Version classiqueVersion mobile

L'origine est aux frontières

 | 
Romain Simenel

Deuxième partie. De la forêt à la culture

Conclusion de la deuxième partie

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Chez les Aït Ba’amran, les origines du territoire et des hommes sont toujours allogènes. Néanmoins la langue, dont l’apprentissage relève d’un non-sens domestique, est considérée comme l’acquis d’un rapport pratique à la forêt, celui du métier de berger exercé par les enfants. Si la langue est le seul principe d’enracinement endogène de la société, le système de classification des éléments de l’environnement qu’elle met en place, basé sur une analogie entre forêt et espace cultivé, n’est pas autonome ; il est nécessaire qu’une tierce partie allogène, intermédiaire entre les humains et les jnoun (génies autochtones), vienne s’en porter garant. En effet, le monde des jnoun (forêt) et celui des humains (espaces cultivés) ont inévitablement tendance à s’entre-transgresser, bousculant ainsi les repères analogiques de la langue tachelhit. En subordonnant toutes les limites entre forêt et espaces cultivés constitutives des terroirs aux frontières tribales, et plus particulièrement aux espa...

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search