Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

Un historien dans la ville

 | 
Maurice Garden

I - Méthodologie de l'histoire sociale

Les registres d’entrées hospitalières

Une source pour l’histoire de l’intégration des nouveaux citadins au xviiie siècle*

Testo integrale

  • * « Nouveaux citadins au XVIIIe siècle : étapes et formes d’intégration », dans Bevölkerung, Wirtsch (...)
  • 1 Maurice Garden, Lyon et les Lyonnais au XVIIIe siècle, Paris, Les Belles Lettres, 1970 ; Jean-Pier (...)
  • 2 De même, les indications sur la durée du séjour urbain antérieur au mariage sont rares et fragment (...)

1Dans les grandes villes de l’Ancien Régime, il est difficile de connaître avec précision les phénomènes de fixation et d’intégration des populations migrantes, qui constituent une proportion toujours importante de l’effectif urbain. Le mariage, source la plus souvent utilisée1, présente plusieurs défauts, qui ont souvent été énoncés et analysés : à cause d’un âge élevé au mariage, en particulier pour les immigrants, les nouveaux mariés ne sont appréhendés que vers l’âge de 25 ans, qui ne correspond sûrement pas à l’âge de leur première arrivée en ville ; de même le mariage célébré dans une ville n’est pas synonyme d’installation définitive sur le lieu de l’union, et il reste aléatoire d’évaluer le nombre de couples qui se déplacent à la suite de la cérémonie nuptiale2.

  • 3 Maurice Garden, « L’émigration du Massif central vers Lyon dans la seconde moitié du XVIIIe siècle (...)
  • 4 Archives de l’Hôtel-Dieu, Lyon.
  • 5 Pour retrouver des constantes, confronter les cartes de Richard Gascon (Grand commerce et vie urba (...)
  • 6 Maurice Garden, « L’émigration du Massif central vers Lyon... », article cité.

2Nous voudrions ici esquisser une tentative d’approche du phénomène, à partir d’une source déjà maintes fois employée, mais dans une optique plus globale, et avec moins d’attention portée aux variétés de situations : les registres d’entrées hospitalières de l’Ancien Régime3. La remarquable série des registres d’entrées de l’Hôtel-Dieu de Lyon4, ininterrompue du XVIe siècle à nos jours, permettrait une étude longue des phénomènes migratoires et une cartographie de l’attraction lyonnaise d’une extrême régularité à travers les siècles5. Depuis les réformes du système hospitalier du XVIIe siècle, les hôtels-Dieu des grandes cités sont spécialisés dans l’accueil et les soins de deux catégories principales de pauvres malades : les blessés et les fiévreux. En dehors des femmes en couches, peu d’autres catégories sont présentes, et les enfants comme les vieillards sont relativement peu nombreux à l’Hôtel-Dieu. Pour l’année 1782 étudiée comme exemple, sont enregistrées 14 912 entrées, réparties entre 8 408 personnes du sexe masculin (56,4 %) et 6 504 du sexe féminin (43,6 %). Le tableau 1 précise la répartition saisonnière des entrées, marquée par un fort maximum d’été (juillet-août-septembre) caractérisé par la présence massive des ouvriers temporaires du bâtiment venus du Massif central6. Il serait sans doute excessif d’établir un rapport strict entre ce montant des entrées et la population de l’agglomération lyonnaise. Cependant la proportion des entrées est d’environ 1 sur 10 habitants, et elle est encore plus grande si l’on retient seulement les tranches d’âges des actifs jeunes : les 10-39 ans, un peu moins de la moitié de la population lyonnaise d’après les rares dénombrements partiels conservés, constituent 70 % des entrées de l’Hôtel-Dieu ; près de 1 sur 7 des Lyonnais de cet âge ferait annuellement un séjour dans l’hôpital de soins. Nous avons cherché à définir de façon plus précise cette population, sans cacher qu’elle n’est pas le reflet de l’ensemble lyonnais, mais qu’elle livre une image à travers un miroir déformé, qui augmente la part des immigrés et des itinérants (le choix des mois de janvier et juin comme échantillons a pour but de ne pas exagérer la part des ouvriers maçons. Il faudrait un dépouillement plus important, des méthodes de traitement plus élaborées (ne serait-ce que pour repérer les entrées multiples), pour fonder plus valablement ce que nous ne pouvons présenter ici que comme hypothèses provisoires.

Tableau 1 - Entrées à l’Hôtel-Dieu de Lyon en 1782

Tableau 1 - Entrées à l’Hôtel-Dieu de Lyon en 1782
  • 7 L’ensemble des dépouillements et une part importante des tableaux statistiques sont l’œuvre de Mar (...)

Source : Archives de l’Hôtel-Dieu de Lyon, registres d’entrées7

  • 8 Le terme de « passant » est employé dans les registres, mais il est beaucoup plus rare, du moins à (...)

3Le tableau 2 fournit la première répartition de nos hospitalisés lyonnais en fonction du double critère de leur lieu de naissance et de leur domicile au moment de l’hospitalisation. Les 10-39 ans constituent exactement 69 % des hospitalisés dans notre échantillon (68,5 % pour les femmes, 69,5 % pour les hommes), avec une nette prépondérance des 20-29 ans, plus nombreux cependant parmi les hommes, alors que le groupe des plus jeunes est plus important chez les femmes (33 % contre 25 % d’hommes). Les hospitalisés sont répartis entre trois groupes, définis par des critères extrêmement simples : aux Lyonnais à part entière, désignés par l’expression « in/in », s’opposent les non-Lyonnais (« ex/ex »), dont l’hospitalisation semble être la conséquence d’une présence occasionnelle à Lyon, puisque ni la naissance ni le domicile ne sont lyonnais. On retrouve ici quelques éléments déjà observés par l’étude des actes de mariage : la mobilité féminine serait légèrement moins forte, et 29 % des femmes hospitalisées sont lyonnaises, contre 20 % seulement des hommes. Il faut ajouter que cette part des « in/in » est surtout forte parmi le groupe d’âge le plus jeune : entre 10 et 19 ans, 36 % des individus appartiennent à cette catégorie, après 20 ans, ils ne constituent plus que 25 % des femmes et 14 % des hommes. Une partie, relativement faible cependant, des jeunes hospitalisés vivent donc dans leur milieu familial lyonnais, milieu qui ne suffit pas à les protéger contre l’hôpital. La plus faible mobilité féminine s’observe surtout par l’opposition entre hommes et femmes dans la catégorie des « passants8 », les « ex/ex », qui n’ont d’autre attache apparente avec la ville qu’un séjour de courte durée, continué à l’Hôtel-Dieu. Le nombre de ces migrants occasionnels, assez limité chez les femmes, est beaucoup plus important pour les hommes (plus du quart de l’effectif). Ce groupe mériterait une étude plus développée, dont nous ne faisons que signaler les directions, dans la mesure où elles nous écarteraient de notre propos. Mais l’hospitalisation de non-Lyonnais est sans doute un indicateur intéressant de deux phénomènes : l’attraction directe de Lyon sur le plat pays environnant, et l’ampleur de relations ville-campagne presque quotidiennes. À analyser la localisation de ces passagers de la grande ville et leur condition professionnelle, il est possible de faire deux remarques : ruraux à plus de 90 % (18 hommes sur 233 demeurent dans des villes ou des bourgs), ruraux de la proche région lyonnaise (plus de 40 % de la province de Lyonnais, mais également plus de 40 % de villages situés à moins de 20 km de Lyon), ces hommes et ces femmes ont des relations de travail, de dépendance, ou d’affaires avec la ville. Les ruraux-paysans sont le plus souvent domestiques ou valets ou journaliers dans les domaines et propriétés des bourgeois de Lyon. Beaucoup viennent à Lyon vendre le produit de leurs terres sur les marchés. Il en est sans doute de même d’une importante minorité (plus du tiers des hommes) qui déclare une profession non rurale : beaucoup de travailleurs du bâtiment dont on sait qu’ils logent parfois en zone rurale quand d’importants chantiers justifient leur présence, mais aussi de voituriers et de charretiers, d’artisans ruraux enfin, qui viennent ou s’approvisionner ou vendre leur production sur le marché urbain.

Tableau 2 - Identification d’un groupe d’hospitalisés de 10 à 39 ans

Tableau 2 - Identification d’un groupe d’hospitalisés de 10 à 39 ans

4Une étude plus précise de la catégorie des « nouveaux Lyonnais » est indispensable pour essayer de saisir leurs conditions d’installation à Lyon, et les étapes d’une progressive intégration, sans oublier que l’entrée à l’hôpital est très souvent signe de l’échec de cette assimilation dans la population lyonnaise (l’échec prenant environ une fois sur dix la forme définitive du décès...).

5Les premiers signes de la condition de ces nouveaux Lyonnais peuvent être cherchés dans la forme de leur logement, et dans une confrontation entre cette domiciliation et les deux autres données inscrites dans les registres de l’Hôtel-Dieu : la profession et l’état civil (aussi bien l’âge que l’état matrimonial). Comme le détaille le tableau 3, quatre types de domicile sont possibles, que l’on peut schématiser ainsi :

Schéma du logement à Lyon

Schéma du logement à Lyon

6La moitié des hospitalisés nés à Lyon vit dans le cadre familial : chez ses parents quand il n’a pas 20 ans, chez lui quand il est établi et marié après 30 ans. Ce n’est qu’entre 20 et 30 ans, quand il est encore célibataire, qu’il loge chez son employeur où il termine sa formation professionnelle (ou comme domestique). Les immigrants connaissent une situation très différente. Seuls quelques jeunes de moins de 20 ans sont hébergés en milieu familial, famille qui est plus souvent une parenté que la famille paternelle propre. Rares apparaissent les migrants déjà âgés et qui se déplaceraient en famille, après avoir constitué celle-ci avant leur installation à Lyon. À tous âges, très majoritairement les nouveaux Lyonnais habitent chez leurs employeurs : de 70 à 75 % d’entre eux jusqu’à 30 ans, la proportion restant encore de 55 % de 30 à 39 ans.

  • 9 Maurice Garden, Lyon et les Lyonnais..., ouvrage cité.

7Ces statistiques démontrent le lien privilégié entre le déplacement et l’exercice d’un travail, et la forme très largement majoritaire du travail artisanal à domicile dans l’agglomération lyonnaise. En effet le travail domestique n’est jamais prioritaire dans les occupations masculines des hospitalisés. Si les domestiques sont très nombreux parmi les ruraux non domiciliés à Lyon, ils ne forment que 10 % du total des immigrants vivant à Lyon : ils deviennent presque totalement absents après l’âge de 30 ans, preuve que leur activité n’est que temporaire, et que leur migration vers la grande ville ne se veut pas définitive (s’ils se marient, ils repartent dans leur village ou ils abandonnent la domesticité le plus souvent, et on peut sans doute en retrouver plusieurs parmi les journaliers, travailleurs à la tâche, qui peuvent subsister hors de chez leurs employeurs occasionnels). La majorité des hospitalisés est dispersée dans la masse des métiers de l’artisanat urbain, sans qu’ils soient exactement un simple reflet des activités lyonnaises. Si l’on se réfère aux tableaux de l’industrie à Lyon à la fin de l’Ancien Régime9, on peut établir une hiérarchie des principaux secteurs d’activité, toujours largement dominée par le travail de la soie, devant l’ensemble des métiers du textile et de l’habillement, qui à eux deux ne sont pas loin de constituer la moitié de l’emploi de la main-d’œuvre à Lyon. Dans notre échantillon, l’ensemble soieries-textiles n’atteint jamais le quart des emplois, et si les apprentis ouvriers en soie sont 16 % des hospitalisés de moins de 20 ans, les ouvriers de la Fabrique ne dépassent pas 10 % des malades de plus de 20 ans. On s’aperçoit ici que la structure familiale de l’atelier en soie constitue un des plus forts éléments d’intégration à la ville, intégration assez forte pour que l’ouvrier malade soit soigné à domicile, et que l’envoi à l’hôpital ne soit qu’un extrême recours.

8Tous les secteurs socioprofessionnels ne sont pas représentés avec la même ampleur parmi les hospitalisés, et il est possible de mettre en évidence des processus différents d’intégration, à travers deux indicateurs ne mettant en jeu que des effectifs restreints, mais assez significatifs cependant. Le premier concerne la profession des parents des jeunes de moins de 20 ans : sur 160 jeunes de 10 à 19 ans nés à Lyon, les adolescents ne sont désignés que par la profession de leur père dans 65 cas (les autres ayant déjà une activité professionnelle propre et n’habitant plus chez leurs parents) ; parmi les 214 jeunes de moins de 20 ans travaillant à Lyon sans y être nés, 8 seulement apparaissent sous le métier de leur père. Dans le premier groupe dominent très largement les activités traditionnelles de Lyon : 36 des 65 ont un père travaillant dans la grande fabrique de soie. Le second indicateur concerne les femmes mariées de 20 à 39 ans. Dans une ville où l’immense majorité des femmes des milieux populaires exerce une activité professionnelle (même si elle est seulement d’appoint dans la boutique ou l’atelier), la femme qui se marie n’est plus désignée par sa profession, mais par celle de son époux.

Tableau 4 - Femmes mariées

Tableau 4 - Femmes mariées

9On saisit bien à travers cet exemple la différence dans l’intégration urbaine. La Lyonnaise de naissance reste beaucoup moins longtemps seule : hébergée par ses parents lors de son adolescence, elle quitte le domicile paternel pour celui du mari peu après ses 20 ans. Elle est très représentative des activités dominantes, et même si l’intégration à la ville n’est pas une garantie contre la pauvreté ni la maladie, elle apparaît cependant comme peu laissée à elle-même. Sa consœur de naissance rurale met beaucoup plus longtemps à s’adapter au groupe familial qui serait en même temps un moyen de protection contre les conditions d’existence très dures de la grande ville. Les registres d’entrée à l’Hôtel-Dieu ne disent rien des misères profondes, et on ne peut que remarquer le nombre de ces jeunes filles de moins de 20 ans, coupées de leur région d’origine, logées chez un employeur ouvrier en soie ou artisan, qui les envoie à l’Hôtel-Dieu dès que la maladie (ou la grossesse...) les rend hors d’état de travailler. Le mariage est une issue tardive pour la plupart de ces immigrées, qui travaillent pendant de longues années avant de se marier. Par la répartition des métiers de leurs maris, on voit qu’elles trouvent comme époux le plus souvent les travailleurs les moins implantés dans la ville, sans doute les moins considérés. À l’intérieur du monde ouvrier, subsistent des barrières psychosociales et culturelles révélées par ces entrées à l’Hôtel-Dieu.

Tableau 5 - Lyonnais de souche et immigrants quelques situations professionnelles

Secteurs

Nés à Lyon

Nés hors de Lyon

Soierie

27.5 %

12.6 %

Métiers non spécialisés (domestiques, journaliers...)

6,4 %

16,9 %

Travail du cuir

3,0 %

7,2 %

Profession du mari

Femmes nées à Lyon

Femmes nées hors de Lyon

Soierie

56 %

25 %

Métiers non spécialisés

12 %

20 %

Travail du cuir

2 %

13 %

  • 10 Les règlements de la Grande Fabrique (manufacture d’étoffes de soie) délimitent de façon restricti (...)

10Ces quelques indications suffisent à mesurer l’ampleur des contrastes. Alors que la soierie reste (malgré l’importance de l’appel à une main-d’œuvre extérieure, qu’il faut toujours renouveler10) une industrie purement lyonnaise, qui non seulement attire les Lyonnais de naissance, mais encore facilite les intermariages, d’autres secteurs d’activité, jugés plus vulgaires, ne peuvent exister que par un appel extérieur important : les Lyonnais ne recherchent pas ces métiers, laissés en quelque sorte aux « immigrés des campagnes ». De même les femmes qui convolent ne recherchent pas ces maris quand elles sont nées à Lyon. Domestiques, journaliers, manœuvres des ports, cordonniers et savetiers ne trouvent que difficilement une épouse lyonnaise, et leur choix est presque inexorablement porté vers les nouvelles habitantes de la ville.

  • 11 Michel Vovelle, « Le prolétariat flottant à Marseille sous la Révolution française », dans De la c (...)
  • 12 Vincent Feroldi, Le quartier Saint-Louis de la Guillotière, 1851-1876, thèse de 3e cycle, universi (...)
  • 13 Alain Corbin, Les filles de noce : misère sexuelle et prostitution, XIXe et XXe siècles, Paris, Au (...)

11Et pourtant, même si la source utilisée privilégie la population la plus instable et la moins «  établie », on n’atteint pas avec ces individus logés chez leur employeur qui leur apprend un métier reconnu et respecté, a fortiori moins encore avec les personnes qui s’établissent par le mariage (même si les conditions d’existence restent assez précaires pour que l’hôpital soit le seul recours), le degré le plus important de la non-intégration. Celle-ci est le fait des travailleurs « logés », qui remplissent les innombrables garnis du centre-ville. Il s’agit ici d’une population presque exclusivement masculine, ce qui est un premier problème. Alors que beaucoup de tenanciers de garnis sont des femmes (au moins 20 % de veuves dans les « logeurs » lyonnais de la fin de l’Ancien Régime selon notre source11), la femme célibataire ne semble pas recourir à ce mode de domiciliation. Il y a ici sûrement une inexactitude, semble-t-il volontaire, de la source. Les quelques bribes de recensements de l’époque révolutionnaire indiquent de nombreux « ménages » féminins, cohabitations de plusieurs femmes célibataires, veuves ou délaissées, travaillant au même métier, et dont les recensements du XIXe siècle montrent le maintien12. Mais aucune femme, ou presque, ne fournit comme adresse un logis garni, et la prostitution, sûrement importante, est dissimulée dans les registres de l’Hôtel-Dieu13.

12Numériquement, le logement masculin en garni peut ne pas sembler un fait considérable : dans l’échantillon retenu, seuls 68 hommes logent ainsi, un peu moins de 10 % ; la proportion devient de 14 % pour les hommes nés hors de Lyon et qui travaillent dans la ville. Un relevé plus systématique montre que les registres pèchent ailleurs par omission sur ce point.

13Nous avons pu resituer en garni plusieurs ouvriers pour lesquels la précision du logement était insuffisante. Le dépouillement des registres d’entrée de l’Hôtel-Dieu de janvier à août 1782 a permis de repérer 462 hommes « logés » en garni ; il reste difficile, à partir de ces entrées à l’hôpital, de chiffrer l’ensemble de la population qui adopte ce moyen d’existence, mais il paraît possible de l’estimer à plusieurs milliers (4 000 à 5 000 hommes, avec un taux d’hospitalisation annuel moyen de 12 à 15 % chez ces individus jeunes, mais dont une partie est soumise à de hauts risques et à de nombreux accidents par suite de leur métier), ce qui confirmerait l’évaluation faite par Michel Vovelle pour Marseille. Rappelons qu’il s’agit d’une main-d’œuvre à peu près strictement masculine : si pendant la même période 52 femmes sont mentionnées comme « logées », 24 seulement vivraient réellement en garni, les autres étant hébergées chez un parent.

  • 14 Maurice Garden, « Ouvriers et artisans au XVIIIe siècle : l’exemple lyonnais et les problèmes de c (...)

14Cette population des garnis présente des caractères particuliers, dans le groupe même des adultes hospitalisés. Ils sont composés très majoritairement de jeunes adultes : presque pas d’enfants de moins de 15 ans (6 seulement) alors que beaucoup travaillent déjà, mais sont logés chez leur employeur, une forte majorité de 15-29 ans, une presque disparition des hommes de plus de 45 ans, dont les âges sont d’ailleurs le plus souvent arrondis (5 de 60 ans, 2 logés de 80 ans...). Si leur âge moyen est voisin de 30 ans, leur âge médian n’est que de 25 ans. Mais leur spécificité est avant tout professionnelle. Quatre métiers se partagent plus de 75 % de l’effectif des logés. Dans l’ordre dégressif ce sont les maçons, de loin les plus nombreux (46 % de l’ensemble), puis les chapeliers (14 %), les journaliers et les affaneurs (16 % à eux deux, les affaneurs dans ce cas, étant sans doute proches des travailleurs manuels à la journée non spécialisés que sont les journaliers). Si l’on ajoute les autres ouvriers du bâtiment et des travaux publics (6 %), et l’ensemble de la main-d’œuvre des métiers des transports (6 % également), il ne reste qu’environ 10 % pour l’ensemble des compagnons et ouvriers des grandes activités manufacturières et artisanales de la ville de Lyon. Les locataires en garni sont une sorte de contre-société, d’envers du monde du travail lyonnais : 4 ouvriers en soie seulement, un seul cas pour la plupart des métiers urbains traditionnels (1 cordonnier, 2 tailleurs d’habits, 2 perruquiers), à peu près personne également des métiers de l’alimentation qui tiennent pourtant une si grande place dans la ville. On retrouve partiellement dans cette répartition un important clivage dans les formes de travail qui avait déjà été signalé14.

Carte 1 - Lyon, 1782 : répartition spatiale et importance relative des logeurs des malades de l’Hôtel-Dieu. (hommes domiciliés à Lyon et hospitalisés à l’Hôte-Dieu)

15Alors que le système artisanal de l’atelier est largement majoritaire dans la ville de Lyon, trois secteurs professionnels lui échappent (du moins en partie) : celui du bâtiment, celui des travaux de manutention, sur le port surtout, et enfin celui de la fabrique de chapeaux. L’organisation du travail n’est assurément pas la même dans ces trois cas : la chapellerie (comme la teinturerie, mais les teinturiers n’apparaissent curieusement pas du tout dans notre échantillon) fonctionne avec des ateliers relativement importants, et rarement par travail à domicile. Contrairement aux tisseurs de la soierie, les chapeliers sont beaucoup plus souvent des ouvriers non logés, qui ne travaillent pas chez eux avec une main-d’œuvre familiale. Quant aux maçons, comme les affaneurs, ils sont embauchés sur des chantiers en fonction des besoins et ils ne sont que rarement logés par l’entrepreneur qui les emploie. Cette sous-population est-elle plus étrangère à la ville que les autres catégories qu’elle côtoie dans les salles communes de l’Hôtel-Dieu ? D’autres sources permettent de connaître les modes de vie de cette main-d’œuvre, souvent saisonnière, peu fixée apparemment dans la ville. Une analyse plus détaillée de la situation des garnis permet cependant quelques remarques. La relative dispersion des logeurs, relevée sur un échantillon restreint, est rapidement contredite par une carte de ces logements collectifs : les 212 maçons dont les noms apparaissent entre le 1er janvier et le 31 août 1792 sont répartis chez 110 logeurs différents, ce qui laisse croire à une grande dispersion (de même les 65 chapeliers sont domiciliés chez 42 logeurs différents). En fait, 78 des 110 logeurs de maçons et 36 des 42 logeurs des chapeliers sont concentrés dans une douzaine de rues du centre-ville, dans un étroit périmètre très proche de l’Hôtel-Dieu, entre la place des Cordeliers et la place Bellecour : les trois quarts des logés sont concentrés dans ce quartier, dont on ne sait si la proximité de l’hôpital a joué pour cette affectation sociale tout à fait particulière. La carte jointe montre bien qu’en dehors de ce quartier, le logement en garni n’existe guère, sinon quelques localisations plus ou moins regroupées le long des quais et en direction des faubourgs (Saint-Clair, Vaise, Porte de Serin, quelques cas dans le faubourg de la Guillotière et dans l’Isle Perrache où ont lieu alors les grands travaux d’aménagement du sud de Lyon). Quelques-uns de ces garnis, sur lesquels les sources municipales sont peu loquaces, doivent être de grande dimension. Chaise, logeur rue Buisson, a vu quatorze de ses locataires entrer à l’Hôtel-Dieu pendant notre courte période d’observation (13 maçons et 1 affaneur). La veuve Fierdet, rue Port-Charlet, semble également spécialisée dans le logement des maçons (8 hospitalisés). La veuve Moiroux, rue Thomasin, ou la veuve Jusserand, rue Noire, semblent n’accueillir pour leur part que des chapeliers, alors que d’autres garnis sont plus ouverts, dans les faubourgs particulièrement (la veuve Reine, sur le quai Saint-Clair, logeait 5 maçons et 4 journaliers hospitalisés), et que cohabitaient chez Cotin, rue Raisin, aux côtés de 6 maçons, 3 chapeliers, 1 tailleur d’habit et 1 affaneur.

Carte 2 – Lyon, 1782 : répartition spatiale du domicile des malades de l’Hôtel-Dieu (hommes) habitant chez un logeur lyonnais

Carte 3 – Lyon, 1782 : répartition spatiale du domicile des malades de l’Hôtel-Dieu (hommes) n’habitant pas chez un logeur

  • 15 Un exemple, Martin Nadaud, Léonard, maçon de la Creuse, Paris, Maspero, 1976.

16Cet exemple du logement en garni pose le problème de l’existence de cette masse importante d’hommes jeunes, célibataires (de droit ou de... fait : nous savons que beaucoup de maçons sont mariés au pays), dans une grande ville. La concentration professionnelle crée une forme de sociabilité propre à ces logis, un peu étrangère à la ville dans laquelle elle apparaît nécessairement comme un corps ajouté, telle qu’elle a pu être décrite lors des grands chantiers de construction du XIXe siècle15. Il serait important de chercher à connaître mieux ce milieu des logeurs : savoir s’il a une origine géographique proche de celle de ses clients (les maçons surtout, mais aussi les chapeliers, originaires très largement du Velay). La grande ville de la fin de l’Ancien Régime semble ainsi secréter et tolérer l’existence de secteurs professionnels qui, installés en plein centre-ville, sont cependant tenus à l’écart et ne sont pas soumis aux règles de vie et d’existence de la majorité de la population.

Note

1 Maurice Garden, Lyon et les Lyonnais au XVIIIe siècle, Paris, Les Belles Lettres, 1970 ; Jean-Pierre Poussou, « Les mouvements migratoires en France et à partir de la France, de la fin du XVe siècle au début du XIXe siècle : approches pour une synthèse », Annales de démographie historique, 1970, p. 11-78 ; Jean-Claude Perrot, Genèse d’une ville moderne, Caen au XVIIIe siècle, Paris et La Haye, Mouton, 1975.

2 De même, les indications sur la durée du séjour urbain antérieur au mariage sont rares et fragmentaires. Il faudrait plus de dénombrements, et plus précis, pour connaître cette longueur de la période d’adaptation à la ville (une étude serait possible, à partir des recensements du XIXe siècle en France... si les indications ont quelque valeur).

3 Maurice Garden, « L’émigration du Massif central vers Lyon dans la seconde moitié du XVIIIe siècle », dans Entre faim et loup : les problèmes de la vie et de l’émigration sur les hautes terres françaises au XVIIIe siècle. Actes de la rencontre interuniversitaire, 8 avril 1976, Clermont-Ferrand, Institut d’études du Massif central, 1978, p. 38-57.

4 Archives de l’Hôtel-Dieu, Lyon.

5 Pour retrouver des constantes, confronter les cartes de Richard Gascon (Grand commerce et vie urbaine au XVIe siècle. Lyon et ses marchands, env. 1520-env. 1580, Paris, Éditions de l’EHESS, 1971), Maurice Garden (« L’attraction de Lyon à la fin de l’Ancien Régime », Annales de démographie historique, 1970, p. 205-222 ; ici même p. 241-258) et Yves Lequin (Les ouvriers de la région lyonnaise, 1848-1914, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 1977).

6 Maurice Garden, « L’émigration du Massif central vers Lyon... », article cité.

7 L’ensemble des dépouillements et une part importante des tableaux statistiques sont l’œuvre de Martine Chevalier, collaboratrice au Centre Pierre Léon.

8 Le terme de « passant » est employé dans les registres, mais il est beaucoup plus rare, du moins à l’époque d’observation, que l’ensemble des individus n’habitant pas à Lyon. Il semble qu’il soit réservé aux membres de certains métiers, pratiquant le tour de France, ou itinérants, et indique qu’ils se sont arrêtés à Lyon au cours de leur voyage.

9 Maurice Garden, Lyon et les Lyonnais..., ouvrage cité.

10 Les règlements de la Grande Fabrique (manufacture d’étoffes de soie) délimitent de façon restrictive les zones de recrutement des ouvriers en soie, afin d’éviter la dispersion des secrets de fabrication dans le reste du royaume, ou à l’étranger.

11 Michel Vovelle, « Le prolétariat flottant à Marseille sous la Révolution française », dans De la cave au grenier : un itinéraire en Provence au XVIIIe siècle, de l’histoire sociale à l’histoire des mentalités, Québec, Serge Fleury, 1980.

12 Vincent Feroldi, Le quartier Saint-Louis de la Guillotière, 1851-1876, thèse de 3e cycle, université de Lyon, 1981, dactylographiée.

13 Alain Corbin, Les filles de noce : misère sexuelle et prostitution, XIXe et XXe siècles, Paris, Aubier Montaigne, 1978.

14 Maurice Garden, « Ouvriers et artisans au XVIIIe siècle : l’exemple lyonnais et les problèmes de classification », Revue d’histoire économique et sociale, vol. XLVIII, n° 1, 1970, p. 28-54 [ici même p. 87-112].

15 Un exemple, Martin Nadaud, Léonard, maçon de la Creuse, Paris, Maspero, 1976.

Note di fine

* « Nouveaux citadins au XVIIIe siècle : étapes et formes d’intégration », dans Bevölkerung, Wirtschaft und Gesellschaft. Stadt, Land, Beziehungen in Deutschland und Frankreich, 14. bis 19. Jahrhundert, Neithard Bulst, Jochen Hoock et Franz Irsigler dir., Trèves, Auenthal Verlag, 1983, p. 75-91.

Indice delle illustrazioni

Titolo Tableau 1 - Entrées à l’Hôtel-Dieu de Lyon en 1782
Legenda Source : Archives de l’Hôtel-Dieu de Lyon, registres d’entrées7
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/9957/img-1.jpg
File image/, 120k
Titolo Tableau 2 - Identification d’un groupe d’hospitalisés de 10 à 39 ans
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/9957/img-2.jpg
File image/, 88k
Titolo Schéma du logement à Lyon
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/9957/img-3.jpg
File image/, 31k
Titolo Tableau 3
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/9957/img-4.jpg
File image/, 105k
Titolo Tableau 4 - Femmes mariées
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/9957/img-5.jpg
File image/, 50k
Legenda Carte 1 - Lyon, 1782 : répartition spatiale et importance relative des logeurs des malades de l’Hôtel-Dieu. (hommes domiciliés à Lyon et hospitalisés à l’Hôte-Dieu)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/9957/img-6.jpg
File image/, 151k
Legenda Carte 2 – Lyon, 1782 : répartition spatiale du domicile des malades de l’Hôtel-Dieu (hommes) habitant chez un logeur lyonnais
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/9957/img-7.jpg
File image/, 132k
Legenda Carte 3 – Lyon, 1782 : répartition spatiale du domicile des malades de l’Hôtel-Dieu (hommes) n’habitant pas chez un logeur
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/9957/img-8.jpg
File image/, 130k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2008

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540