritables niveaux des fortunes artisanales sont mis en lumière par le tableau 1, qui ne retient que trois valeurs.

35La première – les apports inférieurs à 100 livres – groupe les membres les plus pauvres de l’artisanat lyonnais. Les maîtres y sont peu nombreux, mais n’en sont jamais absents (sauf dans les manufactures).

36La seconde – les apports de 100 à 1 000 livres – rassemble des apports encore fort médiocres, le plus souvent inférieurs même au prix d’une boutique. C’est là que se situent la majorité des artisans lyonnais, maîtres comme ouvriers : les pourcentages de cette deuxième tranche suffisent à démontrer qu’il n’y a pas coupure entre les maîtres des métiers et leurs compagnons.

37La troisième – apports supérieurs à 2 000 livres – est réservée à des fortunes déjà honorables, qui ne sont plus composées uniquement par les nippes et hardes des deux époux, les gains et épargnes de la jeune femme. Si les compagnons deviennent rares à ce niveau (mais jamais absents), les maîtres, sauf dans les métiers de l’alimentation, ne sont jamais plus du quart de leur effectif total dans cette troisième tranche.

38Mais si, dans les métiers artisanaux, des nuances seulement séparent compagnons et maîtres, l’opposition devient totale dans les manufactures. Les chiffres des apports au mariage sont des plus révélateurs. Dans la chapellerie, par exemple, les deux premières tranches regroupent 88,5 % des ouvriers ou compagnons chapeliers, seulement 5 % des maîtres fabricants, qui appartiennent bien sûr au monde des marchands. Dans la Grande Fabrique, la situation est la même, malgré la présence de maîtres à façon. Les différences entre les maîtres ouvriers en soie et leurs compagnons sont minimes : 87 % des apports des compagnons et 75 % de ceux des maîtres sont en dessous du seuil des 1 000 livres. Une petite minorité de maîtres plus aisés (10 % au-dessus de 2 000 livres, contre 3 % seulement de compagnons) fait que la fortune moyenne des maîtres paraît légèrement supérieure à celle des compagnons. Mais les ouvriers en soie se trouvent au niveau de fortune des compagnons des métiers artisanaux et non à celui des maîtres ; leurs apports moyens ne sont qu’à peine supérieurs à ceux des ouvriers chapeliers, qui ne possèdent pas ce statut de maîtres façonniers. Ce n’est plus entre compagnons et maîtres que se situe la coupure, mais entre façonniers et marchands fabricants : 4 % de ceux-ci se constituent des apports inférieurs à 1 000 livres, et 86 % reçoivent plus de 2 000 livres lors de leur mariage pour une moyenne générale des apports de 12 000 livres, seize fois plus élevée que celle de l’ensemble des ouvriers en soie.

Graphique 2 - Niveaux de fortune des maîtres et des compagnons.
2a - Cordonniers et tailleurs d’habits

Graphique 2 - Niveaux de fortune des maîtres et des compagnons.2a - Cordonniers et tailleurs d’habits

2b - Deux métiers du bâtiment

2b - Deux métiers du bâtiment

2c - Les métiers de l’alimentation : bouchers et boulangers

2c - Les métiers de l’alimentation : bouchers et boulangers

2d - Une manufacture : la chapellerie

2d - Une manufacture : la chapellerie

2e- La Grande Fabrique

2e- La Grande Fabrique

39Est-il possible de conclure de façon définitive au terme de cette étude ? Presque tous les documents, ceux qui concernent l’organisation des métiers comme les sources socioéconomiques, tendent à rapprocher tous les membres des métiers lyonnais. Dans les activités artisanales traditionnelles, les maîtres des métiers lyonnais n’ont pas assez de main-d’œuvre pour que la fonction de vente soit rémunératrice. Les maîtres cordonniers ou les tailleurs d’habits, qui travaillent seuls dans leur boutique, aidés tout au plus de leur femme et d’un unique compagnon, fabriquent ce qui est tout juste nécessaire à leur entretien. Le sort des compagnons ne leur est guère inférieur : ceux-ci, qui reçoivent la moitié ou les deux tiers du prix de façon, ont des frais beaucoup plus réduits, puisqu’ils n’entretiennent pas une boutique, souvent ne possèdent même pas leurs outils de travail. Sans doute, tous les métiers ne sont pas égaux entre eux. Nous avons vu que les boutiques de l’alimentation semblaient plus prospères que les autres, du moins d’après les apports au mariage. Les papiers des communautés ne montrent guère de prospérité pourtant dans ces activités ; seuls des investissements plus onéreux expliquent peut-être leur apparente supériorité sur les autres professions de l’artisanat. Les indications sur l’origine socioprofessionnelle des artisans (ou de leurs épouses) vont dans le même sens.

40Les artisans forment un monde séparé de la bourgeoisie du commerce. Par l’intermédiaire des compagnons, les métiers lyonnais reçoivent sans cesse du sang nouveau, originaire des provinces voisines et souvent du milieu rural. Mais au sommet, il n’y a pas – ou presque pas – ouverture et ascension vers les professions bourgeoises. Jamais le fils d’un bourgeois, d’un marchand ou d’un homme de loi ne s’établit à Lyon comme maître artisan. Si l’on relève, par une démarche inverse, les professions des parents des catégories bourgeoises de la ville, on voit combien sont rares les enfants de maîtres des métiers. Même pour les moins fortunés des marchands (les épiciers) ou des hommes de loi (les praticiens et les feudistes), ces cas de passage de l’artisanat à la bourgeoisie sont très rares : toujours moins de 10 % des diverses catégories de marchands, pourcentage qui devient voisin de zéro pour les négociants ou pour les plus riches hommes de loi (notaires, procureurs et hommes de loi).

  • 22 Les renseignements fournis sur Orléans par Georges Lefebvre (Études orléanaises, t. I, ouvrage cit (...)

41Une question se pose encore à la suite de l’analyse de la situation lyonnaise. La médiocrité de l’artisanat lyonnais, sa faiblesse économique, l’absence de fortune des maîtres des différents métiers, sont-elles dues à la domination absolue des « fabriques » ? Le bas niveau de vie des ouvriers en soie et des ouvriers chapeliers et peut-être la cause des difficultés des autres métiers. Dominés par un grand nombre de négociants et de puissants marchands fabricants, les artisans lyonnais, malgré l’importance de la population de la ville, n’ont pu se hisser au niveau d’une moyenne bourgeoisie, presque totalement absente de la capitale de la soie. Il faudrait des études semblables pour les autres villes françaises au XVIIIe siècle pour savoir si cette corrélation entre un artisanat dépendant et faible et la présence de grandes manufactures est un fait général, ou simplement une particularité lyonnaise22.

Annexes

ANNEXE

État de la population marchande et ouvrière de la Manufacture des étoffes d’or, d’argent et de soie de la ville et faubourgs de Lyon en 1789

1 Marchands de soie en gros

25

2 Commis des marchands de soie

30

3 Courtiers et courtières des solies et des étoffes fabriquées

20

4 Marchands de soies teintes pour la broderie

18

5 Conditions des soies

1

6 Marchands faisant fabriquer les étoffes chez autrui

308

7 Commis chez les marchands faisant fabriquer

405

8 Marchands fabriquant pour leur compte

42

9 Maîtres à façon travaillant pour autrui

5 884

10 Femmes des maîtres à façon occupées à la fabrication

3 924

11 Compagnons ambulants

1 796

12 Apprentis

507

13 Fils et filles de maîtres travaillant au métier

5 575

14 Filles sans droits, à gages, travaillant au métier

1 015

15 Tireurs et tireuses de cordes, travaillant au métier

2 236

16 Dévideuses pour les trames

4 993

17 Dévideuses pour les organsins

1 355

18 Ourdisseuses

625

19 Faiseuses de remisses

135

20 Liseurs et liseuses de dessins

83

21 Remetteuses

64

22 Torseuses

120

23 Metteuses en main

62

24 Faiseuses de lacs

48

25 Appareilleurs et appareilleuses de corps et cordes

35

26 Faiseurs de peignes d’acier et canne pour la fabrication

13

27 Compagnons

52

28 Faiseurs de navettes

10

29 Faiseurs de maillons

4

30 Mouliniers de soie

18

31 Ouvriers et ouvrières travaillant au moulinage

243

32 Tireurs de soie

10

33 Plieurs de soie

18

34 Ouvriers compagnons plieurs de soie

10

33 Cardeurs de soie

9

36 Ouvriers compagnons cardeurs de soie

8

37 Teinturiers de soie

50

38 Compagnons teinturiers de soie

400

39 Apprentis teinturiers de soie

15

40 Apprêteurs, donneurs d’eau, cylindreurs et moireurs

47

41 Compagnons apprêteurs, donneurs d’eau, cylindreurs et moireurs

120

42 Chineurs et chineuses de soies

9

43 Ouvriers et ouvrières chineuses de soies

80

44 Raseurs et apprêteurs blanchisseurs de velours de soie

12

45 Faiseurs de fers de velours

4

46 Marchands brodeurs faisant broder chez autrui

52

47 Commis des marchands brodeurs

66

48 Traceurs et dessinateurs pour la broderie

96

49 Brodeurs et brodeuses en or, argent et soie

2 500

50 Apprentis et apprenties dans la broderie

300

51 Dessinateurs pour les étoffes d’or, d’argent et soie

62

52 Marchands faisant fabriquer les paillettes chez autrui

12

53 Ouvriers batteurs de paillettes

215

54 Tireurs d’or, guimpiers et fileurs d’or et d’argent

210

55 Ouvriers et ouvrières des tireurs d’or, guimpiers et fileurs d’or et d’argent

800

56 Ouvriers de l’affinage pour forger et tirer les matières d’or et d’argent

6

57 Mécaniciens à l’usage des métiers de fabrique

6

Total

34 762

Notes

1 Archives municipales de Lyon, I2 46 bis, Rapport sur l’état de l’industrie et du commerce à Lyon, de 1789 à l’an XII (J.-C. Deglize, 1805). Voir également : Encyclopédie méthodique, section Manufactures (les volumes rédigés par Roland de la Platière, articles « Bonneterie » et « Soie »),

2 Justin Godart, L’ouvrier en soie, monographie du tisseur lyonnais, étude historique, économique et sociale. 1re partie : la réglementation du travail, le maître ouvrier en draps d’or, d’argent et de soie, de l’établissement de la manufacture à Lyon (1466) au décret des 2-17 mars 1791 portant suppression de toutes les maîtrises et jurandes, Lyon, Imprimerie de E. Nicolas, 1899.

3 Les chiffres de 1789 cachent l’évolution qui, depuis les règlements de 1744, a conduit progressivement à la suppression des «  maîtres ouvriers marchands », cette catégorie hybride de maîtres travaillant pour leur compte et vendant eux-mêmes leur production. Dans la première moitié du XVIIIe siècle, ils étaient beaucoup plus nombreux que les marchands fabricants, tout en étant plus proches des façonniers que des marchands.

4 Le travail des femmes et des filles « sur les métiers » a été officiellement institué par l’arrêt du Conseil d’État de septembre 1786 concernant les communautés d’arts et métiers de Lyon. Ce travail clandestin, dénoncé dans les textes publics par les maîtres ouvriers, existait cependant depuis longtemps.

5 Pierre Goubert, « L’ancienne société d’ordres : verbiage, ou réalité ? » dans Colloque franco-suisse d’histoire économique et sociale, Genève, 5-6 mai 1967, Genève, Georg et Cie, 1969.

6 Edmond Esmonin, « Un recensement de la population de Grenoble en 1725 », Cahiers d’histoire, 1957, p. 243-278 (en particulier, le « Tableau des gens de métier », cité en appendice, p. 276-278).

7 Par exemple, à Lyon, la célèbre famille Perrache, dont les membres se désignent comme architectes ou ingénieurs, est à l’origine une famille de maîtres charpentiers. Mais pour un Perrache, combien de ces maîtres charpentiers sont restés obscurs ou simples artisans ?

8 Adeline Daumard et François Furet, Structures et relations sociales à Paris au milieu du XVIIIe siècle, Paris, Armand Colin (Cahier des Annales, 18), 1961 ; voir chap. II : « L’activité professionnelle et l’originalité des quartiers. Traits principaux de l’activité parisienne », p. 43-50.

9 François-Georges Dreyfus, La société urbaine en Rhénanie et particulièrement à Mayence dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, 1740-1792, Paris, Armand Colin, 1968, en particulier, le chapitre I de la 3e partie, « Les classes sociales à Mayence dans la seconde moitié du XVIIIe siècle », et le code proposé aux pages 213 et 214.

10 François Bédarida, «  Londres au milieu du XIXe siècle : une analyse de structure sociale », Annales E.S.C., mars-avril 1968, p. 268-295 ; en particulier le dernier paragraphe : « Structure socioprofessionnelle et structure sociale : une méthode de stratification sociale » et le code socioprofessionnel des pages 287 et 288.

11 Emmanuel Le Roy Ladurie, Nicole Bernageau et Yves Pasquet, « Le conscrit et l’ordinateur. Perspectives de recherches sur les archives militaires du XIXe siècle français », Studi Storici, avril-juin 1969, p. 260-308 ; en particulier, « Annexe : Liste de vocabulaire relatif aux professions », p. 299-304.

12 Maurice Garden, « Le contrat de mariage lyonnais : une source de l’histoire sociale du XVIIIe siècle », dans Actes du 89e Congrès national des Sociétés savantes, Lyon 1964, section Histoire moderne et contemporaine, Paris, Imprimerie nationale, 1965, t. II, vol. 1, p. 51-75 [ici même p. 11-34].

13 Adeline Daumard, « Structures sociales et classement socioprofessionnel : l’apport des archives notariales au XVIIIe et au XIXe siècle », Revue historique, janvier-mars 1962, p. 139-154 et « Une référence pour l’étude des sociétés urbaines en France aux XVIIIe et XIXe siècles. Projet de code socioprofessionnel », Revue d’histoire moderne et contemporaine, t. X, juillet-septembre 1963, p. 185-210.

14 Jacques Dupâquier, « Problèmes de la codification socioprofessionnelle », dans L’histoire sociale : sources et méthodes, Paris, Presses universitaires de France, 1967, p. 157-181.

15 Par exemple, « Les doléances des corporations d’arts et métiers de Toulouse en 1789 », Annales historiques de la Révolution française, janvier-mars 1963, p. 97-102.

16 Archives municipales de Lyon, I2 46 bis, Rapport déjà cité.

17 Archives municipales de Lyon, série BB, Almanach de la ville de Lyon (annuel dans la seconde moitié du XVIIIe siècle). Comprend une liste hiérarchique des arts et métiers que l’on retrouve dans les registres de délibérations du corps consulaire.

18 Roland Mousnier, « Problèmes de méthode dans l’étude des structures sociales des XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles », dans Spiegel der Geschichte, Festgabe für Max Braubach, Konrad Repgen et Stephan Skalweil dir., Münster, Aschendorff, 1964, p. 550-564.

19 François-Georges Dreyfus, La société urbaine en Rhénanie.., .ouvrage cité. Le cadre proposé par François Bédarida (« Londres au milieu du XIXe siècle... », article cité) pour la population londonienne du XIXe siècle conviendrait également assez bien aux structures lyonnaises du XVIIIe : la principale difficulté restant la séparation entre les « petits patrons » (classe II) et les artisans (classe III). Les sources lyonnaises concernant uniquement la fortune poussent à ranger parmi les petits patrons tous ceux qui ont une fortune nettement supérieure à celle des artisans moyens, ce qui n’est peut-être pas un critère suffisant.

20 Georges Lefebvre, Études orléanaises, Paris, Bibliothèque nationale, 1962-1963, t. I. Contribution à l’étude des structures sociales à la fin du XVIIIe siècle, en particulier chap. II, § XI et XII, « Artisans et détaillants » et « Les corporations », p. 121, 136.

21 Fritz Braesch, « Un essai de statistique de la population ouvrière de Paris vers 1791 », La Revue française, juillet-décembre 1912, p. 289-321, et George Rudé, « La population ouvrière parisienne de 1789 à 1791 », Annales historiques de la Révolution française, janvier-mars 1967, p. 15-33.

22 Les renseignements fournis sur Orléans par Georges Lefebvre (Études orléanaises, t. I, ouvrage cité) semblent indiquer des structures assez différentes de celles de Lyon. Mais il faudrait utiliser les archives notariales pour affirmer que l’artisanat Orléanais se rapproche plus du petit patronat de Lyon. La thèse de Jean Sentou, Fortunes et groupes sociaux à Toulouse, sous la Révolution, 1789-1799 (Toulouse, Privat, 1969), contient également des indications intéressantes. L’auteur, à partir de l’étude des fortunes, pose le problème (p. 358) : « Il aurait été intéressant de distinguer les artisans patrons des artisans n’employant aucune main-d’œuvre. » Mais la source utilisée ne permet pas cette distinction, même si elle souligne la fortune très supérieure à la moyenne du groupe des entrepreneurs des travaux publics et du bâtiment, le type même de ces artisans patrons rencontrés à Toulouse comme à Lyon.

Notes de fin

* « Ouvriers et artisans au XVIIIe siècle : l’exemple lyonnais et les problèmes de classification », Revue d’histoire économique et sociale, vol. XLVIII, n° 1, 1970, p. 28-54.

Table des illustrations

Titre Graphique 1 - Valeur moyenne des fortunes des compagnons et des maîtres dans les métiers artisanaux et les manufactures
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/9958/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 23k
Titre Graphique 2 - Niveaux de fortune des maîtres et des compagnons.2a - Cordonniers et tailleurs d’habits
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/9958/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
Titre 2b - Deux métiers du bâtiment
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/9958/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 66k
Titre 2c - Les métiers de l’alimentation : bouchers et boulangers
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/9958/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
Titre 2d - Une manufacture : la chapellerie
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/9958/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 47k
Titre 2e- La Grande Fabrique
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/9958/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 71k
Titre Tableau 1
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/9958/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 116k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540