Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Un historien dans la ville

 | 
Maurice Garden

I - Méthodologie de l'histoire sociale

Les inventaires après décès*

Source globale de l’histoire sociale lyonnaise ou juxtaposition de monographies familiales ?

Texte intégral

LES SOURCES : QUELS INVENTAIRES ? QUELS DÉFUNTS ?

  • * « Les inventaires après décès : source globale de l’histoire sociale lyonnaise ou juxtaposition de (...)
  • 1 Exemple : archives départementales du Rhône, 2 C 772, 28 novembre 1726, Inventaire des biens d’Éti (...)

1L’inventaire est un acte juridique très fréquent au XVIIIe siècle. Plusieurs situations donnent lieu à son établissement. Les trois cas les plus fréquents sont les inventaires après décès, ceux consécutifs à une séparation de biens et ceux suivant une faillite. Pour ces deux derniers, l’acte est surtout une protection, un moyen de sauvegarde des biens de l’épouse conformément au régime dotal lyonnais du XVIIIe siècle. On peut signaler enfin quelques cas particuliers comme celui de l’inventaire demandé à la suite d’une démence, ou pour cause de prodigalité1. Seul nous retiendra l’inventaire après décès, la source la plus complète et la plus nombreuse.

2Son étude est possible à partir de deux séries des archives départementales du Rhône : les archives de l’Enregistrement et celles de la sénéchaussée.

  • 2 Archives départementales du Rhône, 2 C 763 (25 novembre 1724 à 15 février 1725) à 2 C 1184 (16 déc (...)

3La série 2 C des registres de formalités contient théoriquement le contrôle de tous les actes civils, notariés ou non, dans la ville de Lyon et la région lyonnaise à partir de l’année 17252. Chaque registre couvre une période de deux ou trois mois, et il est très facile de faire un compte rapide des inventaires à partir de cette source. Quatre indications principales sont fournies par l’Enregistrement :

  • le nom du défunt3,
  • sa profession ou sa qualité (dans plus de 90 % des cas, et même quand il s’agit d’une veuve),
  • le nom de la ou des personnes qui ont requis l’inventaire avec les motifs (veuve et tutrice, héritier testamentaire ou de droit, créancier, etc.),
  • la valeur totale des biens inventoriés.
  • 4 Un exemple : 2 C 775, 5 octobre 1727, Inventaire de Jean Cattin, bourgeois de Lyon, décédé ab inte (...)
  • 5 Registres 2 C 768 à 775, années 1726 et 1727 : 191 inventaires au total.

4Malheureusement ce chiffre de la fortune n’est qu’un chiffre partiel : c’est le total des effets et des titres mobiliers, à l’exclusion de tous les biens immobiliers qui sont très rarement mentionnés4. Cette valeur donne donc une idée incomplète de certaines fortunes, et les « bourgeois » de Lyon sont parmi les catégories sociales les plus défavorisées par l’absence de toute indication concernant les maisons ou les propriétés. Ainsi sur 27 « bourgeois » de Lyon dont le décès donna lieu à ouverture d’un inventaire, 14 figurent dans les registres des formalités avec une fortune inférieure à 1 000 livres (6 à moins de 500 livres) et la plus grosse fortune enregistrée est de 9 858 livres, ce qui est encore très modeste, même pour les années 1726 et 1727 prises comme exemple5.

  • 6 Série 11 G, liasses 318 à 355, successions ; partages, inventaires après décès dans le chapitre d’ (...)

5Une deuxième série de sources, beaucoup plus importante encore, est constituée par les minutes de la sénéchaussée de Lyon. À Lyon, en effet, ce sont les enquêteurs et commissaires-examinateurs de la sénéchaussée qui président aux inventaires après décès avec le concours des huissiers-priseurs et des greffiers pour la rédaction des actes. De la fin du XVIe siècle à l’année 1791, plus de 500 liasses en cours de classement aux archives du Rhône contiennent des milliers de minutes d’inventaires après décès. Malgré leur extrême richesse, ces liasses restent incomplètes. Alors que 100 à 200 inventaires sont effectués chaque année, les liasses de la série B ne contiennent les minutes que de 60 à 130 inventaires par an. Quelques autres sont classées dans la série G des archives religieuses : la justice religieuse du chapitre d’Ainay par exemple avait le droit de procéder aux inventaires des Lyonnais demeurant sur la paroisse d’Ainay, relevant de la juridiction ecclésiastique6.

  • 7 Série B, 19 avril 1760, Acceptation pure et simple de la succession d’Edme Gautier, visiteur à la (...)

6Comment sont présentés ces documents ? L’inventaire lui-même ne constitue qu’une partie des actes établis après le décès. Dès celui-ci, il y avait apposition des scellés au domicile du défunt. Puis une ordonnance de la sénéchaussée demandait l’inventaire. Les héritiers de droit, s’ils peuvent réclamer le bénéfice de la succession seulement après inventaire, peuvent aussi en demander la jouissance directe et la levée des scellés (acceptation pure et simple). Souvent ces ordonnances d’acceptation sont consécutives à un testament contenant une estimation des biens et « prohibant tout inventaire». Elles supposent généralement une succession assez considérable, même si les exceptions sont fréquentes. Des formules assez pessimistes comme « l’héritier suppose la succession très médiocre et d’aucun bénéfice, mais il veut mettre fin aux scellés7 » ne sont pas rares ; elles montrent une certaine hostilité au fait même de l’inventaire, qui jette des soupçons sur la situation financière de la famille. Ce peut n’être aussi que le désir de respecter les dernières volontés du défunt. Les héritiers plus méfiants... ou moins fidèles demandent l’inventaire auquel il est alors procédé.

7Ce n’est pas un document d’aspect agréable et d’abord facile que nous découvrons alors. L’inventaire après décès lyonnais est un acte très long, très mal écrit, très touffu. Aucun compte n’y figure et, jusqu’en 1776, aucune récapitulation (et alors, les erreurs ne manquent pas !). Interminables pour certaines questions de procédures, les minutes deviennent soudain fort brèves et silencieuses sur des aspects qui intéresseraient fort l’historien de la fortune. Dans l’ensemble, trois parties générales peuvent être dégagées :

  • les deux premières pages forment l’intitulé : indications d’état civil, adresse, description sommaire de la demeure, exposé de la requête. Le texte des ordonnances citées plus haut permet souvent de préciser l’état civil, et il est alors facile de comparer avec les registres paroissiaux pour situer le défunt dans la ville et connaître son âge ;
  • la description minutieuse, pièce par pièce, du mobilier est la partie la plus longue de l’inventaire. Un huissier-priseur estime les effets. Assez souvent il est fait appel à un spécialiste : les maîtres et marchands orfèvres pour l’argenterie, mais aussi des marchands miroitiers, des maîtres selliers pour les carrosses, des maîtres tonneliers pour le vin dans les caves, un libraire pour les bibliothèques, un peintre pour les tableaux et les objets d’art. Pour les marchandises commerciales, ce sont toujours deux marchands ou maîtres du même métier qui dressent l’inventaire des stocks en magasin. Les armoires ouvertes, les scellés des meubles levés, les titres enfermés dans un tiroir, tout le personnel se déplace à la maison de campagne où la même opération reprend, un peu plus rapidement (les frais de déplacement sont onéreux : la journée d’un commissaire coûte 6 à 7 livres en ville, 10 à 12 à la campagne) ;
  • tous les papiers, ceux de la ville et ceux retour de la campagne sont alors décrits, ou dans l’appartement, ou à la chambre des enquêtes : contrats familiaux, titres de propriété, dettes, promesses, obligations, billets en faveur du défunt, plus rarement les dettes passives. Les livres de comptes des commerces et négoces sont lus, paraphés, décrits, rarement avec les indications qui nous fixeraient sur le montant des affaires. Si le nombre des comptes ouverts est indiqué, il n’en est pas de même pour le montant de ces comptes. La description des baux de location passés au défunt ou par lui, les quittances de loyer et celles des impositions complètent ces indications. C’est là un ensemble de renseignements des plus importants, même s’ils sont incomplets8 (par exemple, sur 100 inventaires des années 1760, 1770 et 1780, le loyer payé par le défunt est indiqué 59 fois – il était propriétaire 15 fois – l’indication manque pour 26 inventaires).
  • 9 Série B, successions, 27 avril 1770, Inventaire des biens d’Antoinette Chauvet, veuve Fenouillet.

8L’inventaire est alors terminé. Pour le clore, il faut encore la nécessaire prestation de serment par les gardiens des scellés, par la veuve, par les domestiques, comme quoi aucune spoliation ne s’est produite. Mais avant d’en arriver à ce moment, que d’interruptions, que de réclamations, que d’oppositions ! Ce sont alors des scènes de tous les temps et l’historien doit se garder de négliger ces disputes pittoresques qui éclairent la psychologie sociale ou du moins familiale de Lyon au XVIIIe siècle. Que d’héritiers soupçonneux se muent en accusateurs irascibles, que de veuves suspectées par leurs beaux-fils ou par leurs propres enfants ! Sans cesse ce sont des renvois au lieutenant de la sénéchaussée qui doit décider de la nécessité de poursuivre ou non telle partie de la description des effets. Que de domestiques hésitant avant de prononcer le serment requis, et devant, pour ne pas « damner leur âme », accuser leur employeur coupable de quelque indélicat enlèvement ! Écoutons cette vieille grand-mère, gardienne avec sa petite-fille des effets d’une succession, témoin d’un enlèvement considérable d’argenterie et de titres, répondre à l’interrogation de l’enquêteur « qu’elle ne pouvait pas se dispenser de dire la vérité, qu’elle avait une âme à sauver et qu’elle avait trop peu de temps à vivre pour l’exposer », et l’hériter accusé, écuyer, conseiller du roi, trésorier de France au bureau des Finances de Lyon, répondant que « par le désaveu qu’il ferait toujours de n’avoir rien soustrait, elle se trouverait dans l’embarras, et qu’il soutiendrait même, s’il manquait quelque chose, que c’est elle qui l’a pris ». Pour la vieille servante « très chagrinée », ce n’est pas chose si aisée d’accuser de tels seigneurs9 ! Il est peut-être difficile de faire une statistique de ces plaintes et de ces récriminations, mais il faut bien sûr les noter soigneusement, en marge du relevé des fortunes dont elles peuvent préciser certains aspects... ou justifier la modicité !

9Il faut enfin savoir dans quelle mesure ces actes sont représentatifs ou non de la société lyonnaise dans son ensemble. Nous avons déjà souligné le fait que l’inventaire n’est pas obligatoire, même après l’apposition des scellés sur le domicile du défunt. Le nombre total des enregistrements (100 à 200 par an) prouve qu’il n’était procédé à un inventaire que pour 1 décès sur 8 ou 10 en moyenne. Est-il possible de préciser dans quels cas le recours était adressé aux enquêteurs de la sénéchaussée ? Deux remarques permettent de le délimiter partiellement. Nous avons déjà signalé l’existence des acceptations pures et simples. Malgré les formules de déception sans cesse renouvelées par les héritiers, il reste évident que ceux-ci règlent entre eux toute succession importante sans intervention de la justice. Les grosses fortunes ne donnent pas lieu à inventaire, sauf pour quelques cas particuliers. De même, la valeur très faible d’une succession ne justifie pas les frais d’une requête. Nous verrons qu’il y a beaucoup de valeurs très faibles, mais il y a relativement très peu d’inventaires établis pour les catégories les plus pauvres de la population lyonnaise : les affaneurs, les manouvriers et même les ouvriers en soie n’apparaissent que bien rarement dans nos listes (contrairement aux contrats de mariage par exemple, qui sont beaucoup plus généralisés à Lyon).

10Ces deux remarques permettent d’affirmer que le plus souvent nous avons affaire à des fortunes moyennes au sujet desquelles il peut y avoir doute de la part des héritiers. En effet, les juges de la sénéchaussée n’ouvrent un inventaire que sur requête. Cette demande est justifiée par trois situations principales : la nécessité d’une tutelle d’enfants mineurs, l’existence d’un différend entre les héritiers, ou une mesure de précaution contre une succession de droit dont l’héritier craint le déficit.

  • 10 Un sondage pour les années 1766, 1771 et 1772 concernant 455 inventaires donne la répartition suiv (...)

11Quand le défunt laisse des enfants mineurs, il y a désignation d’un conseil de tutelle. Le tuteur désigné peut demander l’inventaire des effets délaissés. Cette procédure justifie environ le tiers des inventaires10. Ce sont souvent les actes les plus intéressants, parce qu’ils concernent des personnes en pleine activité avant leur décès, souvent jeunes encore. La composition des conseils de tutelle donne des précisions intéressantes sur les relations familiales, sociales ou professionnelles. Quand la veuve est désignée comme tutrice, elle demande l’inventaire pour protéger ses droits dotaux.

12Le deuxième cas est l’existence de contestations entre plusieurs héritiers, entre des héritiers testamentaires et la veuve, ou entre les héritiers de droit après un décès ab intestat. Les parents lointains qui habitent encore souvent la province d’origine du défunt viennent réclamer leurs droits. Comme ils ne connaissent pas l’état des affaires du défunt, ils réclament ouverture de l’inventaire, quitte à refuser la succession si ensuite elle leur paraît trop onéreuse.

  • 11 Exemple : 11 G 343 (Ainay), 11 janvier 1763, Inventaire des biens de Jean-Pierre Giraud, bourgeois (...)

13Enfin l’inventaire est une simple précaution. Si le légataire universel est une institution charitable ou hospitalière, il y a obligatoirement inventaire : les recteurs de l’hôpital général de la Charité par exemple contrôlent ainsi les legs dont ils bénéficient11. Mais les particuliers aussi peuvent être méfiants : ils ne veulent pas accepter une succession dont ils ignorent l’état de l’actif ou du passif. Il suffit que les boutiquiers du quartier s’opposent aux scellés et viennent réclamer le prix de fournitures non réglées par le défunt, même pour des sommes modiques, même s’il s’agit uniquement du pain et de la viande, pour qu’on ait recours à l’inventaire. Très souvent, ces précautions sont multipliées quand le défunt tenait une boutique. Il est alors indispensable de connaître le bilan du commerce. C’est là que nous trouvons le plus grand nombre d’inventaires. S’il y a peu d’actes concernant les ouvriers en soie travaillant à domicile et à façon pour les maîtres fabricants, nombreux au contraire sont ceux qui concernent les artisans indépendants, ceux qui possèdent un stock de marchandises, dont on ne sait jamais si le fournisseur a été ou non payé par le défunt.

14Sur un sondage effectué pour les années 1770 à 1790 et concernant 1 423 inventaires après décès, les divers métiers de la soie sont représentés 155 fois. À côté de quelques ouvriers souvent très pauvres (ce sont alors les fabricants qui réclament l’inventaire pour reprendre les soies qu’ils avaient confiées à ouvrer), ce sont surtout des maîtres ou marchands fabricants ou des maîtres teinturiers que nous trouvons. En face de ces 155 défunts, les seuls boutiquiers des commerces de l’alimentation, qui ne sont pas plus de 1 000 dans toute la ville de Lyon et ses faubourgs, forment une masse de 161 inventaires. L’instabilité de la fortune commerciale et l’importance des dettes actives et passives justifient souvent le recours à la sénéchaussée.

  • 12 Sur les contrats de mariage lyonnais, voir Maurice Garden, « Le contrat de mariage lyonnais : une (...)

15Ces quelques remarques montrent les limites d’une étude statistique globale des inventaires après décès. Il ne peut être question de les utiliser pour une classification socioprofessionnelle de la population lyonnaise. Ils ne doivent être employés que comme complément d’une étude plus vaste, pour préciser d’autres données plus générales, fournies par des documents plus largement ouverts à toutes les catégories sociales et professionnelles d’un ensemble urbain. Les sources fiscales ou, dans une ville comme Lyon, les contrats de mariage12, permettent d’établir un classement, la force numérique de chaque groupe. L’inventaire après décès, ensuite, permet de préciser la fortune de chaque profession, de chaque groupe de métiers, de chaque catégorie ainsi définie.

UNE UTILISATION QUANTITATIVE EST-ELLE POSSIBLE ?

16Les réserves précédentes montrent avec quelle prudence nous avons abordé l’éventuelle utilisation globale des inventaires après décès lyonnais. À quoi bon comparer des chiffres bruts dont nous connaissons trop bien l’insuffisance et les multiples causes d’erreur ?

17C’est avec les valeurs de l’Enregistrement que nous avons effectué nos premiers sondages. En effet, une première observation nous a permis de leur redonner quelque signification : sur 200 successions prises au hasard dans les années 1770-1780, la différence entre les totaux livrés par les registres de la série 2 C et ceux réunis à partir des minutes de la série B varie entre 35 et 45 %, ce qui est presque exactement la part des immeubles pour ces 200 successions. Même si ces données de l’Enregistrement sont insuffisantes (muettes sur la répartition de la propriété immobilière dans la ville de Lyon par exemple), elles ont néanmoins une valeur comparative certaine.

  • 13 2 C 1045, Inventaire des effets de la succession de Pierre Nicolau de Montribloud, commencé le 17 (...)

18Quel principe choisir pour l’établissement d’un sondage valable ? Ce qui peut lui garantir le plus de valeur est simplement le choix du plus grand nombre possible de documents. Un trop petit nombre de cas risquerait de faire disparaître complètement des métiers ou des qualités peu représentées. Une seule année ne peut servir de base valable pour établir des statistiques : un cas particulier prend alors trop d’importance. Par exemple, pour l’année 1765 la valeur moyenne des successions enregistrées est de 10 400 livres. Cette somme est presque doublée pour l’année 1766 : 19 600 livres. Cette différence considérable provient presque uniquement de la présence en 1766 d’une succession extrêmement importante de 883 000 livres, qui déforme l’ensemble13. Si nous retranchons pour chacune de ces deux années ces cas exceptionnels de fortunes supérieures à 100 000 livres, les valeurs moyennes des deux années sont en revanche très proches : 6 300 livres la première année et 6 800 livres la seconde. Sur une centaine d’inventaires, une très grosse fortune cache trop la modicité des autres ; sur un millier d’inventaires, une succession de 880 000 livres ne transforme pas trop la moyenne générale.

  • 14 2 C 1074, 18 avril 1772, enregistré le 1er mai.
  • 15 2 C 1070, 23 septembre 1771, enregistré le 4 octobre. De même dans l’année 1786 un échevin laisse (...)

19Le calcul des moyennes est devenu un des éléments de comparaison les plus valables. Sans doute des objections peuvent être présentées : si la valeur moyenne représente bien un niveau de fortune à partir duquel on peut juger des fortunes particulières, il n’en est pas moins vrai que ce sont des centaines ou des milliers de livres qui expriment le pouvoir d’achat ou le niveau de fortune exacts. Au XVIIIe siècle, l’artisan lyonnais vivait avec tant de bons écus ou de louis d’or, et non avec la moitié, le dixième ou le double de la fortune de son voisin. Dans cette perspective aussi, il est nécessaire de faire les calculs sur le plus grand nombre de cas possible. Un exemple précis illustre cette obligation : lors de nos sondages, nous avons trouvé les successions de quelques échevins ou anciens échevins lyonnais du XVIIIe siècle. Le total des effets de l’un, noble François Rieussec, se monte à 257 livres seulement14, alors que celui de noble Pierre Flachon est de 122 755 livres15. Il est bien impossible d’affirmer que la fortune moyenne des anciens échevins est de 61 500 livres, valeur qui ne signifie rien. La statistique doit ici céder le pas à l’étude de cas individuels : rechercher dans l’histoire de ces deux anciens échevins la cause de la fortune de l’un et de la misère de l’autre. Nous reverrons cet aspect essentiel des inventaires : être un témoin final de la réussite ou de l’échec personnels.

  • 16 Série 2 C, du 1er janvier 1726 au 31 décembre 1730 (dates des actes passés à la sénéchaussée et no (...)

20À titre d’exemple nous présenterons les résultats partiels de deux sondages effectués sur ces inventaires après décès enregistrés. Le premier concerne la période 1726-1730 et la totalité des actes inscrits à l’Enregistrement pour ces cinq années, soit 571 successions16 (tableau 1).

Tableau 1 - Les inventaires après décès de 1726 à 1730 (répartition annuelle)

Année

Nombre de successions

Valeur totale (en livres)

Valeur moyenne (en livres)

1726

103

744 088

7 200

1727

99

429 653

4 300

1728

96

32 8 747

3400

1729

134

758 830

5 600

1730

139

1 007 343

7 200

Total

571

3 268 661

5 724

Nota. Le plus grand nombre d’actes des deux dernières années correspond à la forte mortalité à Lyon pendant cette période

21En isolant des catégories socioprofessionnelles très vastes, on obtient une première coupe de leur fortune, tenant compte à la fois des valeurs brutes et des moyennes pour chacun de ces groupes (voir tableau 2).

22Cette présentation met en relief les différences très importantes entre les grandes catégories que nous avons dégagées de notre dépouillement. Elle montre la faiblesse de la fortune mobilière bourgeoise par rapport aux groupes nombreux et puissants des marchands, des privilégiés et des divers officiers civils. Il faut bien sûr essayer de détailler ces résultats d’ensemble. Cependant, à travers la variété des cas individuels se dessine une première approximation de la fortune lyonnaise.

  • 17 2 C 775, 7 août 1727, Succession de Jean Collomb, avocat (enregistrée 19 août).
  • 18 Par exemple le « curé de Saint-Just » déjà cité, 5 155 livres, ou un prêtre bénéficiaire de Saint- (...)

23Même dans le cadre limité d’une période de cinq ans, il reste possible de dégager des indications montrant la cohésion ou l’extrême inégalité de chaque groupe, de trouver à travers une classification trop générale des indications plus précises. Il existe bien sûr des cas aberrants, la fortune d’un avocat s’élevant à 72 livres seulement par exemple17, mais aussi des séries beaucoup plus homogènes. Par exemple sur 19 prêtres, une seule succession dépasse, très peu, les 10 000 livres ; les plus importantes sont celles des prêtres bénéficiaires, loin devant celles des prêtres perpétuels de Saint-Nizier ou des prêtres habitués du diocèse de Lyon non pourvus de bénéfices18.

Tableau 2 - La fortune moyenne des groupes socioprofessionnels

Tableau 2 - La fortune moyenne des groupes socioprofessionnels

24Ces quelques exemples montrent ce que l’on peut demander à une étude globale des successions mobilières, telles qu’elles sont enregistrées : c’est essayer d’établir, à partir d’échantillons assez larges et variés, une moyenne de fortune assez représentative de divers groupes sociaux et professionnels et de chercher ce qui peut entraîner des différences sensibles, des divergences importantes par rapport à cette moyenne. Nous compléterons ces exemples par un dernier tableau (tableau 3) présentant les chiffres moyens de la fortune de groupes plus précisément délimités et plus réduits que les catégories précédentes, tableau qui offre une sorte de première hiérarchie encore grossière de la fortune lyonnaise à cette époque.

  • 19 2 C 775, 29 juillet 1727, Inventaire des effets de Mme Poulletier, épouse de l’intendant de Lyon, (...)
  • 20 2 C 792, 22 septembre 1730, Inventaire des effets de monseigneur le maréchal de Villeroy, gouverne (...)

25Sans vouloir multiplier les commentaires, soulignons surtout la netteté de la coupure entre le niveau 2 000 livres et le niveau 3 000 livres. D’un côté nous trouvons tous les métiers artisanaux et la soierie, de l’autre toutes les professions marchandes, les professions libérales, les officiers et les privilégiés. Les deux fortunes les plus élevées sont celles de deux trésoriers de France au bureau des Finances de Lyon : ce sont les plus hautes charges de la ville. Ces fortunes proches de 200 000 livres sont très supérieures à celle de l’épouse de l’intendant19 et aussi à celle de monseigneur le maréchal de Villeroy, gouverneur de la ville20 : dans ce cas la fortune immobilière est bien sûr plus importante que celle du mobilier décrit dans l’inventaire.

Tableau 3 - La hiérarchie des fortunes lyonnaises d’après l’enregistrement des successions de 1726 à 1730

Profession ou qualité des défunts

Nombre de successions inventoriées

Valeur moyenne d’une succession en livres

Ruraux (jardiniers, vignerons, laboureurs)

24

516

Manouvriers affaneurs

10

517

Chirurgiens

7

1 213

Artisans (sans indication de maîtrise)

63

1 229

Vendeurs de vin, cabaretiers

11

1 362

Boulangers

9

1 450

Ouvriers en soie

25

1 600

Maîtres ouvriers en soie

23

1 600

Bouchers

15

1632

Artisans (maîtres des métiers)

31

1 977

Prêtres

19

2 822

Veuves de bourgeois

11

3 048

Hôteliers et traiteurs

10

3 103

Bourgeois

67

3 500

Maîtres marchands et marchands

45

8 650

Marchands « en détail »

43

11 543

Nobles sans office

32

11 590

Marchands épiciers

6

17 387

Officiers civils et membres des professions libérales

41

21 062

Marchands « de Lyon »

13

26 370

26Le deuxième sondage est un relevé partiel des inventaires après décès des années 1771 à 1790. Il porte sur 1423 successions enregistrées dans la série 2 C. Par rapport à la première moitié du siècle, la valeur des successions a plus que doublé. Les grosses fortunes sont beaucoup moins rares. La valeur totale de ces 1423 successions uniquement mobilières est de près de 20 millions de livres, soit une valeur moyenne de 14 000 livres double de celle des années 1726-1730. Il est possible de distinguer trois paliers essentiels dans ces fortunes :

  • celles inférieures au dixième de la moyenne (moins de 1 500 livres) groupent 40 % des inventaires ;
  • celles comprises entre le dixième et les deux tiers de la moyenne (entre 1 500 et 10 000 livres) également 40 % ;
  • celles proches de la moyenne ou supérieures (au-dessus de 10 000 livres) groupent 20 % du total des successions.

27Sans montrer tous les résultats de notre enquête dans le cadre de cette étude méthodologique, nous en présenterons quelques aspects caractéristiques. Nous avons par exemple isolé dans cette coupe les inventaires dont la valeur est voisine du centième de la fortune moyenne (moins de 300 livres et aux environs de 150 livres). C’est un groupe de 134 défunts lyonnais dont nous pouvons ainsi entrevoir le manque de fortune. La composition de ce groupe montre la diversité de la misère dans la ville à la fin de la monarchie. Si les métiers les plus nombreux dans la ville ne sont guère représentés (compagnons chapeliers, ouvriers en soie, manouvriers et affaneurs : 8 inventaires sur 134), nombreuses sont au contraire les veuves (32 cas) et les filles majeures. À côté d’ouvriers et de compagnons de toutes les corporations, nombreux sont aussi les maîtres, tailleurs ou cordonniers, tonneliers ou ferblantiers, tailleurs de pierres ou maçons. Plus surprenante est la présence dans cette foule de déshérités de quelques membres des professions libérales, un notaire et un procureur par exemple.

  • 21 C’est la plus grosse fortune de notre sondage : série B, 1782 (2e liasse), Jean-Ulrich Schallheime (...)
  • 22 2 C 1071, Inventaire « familier » (sic) des dettes actives et effets mobiliers de Ramès, docteur e (...)

28Tout autre est l’image de la société qui ressort de l’étude des plus hautes fortunes, supérieures à 50 000 livres (le quadruple de la moyenne). Les petits métiers de l’artisanat ont disparu, et nous n’avons plus que les maîtres marchands des négoces les plus importants. Sur 88 fortunes ainsi isolées, les inventaires marchands forment de loin le groupe le plus nombreux, avec 60 successions, y compris un banquier21, un agent de change, des négociants. La prédominance des professions marchandes provient de l’activité économique et commerciale de premier ordre de Lyon dans la France du XVIIIe siècle, mais aussi de l’usage fréquent de l’inventaire pour ces professions (c’est en quelque sorte l’équivalent d’un dernier bilan pour une société commerciale). Les bourgeois ne sont que 7 (le terme lui-même est ambigu et peut désigner une qualité, mais aussi une ancienne profession). Les officiers civils sont au nombre de 13, avec en tête encore 3 trésoriers de France, 3 échevins, 1 receveur de la Loterie royale, 1 notaire, 4 secrétaires du roi. Pour terminer cette revue, à côté de quelques nobles désignés par leur seule qualité et de quelques veuves, ne se trouve qu’un représentant des professions libérales, un docteur en médecine d’ailleurs fort riche, mais possesseur d’un office hors du Lyonnais22.

29En dehors de ces cas individuels, qui montrent les cadres sinon la répartition de la fortune lyonnaise, le tableau 4 présente, par trois exemples, les variations dans la répartition de la richesse d’une catégorie socioprofessionnelle à l’autre.

Tableau 4 - Variations dans la répartition de la richesse

Tableau 4 - Variations dans la répartition de la richesse

Nota. - Les pourcentages sont calculés en fonction de la moyenne de 14 000 livres, citée pour l’ensemble des inventaires de ce sondage

30Pour préciser plus encore les nuances, le tableau 5 et le graphique 1 comparent l’étalement des fortunes à l’intérieur du groupe complexe des métiers de l’alimentation, en isolant quatre groupes de professions (il ne s’agit que de maîtres, de maîtres marchands, de vendeurs, à l’exclusion de tout compagnon, apprenti, garçon ou employé).

Tableau 5 - Fortune comparée de quatre métiers de l’alimentation d’après les inventaires après décès (1771-1790)

Tableau 5 - Fortune comparée de quatre métiers de l’alimentation d’après les inventaires après décès (1771-1790)

Graphique 1 - Répartition des fortunes pour quatre groupes de métiers de l’alimentation
(le niveau moyen correspond à une valeur de 5 000 à 10 000 livres)

Graphique 1 - Répartition des fortunes pour quatre groupes de métiers de l’alimentation(le niveau moyen correspond à une valeur de 5 000 à 10 000 livres)

31Les différences entre ces diverses activités sont des plus nettes : si les cabaretiers correspondent à peu près au schéma général de cette période, les bouchers sont rares au-dessus du niveau moyen de 10 000 livres (3 sur 34) ; les épiciers sont nettement plus riches, comme en 1730, avec la moitié de leurs représentants au-dessus de ce seuil de 10 000 livres.

32Ces valeurs moyennes sont un premier pas, imprécis encore, mais important déjà, vers la connaissance du niveau de fortune d’un milieu professionnel. C’est une introduction fort utile à l’étude monographique, permettant de préciser la composition des fortunes, les différences individuelles et les raisons de ces différences. Les minutes de la sénéchaussée apportent-elle une réponse à ces questions ?

L’INVENTAIRE, SOURCE MONOGRAPHIQUE DE LA FORTUNE INDUVIDUELLE À LA RICHESSE DU GROUPE

33Isoler les groupes socioprofessionnels et définir le niveau moyen de leur richesse, tels sont les premiers résultats du dépouillement des inventaires après décès.

  • 23 Voir un article récent d’Albert Soboul, « Description et mesure en histoire sociale », L’Informati (...)

34Il est possible d’étudier l’inventaire après décès plus minutieusement, de voir en lui non seulement une source d’histoire socioéconomique, mais un document beaucoup plus riche et plus complet, par exemple pour la compréhension de la psychologie sociale. Ces inventaires offrent un miroir de la société lyonnaise, ses réactions devant la mort certes, mais aussi certains aspects de la vie elle-même. La difficulté consiste alors à classer, voire à répertorier ces renseignements qui échappent à l’utilisation statistique23. Compter les inventaires qui comportent la description d’une bibliothèque, noter les tableaux accrochés aux murs, remarquer la présence ou l’absence des objets de piété, c’est encore utiliser la statistique, même si ces renseignements ne sont pas toujours comparables (les livres brochés des bibliothèques ne sont jamais décrits, même s’ils sont les plus lus ; dans la description des tableaux, les experts remarquent plus souvent les cadres que le sujet des œuvres...).

35En dehors de cet aspect, nous ne retiendrons que deux exemples dont le pittoresque permet de souligner toute la valeur humaine, toute la richesse historique de l’inventaire après décès.

  • 24 11 G 343 (chapitre d’Ainay), 17 septembre 1762, Inventaire après décès d’Étienne Montagnon, peintr (...)

36Pénétrons à la suite des enquêteurs dans l’appartement d’un artiste lyonnais, peintre de la ville, de l’archevêché et du chapitre d’Ainay, Étienne Montagnon, décédé en son domicile, place Saint-Michel d’Ainay, le 8 septembre 176224, à l’âge de 60 ans. Pauvre mobilier que celui décrit par le juge général du cloître d’Ainay ! Tous les meubles et effets ne valent que 153 livres. L’intérêt de l’inventaire réside dans la présence de nombreux outils de mathématiques, instruments de géomètre et d’astronome (160 livres), dans la collection de tableaux et d’estampes (638 livres 8 sols) et dans la bibliothèque – ou plutôt dans la réaction des enquêteurs en face de ces objets. Le juge d’Ainay, l’attention éveillée par quelques estampes qu’il fait livrer aux flammes, les jugeant indécentes, ouvre quelques ouvrages de la bibliothèque et ordonne de lacérer et déchirer quelques livres « contre les bonnes mœurs et respirant même l’impiété » (ouvrages licencieux imprimés hors de France aux titres évocateurs comme L’Abbatteur de noisettes, ou Recueil d’épices des plus gaillardes). Dans le cabinet de peinture enfin, c’est une statuette de Vénus « aux belles fesses » qui indigne notre juge. Il s’apprête à la faire briser quand intervient le procureur qui défend les intérêts des héritiers :

Desgranges [le procureur], assisté de ses parties, nous a observé que la statue représentant Vénus paraissait un morceau rare, et qui pourrait être mis à prix par les curieux, que d’ailleurs cette statue ayant une draperie sur une grande partie et sur le devant du corps, elle ne présente rien absolument d’indécent, pour quoi il requiert qu’il nous plaise suspendre l’exécution du brisement.

37Sursis fut accordé à la Vénus callipyge, qui fut transportée au greffe de la sénéchaussée. Cette anecdote est intéressante pour définir le milieu culturel du défunt. Si la présence d’une statue d’inspiration antique n’étonne guère dans le cabinet d’un peintre lyonnais de la deuxième moitié du XVIIIe siècle, plus surprenante est la réaction du juge, appartenant il est vrai à la prévôté ecclésiastique. Quant à l’intervention du procureur, elle éclaire un milieu d’hommes de loi plus ouverts : ne serait-ce pas dans leur monde que se trouveraient ces « curieux », acquéreurs possibles de la statue ?

  • 25 11 G 343 (chapitre d’Ainay), 28 juin 1762, Inventaire après décès d’Alexandre Gaydon, maître guimp (...)

38Notre deuxième exemple concerne un ancien maître guimpier, désigné dans son acte mortuaire comme « bourgeois de Lyon » : Alexandre Gaydon, décédé en sa maison rue de la Barre le 13 juin 1762 à l’âge de 45 ans. Le défunt est propriétaire de deux immeubles médiocres hérités de son père. Au moment de son décès, les revenus locatifs semblent être l’essentiel de ses ressources, soit 490 livres par an25. C’est bien peu pour vivre, avec deux domestiques, et si des réparations deviennent nécessaires dans les immeubles, notre bourgeois n’a pas l’argent nécessaire pour payer les fournisseurs. Le dialogue des deux servantes du défunt illustre le train de vie de ce bien modeste « bourgeois ». Lors de l’inventaire, «  la Claudine » rapporte une bague à sept petites pierres montées en or. Elle portait à la maison ce cadeau de son maître, mais celui-ci le lui empruntait toutes les fois qu’il sortait ! Quatre mois avant sa mort, Gaydon ayant « un besoin extrême d’argent » demande à la servante d’aller mettre la bague en gage. L’usurier en offre trop peu et la bague regagne le doigt de la domestique. Le mobilier lyonnais décrit (447 livres 14 sols), les experts se rendent à Orliénas où le défunt possédait un petit domaine. Aussitôt le décès, la deuxième servante, partie pour Orliénas, sort de la maison divers effets et, pour les soustraire à l’inventaire, va les cacher au fond de l’enclos de vigne. Vertement réprimandée par sa commère plus honnête, terrifiée par la crainte de la damnation... et des officiers de justice, elle regagne Orliénas et rentre dans la demeure, par la fenêtre, les objets soustraits aux scellés ! Voici donc un bourgeois de Lyon encore jeune, que nous ne saurions classer dans nos tableaux statistiques : moins de 1 000 livres de mobilier, mais plus de 10 000 livres d’immeubles, un revenu très faible, un train de vie des plus modestes, une gêne financière évidente. Une telle anecdote éclaire avant tout une histoire individuelle, mais elle permet aussi de mieux connaître certains aspects de telle ou telle catégorie sociale, ici les bourgeois, mais aussi les domestiques et leurs rapports avec leurs maîtres, sans parler du monde des prêteurs sur gages aperçus aussi dans le récit.

  • 26 11 G 343 (Ainay), 1er mai 1758, Inventaire après décès (et tutelle) de Denis Didier, marchand à Ly (...)

39Certains détails des inventaires jettent une lumière crue sur des aspects parfois assez sordides de notre société lyonnaise. Questions de personnes, querelles intestines se renouvellent d’un acte à l’autre. Le sort des enfants mineurs est souvent évoqué. Écoutons la fille d’un maître fabricant prendre la parole devant le conseil de tutelle qui doit décider de son sort26. Le père avait confié sa fille à un oncle qui se montre vite indigne de la confiance placée en lui :

Elle a vu avec regret... que ce parent, au lieu de chercher son avantage, s’était emparé de tous les titres et papiers et enfin de tout ce qu’il avait pu trouver, et décampait furtivement du logis... La remontrante, baignée dans les pleurs, n’eut pas assez de présence d’esprit pour faire fouiller son parent, qui pourtant avait reçu un billet de 100 louis et encore 10 louis sans promesse.

  • 27 11 G 344 (Ainay), 12 septembre 1764, Inventaire après décès de Jean-Joseph Moulin, maître fabrican (...)
  • 28 Série B, Sénéchaussée, 1770 (2e liasse), 12 septembre 1770, Inventaire des biens de Claudine Garco (...)

40La misère transparaît dans d’autres inventaires : citons seulement l’exemple d’un autre maître fabricant, décédé à 41 ans, laissant une veuve chargée de sept enfants mineurs. Les hardes de la veuve sont estimées en tout à 6 livres... et ce ménage employait cependant un domestique27. Les conditions de vie de telle ou telle catégorie sociale peuvent être précisées par un inventaire. Un assez remarquable exemple est fourni par la description des biens d’une fille majeure, guimpière comme fille de maître, décédée le 5 septembre 1770 dans la paroisse Saint-Nizier, âgée de 42 ans28. Elle est morte ab intestat, laissant comme héritier de droit son frère, aussi maître guimpier. Celui-ci désire accepter la succession et ses charges possibles, il demande la levée des scellés apposés à la demande du chirurgien qui a soigné la malade avant son décès. La défunte habitait, au quatrième étage rue Palais-Grillet, deux chambres et un corridor loués 135 livres par an. Elle employait deux filles domestiques dont les gages annuels étaient de 15 et 54 livres. Son train de vie était suffisant pour permettre la consommation régulière de viande (un marchand boucher en a livré 357 livres pendant les six derniers mois), mais la maladie a creusé un déficit croissant dans les ressources. Une garde-malade a veillé pendant 106 nuits et, lors de l’inventaire, affluent les créanciers, boucher, boulanger, garde-malade, médecin (36 visites), chirurgien, domestiques pour arriérés de gages, propriétaire, négociants pour lesquels travaillait la défunte et qui avaient consenti des avances... Le frère inquiet n’a d’autre ressource que d’ajouter son nom à la liste déjà longue pour les 18 livres que lui ont coûté les frais d’enterrement de sa sœur. Un tel exemple permet de chiffrer le poids de la maladie, mais aussi de voir les limites des réserves d’une bonne ouvrière, dont le frère avait pourtant vanté la « bonne conduite ».

  • 29 Série B, Sénéchaussée, 1770 (2e liasse), 16 novembre 1770, Description des effets de la succession (...)

41Des notations isolées font apparaître parfois des notions beaucoup plus difficiles à saisir : non seulement les rapports sociaux, mais encore la conscience d’une hiérarchie dans ces rapports dans la société lyonnaise du XVIIIe siècle. Lors de la description des effets d’un compagnon maçon, sa veuve explique qu’il n’a pas laissé en valeur les meubles qu’il trouva dans le domicile de sa femme lors de son mariage, et elle ajoute : « Le défunt n’a rien laissé : c’était un simple compagnon maçon. » C’est une constatation toute simple, sans jugement : un ouvrier ne possède rien29. Dans un autre acte, une remarque semblable est chargée de plus de mépris.

  • 30 Série B, Sénéchaussée, 1767 (2e liasse), 9 novembre 1767, Inventaire de la succession de Joseph Ca (...)

42Il était procédé à l’inventaire des biens d’un marchand épicier en détail30. Surgit une querelle entre la veuve et la mère d’une première épouse. Cette dernière, femme d’un laboureur dauphinois aisé, demande la réapposition des scellés. La veuve refuse et offre de faire garder les effets par son oncle, maître et marchand passementier. La partie adverse refuse ce gardiateur, récusé parce que sa solvabilité n’est pas connue « et qu’il ne présente aucune sûreté, étant un simple ouvrier ». Cette fois la formule contient jugement de valeur. Ce maître marchand rejeté parmi les simples ouvriers ne peut se porter caution malgré ses protestations de bonne foi.

  • 31 Série B, Sénéchaussée, 1760 (2e liasse), 15 décembre 1760, Inventaire des effets de Louis Bruyère, (...)
  • 32 11 G 343 (Ainay), 18 janvier 1762, Inventaire de la succession de Claude Montperlier, maître ferbl (...)

43Il serait possible de multiplier les exemples individuels, mais nous terminerons par un retour aux remarques statistiques. Nous avons montré la possibilité de l’emploi des valeurs globales fournies par l’Enregistrement. Les inventaires de la sénéchaussée permettent de préciser la composition des fortunes et leur véritable niveau. Il faudrait presque alors établir un seuil de fortune, variable selon les catégories, à partir duquel les successions sont acceptées par les héritiers. Nous voyons ainsi l’héritière testamentaire d’un meunier, sa sœur, épouse d’un marchand de la Guillotière, refuser la succession dont l’actif s’élevait à 1 600 livres31. Un maître, ferblantier du quartier d’Ainay offre un niveau assez différent ; le défunt est mort ab intestat : les héritiers sont ses six frères et sœurs qui estiment la succession à 7 000 livres. L’inventaire indique une fortune totale de 7 741 livres (incomplète : les comptes actifs ne sont pas évalués), des dettes passives légères, une importante somme d’argent liquide (2 100 livres en louis d’or). Les héritiers hésitent longtemps avant d’accepter cette succession, « quoique très modique32 ».

  • 33 Le tableau a été fait à partir du dépouillement des inventaires de la série B de la sénéchaussée ; (...)

44Ces deux derniers exemples montrent avec quelle prudence il faut interpréter les chiffres, les analyser et les comparer les uns aux autres. Cette inégalité des valeurs selon la profession ressort de la composition même de ces fortunes. Un sondage effectué à partir de 200 inventaires de la période 1760-1780 fournit des indications intéressantes résumées dans le tableau 633.

45Les valeurs indiquées sont celles des inventaires eux-mêmes ; c’est-à-dire qu’elles sont incomplètes (les créances commerciales ne sont pas toujours estimées), souvent sous-estimées pour tous les effets mobiliers sauf pour l’argent et l’argenterie (valeur selon le poids du métal). La valeur des immeubles est celle indiquée par les actes d’achat, ou celle déduite des loyers. La valeur comparative des divers éléments fournit un élément d’étude valable.

Tableau 6 - La composition des fortunes lyonnaises d’après les inventaires après décès (période 1760-1780)

Tableau 6 - La composition des fortunes lyonnaises d’après les inventaires après décès (période 1760-1780)
  • 34 Série B, Sénéchaussée, 1780 (2e liasse), 24 août 1780, Inventaire des effets de Dominique Legras, (...)
  • 35 11 G 343 (Ainay), 12 décembre 1761, Pierre-Philippe Prudhomme. Pendant l’inventaire, on rapporte d (...)

46Il faudrait sans cesse réviser ces pourcentages généraux. Si l’argenterie est présente très souvent, on ne peut comparer les quelques dizaines de livres de chaque maison avec les 7 000 livres du seul secrétaire général de la prévôté des marchands de la ville. Est-ce pour celui-ci un signe de grande richesse ? Non, sa fortune est bien moyenne (24 000 livres, soit 30 % d’argenterie contre un pourcentage d’ensemble de 3 %), c’est plutôt le signe du train de vie que doit soutenir un personnage important tenu par ses fonctions à organiser de nombreuses réceptions34. Et comment classer les 7 447 livres d’argenterie d’un maître traiteur de la place Louis-le-Grand (sur un actif de 21 975 livres) ? L’argenterie est alors presque assimilable aux outils et effets du commerce. Elle est nécessaire à ce traiteur pour servir les maisons nobles et riches qui entourent sa boutique ou, comme l’inventaire nous l’apprend, les recteurs de l’Hôtel-Dieu quand ils commandent un repas dans leur maison de la Tête-d’Or aux Brotteaux35.

47La répartition et l’importance des immeubles nécessitent également quelques remarques. Sur les 200 inventaires, nous avons relevé 57 propriétaires immobiliers : 19 à la fois à Lyon et à la campagne, 23 uniquement à Lyon, 15 uniquement hors de Lyon.

  • 36 Série B, Sénéchaussée, 1770 (2e liasse), 25 juin 1770, Jacques Allier, négociant à Lyon, rue Puits (...)
  • 37 Série B, Sénéchaussée, 1780 (2e liasse), 8 novembre 1780, Jacques-Benoît Loys, ancien négociant, é (...)
  • 38 Série B, Sénéchaussée, 1770 (2e liasse), 12 juillet à 19 septembre 1770, Paul Perrache, toiseur et (...)
  • 39 Série B, Sénéchaussée, 1770 (1re liasse), 6 avril 1770, Benoît Guillermain, maître passementier, r (...)

48Les possessions immobilières de 47 d’entre eux ont pu être estimées. Ces 47 propriétaires (23,5 % des inventaires) ont une fortune totale de 2 290 000 livres (64 % de la valeur globale des 200 successions). Leur fortune moyenne s’élève à 48 720 livres contre 18 230 livres pour les 153 autres défunts. Dans l’ensemble la fortune lyonnaise se caractériserait donc par l’importance des biens immobiliers. L’exemple cité plus haut du bourgeois lyonnais mettant en gage les bijoux de sa servante pour subvenir aux frais de réparation de ses immeubles nous avait pourtant fourni une tout autre image : la vérité se trouve une fois de plus entre ces deux extrêmes. Parmi nos 200 inventaires, les 6 plus grosses fortunes (supérieures à 100 000 livres) comprennent bien des immeubles, mais il y a toute une série de nuances entre la composition de la fortune du négociant (deux maisons à Lyon pour 52 000 livres sur un total de 200 000 livres36), celle de l’écuyer dont les biens en Mâconnais représentent 100 000 livres sur un total de 151 000 livres37, et celle de l’entrepreneur Paul Perrache dont les immeubles figurent pour 170 000 livres sur les 180 000 livres d’une succession d’ailleurs très embrouillée38. Parmi nos propriétaires, plus du tiers se situerait au plus bas niveau de notre classification des fortunes si la valeur de leurs immeubles n’était pas indiquée. Tel bourgeois laisse une succession de 49 000 livres, dont 48 000 livres en immeubles ; tel maître passementier 16 300 livres, dont 16 000 en la valeur de sa maison39 ! Le chiffre brut doit toujours être replacé dans le cadre individuel dans lequel il reprend toute sa signification : c’est de la comparaison de ces cas personnels que le tableau d’ensemble peut acquérir une valeur.

49Ces quelques notes volontairement réduites suffisent à indiquer les multiples directions de recherches offertes par le dépouillement des inventaires après décès lyonnais du XVIIIe siècle. Ce n’est que par une série d’études multipliées pour les principaux métiers, puis pour les groupes plus vastes, que l’on peut espérer atteindre la réalité de la société lyonnaise de cette époque. L’Enregistrement nous a apporté des chiffres moyens ; les archives de la sénéchaussée complètent et illustrent ces chiffres et ces moyennes. Elles offrent surtout, à travers la longue et minutieuse description des effets des Lyonnais décédés, les cadres et les étapes de la vie lyonnaise. C’est ce qui fait de ces inventaires après décès une source essentielle, unique à Lyon, de l’histoire sociale.

DISCUSSION

50M. Lacour estime que les actes de tutelle ne doivent pas être négligés, lorsque la succession comporte des mineurs.

51M. Goubert. – Les inventaires ne recensent vraiment que les meubles, mais permettent aussi de retrouver les immeubles. En Picardie, l’inventaire se fait d’office, dès qu’il y a des mineurs, sans qu’il y ait requête. Cela ne semble pas être le cas à Lyon où la requête est nécessaire, ce qui diminue le nombre de cas sur lesquels peuvent se fonder les relevés statistiques.

52M. Garden. – La requête est bien indispensable à Lyon. De plus, les inventaires lyonnais sont très mal faits ; de ce point de vue, leur présentation est bien supérieure dans des provinces comme la Bourgogne ou la Franche-Comté.

53M. Léon. – Dans les campagnes de la France du Sud-Est, la pratique de l’inventaire après décès est fort rare, ce qui gêne considérablement les études que nous avons entreprises sur les structures sociales du monde rural.

54M. Chomel. – Le notaire intervient-il dans ces inventaires ?

55M. Garden. – Jamais, ou presque. Je n’ai trouvé qu’un seul cas sur des milliers que j’ai envisagés.

56M. Chomel. – Il n’en est pas de même en Dauphiné, où l’intervention notariale est très fréquente.

57M. Bergier – À Genève aussi.

Notes

1 Exemple : archives départementales du Rhône, 2 C 772, 28 novembre 1726, Inventaire des biens d’Étienne Thomas, « en démence », à la requête de Charlotte et Catherine Thomas (enregistré le 10 décembre).

2 Archives départementales du Rhône, 2 C 763 (25 novembre 1724 à 15 février 1725) à 2 C 1184 (16 décembre 1790 à 14 février 1791). Répertoire chronologique dactylographié. [Sauf indication contraire, les archives citées en notes proviennent des archives départementales du Rhône.]

3 Une exception : 2 C 775, 18 octobre 1727 : le « curé de Saint-Just », sans autre indication d’état civil (enregistré le 30 octobre).

4 Un exemple : 2 C 775, 5 octobre 1727, Inventaire de Jean Cattin, bourgeois de Lyon, décédé ab intestat (enregistré le 12 octobre). Total du mobilier : 1 191 livres. Une note marginale signale l’existence d’immeubles à Chasselay d’une valeur de 20 000 livres.

5 Registres 2 C 768 à 775, années 1726 et 1727 : 191 inventaires au total.

6 Série 11 G, liasses 318 à 355, successions ; partages, inventaires après décès dans le chapitre d’Ainay de 1625 à 1790.

7 Série B, 19 avril 1760, Acceptation pure et simple de la succession d’Edme Gautier, visiteur à la Grande Douane, décédé ab intestat.

8 Pour la description des inventaires, on peut se reporter à Adeline Daumard et François Furet, « Méthodes de l’histoire sociale. Les archives notariales et la mécanographie », Annales E.S.C., n° 4, 1959, p. 676-693. Cette étude présente l’aspect parisien des inventaires après décès et permet des comparaisons avec les actes lyonnnais.

9 Série B, successions, 27 avril 1770, Inventaire des biens d’Antoinette Chauvet, veuve Fenouillet.

10 Un sondage pour les années 1766, 1771 et 1772 concernant 455 inventaires donne la répartition suivante des requérants : 169 tuteurs (dont 110 veuves et tutrices), 41 veuves héritières ou créancières pour leur dot, 86 enfants majeurs, 91 héritiers de droit ou parents divers, 3 requêtes des recteurs des hôpitaux.

11 Exemple : 11 G 343 (Ainay), 11 janvier 1763, Inventaire des biens de Jean-Pierre Giraud, bourgeois de Lyon, qui a institué comme héritiers les pauvres de la Charité.

12 Sur les contrats de mariage lyonnais, voir Maurice Garden, « Le contrat de mariage lyonnais : une source de l’histoire sociale au XVIIIe siècle », dans Actes du 89e congrès national des sociétés savantes, Lyon 1964, section Histoire moderne et contemporaine, Paris, Imprimerie nationale, 1965, t. II, vol. 1, p. 51-75 [ici même p. 11-34].

13 2 C 1045, Inventaire des effets de la succession de Pierre Nicolau de Montribloud, commencé le 17 mai 1764, enregistré le 1er octobre 1766 : 74 932 livres en effets, ustensiles et argenterie et 808 641 livres en argent et dettes actives. C’est une des plus grosses fortunes rencontrées ; le fils, héritier universel, peut distribuer à chacune de ses deux sœurs 277 000 livres.

14 2 C 1074, 18 avril 1772, enregistré le 1er mai.

15 2 C 1070, 23 septembre 1771, enregistré le 4 octobre. De même dans l’année 1786 un échevin laisse une succession de 555 000 livres, alors qu’un ancien échevin ne possédait plus à son décès que 398 livres (Sénéchaussée, série B, année 1786).

16 Série 2 C, du 1er janvier 1726 au 31 décembre 1730 (dates des actes passés à la sénéchaussée et non celle de l’Enregistrement), 2 C 768 à 2 C 793.

17 2 C 775, 7 août 1727, Succession de Jean Collomb, avocat (enregistrée 19 août).

18 Par exemple le « curé de Saint-Just » déjà cité, 5 155 livres, ou un prêtre bénéficiaire de Saint-Pierre et Saint-Saturnin (2 C 782, 1er avril 1729), 5 799 livres 15 sols, et en comparaison, un « simple prêtre » du diocèse de Lyon (2 C 786,16 novembre 1729), 469 livres 14 sols, et un prêtre perpétuel de l’église Saint-Nizier de Lyon (2 C 790, 17 juin 1730), 460 livres.

19 2 C 775, 29 juillet 1727, Inventaire des effets de Mme Poulletier, épouse de l’intendant de Lyon, (enregistré le 2 août) : 44 019 livres.

20 2 C 792, 22 septembre 1730, Inventaire des effets de monseigneur le maréchal de Villeroy, gouverneur de Lyon (enregistré le 3 octobre) : 29 219 livres 14 sols 6 deniers.

21 C’est la plus grosse fortune de notre sondage : série B, 1782 (2e liasse), Jean-Ulrich Schallheimer, négociant-banquier, avec un total de 1 241 675 livres (à lui seul 6,5 % du total des 1 423 successions).

22 2 C 1071, Inventaire « familier » (sic) des dettes actives et effets mobiliers de Ramès, docteur en médecine, ouvert en sénéchaussée le 29 décembre 1771 : 335 500 livres, déduction faite des 200 000 livres représentant la valeur d’un office de receveur des tailles à Nîmes possédé par le défunt.

23 Voir un article récent d’Albert Soboul, « Description et mesure en histoire sociale », L’Information historique, mai-juin 1966, p. 104-109.

24 11 G 343 (chapitre d’Ainay), 17 septembre 1762, Inventaire après décès d’Étienne Montagnon, peintre de la ville, et registre paroissial, Ainay 907, f° 12, Inhumation d’Étienne Montagnon dans le cimetière d’Ainay, le 9 septembre 1762.

25 11 G 343 (chapitre d’Ainay), 28 juin 1762, Inventaire après décès d’Alexandre Gaydon, maître guimpier décédé le 13 juin 1762. Registre paroissial, Ainay 907, f° 8, Inhumation le 14 juin 1762 en petite procession dans la chapelle Notre-Dame des Anges de la paroisse d’Ainay, en conséquence d’une ordonnance du lieutenant particulier, assesseur criminel, sur les conclusions du procureur du roi, Alexandre Gaydon, bourgeois de Lyon.

26 11 G 343 (Ainay), 1er mai 1758, Inventaire après décès (et tutelle) de Denis Didier, marchand à Lyon (inscrit toutefois dans les registres paroissiaux comme « ouvrier en soie »).

27 11 G 344 (Ainay), 12 septembre 1764, Inventaire après décès de Jean-Joseph Moulin, maître fabricant en étoffes de soie.

28 Série B, Sénéchaussée, 1770 (2e liasse), 12 septembre 1770, Inventaire des biens de Claudine Garcon-Saudon, fille majeure : valeur totale des effets, 433 livres 6 sols.

29 Série B, Sénéchaussée, 1770 (2e liasse), 16 novembre 1770, Description des effets de la succession de François Chiret.

30 Série B, Sénéchaussée, 1767 (2e liasse), 9 novembre 1767, Inventaire de la succession de Joseph Carron, marchand épicier en détail, rue Thomassin.

31 Série B, Sénéchaussée, 1760 (2e liasse), 15 décembre 1760, Inventaire des effets de Louis Bruyère, meunier à Lyon.

32 11 G 343 (Ainay), 18 janvier 1762, Inventaire de la succession de Claude Montperlier, maître ferblantier.

33 Le tableau a été fait à partir du dépouillement des inventaires de la série B de la sénéchaussée ; pour les trois années 1760-1770-1780, ont été utilisés les 200 premiers inventaires classés par ordre alphabétique.

34 Série B, Sénéchaussée, 1780 (2e liasse), 24 août 1780, Inventaire des effets de Dominique Legras, fait en l’hôtel commun de la ville de Lyon.

35 11 G 343 (Ainay), 12 décembre 1761, Pierre-Philippe Prudhomme. Pendant l’inventaire, on rapporte de la maison de l’Hôtel-Dieu 5 plats et 14 couverts d’argent appartenant au défunt.

36 Série B, Sénéchaussée, 1770 (2e liasse), 25 juin 1770, Jacques Allier, négociant à Lyon, rue Puits-Gaillot.

37 Série B, Sénéchaussée, 1780 (2e liasse), 8 novembre 1780, Jacques-Benoît Loys, ancien négociant, écuyer, conseiller secrétaire du Roi, demeurant à Lyon quartier Saint-Clair (domaine à La Chapelle en Macônnais).

38 Série B, Sénéchaussée, 1770 (2e liasse), 12 juillet à 19 septembre 1770, Paul Perrache, toiseur et estimateur des bâtiments de la ville de Lyon.

39 Série B, Sénéchaussée, 1770 (1re liasse), 6 avril 1770, Benoît Guillermain, maître passementier, rue des Prêtres.

Notes de fin

* « Les inventaires après décès : source globale de l’histoire sociale lyonnaise ou juxtaposition de monographies familiales ? » Rencontres franco-suisses, Lyon 1965, Cahiers d’histoire, t. XII, n° 1-2, 1967, p. 153-173.

Table des illustrations

Titre Tableau 2 - La fortune moyenne des groupes socioprofessionnels
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/9956/img-1.jpg
Fichier image/, 137k
Titre Tableau 4 - Variations dans la répartition de la richesse
Légende Nota. - Les pourcentages sont calculés en fonction de la moyenne de 14 000 livres, citée pour l’ensemble des inventaires de ce sondage
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/9956/img-2.jpg
Fichier image/, 90k
Titre Tableau 5 - Fortune comparée de quatre métiers de l’alimentation d’après les inventaires après décès (1771-1790)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/9956/img-3.jpg
Fichier image/, 89k
Titre Graphique 1 - Répartition des fortunes pour quatre groupes de métiers de l’alimentation(le niveau moyen correspond à une valeur de 5 000 à 10 000 livres)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/9956/img-4.jpg
Fichier image/, 63k
Titre Tableau 6 - La composition des fortunes lyonnaises d’après les inventaires après décès (période 1760-1780)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/9956/img-5.jpg
Fichier image/, 38k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540