Version classiqueVersion mobile

L'origine est aux frontières

 | 
Romain Simenel

Deuxième partie. De la forêt à la culture

Chapitre 5. Parler et penser par la forêt

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

En pays Aït Ba’amran comme dans tout le Souss, les relations de l’homme à son environnement s’inscrivent pleinement dans l’espace nommé, ce dont témoigne la richesse du vocabulaire toponymique, botanique et zoologique. Le terroir, c’est-à-dire un territoire considéré du point de vue de ses aptitudes sylvo-agro-pastorales, est intimement lié au langage : l’humanité (afgan), le langage (awal) et la terre (akel), sont les trois composantes du concept local de tamazight, qui désigne à la fois le terroir, le paysage, le pays, les habitants qui l’habitent et la langue qu’ils parlent. Malgré cette importance du langage dans la définition d’un territoire humanisé, en pays Aït Ba’amran, la langue n’a pas d’histoire. La langue Tachelhit (dialecte berbérophone du Souss) ne fait l’objet d’aucun discours sur son passé. Il n’est jamais question de l’origine de la langue contrairement à celle du territoire. On ne trouve pas de mythe sur une quelconque genèse la concernant ou sur son éventuelle tra...

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search