Version classiqueVersion mobile

L'origine est aux frontières

 | 
Romain Simenel

Troisième partie. De la terre au sang

Chapitre 8. La construction territoriale des catégories sociales

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

En pays Aït Ba’amran, on ne trouve pas un seul et unique type d’organisation territoriale. Aux trois principales catégories sociales composant la société Aït Ba’amran, à savoir les chorfa1, lignages reconnus comme descendants de saints locaux et du prophète Mohammed, les issuqin, population noire autochtone caractérisée par sa pratique de l’artisanat (forge et poterie), et les ia’min, les laïcs, hommes libres qui ne sont ni « gens de métiers », ni descendants d’un saint et qui constituent la majorité du peuplement des tribus, correspondent trois manières de s’enraciner dans l’espace. Une telle distinction se manifeste tant du point de vue de l’organisation résidentielle que de celui de l’organisation du territoire ou des modes de gestion de l’environnement et résulte en grande partie des logiques matrimoniales et des pratiques d’héritage propres aux différentes catégories sociales. L’imbrication des pratiques de parenté et d’héritage dans les modes de territorialisation de ces trois...

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search