Version classiqueVersion mobile

L'origine est aux frontières

 | 
Romain Simenel

Troisième partie. De la terre au sang

Conclusion générale. Refonder l’origine par l’accueil d’étrangers aux frontières

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

LE FARDEAU DU CHÉRIFISME

L’entrée d’un étranger en pays Aït Ba’amran se traduit souvent par son assignation à résider aux frontières de la confédération, des tribus et des fractions qui la composent, et par son accession au sommet du chérifisme. Au sein des espaces sanctuaires frontaliers, véritables pôles d’accueil des étrangers, si l’un d’eux parvient à s’accaparer les terres d’un saint par le biais du mariage et qu’il les gère de manière indivise, il devient par là même cherif. Aux frontières, les terres de saints font figure de passerelles généalogiques qui permettent à l’étranger qui s’y agrège de s’accrocher directement à la filiation du prophète Mohammed. La société Aït Ba’amran présente ainsi une configuration où l’étranger a la possibilité, s’il joue sur l’originalité de son extériorité pour séduire les femmes, d’accéder au statut du plus prestigieux descendant vivant du prophète et de faire de sa descendance masculine le fleuron du lignage chérifien qu’il a intégré. Peu imp...

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search