Version classiqueVersion mobile

Genèse de l'État haïtien (1804-1859)

 | 
Michel Hector
, 
Laënnec Hurbon

Cinquième partie. Extraits des débats sur la genèse de l'État haïtien

L’État et l’édifice juridico-politique

Texte intégral

Le rôle des femmes

1La question du rôle des femmes dans la construction de l’État au cours de la période 1804-1859 n’a pas été véritablement abordée. C’est l’un des champs intéressants à explorer. En attendant, à travers la présentation de trois historiens ayant évoqué le rôle des femmes dans la lutte révolutionnaire, Sabine Manigat soulève un pan du problème.

2Résumé de l’intervention de Sabine Manigat :

3Les femmes au cours de la période révolutionnaire (1790-1804)

4Le regard de quelques historiens

5Par Sabine Manigat

6La période révolutionnaire, à Saint-Domingue comme sous d’autres cieux et à d’autres époques (France, États-Unis d’Amérique, Mexique...), a été écrite par des hommes et décrite comme un processus masculin de faits d’armes et de luttes. Dans le but de rechercher les traces d’une participation féminine et de tirer de l’oubli quelques-unes des actions réalisées par des femmes, on a procédé à une lecture systématique de trois œuvres importantes dans l’historiographie haïtienne : les tomes 1 et 2 de Thomas Madiou, Histoire d’Haïti ; un texte inédit d’histoire d’Haïti de Jean Fouchard ; l’œuvre de Beaubrun Ardouin : Études sur l’histoire d’Haïti.

7Dans le relevé des passages où la femme apparaît comme actrice, c’est-à-dire en tant que sujet d’une action, on a exclu les extraits traitant de massacres et de viols, rançon pour ainsi dire « banale » des guerres et combats.

8Synthétiquement on peut dire que la femme est présentée sous quatre angles. Elle est :

  • La victime ou l’objet de chantage. La femme est une proie, c’est-à-dire un butin de guerre (pour les bandes de Jeannot et de Biassou en particulier) ; ou encore de gloire (les conquêtes féminines de Toussaint Louverture comme gouverneur général).
  • L’appendice. Certaines femmes ont joué le rôle d’informatrices, d’exécutantes mineures ou d’ambassadrices.
  • L’ornement ou le symbole. L’image projetée dans ce cas rehausse les vertus dites « féminines » : noblesse, humanité.
  • La femme actrice. C’est l’exception. Trois critères ont présidé au classement d’une image ou d’une description dans cette dernière catégorie : l’autonomie, le rôle dirigeant ou inspirateur, l’impact ou la portée de l’acte posé ou de la situation.

9a. La fonction de victime : elle correspond à la condition la plus répandue dans le système esclavagiste. La femme est la proie. Une telle image répond à plusieurs aspects de la condition féminine à l’époque, entre autres : le déficit numérique des femmes, la domination sexuelle et les valeurs et pratiques développées sous la colonie dans le cadre de l’esclavage et du racisme.

10Ainsi, cette condition de proie et de victime est le lot des femmes dans les trois camps belligérants (le camp colonialiste, celui des insurgés et celui des bandes de marrons). Elle est illustrée par des descriptions comme :

  • les enlèvements de femmes, par les insurgés du Nord entre 1791 et 1794 en particulier, par les bandes de marrons, surtout à partir de la réorganisation louverturienne ;
  • l’exploitation sexuelle : on signale à ce sujet les trafics développés par Jean François et Biassou ; il est également question de la constitution dans ces camps de véritables « harems » à l’intérieur desquels une hiérarchie raciale décline l’avilissement des femmes en fonction de leur race ou couleur ; ainsi des femmes blanches étaient livrées en domesticité aux femmes noires une fois rejetées par les chefs ;
  • les otages : on trouve dans ces extraits plusieurs cas de femmes et enfants pris en otage, par exemple à l’occasion des luttes contre les invasions anglaises.

11b. L’appendice : c’est par excellence le rôle des femmes lorsqu’elles prennent une part plus active dans les événements révolutionnaires. À partir de leur condition subalterne, les femmes occupent souvent des lieux stratégiques (la maison des colons, leur intimité) à partir desquels elles peuvent éventuellement apporter un soutien aux combattants.

12Par exemple, en 1790, dans les débuts de la lutte des affranchis : « La résolution d’exterminer les mulâtres fut prise, et quelques blancs en confièrent le secret à des filles de couleur, leurs maîtresses. Effrayées d’un projet si horrible, elles le dévoilèrent à leurs frères. Ceux-ci prirent la fuite avec leurs femmes et leurs enfants et se retirèrent dans les bois. » (Madiou, 1988, 1 : 55.)

13Cette position stratégique des femmes esclaves ou insurgées peut d’ailleurs donner lieu à des manipulations des femmes de la part des différents partis. Madiou mentionne par exemple, lors de l’affaire Villate, au Cap-Haïtien en mars 1795, que « Les femmes noires qui avaient accompagné la députation [de Toussaint] avaient été gagnées par les soldats de Villate. Quand elles rentrèrent à la Petite-Anse, elles parcoururent le bourg, en criant que Lavaux et Perroux avaient fait venir deux navires chargés de chaînes pour remettre les Noirs dans les fers. » (Ibid., 2 : 305.)

14c. La femme ornement : une autre situation typique, la condition de femme ornement, celle qui fait les offrandes et symbolise la flatterie, se retrouve de façon prédominante chez ces historiens. Quelques illustrations :

  • à l’entrée de Toussaint au Port-Républicain, en 1797, les femmes sont chargées d’accueillir Toussaint, de lui offrir des fleurs ;
  • d’une façon générale, au faîte de sa puissance, Toussaint est adulé et l’une de ces marques de puissance est précisément ses succès féminins. Ainsi : « Dans toutes les villes de la colonie, des congrégations de femmes de bonne condition, de demoiselles, s’étaient formées, et les paroles des ecclésiastiques et des religieuses ne tendaient qu’à faire comprendre que Dieu permettait tout au gouverneur. » (Ibid., 2 : 129.)

15À l’opposé et de façon significative, selon plusieurs signalements d’auteurs, l’expédition Leclerc a eu parmi ses objectifs celui de mettre fin à ces transgressions de l’ordre sexuel et racial colonial. « Boulet avait reçu en communication une partie des instructions secrètes de Leclerc. Un des articles était ainsi conçu : Les femmes blanches qui se sont prostituées aux nègres quel que soit leur rang seront renvoyées en France. » (Ibid., 2 : 202.)

16Cette image de la femme-objet peut également avoir une projection positive. En effet, la femme est également symbole de noblesse, allégorique et attendrissante. Elle peut incarner l’humanité. Par exemple :

  • le 24 août 1793 au Cap-Haïtien, « Les femmes noires et de couleur, la tête ornée de plumes tricolores, portant sur leurs seins nus leurs petits enfants, demandèrent avec tant d’ardeur cette liberté si longtemps attendue, que le commissaire civil céda à des vœux qui étaient aussi dans son cœur. » (Ibid., 1 : 189) ;
  • en octobre 1794, lors de la prise de Léogâne par Rigaud sur les Anglais, les chefs royalistes sont condamnés à mort. « De nombreuses femmes de couleur vinrent en pleurs demander leur grâce au général Rigaud. Elles le supplièrent d’oublier le passé, de se montrer humain et de les gagner au parti de la République par sa générosité. Rigaud demeura inflexible. » (Ibid., 1 : 265) ;
  • des officiers conspirent contre Lavaux au Cap-Haïtien en février 1795. Lavaux fait emprisonner le colonel Rodrigue (blanc). « Mais quatre jours après, il le mit en liberté cédant aux clameurs des femmes noires et de couleur du Cap. » (Ibid. : 302.)

17d. La femme actrice : on retrouve cependant des traces de participation de femmes en tant qu’actrices à part entière. Il s’agit souvent d’individualités, présentées d’ailleurs sous un jour négatif ou condescendant. En d’autres occasions, elles se font remarquer par une action d’éclat « digne du courage masculin ». Dans tous les cas, leur action est évaluée à l’aune des valeurs mâles. L’exemple le plus typique est sans doute celui de Mme Martin, que l’on retrouve à plusieurs reprises aussi bien chez Ardouin que chez Madiou. Ainsi :

  • lors de la lutte des pompons rouges en mars 1791 : « La canaille blanche était dirigée par un aventurier nommé Praloto et par une femme d’une grande taille et forte, nommée Mine Martin. Celle-ci, toujours armée d’un sabre et de pistolets, la tête chargée de plumes rouges, les épaules nues couvertes de longs cheveux noirs, assistait à tous les clubs, y haranguait le peuple qu’elle s’attachait par des distributions de pains et de viandes. Elle déployait surtout contre le colonel Mauduit un acharnement qui allait jusqu’à la rage. » (Ibid. : 83) ;
  • « À la lanterne l’aristocrate ! Fut le cri qui sortit de la foule. De Mauduit demeura ferme et répondit à la multitude par un sourire de mépris. Les femmes furieuses qui entouraient Mme Martin se jetèrent d’abord sur lui [...] un sapeur de son régiment lui trancha la tête. Mme Martin, femme blanche, trancha avec un couteau ses parties génitales et les porta chez elle en triomphe. » (Ibid. : 85.)

18On retrouve cette Mme Martin plus tard, en juin 1793, lors de l’affrontement entre Galbaud et les commissaires Sonthonax et Polvérel. Parmi les agitateurs dans la flotte en rade du Cap, il y avait « quatre femmes, déportées comme lui de cette ville sur la dénonciation de la municipalité pour avoir toujours pris part à toutes les agitations qui eurent lieu depuis le commencement de la révolution. Ces femmes étaient les dames Pommier, Magran, Chavanne (connue sous le nom de comtesse de Chavanne) et Martin. Cette dernière avait joué un rôle infâme dans l’assassinat de Mauduit... » (Ardouin, 1958, 2).

19Par ailleurs, au moment de la conquête de Jérémie par Rigaud et Pinchinat au nom des commissaires, en juin 1793, Ardouin signale qu’« il y avait à Jérémie une jeunesse blanche brave et intrépide, les femmes mêmes se montrèrent disposées à combattre » (Ibid. : 183).

20Un autre de ces rares signalements a pour cadre Fort-Liberté, en octobre 1797, et pour circonstance l’affrontement Hédouville/Manigat avec Moyse. « Mme Moyse, femme énergique et audacieuse, indignée de leur incertitude [celle des soldats chargés par Moyse de monter la garde], sortit de chez elle, les harangua, releva leur courage et entraîna tout le régiment à l’arsenal qui n’était occupé que par quelques hommes. Elle ouvrit elle-même aux soldats les caisses de cartouches et la 5e, munie de provisions de guerre, vint reprendre sa position, mais avec une attitude fière et menaçante. » (Madiou, 1988, 1 :416.)

21On peut aussi classer dans cette catégorie cet épisode lié à la Déclaration d’abolition de l’esclavage à Paris, le 4 février 1794. « Une citoyenne de couleur qui assiste régulièrement aux séances de la Convention et qui a partagé tous les mouvements révolutionnaires, vient de ressentir une joie si vive en voyant la liberté accordée à tous ses frères, qu’elle a entièrement perdu connaissance (on applaudit). Je demande que ce fait soit consigné au procès-verbal, que cette citoyenne admise à la séance, reçoive au moins cette reconnaissance de ses vertus civiques. » (Ibid. : 225.)

22Enfin, lors du siège de Jacmel durant la guerre du Sud, les femmes et les enfants travaillent aux fortifications de la ville, on creuse des fossés, on transporte des matériaux. (Ibid., 2 : 19.)

23Tout en les assimilant aux faits classés dans la catégorie « actrice », on a réservé un traitement spécifique aux signalements concernant la fonction religieuse des femmes dans les luttes et combats.

24On connaît bien le rôle attribué aux femmes dans la cérémonie du Bois Caïman. Par la suite, les premiers affrontements des insurgés avec les troupes coloniales sont réputés se dérouler au son de chants vodous, avec fétiches et croyances magiques comme armes de guerre. Ainsi, s’agissant des affrontements des colons avec les bandes de Biassou en 1791 : « Pendant la nuit, de grands feux étaient allumés dans son camp, des femmes nues exécutaient des danses horribles autour des feux, en faisant d’effrayantes contorsions et en chantant des mots qui ne sont compris que dans les déserts de l’Afrique. Biassou, profitant de ces moments d’exaltation, poussait ses bandes contre l’ennemi qu’il surprenait au sein de la nuit. » (Ibid., 1 : 96.)

25Plus suggestif, le rôle de ces femmes (toujours sur le plan religieux) dans la résistance contre le système qui prend corps sous le régime de Toussaint Louverture. C’est Madiou encore qui rapporte comment, alors que Dessalines est inspecteur des cultures dans l’Ouest, « on lui rapporta que beaucoup de sorciers nommés vaudous se réunissaient dans la plaine du Cul-de-Sac, qu’à la tête de cette bande était une vieille femme noire, et qu’un grand nombre de cultivateurs abandonnaient les champs pour se rendre au lieu où se faisaient les sorcelleries » (Ibid., 2 : 112). Dessalines dispersa et fit exécuter ces Vodous.

26Rappelons que le pendant de cette position du nouveau régime vis-à-vis des pratiques religieuses des cultivateurs fut la promotion systématique du mariage et la tentative d’institutionnaliser la famille, complètement ignorée dans les faits par le système colonial pour les esclaves.

27À la fin de cette maigre récolte, on est tenté de se poser la question : les femmes ont-elles pu s’identifier aux valeurs véhiculées et aux enjeux des luttes de libération ? Sans préjudice du « gain net » que représente indéniablement la conquête de la liberté et de l’indépendance nationale, on est amené à porter le questionnement en amont en quelque sorte, c’est-à-dire à poser les questions préalables et fondamentales suivantes :

  • Se sentent-elles concernées dans la spécificité de leur genre, dirait-on aujourd’hui ?
  • Ont-elles les moyens de leurs aspirations (quels moyens leur laisse leur condition historique de subalternes) ?
  • Sont-elle bénéficiaires (la liberté juridique est-elle un gain immédiatement perceptible dans leur quotidien) ?

28Participant – Je pense que Sabine Manigat a essayé de dégager la lecture qu’ont faite ces trois historiens sur la femme haïtienne. On sait que l’historiographie haïtienne a mis l’attention surtout sur ceux qui étaient au-devant de la scène. Il reste à faire pour compléter le travail de Carolyn Fick, The revolution from below, particulièrement la recherche dans le cas des femmes. Mais nous savons qu’il y a des textes qui informent de la participation des femmes esclaves à la lutte de l’Indépendance. Nous avons par exemple ce passage extraordinaire de Pamphile de Lacroix qui montre que dans la plaine du Cul-de-sac, on a trouvé un groupe avec une « mambo » et des hommes qui étaient en train de faire un « wanga » contre l’armée blanche, que lui, Pamphile de Lacroix, a dispersé, et il a donné d’autres témoignages de combattantes, avec leurs croyances religieuses. Il faudra faire également ce travail d’histoire à partir d’en bas, pour comprendre le rôle réel qu’ont joué les anonymes de cette histoire-là. Quand l’insurrection a éclaté, Toussaint Louverture n’était pas là. La lutte de l’Indépendance a été déclenchée par ces anonymes dès le départ de Toussaint Louverture. C’est seulement en octobre 1803, quand l’insurrection était générale, que Dessalines et tous les autres officiers de l’armée coloniale vont passer à l’insurrection. Donc, il y a ce travail à faire et c’est beaucoup plus difficile. Car, il faut aller dans les archives pour essayer de trouver les traces de la participation des femmes. Je ne doute pas qu’on en trouvera, si on regarde comment était organisé Makandal. Ce sont principalement les fers de lance, parce qu’ils étaient des domestiques, dans les maisons des maîtres, ils avaient choisi d’utiliser la tactique de l’empoisonnement. C’était extrêmement important. On a vu avec l’arrestation de Makandal, l’arrestation de toutes ces femmes qui étaient impliquées dans le réseau des soulèvements contre les Blancs.

29Participant – Question à Vertus Saint-Louis. Tu dis que tu ne peux pas parler de la victoire de la petite paysannerie contre le projet de sauvegarde des grandes plantations. Effectivement, tout le monde a perdu la bataille de la citoyenneté. Mais dans un système qui se met en place contre les nouveaux libres pour les forcer à travailler en nouveaux esclaves, je pense que c’est une victoire d’avoir échappé à la tentative de les garder indéfiniment dans le système néo-esclavage comme tel. J’aimerais que vous précisiez pour moi dans quel sens vous ne considéreriez pas cet aspect comme une victoire ?

30Laënnec Hurbon – Le problème des femmes dans l’histoire d’Haïti, Michel Hector et moi-même, nous pensions que nous pouvions l’aborder sous le thème : les rapports du genre dans la construction de l’État. C’est un problème rarement posé, mais qui est important aujourd’hui pour comprendre la situation actuelle des femmes. Il faut remonter au mode de construction de l’État haïtien. C’est dans un seul et même mouvement que cette question doit être étudiée et inscrite comme essentielle dans la production de l’État et non comme une question annexe ou secondaire.

31Modérateur – Il ne faut pas oublier qu’à partir du moment où Boyer adopte le code civil de Napoléon, l’exclusion de la femme est fondée juridiquement.

32Participant – Il y a quand même un point nodal dans nos fantasmes qui datent certainement de la période de la création de l’État haïtien, la représentation de la mulâtresse dans l’imaginaire haïtien. Là, il me semble qu’il y a un champ énorme de recherches à faire. Je me questionne souvent sur notre modèle de femme, la mulâtresse avec tout ce que cela comporte de fantasme.

33Claude Moïse – Depuis 1957, de façon concrète, les femmes ont commencé à voter. Évidemment, il y a une histoire de la lutte des femmes pour conquérir les droits étendus (politiques et civils). Il y a une histoire qui commence au début du XIXe siècle, mais surtout en 1946. Cette année-là, la bataille politique des femmes était extrêmement forte. Elle s’est poursuivie en 1950. Et la première fois qu’on a inscrit dans une constitution le droit des femmes, c’était en 1950. Cependant, c’était un droit politique restreint, c’est-à-dire, elles pouvaient être admises à voter à condition qu’elles attendent encore une période de probation de quelques années. Donc, le problème des années de probation est arrivé en 1957. Mais avant 1946, il y avait aussi le décret de Lescot qui avait accordé le droit aux femmes d’être ministres, d’accéder à des fonctions exécutives, quoiqu’elles ne puissent pas être électeurs, ce qui est tout à fait paradoxal.

Les arts sous les premiers gouvernements

34Philippe Lerebours – Nous pensons que les arts ont joué un rôle important jusque sous le gouvernement de Geffrard. Il ne faut pas oublier que Christophe non seulement crée l’orchestre philharmonique du Nord, mais également son école de peinture. Sous Boyer, Timoléon ou Déjoie s’inscrivent dans l’armée. Boyer leur dit : « un peintre ne doit pas se faire tuer, la République en a besoin ». Lors de la restauration de la Cathédrale du Cap, Déjoie est le personnage le plus honoré. On oublie que sous Soulouque, les artistes distribuent les portraits de l’Empereur dans toute la nation. Mieux, Madame Soulouque passe des commandes de peintures religieuses presque à chaque occasion et elles donnent lieu à de grandes manifestations. Je crois que le problème se pose sous plusieurs aspects. Les arts servent à asseoir le pouvoir personnel en même temps qu’ils répondent aux aspirations du peuple. J’ai devant moi un petit texte publié en 1825 de Charles M., voilà ce qui y est dit : lorsque la guerre fut terminée on ouvrit les églises au culte et le culte romain fut rétabli. Ensuite revivait le théâtre. La plupart des acteurs étaient Noirs et plusieurs d’entre eux possédaient un grand talent et jouaient surtout des comédies et des pantomimes. On commençait aussi à donner quelque attention à la peinture et la musique elle-même était cultivée partout. On faisait usage de toutes sortes d’instruments, mais on préférait en général ceux à cordes. Et nous savons que dans les campagnes haïtiennes, jusqu’au début du XXe siècle, le violon était un instrument encore d’usage parmi les paysans. Au-dessus de tout, il faut placer la culture des arts comme élément de justification de la race noire. Et lorsque Candeleur rentre en Haïti, il s’étonne de voir ce qui s’y passe. Il déclare justement que les Noirs n’ont aucune disposition pour la création artistique, mais qu’ils peuvent s’initier par l’éducation. Ils auraient pu devenir des artistes à l’instar de Timoléon Déjoie. Mais, il est clair à l’époque que la seule façon pour le Noir d’exister, et ceci va orienter notre littérature, est de montrer qu’il est capable d’accéder aux arts. C’est dans ce sens que Boyer lui-même va faire en sorte qu’il y ait six professeurs au lycée Pétion dont deux professeurs de dessin et de peinture. Après 1825, Boyer réduit progressivement l’effectif. En 1830, il ne reste que deux professeurs et l’un des deux est encore celui qui enseigne la peinture, et en allant plus loin Boyer prend un arrêté faisant obligation à tous les fonctionnaires de suivre des cours de dessins et ces cours sont donnés le samedi matin, et ceci n’est pas un projet, les cours ont eu lieu. Donc, il y a là une nécessité et un besoin pour cultiver les arts.

L’État, les territoires et les relations internationales

35Participant – À propos de Dessalines comme semi-lettré et cette révolution qui est incroyable ou même impensable : est-ce que dans le fond toute révolution n’est pas toujours grosse d’une pensée qui a besoin encore de se redéployer. Ne s’agit-il pas pour nous aujourd’hui de retrouver cette pensée qui s’est traduite en acte en 1804 ?

36Est-ce que les premiers dirigeants n’ont pas essayé de trouver une solution au problème de la reconnaissance de l’Indépendance à travers leurs relations avec le Vatican pour l’imposer aux grandes puissances coloniales ? Est-ce que la Citadelle avait seulement une vision fortificatrice ? N’y avait-il pas la volonté d’inscrire l’être haïtien dans la pierre, une manière de dire aux autres que nous existons ?

37Participant – On a tendance à confondre gouvernement et État parce que les structures ne fonctionnent pas. À propos des relations d’Haïti avec les États-Unis, on doit dire que les États-Unis entretiennent des rapports avec Haïti sans reconnaître son indépendance. Ils étaient seulement en quête de denrées et des produits haïtiens. Les colonies commerçaient déjà avec d’autres puissances que leur métropole.

38Il ne s’agit pas d’un inventaire de toutes les fortifications de montagne d’Haïti. Dans le cas de Saint-Marc, l’une des exceptions qui confirment la règle, il y a deux grandes fortifications : Diamand et Brisebaine au-dessus de Saint-Marc, qui ont été édifiées par les Anglais pour des besoins de contrôle de ce territoire qui venait d’être occupé er de la population qui n’est pas tout à fait amicale. Dans toutes les lettres de Christophe et Wilberforce se dégage un esprit se référant à l’universel. Suivant certaines personnes, la Citadelle serait une banque pour conserver de l’argent, la réserve d’or du royaume. Cela reste à prouver.

39L’affaire du traité de Bâle devait être replacée dans l’ensemble des relations internationales. À partir de ce traité qui confirme la défaite espagnole, l’Espagne devient l’alliée de La France. Les deux pays resteront alliés jusqu’en 1808 lors de l’agression napoléonienne. Là, on a une situation extrêmement délicate quand il s’agit d’appliquer le traité de Bâle concernant Saint-Domingue. Dans la partie espagnole de l’île, l’abolition de l’esclavage n’a pas eu en soi de conséquences importantes parce qu’il n’y avait pas beaucoup d’esclaves. Mais c’est l’exemple qu’il ne faut pas donner aux colonies espagnoles qui sont nécessaires à la couronne espagnole. Quand Toussaint Louverture de sa propre autorité envahit la partie espagnole, il désavoue le traité de Bâle. Mais la France qui a déjà rétabli l’esclavage n’a aucun intérêt dans un mouvement révolutionnaire. Toussaint, lui, avait ses propres projets : la création d’un grand État qui n’est pas encore haïtien mais qui allait le devenir et qui regrouperait la totalité de l’île. C’était d’ailleurs le rêve des Français pour qui les Espagnols étaient de piètres colonisateurs. Car, là où ils devaient cultiver la canne à sucre, ils pratiquent l’élevage. Pour ce qui est du Vatican, le contact était très précaire. Dans la période postrévolutionnaire, le Vatican est encore un État qui a une capacité diplomatique autonome dans le système des alliances de l’Europe. Après 1815, il en sera autrement. Il fera des gestes dans la direction d’Haïti en y envoyant des prêtres.

40Effectivement les colons français à l’époque du système de l’Exclusif n’avaient qu’une envie : desserrer l’étau qui les étouffait dans le système d’échange établi entre la colonie et la métropole. Ils revendiquaient la fin de la tyrannie métropolitaine. Ce discours très connu se traduira plus tard par des relations commerciales avec les États-Unis qui se poursuivent après l’indépendance du pays sans que sa souveraineté ne soit reconnue. On ne pouvait pas parler de ces relations comme du colonialisme classique puisque les États-Unis n’exerçaient pas une souveraineté directe sur le pays. Aux États-Unis dominait un fort discours anticolonialiste européen. Ils s’opposaient au monopole et voulaient des frontières ouvertes.

41Participant – Je voudrais souligner le fait que l’État émergent, en Haïti, n’est pas un État de paix mais un État de guerre. La distinction est fondamentale, on a eu une période de dix ans de guerre qui ont abouti à cette création en 1804 et cette guerre a continué. Dans un État de guerre les institutions ne fonctionnent pas. Le pouvoir absolu fonctionne avec une politique économique qui est tout à fait différente par rapport à un État de paix. C’est un fait important qu’il faut considérer.

42Je pense qu’à partir de 1789 jusqu’à 1802, l’apport des Américains avec le consul Stevens lors de la présidence Adams est souvent sous-estimé, parce que sans Stevens et Adams les troupes de Toussaint Louverture ne seraient pas approvisionnées et il n’y aurait pas eu ce blocus contre la marine française à l’époque. Je crois que cela a été un apport fondamental dans la guerre de l’Indépendance qui a été souvent sous-estimé dans l’historiographie haïtienne. Avec d’autres forces pour neutraliser les Américains.

43Henry Robert Jolibois – La connaissance des forts s’est effritée malheureusement. Est-ce que les choses avaient changé ? On avait toujours un plan de défense mais avec d’autres stratégies. Et les forts ont été utilisés à des fins variées. Fort Jacques est devenu une prison. Mais la transmission d’une connaissance sur ce type de fortification et de projet de construction nationale ne se fait pas.

44Patrick Delatour – Retournons au concept de la Révolution française : liberté, égalité, fraternité. Je crois que les Haïtiens ont abordé deux concepts : liberté, égalité. Un paradoxe que je retrouve aujourd’hui encore quand nous parlons d’égalité avec le monde occidental. Cette quête d’égalité avec le monde occidental veut dire qu’il faut prendre moins de vingt ans pour faire ce que le monde occidental a fait en deux cents ans. L’inégalité entre les différentes classes de la société est une donnée fondamentale. La création de villes nouvelles selon les principes modernes de l’époque (architecture, utilité publique, espace public) et la fonction d’État s’inscrit dans la logique architecturale de la Révolution française au moment où cette société essaye de s’exprimer, de repartir à zéro. Pour moi, c’est ce décalage qui est à la base de la remise en question permanente de notre État. Et nous voilà aujourd’hui avec un pays qui a une minorité riche et une grande majorité pauvre. Nous avons un conflit fondamental entre la modernité et notre tendance eurocentriste de notre civilisation qui débouche sur ce grand écart.

45La transmission de la connaissance des hommes de la Révolution française qui vont influencer la pensée haïtienne et qui vont influencer même le bâti haïtien est une opportunité qui est assez intéressante car il faut connaître les critères et les modalités de l’expression architecturale de la Révolution française. Quand la France entre dans son programme de construction, elle n’est plus révolutionnaire. Elle est déjà impériale. Il ne se trouve que deux pays au monde qui ont exprimé les critères de la pensée révolutionnaire française dans son expression architecturale : les États-Unis et Haïti. Les États-Unis avec les constructions multifonctionnelles de Thomas Jefferson à Washington, ville nouvelle et centre administratif. Il est condamné et combattu par Adams qui préfère avoir les murs de bois, lesquels impliquent une flotte susceptible de donner aux États-Unis la capacité d’exporter et de rentrer dans le commerce. Or, justement dans la création de notre État, le seul compromis qu’a fait Toussaint Louverture, et que nous sommes en train de payer aujourd’hui, c’est son alliance avec l’Angleterre qui lui promettait la protection de sa flotte, il a admiré le principe de ne pas développer une flotte justement pour ne pas créer la menace d’une exportation de la révolte des esclaves et de la Révolution.

46Participant – Il me semble que depuis Jean Price-Mars, un bon travail a commencé dans ce sens. Mais jusqu’à présent le chantier est encore à ses débuts. La nécessité de construire un État de droit est apparemment le souhait de tous les Haïtiens. Mais, il faut faire un travail éducatif pour un changement de mentalité qui peut accompagner un changement de structure. Il me semble que nous devons attendre encore pour ce changement.

47Participant – J ai l’impression que nous fonctionnons ici comme ce que l’on appelle en géomorphologie une rivière allogène qui passe dans un désert sans rien apporter à l’environnement. On a l’impression que l’on vit ici dans un désert d’État et nous fonctionnons sans problème. Nous devons réfléchir pour voir comment passer le flambeau aux plus jeunes.

48Participant – Pour moi la question de l’autonomie de l’État n’est pas encore résolue. Quand Jean Casimir parle de l’État en tant que lieu de luttes de classes et en tant qu’institution, il y a une différenciation pertinente qu’il faut faire. L’État contre la nation et l’État pour la nation. Il y a même des thèses qui veulent que la nation haïtienne n’existe pas encore. L’État haïtien n’aurait pas encore à sa charge cette nation. Il faudrait étudier encore cette question avec plus de sérieux. J’aimerais que l’on apporte beaucoup plus de lumière sur certains thèmes d’actualité à partir de ces expériences.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search