Version classiqueVersion mobile

L'origine est aux frontières

 | 
Romain Simenel

Deuxième partie. De la forêt à la culture

Chapitre 6. Saints domesticateurs de l’environnement

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’histoire de la mise en culture des terroirs, à l’instar de l’histoire de la fondation politique du territoire, commence avec l’arrivée des saints. Le mythe (cf. chapitre 3, récit 9) raconte comment l’arrivée des saints a permis, par l’entremise de Duül Qarnain (Alexandre le Grand), l’instauration des conditions propices au développement de l’agriculture en pays Aït Ba’amran, à savoir le retrait de la mer et des pêcheurs bortugiz et l’avènement de la baraka (bénédiction divine). Ce modèle historique du saint comme figure introduisant les conditions nécessaires à l’exploitation de la terre se reproduit au niveau local dans tous les récits de fondation de terroir. La plupart d’entre eux commencent comme cela : « Quand le saint, venu de loin, est arrivé ici, il n’y avait rien. » Rien, pour les Aït Ba’amran, cela suppose qu’il n’y avait que la sécheresse. Immersion sous les eaux ou sécheresse, les terres antérieures à l’arrivée des saints sont soumises à un régime du néant. Il n’y a do...

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search