Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

Mouvements sociaux

 | 
Geoffrey Pleyers
, 
Brieg Capitaine

Partie 2. Du conflit local aux enjeux globaux

Chapitre 10. Le mouvement anti-ACTA en Pologne

179-190

Lukasz Jurczyszyn

Testo integrale

  • 1 Anti-ACTA peut être traduit en français par « Accord commercial anti-contrefaçon, ACAC .
  • 2 Le 10 avril 2010, le Tupolev 154 transportant notamment le président polonais Lech Kaczynski s’est (...)
  • 3 Radio Maryja est une radio conservatrice et catholique polonaise fondée à Torun en 1991, par le pè (...)

1Plus de trois ans après les manifestations anti-ACTA1 de grande ampleur qui se sont déroulées en Pologne, à l'hiver 2012, ce mouvement de contestation apparaît encore plus surprenant aux yeux des analystes. Considéré comme le plus grand de l’histoire polonaise depuis 1989, ce mouvement a mobilisé environ cent mille jeunes âgés de 15 à 39 ans, sortis massivement dans la rue, malgré le froid extrême (il faisait jusqu’à –25 °C). Une telle mobilisation de la jeunesse polonaise, traditionnellement définie comme étant particulièrement passive politiquement et socialement, a surpris aussi bien la classe politique et les journalistes que les chercheurs en sciences sociales. Comment ces jeunes auto-proclamés « ACTA-vistes », se sont-ils engagés dans un mouvement de contestation aussi efficace et massif ? Aujourd’hui, il s’avère que les manifestations anti-ACTA s’inscrivent dans un processus de montée en puissance des mobilisations de différents groupes mécontents ou indignés dans ce pays. Dans l’espace public de nos villes (rues, places, stades), des citoyens se mobilisent de plus en plus au nom d’idées ou d’idéologies, de propos, de valeurs ou de symboles ouvertement anti-systémiques. Parmi les principaux mouvements, citons les nationalistes radicaux qui, chaque année depuis 2011, rassemblent, dans le cadre de la « Marche de l’indépendance », environ 60 000 à 70 000 jeunes à Varsovie, où le mouvement des supporteurs de foot joue un rôle important (avant tout violent) ; les milieux conservateurs et patriotiques qui regroupent le dit « peuple de Smolensk »2 ; les manifestations intitulées «  Pologne réveille-toi ! » mises en place par le parti d’opposition Droit et justice ; le mouvement catholique de la famille de Radio de Maryja3 ; les mobilisations des syndicats qui luttent de plus en plus activement contre les normes des intérêts corporatifs.

  • 4 Pawel Kuczynski, Lukasz Jurczyszyn, Mikolaj Rakusa-Suszczewski et Jacek Koltan, Obywatele ACTA [Le (...)

2Cet chapitre est basé sur une enquête, déjà terminée et publiée4, qui a été menée par la Fondation de l’atelier de recherches sur les mouvements sociaux en partenariat avec le Centre européen de solidarité à Gdansk – une institution gouvernementale soutenant des recherches sur les mobilisations collectives contemporaines surtout au niveau européen. En premier lieu, il s’agissait d’étudier de façon qualitative une dizaine de leaders du mouvement que j’appelle le « mouvement de réflexe », car particulièrement spontané. Celui-ci émerge rapidement et, ayant atteint son objectif – le rejet du traité par le Parlement européen – disparaît aussi brusquement qu’il est apparu.

3Nous avons mené une dizaine d’entretiens semi-directifs (individuels et collectifs) et deux séances d’intervention sociologique avec treize leaders locaux venant de plusieurs villes polonaises. Une séance « fermée » a consisté à analyser d’abord l’identité du mouvement, puis ses enjeux, et enfin, aussi bien ses adversaires que ses alliés principaux. Dans un deuxième temps, notre autre partenaire gouvernemental, le Centre de traitement de l’information, a conduit une enquête quantitative en ligne (CAWI), sur un échantillon de 1 210 personnes. Il s’agissait de collecter les opinions de deux types d’usagers d’Internet aussi bien sur les manifestations contre l’ACTA que sur le traité lui-même. Le premier type est représenté par les actifs qui ont soit participé aux manifestations anti-ACTA, soit suivi le débat public de façon active ; le second par les observateurs passifs du débat public.

4Notre objectif est de présenter les logiques d’action des militants du « mouvement de réflexe ».

Qu’est-ce que l’ACTA ?

  • 5 En anglais, Agreement on Trade-Related Aspects of Intellectual Property Right (TRIPS).
  • 6 Olga Brylewska, Piotr Chalubinski et Kamila Stepniowska, « ACTA- Zrodla protestu [ACTA – la source (...)

5L’accord commercial anti-contrefaçon (ACAC), plus connu sous l’acronyme ACTA, est un traité international multilatéral sur le renforcement des droits de propriété intellectuelle et sur la lutte contre la contrefaçon et le piratage. L’accord s’applique aux droits de propriété intellectuelle, aussi bien dans ses formes matérielles (t-shirts, médicaments, etc.) qu’immatérielles (brevets logiciels, paroles de chansons, etc.). Il faut souligner que l’ACTA n’est pas le premier traitésur les questions de droits d’auteur. On peut lister les accords précédemment signés : l’accord sur les aspects des droits de propriété intellectuelle touchant au commerce (ADPIC)5, la Convention de Berne, la Convention de Paris, l’accord sur les ADPIC et le droit de l’Union européenne. L’ACTA a été négocié par une quarantaine de pays, entre 2006 et 2010. L’accord définitif a été signé, le 1er octobre 2011, par huit pays : États-Unis, Australie, Canada, Corée du Sud, Japon, Maroc, Nouvelle-Zélande et Singapour, et a été rejoint, le 26 janvier 2012, par vingt-deux États membres de l’Union européenne dont la France, l’Italie, le Royaume-Uni (mais pas l’Allemagne). La phase de ratification en cours a nécessité l’approbation parlementaire des États signataires et a été suspendue dans de nombreux pays suite à la vive polémique portant avant tout sur les risques d'atteintes à la vie privée des utilisateurs d’Internet et sur le manque de consultations transparentes dans le processus de ratification du traité. La Commission européenne et les représentants des différents pays de l’Union européenne avaient pris en charge, au nom de cette dernière, les travaux sur l’ACTA. En mai 2008, WikiLeaks publie les premières fuites concernant le projet de loi. Les organisations non gouvernementales, principalement américaines et de l’Europe occidentale, ont commencé à sonner l’alarme. L’ACTA pourrait, selon elles, causer le blocage de contenus en ligne, précieux aux yeux des internautes6.

Un mouvement efficace et transnational de contestation anti-ACTA : « Message to Poland 2012 – thank you! »

  • 7 Ibid.

6Les manifestations ont d’abord eu lieu aux États-Unis mais principalement sur Internet, tandis qu’en Europe, au point culminant des tensions, les opposants au traité sont descendus massivement dans les rues. Ces manifestations contre le traité ont débuté, en Pologne, le 26 janvier. Près de cent mille jeunes Polonais qui refusaient que le gouvernement polonais signe l’accord en question se sont mobilisés. L’ampleur des manifestations dans d’autres pays européens était beaucoup moins importante qu’en Pologne, même si elle a incité de nombreux politiciens à changer d’avis. Par exemple, Traïtcho Traikov, le ministre bulgare de l’Économie, de l’énergie et du tourisme, a déclaré que son pays avait signé l’ACTA à l’« encre sympathique ». En conséquence, le Parlement bulgare ne devait pas forcément ratifier cet accord7. Les politiciens de nombreux pays ont commencé à remarquer que tout soutien supplémentaire à cette loi impopulaire risquait sérieusement d’endommager leur réputation, et sont lentement revenus sur leur position. La mobilisation a duré jusqu’au début de juillet de la même année, jusqu’à obtenir gain de cause, c’est-à-dire au moment où la position du Premier ministre polonais Donald Tusk, aujourd’hui président du Conseil européen, a basculé. Celui-ci est devenu le plus grand opposant à l’ACTA, alors qu’au début, il en avait été son promoteur. Les mobilisations se sont répandues dans d’autres pays européens, aboutissant au rejet de l’accord par le Parlement européen, le 4 juillet 2012. On voit que le mouvement anti-ACTA polonais s’est inscrit dans une logique d’action globale qui a bien dépassé le contexte strictement national.

7Il faut dire ici que les manifestations postérieures au mois de janvier ont eu principalement lieu en Allemagne, le 11 février, avec plus de soixante rassemblements anti-ACTA. Un message, très important pour la Pologne d’un point de vue analytique, y était brandi  : « Message to Poland 2012 – thank you! » Aux cris de « Merci à la Pologne ! », les participants envoyaient un signe fort de reconnaissance aux Polonais pour leur initiave dans cette lutte contre le traité qui fut couronnée de succès.

8Néanmoins, lors de notre enquête, nous avons compris que trois raisons avaient poussé les jeunes Polonais à s’opposer à l’accord. En premier lieu, il limitait selon eux, leur autonomie créatrice sur Internet. Mais le mouvement avait aussi un caractère civique. Ces jeunes citoyens ont refusé la façon « extrêmement discrète » par laquelle le traité avait été ratifié, surtout en Pologne. Il n’y a pas eu de véritable consultation publique, alors que celles-ci sont de plus en plus fréquentes dans ce pays. Plus précisément, les manifestations ont mis le doigt sur un défaut de ce « jeune » système démocratique où les accords importants concernant toute la population sont ratifiés « sous la table ». Ni les politiciens, ni les médias, ni les ONG, ni les experts n’avaient suffisamment informé l’opinion publique sur la ratification de l’ACTA. Enfin, en troisième lieu, les leaders du mouvement ont voulu informer et sensibiliser la société polonaise et européenne au grand danger du traité pour la liberté des internautes. Il faut souligner ici que ces événements ont eu lieu bien avant les révélations d’Edward Snowden, qui ont dévoilé le niveau sans précédent de surveillance des citoyens sur Internet, niveau autant surprenant que bouleversant.

La logique de l’action « No Logo »

9Sans aucun doute, cette ampleur sans précédent de manifestations dans la société polonaise a été possible grâce à une logique particulière de l’action, que les militants ont appelée « No Logo ». Cela veut dire la capacité de dépasser et de se détacher des différences identitaires, idéologiques et politiques pour se rassembler derrière un but ou un slogan, ici « à bas l’ACTA ». Plus précisément, les militants très divers – étudiants, anarchistes, ultranationalistes, jeunes membres des partis politiques, supporteurs de foot – ont choisi depuis le début cette stratégie, garantissant ainsi le succès de cette mobilisation massive et importante.

  • 8 Naomi Klein, No Logo. Taking Aim at the Brand Bullies, Toronto, Alfred A. Knopf Canada, 2000 (No L (...)
  • 9 Geoffrey Pleyers, « Des black blocks aux alter-activistes : pôles et formes d’engagement des jeune (...)

10La logique « No Logo » développée par les militants du mouvement anti-ACTA en Pologne s’inscrit dans une forme d’engagement bien répandue parmi la jeunesse contemporaine au niveau global. Comme l’a bien décrit Geoffrey Pleyers, cette logique bien adoptée par les alter-globalistes, implique l'absence de course à l’accrochage de banderoles, de distributions de tracts, ou d’affichage d’organisations. Ce sociologue belge s’est servi de la logique du « No logo » décrite dans un autre contexte par la journaliste canadienne Naomi Klein8. Les critiques, d’abord adressées aux marques commerciales, s’étendent désormais aux acteurs sociaux traditionnels. Les jeunes engagés sont impliqués dans de vastes réseaux regoupant une multitude de groupes restreints aux objectifs précis9. Ils rejettent l’engagement traditionnel et ne sont plus intéressés par les partis politiques ou les syndicats, ni même par les associations qu’ils trouvent trop bureaucratiques et corrompues.

  • 10 Ulrich Beck, Risk Society, towards a new modernity, Londres, Sage, 1992.
  • 11 Entretien avec Grzegorz Ruszkowski, organisateur du mouvement anti-ACTA à Varsovie, le 4 février, (...)

11Le refus des affiliations politiques ou identitaires traditionnelles va de pair avec le processus d’individualisation10. Selon Ulrich Beck, la modernité contemporaine se caractérise par le risque et le processus social d’individualisation, suite au délitement progressif des instances de socialisation de la société industrielle : l’individu n’est plus protégé par la famille, l’État ou la classe sociale, et c’est donc à lui seul, en tant qu’individu, et non pas en tant que membre d’un groupe social particulier, de se construire. L’engagement des jeunes militants du mouvement anti-ACTA est avant tout individualisé. Toutefois, au cours des entretiens et des séances de l’intervention sociologique, nous avons remarqué que les leaders des manifestations locales parlent surtout au nom d’un projet collectif en employant les mots ou expressions « nous », « les ACTA-vistes », « ceux qui s’opposent à l’ACTA ». Néanmoins, dans plusieurs cas, ils se corrigent en parlant de « moi » au lieu de « nous », remettant alors au premier plan leur engagement individuel : « Nous distinguons la situation dynamique au cours de la contestation anti-ACTA et toutes les situations qui lui succèdent. Pour ma part, je le distingue clairement. Des manifestations aussi massives contre l’ACTA, c’était une chose extraordinaire. Mais les enjeux pour après, c’est une autre chose11. » Cependant, ces jeunes leaders ne renoncent pas à toutes les structures institutionnelles, politiques ou associatives. Ils agissent dans les partis ou dans des organisations sociales. Incontestablement, ils ne sont pas issus du monde « marginalisé » ou « invisible ». Ils étudient ou ils travaillent et leur façon d’agir dans leur vie est avant tout très pragmatique et non idéologique.

  • 12 Lukasz Jurczyszyn, « Kim sa i jak dzialali ACTA-wisci? » [Qui sont les ACTA-vistes et comment ont- (...)

12Nos interlocuteurs situent la logique « No Logo » à l’opposé de la logique « Multi Logo » liée aux idéologies et aux affiliations politiques fortement structurantes. À l’ère globale, les processus unificateurs et universels, où les individus renforcent aussi bien leur rapport au monde qu’à eux-mêmes, rencontrent ou parfois font émerger les forces de la réaction, comme le renouveau nationaliste et raciste, le fondamentalisme religieux ou le terrorisme. Parmi les leaders du mouvement, nous avons remarqué une importante représentation, de ce que j’appelle la « jeune Pologne nationaliste » qui porte de plus en plus les valeurs nationales et patriotiques, dans l’espace public. Dans notre groupe de leaders, nous avions quatre activistes de la nouvelle extrême droite. Il faut noter que ces jeunes leaders des manifestations massives telles que celles de l’anti-ACTA ont acquis une expérience organisationnelle significative dans le cadre de la Marche de l’indépendance, un événement nationaliste et violent. Chaque année depuis 2011, le 11 novembre, jour de l’indépendance, la fête nationale la plus importante en Pologne, des émeutes ont lieu entre les nationalistes et les antiracistes, nécessitant l’intervention des forces de l’ordre. La Pologne n’est pas épargnée par la montée de la nouvelle extrême droite en Europe, qui représente un des plus grands dangers pour l’intégrité de l’Union. L’Europe, selon le sociologue italien Emanuele Toscano (chapitre 12), est le théâtre de la montée des mouvements d’extrême droite, souvent ouvertement inspirés par la tradition fasciste et nourris par le contexte social et culturel, engendré par la crise financière de 2008 et, plus généralement, par la crise du modèle économique néolibéral. Certes, au niveau européen, ce renouveau du nationalisme radical doit beaucoup à la crise socio-économique. Néanmoins, la Pologne, dans une large mesure, a été épargnée par la dernière crise et la montée du nationalisme radical est plutôt liée au manque de confiance dans les partis et dans la classe politique en général. Depuis plus de dix ans, les Polonais sont extrêmement sceptiques envers les partis politiques en tant qu’institution publique. Dans une enquête récente menée par le Centre de recherche de l’opinion public (CBOS), en février 2014, 17 % seulement des interrogés ont confiance dans les partis politiques. Dans cette situation, où l’extrême droite monte en puissance et se détache de sa fonction « folklorique » sur la scène politique, ces partis et organisations représentent une alternative politique de plus en plus crédible et attractive et entrent dans le mainstream. Ainsi, le vote « extrême » n’est plus perdu et est en passe d’être rationalisé.
Dans ce contexte, il très intéressant de noter que la logique du « No Logo » ait presque complètement dominé celle du « Multi Logo » au cours des manifestations contre l’ACTA. Les anarchistes, les activistes de l’extrême gauche, les supporteurs de foot et en général les ultranationalistes ont agi ensemble alors qu’à l’occasion du jour de l’indépendance, le « Multi Logo », de façon rituelle, est dominant et structure les identités des acteurs et des conflits12.

  • 13 Michel Wieviorka, Neuf leçons de sociologie, Paris, Robert Laffont, 2008.

13Bien évidemment, dans ce mouvement spontané de plusieurs mois qui ne s’est transformé en aucune organisation ou parti politique, il n’y a pas eu de pure logique de « No Logo » ou, à l’opposé, de « Multi Logo ». On peut certes les distinguer sur le plan analytique, mais dans la réalité sociale elles se mêlent sans cesse. Au cours de l’intervention sociologique, nous avons distingué plusieurs visions du monde et de l’avenir au sein du mouvement anti-ACTA. À l’évidence, une partie du groupe « jeune Pologne nationaliste » était beaucoup plus encline à vouloir accélérer le processus d'institutionnalisation du mouvement que d’autres membres. Cependant, notre intervention n’a pas relevé de posture d’anti-mouvement social, comme en parle le sociologue français Michel Wieviorka. Ces jeunes activistes ne luttent pas contre la démocratie ou contre l’Union européenne13. Par contre, la présence du Camp national-radical (ONR), les ultranationalistes antidémocratiques polonais, parmi des organisations qui coordonnaient les manifestations contre l’ACTA nous amène à les définir comme un anti-mouvement social. Il nous faudra sans doute y revenir pour analyser de plus près l’ONR, surtout par rapport au travail civique que cette organisation mène avec les jeunes citoyens polonais dans les villes.

La logique de l’action « Non-violence »

14Une des caractéristiques les plus importantes du mouvement anti-ACTA en Pologne est le fait que les manifestations ont été pacifiques et mises en place dans un esprit de non-violence. Certes, la logique de l’action non-violente était liée à une grande ambivalence par rapport à l’adversaire principal du mouvement. Ainsi, les leaders n'ont pas désigné explicitement leur ennemi commun, mais ils ont admis qu’ils n’en avaient pas besoin, cela ne constituait pas la priorité pour mener à bien leur action. Cependant, dans les entretiens, des adversaires interchangeables apparaissent mais, contrairement aux mouvements précédents, les figures ennemies ne sont pas « classiques » : le « gouvernement », la « classe politique moderne », les « États-Unis », les « acteurs majeurs du monde du show business », la « forme contemporaine du capitalisme », la « mondialisation », les « marchés mondiaux », etc. Il convient de souligner que cette difficulté ou ambivalence quant à l’identification de l’adversaire d’un mouvement social est caractéristique de l’époque de la mondialisation étant donné la dispersion financière et politique des centres actuels de décision.

15Il est vrai que, pendant les manifestations, nous avons observé des postures et des comportements anti-institutionnels, mais il n’y avait pas de logique de type de black block, au sens de l’usage de la force visant à détruire des biens matériels, avec des attaques de banques, de bâtiments gouvernementaux, de sociétés multinationales, de caméras de vidéo-surveillance, de publicités et tout ce qui à leurs yeux représente le capitalisme et l’État. Ceci peut s’expliquer par le fait que le gouvernement polonais ait décidé de changer d’avis assez vite, ce qui a suffit pour ramener les jeunes chez eux.

Conclusion

  • 14 Entretien avec Grzegorz Ruszkowski, organisateur du mouvement anti-ACTA à Varsovie, le 4 février, (...)
  • 15 Geoffrey Pleyers, Alter-globalization. Becoming actors in the global age, Cambridge, Polity Press, (...)
  • 16 Entretien avec Jacek Sloma, organisateur du mouvement anti-ACTA à Bialystok, le 4 février, congrès (...)

16Nous avons observé que la nouvelle jeune génération d’Européens a attesté qu’elle peut agir collectivement et de façon efficace avec la conscience d’un destin commun et européen. Juste pour citer ici Grzegorz, le leader des manifestations de Varsovie : « Je suis citoyen de la Pologne, de l’Europe et du monde entier14. » Il est très intéressant de noter que ce niveau d’engagement transnational va de pair avec une position très individualisée. Cette subjectivation de l’engagement politique constitue sûrement un renouvellement de la politique en général. Geoffrey Pleyers avait noté que ce processus de renouvellement de la politique peut aller avec une relation très négative vis-à-vis toutes formes d’action politique15. Cependant, dans le cas du mouvement anti-ACTA, la posture d’adversaire a été extrêmement ambiguë. Les jeunes ACTA-vistes, tout en étant très critiques par rapport aux pratiques des politiciens contemporains, ne sont pas contre le système représentatif en lui-même, ni contre l’idée de la classe politique : « Nous ne sommes pas des anarchistes ! Nous ne voulons pas lutter contre les moulins à vent ! Nous ne pouvons pas radicalement changer le monde – les hommes politiques ont été, sont et seront16. »

17Le mouvement anti-ACTA a pu s’étendre au niveau européen grâce au travail des réseaux de jeunes militants polonais qui informaient par Facebook de façon systématique leurs collègues européens sur l’ampleur, sur la vraie nature de la lutte en Pologne et sur le danger des conséquences de l’ACTA pour les sociétés européennes.

18De plus, la mobilisation elle-même a d’abord eu lieu sur les réseaux sociaux, avant de se prolonger par des manifestations de rue. Il faut noter que les médias traditionnels (journaux, TV, radio) n’ont informé ni sur les négociations concernant l’ACTA, ni (au début) sur l’ampleur des manifestations. Les médias officiels en Pologne ne font, aujourd’hui, trop souvent pas leur travail en n’informant pas l’opinion publique sur les questions majeures concernant ses droits et ses conditions de vie. Il est un peu tard pour appeler à la restauration du « quatrième pouvoir » qui devrait être un des principaux fondements de la démocratie. Mais, en même temps, avec une note plus optimiste, nous observons le renforcement d’un nouveau type de citoyen propre à l’âge de la révolution informatique globale, conscient, bien informé et engagé dans le contrôle de la qualité du système démocratique.

  • 17 En anglais, Transatlantic Trade and Investment Partnership (TTIP).

19Il est vrai que le mouvement a disparu aussi rapidement qu’il était apparu. Il serait trompeur de penser qu’il ne reste plus rien de telles manifestations en Pologne. Il existe un réseau social de centaines de leaders qui peuvent mobiliser à nouveau les jeunes dans un but précis, aussi efficace qu’« à bas l’ACTA ». Actuellement, ont lieu des négociations « silencieuses » autour du Partenariat transatlantique de commerce et d'investissement (PTCI)17 qui comporte aussi une partie sur les droits de propriété intellectuelle. N’allons-nous pas voir l’histoire se répéter et des manifestations similaires à celles du mouvement anti-ACTA s’organiser contre le TTIP. J’appelle cela le potentiel des réseaux sociaux 2.0, au sens où le réseau de contacts qui s’est développé aussi bien sur Internet que dans les rues, au cours d’événements comme le mouvement anti-ACTA, est prêt à la mobilisation au service d’une nouvelle cause.

Bibliografia

Beck Ulrich, Risk Society, towards a new modernity, Londres, Sage, 1992.

Brylewska Olga, Chalubinski Piotr, Stepniowska Kamila, « ACTA- Zrodla protestu [ACTA – la source de protestation] », in Obywatele ACTA [Les citoyens d’ACAC], Gdansk, Europejskie Centrum Solidarnosci, 2014, p. 14-39.

Jurczyszyn Lukasz, « Kim sa i jak dzialali ACTA-wisci? »[Qui sont les ACTA-vistes et comment ont-ils agi ?], in Obywatele ACTA [Les citoyens d’ACAC], Gdansk, Europejskie Centrum Solidarnosci, 2014, p. 112-145.

Klein Naomi, No Logo. Taking Aim at the Brand Bullies, Toronto, Alfred A. Knopf Canada, 2000 (No Logo. La tyrannie des marques, Arles, Actes Sud-Leméac, 2001).

Kuczynski Pawel, Jurczyszyn Lukasz, Rakusa-Suszczewski Mikolaj et Koltan Jacek, Obywatele ACTA [Les citoyens d’ACAC], Gdansk, Europejskie Centrum Solidarnosci, 2014.

Pleyers Geoffrey, Alter-globalization. Becoming actors in the global age, Cambridge, Polity Press, 2010.

Geoffrey, « Des black blocks aux alter-activistes : pôles et formes d’engagement des jeunes altermondialistes », Lien social et Politiques – RIAC, no 51, 2004, p. 123-134.

Wieviorka Michel, Neuf leçons de sociologie, Paris, Robert Laffont, 2008.

Stosunek do instytucji państwa oraz partii politycznych po 25. latach [Le rapport aux institutions de l’État et aux partis politiques au cours des derniers 25 ans], Komunikat z badań CBOS", no 68, mai 2014.

Note

1 Anti-ACTA peut être traduit en français par « Accord commercial anti-contrefaçon, ACAC .

2 Le 10 avril 2010, le Tupolev 154 transportant notamment le président polonais Lech Kaczynski s’est écrasé lors d’une tentative d’atterrissage sur l’aéroport de Smolensk, ne laissant aucun survivant parmi les 96 personnes à bord, qui représentaient la plus haute élite politique. Depuis cette date, s’est constitué un mouvement conservateur et patriotique qui, avec des gens marginalisés assez nombreux, accuse la Russie et une partie de l’élite politique polonaise d’assassinat à Smolensk. Les marches systématiques sont depuis organisées devant le Palais présidentiel à Varsovie.

3 Radio Maryja est une radio conservatrice et catholique polonaise fondée à Torun en 1991, par le père Tadeusz Rydzyk. Cette radio ne figure pas parmi les plus écoutées de Pologne, mais on en parle beaucoup en raison de ses positions souvent intolérantes, xénophobes, homophobes et antisémites. La « famille » de cette radio consiste avant tout en personnes ultra-catholiques plutôt âgées qui, depuis peu, manifestent plus massivement leur existences et leurs valeurs dans l’espace public.

4 Pawel Kuczynski, Lukasz Jurczyszyn, Mikolaj Rakusa-Suszczewski et Jacek Koltan, Obywatele ACTA [Les citoyens d’ACAC], Gdansk, Europejskie Centrum Solidarnosci, 2014.

5 En anglais, Agreement on Trade-Related Aspects of Intellectual Property Right (TRIPS).

6 Olga Brylewska, Piotr Chalubinski et Kamila Stepniowska, « ACTA- Zrodla protestu [ACTA – la source de la contestation] », in, Obywatele ACTA [Les citoyens d’ACAC], Gdansk, Europejskie Centrum Solidarnosci, 2014, p. 14-39.

7 Ibid.

8 Naomi Klein, No Logo. Taking Aim at the Brand Bullies, Toronto, Alfred A. Knopf Canada, 2000 (No Logo. La tyrannie des marques, Arles, Actes Sud-Leméac, 2001), disponible sur http://www.nologo.org.

9 Geoffrey Pleyers, « Des black blocks aux alter-activistes : pôles et formes d’engagement des jeunes altermondialistes », Lien social et Politiques – RIAC, no 51, 2004, p. 123-134.

10 Ulrich Beck, Risk Society, towards a new modernity, Londres, Sage, 1992.

11 Entretien avec Grzegorz Ruszkowski, organisateur du mouvement anti-ACTA à Varsovie, le 4 février, durant le congrès improvisé de l’Internet libre à l'École polytechnique de Varsovie.

12 Lukasz Jurczyszyn, « Kim sa i jak dzialali ACTA-wisci? » [Qui sont les ACTA-vistes et comment ont-ils agi ?], in : Obywatele ACTA [Les citoyens d’ACAC], Gdansk, Europejskie Centrum Solidarnosci, 2014, p. 112-145.

13 Michel Wieviorka, Neuf leçons de sociologie, Paris, Robert Laffont, 2008.

14 Entretien avec Grzegorz Ruszkowski, organisateur du mouvement anti-ACTA à Varsovie, le 4 février, durant le congrès improvisé de l’Internet libre, à l'École polytechnique de Varsovie.

15 Geoffrey Pleyers, Alter-globalization. Becoming actors in the global age, Cambridge, Polity Press, 2010.

16 Entretien avec Jacek Sloma, organisateur du mouvement anti-ACTA à Bialystok, le 4 février, congrès improvisé de l’Internet libre, École polytechnique de Varsovie. C’était sa façon de dire que le mouvement anti-ACTA n’avait pas été focalisé sur la lutte contre le système politique actuel. Il faut bien noter que des anarchistes ont participé au mouvement, mais qu’ils ont mis en avant la luttre contre le traité et non pas contre le système politique et socio-économique en général.

17 En anglais, Transatlantic Trade and Investment Partnership (TTIP).

Autore

Sociologue, politologue, maître de conférences à l’Académie des sciences humaines de Pultusk (Pologne), il est directeur du Centre d’internetions sociologiques à Collegium Civitas à Varsovie. Il appartient au Centre d’analyse et d’intervention sociologiques (CADIS/EHESS/CNRS) à Paris. Il est un des fondateurs de l’Atelier des recherches sur les mouvements sociaux à Varsovie (ZARS).  Il a publié récemment : « “Respect – Diversity Football Unites” UEFA/FARE Program at EURO 2012 in Poland and Ukraine. Between Pro-diversity Program and Security Policy Towards Far-right Groups », Journal for Deradicalization, no 4, 2015, p. 226-255 ; Violences urbaines. Une comparaison: France, Russie, Pologne, Saarbrück, Presses Académiques Francophones, 2015 ; « Kim sa i jak dzialali ACTA-wisci ? » [Qui sont les ACTA-vistes et comment ont-ils agi ?], in Obywatele ACTA [Les citoyens d’ACAC], Gdańsk, ECS, 2014.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2016

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540