Version classiqueVersion mobile

L'origine est aux frontières

 | 
Romain Simenel

Première partie. De l'exil au jihad

Chapitre 4. Le corps des femmes aux frontières

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Dans l’ensemble du Maroc, les lieux saints font l’objet de nombreuses visites rituelles thérapeutiques, en particulier par les femmes. De même, en pays Aït Ba’amran, les marques de saints sont appréhendées par les visiteurs comme de véritables sanctuaires où l’on vient chercher la baraka afin de soigner son corps et son esprit. Le positionnement des plus célèbres saints du pays Aït Ba’amran le long de ses limites territoriales interroge d’emblée le rapport entre corps et frontière, renvoyant lui-même au sens social de la notion de haram assimilant l’interdit du territoire à celui du corps féminin. Par-delà l’idée d’interdit, la spécificité des maladies traitées aux frontières et l’implication de ces pratiques corporelles dans le processus de mémorisation de l’histoire d’un jihad contre les chrétiens et contre soi même, mettent en scène tout un pan de la psyché des Aït Ba’amran, de la notion de péché à celle de honte ou de culpabilité.

AUX FRONTIÈRES DU TERRITOIRE ET DU CORPS

Lors des ...

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search