Version classiqueVersion mobile

Genèse de l'État haïtien (1804-1859)

 | 
Michel Hector
, 
Laënnec Hurbon

Quatrième partie. État, territoire et relations internationales

1. Commerce extérieur et concept d’indépendance (1807-1820)

Vertus Saint-Louis

Texte intégral

  • 1 Jean-Baptiste (1957) : 9.

1Selon feu le professeur Saint-Victor Jean-Baptiste, l’histoire de Saint-Domingue et de la Révolution haïtienne aurait été marquée par le déploiement de deux concepts d’indépendance, celui de l’esclave aspirant à la liberté et celui du colon attaché au maintien de la servitude et recherchant pour lui seul la liberté de commerce1. Dans son livre, l’auteur stigmatise, avec raison, l’égoïsme du point de vue du colon. Mais ne fait-il pas preuve d’étroitesse d’esprit lorsqu’il n’insiste pas sur la nécessité pour l’esclave de rechercher, outre l’affranchissement des liens de la servitude, un accès libre et direct au trafic maritime international ? L’expérience postcoloniale immédiate d’Haïti est sur ce point lumineuse. Dessalines est tombé en raison de conflits d’origine interne : question de couleur, propriété du sol, exercice du gouvernement... mais aussi de problèmes relatifs au commerce extérieur : contrebande, fraude fiscale, cours du café, mévente d’un sucre de mauvaise qualité, décision américaine de cesser tout commerce avec Haïti. Au lendemain de sa mort, nous assistons à une emprise sur l’espace politique haïtien du négoce anglais détenant, de fait, le monopole du commerce extérieur d’Haïti, au retour en force des commerces américain et français en Haïti, et à la subjugation du jeune et faible commerce national par le négoce étranger.

Emprise sur l’espace politique haïtien du négoce anglais

2Le gouvernement britannique se déclare neutre dans le conflit entre Pétion et Christophe (Leconte, 1930), mais en l’absence du négoce américain, officiellement retiré d’Haïti, la marine et le commerce anglais jouent un rôle actif finalement favorable à Pétion dont la politique rappelle étrangement celle de Toussaint Louverture lors de la guerre civile du Sud.

3Vers la fin de janvier 1807, Christophe dénonce dans une lettre à James Richard Dacres, commandant de la station de Jamaïque, une connivence de Pétion avec le gouvernement français à propos des émissaires envoyés fomenter la révolte en Jamaïque. Il invoque son amitié pour le gouvernement britannique comme motif lui faisant un devoir de le prévenir et de lui demander de prendre des mesures appropriées. Il recommande le blocus des ports de l’Ouest, de Jacmel à Port-au-Prince, comme étant la meilleure disposition à prendre. Christophe sollicite la coopération de la marine britannique pour chasser les Espagnols de la partie orientale de l’île dont il pourrait s’emparer grâce à seulement deux frégates anglaises qui couperaient tout approvisionnement de la part des Américains (Cole, 1967 : 157, 159).

4D’autre part, le négociant anglais, Robert Sutherland, agent de la firme George Geddes basée à Londres, tient auprès de Pétion à peu près le même rôle que le consul américain Stevens auprès de Toussaint Louverture lors de la guerre du Sud. Sutherland fait circuler la rumeur que Christophe serait en contact avec Bonaparte, qu’il aurait fait des démarches amicales en direction de Ferrand, général français stationné à Santo Domingo et commandant des débris de l’armée expéditionnaire de Leclerc, lequel en 1805 a résisté aux forces de Dessalines. Le commerce anglais de Port-au-Prince se rallie à Pétion, dont la politique de laisser-faire offre aux étrangers plus d’opportunités que celle, assez rigide, de Christophe (ibid. : 165). Sutherland est partie prenante dans l’organisation par Pétion d’une expédition militaire dans le Nord-Ouest, confiée au général Bazelais et à l’adjudant général Lamarre. Le gros des troupes destinées au Nord-Ouest s’embarque sur le Lord Duncan, de près de 1 000 tonneaux, consigné dans la rade de Port-au-Prince à la maison Robert Sutherland. Quelques autres bâtiments moins grands et un garde-côte de l’État, l’Indépendance, commandé par Jean Gaspard, frère de Augustin Gaspard, un corsaire français, escortent le vaisseau anglais. Ils prennent le large dans la nuit du 25 au 26 mai 1807. Bazelais doit, autant que possible, s’efforcer d’enlever la ville de Saint-Marc que les autorités de Port-au-Prince croient dégarnie de troupes de Christophe, retenues à cause de l’insurrection dans le Nord-Ouest. Le bateau Indépendance doit porter les dépêches de Pétion aux insurgés.

  • 2 Ardouin (1958, 7 : 18) ; Brown (1837, 2 : 165). Cet auteur présente une version différente des évé (...)
  • 3 Jean-Baptiste, op. cit., introduction.

5En route, l’expédition, s’arrêtant pour faire de l’eau, apprend que la ville des Gonaïves est dépourvue de troupes, celles préposées à sa défense s’étant portées dans le Nord-Ouest, et que cette place de commerce est pleine de café et de coton. En bon commerçant, Sutherland incite l’expédition à se détourner sur cette ville, laquelle est facilement enlevée. Les chefs ne pensent nullement à faire construire des fortifications, préférant employer les soldats à transporter café et coton des magasins de l’État vers les navires. Officiers, soldats et matelots se soucient de participer au pillage. Sutherland revient à Port-au-Prince avec le Lord Duncan chargé de denrées. Vers la mi-juin, Pétion fait organiser une nouvelle expédition, commandée par le colonel Lamarre, qu’il promeut au grade de général de brigade2. La flotte est aux ordres de Panayoty, un marin d’origine grecque3, nommé commandant général des forces navales de la République (Ardouin, 1958, 7 : 20). Lamarre réussit à s’implanter dans le Nord-Ouest où il prend la direction d’une insurrection contre Christophe. Au début de 1808, les troupes de Pétion exercent une forte pression par l’intérieur des terres sur Port-de-Paix, principale ville du Nord-Ouest, bloquée sur mer par des bateaux marchands fournis et équipés par Sutherland et d’autres marchands anglais et américains (Cole, 1967 : 166). Pétion fait partir le sénateur Théodat Trichet pour Londres où il est pris sous la protection de la firme Staniforth and Blunt (il serait parti, selon Cole, en 1808, suivant Ardouin, après juillet 1807).

6Christophe se met en contact avec Thomas Goodall, un enseigne de vaisseau anglais de passage au Cap et disposant d’un bateau, le Young Roscius, armé en course. Christophe lui propose de passer à son service avec un titre encore plus élevé que celui d’enseigne de vaisseau. Dans l’opération, Goodall vendrait à l’État d’Haïti son vaisseau dont l’armement serait augmenté et qu’il continuerait de commander comme officier de la marine d’Haïti. Goodall retourne à Londres, réarme son bateau, emprunte de l’argent pour en acheter un second, le Hopewell, qu’il fait aussi armer lourdement. En route pour Haïti, et de passage à Portsmouth, il s’y arrête et y recrute des marins supplémentaires. Lorsque les deux navires arrivent au Cap, Christophe, enchanté, désigne Goodall vice-amiral de la marine haïtienne et commandant en chef de son unique escadre. Le Young Roscius est rebaptisé Le Foudroyant et monté de 150 marins et soldats haïtiens en plus de son équipage anglais. Le capitaine John Mccullogh, promu vice-amiral, prend le commandement du Hopewell tandis que Goodall retourne à Londres se procurer un autre navire qu’il espère être au moins une frégate de 36 canons (Cole, 1967 : 163). Monté sur le Foudroyant, Mccullogh se porte devant Jean-Rabel, une petite ville côtière du Nord-Ouest occupée par les troupes de Pétion. Il y est tué, le 2 février 1808, au cours d’une rencontre où Derénoncourt, commandant d’un navire de Pétion, se fait sauter avec son bateau. Christophe fait rendre les honneurs militaires à la dépouille de Mccullogh (Cole, 1967 : 163-164 ; Ardouin, 1958, 7 : 34 ; Madiou, 1987, 4 : 96-98).

7Ce dernier est remplacé par Pearce, un autre officier de la marine royale d’Angleterre. Chargé d’entraîner de nouvelles recrues, il est remplacé à son tour par un autre jeune officier britannique. En avril 1808, tandis que ce jeune officier se trouve en patrouille dans la baie de Léogâne à la tête de deux goélettes armées, récemment intégrées à la marine de Christophe, il tombe aux mains du Daedalus, navire de Sa Majesté britannique. Le capitaine Warren du Daedalus inspecte le Foudroyant et y rencontre 17 marins anglais. Après avoir débarqué les soldats et marins haïtiens aux Gonaïves, il ramène les marins anglais en Jamaïque où ceux-ci sont récupérés par la marine royale pour suppléer à sa carence d’équipage. L’amiral Dacres, commandant de la station, accepte le retour du Foudroyant au Cap, évitant ainsi, dit-il, toute interférence dans le conflit entre Christophe et Pétion. Il ajoute toutefois que si le navire, que, suivant le ouï-dire, Goodall est allé chercher à Londres, est rencontré en mer, lui Dacres, ordonnera sa saisie et adjudication comme prise sauf si le bateau présente une licence spéciale pour le but auquel il est destiné. Le 26 septembre, Christophe salue le retour de Goodall qui lui amène non une frégate de 36 canons mais le Lord Mulgrave, une corvette de 22, monté par 18 hommes, vaisseau très rapide et élégant, chargé des marchandises nécessaires à Goodall pour obtenir la licence tant convoitée. Le 29, le capitaine et l’équipage anglais, lesquels ignoraient tout de l’intention de Goodall de vendre le navire et qui ne désirent pas servir Christophe, sont renvoyés.

8Le 1er octobre, Goodall, monté sur le Lord Mulgrave, suivi du Foudroyant et de deux autres goélettes, met le Cap en direction de l’Ouest. À sa vue, l’escadre de Pétion commandée par Panayoty, en stationnement en face de Port-de-Paix, se déplace vers l’ouest, poursuivi un moment par Goodall jusqu’à Jean-Rabel. Satisfait, Goodall revient à Port-de-Paix toujours assiégé par terre. Il est accueilli avec joie par la population. Enivré par son succès et cet accueil, il se remet à poursuivre Panayoty jusqu’à mettre ses navires hors de portée des batteries de la côte au Môle. Les marins ivres de Goodall, découvrant le danger, reviennent à Port-de-Paix. Ces incidents relatés par Cole démontrent que jusqu’ici la soi-disant marine de Christophe est avant tout un corps de mercenaires et de farceurs. Madiou et Ardouin présentent une autre version qui ne concorde pas avec celle de Cole. Selon eux, la flottille républicaine venue bloquer Port-de-Paix, le 15 septembre, aurait capturé le Jacques Simon, bateau du Nord, ce qui d’après Ardouin aurait provoqué une colère rageuse de Christophe. Deux des goélettes de ce dernier prennent la mer le 15 et affrontent la flotte républicaine. Incapables de résister, elles se retirent avec des pertes légères. Cependant, il s’agit là de divergences de détail.

9Ardouin et Cole concordent sur les implications commerciales de l’engagement anglais. Selon Ardouin,

le Sénat à Port-au-Prince avait reçu l’offre d’un Anglais, dont le nom n’est pas mentionné, de porter ses démarches à l’amiral de la station de la Jamaïque, en réclamation contre la conduite de Goodall, et il pensait devoir envoyer aussi un agent accrédité. (Ν. B. L’italique est de Ardouin.) Mais en accueillant sa dépuration au quartier général, en lui répondant le 11, « qu’il partageait ses sentiments, » Pétion lui dit qu’il n’agréait pas l’idée d’envoyer un agent du gouvernement ; mais qu’il était d’avis, en cas que le commerçant anglais eût changé de disposition, de confier ces dépêches au citoyen Dugué ; ce qui eut lieu. Nous croyons que Goodall fut blâmé par l’amiral de sa nation mais il avait eu le temps d’opérer utilement pour Christophe. Au reste [...] des sujets anglais servaient dans les deux camps, selon leurs intérêts individuels. (Ardouin, 1958 : 48.)

10Le texte d’Ardouin masque le rôle tenu par le commerce anglais représenté par Sutherland, L. Pradine est clair sur ce point :

À la séance du sénat du 2 octobre 1808, les négociants étrangers et indigènes étant réunis pour faire face aux urgences pressantes de l’armée de Lamarre, Lespinasse, négociant indigène, suggère une imposition générale en raison des facultés de chaque citoyen. Robert Sutherland prend la parole, tant pour sa maison que pour les négociants étrangers, et déclare que puisque les besoins étaient pressants, ils se réuniront demain en assemblée pour procurer au sénat, à titre d’emprunt, jusqu’à ce que la contribution soit rentrée, la somme nécessaire pour le moment. Le sénat, consulté, fait savoir que la somme nécessaire peut s’élever de 15 à 16 mille gourdes. Cette mesure prise, la séance est levée. (Pradine, 1886, 1 : 501.)

11Selon Cole, la simple incursion de Goodall a jeté la consternation parmi les commerçants anglais de Jamaïque. Ils ont vu dans le renforcement de la flotte de Christophe une menace pour leur commerce avec la zone de Pétion. Ils ont été les premiers à avertir le vice-amiral Rowley, successeur de l’amiral Dacres à Port Royal en Jamaïque, que Goodall avait rejoint Christophe avec le Lord Mulgrave. Rowley instruit confidentiellement ses capitaines de navire : dans le cas où un bateau quelconque se présenterait dans la Baie de Léogâne, ils doivent l’examiner strictement et veiller à ce qu’il ne viole pas les conditions de la licence qui lui a été accordée sous le sceau de Sa Majesté pour ses buts de commerce. Le sloop Sappho, du commandant Charlton, est le premier navire anglais à aller sur la trace de Goodall au cours de sa patrouille autour de la côte nord d’Haïti en direction de Samana, à la recherche de corsaires ennemis. Le bateau entre dans le port du Môle et Charlton apprend « du général des forces de Pétion » « l’histoire de la conduite étrange » du Lord Mulgrave et des navires qui l’accompagnent. Ce général (sans doute Lamarre) l’informe également que selon ses renseignements les plus récents, ces bateaux se trouvent à Port-de-Paix. Charlton est rejoint par le Daedalus et le Pert de la marine britannique, coupant toute retraite à l’escadre de Christophe en fuite. Le capitaine Warren du Daedalus prend les opérations en main, interroge Goodall, l’envoie à la Jamaïque en même temps que le Lord Mulgrave et son équipage britannique. Le reste des marins (des Haïtiens) du Lord Mulgrave sera transféré sur les bateaux haïtiens autorisés à rentrer à Port-de-Paix.

12La Sappho conduit sa prise à Port Royal, le Daedalus reprend sa mission de patrouille, le commandant Hall du Pert est chargé d’informer Christophe de la saisie de son vaisseau amiral et de son vice-amiral. L’information de Hall suscite la furie de Christophe qui lui coupe la parole et dicte à son secrétaire une lettre dans laquelle il exprime son indignation à l’adresse de l’amiral Rowley de la Jamaïque. Christophe y dénonce la collusion, en fait réelle (l’italique est de nous), des autorités de la Jamaïque avec les forces de Pétion. Il fait partir pour la Jamaïque le brigadier général Simon, accompagné de Harmer Haskell, négociant anglais du Cap. Simon est chargé de se faire restituer le Lord Mulgrave et d’exiger la cessation des actions de vexations du capitaine Warren. Haskell est porteur d’un mémoire des négociants du Cap exprimant leurs craintes de mesures de représailles de la part de Christophe. Cette dernière considération plus que toute autre porte Rowley à retourner le Lord Mulgrave mais Goodall doit se rendre à Londres pour y rendre compte de sa conduite. Il y arrive le 9 janvier 1809.

13Christophe jouit du support des humanitaristes anglais. Goodall, rendu à la liberté, assiste, le 26 avril 1809, à un dîner de la Royal Human Society de Londres. Christophe achète le sloop Beaver qu’il baptise l’Haytienne mais, en décembre de la même année, sa flotte de 7 bateaux, 1 570 tonnes, 1 029 hommes, 112 canons est plus faible que celle de Pétion de 2 010 tonnes, 1 028 hommes, 155 canons. Christophe attend impatiemment une corvette de 730 tonnes et 24 canons que doit lui acheter son agent français Bunel. Pétion vient d’acheter à New York un Indiaman de 970 tonnes qu’il se propose d’armer de 124 canons (Cole, 1967 : 175). À l’encontre de cette affirmation positive de Cole, Ardouin (1958, 7, ch. 13) dénonce un favoritisme des Anglais et des Américains à l’endroit de Christophe, dont la flotte prend la supériorité sur celle de Pétion, ce que Madiou semble confirmer dans son exposé de la marine des deux parties vers le 15 novembre 1809. Ardouin explique par cet avantage les succès que Christophe remporte à partir de février 1810 sur les rebelles du Nord-Ouest commandés par Lamarre, tombé le 16 juillet suivant. Christophe, en adversaire élégant, fera rendre les honneurs militaires à sa dépouille. Madiou signale la rumeur selon laquelle Pétion aurait laissé délibérément périr Lamarre, un membre du parti de Gérin, mort dans le Sud sous les feux d’un détachement commandé par un général obéissant aux ordres de Pétion.

14Entretemps, l’Angleterre a évincé totalement la France dans les Antilles. L’invasion de l’Espagne par Napoléon au début de 1808, jointe à l’interdiction par Ferrand de tout commerce avec les indigènes de la partie espagnole, a provoqué vers la fin de l’année un soulèvement de ces derniers. Grâce à l’appui de la marine britannique, les indigènes espagnols obtiennent en juillet 1809 l’évacuation par les Français de Santo Domingo, leur dernier bastion. Le commandant anglais Hugh Lyle Carmichael requiert et obtient des indigènes espagnols 400 000 pesos pour la marine britannique comme prix de son appui contre la France. Le 24 février 1809, la Martinique tombe aux mains des Anglais. En 1810, la Guadeloupe subit le même sort. Au début d’avril 1810, le général Rigaud débarque aux Cayes. Le gouvernement anglais sera toujours opposé à Rigaud qu’il tient pour un agent de Bonaparte, ce qui est probablement vrai. Sur le terrain, Pétion, sérieusement affaibli par la défaite de Lamarre, se trouve bloqué entre Christophe dont la flotte se fait imposante et Rigaud dont la popularité grandit dans le Sud et l’Ouest.

15Selon Cole, Pétion, coincé, demande à William Doran, un des marchands anglais de Port-au-Prince, de renouveler les efforts en vue d’obtenir la reconnaissance de son gouvernement par celui de l’Angleterre. Doran est bien disposé à transmettre la requête à cause de la menace nouvelle qui pend sur les commerçants anglais de l’Ouest et du Sud. Si les progrès de Christophe ne sont pas stoppés, il peut bloquer tous les ports de commerce, et si le gouvernement britannique ne parvient pas à un accord avec Pétion, ce dernier peut décider d’accorder des tarifs préférentiels aux Américains, car l’embargo de 1806, renouvelé en 1807 et 1808, est prévu pour prendre fin en 1809. Doran arrive à Londres vers la fin de juillet 1810 et exprime dans une lettre à Lord Liverpool son point de vue sur les véritables intérêts de l’Angleterre. Le monopole du commerce d’Haïti assurait autrefois aux Américains 40 à 50 millions de livres de café par an qu’ils débitaient en Europe à des prix empêchant toute concurrence. Le monopole passé aux Anglais leur donnerait à leur tour un avantage qui ne doit pas être perdu. Doran affirme que Pétion peut terminer la guerre quand il le veut mais qu’il lui répugne de verser plus de sang. Il demande à l’Angleterre de rétablir et garantir la paix en Haïti en échange d’un monopole commercial et de tarifs réduits.

16Pressé par la crainte que lui font éprouver les circonstances, Pétion fait partir un autre émissaire : André Langlade qui, arrivé à Londres, écrit le 21 septembre à Doran :

  • 4 Cole (1967 : 179-180), PRO/WO, 1/75 et 1/76. Références citées par l’auteur. Pour confirmation, no (...)

J’ay l’honneur de vous informer de mon arrivée en cette capitale, il y a deux jours. Je suis chargé par le président d’Haity de vous communiquer des choses importantes qu’il n’a pas cru prudent de confier au papier, et dont la substance est d’employer tout votre crédit près du gouvernement de Sa Majesté Britannique, conformément au projet qu’il vous a confié avant votre départ d’Haity pour obtenir une médiation des différends qui existent dans cette isle. Depuis votre départ, le président s’est moralement assuré du point essentiel du plan que vous lui avez soumis. Il m’a chargé de vous informer qu’au cas que vous ne réussissiez pas à obtenir la médiation des Ministres de sa Majesté pour l’établissement de la paix entre lui et le général Christophe ; que vous tachiez du moins d’obtenir la décision du Gouvernement Britannique sur le plan qu’il vous a confié et dont vous avez fortement approuver : savoir, de soumettre la souveraineté d’Haity à Sa Majesté Britannique sous la garantie par elle, de la liberté ; et propriété des habitants ; du reste, la collonie se soumettant et promettant de subvenir à toutes les dépenses relativement aux établissements civils et militaires qu’il plaira à Sa majesté d’y établir. Excepté l’introduction des troupes blanches qui ne pourra avoir lieu qu’avec le consentement des représentants du peuple, le président laisse à votre jugement tout ce qui concerne les autres arrangements mineurs, étant certain que vos connaissances locales et générales vous mettront à même de tout arranger pour le mieux tant pour l’intérêt de votre pays que pour celui d’Haity...4

17William Doran soumet directement la proposition à Lord Liverpool, le 13 mars 1811, tandis qu’à cette date, John Goff de Staniforth et Blunt sont eux-mêmes sur le chemin du retour à Londres venant d’Haïti avec une réaffirmation de l’offre proposée par Pétion (Cole, 1967 : 190). Des propositions de ce genre à l’adresse du gouvernement britannique invitent à s’interroger, comme l’a fait Manigat, sur « les sentiments [...] de Pétion vis-à-vis de la souveraineté nationale». En effet, selon Manigat, Pétion aurait exprimé, en mai 1809, à un agent français sa disposition à accepter une tutelle éventuelle de l’ancienne métropole (Manigat, 1954).

18Je dois ici réviser une opinion antérieure lorsque j’ai affirmé : « Les appels à l’étranger n’ont été finalement décisifs pour aucune des parties... » (Saint-Louis, 2003). Je demeure convaincu que, de façon ponctuelle, l’appui anglais a été décisif dans la victoire de Pétion.

19Christophe, croyant peut-être trop en sa force ou agissant suivant son tempérament, se montre rigide. Sa flotte capture le bateau Crown de Londres au moment où celui-ci pénètre dans le port du Môle pour apporter des secours aux partisans de Pétion. La cargaison est vendue et Christophe dénonce la connivence des autorités de Jamaïque et de Port-au-Prince. Il décide en décembre 1810 le blocus des ports de l’Ouest et du Sud. Les commerçants anglais redoutent sa fureur en cas de conflit. Il déclare Haïti un royaume et se proclame roi le 28 mars 1811. Il crée une noblesse héréditaire. Christophe n’est plus en odeur de sainteté auprès des Anglais lorsque vers la fin de 1811, il entreprend de frapper un grand coup contre l’Ouest et le Sud. Trois de ses navires, La Princesse Royale Améthyste, l’Athénaïs et le Jason pénètrent dans les eaux du Sud. Parvenue devant Miragoâne, La Princesse Royale Améthyste se révolte contre Christophe. Elle entraîne dans sa rébellion les deux autres navires et accueille à son bord des soldats de Miragoâne, ville du Sud commandée par Borgella. Ce dernier a succédé à Rigaud, mort en septembre 1811, lequel en 1810 a établi dans le Sud un gouvernement séparé de celui de Pétion dans l’Ouest. Or, les Anglais n’ont jamais reconnu le gouvernement de Rigaud, qu’ils considéraient comme un agent de la France. Ils ne reconnaissent pas non plus Borgella. Moins de dix heures après la révolte de l’Améthyste, la nouvelle de cet événement arrive à Port-au-Prince. Inginac, un grand dignitaire du gouvernement de Pétion, après avoir conféré avec ce dernier, fait venir le capitaine James Lucas Yeo, commandant de la frégate Southampton, en station dans la rade de Port-au-Prince. Le 2 février 1812 au matin, Lucas Yeo se présente devant Miragoâne. Il hèle et attaque l’Améthyste qu’il capture après lui avoir infligé de sérieux dommages matériels et de graves pertes en vies humaines. Lucas néglige les deux autres bateaux mais conduit l’Améthyste à Port-au-Prince. Il y fait débarquer les Haïtiens, qu’ils soient du Nord ou du Sud. Puis, il se rend avec sa proie à la Jamaïque. À partir de ce moment commence le déclin de Christophe. Pétion, rentré dans le Sud pour opérer la réunification, récupère les deux bateaux de Christophe et ceux de Borgella, se donnant ainsi les moyens de l’emporter sur Christophe lorsqu’en mars 1812 ce dernier vient mettre le siège devant Port-au-Prince.

  • 5 Barsquett (s.d. : 348) ; Brown (1837 : 171). Brown, semble-t-il, cite Barsquett. Madiou et Ardouin (...)
  • 6 Duboys (1789, 2 : 142). L’adjudant général Huin, attaché à Toussaint, se rend, au début de 1800, e (...)
  • 7 Léon (1974, 2 : 474). Ce négociant dénommé par l’auteur Stramfort Blund serait-il le même personna (...)

20On a beaucoup parlé des relations entre Christophe et le gouvernement anglais5. Christophe, il est vrai, est un anglophile, mais il a écarté le commerce étranger de sa politique, le réservant pour les parades et autres mondanités, et misé sur des marginaux (des corsaires) et des gens de second rang (des humanitaristes au service du pouvoir). Christophe est un lion qui fait peur aux négociants étrangers. Pétion est un serpent malin qui s’assure finalement un avantage par son esprit méthodique, systématique, voire cynique. Des hommes proches de Pétion, tels Inginac et Sabourin, entretiennent depuis longtemps de grandes affinités avec le négoce de Jamaïque6. Pétion a obtenu l’appui d’éléments clés au cœur et au cerveau du système anglais : des maîtres et agents du grand commerce maritime, soutenus de façon active, discrète et assez souvent ouverte par les autorités de la Jamaïque. On retiendra qu’en 1809 un négociant anglais a, en deux fois, avancé de l’argent à Qayer Larivière du parti de Pétion pour faciliter son retour de Londres en Haïti7. De façon ponctuelle, l’appui anglais a été décisif dans la victoire de Pétion et le commerce anglais est le nerf de cette solidarité.

21Tandis que Pétion et Christophe facilitent l’immixtion du gouvernement, de marginaux et de négociants britanniques dans leurs querelles de pouvoir, les États-Unis s’apprêtent à revenir en force sur le marché haïtien, et la France va utiliser le commerce comme arme pour faire avancer sa diplomatie en Haïti.

Retour en force des commerces américain et français

  • 8 Cole (1967 : 175-178) ; Hoffmann (1988 : 182-199). Cet auteur signale un négociant du nom de Kane (...)

22Depuis l’abrogation du commerce avec Haïti par le Congrès des États-Unis, le commerçant américain se fait passer pour anglais ou s’associe à un collègue anglais afin de continuer son négoce dans l’île. Importe-t-il en Haïti des marchandises américaines ou y trafique-t-il des produits anglais ? Le bateau Crown, saisi par Christophe en mai 1810 tandis qu’il entrait au Môle, a été affrété à Londres pour une valeur de plus de 26 000 livres sterling par un Américain, Robert Windsor, associé au Britannique Archibald Kane8. À la levée de l’embargo en 1809, les exportations américaines vers les Antilles françaises ont baissé considérablement. En 1810, elles représentent 109 000 dollars, soit 2 % du commerce avec Toussaint Louverture (Montague, 1940 : 47). Christophe saisit des cargaisons américaines équivalant à la somme de 132 000 dollars en représailles contre les Américains qui retiendraient frauduleusement 125 000 dollars avancés pour fournitures. En 1817, Christophe refuse de recevoir Septimus Tyler, lequel se présente comme agent commercial américain, parce que la lettre dont il est porteur est adressée à Christophe et non au roi Henry Ier et fait mention du Cap-Français et non du Cap-Haïtien.

23En 1812, lorsque la guerre éclate entre l’Angleterre et les États-Unis, Haïti demeure passif face aux parties en conflit (Logan, 1941 : 183). Mais Pétion autorise la vente de vivres d’Haïti aux îles britanniques qui ont des difficultés de ravitaillement. En 1813, Pétion reçoit un agent commercial américain dont la mission réelle est d’obtenir une autorisation pour les croiseurs américains d’entrer avec leurs prises dans les ports d’Haïti. À la fin de la guerre, Pétion indique vouloir en finir avec le tarif préférentiel et s’assurer l’amitié des États-Unis. Madison choisit d’ignorer l’ouverture faite par Pétion (Montague, 1940 : 48). L’avantage continue donc d’être en faveur des Britanniques dont les marchandises bénéficient (5 octobre 1814) d’une réduction d’un demi-droit de la part de Pétion, en quête d’un appui anglais contre la France. En 1816, Pétion accorde aux Américains l’avantage reconnu aux Anglais. Les exportations américaines vers Haïti vont rapidement augmenter.

  • 9 Coradin (1987), Turnier (1955). Voir aussi Logan (1941) et Montague (1940).

24Durant l’année 1822-1823, Haïti se place au sixième rang comme pays importateur de marchandises américaines, après l’Angleterre, la France, Cuba, la Chine, l’Allemagne. Les négociants américains intéressés au commerce avec Haïti se montrent dès lors favorables à sa reconnaissance officielle par le gouvernement des États-Unis. Boyer adresse en ce sens une requête en date du 6 juin 1822 que le Congrès choisit d’ignorer, bien que la question commence à passionner la presse. En février 1823, le président Monroe refuse de reconnaître Haïti, quelques mois seulement avant l’affirmation de sa doctrine qui ne concernera que les colonies ibériques d’Amérique du Sud devenues indépendantes. L’attitude américaine est déterminée par la pratique de l’esclavage et de la discrimination de race sur son territoire. Pour cette même question de race, Haïti est mise à l’index par les pays d’Amérique du Sud qui ont pourtant bénéficié de son soutien moral et matériel lors de leur combat pour l’indépendance9.

25Une fois libérée en 1814 des contraintes de la guerre en Europe, la France cherche à rétablir sa domination sur Haïti et à retrouver sa part du commerce de son ancienne colonie. Dès la première mission, les Français comprennent la portée des relations commerciales pour contrecarrer l’influence anglaise et faire avancer leur politique en Haïti. Il importe d’insister sur ce point, car jusqu’ici on a retenu surtout les démarches diplomatiques.

  • 10 A. N. CC9A48.

26Pétion aurait dit à Dauxion Lavaysse : « Des bateaux chargés de marchandises seraient les meilleurs négociateurs que vous puissiez nous envoyer » (Ardouin, 1958, 8 : 36). Il semble que la leçon ait été retenue. Dans un rapport daté de août 1815, Dauxion de Lavaysse, membre de la mission de 1814, expose au gouvernement de France que Pétion ne prélève ni taxes territoriales ni capitation, qu’il vit des recettes de douanes, des droits de patente annuelle sur les métiers et professions, des taxes sur les maisons dans les villes. Dauxion souligne que les marchandises anglaises payent 5 % de moins de droits que les autres, que cette mesure a été prise sous la pression des négociants de ce pays. Pétion aurait confié à Dauxion qu’à l’arrivée de bateaux de France, les marchandises seront considérées sur le même pied que celles des Anglais. Rapportant les vues de deux ou trois Anglais qu’il croit bien informés, Dauxion affirme que l’on a exagéré la fortune du roi Christophe. Elle ne dépasserait pas un million de livres sterling (soit 23 millions de francs), dont plus de la moitié en or d’Espagne ou du Portugal. Après la paix de Paris, Christophe l’aurait utilisée pour acheter des armes, y compris en France. Peltier, son agent à Londres, aurait reçu pour rechercher le soutien de journalistes 10 000 livres dont il aurait conservé personnellement 4 000. Dauxion propose ensuite une politique qu’il croit être conforme aux intérêts de la France. Il observe que tout envoi de commissaires qui ne serait pas précédé de relations commerciales, c’est-à-dire de l’envoi de navires marchands, gâterait à jamais les affaires de Saint-Domingue, entraînerait le massacre de personnes bien intentionnées, jetterait toute la colonie aux mains de Christophe et en consommerait à jamais la perte pour la France. Le mieux serait d’embarquer à bord d’un des bâtiments marchands allant à Saint-Domingue un homme secret, habile mais d’un nom obscur, un homme méconnu à Saint-Domingue mais qui connaisse bien les colonies. Cet homme serait nommé subrécargue de la cargaison et autorisé à traiter avec un officiel de Port-au-Prince10.

27On peut difficilement isoler de ces recommandations les vues développées dans un rapport du 15 décembre 1815 de la division des Colonies du bureau de la Marine. Il y est dit :

Dans la position où se trouve la France il pourrait être avantageux d’établir sous pavillon neutre des relations commerciales avec Saint-Domingue. L’agriculture et l’industrie y trouveraient un débouché de plus, la navigation un nouvel aliment et l’activité inquiète d’une partie de la population une direction salutaire et un but utile. On peut espérer de voir tourner ces relations au profit de nos vues politiques sur Saint-Domingue. Elles nous rapprocheraient d’ailleurs de l’Amérique espagnole et nous mettraient à portée de ménager avec cette partie du monde les nouvelles liaisons que semblent préparer les événements. Le rapport relate les demandes de Bordeaux et du Havre en faveur d’expéditions vers Saint-Domingue. Elles devraient être purement commerciales, utiliser des équipages sûrs et en nombre aussi réduit que possible. On pourrait encourager ces expéditions en modérant les droits de douanes sur les denrées coloniales qu’elles rapporteraient. Le Conseiller d’État Directeur général des Douanes, pressenti sur la question, a distingué, depuis le 29 novembre trois classes de productions, en fonction desquelles varieraient les privilèges à accorder. Ce sont : 1) sucre terré, indigo, cacao, cuirs secs, 2) sucre brut, café, coton, bois de gayac, de teinture et de marqueterie, 3) mélasses et tafias. Pour s’assurer de l’authenticité des quittances d’entrées et de sorties de Saint-Domingue, la France disposerait à la Jamaïque d’un agent secret qui pourrait être un négociant ou toute autre personne sûre de qui on recevrait tous les mois en fac-similé les signatures des autorités locales chargées à Saint-Domingue de la perception des droits.

Quantité de marchandises importées de Saint-Domingue en France pendant les années 1816, 1817, 1818, 1819, 1820, 1821 et 1822. Ν. B. Les quantités, que ce soit bois ou café, sont exprimées en kilos. En 1821, l’on trouve sur l’état d’importation transmis par la douane un article intitulé bois de teinture, de gayac et de marqueterie 752 453 kilos en masse. Sources : France. A. N. CC9C7

  • 11 A. N. CC9C7. Direction des colonies. Bureau d’administration. Expéditions commerciales pour Saint- (...)

28Le rapport conclut sur les difficultés de vérification et insiste sur la nécessité des armements. L’ordonnance de Louis XVIII du 27 mars 1816, adoptant les points de vue du rapport de décembre, autorise le commerce sous pavillon neutre ou simulé tel entre la France et son ancienne colonie de Saint-Domingue. L’un des premiers agents de ce commerce est le vieux Dravermann, membre de la première mission qui a été moins de diplomatie que d’espionnage et de séduction. Vers la fin de l’été 1815, il arrive à Port-au-Prince sur un navire battant pavillon prussien et chargé de marchandises. Il essaie de parler allemand et joue sur la respectabilité accordée à son âge pour obtenir une audience de Pétion. Il lui avoue être bien Dravermann, mais qu’il est maintenant négociant et non plus agent du ministre de la Marine. Ardouin, qui relate l’événement, signale l’ordonnance du 27 mars 1816 (Ardouin, 1958, 8 : 36). Mais il semble avoir ignoré le rapport d’août 1815. Durant l’année 1815, deux autres bateaux arrivent de Bordeaux sous pavillon masqué. Du 29 août 1815 au 31 décembre 1816, sont accordées 42 autorisations d’envoi de bâtiments de commerce pour Saint-Domingue. Ils jaugent en tout 7 074 tonneaux et portent 475 hommes11.

29Un rapport du bureau d’administration des colonies reçu à Bordeaux le 24 juin 1819 signale que

  • 12 A. N. CC9C13.

tous les bâtiments français sont accueillis avec empressement dans les ports du sud de Saint-Domingue sous la présidence du général Boyer et la France ne commerce qu’avec cette partie de la colonie. Il suffit de faire hisser un pavillon étranger quelconque. On ne demande d’exhiber aucun papier pour justifier de ce pavillon. On n’ignore pas que le navire est français et l’équipage est accueilli plus favorablement et plus amicalement que les autres nations qui commercent avec cette colonie insurgée12.

30Une lettre du ministre de la Marine de France en date du 27 février 1824 signale :

  • 13 A. N. CC9C7. Direction des colonies. Bureau d’administration. Expéditions commerciales pour Saint- (...)

On assure que la plus grande partie des importations de café qui ont eu lieu de Saint-Domingue en France à la faveur de l’ordonnance royale du 27 mars 1816, sont effectuées pour le compte de maisons de commerce établies dans cette île. Il paraît que des bâtiments français qui se trouvaient à Saint-Domingue en vertu d’autorisation régulière, mais qui manquaient des fonds ou du crédit nécessaires, ont reçu de ces maisons anglaises des chargements de cafés dont la vente en France a été faite pour le compte de celles-ci. Ces cafés admis comme denrées des colonies françaises, ayant été vendus sur nos marchés avec avantage, les négociants anglais ont organisé à ce sujet une suite d’opérations qui facilite l’affluence des navires français attirés par l’appât du fret avantageux. On ajoute que ces navires qui se rendent à Saint-Domingue n’y portent plus que des cargaisons d’une modique valeur et que quelques-uns même s’y rendent au lest sous le prétexte d’aller chercher des restes de cargaisons qu’ils n’avaient pu emporter dans un premier voyage. Le Département de la marine n’est point en mesure de vérifier ces indications. Il a seulement remarqué qu’elles se trouvent d’accord, jusqu’à un certain point, avec l’état du commerce extérieur de la France avec Saint-Domingue que vient de fournir... le Directeur général des douanes pour l’année 1822 : 3 822 264 livres d’exportations contre 10 802 277 livres d’importations, soit une balance défavorable à la France de 6 802 013 livres... L’ordonnance royale du 27 mars 1816 a été rendue dans le double motif de renouer entre la France et Saint-Domingue des rapports propres à nous donner dans cette île une prépondérance utile et de procurer à notre industrie des débouchés nouveaux et à notre commerce des opérations avantageuses... Le motif politique continue à subsister [pour] faire maintenir la faculté donnée aux navires français de commercer librement avec Saint-Domingue13.

  • 14 A. N. CC9C7. Lettre du 18 mars 1824 du ministre aux administrateurs des ports, relative à une déci (...)
  • 15 Almanack de la République d’Haïti pour l’année 1827, Imprimerie Joseph Courtois, Port-au-Prince, 1 (...)

31En dépit de cette dernière considération, la France interrompt l’autorisation d’expéditions particulières vers Haïti et met fin au privilège colonial en faveur de ses négociants trafiquant avec Saint-Domingue14. Les négociants anglais, présents sur le terrain15, disposant de possibilités de crédit, ont pu probablement se constituer fournisseurs des capitaines et subrécargues français. Le pays est devenu un lieu de rivalités entre différents commerces étrangers sous l’œil impuissant de ses gouvernements.

32Alors que les puissances étrangères utilisent l’arme du commerce pour imposer leur politique en Haïti, Boyer étrangle, au profit du négoce étranger, le commerce national encore jeune et faible et confronté dès l’origine à des conditions extrêmement difficiles.

Subjugation du jeune et faible commerce national par le négoce étranger

  • 16 Beauharnais (1937 : 3). Cet homme politique déclare dans un discours sur le commerce national qui (...)
  • 17 Saint-Victor Jean-Baptiste (1957) a développé l’idée de deux concepts d’indépendance bien tranchés (...)

33À propos de questions historiques aussi importantes que : le commerce extérieur, le commerce national, la bourgeoisie nationale..., nombre de compatriotes ont tendance à projeter sur le passé des vues idéologiques : nationales patriotiques16, indigénistes17, marxistes (Lamaute, 1999 ; Joachim, 1979), en ignorant ce qui a été écrit noir sur blanc par Beaubrun Ardouin et Madiou. Nous pensons devoir insister sur cet aspect oublié de notre histoire.

  • 18 Pradine (1886 : 343 et 496), dispositions interdisant la sortie du numéraire.
  • 19 Ibid., vol. 1 : 337-349, Recueil des lois et actes...

34Au lendemain de la chute de Dessalines, Christophe et Pétion, sans faire preuve d’esprit critique, prennent faits et causes pour les négociants étrangers. Se constituant le défenseur de contrebandiers pris la main dans le sac, le sénateur Daumec, attaché à Pétion, qualifie Dessalines de tyran cruel et stupide voulant établir l’Exclusif en faveur des indigènes. Il fait voter par le sénat la loi du 23 avril 1807 qui place le négociant haïtien sur un pied d’égalité avec son collègue étranger, juste en principe, injuste dans la réalité18. En effet, l’Haïtien est privé par la politique des puissances étrangères hostiles des profits que peut procurer l’accès direct au grand commerce maritime. L’État haïtien n’ayant point résolu la question monétaire19, ramène, de fait, les échanges avec l’étranger à un troc. L’État haïtien est incapable de protéger ce commerce national sur le territoire même contre la concurrence qui vient de Cuba par exemple. Cette colonie, disposant de techniques nouvelles (Knight, 1977 : 231-253, 237 ; Soto Arango et Puig-Samper, 1995 ; Las Barras de Aragon, 1955 : 417-447 ; Yacou, 1991 : 137-162, 142. Tornero Tinajero, 1996 : 180), fabrique, outre le sucre raffiné, un tafia de qualité supérieur à celui d’Haïti. La prohibition légale ne peut empêcher l’effet de séduction qui vient de la qualité. Les gens au pouvoir prennent goût au tafia de Cuba et pour masquer leur violation de la loi disent prendre un coup de chenuc (Ardouin, 1958, 7 : 43, 44). Dès 1808, l’on constate que des Haïtiens de la Grande-Anse, fuyant les insurgés contre Pétion, profitent du trafic illicite pour se rendre à Santiago de Cuba et en Louisiane, où le système de l’esclavage demeure encore en vigueur.

  • 20 Ardouin (1958, 8 : 65). Dans les derniers jours de janvier 1818, Pétion demande à trois négociants (...)

35L’État est incapable de protéger le commerçant haïtien quand il arme en direction des îles danoises et autres de la Caraïbe (Madiou, 1988, 5 : 365). Cet État n’a pas l’audace nécessaire pour organiser un système d’entrepôt souhaité par l’étranger et pour lequel le secrétaire Inginac a soumis une proposition à Boyer. Comment organiser un entrepôt dans une ville non protégée contre l’incendie et où le service de douane souffre de nombreuses défaillances avec lesquelles les autorités s’accommodent (Franklin, 1828 : 333) ? Le café produit par le paysan suffit difficilement au paiement des dettes contractées envers l’étranger par la nouvelle classe militaire, politique, urbaine et parasitaire. Les bons utilisés, faute d’argent pour payer les employés de l’État, sont généralement négociés par ces derniers à 40 % au-dessous de leur valeur auprès des commerçants étrangers qui, pour paiement de leurs taxes, les retournent au gouvernement parfois à 200 % de leur valeur nominale par suite du prétendu retard dans le remboursement. Sur le point de mourir en mars 1818, Pétion emprunte au négoce anglais pour payer la troupe20. Ces étrangers se sont toujours fait payer leurs avances par des concessions politiques ruineuses pour le pays. Selon David Nicholls, en 1814, les Anglais sont assez forts pour se faire accorder par Pétion la réduction, confirmée en 1817, de 10 à 5 % de la taxe sur les marchandises britanniques (Nicholls, 1985 : 92). Contrairement à Pétion, Christophe n’a pas laissé la caisse publique à la libre disposition des dilapidateurs, mais il faut se demander s’il n’a pas nui au commerce national par son monopole en faveur de la Couronne et par sa politique de thésaurisation à outrance (Trouillot, 1972).

  • 21 Harvey (1827 : 313-316). Une lettre de Christophe enjoint, il est vrai, un de ses grands dignitair (...)
  • 22 Laujon (1833, 2 : 333-338). Sur ce rôle des femmes à l’époque coloniale, voir King (2001 : 180-182 (...)

36Dans ce système haïtien de Pétion ou de Christophe, le commerçant haïtien est l’intermédiaire débitant en gros ou en détail pour le compte de négociants étrangers qui seuls peuvent effectivement tenir le rôle de consignataires légalement reconnus accessibles à l’indigène. Ce rôle d’intermédiaire est rempli au Cap sous le régime de Christophe par les Mulâtres qui constituent principalement le groupe des trafiquants de la ville. L’auteur les décrit comme totalement dépourvus de principe dans leurs transactions avec les Blancs. Ces commerçants indigènes ne pensent pas que ce soit mauvais de recourir, chaque fois que l’occasion se présente, à l’escroquerie avec les Blancs qu’ils détestent. Un auteur les décrit comme des mauvais payeurs21. Les femmes tiennent un rôle important dans la promotion du commerce national. Elles ont toujours tenu le commerce de Saint-Domingue et l’occupent encore en Haïti lors de l’arrivée de ce même auteur à Port-au-Prince en 1817. Ce commerce d’intermédiaire s’opère à partir des femmes dont les maris occupent les premiers emplois dans l’armée et l’administration. Laujon signale des marchandes qui ont une grande connaissance de la provenance, des qualités et des prix des articles qui arrivent de l’étranger22. La tricherie et les connaissances locales seules, sans un effort systématique des Haïtiens, ne peuvent expliquer la croissance du commerce national dans un pays où le gouvernement vit de recettes de douanes et favorise le commerce étranger qui s’érige en une puissance intérieure. Il est aussi important de souligner que les tenants de ce commerce national sont, comme leurs noms cités par Madiou et Ardouin l’indiquent, des gens proches du pouvoir. Au début du gouvernement de Boyer, ceux-ci se sentent assez forts pour revendiquer la première place dans l’organisation du commerce extérieur d’Haïti.

37Selon Ardouin, en avril 1820, les commerçants nationaux se présentent en corps devant le président pour lui soumettre un mémoire sur le commerce et l’agriculture, que Madiou met à la disposition du lecteur :

Le gouvernement, qui a senti la nécessité de favoriser les nationaux, est celui qui assure le mieux la prospérité de l’État. Celui qui néglige cette mesure rend insensiblement le peuple tributaire des étrangers, resserre les bornes de l’industrie nationale, gêne l’agriculture... s’il est reconnu que l’étranger ne vient s’établir dans notre pays que dans son intérêt ou dans celui de sa nation, n’est-il pas urgent d’agir envers lui d’une manière qui nous convienne, sans le rebuter ? S’il songe à extraire nos richesses, ne devons-nous pas aviser au moyen de les conserver. (Madiou, 1988, 5 : 62.)

38À ce message Boyer réagit en ordonnant aux commandants de combattre la contrebande et d’interdire le commerce dans les campagnes (Ardouin, 1958, 8 : 93 ; Pradine, 1886, 3 : 268). Selon Madiou, il a été fondé en avril 1821 à Port-au-Prince un cercle de commerce composé de négociants haïtiens seulement, tous opposés au commerce étranger. Le cercle se constitue en société au capital non déterminé et au nombre le plus élevé possible d’actions. Les fonds seront destinés à acheter des denrées du pays sur lesquelles seulement le négoce haïtien peut spéculer à loisir. Le cercle s’occupera de la communication de toutes les idées qui peuvent contribuer à la prospérité du commerce national. Il veillera à faire connaître toutes les opérations commerciales de la ville et sa situation, à établir une correspondance avec les autres villes de commerce de la République pour les engager à se constituer en cercle. Il présentera chaque mois un travail sommaire de la situation générale de commerce à Port-au-Prince et dans les autres places de négoce. Des cercles de commerce se constituent sur ce modèle au Cap et aux Cayes. Les réunions du cercle de Port-au-Prince se préoccupent de politique « dans le but de parvenir à contrôler les actes du pouvoir par une action nationale intelligente, capable et ferme ». On parle aussi, dit Madiou, d’une révision de la Constitution. Les commerçants étrangers, poursuit Madiou, adressent alors à Boyer une supplique que ce dernier, jaloux de son pouvoir, accueille favorablement.

39Madiou et Ardouin, favorables à Boyer, ne se sentent pas à l’aise à relater fidèlement un événement sur lequel ils ne peuvent, comme sur bien d’autres, se taire complètement. De là des confusions visibles. Madiou signale deux discours importants des députés Pierre-André et Saint-Martin des 24 et 26 août 1821. Saint-Martin, reprenant les idées de Pierre André dont le texte n’a pas été retrouvé, déclare le 26 :

Si nous établissons une comparaison entre les consignataires étrangers et les hommes qui nous ont si longtemps opprimés, nous verrons que ces derniers, dans le plus grand nombre, recueillaient des richesses immenses par le produit de notre sol, et qu’aujourd’hui tout sert à la prospérité des usurpateurs trafiquants, et nos ressources et le concours des commerçants étrangers.

40Il dénonce « le système colonial de commerce », « système odieux » qui « ne s’est établi qu’à la faveur de circonstances impérieuses » et que « la roue des événements doit faire disparaître ».

41Madiou affirme que les cercles de commerce créés en avril visaient à mettre fin aux excentricités de Pierre-André et de Saint-Martin. Les dates ne concordent pas. Madiou n’est pas tout à fait hostile aux cercles. Les membres les plus âgés se réunissaient chez Panayoty, mettaient en avant des jeunes pour se ménager devant Boyer qu’ils voulaient influencer. Ils essayèrent même de gagner à leur cause Inginac, un affidé de Boyer. L’objectif des cercles était de prendre la place dans le haut commerce des consignataires étrangers en se mettant directement en rapport avec les places de l’Europe et des États-Unis et en s’attirant leur confiance. Madiou et Ardouin opposent à Pierre-André et Saint-Martin un passage du rapport et loi sur le commerce du 23 mars 1807, dirigé contre Dessalines. Ce texte, on se rappelle, dénonce le privilège de l’Exclusif en consignation en faveur de l’Haïtien (Madiou, 1988, 6 : 232-35 ; Ardouin, 1958, 9 : 22-24). Or, c’est ce que réclamaient à présent des membres éminents de la société et de très proches du pouvoir.

42Un an plus tard, le message de Darfour, Africain et résident en Haïti, lu le 30 août 1822 à la Chambre des représentants, affirme que Boyer favorise les étrangers au détriment des Haïtiens, en accordant aux premiers le monopole du commerce. Les fortunes haïtiennes ne peuvent pas s’élever, le président Boyer veut livrer le pays aux Blancs. Boyer et la Chambre se coalisent dans une dénonciation commune de Darfour, qui est arrêté, sommairement jugé et exécuté. Les députés Laborde, Saint-Martin, Saint-Laurent, Béranger sont exclus et bannis (Madiou, 1988, 6 : 329-342 ; Ardouin, 1958, 9 : 43-44). La signification historique de cet événement n’a pas échappé à Madiou :

L’établissement du cercle de commerce fut un événement car c’est le seul effort sérieux qui fut fait par les négociants haïtiens pour se dégager, ainsi qu’ils le disaient, du joug du commerce étranger. Depuis cette époque jusqu’à ce jour, aucune autre tentative de ce genre n’eut lieu, et en ce moment où nous écrivons (1860-1870) par suite de la non entente qui existe entre les citoyens occasionnée par des passions ambitieuses et coupables sur le terrain tant social que politique, le commerce national est complètement subjugué. (Madiou, 1988, 6 : 232-235.)

43Le négoce étranger connaît par ailleurs ses propres divisions. Les commerces anglais et américain n’assistent pas les bras croisés à la pénétration du négoce de France. La France a, selon Lepelletier de Saint-Rémy, commis une erreur en ouvrant ses portes aux produits d’Haïti qu’elle continue d’assimiler à une colonie en se fondant sur de soi-disant conséquences du traité de 1814. Dès la première mission, dit-il, les Anglais et les Américains servent d’intermédiaire entre Pétion et Christophe. Lors de la mission du vicomte de Fontanges et d’Esmangart, arrivés sur un bateau de guerre français, la population de Port-au-Prince est plus étonnée qu’hostile. L’influence américaine et anglaise se fait sentir sourdement. « L’Angleterre, avoue-t-il avec regret, ne suit pas la politique la plus honorable mais la plus utile à son commerce » (Lepelletier de Saint-Rémy, 1846, 2 : 18-28). C’est alors que la France décide de faire usage d’une politique plus musclée.

  • 23 Brown (1837, 2 : 253). Boyer, dit Madiou (1988, tome 6, livre 85), convoque au palais les principa (...)
  • 24 Franklin (1842 : 112) ; Moral (1961 : 34) : 11 millions de gourdes d’importation et 7 millions d’e (...)
  • 25 Lacombe (1956 : 273-337). Contrairement aux auteurs haïtiens, particulièrement H. P. Sannon (Essai (...)
  • 26 Ils sont nombreux ceux qui en arrivent indirectement au commerce étranger en soulevant la question (...)

44En juillet 1825, le baron de Mackau pénètre brusquement dans la rade de Port-au-Prince, avec une flotte assez imposante pour contraindre Boyer d’accepter une ordonnance de Charles X qui, moyennant une lourde indemnité, octroie à Haïti son indépendance quoique déjà acquise dans le sang. Boyer cède, en suivant sa tendance à capituler devant la France (Manigat, 1954 : 31) et en obéissant à une forte pression des négociants étrangers, qui redoutent un bombardement de la ville, et à la crainte d’une guerre qui renverserait son gouvernement et provoquerait une révolution dans la société23. Pour payer la première annuité, Boyer doit emprunter sur les marchés financiers de France 30 millions de francs dont on ne lui remet que 24, puisqu’il lui faut laisser une commission de 20 %. Pour remplacer les 6 millions manquants, il vide l’encaisse. L’emprunt intérieur, volontaire puis déclaré obligatoire, ne donnant pratiquement rien, Boyer est contraint de cesser tout versement. Malgré sa parcimonie proverbiale, Boyer ne peut augmenter ses revenus dans un pays où, comme le montrent Madiou et Ardouin, les recettes dépassent difficilement et pas toujours les dépenses. Ces historiens ne mentionnent pas une autre réalité soulignée par J. Franklin et John Candell : la balance défavorable des comptes commerciaux de la nation24. La capacité nationale d’exportation est insuffisante. Boyer cherche d’autres ressources mais Albaret, directeur d’une firme fondée en février 1826 pour exploiter les mines d’or et d’argent du Cibao, y renonce pour des raisons valables : manque de routes, peur de la fièvre jaune... Il se constitue négociant à Port-au-Prince (Ardouin, 1958, 1 : 15). Boyer ne peut concrétiser le projet de banque que lui proposent des négociants anglais (Madiou, 1988, 6, livre 85). Il gagne cependant sur deux points : il apprend à émettre du papier monnaie, qu’il réussit plus ou moins à stabiliser sans avoir d’encaisse25. En 1827, il détaxe les exportations en majorant les droits à l’importation de façon telle qu’il élimine les effets de certaines clauses de l’ordonnance de 1825. Il finit par obtenir en 1838 une réduction de l’indemnité. Ces gains tactiques sont appréciables mais ne peuvent donner au pays l’avantage stratégique. L’indemnité enclenche le cycle infernal de l’asservissement à la finance internationale26. Par sa créance sur le gouvernement, par sa position nouvelle de partenaire commercial important d’Haïti (Franklin, 1828 : 322), sans compter son influence culturelle, la France a reconquis dans ce pays une prépondérance politique qui se manifestera en force lors de la crise de 1843 et de la remise en question de l’unité territoriale de l’île réalisée en 1822 par Boyer (Price-Mars, 1953, tome 2, ch. 1 ; Moya Pons, 1977 : 255-296). La mainmise de l’étranger sur le grand négoce, la finance et la politique d’Haïti achève d’y réaliser ce que Madiou dénonce comme étant la subjugation du commerce national. Comment dans ces conditions parler d’État national ?

Conclusion : importance de l’ordre mondial du commerce

45Il n’est pas question de nier la signification de la révolution anti-esclavagiste d’Haïti dans l’histoire de l’humanité. Il est important d’observer qu’elle a été facilement contenue par les dirigeants européens en faisant jouer l’arme du commerce, lesquels ont appris à penser l’ordre mondial du commerce et à appliquer la théorie de Grotius de la souveraineté partagée entre gouvernements européens, administrateurs impériaux, et dirigeants indigènes, responsables des tâches locales (Keene, 2002 : 77). Cette théorie qui faisait du commerce international une arme aux mains des grandes puissances sera largement appliquée en Haïti. Après le retrait, en 1798, des Anglais de Saint-Domingue, suite à leur défaite militaire, les dirigeants de Grande-Bretagne et des États-Unis ont imaginé de recourir à des accords de commerce pour limiter la portée politique de la victoire militaire que venaient de remporter des esclaves. La manœuvre a bénéficié largement de la guerre civile entre Rigaud et Toussaint. Au moins les Anglais et les Américains signèrent-ils avec Toussaint des accords de commerce fixant ainsi le rayonnement de son autorité à l’espace terrestre. Ils lui facilitèrent même l’occupation de la partie orientale de l’île. Après 1804, le pouvoir des indigènes d’Haïti fut, de fait, ramené aux limites de l’ancienne colonie française de Saint-Domingue. Au lendemain de 1804, aucune puissance étrangère ne signa d’accord quelconque de commerce avec Haïti qui, soumise à l’embargo de la France, fut trop contente de voir le négoce anglais et américain s’installer chez elle. Les dirigeants haïtiens reprirent l’habitude de la guerre civile pour le pouvoir local et facilitèrent l’immixtion des commerçants étrangers dans la politique. Bénéficiant du jeu des échanges et manipulant les ressorts de la politique, ceux-là remplirent de façon efficace et sans frais d’administration le rôle qu’autrefois l’armée et l’administration coloniales tenaient au profit des puissances étrangères. Ils investirent dans la politique, mais pas dans l’agriculture et les manufactures. Or, depuis la Révolution, elles souffraient du manque d’investissement en capital et en savoir, fourni autrefois par la France, mais que ne leur procura ni le nouveau modèle de relations économiques internationales, ni la politique des chefs haïtiens, absorbés par les luttes quasi permanentes pour le pouvoir.

46Décidément, le concept d’indépendance de l’esclave ne peut ignorer la question de la liberté du commerce et ses implications.

Bibliographie

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES

Almanach de la République d’Haïti pour l’année 1827, 1826, Port-au-Prince, Imprimerie Joseph Courtois.

Ardouin, Beaubrun, 1958, Études sur l’histoire d’Haïti, 11 tomes, Port-au-Prince, François Dalencour.

Barsquett, James, s. d., The History of the Island of Santo Domingo..., Edimbourg, Archibald Constable/Rest Fenner.

Beauharnais, Jean-François, 1937, Discours au sénat de la République, Imprimerie Auguste Α. Héraux.

Brown, J., 1837, The History and Present Condition of Santo-Domingo, 2 vol., William Marshall.

Cole, Henry, 1967, Christophe, King of Haiti, London/New York, Viking Press.

Coradin, Jean, 1987, Histoire diplomatique d’Haïti, I : La reconnaissance de l’indépendance, Port-au-Prince, Éditions des Antilles.

Duboys, Pélage-Marie, 1789, Précis historique des annales de la colonie française de Saint-Domingue depuis 1789, vol. 2 : 142. Texte dactylographié, présenté par Debien, écrit par un magistrat anonyme identifié par David Geggus sous le nom de Pélage-Marie Duboys. Voir D. Geggus, 1975, « Unexploited Sources for the History of the Haitian Revolution », Notes d’histoire coloniale, 237, in Caribbean Archives, 1975, 3.

Franklin, James, 1828, The Present State of Hayiti..., London, John Murray.

— 1842, Candell John. Notices on Hayti, London.

Gaillard, Gusti-Klara, 1998, L’expérience haïtienne de la dette extérieure, Port-au-Prince, Deschamps.

Harvey, W., 1827, Sketches of Hayti from the Expulsion of the French to the Death of Christophe, London.

Hoffmann, Léon-François, 1988, « An American Trader in Revolutionary Haiti », Princeton University Library Chronicle, XLIX, 3 : 182-199.

Jean-Baptiste, Saint-Victor, 1957, Haïti : Sa lutte pour l’émancipation ; deux concepts d’indépendance à Saint-Domingue, Paris, Nef de Paris Éditions.

Joachim, Benoît, 1979, Les racines historiques du sous-développement en Haïti, Port-au-Prince, Éditions Deschamps.

Keene, Edward, 2002, Beyond the Anarchical Society. Grotius, Colonialism and Order in World Politics, United Kingdom, Cambridge University Press.

King, Steward R., 2001, Blue Coat or Powdered Whig. Free People of Color in Pre-Revolutionary Saint-Domingue, The University of Georgia Press.

Knight, Franklin, 1977, « Origins of Wealth and the Sugar Revolution in Cuba », Hispanic American Historical Review, 57, 2 : 231-253.

Lacombe, Robert, 1956, « Histoire monétaire de Saint-Domingue et d’Haïti », Revue d’histoire des colonies françaises, 1956 : 273-337.

Lamaute, Alix, 1999, La bourgeoisie nationale, une entité controversée, Montréal, CIDIHCA.

Las Barras de Aragon, Francisco (de), 1955, « Las sociedades económicas en Indias », Anuario de estudios americanos, 12 : 417-447.

Laujon, Alexandre-P. M. (de), 1833, Souvenirs de voyages, 2 tomes, Paris, A. Veret, Libraire.

Leconte, Vergniaud, 1930, Henry Christophe dans l’histoire d’Haïti, Paris, Édition Berger-Levrault.

Léon, Rulx, 1945, Propos d’histoire d’Haïti, Port-au-Prince, Imprimerie de l’État.

— 1974, Propos d’histoire d’Haïti, tome 2, Port-au-Prince, La Phalange.

Lepelletier De Saint-Rémy, 1846, Saint-Domingue. Étude et solution nouvelle de la question haïtienne, Paris, Arthus Bertrand.

Logan, Rayford, 1941, The Diplomatic Relations of the United States with Haiti (1776-1891), University of North Carolina Press.

Madiou, Thomas, 1987-1991 [1847-1848], Histoire d’Haïti, 8 vol., Port-au-Prince, Édition Deschamps.

Manigat, Leslie, 1954, « Le délicat problème de la critique historique », Revue de la Société haïtienne d’histoire et de géographie, 95-96 : 56.

Montague, Ludwell Lee, 1940, Haiti and the United States, 1714-1938, Durham, North Carolina Duke University Press.

Moral, Paul, 1961, Le paysan haïtien, Paris, Maisonneuve et Larose.

Moya Pons, Frank, 1977, Manual de historia dominicana, Santo Domingo, Universidad Católica Madre y Maestra : 255-296.

Nicholls, David, 1985, Haiti in Caribbean Context..., New York, St Martins Press : 92.

Ρradine, Linstant, 1886, Recueil des lois et actes du gouvernement d’Haïti, Paris, 8 tomes, A. Durand-Pédone-Lauriel.

Price-Mars, Jean, [1953] 1998, La République d’Haïti et la République dominicaine..., 2 tomes, Port-au-Prince, Éditions Fardin.

Saint-Louis, Vertus, 2003, « Relations internationales et classes politiques en Haïti, 1789-1825 », Outre-Mer, 90, 340-341, 2e semestre : 155-175.

Sannon, H. P., 1905, Essai historique sur la révolution de 1843, Haïti, Imprimerie Bonnefil, Cayes.

Soto Arango, Diana et Miguel-Angel Puig-Samper, 1995, La ilustración en América colonial. Bibliografía crítica, Madrid, Ediciones Doce Galles.

Tornero Tinajero, Pablo, 1996, Crecimiento económico y transformaciones. Esclaves, hacendados y comerciantes en la Cuba colonial, 1760-1840, Madrid, Ministerio de Trabajo y Seguridad Social.

Trouillot, Hénoch, 1972, « Le gouvernement du roi Christophe », Revue de la Société haïtienne d’histoire et de géographie, 35, 117.

Turnier, Alain, 1955, Les États-Unis et le marché haïtien, Washington.

Yacou, Alain, 1991, « Un espion cubain à Saint-Domingue », in M. Martin et A. Yacou, Mourir pour les Antilles : indépendance nègre ou esclavage, Paris, Éditions caribéennes : 137-162.

Notes

1 Jean-Baptiste (1957) : 9.

2 Ardouin (1958, 7 : 18) ; Brown (1837, 2 : 165). Cet auteur présente une version différente des événements.

3 Jean-Baptiste, op. cit., introduction.

4 Cole (1967 : 179-180), PRO/WO, 1/75 et 1/76. Références citées par l’auteur. Pour confirmation, nous avons acquis, en utilisant ces références, la lettre de Langlade qui est du 21 septembre 1810, PRO/WO, 1/76. (W. Doran Papers, St James Hotel.)

5 Barsquett (s.d. : 348) ; Brown (1837 : 171). Brown, semble-t-il, cite Barsquett. Madiou et Ardouin accusent les Anglais d’avoir systématiquement favorisé Christophe, mais Cole, relatant le siège de Port-au-Prince par Christophe en 1812, signale que les autorités anglaises ont cherché à prolonger le conflit.

6 Duboys (1789, 2 : 142). L’adjudant général Huin, attaché à Toussaint, se rend, au début de 1800, en Jamaïque sur une goélette d’Inginac qui, cependant, a dû s’exiler dans cette île pour échapper à Dessalines. Inginac a été de tout temps un vieux madré. Léon (1945). Négociant à Port-au-Prince en 1798, Inginac est alors agent de Messieurs George & Andrew Bogle et Co. et de George & Mathew Atkinson et Co. de Kingston. Au début des négociations avec le baron de Mackau en 1825, ce dernier a accusé Inginac d’être proanglais (ibid. : 2 et 21). Sabourin, lui, a été administrateur au service des occupants anglais à l’Arcahaie (ibid. : 40).

7 Léon (1974, 2 : 474). Ce négociant dénommé par l’auteur Stramfort Blund serait-il le même personnage que le Blunt déjà mentionné ?

8 Cole (1967 : 175-178) ; Hoffmann (1988 : 182-199). Cet auteur signale un négociant du nom de Kane et un autre du nom de Powell, commissionnés consignataires en 1805 par Dessalines. Le droit et le titre pour la patente ont été transférés le 5 juillet 1806 par Kane à Johnson Simeon, négociant américain, qui embarque, en 1807, 110 sacs de café pour une firme Booth and Windsor dont Hoffmann ne peut préciser si elle est anglaise ou américaine.

9 Coradin (1987), Turnier (1955). Voir aussi Logan (1941) et Montague (1940).

10 A. N. CC9A48.

11 A. N. CC9C7. Direction des colonies. Bureau d’administration. Expéditions commerciales pour Saint-Domingue, années 1815 et 1816.

12 A. N. CC9C13.

13 A. N. CC9C7. Direction des colonies. Bureau d’administration. Expéditions commerciales pour Saint-Domingue, années 1815 et 1816.

14 A. N. CC9C7. Lettre du 18 mars 1824 du ministre aux administrateurs des ports, relative à une décision du 12 mars précédent. A. N. CC9C15. Rapport du 16 juin 1824.

15 Almanack de la République d’Haïti pour l’année 1827, Imprimerie Joseph Courtois, Port-au-Prince, 1826 : 163. En 1827, on trouve à peine deux cosignataires français à Port-au-Prince, aucun dans les autres ports.

16 Beauharnais (1937 : 3). Cet homme politique déclare dans un discours sur le commerce national qui a recueilli beaucoup d’applaudissements : « Après la prise de possession du sol... les Haïtiens tenaient l’étranger en très légitime suspicion. Ils prirent en conséquence toutes les mesures susceptibles d’écarter l’influence extérieure. Ainsi protégés par une situation exceptionnelle, ils s’attribuèrent le privilège exclusif du commerce. » L’auteur qualifie de « âge d’or » cette époque de Dessalines, Christophe, Pétion et Boyer, durant laquelle les Haïtiens ont amassé d’immenses fortunes. Rien de plus contraire à la vérité historique !

17 Saint-Victor Jean-Baptiste (1957) a développé l’idée de deux concepts d’indépendance bien tranchés qui ont traversé et marqué l’histoire de Saint-Domingue au XVIIIe siècle. Le premier, c’est le concept d’indépendance des colons, planteurs blancs. Il est articulé sur la revendication de la liberté de commerce. Le second, c’est le concept de liberté de l’esclave qui s’enracine dans la tradition de résistance des marrons. Mais, le concept de liberté de l’esclave peut-il exclure la question de liberté de commerce ? C’est la vision haïtienne traditionnelle, qui valorise le social et le politique en négligeant l’économique et le technique. Cette vision a été ravivée par les indigénistes.

18 Pradine (1886 : 343 et 496), dispositions interdisant la sortie du numéraire.

19 Ibid., vol. 1 : 337-349, Recueil des lois et actes...

20 Ardouin (1958, 8 : 65). Dans les derniers jours de janvier 1818, Pétion demande à trois négociants haïtiens, dont Lespinasse, une avance pour payer un mois de solde à la troupe. Ils quittent le président en lui promettant de tout faire pour répondre à ses désirs. Ils convoquent une réunion de commerçants nationaux chez Lespinasse. Là se présente Daumec, ami intime de ce dernier. Daumec leur recommande John Smith, homme de couleur de la Barbade, chez qui il se rend immédiatement et qui consent à verser toute sa caisse (50 000 gourdes) au trésor.

21 Harvey (1827 : 313-316). Une lettre de Christophe enjoint, il est vrai, un de ses grands dignitaires à payer.

22 Laujon (1833, 2 : 333-338). Sur ce rôle des femmes à l’époque coloniale, voir King (2001 : 180-182).

23 Brown (1837, 2 : 253). Boyer, dit Madiou (1988, tome 6, livre 85), convoque au palais les principales autorités civiles et militaires. Elles y arrivent la plupart sous l’influence des inquiétudes des familles de la ville qui redoutent un bombardement et par conséquent la ruine de leurs intérêts. Ces inquiétudes existent surtout dans les rangs des classes aisées qui redoutent l’existence rude et pénible des plaines et des montagnes. Madiou rappelle que la guerre de l’indépendance a été supportée uniquement par les ruraux, rejoints par quelques rares hommes de la ville.

24 Franklin (1842 : 112) ; Moral (1961 : 34) : 11 millions de gourdes d’importation et 7 millions d’exportation en 1821. Or, les cours du café vont chuter sur le marché du Havre : 14 piastres en 1825, 12 en 1826, 10.5 en 1827, 8 en 1828, selon Ardouin (1958, 10 : 13).

25 Lacombe (1956 : 273-337). Contrairement aux auteurs haïtiens, particulièrement H. P. Sannon (Essai historique sur la révolution de 1843, Imprimerie Bonnefil, Cayes, Haïti, 1905 : 22-23), R. Lacombe soutient avec raison que Boyer est moderne en ceci qu’il a réussi à relativement stabiliser le papier monnaie sans disposer d’une encaisse métallique.

26 Ils sont nombreux ceux qui en arrivent indirectement au commerce étranger en soulevant la question des dettes. Parmi les plus récents, on citera Gaillard, Gusti-Klara, 1998, L’expérience haïtienne de la dette extérieure, Port-au-Prince, Deschamps ; 1991, Les ressorts des intérêts français en Haïti dans l’entre-deux-guerres, 1917-1941, 3 tomes, thèse de doctorat, Paris VIII.

Table des illustrations

Légende Quantité de marchandises importées de Saint-Domingue en France pendant les années 1816, 1817, 1818, 1819, 1820, 1821 et 1822. Ν. B. Les quantités, que ce soit bois ou café, sont exprimées en kilos. En 1821, l’on trouve sur l’état d’importation transmis par la douane un article intitulé bois de teinture, de gayac et de marqueterie 752 453 kilos en masse. Sources : France. A. N. CC9C7
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/9764/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 43k

Auteur

Après des études de médecine (1959-1965), Vertus Saint-Louis a poursuivi des études universitaires en histoire. Auteur d’un livre sur le problème alimentaire à Saint-Domingue et d’articles dans plusieurs revues d’Haïti et de l’étranger. Parmi ses derniers ouvrages : Aux origines du drame d’Haïti : Droit et commerce maritime, 1794-1806. Il travaille maintenant sur le thème Mer et liberté, Haïti, 1492-1794

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search