Version classiqueVersion mobile

L'origine est aux frontières

 | 
Romain Simenel

Première partie. De l'exil au jihad

Conclusion de la première partie

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Les représentations historiques et géographiques que les Aït Ba’amran ont de leur pays sont liées à leur perception des frontières. Pour les Aït Ba’amran, qui se qualifient eux-mêmes de descendants de bannis, la frontière territoriale est le lieu d’où émerge l’histoire de leur confédération, une histoire dont les événements se déroulent exclusivement de l’extérieur vers l’intérieur des terres. La frontière localise le souvenir des origines et d’un jihad fondateur du territoire, comme si l’histoire locale provenait systématiquement d’ailleurs.

C’est l’itinérance pionnière des saints et de leur baraka qui a défini l’espace sédentaire et en a tracé les contours. Dans la représentation que les Aït Ba’amran ont de leur passé, ce sont les tribus qui se sont agrégées autour des saints fondateurs et non les saints qui sont venus s’inscrire entre les tribus. Ici, les frontières sont fondées avant même que l’intérieur ne soit occupé. Les tribus viennent s’emboîter dans ces limites préalablemen...

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search