Version classiqueVersion mobile

L'origine est aux frontières

 | 
Romain Simenel

Troisième partie. De la terre au sang

Introduction de la troisième partie

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Après avoir mis en lumière, dans les deux parties précédentes, les configurations particulières que les Aït Ba’amran ont de l’histoire du territoire de leur confédération et de leur culture locale, il s’agit maintenant d’apprécier la manière dont elles s’articulent dans la dynamique des relations sociales. En l’occurrence, dans une société musulmane dont les membres se disent descendre de bannis d’origines diverses, comment peut donc s’établir la distinction entre catégories sociales et comment sont définis les groupes de parenté ? Pour répondre à cette question, le rapport à la terre semble incontournable.

« La terre fait l’homme » : c’est en ces termes que les Aït Ba’amran envisagent l’existence masculine dans leur pays. Cette conception sociologique ainsi verbalisée n’est pas sans rappeler l’un des grands acquis théoriques de l’anthropologie du Maroc selon lequel la terre et le territoire sont fondateurs de l’identité des groupes sociaux et des individus. Dans le Rif, tout comme d...

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search