Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Un historien dans la ville

 | 
Maurice Garden

I - Méthodologie de l'histoire sociale

Le contrat de mariage lyonnais*

Une source de l’histoire sociale du xviiie siècle

Texte intégral

  • * « Le contrat de mariage lyonnais : une source de l’histoire sociale du XVIIIe siècle », dans Actes (...)
  • 1 Adeline Daumard et François Furet, « Méthodes de l’histoire sociale. Les archives notariales et la (...)

1Le dépouillement des minutes notariales est devenu un élément important des recherches sociales. C’est à Paris que les premiers travaux d’ensemble ont été réalisés et les premiers résultats publiés. Les ouvrages et articles de Mlle Daumard et de M. Furet fournissent des exemples de méthode et exposent les premiers enseignements1.

2Parmi les actes notariaux, le contrat de mariage est à la fois un des plus simples, des plus complets, et des plus universellement employés dans la France du XVIIIe siècle. Le contrat de mariage lyonnais a-t-il la même valeur que le contrat parisien, présente-t-il des caractères originaux ? Des sondages assez importants dans les minutes lyonnaises nous permettent de présenter les premiers résultats de cette prise de contact. Il est bien évident que dans une perspective ainsi limitée nous ne pouvons prétendre présenter la société lyonnaise du XVIIIe siècle : les contrats de mariage ne peuvent en faire apparaître qu’une vue partielle. Il n’est aucunement question de limiter la population d’une ville à ses jeunes mariés, mais il faut essayer d’utiliser au maximum une sorte de document précis et fort répandu dans la société lyonnaise.

LES SOURCES : QUANTITÉ ET QUALITÉ DES CONTRATS LYONNAIS

  • 2 M. Messance, Recherches sur la population des généralités d’Auvergne, de Lyon, de Rouen, etc., Par (...)
  • 3 Abbé Antoine Lacroix, État des baptêmes, des mariages et des mortuaires de la ville de Lyon et des (...)
  • 4 Archives départementales du Rhône, série 58 Q 2 à 7.

3Quelle est la proportion de Lyonnais qui lors de leur mariage font rédiger un contrat chez leur notaire ? Cette première question nécessite des comptages nombreux, mais sa réponse est importante pour juger de la valeur d’ensemble du document utilisé. Au XVIIIe siècle même, deux auteurs ont publié des statistiques démographiques très complètes sur Lyon et la région lyonnaise. D’après Messance2, le nombre moyen des mariages pendant les années 1752-1761 est de 1 028 par an dans les paroisses lyonnaises (faubourgs de la ville compris). Pour l’abbé Lacroix, qui a présenté le relevé mensuel systématique de l’état civil lyonnais pendant vingt-cinq ans3, ce total moyen annuel est de 1 116 pour la période 1750-1774, avec une progression assez sensible pendant la deuxième moitié de cette période. Les comptages de contrats sont possibles de deux façons : avec les minutiers eux-mêmes (mais tous les répertoires des notaires ne nous sont pas parvenus et il faut souvent ouvrir les liasses pour faire les simples comptages) ou, à partir de 1763, avec les archives de l’Enregistrement4. Un sondage effectué dans les registres de l’Enregistrement fournit les résultats suivants pour une période de douze ans, de 1763 à 1774 : 14 109 mariages ont été célébrés à Lyon, 14 048 contrats ont été rédigés chez les notaires lyonnais.

4La comparaison de ces deux chiffres suffit pour souligner l’extrême fréquence des contrats à Lyon. Des comptages partiels effectués pour les années 1730-1750 et 1787 avaient déjà fourni des renseignements du même ordre et indiqué une fréquence des contrats supérieure à 95 %. Nous avons procédé à des sondages sur des périodes de trois ans, pour avoir à notre disposition une masse de contrats plus importante. Les résultats confirment dans leur ensemble ceux déjà avancés (les quelques différences de détail proviennent du fait que nous n’avons pas fait confiance aux répertoires, mais que nous avons systématiquement ouvert toutes les liasses pendant cette période de trois ans et dépouillé tous les contrats qu’elles contenaient).

  • 5 Archives départementales du Rhône, série 3 E. Les registres de Durand, notaire à la Charité, sont (...)

5Nous nous trouvons donc en présence d’une masse de contrats de mariage fort proche du chiffre même des cérémonies de mariage célébrées. Ajoutons que, pour les deux périodes qui seront utilisées, tous les notaires ont déposé, et qu’il ne manque qu’une vingtaine de contrats déposés chez le notaire de l’hôpital de la Charité5.

6Faut-il se flatter de pouvoir connaître par leurs contrats tous les mariés lyonnais ? Quelques restrictions sont peut-être nécessaires et plusieurs causes de détail faussent la statistique globale :

  • des contrats sont faits après le mariage ; les cas sont très rares avant la période révolutionnaire (deux par an environ), avec un seul exemple extraordinaire de parents qui rédigent un contrat trente ans après leur union, le jour où ils accompagnent leur fille chez le notaire pour le mariage de celle-ci !
  • des contrats peuvent être annulés ; la promesse de mariage contenue dans l’acte notarié rend ces ruptures difficiles et rares (une sorte d’amende est prévue en cas de rupture du contrat par le fait de l’un des deux futurs conjoints). Les quelques exemples rencontrés montrent des accords à l’amiable entre les parties, avec le cas échéant remboursement de la dot si elle avait été payée dans l’étude du notaire. Un classement alphabétique (double : un pour les hommes, un pour les femmes) est nécessaire pour retrouver ces cas de double contrat pour un seul personnage. Une telle vérification est bien délicate, vu la fantaisie de l’orthographe des noms propres, et même celle des signatures. Nous avons trouvé trois contrats pour un même homme et en tout une trentaine de cas semblables pour les 3 000 contrats des années 1749-17516 ;
  • il faudrait enfin, pour s’assurer de la réalité de cette fréquence des contrats, opérer un dépouillement des registres paroissiaux et comparer les index alphabétiques ainsi obtenus (en tenant compte des décalages de date entre le contrat et le mariage – les contrats de décembre d’une année correspondant à des mariages de janvier de l’année suivante).
  • 7 Les statistiques démographiques sont empruntées à l’abbé Lacroix, État des baptèmes..., ouvrage ci (...)

7Devant cette remarquable fréquence des contrats, on est en droit de se demander si des Lyonnais qui se marient peuvent échapper à nos recherches. Deux causes peuvent encore exister : les pauvres peuvent-ils rédiger des contrats onéreux ? Nous verrons que les apports très faibles ne manquent pas dans les liasses notariales. Quelle est la proportion de Lyonnais qui se marient hors de Lyon ? Pour obtenir une image réelle de la société urbaine, il serait bon aussi de savoir quelle est la proportion de Lyonnais qui se marient, et quelle est l’importance des célibataires. La démographie urbaine est ici encore un moyen de contrôle indispensable, mais combien difficile à réaliser. Pour la période 1750-1774 déjà citée, les registres paroissiaux contiennent 27 900 mariages – soit 55 800 nouveaux mariés. Pendant une même période moyenne de vingt-cinq ans naissent 130 000 enfants à Lyon. Compte tenu des 40 000 enfants qui meurent avant l’âge de 20 ans, et de tous les enfants envoyés en nourrice à la campagne et qui n’en reviennent pas, il reste cependant entre 70 000 et 80 000 personnes en âge de se marier. Si l’on enlève les veufs qui se remarient et les jeunes époux non lyonnais qui célèbrent leur mariage à Lyon, ce n’est guère plus de la moitié des personnes en âge de se marier que l’on retrouve dans les registres paroissiaux. C’est sans doute là la plus grave objection que l’on puisse faire à l’étude des contrats de mariage comme moyen de saisir une société urbaine dans son ensemble7.

  • 8 Archives d’État de Genève. Exemples de futurs conjoints lyonnais : chez Jean-Louis Delorme (vol. X (...)

8Quant aux Lyonnais qui contractent mariage hors de Lyon, il est difficile d’en évaluer le nombre. Des sondages faits dans les liasses des notaires royaux du Lyonnais sont restés infructueux. Nous avons feuilleté sans beaucoup plus de succès les volumes des notaires genevois, mais nous n’y avons découvert que de bien rares Lyonnais8. La coutume est de rédiger le contrat dans la paroisse de la future épouse. Cette coutume est difficilement respectée dans la ville de Lyon même (importance des relations de famille, du notaire de la famille du futur ou parfois du notaire du patron quand la future est domestique ou employée ; enchevêtrement des paroisses lyonnaises et concentration géographique des notaires lyonnais dans les paroisses peu peuplées de la rive droite de la Saône). Il est possible de faire un rapprochement avec les futurs époux non lyonnais qui font appel à des notaires lyonnais. En 1728-1730, nous avons relevé 310 contrats de non-Lyonnais sur 2 730 et, en 1749-1751, 355 sur 3 015, soit pour ces six années moins de 12 % d’étrangers qui rédigent leur contrat dans la ville. Ces étrangers sont pour la plupart des paysans ou vignerons ou artisans des villages et bourgs de la région lyonnaise. Beaucoup d’entre eux épousent une future qui demeure à Lyon : 145 sur 310 en 1728-1730, et 196 sur 355 en 1749-1451 ; ce sont pour la plupart des habitants de la campagne qui ont conservé des relations avec des filles de leur village venues chercher du travail dans la ville. Si une partie de ces «  étrangers » repartent dans leur paroisse, et cela est marqué souvent par l’appel aux coutumes des paroisses voisines, Bresse, Dauphiné et Bourgogne, selon les règles desquelles sont rédigés les contrats, il n’est pas sûr qu’une autre partie ne reste pas à Lyon après leur union. Peut-on croire que des filles qui ont vécu et travaillé de longues années à Lyon acceptent de repartir vaquer à des travaux agricoles dans leur campagne après leur mariage ? En tout cas, il ne semble pas que le nombre de Lyonnais qui se marient hors de Lyon excède ces étrangers venus momentanément dans la ville. S’il est normal que les villageois soient attirés par la ville, il est beaucoup moins probable que les citadins aillent à la campagne rédiger leur contrat. Pour les années 1749-1751, les notaires lyonnais ont rédigé les contrats de quelques Stéphanois, de quatre Grenoblois, de Mâconnais, de plusieurs des habitants des bourgs proches, Condrieu, Trévoux, Saint-Chamond ou Montluel, mais deux Marseillais seulement, et pas un seul Parisien en trois ans. Ces observations permettent de croire que les Lyonnais qui partent rédiger des contrats à l’extérieur ne doivent pas être très nombreux.

9Quels sont les enseignements qui peuvent être demandés à l’examen des contrats de mariage ?

10Les recherches parisiennes ont défini les différents points qui peuvent être retenus comme direction d’étude. Dans leur rédaction (en dehors des divergences des coutumes locales), une seule différence notable par rapport aux contrats parisiens : c’est la rareté des indications du nom de la profession des témoins. Leur nombre restreint rend impossible leur étude systématique et c’est enlever un élément intéressant de ces études de contrats.

11L’emploi de fiches imprimées nous a permis de classer à part les trois catégories de renseignements principaux fournies par le dépouillement des contrats :

  • les renseignements concernant l’état civil et la profession des futurs et de leurs ascendants (en particulier le fait que les parents soient encore vivants au moment du contrat de leurs enfants : nous verrons que cela a une grande importance au moment de la constitution de la dot) ; ces données d’état civil réclament une comparaison permanente avec les registres paroissiaux, au moins pour l’âge au mariage, à peu près constamment indiqué dans ces registres à partir de 1736, alors que les notations « majeur » ou « mineur » sont bien imparfaites chez les notaires (très souvent, des futures même majeures contractent mariage avec le « consentement » ou même «l’autorité » de leur père). L’état civil permet de retrouver l’origine géographique et les antécédents professionnels des futurs époux, de préciser les données sociologiques du choix des époux ;
  • le niveau d’instruction au moins approximatif des futurs avec leur signature ;
  • les apports enfin. Ce sont eux qui nous retiendront maintenant : les autres données sont communes aux contrats et aux registres paroissiaux (ils sont ainsi vérifiables les uns par les autres). La valeur des apports au mariage est naturellement ce qui permet de connaître le niveau de vie des divers époux, sinon en soi, du moins par comparaison les uns avec les autres.

LES APPORTS AU MARIAGE : LE PROBLÈME DE LA DOT

  • 9 Le 7 mars 1728, chez Hodieu, 3 E 5813.

12Ce qui surprend d’abord, c’est la modicité des apports lyonnais. Pour les trois années 1728-1730, l’apport le plus considérable est de 160 000 livres9, et encore ne s’agit-il pas d’un époux lyonnais, mais d’un noble forézien capitaine dans les armées royales. Où sont les millions de livres enregistrées dans les contrats parisiens du milieu du siècle ? Il est vrai que ces années 1728-1730 font suite à un dure période économique pour Lyon : les faillites se sont succédé en 1715-1716, puis avec la liquidation de la période Law. La stabilisation monétaire de 1726 a momentanément fait disparaître l’argent liquide et les espèces. Mais les sondages postérieurs ne sont guère différents. Même s’il y a une progression des apports en général, les dots supérieures à 100 000 livres restent très rares.

13Deux explications sont possibles. Ou bien la fortune lyonnaise est vraiment très inférieure à la fortune parisienne en ce XVIIIe siècle. C’est fort probable. La noblesse lyonnaise est rare et besogneuse, alors que la noblesse parisienne occupe encore les premiers rangs de la fortune. Il n’y a pas de grands officiers civils, hormis les trésoriers de France au bureau des Finances de Lyon. Les négociants enfin, nombreux à Lyon, ne sont plus les maîtres du commerce français.

14La deuxième hypothèse est plus subjective : on pourrait évoquer un quelconque esprit lyonnais qui cache l’importance de la fortune surtout dans les actes officiels, chez les notaires. Il est bien difficile de répondre à cette question avec les seuls contrats de mariage. Quelques sondages dans les inventaires après décès semblent confirmer l’absence de grandes fortunes dans la ville de Lyon.

15La fréquence des contrats ne semble pas confirmer cette réticence lyonnaise devant les notaires. Et la fréquence des apports indiqués est non moins remarquable. Notre premier sondage, opéré en 1728, montrait une assez grande quantité de contrats sans indication d’apport (20 % des contrats). Mais à partir de cette année, le nombre de ces contrats diminue sensiblement : pour les trois années 1728-1730, on compte 273 contrats sans apport sur 2 730 contrats, soit exactement 10 % ; en 1749-1751, 80 contrats sur 2 661, soit 3 % seulement. Est-il possible d’ailleurs d’affirmer que cette mention sans apport implique une volonté de cacher la fortune ?

16Les contrats lyonnais comportent donc le plus souvent une mention précise des biens qui formeront la fortune des futurs époux. Quelle est la signification de ces apports ?

17Les apports sont indiqués dans 90 ou 97 % des contrats lyonnais. Il serait possible d’objecter que ces apports sont uniquement le fait des épouses et non des futurs époux. Le contrat de mariage sert traditionnellement à fixer le montant de la dot féminine, et comment pourrait-on utiliser ces documents en se servant des dots féminines pour définir le niveau social des maris ? Cette objection, peut-être valable pour le Paris du XVIIe siècle, l’est beaucoup moins pour le Lyon du XVIIIe. Pour donner une statistique globale, sur les 2 578 contrats de 1749-1751 comportant des apports (dans les statistiques, on ne donne plus que les contrats entre futurs lyonnais, excluant les futurs époux extérieurs à la ville), 338 seulement de ces apports sont constitués par la seule dot féminine (13 %). Le contrat n’est donc pas le simple reflet des fortunes féminines.

18Deux réalités différentes sont à distinguer dans ces apports : les dots constituées par les parents et les apports personnels des futurs.

19Le vocabulaire est souvent imprécis. Les apports féminins sont toujours des dots quand ce sont les parents qui les constituent aussi bien que quand ils sont formés par des apports personnels. La formule la plus employée est la suivante : «  La future se constitue en dot tous ses biens et particulièrement... [suit le chiffre de la constitution]. » Le mot dot sert seulement à préciser quel sera le sort des biens de la femme en cas de dissolution du mariage (ils s’opposent alors aux biens paraphernaux que peut se réserver la femme ; mais l’usage des paraphernaux est très rare en Lyonnais : pour tous les contrats de 1749-1751, deux fois seulement la future se réserve tous ses biens en paraphernal). Et pourtant le mot « dot » peut recouvrir des réalités différentes (y compris ce qui est donné par ses parents au futur mari). Pour savoir si le chiffre de la dot peut donner des renseignements sur le niveau de fortune des époux, il est nécessaire de savoir qui paye la dot.

  • 10 Les termes varient d’un notaire à l’autre. Par exemple, chez Fromental (3 E 5116) il est parlé de (...)

20Or, contrairement à ce que l’on pense généralement, la dot n’est pas une somme avancée par les parents à la future épouse, ou, si c’est cela, c’est dans un petit nombre de cas seulement. Bien plus souvent, la dot est la valeur réelle des biens que possèdent les deux conjoints au moment où ils fondent leur ménage. Les filles se constituent en dot en effet leurs « gains et épargnes », et cela à une époque où le travail féminin est des plus répandus. En 1728, 1729, 1730, les indications de profession féminine sont rares et imprécises ; elles sont plus nombreuses en 1750, elles le deviennent de plus en plus dans la période précédant 1789. Mais cela ne signifie pas que les filles ne travaillaient pas auparavant. Très souvent l’état civil n’indique aucune profession, mais, dans le paragraphe concernant les apports, le notaire précise que «  la future se constitue x livres, provenant de ses gains et épargnes10 », et il ajoute souvent la mention « depuis tant d’années qu’elle exerce tel métier dans la ville de Lyon », ou « depuis tant d’années qu’elle vit séparée de ses parents ». Pour l’ensemble des sondages effectués, les gains et épargnes constituent la majorité des apports féminins. D’autres apports, sans être des économies personnelles, ne sont pas non plus des dots constituées. Les veuves par exemple se constituent tous leurs biens, c’est-à-dire la succession de leur premier mari. Les biens des veuves ne sont pas toujours aussi précis que ne le laisse supposer la pratique des inventaires après décès. Nous verrons surtout que les apports des veuves ne sont pas toujours plus importants que ceux des filles. Il est possible d’autre part que soient cumulées des dots de deux provenances : les parents et les gains personnels. Dans l’ensemble, les parents interviennent dans moins de 20 % des contrats que nous avons dépouillés. Le cas le plus délicat est celui des filles orphelines de père et de mère pour lesquelles les notaires ne précisent pas l’origine des apports. Il est probable que l’héritage de leurs parents entre dans ces constitutions, mais les notaires ne l’indiquent pas. De toute façon, ces héritages doivent être bien modestes quand les apports eux-mêmes sont faibles (dans quelques cas de filles mineures orphelines, la part dans la succession des parents est précisée parce qu’un frère ou une sœur aînés doivent payer sa « légitime » à la future). Aussi doit-on estimer que les apports féminins représentent bien en quelque sorte le niveau de vie du jeune ménage. Combien de fois la veuve explique-t-elle qu’elle se constitue tous les biens laissés par son défunt mari, et que ces biens sont très insuffisants pour rembourser la constitution dotale de son premier mariage ! Et ce qu’apportent les femmes, c’est ce avec quoi vivaient les ménages des veuves, c’est ce qui permettra au nouveau ménage de s’établir. Ces gains et épargnes ne sont guère variés : c’est le trousseau, la garde-robe garnie, ou le coffre garni (il est bien difficile de distinguer entre les trois expressions). Ce sont les ustensiles et les marchandises du petit commerce qu’exerçait la future, ou des dettes actives plus rarement. C’est assez souvent, même pour les plus petits apports, de l’argent liquide. La présence de cet argent est plus délicate à expliquer. Elle n’est pas toujours exactement évaluée (« la future se constitue en dot... 300 livres tant en argent qu’en la valeur de ses effets » : que signifie le mot « tant » ?), elle l’est souvent toutefois. Il semble que les femmes travaillant à Lyon, ou domestiques ou ouvrières en soie, ne recevaient pas régulièrement leurs gages (les testaments, bilans ou inventaires de leurs employeurs en témoignent). Tous les arriérés sont payés comptant lors du mariage. C’est une façon pour la femme de faire des économies.

21Quant aux apports du mari, ils sont encore de nature différente. Les dots constituées par les parents sont rares, sauf dans deux cas précis : les très grosses fortunes, ou le cas des futurs dont les parents sont encore à la campagne, pour les jardiniers des faubourgs également. Dans ce cas, les parents font souvent donation de leurs biens au futur, le tout assorti d’un certain nombre de charges et de conditions. Les apports du futur dans la grande majorité des cas ne sont pas des dots, mais une simple évaluation de leurs effets, bien meubles et économies. Cette évaluation n’est portée au contrat qu’à titre accessoire, et c’est une déclaration du futur époux. « Le futur déclare que tous ses biens actuels consistent en ses nippes et hardes d’une valeur de 80 livres », ou « Le futur se constitue tous ses biens dont la valeur n’excède pas 150 livres ». Le détail de la composition de ces apports est rarement indiqué. Plusieurs remarques s’imposent à propos de ces déclarations de biens. Pour les très petits apports, les biens des deux conjoints sont souvent réunis dans la même déclaration : «  Les futurs déclarent que leurs biens actuels n’excèdent pas la somme de 99 livres. » Dans la plupart des contrats, les apports du mari sont plus faibles que ceux de la femme. Pourquoi ? Nous avons formulé une hypothèse pour expliquer la présence fréquente d’espèces dans les dots. Ces espèces sont beaucoup plus rares dans les biens des futurs. Il semble, ici encore, qu’une explication de psychologie sociale ne soit pas à repousser. Le régime dotal lyonnais impose l’apport d’une dot par la femme, et dans les familles pauvres les filles travaillent avant leur mariage pour réunir ce trousseau et ces économies qu’elles se constituent en dot lors de leur mariage. Cette nécessité de la dot explique peut-être pourquoi les femmes ont des économies plus fortes que les hommes.

22On pourrait objecter que les déclarations des futurs sont des chiffres conventionnels, et sans valeur. Certes, il peut sembler y avoir peu de variété dans les biens des futurs époux. Beaucoup de maris apportent 20, 40, ou 80 livres. Des préoccupations fiscales jouent un rôle. Les apports sont plus souvent 99 livres que 100 livres. Les notaires indiquent parfois 100 livres moins 1 sol. Mais même pour ces valeurs faibles, il y a plusieurs niveaux, et la répartition des contrats par niveau de fortune (les deux conjoints réunis) montre que les apports des époux augmentent parallèlement à ceux des femmes, à un niveau inférieur seulement. Les apports inférieurs à 100 livres deviennent rares quand les femmes apportent plus de 500 livres, et très rares quand les dots sont supérieures à 1 000 livres. Il semble donc que les apports féminins comme masculins désignent bien le plus souvent un niveau de fortune réel au moment du mariage.

23Quant aux dots données par les parents, nous avons souligné leur rareté, même pour les femmes. Leur signification est plus ambiguë ; la dot serait presque plus utile pour connaître la fortune des parents que pour celle des jeunes mariés, d’autant plus que la dot est le plus souvent donnée à une fille qui ne travaille pas. Deux remarques semblent nécessaires : les dots sont souvent le lot de futures épouses mineures (80 % des dots en 1749-1751), et les dots sont très rares dans les apports en dessous de 500 livres (moins de 5 % pour la même période) ; elles deviennent de plus en plus fréquentes aux niveaux supérieurs. S’il y a un problème d’estimation des apports, c’est donc uniquement pour la partie la plus aisée de la population lyonnaise, pour la minorité dont les apports sont supérieurs à 1 000 livres.

24Cette réserve faite (et il faut arriver au niveau supérieur à 10 000 livres pour que les dots soient aussi nombreuses que les constitutions d’épargnes), ce qui caractérise les contrats lyonnais c’est justement cette unité des apports, ce qui permet de les comparer entre eux.

LES APPORTS AU MARIAGE ET L’ÉTABLISSEMENT DE COUPES DES NIVEAUX SOCIOPROFESSIONNELS

25Deux méthodes différentes sont possibles pour classer les contrats selon le montant des apports au mariage : partir de catégories socioprofessionnelles préalablement établies, ou opérer des classements des apports selon leur valeur sans se préoccuper des professions.

26Les deux tableaux ainsi obtenus peuvent être à deux entrées et se recouper l’un l’autre. Il est plus normal d’employer la deuxième méthode qui guide ensuite la classification socioprofessionnelle. Si une catégorie professionnelle est dominante à un certain niveau de fortune, il est logique de l’isoler, ce qu’une coupe professionnelle préalable ne ferait pas. Cela permet de serrer de plus près la réalité sociale d’une communauté urbaine.

27Dans la masse des contrats, il ne peut être évidemment question de dépouiller l’ensemble de ces contrats sur une période d’un siècle. Des sondages sont nécessaires. Nous avons procédé pour Lyon à des coupes de trois ans chacune. Pourquoi trois ans ? Sur une période de trois ans, l’ensemble des contrats dépouillés est voisin de 3 000. Sur un tel chiffre peuvent être opérés des classements qui ne risquent pas d’oublier une catégorie professionnelle, ce que des coupes annuelles à Lyon pourraient faire. Des transformations sont possibles d’une année à l’autre pour les professions peu nombreuses, celles-là même dont l’importance économique est parfois la plus grande.

28Coupes de trois ans, au pluriel disons-nous. En effet, on ne peut obtenir une image réelle de la société urbaine par une seule coupe, même si elle est répartie sur plusieurs années. L’intérêt de ces sondages est grandement augmenté s’il est suivi de comparaisons entre des périodes distantes d’une vingtaine d’années. Cela ajoute à des tableaux trop statiques la possibilité d’entrevoir une évolution de la société urbaine entre les deux époques considérées. Les différences entre deux coupes seraient alors un bon miroir de l’évolution d’une ville : n’oublions pas que ces coupes font paraître des hommes jeunes en majorité, au moment de leur mariage, et qu’une évolution marquée au niveau du mariage est un bon témoin d’un changement plus général. Pour le découpage des niveaux de fortune, il suffit de se laisser diriger par les sources elles-mêmes : celles-ci imposent les niveaux où se font les coupures. Non pas qu’il y ait forcément grande différence entre les époux qui se constituent 150 livres et ceux qui apportent 99 livres dans leur contrat : il est possible de rapprocher les niveaux voisins, mais il faut chercher à trouver des paliers qui forment des groupes numériquement proches les uns des autres.

29À titre d’exemple, nous présenterons ainsi les résultats obtenus pour deux coupes lyonnaises, en 1728-1729-1730 (tableau 1), et en 1749-1750-1751 (tableau 2). Nous nous permettrons quelques comparaisons avec les tableaux publiés par Mlle Daumard et M. Furet pour la société parisienne en 1749, pour souligner combien de tels tableaux peuvent rendre compte de l’originalité des structures urbaines d’une ville à l’autre en ce milieu du XVIIIe siècle.

30La quantité des apports faibles à Lyon justifie l’emploi de niveaux nombreux en dessous de 500 livres. Nous avons adopté jusqu’à cette somme des catégories de 100 livres en 100 livres, puis deux catégories de 500 à 1 000 livres. La faiblesse numérique des apports supérieurs à 1 000 livres permet de réduire à quatre seulement : de 1 000 à 2 000 livres, de 2 000 à 5 000 livres, de 5 000 livres à 10 000 livres, puis tous les apports supérieurs à 10 000 livres.

Tableau 1

Tableau 1

Nota. - Dans ce tableau, seuls ont été comptés les futurs époux de Lyon et des faubourgs, à l’exclusion de tous les futurs non lyonnais, même épousant des filles domiciliées à Lyon

31Un tel tableau met en lumière l’extraordinaire différence entre Paris et Lyon en cette première moitié du XVIIIe siècle. Il est possible de résumer ces oppositions dans un deuxième tableau plus général et encore plus évocateur.

32Ces deux tableaux font ressortir la modicité des apports, nous pouvons dire des fortunes lyonnaises, et la richesse parisienne. Les petits apports lyonnais sont en pourcentage cinq fois plus nombreux que les parisiens, les apports moyens deux fois moins nombreux, et les hauts apports quatre fois plus rares. Ces simples chiffres des apports au mariage soulignent l’opposition entre Paris et la province en ce milieu du siècle. Toute la fortune semble rassemblée entre les mains des Parisiens. D’autres coupes à la même période pour d’autres villes de province corrigeraient peut-être cette impression.

33Mais en dehors de cette opposition Paris-province, le tableau 1 permet de saisir les transformations entre les deux coupes lyonnaises.

34Ce troisième tableau marque le léger enrichissement de 1730 à 1750. Les catégories les plus pauvres diminuent tant en nombre absolu qu’en pourcentage, les catégories les plus élevées augmentent légèrement.

35On ne sait pas avec cette coupe si ce lent déplacement vers les niveaux supérieurs traduit une hausse de niveau de vie ou une hausse des prix pendant cette période. Mais cette constatation donne une valeur plus grande à l’étude économique des contrats de mariage. Si les apports au mariage enregistrent ces variations de prix, c’est qu’ils ont une valeur à la fois générale et particulière : leur dépouillement n’est pas inutile pour signaler les transformations économiques d’ensemble au cours du siècle.

36Avant d’entreprendre l’étude des catégories professionnelles à l’intérieur de chaque niveau de fortune, deux autres indications d’ensemble peuvent être intéressantes. À chaque niveau de fortune, quelle est la proportion des futurs époux veufs ou veuves ? Quel est le pourcentage des dots apportées uniquement par la femme, sans que soient évaluées les constitutions des futurs ?

37Le tableau 4, fait en éliminant les mariages entre deux veufs (reportés dans la colonne des veufs et celle des veuves – pour la première coupe, 123 mariages entre veufs et pour la deuxième, 112), montre d’abord une remarquable stabilité pendant cette période. Pour la première période, il y a 867 veufs ou veuves sur 4 840 époux, soit 17,5 % du total, et pour la seconde 896 veufs ou veuves sur 5 316 époux, soit exactement 17 % au total (cette légère diminution traduit-elle déjà une certaine amélioration de la situation démographique ?).

38Mais ce qui est non moins important, c’est la présence de veufs et de veuves à tous les niveaux de fortune. Le fait qu’il y ait plus de veufs que de veuves n’est pas pour nous étonner. Par contre, il est à remarquer que la proportion varie d’une catégorie à l’autre entre les hommes et les femmes.

39Dans l’ensemble, les veufs sont plus nombreux que les veuves, mais cela est vrai aux niveaux moyens de fortune. Aux deux extrémités des tableaux, nous voyons au contraire le nombre des veuves augmenter proportionnellement plus vite que celui des époux contractant un second mariage.

40Les veuves ne sont pas toujours de riches veuves ! La catégorie dans laquelle elles sont le plus nombreuses est celle des niveaux de fortune très bas, et cette pauvreté des veuves traduit bien l’échec social de beaucoup de ménages. Ici encore un appel aux registres paroissiaux serait nécessaire. Ces veuves ne sont souvent pas très jeunes, et les veuves de plus de 40 ans ne sont pas rares à Lyon en ce XVIIIe siècle. Après un premier mariage qui a duré plus de dix ou quinze ans parfois, les veuves n’ont rien d’autre à apporter lors de leur second contrat que quelques misérables nippes et hardes sans aucune valeur. Certes ce n’est pas le cas de toutes : nombreuses aussi (mais moins que les précédentes) sont celles qui apportent une somme assez importante dans leur contrat : les restes de leur premier mariage. Ce sont celles qui ont partiellement réussi. Parfois, les contrats précisent alors que la veuve se constitue et ses dûs du premier mariage (sa dot précédente, la succession de son mari) et les économies qu’elle a réalisées depuis la mort de celui-ci. La veuve en effet n’est pas à part dans la société lyonnaise. Elle continue le plus souvent l’entreprise du mari. Son deuxième mariage est même souvent expliqué par la nécessité de s’adjoindre un homme pour les gros travaux ou pour la comptabilité... Nous avons été surpris par le nombre très élevé de veuves ne sachant pas signer malgré une profession commerciale et des apports assez importants.

41Quant aux veufs, si nombreux dans les niveaux intermédiaires, il serait intéressant de savoir combien ont des enfants de leur premier mariage. Ni les contrats, ni les registres paroissiaux ne contiennent des indications précises à ce sujet. C’est pourtant sûrement une cause fréquente de remariage des hommes.

42S’il y a des différences notables d’un niveau à l’autre pour les proportions de veufs parmi les futurs conjoints, ces différences sont encore plus marquées si l’on regarde quelle est la part des apports constitués uniquement par les constitutions des femmes (pour la période 1749-1751).

43La moyenne générale pour cette période étant de 13 %.

Tableau 6

Niveau de fortune

Nombre d’apports uniquement féminins

Pourcentage par rapport au nombre total de contrats

Moins de 100 livres

22

5

De 100 à 500 livres

109

14,25

De 500 à 1 000 livres

57

10

De 1 000 à 2 000 livres

48

12,2

De 2 000 à 5 000 livres

42

19,6

De 5 000 à 10 000 livres

24

27,25

Plus de 10 000 livres

36

30

44En dessous de 100 livres, les contrats font bien rarement la différence entre les deux époux. Les formules varient : les biens sont évalués à une somme globale, ou les apports sont de 40 livres chacun, parfois la part de chacun est détaillée. Entre 100 et 500 livres, les femmes sont assez souvent seules à avoir des apports évalués. Il semble que le plus souvent l’absence de déclaration du futur cache une absence totale de biens, le futur ne prenant pas la peine d’estimer ses nippes et hardes. À partir de 500 livres, le nombre des constitutions de femmes augmente progressivement d’un niveau à l’autre pour former près du tiers des contrats au-dessus de 10 000 livres. Cela rejoint notre remarque précédente sur les constitutions de dot par les parents. C’est à ce niveau également qu’elles deviennent proportionnellement plus nombreuses.

  • 11 C’est le cas de 5 contrats sur 80, en 1749-1751 ; par exemple : chez Bouvier (3 E 3059), 6 décembr (...)
  • 12 Chez Moreau(3 E 6608), 20 février 1751, un avocat en Parlement assure 2 000 livres de bagues et jo (...)
  • 13 Chez Armand (3 E 2532), 14 avril 1751, et quittance chez le même le 20 octobre 1751.

45Il serait intéressant également de savoir dans quelle mesure les contrats sans apport peuvent être assimilés aux apports faibles. Dans leur travail sur Paris les auteurs le proposent. Pour Lyon, une vérification superficielle semble le justifier également. En 1728-1730 par exemple, nous avons compté tous les futurs époux susceptibles d’être rangés dans une catégorie des ouvriers à la fois pour les apports très faibles et pour les contrats sans apport. Ils forment chaque fois un peu plus de la moitié de ces contrats (218 ouvriers sur 432 contrats inférieurs à 100 livres et 113 sur 224 contrats sans apport). Toutefois, certains de ces contrats sans apport cachent parfois des fortunes beaucoup plus importantes. Il est possible parfois de les déceler à travers des indications concernant les dons de survie, les douaires, ou les augments11. Il est bien évident que les futurs qui se font des augments de 25 000 livres ne font pas partie de la partie pauvre de la société lyonnaise, pas plus que ceux qui assurent 2 000 livres de bagues et joyaux à leur future même si le contrat ne comporte pas d’autres indications d’apports12. Dans un autre cas, nous avons trouvé le mariage d’un colporteur en toile, dont le contrat ne comporte aucun apport, mais la même liasse du notaire comprend une quittance de dot de 6 000 livres enregistrée quelques mois après13. Dans un certain nombre de cas, néanmoins limités, les contrats sans apport ne peuvent pas être assimilés entièrement aux apports très faibles. Mais ici les indications professionnelles permettent souvent de faire la différence. Les futurs qui assurent des biens de survie importants à leur épouse sont en 1749-1751 deux nobles avocats en Parlement, un capitaine de cavalerie, un bourgeois, un marchand fabricant en soie, et un marchand maître teinturier en soie. Ce ne sont pas des professions ou qualités que nous trouvons dans les très petits apports.

  • 14 Adeline Daumard, « Une référence pour l’étude des sociétés urbaines aux XVIIIe et XIXe siècles. Pr (...)

46Nous posons ainsi le problème de la classification socioprofessionnelle. Dans un article récent, Mlle Daumard a proposé un projet de code utilisable pour les procédés mécanographiques, élaboré à partir de ses recherches parisiennes14. Utiliser un tel code pour une classification professionnelle à partir des contrats de mariage est difficile et aléatoire. Le principal obstacle est l’imprécision des termes utilisés par les notaires. La profession est presque toujours indiquée dans les contrats (67 contrats ne comportent pas cette indication entre 1728 et 1730, et 30 seulement entre 1749 et 1751), et dans la majorité des cas où elle ne l’est pas, ces futurs époux sans emploi sont des mineurs demeurant en compagnie de leurs parents et qui le plus souvent exercent sans doute le même métier que leur père. Mais même quand les noms des métiers sont écrits dans le contrat, est-il possible de toujours faire confiance aux termes proposés ? Pour ce qui est des employés de la fabrique lyonnaise de soieries, où classer les ouvriers en soie, les compagnons ouvriers en soie, les compagnons fabricants, les ouvriers fabricants, les « simples » ouvriers en soie, les fabricants, les maîtres ouvriers, les maîtres fabricants, les marchands et maîtres ouvriers, les marchands fabricants et les maîtres marchands fabricants en soie – toutes appellations qui se trouvent dans les contrats (et ce à la même époque) ? Le problème est compliqué encore par le fait qu’une dénomination semble prévaloir pour chaque période considérée. En 1728 on parle de maîtres ouvriers, en 1750 plutôt de maîtres fabricants ou de fabricants seulement, et en 1787 les trois termes sont employés indifféremment.

  • 15 Chez Rousset (3 E 7818), Contrat de mariage de François Requevan, maître menuisier le 27 juillet 1 (...)
  • 16 Un nommé Jean-François Juttet, imprimeur à Lyon dans son contrat chez Rousset, le 14 février 1751 (...)

47Comment choisir parmi ces termes souvent employés les uns à la place des autres ? Nous citerons encore deux exemples empruntés à d’autres professions que celles de la soie, pour montrer l’imprécision des notaires quand ils rédigent un acte. Deux contrats concernant le même homme ont été déposés chez le même notaire à six mois d’intervalle : il est qualifié dans le premier de maître menuisier, dans le second de menuisier seulement15. De même, un imprimeur est qualifié dans un autre contrat deux jours plus tard de compagnon imprimeur16. Ces exemples montrent qu’on ne peut pas systématiquement considérer que les futurs sans le titre de maître sont des ouvriers, ni l’inverse. Aussi Mlle Daumard a-t-elle réservé une rubrique de son code pour les travailleurs à statut semi-indépendant, pour les artisans semi-indépendants. Dans notre classification lyonnaise, nous employons aussi cette rubrique, mais en forçant le sens donné par Mlle Daumard. Ce qui devient indéterminé, ce n’est pas la profession ou le statut du marié lyonnais, mais c’est plutôt le classificateur indécis entre les maîtres et les ouvriers, vu l’imprécision des termes utilisés dans les sources notariales.

48Dans le cadre de cette étude méthodologique, nous ne pouvons pas présenter les résultats d’ensemble de cette classification socioprofessionnelle de la société lyonnaise. Nous nous proposons seulement d’en signaler quelques aspects, en simplifiant le code parisien, et en n’utilisant que quelques rubriques adaptées à la société lyonnaise. Nous avons retenu quatre catégories principales, celle des ouvriers (journaliers, manouvriers et travailleurs plus spécialisés ensemble), celle des indéterminés (dans le sens que nous lui avons donné plus haut), celle des maîtres des métiers, et enfin celle des marchands (il est ici bien difficile de faire le partage entre un maître boucher et un marchand boucher : nous avons respecté la terminologie employée par les notaires, même si elle risque de fausser un peu les résultats), et nous avons établi deux tableaux parallèles pour les deux coupes déjà utilisées. Pour chaque niveau d’apport, nous avons joint au nombre total de ces quatre catégories le pourcentage qu’elles représentent par rapport à l’ensemble des contrats (tableaux 7 et 8).

49Pour ces tableaux, comme pour les précédents, l’opposition de Lyon face à Paris est des plus nettes. Dans les contrats parisiens, les petits apports sont rares ; de même, les ouvriers et les travailleurs divers le cèdent en nombre à d’autres catégories, les marchands, les domestiques et les divers officiers. Pour le Paris de 1749, les quatre catégories présentées ici ne forment que 60 % des contrats, contre plus de 85 % à Lyon. En revanche, les autres catégories sont rares à Lyon (surtout si l’on ajoute que le fait d’avoir inclus la banlieue et les faubourgs dans notre enquête multiplie les jardiniers, vignerons et ouvriers agricoles de ces faubourgs maraîchers de la Croix-Rousse, de Vaise et de la Guillotière).

Tableau 7 – 1728-1730

Tableau 7 – 1728-1730

Tableau 8 - 1749-1751

Tableau 8 - 1749-1751

50Les domestiques hommes sont rares (et encore les intitulés sont-ils ambigus : faut-il ranger dans les domestiques ou dans les employés de commerce les futurs indiqués comme « au service » d’un négociant ou d’un marchand ?).

51En dehors des différences avec les résultats parisiens, il faut faire ressortir les contrastes entre les deux coupes de la société lyonnaise elle-même.

52Deux remarques importantes s’imposent. La première, dont les tableaux d’ensemble avaient déjà souligné l’existence : il y a pendant cette période de vingt ans un lent mais sensible enrichissement d’ensemble. Si le nombre des ouvriers dont les apports sont inférieurs à 100 livres augmente sensiblement de 1728 à 1749, il faut remarquer que c’est au détriment de ceux qui n’ont pas d’apport (et il est tentant alors d’assimiler cette absence d’indication à une nullité des biens). Par contre, aux niveaux moyens, les ouvriers deviennent beaucoup plus nombreux : 119 d’entre eux, soit 18 %, dans la première coupe ont des apports supérieurs à 500 livres ; ils deviennent 325, soit 32,8 %, vingt ans après (triplant presque en nombre et doublant en pourcentage). Des remarques semblables peuvent être faites à l’intérieur de chacune de ces quatre catégories professionnelles. En 1728, les apports de maîtres inférieurs à 500 livres forment encore 49 % de la catégorie, mais seulement 32 % en 1750 ; de même pour les apports de maîtres supérieurs à 1 000 livres qui passent de 24 % dans la première coupe à 37 % dans la seconde. Même pour les fortunes supérieures, il y a enrichissement : les fortunes marchandes au-dessus de 10 000 livres deviennent bien plus nombreuses et plus fortes dans la seconde coupe ; les négociants lyonnais ont retrouvé un niveau de fortune meilleur après les désastreuses époques de liquidation qui ont suivi la mort de Louis XIV. Pour mieux rendre compte de cet enrichissement, deux chiffres peuvent être indiqués : la moyenne des apports supérieurs à 10 000 livres passe de 31 200 livres pour la période 1728-1730 à 48000 livres pour 1749-1751, et la totalisation des apports supérieurs à 10 000 livres passe de 2 682 800 livres en 1728, à 5 658 700 livres vingt ans plus tard ; il n’y avait aucun apport supérieur à 200 000 livres dans la première coupe, il y en a 7 dans la seconde.

53Mais en dehors de cet enrichissement incontestable d’une coupe à l’autre, il faut mettre en relief les variations dans la répartition des catégories d’une période à l’autre. Les maîtres et les marchands diminuent même en quantité, et plus encore en pourcentage, au profit des ouvriers et des indéterminés. Le pourcentage global des ouvriers passe de 27,5 % à 37,5 %, alors que celui des maîtres tombe de 32 % à 24 %. La plus grande rigueur apportée aux règlements des communautés de métiers lyonnaises (dans une ville ou la liberté des métiers était de règle depuis le Moyen Âge), les plus grandes difficultés d’accès à la maîtrise, expliquent cette transformation. Les maîtres emploient plus d’ouvriers. Il y a au cours du siècle une transformation de la condition des ouvriers lyonnais, et cette évolution ne fait que s’accélérer après 1750. Dans la période postérieure à 1770 apparaissent, de plus en plus nombreux dans les contrats de mariage, les ouvriers des premières manufactures.

  • 17 Justin Godart, L’ouvrier en soie, monographie du tisseur lyonnais, étude historique, économique et (...)

54Nous avons recherché si cette transformation était sensible, toujours d’après la même source, dans les métiers de la soierie. Il est en effet impossible dans une ville comme Lyon de présenter une coupe professionnelle sans isoler la principale activité industrielle de la ville. L’assimilation de Lyon à la ville de la soie a été faite si souvent qu’il est inutile de le répéter. Toutefois, depuis les travaux de Justin Godart, on sait combien il est difficile de faire une statistique valable des travailleurs de la Fabrique17. Dans les enquêtes ou les recensements, les représentants de la Fabrique gonflent toujours leur nombre, affirmant qu’ils sont les seuls à travailler dans la ville, ou que toute la ville travaille pour eux. Bien sûr, le nombre des ouvriers en soie augmente proportionnellement à celui des bouchers, des boulangers et des cordonniers. Mais faut-il en conclure que Lyon et la soie s’identifient pleinement ? Là aussi, la terminologie est délicate. Pour faire, d’après les contrats de mariage, un recensement des membres de la Fabrique, il faut savoir quelles catégories professionnelles doivent être comprises dans ce classement. Parmi les ouvriers du textile, nous avons exclu tous ceux qui sont tisserands, teinturiers en fil, tondeurs de laine, cardeurs de laine, encore qu’il ne soit pas sûr que leur activité n’ait pas de rapport avec la soie (n’importe comment ils ne sont pas très nombreux). Par contre nous avons inclus dans la Fabrique les passementiers, les teinturiers en étoffes de soie, les satinaires, les quelques guimpiers.

55Parallèlement aux lignes générales dégagées précédemment, la soierie lyonnaise marque également d’une période à l’autre une double évolution. Il y a d’abord une remarquable stabilité quantitative : 751 membres de la Fabrique dans la première coupe, 873 dans la deuxième, exactement 33 % des futurs conjoints dans les deux cas (un tiers seulement des futurs conjoints). Les transformations qualitatives sont par contre tout aussi nettes. Les ouvriers et compagnons, de 220, deviennent 381 ; les maîtres, 419 dans la première coupe, ne sont plus que 356 dans la seconde. Les ouvriers en soie forment le tiers des ouvriers lyonnais, les maîtres plus de la moitié. Par contre, les indéterminés (un sixième) et les marchands (un quart) sont beaucoup moins nombreux. Le plus frappant est cette brusque augmentation du nombre des simples ouvriers, de 30 à 44 % en vingt ans. La soierie conserve cette originalité si l’on considère les apports (tableau 9).

56C’est dans les apports moyens que les membres de la Fabrique sont les plus nombreux : ils forment plus de 40 % du total pour les années 1749-1751. Il y a un tassement vers le centre, une légère diminution de la proportion vers les extrêmes. D’une coupe à l’autre, l’évolution des pourcentages d’une catégorie de fortune à l’autre est nettement marquée également : les ouvriers en soie peuvent représenter une sorte de modèle de l’évolution générale de la ville.

57En dehors des catégories professionnelles générales, les coupes de trois ans que nous avons adoptées permettent d’isoler telle ou telle profession et de dégager les caractères originaux d’une profession déterminée. Il est bien évident que la soierie forme à Lyon une catégorie spéciale, mais ce n’est pas la seule qu’il soit possible de définir. Beaucoup d’autres sont précisées par ces coupes professionnelles. On remarque ainsi l’importance des jardiniers des faubourgs, des aubergistes, des vendeurs de vin et cabaretiers de la ville et des faubourgs, des employés des transports par terre comme par eau : autant de métiers dont les classements des contrats de mariage pourraient fournir une base de départ pour l’étude économique. Nous pouvons ainsi signaler deux exemples précis. Les faibles apports mettent en relief un grand nombre de compagnons chapeliers dans les contrats lyonnais. De 1728 à 1730, nous avons ainsi rencontré 51 chapeliers et dans la seconde coupe, 103 (plus du double, alors que la masse globale des contrats n’a augmenté que de 10 % – c’est déjà une indication importante sur l’évolution d’une activité de la ville). En 1728, sur ces 51 chapeliers, 25 ont des apports inférieurs à 100 livres ; en 1749, ils sont 48 (près de la moitié, alors que 20 % seulement des ouvriers en soie se constituent des dots aussi faibles). L’organisation du travail des chapeliers est bien différente de celle de la soie : il n’y a pas cet intermédiaire des petits maîtres ouvriers entre les compagnons et les maîtres marchands fabricants. Quelques marchands chapeliers concentrés dans quelques rues de la paroisse Saint-Nizier emploient ce grand nombre de compagnons très pauvres.

  • 18 Chez Vernon (3 E 8213), 15 juillet 1730.

58Les affaneurs forment également un groupe original : ils sont 109 dans le premier sondage, 132 dans le second. À quoi correspond ce terme lyonnais d’affaneur ? Il est possible de les assimiler partiellement peut-être aux crocheteurs parisiens. Mais le terme crocheteur existe aussi à Lyon. Il y a des maîtres crocheteurs, et aussi des maîtres affaneurs (très rarement, 2 dans chaque coupe, sans que le titre de maître leur donne une quelconque prééminence économique d’après les apports). Les affaneurs étaient employés au port, à la douane, au poids de la ville. Les contrats ne permettent pas bien sûr de définir leur statut particulier, mais ils permettent de saisir les différents lieux d’activité de ces manouvriers qui portent un titre spécial. Leur organisation en maîtres et compagnons ne doit pas être très stricte en ce milieu du XVIIIe siècle. Les archives notariales contiennent de rares ventes ou cessions de charges de maître affaneur à la douane de la ville (à très faible prix il est vrai : 48 livres). D’après les apports, il ne semble pas que la profession ait été très rémunératrice : 55 affaneurs dans la première coupe, 56 dans la deuxième, ont des apports inférieurs à 100 livres. Toutefois, la cohésion est moins grande que pour les chapeliers. En 1749-1751, 10 d’entre eux se constituent plus de 1 000 livres et nous avons trouvé en 1730 un cas exceptionnel de veuve d’affaneur qui, lors de son remariage avec un bourgeois de Saint-Just, apportait 8 000 livres de dot18. Il est bien possible que dans un cas semblable la femme de l’affaneur ait exercé une activité annexe qui explique une prospérité peu commune. Avec de tels exemples, les contrats de mariage peuvent être utilisés à l’établissement de monographies complémentaires aux coupes globales.

59Nous avons choisi tous nos exemples dans les catégories les plus pauvres de la société lyonnaise. Ce n’est pas un hasard : les contrats de mariage lyonnais mettent en scène les compagnons chapeliers plus que les marchands, les ouvriers en soie plus que les marchands de soie, les affaneurs plus que les grands officiers civils. Contrairement aux contrats parisiens, les contrats lyonnais permettent une prise de contact avec les milieux du travail, avec le peuple de Lyon plus qu’avec l’aristocratie. À Paris, les maîtres marchands de 1749 forment déjà une véritable aristocratie de la fortune, même s’ils semblent pauvres par rapport aux nobles et aux bourgeois. Mais les 120 maîtres marchands parisiens de 1749 dont les apports sont supérieurs à 10 000 livres forment un groupe déjà plus nombreux que celui des Lyonnais dont les apports sont de plus de 10 000 livres, quelle que soit leur catégorie. Non pas que la richesse lyonnaise soit totalement absente : le volume global des apports signalé plus haut est déjà une somme importante. La seconde coupe nous permet de connaître le nom et les apports de 42 négociants lyonnais en trois ans (dont 31 se constituent plus de 10 000 livres, et dont 3 n’indiquent pas leurs apports). Dans la première coupe, les 6 apports féminins les plus importants sont les 6 contrats de futures épouses de conseillers du roi, trésoriers de France au bureau des Finances de Lyon (et dans aucun de ces 6 contrats les biens du futur ne sont évalués). Donc, même pour les catégories supérieures de la fortune, le dépouillement des contrats de mariage donne des indications plus ou moins précises sur leur fortune... et leur psychologie. Mais pour ces classes riches, il existe d’autres sources, meilleures. Le contrat de mariage ne peut servir qu’à des comptages, il permet de les individualiser dans l’ensemble de la société urbaine. Il faut rechercher des inventaires pour saisir leur fortune réelle. En revanche, le contrat lyonnais nous semble un document de premier ordre – par suite de sa quantité et de son uniformité au cours du siècle, par suite du pourcentage exceptionnel de mariages précédés de contrats – pour compter, mais aussi pour connaître les classes populaires, non seulement leur niveau socioéconomique, mais les hommes et les femmes qui forment la masse de la population lyonnaise à ces niveaux. Lire les contrats de mariage, c’est trouver à tout moment ces veufs ou ces veuves qui n’ont pour tout avoir que 48 livres de misérables nippes lorsqu’ils se remarient, c’est rencontrer ces filles majeures qui travaillent à Lyon depuis souvent plus de dix ans et qui apportent à leur mariage 150 livres péniblement épargnées, un coffre mal garni, un collier d’or à trois rangs, payé souvent bien cher et que l’on retrouvera souvent dans les inventaires, placé en gage pour payer les dettes contractées chez le boucher ou l’apothicaire. Plus que la richesse, c’est l’absence de richesse, plus que la haute société, c’est le petit peuple de la ville, que nous apercevons à travers les contrats de mariage, et nous pensons que ce n’est pas là leur moindre utilité pour la connaissance de l’histoire sociale de Lyon au XVIIIe siècle.

Notes

1 Adeline Daumard et François Furet, « Méthodes de l’histoire sociale. Les archives notariales et la mécanographie », Annales E.S.C., n° 4, 1959, p. 676-693. Des mêmes auteurs : Structures et relations sociales à Paris au milieu du XVIIIe siècle, Paris, Armand Colin (Cahier des Annales, 18), 1961.

2 M. Messance, Recherches sur la population des généralités d’Auvergne, de Lyon, de Rouen, etc., Paris, Durand, 1766, p. 41.

3 Abbé Antoine Lacroix, État des baptêmes, des mariages et des mortuaires de la ville de Lyon et des faubourgs, Lyon, Imprimerie A. de La Roche, 1776, in-4°.

4 Archives départementales du Rhône, série 58 Q 2 à 7.

5 Archives départementales du Rhône, série 3 E. Les registres de Durand, notaire à la Charité, sont incomplets, mais le répertoire complet (3 E 4667) permet de connaître les noms des époux. Pour la période 1749-1751, les 65e et 68e registres manquent, ainsi que 24 contrats. [Sauf mention contraire, tous les contrats cités en notes sont issus de cette série 3 E des archives départementales du Rhône.]

6 Un nommé Pierre Chicot ou Dechicot – il signe des deux façons –, natif de Pau en Béarn, compagnon menuisier à Lyon, fait rédiger trois contrats de mariage chez Duvouldy, Rousset et Durand en 1749 et 1750 (3 E 697 et 3 E 7818). C’est un cas unique et explicable parce que au deuxième contrat est jointe une copie du premier mais sans indiquer sa référence exacte.

7 Les statistiques démographiques sont empruntées à l’abbé Lacroix, État des baptèmes..., ouvrage cité.

8 Archives d’État de Genève. Exemples de futurs conjoints lyonnais : chez Jean-Louis Delorme (vol. XVI, p. 13), 2 juin 1750, Étienne Rey, né à Lyon, mais qualifié de bourgeois de Genève ; chez Charton (vol. XII, 30 août 1749), une future native de Lyon, Jeanne Muret.

9 Le 7 mars 1728, chez Hodieu, 3 E 5813.

10 Les termes varient d’un notaire à l’autre. Par exemple, chez Fromental (3 E 5116) il est parlé de « gains et épargnes » ; chez Puy (3 E 7398-2-3-4), des « économies » de la future.

11 C’est le cas de 5 contrats sur 80, en 1749-1751 ; par exemple : chez Bouvier (3 E 3059), 6 décembre 1749, un fabricant en étoffes de soie qui assure un augment de 25 000 livres à la future, sans apport évalué.

12 Chez Moreau(3 E 6608), 20 février 1751, un avocat en Parlement assure 2 000 livres de bagues et joyaux à la future, fille d’un commissaire-enquêteur en la sénéchaussée de Lyon.

13 Chez Armand (3 E 2532), 14 avril 1751, et quittance chez le même le 20 octobre 1751.

14 Adeline Daumard, « Une référence pour l’étude des sociétés urbaines aux XVIIIe et XIXe siècles. Projet de code socio-professionnel », Revue d’histoire moderne et contemporaine, t. X, juillet-septembre 1963, p. 184-210.

15 Chez Rousset (3 E 7818), Contrat de mariage de François Requevan, maître menuisier le 27 juillet 1749 et menuisier le 18 janvier 1750.

16 Un nommé Jean-François Juttet, imprimeur à Lyon dans son contrat chez Rousset, le 14 février 1751 et compagnon imprimeur dans un contrat chez Perret (3 E 6944), le 16 février de la même année.

17 Justin Godart, L’ouvrier en soie, monographie du tisseur lyonnais, étude historique, économique et sociale. 1re partie : la réglementation du travail, le maître ouvrier en draps d’or, d’argent et de soie, de l’établissement de la manufacture à Lyon (1466) au décret des 2-17 mars 1791 portant suppression de toutes les maîtrises et jurandes, Lyon, Imprimerie E. Nicolas, 1899, IV-542 pages. Voir les divers comptages de la Fabrique au XVIIIe siècle, p. 20-27.

18 Chez Vernon (3 E 8213), 15 juillet 1730.

Notes de fin

* « Le contrat de mariage lyonnais : une source de l’histoire sociale du XVIIIe siècle », dans Actes du 89e congrès national des sociétés savantes, Lyon 1964, section Histoire moderne et contemporaine, Paris, Imprimerie nationale, 1965, t. II, vol. 1, p. 51-75.

Table des illustrations

Titre Tableau 1
Légende Nota. - Dans ce tableau, seuls ont été comptés les futurs époux de Lyon et des faubourgs, à l’exclusion de tous les futurs non lyonnais, même épousant des filles domiciliées à Lyon
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/9954/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 169k
Titre Tableau 2
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/9954/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Tableau 3
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/9954/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 70k
Titre Tableau 4
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/9954/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 119k
Titre Tableau 5
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/9954/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
Titre Tableau 7 – 1728-1730
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/9954/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 53k
Titre Tableau 8 - 1749-1751
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/9954/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
Titre Tableau 9
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/9954/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 55k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540