Version classiqueVersion mobile

L'origine est aux frontières

 | 
Romain Simenel

Première partie. De l'exil au jihad

Chapitre 2. Saints faiseurs de frontières

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Dans le Souss, l’histoire commence avec les faits et gestes des saints. Le discours commun à l’ensemble des Aït Ba’amran sur le passé de leur pays porte essentiellement sur les saints. Le saint est une figure religieuse qui ne trouve pas sa source dans le Coran, mais qui est caractéristique de l’islam maghrébin. Personnage du passé puisqu’il n’en existe pas de vivant aujourd’hui, le saint est décrit comme un homme de religion porteur de baraka (bénédiction divine)30 jouant, tant de son vivant qu’après sa mort, le rôle d’intercesseur entre Dieu et les hommes. Pour les Aït Ba’amran, la baraka du saint apporte la fécondité aux champs, la fertilité aux femmes, la protection des nouveau-nés, la guérison aux malades et le salut aux pauvres. Plusieurs termes sont utilisés localement pour qualifier le saint. Parmi les termes arabes, cheikh, « maître », met en avant l’autorité du saint, wali le distingue en tant qu’ami de Dieu, alors que saleh le qualifie de bienfaiteur. Quant au terme berbè...

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search