Version classiqueVersion mobile

L'origine est aux frontières

 | 
Romain Simenel

Première partie. De l'exil au jihad

Chapitre 3. Et le jihad fonda le territoire !

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Comment se fait-il que, dans le Sud marocain, les chrétiens soient si présents dans le paysage ? C’est l’une des premières questions que je me suis posées, au début de mon séjour de terrain chez les Aït Ba’amran, lorsque, au détour de marches dans la montagne, mes compagnons de chemin ne cessaient de commenter le paysage en se référant aux chrétiens. Quand, devant moi, je ne voyais qu’une simple ruine de grenier à blé ou un ancien matamore, eux me les désignaient comme d’anciennes prisons ou caches d’armes de chrétiens. À quoi renvoyait donc cette manière si particulière d’interpréter les stigmates d’une occupation séculaire du sol ? Indissociable de celle des saints, la figure des chrétiens se révéla au fil de l’enquête constituer l’autre pôle de l’histoire du territoire de la confédération.

L’EMPREINTE DES CHRÉTIENS SUR LES RUINES DU PASSÉ

À proximité des espaces saints frontaliers, les Aït Ba’amran localisent toujours les traces d’une ancienne présence chrétienne. Des ruines (ighou...

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search