Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

Un historien dans la ville

 | 
Maurice Garden

I - Méthodologie de l'histoire sociale

L’historien des séries et des individus

Laurence Fontaine

Volltext

1La première partie de cette collection d’essais entre dans la fabrique de l’historien, dans sa manière de travailler les archives, d’en « inventer » aussi. On a choisi ici quatre types d’archives : les contrats de mariage, les inventaires après décès, les conseils de tutelle et les registres d’entrées des hôpitaux ; le dernier article présenté discute la question des classifications socioprofessionnelles, une des questions cruciales de l’histoire sociale de l’Ancien Régime.

2Quand Maurice Garden travaillait ces sources, l’histoire sociale conquérante reposait sur la quantification, sur des découpages géographiques et sociaux fondés sur des catégories solides, données comme des évidences du monde social, comme les classes sociales ou les classements socioprofessionnels. Ces procédures renvoyaient aux deux modèles d’interprétation alors dominants : le paradigme marxiste, qui cherchait les déterminismes sociaux en questionnant la place des groupes dans les modes de production et le procès du travail, et le paradigme structuraliste, qui visait à retrouver les structures organisant les divers fonctionnements de la société indépendamment des individus qui la composent. Parallèlement, les historiens se nourrissaient des sciences annexes ou sœurs : la statistique, la démographie et l’anthropologie. J’espère que ces articles montreront qu’une réflexion sur les sources, conçue entre les années 1960 et 1970, peut encore être aujourd’hui d’actualité alors même que les paradigmes fondateurs de la pratique de l’histoire ont radicalement changé.

3Une des raisons de son actualité est due à la volonté de Maurice Garden de tenir ensemble le groupe social et la diversité des individus. Pour y arriver, il a lu les sources en combinant démographie et anthropologie, approche sérielle et ethnographique. Il ne travaille alors que sur des échantillons statistiquement significatifs, répartis sur plusieurs coupes pour se réserver la possibilité de saisir des évolutions, chacune des coupes étant envisagée sur plusieurs années pour éviter que l’exceptionnel ne masque le cours ordinaire de la vie. Il a donc travaillé à partir de 3 000 contrats de mariage, afin de ne pas risquer d’oublier une catégorie professionnelle, pris en deux coupes de plusieurs années consécutives ; 1 225 dossiers de conseils de tutelle sur deux périodes également, dont il ne retient que les 1 103 qui comportent une identification socioprofessionnelle (pour ces 1 100 familles, les conseils de tutelle réunissent plus de 12 000 personnes dont on connaît pour la plupart l’âge, la qualité, la profession et le domicile) ; 1 423 inventaires, toujours en deux coupes. Le choix du nombre ne se fait qu’au terme d’une analyse rigoureuse de la pertinence de la source dont il teste la représentativité sociale. Le nombre de contrats de mariage est rapporté au nombre de mariages célébrés pour une époque donnée et le résultat montre une fréquence de contrat supérieure à 95 %. Mais Maurice Garden pousse plus loin et cherche dans la classe d’âge ceux qui échappent au mariage et, par là même, au contrat : là, la représentativité chute à la moitié. On retrouve les mêmes procédures avec les conseils de tutelle et les inventaires après décès. Dans tous ces cas, Maurice Garden s’attache à reconstituer les raisons d’être des documents : qui les demande, pourquoi et quand. Parce que certains commerces sont surreprésentés dans les inventaires après décès, il renonce à chercher dans cette source, selon la tendance de l’époque, une pesée globale des fortunes urbaines. Il s’attache alors à l’inventaire comme moyen de saisir la fortune de certaines professions et plus encore, face aux écarts des fortunes au sein d’un même groupe, pour entrer dans les itinéraires individuels. Pour encadrer l’étude individuelle, il utilise l’enregistrement des successions comme un indicateur global de la composition et des évolutions des fortunes des groupes représentés.

  • 1 « Les relations familiales dans la France du XVIIIe siècle : une source, les conseils de tutelle » (...)

4Compter est un plaisir pour Maurice Garden (et tous les étudiants dont il a lu la thèse se souviennent des tableaux heureusement rectifiés par ses soins), mais il discute toujours pourquoi il compte et ce qu’il compte. Cette exigence l’a poussé dans trois directions. D’abord, la comparaison, non pour le plaisir de la comparaison, mais pour les effets heuristiques qu’elle apporte : il l’entend selon les mots de Marc Bloch comme « une baguette de sourcier ». Ensuite, le traitement de l’ensemble de la source pour en saisir les contradictions et les voix divergentes. Enfin, la recherche du plus grand nombre possible de sources : « La véritable histoire sociale ne peut se faire, écrit-il, qu’avec l’utilisation simultanée de toutes les sources qui jalonnent la vie d’un individu1. » Son étude des contrats de mariage, qui dialogue avec les historiens les ayant aussi utilisés pour mesurer les niveaux de fortune, lui permet de faire ressortir les spécificités lyonnaises dans la manière d’utiliser les actes et de les rédiger. Une des grandes différences par rapport à Paris est la modicité des apports lyonnais. Face à ce constat, la réponse évidente pointe les faiblesses des fortunes lyonnaises. Mais, tels les détectives dont il aime les histoires, il refuse les évidences, imagine d’autres scénarios, puis découvre et mobilise les sources qui permettraient de trancher. Sa démarche fait irrésistiblement penser à Simenon : comme lui, il a le plaisir des indices, des contradictions et le refus des réponses évidentes ; comme lui, il travaille pas à pas, en croisant les multiples traces laissées par les acteurs et en en questionnant sans cesse leur validité et leur place dans les manières de vivre : il a besoin de retrouver les acteurs dans leur contexte.

  • 2 Maurice Garden, « Alltagsgeschichte, microstoria, pourquoi pas Histoire sociale ? » dans Voyages e (...)

5Regarder les sources dans leur globalité avec leurs incohérences et leurs contradictions lui a permis d’aller contre les évidences vite acceptées. Prenons l’exemple des contrats sans apports dont les historiens ont généralement conclu qu’ils traduisaient des apports faibles. En scrutant l’intégralité de la source, il a pu montrer que les indications sur les dons de survie, les douaires ou les augments indiquaient parfois des sommes qui faisaient douter de la pauvreté des mariés sans apports. En outre, sa pratique de « multiplier la confrontation de sources multiples » et de repérer « bien d’autres documents plus nombreux qu’on ne pense pour celui qui prend le temps de les chercher et qui a la volonté de les confronter, de les amalgamer pour une connaissance plus en profondeur des sociétés anciennes2 », lui a fait rencontrer dans les contrats de mariage sans apports des contre preuves comme celle d’un colporteur en toile, qui signe de nombreuses pages plus loin dans la liasse du notaire une quittance de dot de 6 000 livres obligeant, une fois encore, à reconsidérer le sens de la catégorie. Avec le suivi des individus dans la diversité des sources qui les concernent, le démographe s’est fait microhistorien. Cette manière de jouer avec des sources singulières pour en extraire toutes les informations est une constante de l’œuvre de Maurice Garden et plusieurs essais publiés dans ce volume, tel celui sur les dossiers de faillites, auraient pu entrer dans cette première partie.

  • 3 Ibid.

6Son désir de restituer au travers d’archives improbables les pratiques de la vie quotidienne, les petits événements qui donnent chair et émotion aux séries, et d’éclairer certains acteurs au sein des groupes sociaux lui fait mettre sans cesse en question l’homogénéisation des vies individuelles que produit l’analyse des destins collectifs. Dans cette quête, Maurice Garden a arpenté beaucoup de brocantes et de marchés aux puces à la recherche d’épaves archivistiques et de romanciers oubliés dont il tire microhistoires et perceptions sociales. Je ne résiste pas au plaisir d’évoquer, parmi ses découvertes, celle d’un agenda illustré de la Samaritaine de l’année 1901, appartenant à un couple d’acteurs dramatiques, plus souvent hors de Paris que dans leur domicile de la rue des Pyrénées où ils laissent leurs trois enfants à la garde d’une gouvernante. Le détail de leurs achats lui a permis d’entrer dans les diverses pratiques de consommation et de mesurer les choix et les coûts de la nourriture, de la toilette, de la santé, de la culture, du décor, du loyer, du chauffage et de l’éclairage. Ce même agenda l’a renseigné sur les réseaux de relations du couple et sur les différences entre les dépenses faites pour leurs filles ou pour leurs garçons3.

  • 4 Adeline Daumard, «  Une référence pour l’étude des sociétés urbaines aux XVIIIe et XIXe siècles. P (...)

7Toutes les sources majeures de l’histoire sociale ont aussi leurs biais : certaines, comme l’état civil, privilégient les familles stables et d’autres, traitées sériellement, homogénéisent la société, masquant les contrastes sociaux. Pour en atténuer les effets, Maurice Garden a engagé un travail multidimensionnel qui ressemble fort à un jeu d’échelle : outre le va-et-vient entre le traitement sériel et l’analyse non agrégée de la source, il entre dans celle-ci jusque dans ses marges en prenant le temps d’en lire les mentions et commentaires ajoutés. Cette démarche le fait également douter des codes mis au point par les historiens afin de soumettre facilement les contrats au traitement statistique, et c’est ainsi qu’il prend ses distances par rapport aux travaux sur les classifications socioprofessionnelles, jugeant les catégories retenues difficiles à appliquer et aléatoires devant l’imprécision des termes4 ; d’autant qu’en suivant les noms, il trouve différentes appellations pour le même homme selon les notaires et les moments. La pratique du dialogue entre micro et macro le pousse alors dans la direction opposée de ses contemporains : plutôt que de chercher un principe unificateur, il préfère entrer dans la diversité des classements savants et indigènes ; plutôt que de gommer les contradictions, il les pose en problème. De là, sa discussion des rubriques indéterminées chères à Adeline Daumard, à propos desquelles il déplace le point de vue : « Ce qui devient indéterminé, ce n’est pas la profession ou le statut du marié lyonnais, mais c’est plutôt le classificateur indécis entre les maîtres et les ouvriers[...]. »

8Maurice Garden invite les chercheurs à prendre le temps de chercher les documents et c’est un de ses grands talents : il sait trouver les sources et voir ce qu’elles révèlent sur un autre champ de la société que celui pour lequel elles ont été écrites. Il est, en ce sens, un « inventeur de sources ». C’est ainsi qu’il a utilisé les conseils de tutelle pour entrer dans les réseaux de relations, s’intéressant à leur taille et à leur composition selon les groupes sociaux, au rôle des lignées masculines et féminines comme à celui que jouent les amis dans une ville marquée par la migration (dans certains groupes sociaux, plus de la moitié des chefs de famille sont d’arrivée récente). Il a de même utilisé les marges des inventaires après décès. Un inventaire comporte trois parties générales : d’abord des indications d’état civil et l’exposé de la requête, puis une description minutieuse, pièce par pièce, du mobilier et enfin celle de tous les papiers (contrats familiaux, titres de propriété, dettes, promesses, obligations, billets en faveur du défunt et plus rarement les dettes passives) ; les experts nommés décrivent les livres de comptes des commerces et négoces, les paraphent, mais donnent rarement les indications qui nous fixeraient sur le montant des affaires. Ces documents ont été largement utilisés de manière sérielle : ils sont le fondement des études sur la culture matérielle. D’autres études ont utilisé les papiers pour entrer dans les affaires des migrants et les logiques du crédit. Maurice Garden s’est, lui, attaché aux ajouts du document, aux interruptions, aux réclamations, aux oppositions qui ont émaillé le processus de rédaction de l’acte lui-même, parce que derrière ces blocages et ces disputes se mettent en scène des comportements et des éléments de psychologie sociale : « Que d’héritiers soupçonneux, écrit-il, se muent en accusateurs irascibles, que de veuves suspectées par leurs beaux-fils ou par leurs propres enfants ! Sans cesse ce sont des renvois au lieutenant de la sénéchaussée qui doit décider de la nécessité de poursuivre ou non telle partie de la description des effets. Que de domestiques hésitant avant de prononcer le serment requis, et devant, pour ne pas “damner leur âme”, accuser leur employeur coupable de quelque indélicat enlèvement ! » L’attention prêtée à ces marges lui permet de faire ressortir des sentiments comme l’attachement entre maîtres et domestiques, des mondes sociaux comme celui des usuriers, et des enjeux de pouvoir et de culture qui échappent largement à l’archive, comme la tentative d’un procureur de sauver une statue de Vénus « aux belles fesses » de la colère du juge ecclésiastique qui s’apprête à la briser. Mais on y lit aussi, et presque toujours, la précarité des vies et le prix de la maladie qui a vite fait d’emporter toutes les ressources des travailleurs.

9Dans son projet d’entrer dans le tissu social urbain, Maurice Garden avait su avec les registres de mariage atteindre les couches populaires, regarder de près grâce aux comptes de tutelle un large éventail d’élites sociales, et entrer avec les inventaires après décès dans les fortunes moyennes et dans certaines catégories pauvres comme les veuves et les femmes célibataires. Mais les migrants omniprésents dans les villes de l’Ancien Régime restaient difficiles à saisir autrement que par raccroc puisque aucune source n’était faite pour les connaître dans leur diversité, même si toutes parlaient plus ou moins d’eux. Utiliser les registres d’entrée à l’hôpital pour interroger l’intégration des migrants dans la ville et les solidarités qu’ils pouvaient y trouver est un autre exemple de cet art d’inventer des sources. Étudiée intensivement, en croisant l’âge, le lieu de naissance et le domicile au moment de l’hospitalisation, cette source lui a permis de repérer le va-et-vient continuel entre la ville et la campagne : la migration des jeunes qui travaillent jusque vers 30 ans et retournent ensuite au pays, et les migrants saisonniers qui logent en garni et travaillent dans le bâtiment, la manutention et la fabrique de chapeaux. La source laisse également entrevoir la difficulté pour les groupes les plus dominés, comme les femmes et les enfants, de subsister sans la protection que la famille apporte.

  • 5 Avec Jean-Luc Pinol, Atlas des Parisiens (mi-XVIIIe, début du XXIe siècle), à paraître.

10Ce travail intensif sur les sources porte deux traits qui caractérisent toute l’œuvre de Maurice Garden : la cartographie sociale et l’attention aux destins individuels. Grâce à la précision des adresses des logeurs dans les registres de l’hôpital, il a pu repérer les quartiers et les rues des migrants dans la ville. Ce même intérêt lui fait aujourd’hui dessiner, avec Jean-Luc Pinol, un atlas de Paris dans ses métiers, ses services et ses particularités5. Ils y suivent les grandes évolutions de la population dans les quartiers, les îlots et jusque dans certaines rues, et ils cartographient les métiers, les hôpitaux et les écoles, mais aussi des phénomènes moins attendus mais non moins révélateurs de la ville comme les bombardements, les monuments publics ou les « vacheries ».

11Ainsi, l’amour des indices et le respect de ses objets d’étude lui ont fait non seulement varier les points de vue pour les appréhender mais également multiplier les hypothèses. L’analyse des classements socioprofessionnels, qu’il entame avec l’étude des contrats de mariage et qu’il approfondit jusqu’à lui consacrer un article – le dernier présenté dans cette partie –, n’adopte donc pas un système de classement mais regarde tous ceux que les sources et les contemporains produisent, en plus de ceux que les historiens ont forgés en s’appuyant sur leur présent. La grande diversité des classements fait alors surgir les différents enjeux qu’ils représentent. Elle montre les articulations entre divers mondes : celui de la société à statut avec ses maîtres et ses compagnons et celui du marché qui renvoie dans la même dépendance maître et compagnons. Maurice Garden s’attache à la réalité concrète de ces clivages, qui ne sont pas que des hiérarchies de papier, mais regroupent plus ou moins de travailleurs et le nombre de chaque sous-ensemble dit aussi des identités et des appartenances. Ainsi, dans l’industrie de la soie lyonnaise, les compagnons et les apprentis sont une toute petite minorité face à la masse des travailleurs qui ne sont pas intégrés dans les cadres communautaires et ce prolétariat est majoritairement composé de femmes et d’enfants dont les plus mal loties sont les nombreuses jeunes filles coupées de leur région d’origine que leur employeur envoie à l’Hôtel-Dieu dès que la maladie ou la grossesse les empêche de travailler. A la grande époque où les historiens ne pensaient le monde du travail qu’à travers ses structures corporatives, Maurice Garden n’oubliait pas que la grande masse des travailleurs les plus pauvres et les moins protégés était constituée par les femmes et les enfants : à côté de 1 800 compagnons, on trouve, au XVIIIe siècle, près de 5 000 femmes occupées à la fabrication, près de 10 000 femmes qui travaillent en amont dans des conditions matérielles et physiques éprouvantes et plus de 5 500 enfants... Si l’identité se mesure par différence, cette approche globale permet de replacer les hiérarchies en tenant compte des éléments dominés qui eux-mêmes dominent de larges groupes de travailleurs encore moins protégés.

12À cette époque, l’histoire des femmes n’était pas une dimension de l’analyse : les historiennes se plaçaient encore largement dans une sphère séparée. Ce n’est qu’avec le passage au concept de genre que des chantiers entiers de l’histoire ont été repensés à partir des différences sexuelles, par exemple l’histoire du travail, la formation des classes, la citoyenneté et la sphère publique. Inclure les femmes dans l’analyse du monde du travail anticipait ces évolutions. Et c’est d’ailleurs à partir du mariage des jeunes femmes migrantes que Maurice Garden suit les hiérarchies qui traversent les couches populaires et qui constituent autant de mondes fermés et difficilement pénétrables.

13Sa réflexion sur les classifications socioprofessionnelles est également pionnière. La question était alors de débattre de la meilleure manière possible de classer les professions urbaines. D’emblée, Garden s’est méfié de ces expériences dont il craignait l’anachronisme – «  Il faut se garder d’associer des professions aujourd’hui comparables, mais autrefois très différentes » – ou qui noieraient le particulier dans un général trop englobant : des catégories trop larges risquaient de faire passer à côté des spécificités de chaque ville. Enfin, sa volonté de retrouver les perceptions des citadins de l’époque l’ont poussé à rechercher les classifications indigènes. En incarnant dans sa pratique d’historien son refus de faire une histoire qui ignorerait ceux qui l’ont vécu, Maurice Garden fait partie des historiens qui ont rendu la classification problématique et l’ont regardée, non comme une donnée, mais comme un enjeu que les différents groupes sociaux cherchent à s’approprier. Et, au cœur de ces enjeux, se place l’articulation du statut et du marché. C’est à cette dernière question qu’il s’attache en faisant une fois encore le détour par d’autres sources. Comme les indicateurs de catégorisation professionnelle ne peuvent, par définition, aborder la réalité des pratiques, il analyse des sources de la pratique : ainsi, les contrats de mariage qui disent où se font les alliances et où perdurent les frontières sociales et qui, dans la distribution des apports, indiquent plus ou moins de proximité dans les niveaux de vie entre les professions et à l’intérieur de celles-ci, et les inventaires après décès qui signalent avec les dettes la plus ou moins grande dépendance des maîtres vis-à-vis de leurs fournisseurs.

14Cet ensemble de textes écrits par Maurice Garden au fil des années révèle des manières de travailler très actuelles : celles de l’historien qui construit son objet d’étude à partir de plusieurs angles de vue, attentif à toutes les catégories sociales comme au genre, et qui fait varier systématiquement les échelles. Les relire aujourd’hui est une manière de faire de la théorie par la pratique en entrant dans l’analyse concrète et multidimensionnelle de sources qui permettent de réfléchir aux moyens de saisir tout à la fois la cohérence du groupe et la diversité des individus ; ce qui est, en soi, un programme plus que jamais actuel.

Anmerkungen

1 « Les relations familiales dans la France du XVIIIe siècle : une source, les conseils de tutelle », dans Les actes notariés, source de l’histoire sociale. Actes du colloque de Strasbourg 1978, Strasbourg, ISTRA, 1979, p. 173-186. Ici même p. 35-48.

2 Maurice Garden, « Alltagsgeschichte, microstoria, pourquoi pas Histoire sociale ? » dans Voyages en histoire, Mélanges offerts à Paul Gerbod, Besançon, université de Besançon (Annales littéraires de l’université de Besançon, série Historiques, 9), 1995, p. 99-117.

3 Ibid.

4 Adeline Daumard, «  Une référence pour l’étude des sociétés urbaines aux XVIIIe et XIXe siècles. Projet de code socio-professionnel », Revue d’histoire moderne et contemporaine, t. X, juillet-septembre 1963, p. 184-210.

5 Avec Jean-Luc Pinol, Atlas des Parisiens (mi-XVIIIe, début du XXIe siècle), à paraître.

Autor

Historienne, spécialiste des migrations, des cultures et des pratiques de l’économie dans l’Europe moderne. Directrice de recherche au Centre national de la recherche scientifique attachée au Centre de recherches historiques de l’École des hautes études en sciences sociales, elle a été professeur à l’Institut universitaire européen de Florence (1995-2003). Elle a publié notamment Histoire du colportage en Europe XVe-XIXe siècle (Paris, Albin Michel, 1993) ; Pouvoir, identités et migrations dans les hautes vallées des Alpes occidentales, XVIIe-XVIIe siècle (Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, 2003) ; Pauvreté et stratégies de survie (Paris, Presses de la rue d’Ulm, 2008), L’économie morale. Pauvreté, crédit et confiance dans l’Europe préindustrielle (Gallimard, 2008). Elle a aussi édité : Household Strategies for Survival, 1600-2000 : Fission, Faction and Cooperation (avec Jürgen Schlumbohm, Cambridge, Cambridge University Press, 2000) et Alternative Exchanges : Second-Hand Circulations from the Sixteenth Century to The Present (Oxford, Berghahn, 2008)

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2008

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540