Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Un historien dans la ville

 | 
Maurice Garden

I - Méthodologie de l'histoire sociale

Les relations familiales dans la France du xviiie siècle*

Une source, les conseils de tutelle1

Texte intégral

  • * « Les relations familiales dans la France du XVIIIe siècle : une source, les conseils de tutelle » (...)
  • 1 Cette présentation n’est que la première ébauche d’une analyse globale des actes de tutelle, qui d (...)

1Les relations humaines dans les milieux urbains de l’époque moderne sont difficilement perçues, quels que soient l’intérêt et la qualité des documents paroissiaux et notariaux. L’analyse des actes (ou des contrats) de mariage est la méthode la plus fréquemment retenue par les historiens de la société pour saisir de façon sérielle les rapports familiaux ou sociaux. En dehors du couple « mari-femme », le mariage met en scène des groupes « père-fils », « mari-beau-père », ou « père-beau-père », qui fournissent des indications précises sur les degrés de relations, sur l’importance de l’homogamie géographique, sociale, ou professionnelle. Ces études reposent cependant sur des documents dont la critique a été souvent faite : les titres, qualités et professions indiqués dans les textes n’ont pas toujours peut-être la rigoureuse précision que l’on souhaiterait. Elles supposent également une stabilité des destins individuels que l’on a peut-être tendance à exagérer pour certains milieux sociaux, à minimiser pour d’autres. Elles devraient aussi n’être utilisées que pour des sociétés dont on connaîtrait bien par ailleurs les structures démographiques, et le poids de chaque catégorie socioprofessionnelle, les méthodes employées pour définir ces groupes n’étant pas toujours assez rigoureuses. Sans oublier que la véritable histoire sociale ne peut se faire qu’avec l’utilisation simultanée de toutes les sources qui jalonnent la vie d’un individu, ou la généalogie d’une famille, nous voulons seulement ici présenter un document encore peu exploité par les historiens, qui apporte un complément d’une grande richesse au dépouillement des actes notariaux : les procès-verbaux des réunions des conseils de tutelle.

2Ces conseils sont convoqués le plus souvent après le décès d’un père de famille laissant des enfants mineurs. À la mort du père, la veuve est tenue de réunir les plus proches parents des enfants. Il y aurait nullité si l’on affectait de les exclure et de les remplacer soit par des parents plus éloignés, soit par des étrangers. Mais si les parents sont peu nombreux, peuvent être choisis des « voisins et amis » du défunt. Le conseil de tutelle, composé exclusivement d’hommes (la mère est présente, mais elle ne fait pas vraiment partie du conseil), comprend théoriquement au moins douze personnes ; il rassemble donc un nombre important d’individus qui sont unis soit par des liens familiaux, soit par des relations de voisinage.

3Une question préalable s’impose : quelle est la représentativité de ce type de document, telle qu’elle peut être estimée à partir d’un exemple local ? Un important dépouillement dans les archives départementales lyonnaises (série B – Sénéchaussée-Tutelles) fournit les éléments pour notre analyse. L’ampleur des données nécessite d’autres méthodes de traitement pour répondre à toutes les interrogations possibles, et nous voulons ici seulement esquisser quelques traits, et suggérer quelques approches.

LA PRÉSENTATION DE L’ÉCHANTILLON

4L’ensemble des dossiers de tutelle lyonnais a été dépouillé pour deux périodes d’inégale durée du XVIIIe siècle : quinze années de 1741 à 1755, et cinq années de 1775 à 1779 (tableau 1). L’étude repose sur un total de 1 225 dossiers, sur lesquels 1 103 ont été retenus pour l’analyse, l’identification socioprofessionnelle étant impossible dans 10 % des cas.

Tableau 1 - Répartition socioprofessionnelle de l’échantillon

Tableau 1 - Répartition socioprofessionnelle de l’échantillon

Nota. - Les tutelles sont classées en fonction de la profession du père des enfants

5L’échantillon ainsi défini appelle quelques remarques, destinées à mieux présenter sa valeur d’ensemble. La comparaison de la répartition entre les différents groupes socioprofessionnels pour les deux périodes montre une concordance plus que satisfaisante. Des écarts relativement importants n’existent que pour les deux premières catégories, et en sens inverse : les nobles sont proportionnellement plus nombreux dans la deuxième coupe, et les bourgeois moins représentés. Mais il s’agit des deux groupes numériquement les plus restreints, et les variations aléatoires sont naturellement plus fortes dans ce cas. Pour toutes les autres catégories, l’écart entre les deux coupes ne dépasse pas 7 %.

6Toutefois l’échantillon n’est pas absolument représentatif des familles lyonnaises. Il se caractérise par une certaine surreprésentation des membres des élites sociales, et, au contraire, par une minoration de la place des catégories populaires. Si l’on compare avec la répartition des contrats de mariage, dont on sait qu’à Lyon ils concernent la presque totalité de la population, on remarque en effet que les « élites sociales », de la noblesse à la bourgeoisie marchande, ne regroupent que 16 % des époux. Ici, ces mêmes catégories rassemblent 34,63 % du nombre des tutelles, environ le double de leur effectif réel dans la société. Au niveau du menu peuple, à l’autre extrémité de la hiérarchie sociale urbaine, la situation est exactement inversée : 12 % des contrats de mariage, 6,62 % des tutelles. La forme de cet acte juridique qu’est la réunion du conseil de tutelle, le fait que la tutelle n’est véritablement décidée que si la succession a quelque bien, la création après 1731 du Conseil charitable de Lyon qui fournit l’assistance judiciaire aux pauvres de Lyon, expliquent ce glissement social. La source apparaît donc comme médiocre pour les milieux populaires les plus défavorisés, mais elle est valable pour l’ensemble du monde de la soierie et de l’artisanat (72 % des contrats de mariage, 58,75 % des tutelles).

7Représentativité sociale donc, même imparfaite, mais il est plus difficile de se prononcer sur la représentativité démographique. Le nombre des tutelles ouvertes chaque année avoisine 60 pour l’ensemble de la période. Une minutieuse, mais lente, vérification dans les registres paroissiaux permet de connaître l’âge des Lyonnais dont le décès occasionne ouverture de la procédure de tutelle des enfants : entre 1750 et 1755 par exemple, il meurt en moyenne 330 hommes de 30 à 55 ans par an (âges retenus, compte tenu de l’âge moyen au mariage des hommes et de la majorité légale fixée à 25 ans). Il n’est pas possible que seulement 18 % de ceux-ci soient pères de famille chargés d’enfants encore mineurs, et que tous les autres soient célibataires, ou sans enfant mineur. Pourquoi une si faible proportion de tutelles ? Là encore une vérification dans les registres paroissiaux (et une comparaison avec les inventaires après décès, qui semblent souvent liés à l’ouverture des tutelles) reste indispensable pour mieux définir les critères de présence, et mieux connaître l’échantillon de population étudié. Ces lacunes soulignées ne sauraient conduire au rejet de cette source exceptionnelle. Ce premier dépouillement partiel fournit en effet pour plus de 1 100 familles lyonnaises du XVIIIe siècle un regard neuf sur l’environnement social et familial.

8Pour ces 1 100 familles, les conseils de tutelle réunissent en effet plus de 12 000 personnes, dont les liens avec les parents (ou les enfants) sont mentionnés avec beaucoup d’exactitude : plus de 5 600 parents, oncles et cousins surtout, plus de 6 400 amis et voisins. Pour tous, parents et amis, sont indiqués toujours l’âge, la qualité et la profession, souvent le domicile (nous avons éliminé des tableaux la catégorie « indéterminés », pour lesquels manquent les renseignements, mais ils sont toujours moins de 5 % des membres des conseils). Une certaine dégradation de la qualité de la source se produit au cours du XVIIIe siècle : la procédure de la tutelle d’office pour les familles pauvres évite le plus souvent la réunion, donc la description du conseil de tutelle. Ainsi le nombre moyen de personnes présentes par tutelle tombe-t-il de 11,97 entre 1741 et 1755 à 9,32 entre 1775 et 1779 (respectivement 5,65 et 4,37 parents, 6,31 et 4,94 « amis »). Mais cette diminution n’est imputable qu’aux tutelles d’office, et la plupart des autres actes reste conforme aux pratiques juridiques habituelles. Entre 1741 et 1755, le nombre de personnes présentes par conseil oscille entre 11,11 et 12,94 pour toutes les catégories socioprofessionnelles, avec souvent des moyennes très proches de la norme de 12, sauf pour les familles du menu peuple (9,08 seulement). Dans la seconde période, 1775-1779, la présence moyenne oscille entre 11,42 (professions libérales) et 14,73 (bourgeois) pour les élites sociales, alors qu’elle est toujours inférieure à 10 personnes pour les artisans et les ouvriers en soie, pour tomber à moins de 4 pour le menu peuple, le plus souvent objet de la procédure de la tutelle d’office. Ainsi, si le nombre des tutelles dans les milieux aisés ne varie guère en proportion d’une période à l’autre (31,4 % et 36 %) le nombre des parents et amis assemblés autour de ces familles augmente-t-il très sensiblement : 34,8 % de 1741 à 1755, 48,9 % de l’ensemble des membres des conseils de 1775 à 1779. Il faut retenir cette évolution pour mieux saisir la portée de notre analyse postérieure.

PARENTS ET AMIS : L’APPROCHE GLOBALE

9La relative unité de la source favorise une première vision des relations sociales révélées par la mort du père. La veuve, qui est dans la grande majorité des cas requérante (de même que le plus souvent elle est désignée comme tutrice), essaie de se réconforter par l’assemblée de ses proches, qui l’entourent en ce moment critique. Dans les procès-verbaux des conseils de tutelle s’inscrit une certaine vision de la famille, dont une étude précise est possible. Il serait intéressant de procéder à une analyse de vocabulaire appliquée aux formules employées pour désigner aussi bien le défunt que la mère, les enfants que les parents. Les termes sont le plus souvent stéréotypés, les formules parfois banales : le détail peut révéler plus de variété et d’originalité.

10Contentons-nous, avant la reprise sur ordinateur de l’ensemble du corpus (aussi bien caractéristiques des membres du conseil de tutelle – profession, âge, domicile, relations – qu’étude du vocabulaire), de quelques images encore assez générales, extraites d’abord de la sécheresse des chiffres. Nous sommes en milieu urbain, dans une ville dont on a pu mesurer la très grande mobilité, et l’importance des apports extérieurs pour la formation de la population. Dans les milieux populaires, dans la petite bourgeoisie de l’échoppe et de la boutique, dans l’atelier du canut, les enquêtes sociodémographiques ont toujours montré l’implantation récente des chefs de famille : toujours plus d’un non-Lyonnais sur deux dans les contrats de bourgeoisie marchande, et même pour la noblesse d’office ou de fonction, les apports extérieurs sont importants. Comment, dans ces conditions, la famille large, le groupe familial étendu pouvaient-ils exister ?

11Or les conseils de tutelle fournissent une première réponse, éloquente et sans ambiguïté. Le marchand, l’artisan, l’ouvrier en soie lyonnais, sont rarement isolés dans la grande ville. Leur vie sociale s’appuie encore largement sur une structure familiale large, que l’on ne croyait pas aussi nette, aussi importante dans une ville de permanente immigration. Entre 1741 et 1755, dans presque tous les milieux sociaux, la veuve semble pouvoir facilement réunir autour d’elle et de ses enfants cinq à sept parents, la moitié en gros du conseil de tutelle réglementaire.

Tableau 2 - Les parents dans les conseils de tutelle (coupe 1741-1755)

Groupe socioprofessionnel

Nombre moyen de membres par conseil

Nombre moyen de parents

Pourcentage de parents dans le conseil

Nobles

12,94

8,00

61,82

Bourgeois

11,11

7,02

63,19

Professions libérales

12,66

5,68

44,86

Marchands

12,24

6,60

53,92

Artisans

12,04

4,50

37,37

Alimentation

11,98

6,06

50,58

Métiers soierie

12,33

6,04

48,98

Menu peuple

9,08

3,32

36,56

Moyenne générale

11,97

5,65

47,20

12Le tableau 2 fait apparaître quelques nuances dans cette répartition générale. La norme est voisine de 50 % de parents (donc de 50 % de non-parents, voisins et amis, très légèrement majoritaires). La moyenne de parents par famille est proche de 6. Deux groupes sociaux sont assez nettement au-dessus de ces normes, les nobles et les bourgeois, deux autres assez nettement en dessous, les artisans et les familles des milieux les plus populaires (ces dernières, rappelons-le, étant sous-représentées dans l’échantillon). Pour les premiers, il n’étonne pas de voir nobles et bourgeois constituer de solides groupes familiaux. Il est même nécessaire dans ces familles de limiter la présence familiale, de rejeter les cousins du quatrième ou du cinquième degré, dont le conseil de tutelle n’a pas besoin, la famille collatérale proche étant encore très nombreuse. Mais la situation n’est pas fondamentalement différente pour les autres groupes. Une vision globale de cette première présentation statistique nous interdit d’apporter des nuances à l’intérieur de chaque groupe socioprofessionnel. Mais pour citer un exemple à l’intérieur du monde artisanal, l’ensemble des métiers de l’alimentation affiche une cohésion particulière, supérieure à celle de l’ensemble de son groupe, mais comparable à celle des ouvriers en soie, qui se montrent ainsi beaucoup moins isolés dans la ville qu’on ne le pensait. Remarquons enfin que les membres de ce que l’on peut appeler – malgré l’anachronisme – les professions libérales (hommes de loi et monde de la justice, médecins et personnels de santé, officiers roturiers, enseignants et artistes, ou les premiers titulaires de fonctions administratives) sont un peu en dessous des moyennes. Leur mobilité géographique est encore très grande, et leur sociabilité se présente déjà comme plus professionnelle que parentale.

13La seconde coupe, établie pour les années 1775-1779 (tableau 3), fait percevoir quelques modifications, plus que de simples nuances, même s’il faut répéter que l’usage de la tutelle d’office, devenu trop fréquent, tronque quelque peu les résultats.

Tableau 3 - Les parents dans les conseils de tutelle (coupe 1775-1779)

Groupe socioprofessionnel

Nombre moyen de membres par conseil

Nombre moyen de parents

Pourcentage de parents dans le conseil

Nobles

14,59

10,67

73,13

Bourgeois

14,73

8,27

56,14

Professions libérales

11,42

4,42

38,70

Marchands

12,08

8,78

56,12

Artisans

8,80

3,15

35,79

Alimentation

9,64

4,64

48,13

Métiers soierie

6,57

2,69

40,94

Menu peuple

3,57

1,38

38,65

Moyenne générale

9,32

4,37

46,88

14Plus que la diminution du nombre moyen de parents présents (alors que leur proportion sur l’ensemble de la composition des conseils reste stable), ce qui frappe est le creusement des écarts, et la division beaucoup plus nette de la société urbaine en deux groupes dont les formes de sociabilité apparaissent comme très différentes. Cette seconde approche statistique rend compte assez nettement d’une évolution rapide de la société urbaine. Alors que les élites semblent renforcer leur présence, sous la forme de groupes familiaux nombreux, puissants et en augmentation (ce qui est très net pour les nobles et les bourgeois, moins pour les marchands, dont le groupe est socialement plus hétérogène), à l’opposé l’isolement du ménage devient plus sensible, plus marqué dans les milieux de l’artisanat et dans le monde du travail. Le fléchissement est net partout dans ce groupe, particulièrement prononcé pour les ouvriers en soie, très marqué pour les artisans, sensible même dans le sous-groupe des métiers de l’alimentation qui nous avait paru encore bien encadré dans de solides liens familiaux au milieu du siècle. Seuls les membres des professions libérales connaissent une évolution contraire à celle du groupe social large des élites auquel ils doivent être rattachés (et cette appartenance est justifiée par la conformité du nombre moyen de personnes présentes aux conseils). Plus encore que dans la période précédente, il s’agit souvent de familles moins implantées dans le milieu local, plus isolées, en dehors de solides liaisons professionnelles.

15Des vérifications, une analyse plus fine et plus détaillée s’imposent avant de proposer une explication globale. Cependant on peut admettre que ces deux tableaux affirment la montée d’une coupure sociale qui s’aggrave à la fin de l’Ancien Régime. L’isolement plus grand des individus et des familles dans les milieux populaires a sans doute des raisons démographiques (accélération de la mobilité), mais il résulte aussi incontestablement d’un processus économique et social. La mainmise croissante des marchands fabricants sur la fabrique de soie, des négociants sur l’ensemble du commerce, même de détail, le relatif déclin de l’artisanat corporatif face aux attaques du libéralisme commercial, sont autant de causes de cet éclatement des solidarités familiales antérieures. Les plus entreprenants, les plus habiles, ont glissé vers le groupe des marchands. Les autres se replient dans une condition dépendante plus fréquente, qui attire plus les immigrants récents que les natifs de la ville : le large groupe familial s’est effrité, il résiste mal à des changements dont on avait rarement mesuré avec précision les conséquences à ce niveau.

QUELLE PARENTÉ ?

16Si nous limitons l’analyse au groupe parental présent dans les conseils de tutelle, une recherche plus fine de type généalogique devient indispensable pour préciser la signification générale de chaque situation individuelle. Soyons d’ailleurs conscients des limites imposées par les sources qui doivent être confrontées avec l’ensemble des renseignements livrés sur chaque famille par l’état civil et le notarial. En particulier il faut déplorer le caractère lacunaire et les insuffisances des indications sur le domicile des témoins (qui seraient importantes pour connaître l’inscription spatiale, au niveau de la paroisse ou du quartier, des solidarités perçues). Dans une grande ville comme Lyon, la grande majorité des présents sont lyonnais, et l’appel aux solidarités rurales du pays d’origine est rare. Il n’en est pas forcément de même dans des unités géographiques plus limitées, où le conseil de tutelle peut conserver le reflet de migrations récentes.

17Privilégiant une présentation statistique globale, quelques tableaux rassemblent les résultats concernant 1 006 conseils de tutelle de l’ensemble de la période et tentent de préciser progressivement la nature des liens de parenté entre les membres des conseils et les enfants dont la minorité a provoqué la procédure de tutelle.

Tableau 4 - Les degrés de parenté dans les conseils de tutelle

Tableau 4 - Les degrés de parenté dans les conseils de tutelle

Nota. - Les nombres indiquent les nombres moyens de parents présents dans les conseils de tutelle, par groupe socioprofessionnel et par type de parenté

18Trois niveaux constituent la majeure partie de cette parenté : les oncles, frères du défunt ou de sa veuve, les cousins germains (ou neveux du couple désuni), les cousins issus de germains enfin. Les grands-parents restent rares (conséquences aussi bien des migrations que de la mortalité), de même que la parenté par alliance (peu de beaux-frères ou de beaux-parents) ; la mention de parenté spirituelle est extrêmement rare, ce qui est peut-être une surprise dans cette société d’Ancien Régime (sur 12 000 participants à ces conseils de tutelle, 8 seulement sont désignés comme parrains).

19Au niveau général, le groupe des oncles l’emporte légèrement : 32,7 % des présents, devants les cousins germains (29,7 %), et les cousins issus de germains (23,9 %). Si l’on ajoute les grands-parents et les grands-oncles, la parenté ascendante des enfants mineurs reste toutefois inférieure à la parenté de même degré, ou de degré descendant (40 % pour les oncles et ascendants, directs ou collatéraux, 53,6 % pour les cousins). Deux lectures du tableau 4 sont possibles. D’une part, il est possible de mesurer la plus ou moins grande homogénéité de chaque niveau de parenté, par exemple la présence avunculaire, quel que soit le milieu social de la tutelle. En moyenne, chaque tutelle réunit deux oncles, et le plus souvent ensemble un oncle paternel et un oncle maternel. Ces oncles qui assistent la veuve (dont ils sont frère ou beau-frère) sont le plus souvent les porte-parole du conseil de tutelle. Seuls les membres du groupe hétérogène des professions libérales connaissent ici un décalage vers le bas vraiment important. Le classement du nombre moyen des oncles par conseil selon les catégories sociales (1. marchands, 2. bourgeois, 3. métiers de la soie, 4. artisans, 5. menu peuple, 6. nobles, 7. professions libérales) indique une stratification sociale inversée par rapport à la hiérarchie habituelle au niveau de ce degré de relation familiale. Au niveau des élites sociales, la noblesse et le monde des offices apparaissent comme plus coupés de leur famille directe, les frères des époux, que les bourgeois et les marchands. L’isolement d’un ménage dans la ville est rare même à l’intérieur des milieux artisanaux et populaires. Le plus souvent, au moins trois familles de même degré coexistent à Lyon et sont encore en relation. Pour les cousins germains, le classement subit déjà une importante modification : 1. bourgeois, 2. marchands, 3. nobles, 4. professions libérales, 5. menu peuple, 6. métiers de la soie, 7. artisans. Si le monde de la marchandise (et la bourgeoisie qui lui est intimement liée) occupe encore la première place, l’écart avec l’aristocratie de la naissance ou du talent s’atténue, alors que les milieux populaires sont rejetés au dernier rang. L’inversion est complète pour les cousins issus de germains. La solidarité familiale est encore très vive au niveau de la troisième génération dans la noblesse, elle est encore marquée pour la bourgeoisie et les groupes marchands, elle devient faible ou très faible pour les milieux populaires : 1. nobles, 2. bourgeois, 3. professions libérales et marchands, 4. métiers de la soie, 5. artisans, 6. menu peuple.

20Une deuxième lecture simplifiée du tableau 4 est alors possible ; elle dégage bien les stratégies familiales différentes selon les milieux sociaux, tellement apparentes qu’elles ne peuvent s’expliquer uniquement par des biais démographiques (il serait concevable par exemple d’émettre l’hypothèse que le faible nombre relatif d’oncles dans les tutelles de famille nobles serait le reflet d’un certain malthusianisme de la noblesse – hypothèse à mon sens bien hasardeuse...). Est-ce une surprise que de reconnaître une famille élargie, un véritable réseau familial dans la noblesse et la bourgeoisie, alors que le peuple des villes, moins isolé certes qu’on ne le dit souvent, est plus resserré dans un cadre familial plus étroit ?

21Le tableau 5 ne fait que reprendre le tableau 4 en présentant le classement dégressif des trois catégories parentales les plus nombreuses pour chaque groupe socioprofessionnel (1 pour la première place, 2 pour la seconde, 3 pour la troisième).

Tableau 5 - Classement des liens de parenté par catégorie socioprofessionnelle

Catégories socioprofessionnelles

Oncles

Cousins germains

Cousins Issus de germains

Nobles

3

2

1

Bourgeois

3

2

1

Professions libérales

3

1

2

Marchands

1

2

3

Artisans

1

2

3

Soierie

1

2

3

Menu peuple

1

2

3

Ensemble

1

2

3

22La hiérarchie moyenne (1. oncles, 2. cousins germains, 3. cousins issus de germains) est celle des groupes artisanaux et populaires. Elle est inversée pour les élites sociales à l’exclusion des marchands, qui se situent bien ainsi à la charnière de deux ensembles aux pratiques opposées. Les cousins germains sont presque la moitié des assistants dans les conseils de tutelle des familles nobles ; ils ne sont plus que le quart dans les tutelles de marchands, le dixième seulement dans les actes concernant le menu peuple.

23Dans l’ensemble, la parenté maternelle l’emporte légèrement sur la parenté paternelle (tableau 6).

24Dans cet ensemble, seule la noblesse au niveau des groupes sociaux, et les cousins germains pour les degrés de parenté sont des exceptions par rapport aux moyennes générales (et l’analyse précédente a montré la relation privilégiée entre ces deux groupes). Dans les familles nobles, la défense de la famille patrilinéaire l’emporte sur le désir de la veuve de se voir entourée de membres de sa propre lignée, mais il serait sans doute nécessaire de nuancer à partir des cas individualisés : pour 32 conseils de tutelle de familles nobles, assistent 30 oncles maternels (presque 1 par conseil), et seulement 16 oncles paternels ; au niveau des cousins issus de germains, la représentation est pratiquement inversée : 78 du côté paternel (2,5 par conseil), pour 41 seulement du côté maternel.

Tableau 6 - Parenté paternelle et parenté maternelle

Groupes socioprofessionnels

Parenté paternelle %

Parenté maternelle %

Parenté indéterminée %

Nobles

53,4

42,1

4,5

Bourgeois

41,4

50,4

8,2

Professions libérales

38,7

52,5

8,8

Marchands

40,5

50,9

8,6

Artisans

43,4

51,8

4,8

Métiers soie

44,4

48,3

7,3

Menu peuple

45,3

51,0

6,4

Moyenne

43,0

50,6

6,4

Tableau 7 - Parenté paternelle et maternelle selon les degrés de parenté

Parenté :

paternelle %

maternelle %

indéterminée %

Oncles

42,0

54,5

3,5

Cousins germains

42,6

46,4

11,0

Cousins issus de germains

49,5

43,6

6,9

Grands-pères

23,3

76,7

0

Grands-oncles

31,6

68,4

0

25Remarquons seulement combien s’aggrave la disproportion au profit des liens maternels pour ce qui est de la présence des générations ascendantes (tableau 7). Les grands-pères et les grands-oncles sont dans la proportion de près de trois contre un du côté maternel. Ici deux explications se joignent. La veuve, même si la mort de son époux en fait un chef de famille, cherche protection, aide et assistance auprès de sa famille propre : seul son père, ou un de ses oncles à défaut du père, peut résister à la pression de la famille de l’époux décédé, avec une autorité suffisante. Ainsi les grands-oncles maternels sont-ils particulièrement nombreux dans les groupes des élites sociales : 35 grands-oncles maternels contre 8 paternels pour l’ensemble des nobles, officiers et bourgeois, alors que dans les catégories populaires, l’équilibre est beaucoup plus grand (37 contre 25 par exemple pour les métiers de la soierie) : il est vrai qu’ici les intérêts à défendre sont d’une moins grande importance. Mais on peut également saisir à travers cette disproportion le résultat d’une pratique sociale développée : l’installation d’un nouveau couple auprès de la famille de l’épouse, alors que la mobilité des hommes est plus grande. Il y aurait ici l’indice d’un plus grand enracinement des femmes, et d’un certain relâchement des liens familiaux de ligne paternelle. Que soient nombreux les cousins germains, et plus encore les cousins issus de germains dans les groupes des élites, pourrait également signifier que ces attaches familiales ne sont pas sans effet sur les stratégies matrimoniales, sur le choix de la résidence, et peut-être même sur le choix de l’épouse.

26Ces quelques résultats sont une première approche. Le document rapidement analysé permet une étude beaucoup plus précise, par la mise en corrélation des indications socioprofessionnelles et des liens familiaux. La cohésion sociale de chaque famille et de chaque groupe apparaît comme un caractère fondamental dans la perception que fournissent les conseils de tutelle des réseaux de relation, aussi bien de chaque cellule familiale, que de chaque groupe social (et peut-être professionnel). Il n’y a jamais rupture entre le groupe « parents » et l’ensemble « non-parents », et il faut combiner ces deux éléments pour cerner la totalité des relations de sociabilité que révèlent les conseils de tutelle (sans oublier que le but est directement lié à la continuation de la famille à travers le devenir des enfants). Une étude plus détaillée est en cours, qui cherche à appréhender plus finement la variété et la profondeur de ces réseaux de relations : le conseil de tutelle est peut-être la seule source qui permette réellement une telle approche, au moins pour la fin de l’époque moderne.

Annexes

ANNEXE

L’homogénéité sociale des groupes familiaux

L’homogénéité sociale des groupes familiaux

L’homogénéité sociale au niveau des relations (le groupe des « amis »)

L’homogénéité sociale au niveau des relations (le groupe des « amis »)

Notes

1 Cette présentation n’est que la première ébauche d’une analyse globale des actes de tutelle, qui doit être précisée. Le caractère lacunaire de cette étude nous autorise à supprimer toute référence bibliographique concernant aussi bien les tutelles que la famille ou la parenté, objet d’une production importante chez les historiens, les sociologues, les anthropologues et les juristes ces dernières années.
Nous tenons cependant à remercier nos étudiants lyonnais qui ont rendu possible cette enquête, grâce aux importants dépouillements qu’ils ont réalisés dans le cadre de leur mémoire de maîtrise : Marie-Claude Paris et Suzanne Anthonioz, « Milieu familial et socioprofessionnel à Lyon au XVIIIe siècle, à partir des conseils de tutelle », Lyon, Centre d’histoire économique et sociale de la région lyonnaise, 1976, 166 pages ; Béatrice Clément et Catherine Cotte, « Les relations familiales et de sociabilité à Lyon au XVIIIe siècle, à partir des conseils de tutelle », Lyon, Centre d’histoire économique et sociale de la région lyonnaise, 1977, 112 pages. Guy Brunet, dans le cadre d’une thèse de 3e cycle sur la châtellenie de Saint-Trivier en Dombes, a dépouillé les conseils d’un canton rural au début du XIXe siècle, et les résultats de son travail permettent de précieuses comparaisons quant à la signification de la tutelle, et à son évolution.

Notes de fin

* « Les relations familiales dans la France du XVIIIe siècle : une source, les conseils de tutelle », dans Les actes notariés, source de l’histoire sociale. Actes du colloque de Strasbourg 1978, Strasbourg, ISTRA, 1979, p. 173-186.

Table des illustrations

Titre Tableau 1 - Répartition socioprofessionnelle de l’échantillon
Légende Nota. - Les tutelles sont classées en fonction de la profession du père des enfants
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/9955/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Tableau 4 - Les degrés de parenté dans les conseils de tutelle
Légende Nota. - Les nombres indiquent les nombres moyens de parents présents dans les conseils de tutelle, par groupe socioprofessionnel et par type de parenté
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/9955/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 119k
Titre L’homogénéité sociale des groupes familiaux
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/9955/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 146k
Titre L’homogénéité sociale au niveau des relations (le groupe des « amis »)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/9955/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 149k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540