Version classiqueVersion mobile

Genèse de l'État haïtien (1804-1859)

 | 
Michel Hector
, 
Laënnec Hurbon

Sixième partie. Annexes

Annexe I. Les fortifications, défense et patrimoine

Patrick Delatour et Henri Robert Jolibois

Texte intégral

1Le 9 avril 1804, trois mois après la proclamation de l’Indépendance de la république d’Haïti, Jean-Jacques Dessalines, alors gouverneur général, ordonne que des fortifications soient « élevées au sommet des plus hautes montagnes ».

2Cet ordre sera suivi à la lettre. Sur toute l’étendue du territoire, les fortifications existantes seront réadaptées aux besoins de défense de la toute nouvelle nation libre. Dans les montagnes, grâce à une connaissance sophistiquée et secrète de la géographie favorable à la défense nationale, de nombreux forts seront créés. Cette connaissance, fruit de l’intelligence collective des marrons, a bénéficié de l’apport du génie de Toussaint Louverture.

3Des ouvrages de défense solides, singuliers et complexes s’élèvent partout dans la république. Abandonnés depuis longtemps, ils sont toujours impressionnants et éloquents. La fortification la plus célèbre édifiée à la suite de cette ordonnance est sans conteste la Citadelle Henri, classée patrimoine mondial en 1981.

4Trois éléments de civilisation (précolombienne, africaine et occidentale) sont à la genèse de la personnalité haïtienne. Haïti est l’un des rares pays où existe sur son territoire une organisation de fortification qui remonte à 1492. Les fortifications espagnoles, françaises et anglaises sont côtières et ont la fonction de défendre les villes côtières, villes destinées au commerce extérieur. Les Anglais initient également la fortification intérieure. C’est surtout avec la période haïtienne que les fortifications de montagne prendront de l’essor. Toussaint Louverture les entame en 1798. Ce système traduit le souci de défense du territoire, mais aussi celui de l’organiser en fonction de l’État émergeant.

5Le système défensif louverturien comprend trois Cordons : l’Ouest sous la direction de Dessalines, le Nord sous la conduite de Christophe et l’Artibonite. Le dernier, constitué par le triangle Marmelade, Gonaïves et Ennery, en est la rotule. Certains forts comme celui de Bayonet sur les montagnes les plus élevées des Cahos, sont liés à une structure de production.

Carte de localisation des forts

Les fortifications de montagne s’expliquent par la nécessité de défendre le territoire

6Ces fortifications révèlent la détermination des Haïtiens à défendre tout le territoire, en tenant compte de tous les avantages : géographiques, politiques.

7Dessalines abandonne la ville du Cap, ancienne capitale coloniale, et crée sa propre capitale qu’il protège admirablement par sept forts : Innocent, Décidé, Culbuté, Docau, Fin du Monde, Nadal, Diamant.

8Dans la notion même de Fin du Monde, Dessalines inscrit dans la maçonnerie – pour ne pas dire dans l’art – le seul programme de société accepté par les gestionnaires et gérants du nouvel État : vivre libre ou mourir. Notons que la nouvelle capitale est tracée dans les règles de l’Art. Ceci souligne que les connaissances des généraux qui ont conduit la guerre de l’Indépendance étaient à un niveau remarquable, au même titre que Rochambeau et autres. Dans cette armée, seul le mérite compte. Et le mérite ne découle pas seulement du lien de naissance ni de la capacité de faire violence, mais surtout de celle de comprendre une stratégie et d’appréhender un programme social. Il ne faut pas oublier que parmi les officiers de cette armée qui participent aux constructions, huit sont des officiers du génie qui ont fait partie de l’expédition Leclerc avant d’intégrer l’armée indigène. Les fortifications prennent aussi une importance symbolique au cours de leur existence. Les fortifications sont l’objet d’une réflexion très élaborée et participent à un programme de société demandant à toute la population d’être sur le pied de guerre pour continuer la lutte pour la liberté.

9Le fort Fin du Monde évoque la fonction sociale du fort. La Citadelle devient la tombe de Christophe, sa Fin du Monde. Le général Magloire Ambroise est enterré dans le fort Ogé à Jacmel, et Geffrard dans celui des Platons. Les forts haïtiens de montagne deviennent aussi monuments funéraires dédiés à la mémoire des généraux divisionnaires.

La Citadelle Laferrière

La Citadelle Laferrière

10Tout de suite après la conquête de l’indépendance (1er janvier 1804), Dessalines, nouveau chef de l’État, donne l’ordre de réaménager tout le système de défense d’Haïti, pour éviter le retour des forces expéditionnaires françaises. Tout un ensemble de fortifications a été érigé dans les zones montagneuses éloignées des villes côtières. La construction de la Citadelle Laferrière au nord du pays a déjà commencé, mais c’est avec Henri Christophe, devenu chef d’État dans la partie nord du pays, qu’elle sera terminée et inaugurée en 1816. Elle représente un colossal effort militaire et en même temps une expression des capacités techniques acquises pendant la période esclavagiste. L’œuvre est imposante et est considérée comme invraisemblable, elle suppose la participation de plusieurs architectes européens. Elle constitue avec le Palais Sans Souci et le Palais des Ramiers le centre du pouvoir monarchique que s’est donné Henri Christophe. Au-delà de sa fonction défensive, la Citadelle exprime l’affirmation de la puissance de la nouvelle nation sortie de l’esclavage et la volonté de se forger un destin de grandeur.

Vue du Fort Bayonnais, L’une des fortifications commencées par Toussaint Louverture près d’Ennery (Image aérienne prise par Patrick Delatour)

Forteresse des Platons, édifiée par Geffrard sur les hauteurs de la plaine des Cayes (Photo par satellite de Google Earth)

Fort Ogé, édifié par Magloire Amboise sur les hauteurs de Jacmel (Photo Patrick Delatour)

Table des illustrations

Légende Carte de localisation des forts
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/9771/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende La Citadelle Laferrière
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/9771/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Légende La Citadelle Laferrière
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/9771/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 163k
Légende Vue du Fort Bayonnais, L’une des fortifications commencées par Toussaint Louverture près d’Ennery (Image aérienne prise par Patrick Delatour)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/9771/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 126k
Légende Forteresse des Platons, édifiée par Geffrard sur les hauteurs de la plaine des Cayes (Photo par satellite de Google Earth)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/9771/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 94k
Légende Fort Ogé, édifié par Magloire Amboise sur les hauteurs de Jacmel (Photo Patrick Delatour)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/9771/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 172k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search