Version classiqueVersion mobile

Genèse de l'État haïtien (1804-1859)

 | 
Michel Hector
, 
Laënnec Hurbon

Deuxième partie. Nature et orientation du futur État (1791-1804)

5. Droit et liberté dans la formation de l’État en Haïti (1791 à 1803)

Leslie Péan

Texte intégral

1Les historiens qui se sont penchés sur l’évolution de l’État en Haïti admettent que « les hommes qui réalisèrent l’indépendance d’Haïti en 1804 n’avaient absolument rien dans leur situation intellectuelle, politique et sociale qui pût se comparer à celle des fondateurs de l’indépendance des États-Unis » (Price, 1938 : 352). En réalité, tout en ne voulant pas être eux-mêmes des esclaves, ces hommes avaient une culture despotique esclavagiste. Et cette culture se retrouvera dans l’État et dans le droit. C’est l’argumentation soutenue présentée par François Dalencour dans son Histoire Générale du Droit haïtien public et privé.

2Selon Dalencour, les pistes de l’État absolutiste en Haïti mènent tout droit à Toussaint Louverture et il n’a pas de mots assez durs pour stigmatiser l’héritage légué par le précurseur. À son sens, c’est sous son règne que les normes légales de l’ordre social ont été définies, normes desquelles l’État haïtien réalisé en 1804 n’a jamais pu se départir.

Toussaint Louverture était dans l’impossibilité matérielle de penser à l’indépendance. [...] Les seuls éléments qui pourraient contribuer à organiser le nouvel État, c’étaient les anciens Affranchis, mulâtres et noirs, que Toussaint avait rêvé d’anéantir par la guerre contre Rigaud. À la suite de cette guerre affreuse où la cruauté de Toussaint se donna libre cours, la plupart des Affranchis de valeur avaient pris le chemin de l’exil ; ceux qui étaient restés étaient des hommes faibles, sans consistance politique. Toussaint comprit alors son isolement matériel et moral et essaya d’attirer dans son gouvernement quelques hommes de couleur. Mais il était trop tard. La blessure avait été profonde... Quant à la masse des anciens esclaves devenus libres, elle était passive et doutait de la sincérité de son chef. (Dalencour, 1938 : 349.)

3La malédiction du despotisme louverturien serait donc responsable de la décrépitude de l’État haïtien. Pour Dalencour, Haïti est partie perdante depuis 1804 et les pratiques de Toussaint considérées comme des hydres dont les têtes ressuscitent à chaque fois qu’on les aura coupées. Dans son entendement et sauf de rares exceptions, la machine infernale du pouvoir noir a mis la société haïtienne en orbite. Dalencour est incisif contre le despotisme qui permet à des médiocres de réapparaître dans l’histoire haïtienne à chaque fois qu’ils pensent que leur heure a sonné. Pour lui, les despotes sont exécrables.

Les despotes ne sont que des criminels. Or des criminels ne peuvent que pourrir une société et non la civiliser. Le despotisme est la forme la plus cruelle de l’égoïsme, qui s’exerce envers des êtres parfois sans défense. Le despotisme est la plus grande de toutes les lâchetés, puisqu’il s’exerce dans des circonstances exceptionnelles, fanatisme, désarmement, misère, tel l’assassin qui se poste à un coin du chemin, la nuit, pour poignarder le passant inoffensif et le dévaliser. (Ibid. : 350.)

4Le jugement de Dalencour laisserait voir que la criminalisation de l’État en Haïti remonte à Toussaint Louverture. Pour Dalencour, « il n’y a point de patrie avec le despotisme : l’égoïsme du chef doit suppléer à tout » (ibid.). Il persiste et signe. L’État haïtien s’est révélé incapable de maîtriser les abus de pouvoir et de corriger les excès produits par la confusion et l’outrance d’une gouvernementalité qui va dans tous les sens, sans queue ni tête, chacun faisant à sa guise pourvu qu’il accepte l’autorité du chef suprême. Dalencour refuse d’accepter les pratiques despotiques des aïeux comme des faits divers. Il les dénonce tout en refusant d’y voir des miroirs dans lesquels se reconnaît, grimaçant, le pays tout entier, dans son culte des héros de l’Indépendance. Pour Dalencour, l’épuisement du pays est dû au despotisme originel de Toussaint Louverture. Il écrit : « [...] le despotisme est l’ennemi né du Droit naturel et du Droit positif, qu’il [Toussaint] foule aux pieds pour élever son égoïsme sur les ruines de la société dont il est le fléau. Il n’y a pas de meilleur exemple de l’esclavage du nègre par le nègre au profit du Blanc. C’est la chose la plus odieuse dans l’histoire de la race noire et qui se répète depuis 1915 au profit du blanc américain. Tandis que de 1804 à 1806, de 1847 à 1859, de 1874 à 1876, de 1879 à 1915, ce fut l’esclavage du nègre par le nègre, avec cette circonstance atténuante que ce fut au profit de quelques Haïtiens seulement. » (Ibid.)

5Débarrassé de sa gangue et de ses scories mulâtristes, l’argument de Dalencour brille comme le métal précieux. On peut questionner sa vision misérabiliste des pouvoirs noirs, mais on ne saurait ne pas reconnaître qu’il refuse d’occulter des questions de fond, même si elles nous gênent. Et ce n’est pas en les relativisant qu’on leur enlèvera leur piment. En effet, la spirale affolante du despotisme de l’État haïtien a donné la preuve de son inefficacité sous tous les gouvernements sans exception. On peut résumer en disant que tous les gouvernements haïtiens depuis 1804 se caractérisent par un énorme déficit public, une gestion incompétente, un parlement aux ordres du pouvoir exécutif, une inflation galopante, un pouvoir d’achat diminué surtout pour les couches défavorisées, un marché intérieur qui rétrécit malgré la croissance de la population, des investissements sociaux inexistants ou rares, une économie accusant une croissance zéro ou négative, une corruption qui ronge le tissu social. Nous avons dans les quatre tomes de Haïti : Économie politique de la corruption (Péan, 2003, 2005, 2006, 2007) donné une vision d’ensemble de la situation en suivant pas à pas, d’un gouvernement à l’autre, le cheminement des pratiques délictueuses et le silence entourant le chaos orchestré sur ses pratiques. Nous n’y reviendrons pas ici.

6Dalencour avait-il besoin de jouer sur la corde mulâtriste pour mettre en spectacle la nature perverse du despotisme ? Car la gouvernementalité louverturienne influence non seulement Dessalines, Christophe, Soulouque, Domingue, Salomon, Hyppolite, Sam, Nord Alexis, etc., mais aussi les pratiques gouvernementales de Pétion, Boyer, Geffrard, Saget, Canal, etc. La contamination est à la racine, même si parfois une autre couleur s’affiche en façade. L’esthétique de la politique d’État en vigueur sous tous ces gouvernements est que tout est relatif et que tout se vaut. Pour cerner la réalité, il importe de comprendre que l’opposition entre les camps noiriste et mulâtriste n’efface pas ce qu’ils ont en commun : le même discours du « tout se vaut » (en créole : « tout voum se do »). La démagogie s’installe avec la politique d’égalisation par le bas et le relativisme culturel. Il n’y a plus de différence qualitative entre le lettré et l’illettré, le savant et l’ignorant, la vérité et le mensonge, la lumière et l’obscurité, le crétinisme et l’intelligence. Le dernier de la classe est non seulement égal au premier mais le supplante. Cette absolutisation du relatif met en avant le critère sécuritaire comme prétexte pour restreindre les libertés publiques. La société se rabat sur le faux idéal qu’il faut donner une chance aux fils du peuple.

7Le plus paradoxal réside dans le fait que la grande propriété que voulait Toussaint disparut à la suite des morcellements successifs découlant des distributions de terres entreprises par ses successeurs à partir du gouvernement de Pétion. Cela ne signifie pas que le legs de Toussaint Louverture ait été éphémère. La culture politique louverturienne marque le paysage politique haïtien. La politique de réalignement de Toussaint sur les intérêts des Blancs fut explosive. Elle se révéla déstabilisante tant elle allait à l’encontre des intérêts à court terme des cultivateurs. Ces derniers ne furent pas solidaires de sa politique qui suscita un découragement généralisé dans leurs rangs. Toussaint ne voulait pas les tromper, mais la réalité est allée plus vite que son discours. Il avait multiplié des mesures permettant à l’économie de retrouver sa splendeur, mais dont le coût fut d’étouffer sa politique. Son intention était louable. Il était convaincu que c’est avec une forte économie qu’il pouvait affronter les nouveaux défis. En réalité, les prélèvements fiscaux avaient augmenté, et finalement l’incroyable dureté de son économie agraire cassa la dynamique sociale et la cohésion à un tel point que tout le monde fut perdant. L’oxygène de la croissance agricole ne résolut rien sur le fond. En réalité, Toussaint ne s’interrogea jamais sur la crise politique entraînée par ses actions.

8La machine de guerre mise en route par le colonialisme esclavagiste n’a pas seulement broyé les corps en dépeuplant l’Afrique. Elle a détruit nombre de certitudes sur le comportement humain et bouleversé la logique et la distance séparant le civilisé du barbare. Mais là où la démence coloniale a connu le moins de bornes, c’est au niveau des mentalités qu’elle a générées. La colonialité a pourri les esprits de manière à faire accepter leur animalité à tous ceux qui n’étaient pas des Blancs. La couleur blanche fut assimilée à la civilisation. La blanchitude et tout ce qui s’y apparente devint signe de distinction. Un filtre déformant pénétrant toutes les intimités et sacrifiant toute réelle convivialité.

La formation de la nouvelle classe dirigeante (1793-1803)

9Le pas effectué vers une évolution des rapports sociaux avec la proclamation de la liberté générale par Sonthonax ne se fait pas dans le vide. Certes, les colons battent en retraite et s’enfuient en abandonnant leurs riches propriétés, mais ce progrès tout net qu’il soit n’est pourtant qu’un maquillage car, comme le dit Cassirer, « chaque nouveau pas que l’on effectue contient tous les précédents » (Cassirer, 1993 : 243). La société esclavagiste périt pour donner la place à des formes nouvelles de domination et d’exploitation.

  • 1 Nous adoptons l’orthographe Moyse utilisée par Claude B. Auguste au lieu de « Moïse » utilisé par (...)

10L’étrange gestion des propriétés laissées par les anciens colons est alors le circuit principal de la corruption financière. L’évasion de l’argent se fait essentiellement entre la valeur réelle de la production des propriétés et celle de longtemps inférieure à laquelle elles sont affermées ou louées aux nouveaux propriétaires. Un exemple est donné par cette lettre du commissaire Sonthonax, en date du 1er juin 1797, au chef d’administration de Port-de-Paix dans laquelle le commissaire français demande l’annulation du bail d’une propriété contenant une sucrerie en faveur du général de brigade Maurepas. En effet, ce dernier obtenait pour la modique somme de treize milliers de sucre par an une habitation qui avait produit l’année antérieure trente-deux milliers de sucre (Blancpain, 2003 : 90). La dépréciation des biens du domaine de l’État avec la discrétion et la complicité des administrateurs publics a de profondes racines. Il n’y a pas que Toussaint Louverture, Dessalines et Moyse1 à en profiter. Cette réalité est mise au jour par Claude Auguste.

Tous les officiers supérieurs se font octroyer de belles plantations dans l’aire de leur commandement : Christophe la plantation Saint-Michel près de Quartier Morin, Clerveaux la plantation Foche à Jean-Rabel, Adrien Zamor la plantation Tabois dans la plaine du Nord, Christophe Morney la plantation Lacroix à la Petite Rivière de l’Artibonite, Jean-Baptiste Rousselot dit Dommage une plantation à l’entrée de Jérémie. (Auguste, 1994 : 10.)

11Les militaires accaparant les terres de l’État, une tendance lourde dans le milieu agraire, provoqueront alors la capitulation de l’intérêt général devant ceux des particuliers. Depuis lors, les représentants de l’État ont eu pour mission de ne s’apercevoir de rien dans la gestion des biens du domaine.

12En demandant aux colons exilés de revenir pour jouir de leurs propriétés entretemps accaparées par plusieurs dirigeants des nouveaux libres, Toussaint allume le cigare aux deux bouts. Il crée des contradictions antagoniques insurmontables en déclenchant des forces qu’il est incapable de maîtriser. Comme l’explique Laurent Dubois, « en rentrant à Saint-Domingue, les colons se retrouvaient souvent en concurrence avec les nouvelles élites de la colonie, qui étaient souvent d’anciens esclaves qui contrôlaient leurs propriétés » (Dubois, 2005 : 308). Certains de ces colons revenus à Saint-Domingue sur demande expresse de Toussaint joueront un rôle important. Par exemple, un Bernard Borgella, ex-maire de Port-au-Prince, dirigera le groupe des Constituants à l’origine de la Constitution de 1801. Il fallait avoir une main de maître ou d’apprenti sorcier pour provoquer une mutation dans les mentalités des divers protagonistes, produire une rationalité nouvelle là où ils ne verraient qu’absurdité et non sens, et enfin pérenniser une telle construction. Toussaint se rendait-il compte que son dispositif pouvait précipiter la déchéance ? Il essaiera de s’en sortir en ignorant le problème, en pratiquant le calbindage (attitude psychologique consistant à dissimuler ses vrais sentiments). Devant les difficultés administratives insurmontables, les embûches des uns, l’hostilité des autres, Toussaint,

au lieu de chercher à régler les conflits liés à la terre, privilégiait une politique qui lui permettait d’éluder le problème. Il donnait aux colons des papiers signés stipulant que leurs propriétés n’étaient plus sous le contrôle de l’État. Mais lorsqu’ils devaient affronter, impuissants, ceux qui occupaient les lieux, il ne faisait rien pour leur venir en aide. (Ibid. : 308.)

13Cette pratique consistant à vouloir satisfaire deux parties ayant des intérêts opposés, à ménager la chèvre et le chou, est au cœur de la gouvernementalité haïtienne et loin d’être isolée mais plutôt systématique. Ce fut le cas avec la sucrerie Fleuriau de la plaine du Cul-de-Sac, séquestrée et affermée le 22 décembre 1799 à deux militaires de l’armée de Toussaint, Hébécourt et son frère, un faux-monnayeur patenté. Bien que le séquestre sur l’habitation fût levé le 22 novembre 1802 par l’administration Leclerc, les héritiers Fleuriau ne purent jamais rentrer en possession de leur plantation. Les démarches administratives et juridiques représentèrent un vrai chemin de croix de janvier à juin 1803, et les héritiers Fleuriau restèrent sur leur faim même une fois en main un ordre du tribunal de mise en possession. Et quand finalement ils parvinrent à y mettre les pieds, ils ne trouvent plus rien, car tout avait été détruit par le feu. L’ordre d’incendie avait été donné par Dessalines (Cauna, 1987).

14Les pratiques de vie et de gestion qui se développèrent sous Toussaint Louverture continuèrent celles qui avaient toujours existé à Saint-Domingue et qui relèvent de l’arbitraire. On peut en paraphrasant Paul Veyne dire que « corruption et vénalité sont les traits structuraux » (Veyne, 1981) de la colonie de Saint-Domingue. La corruption était présente dans tous les domaines.

  • 2 Anonyme, 2007, La mulâtre comme il y a beaucoup de Blanches, Paris, L’Harmattan.

15Saint-Domingue constituait la quintessence de la débauche et du brigandage : trafics, piraterie et contrebande, préjugés de toutes sortes et corruption sont le cœur de la richesse de Saint-Domingue, la plus riche des colonies. Les Blancs, composés en majorité de flibustiers et boucaniers et autres criminels engagés par l’administration coloniale, agissaient à leur guise. Les distinctions de classe des Blancs, entre administrateurs, colons et « sans aveu », se juxtaposant aux distinctions entre les couleurs (Blancs, Mulâtres et Noirs) alimentaient un climat de révolte sourde. Charles Frostin évoque la mentalité particulière des petits Blancs, « ces immigrants de modeste condition qui, après avoir quitté leur pays natal où on les considérait comme « gens du dernier néant », retrouvaient, par-delà l’Océan de nouvelles formes d’humiliation. Pour l’esclave, observateur sans complaisance, ils n’étaient que des faux Blancs, « petits Blancs » ou « Blanchets », par opposition aux vrais Blancs, les « Blancs-blancs » ou « grands Blancs », c’est-à-dire ceux qui commandaient, qui possédaient et surtout qui ne travaillaient pas de leurs mains » (Frostin, 1975 : 70-71). On trouvait normal que les maîtres capitalistes fassent des enfants à leurs servantes esclaves. Leur progéniture ayant sucé le lait de la corruption morale dès leur tendre enfance venait ajouter une autre dimension au problème de la colonie, la rendant « un pays où la vertu semble un problème insoluble2 ».

16L’intendant de Saint-Domingue de 1785 à 1789, François Barbé de Marbois, explique comment « un mélange corrupteur de despotisme et d’avarice s’était emparé des classes dominatrices ». Avec l’augmentation exponentielle du nombre des esclaves à partir des années 1770 (200 000 esclaves seront importés entre 1784 et 1791), le faible nombre de Blancs (20 000) et de Mulâtres (10 000), les Mulâtres auront l’égalité des droits et seront émancipés par le décret du 15 mai 1791 laissant uniquement les Noirs dans les fers de l’esclavage. Le despotisme gouvernemental s’alliait au traitement barbare que les colons faisaient subir à leurs esclaves pour tirer d’eux le maximum de travail.

À ces maux, dit Barbé de Marbois, se joignirent tous les vices accumulés dans cette multitude d’individus dont la plupart n’accouraient d’Europe que pour satisfaire en Amérique leur cruel penchant. Tout leur était permis sous un gouvernement tolérant pour tout ce qui ne tendait pas à blesser son autorité, et qui regardait peut-être tant de corruption comme la plus ferme base de son pouvoir. Les Blancs, à leur tour, laissaient librement croupir dans la fange des vices des êtres dégradés de la condition d’hommes, et dont l’avilissement devenait à leurs yeux une preuve que la nature les avait formés expressément pour la servitude. (Barbé de Marbois, 1796 : 63-64.)

  • 3 Sala-Molins (1987 : 146-149). Les articles 28 et 29 du Code noir déclarent : « Art. 28 – Déclarons (...)

17La corruption était devenue un tel idéal naturel dans l’état dégradant du règne des passions et des vices que Marbois pose la question : « Quelle nation a su se préserver de la corruption dont son gouvernement lui donnait l’exemple ? » (Ibid. : 64). Avec l’essor spectaculaire que connurent les mœurs dépravées à Saint-Domingue, les hommes « sans foi ni loi » prendront le dessus et ceci même dans le camp des insurgés anciens esclaves. La question de l’autonomie de Saint-Domingue était dans l’air depuis un certain temps. Les Blancs voulaient se séparer de la métropole pour sortir du carcan de l’Exclusif et du commerce de l’Interlope. Les Mulâtres, depuis la révolte d’Ogé et de Chavannes en mars 1791 et l’affaire Villatte en mars 1796, voulaient aussi diriger Saint-Domingue. Quant aux Noirs, leur nombre, leur participation dans la guerre aux cotés des Espagnols ou des Français les avait aguerris et placés dans une situation d’arbitrage pour décider du futur de Saint-Domingue. Ils le firent, dans la droite logique du désir de possession terrienne, aspiration compulsive de l’ancien esclave, en se réappropriant le mot de l’ancien colon : « Ici l’on ne rougit de rien, excepté de ne pas gagner de l’argent, à n’importe quel prix » (ibid. : 327). Le désir de possession terrienne de la part de l’ancien esclave est constitutif de son besoin de liberté et de reconnaissance en tant que personne comme le laissait entendre le Code noir qui empêchait aux articles 28 et 29 tout esclave d’être propriétaire3 et le considérait à l’article 44 comme un meuble.

18Ce rappel était nécessaire pour remettre les pendules à l’heure. Pour souligner qu’Haïti n’est pas une page blanche en 1804. Les principaux acteurs politiques qui émergent comme dirigeants ont des attitudes et une culture de prébendes développée à Saint-Domingue depuis trois siècles (Wimpffen, 1993). Les « habitus » coloniaux sont bien enracinés dans le for intérieur et subjectif des dirigeants. Comme ce fut le cas pour Toussaint Louverture, lequel a « été contraint de se coucher dans les draps de l’ancien système de la plantation » (Hadjadj, 2007). En effet, Toussaint Louverture établit un régime militaire qui s’infiltre dans tous les interstices de la société, et surtout dans le travail agricole. Jacques Périès, receveur général des Contributions, écrira : « Les propriétaires, ou fermiers, n’ont pas le droit de destituer un gérant ou un conducteur insubordonné ou fripon. Les tribunaux sont méconnus, c’est aux commandants militaires à (se) prononcer sur la plainte qui leur sera portée... » (Périès, 1986 : 41). Pour garder la haute main sur la situation, Toussaint laissera l’initiative à ses hommes de terrain, ses lieutenants rompus aux opérations militaires, qui ne se feront pas prier pour se livrer à toutes sortes d’exactions. Selon Périès, Toussaint « encourage ces dilapidations a) parce qu’il ne peut les empêcher, b) parce qu’il frémit à la seule idée de payer quelqu’un, c) parce qu’il donne lui-même l’exemple de toutes ces concussions, d) enfin parce qu’il craint les chefs qu’il a établis, que sa couleur ne sait pas se pardonner (sic) et que pour se maintenir il est obligé à les ménager » (ibid.). L’État kleptocratique s’installait avec des bases profondes et nombreuses dans l’embryon d’État louverturien. Longtemps avant que Proudhon dise « la propriété, c’est le vol », le développement des contradictions sociopolitiques et économiques à Saint-Domingue a fait que le vol devienne partie intégrante d’un système de pouvoir dont il est incapable de se débarrasser, l’État étant le « roi des voleurs » accaparant une partie de la production des cultivateurs sans leur donner une contrepartie en termes de sécurité, de justice et d’éducation. Cela ne signifie pas qu’il ne faille pas reconnaître l’apport de Toussaint dans la création d’Haïti. Loin de là. Comme le dit Bernard Hadjadj, « Haïti a été mise sur les fonds baptismaux par Toussaint, avec la conquête de la liberté mais également avec la reproduction d’un système bafouant la dignité des hommes » (Hadjadj, 2007 : 46).

19La quête hégémonique des Noirs libres se termine avec leur victoire dans la guerre du Sud de juin 1799-août 1800 et l’élimination des Mulâtres avec la fuite de Rigaud en France. Les rapports commerciaux de Toussaint avec le gouvernement américain étant si cordiaux, on ne s’étonnera pas si les navires de guerre américains voleront à son secours contre les troupes de Rigaud lors du siège de Jacmel en février-mars 1800.

La béquille américaine

20Avant même le commencement de la guerre du Sud, Toussaint s’engage dans une alliance avec le gouvernement américain du président John Adams. Depuis 1795, de nombreux navires marchands américains, avec pour capitaines les nommés Wait, Doume, Anderson, Donquin, approvisionnent les forces de Toussaint en nourriture, vêtements, armes et munitions. Toussaint écrit à Adams le 6 novembre 1798 afin que celui-ci encourage le commerce américain avec Saint-Domingue. Le président américain acquiesce en lui envoyant des émissaires dont Jacob Meyer, consul au Cap-Haïtien et Thomas Stevens, Consul général à Saint-Domingue. Au cours de l’année qui suit la publication de l’arrêté du 25 avril 1799 relatif au rétablissement des liaisons commerciales entre la Colonie de Saint-Domingue et les États-Unis d’Amérique,

  • 4 Dubois (2004). La citation est tirée de la version française (2005 : 304).

... sur les 1 800 navires de commerce qui entrèrent et sortirent de Saint-Domingue, seuls 15 étaient français, l’essentiel des autres battant pavillon britannique ou nord-américain. Le commerce avec les États-Unis était particulièrement important pour Louverture, parce qu’à la différence des Britanniques, dont les navires fournissaient essentiellement des provisions, les négociants américains l’approvisionnaient en fusils et en munitions4.

21Constatant que Rigaud monte au créneau et prépare la guerre, Toussaint fait appel aux Américains par une lettre adressée au président Adams en date du 14 août 1799. L’atout américain lui est indispensable pour gagner l’épreuve de force. Quand il déclenche les hostilités, en novembre 1799, il a donc l’appui qu’il voulait et qui va lui permettre de conquérir la ville de Jacmel après un siège de six mois. Aussi écrit-il dans sa lettre du 21 mars 1800 au consul américain Stevens de bien vouloir remercier le commodore Silas Talbot de lui avoir envoyé le bateau de guerre General Green commandé par le capitaine Perry pour l’aider face aux troupes de Rigaud à Jacmel. « C’est par les secours d’une de vos frégates, dit-il, que Jacmel est rendu à mon autorité ; je n’oublierai point un si grand bienfait » (Pluchon, 1979 : 166).

22Toussaint n’en reste pas là et insiste pour faire de la collaboration maritime le point de soudure avec les Américains. Il est conscient du fossé qui existe entre ses désirs et ses capacités, ses troupes sur le terrain autour de Jacmel manquent de nourriture tandis qu’il dispose de provisions en abondance au Cap-Haïtien. Mais Toussaint a signé une convention avec les Anglais limitant le tonnage et l’équipage des bateaux qu’il peut expédier du Cap-Haïtien. De plus, cette convention implique pour ces bateaux l’obtention d’un visa des agents anglais et américains habitant dans l’île. Il propose alors dans cette même lettre au consul américain Stevens de laisser sortir ses forces maritimes de Port-au-Prince sous le pavillon américain afin d’échapper à la marine anglaise pour approvisionner ses troupes à Jacmel. Le capitaine Talbot va jusqu’à améliorer la machination de Toussaint : ce genre de provision, observe-t-il, n’étant pas de celles en usage à bord des vaisseaux américains, seront en conséquence suspectées par les britanniques. Il conseille à Louverture d’expédier du Cap ses petits navires que lui, Talbot, fera saisir en mer sous prétexte qu’ils ne sont pas munis des papiers requis et les faisant passer pour prises américaines, il les conduira à Jacmel. (Saint-Louis, 2006 : 147).

  • 5 « If let to themselves [...] the Blacks of St. Domingo will be incomparably less dangerous than if (...)

23L’appui américain à Toussaint ne se fait pas uniquement pour des raisons mercantiles, mais aussi stratégiques. Les Américains en profitent pour demander à Toussaint d’empêcher l’arrivée de tout bateau français armé à Saint-Domingue. Alexander Hamilton, secrétaire du Trésor, et Thomas Pickering, secrétaire d’État américain, sont préoccupés par la Révolution française et l’impact des idées révolutionnaires de 1789 en Amérique, tandis que Thomas Jefferson, plus pragmatique, s’inquiète plutôt de l’impact du mouvement révolutionnaire anti-esclavagiste haïtien sur l’économie esclavagiste américaine. La correspondance de Thomas Pickering à Rufus King, ambassadeur américain à Londres, ne laisse aucune équivoque. Pour ce courant fédéraliste américain, étant donné que Toussaint n’a pas d’expérience administrative, il ne saurait gérer le pays sans faire une alliance avec un personnel qualifié composé de Blancs. Thomas Pickering écrit à Rufus King que « livrés à eux-mêmes [...] les Noirs de Saint-Domingue seraient comparativement moins dangereux que s’ils étaient des sujets de la France ; cette dernière risque d’en faire une armée [...] à laquelle aucune armée européenne ou blanche ne saurait résister5 ». Mais tel n’est pas le point de vue de la nouvelle administration américaine de Thomas Jefferson qui prend les rênes du pouvoir en février 1801. Le nouveau venu à la présidence américaine est le représentant d’un État esclavagiste sudiste et en tant que tel ne peut pas accepter « l’apparition d’un pays libre régenté par un Noir » (Pluchon, 1979 : 305). D’ailleurs, il a commencé dès 1799 à négocier avec les Français la politique d’extermination menée par son pays à l’endroit de ce qu’il nomme la « république cannibale » (Kennedy, 2003 : 177).

24On ne saurait passer sous silence le point de vue d’Albert Gallatin, le leader des républicains à la Chambre des députés au Congrès américain, lequel était contre tout appui des États-Unis à Toussaint Louverture. Dans les débats qui eurent lieu au Congrès américain en 1799 pour voter l’amendement Toussaint devant permettre à ce dernier de trouver l’oxygène nécessaire pour lutter contre Rigaud et conserver son hégémonie sur Saint-Domingue, Gallatin ne mâcha pas ses mots pour dire qu’en cas d’indépendance de Saint-Domingue sous la direction des Noirs, on allait voir ce qu’on allait voir : un désert. Il déclara :

  • 6 «Suppose that island, with its present population, under present circumstances, should become an i (...)

Supposons que cette île avec sa population présente, et dans les circonstances actuelles, devienne un État indépendant. En quoi consiste cette population ? Essentiellement d’esclaves à peine émancipés, d’hommes qui ont reçu leur première éducation sous les coups de fouet, et qui ont été initiés à la liberté seulement par une série de rapines, de pillages et de massacres qui ont produit du néant et qui ont plongé cette île dans le sang. Ces hommes, s’ils sont laissés seuls, et indépendants, ne seront pas capables de mettre le pays au travail dans la paix, mais essaieront de continuer à vivre comme avant par le vol et les déprédations6.

25Avec une telle pensée, on peut comprendre pourquoi Jefferson fit appel aux bons services de Gallatin pour remplacer Hamilton comme secrétaire du Trésor de 1801 à 1814. Il aura donc les coudées franches pour organiser l’écroulement du nouvel État à travers la marginalisation et l’inefficacité auxquelles le réduira l’embargo américain du 28 février 1806.

  • 7 Peña Batlle fut ambassadeur de la République dominicaine en Haïti sous le gouvernement du présiden (...)

26Ce n’est donc pas d’aujourd’hui que les racistes se frottent les mains devant le constat d’échec de l’État haïtien. L’historien dominicain Manuel Arturo Pena Batlle en 1954, à propos des origines de l’État haïtien, présente une nouvelle version des arguments de Gallatin sur la soi-disant incapacité congénitale des nègres à sortir de la sclérose esclavagiste (Pena Batlle, 2005)7. Les partisans de cette manière de voir qui auguraient un désert en Haïti ne se gênèrent pas pour faire pièce à toute tentative de développement du nouvel État afin de bien montrer que tout salut créatif ne pouvait venir que de l’étranger.

  • 8 « No regular system of Liberty will at present suit St. Domingo » he wrote, « The government if in (...)

27Il ne faudrait pourtant pas croire que les adversaires américains des républicains Jefferson et Gallatin désiraient pour autant voir un gouvernement républicain en Haïti. Hamilton ne s’était pas fait prier pour recommander au secrétaire d’État Pickering la mise en place d’un gouvernement de type médiéval pour Saint-Domingue, avec présidence à vie, un ordre militariste et un service militaire obligatoire. À son sens, « aucun système normal de liberté ne sera convenable à Saint-Domingue » écrit-il. « Au cas où il y aurait indépendance, le gouvernement doit être militaire – dans la ligne d’un système féodal8. » Les motifs racistes porteront les officiels américains à contraindre l’État haïtien dans un corset de dérèglements d’où il ne sortira plus.

Le départ d’Hédouville et l’incarcération de Manigat

28Toussaint se révèle un orfèvre dans la manipulation de ses adversaires doublé d’un maître d’école justicier faisant de la disgrâce une méthode de gouvernement. Il écarte successivement le général Laveaux en 1796, Sonthonax en 1797, Hédouville en 1798 et Roume en 1800. Définitivement, tous les envoyés du Directoire ne parviennent pas à asseoir leur emprise sur Saint-Domingue. En présence de Toussaint, la charge d’Agent du Directoire à Saint-Domingue porte malheur. Ainsi Hédouville, après avoir vaincu les Anglais, part-il sous la pression des soldats du 5e régiment commandé par le bras droit de Toussaint Louverture, Moyse. Pourtant Hédouville a tout essayé pour empêcher Toussaint de monopoliser l’avant-scène. Constatant que les pouvoirs judiciaire, civil et militaire sont concentrés entre les mains de Toussaint, il tente de remettre les pendules à l’heure. Le 9 juin, Hédouville publie un arrêté interdisant d’enrôler les cultivateurs sans une autorisation de l’Agent du Directoire. Le 21 juin, il reproche à Toussaint certaines pratiques abusives de ses troupes dans les territoires repris aux Anglais. Le 22 juin, il explique à Toussaint qu’étant le seul à décider des attributions de la haute police, celui-ci doit se plier aux ordres du pouvoir civil qu’est le Directoire qu’Hédouville représente. Comprenant que le pouvoir de Toussaint repose sur les baïonnettes, Hédouville décide de diminuer les effectifs de l’armée en faisant entendre au bureau des Colonies que, la guerre avec l’Angleterre étant terminée, les dépenses militaires pouvaient être réduites.

29Toussaint feint de laisser faire. Il sait que les va-et-vient d’Hédouville n’obéissent qu’à une seule logique : réduire son propre pouvoir. Hédouville commet l’erreur de confier au juge Manigat l’exécution de la tâche de réduction des effectifs et de désarmement du 5e régiment commandé par Moyse. Avec la Garde nationale, Manigat se présente à Fort-Liberté devant les soldats qui refusent d’obtempérer. Le combat est engagé et, entre le 15 et le 20 octobre, Manigat gagne la première manche. Mais Moyse, alors absent de Fort-Liberté, entreprend de convaincre les cultivateurs que les règlements de culture d’Hédouville du 23 juillet, exigeant des cultivateurs de s’engager pour trois ans sur les plantations, ont pour objectif le rétablissement de l’esclavage. Le tour est joué. Moyse mobilise de nouvelles troupes et, le 23 octobre, plus de 15 000 hommes passent à la contre-offensive et culbutent toutes les positions prises par Manigat. Hédouville se réfugie sur un bateau en rade prêt à appareiller pour la France. Toussaint rentre à Fort-Liberté en médiateur le 25 octobre et offre même à Hédouville sa protection. Pauléus Sannon, le biographe de Toussaint Louverture, citant Saint-Rémy, explique comment Toussaint tendra un piège de dernière minute à Hédouville. « Il affecta, dit Pauléus Sannon, de déplorer les événements survenus et fit inviter Hédouville à redescendre. Celui-ci s’en garda bien » (Sannon, 2003 : 179).

30Toussaint ne sera pas clément pour ceux qui avaient soutenu Hédouville. Il se met à parler sans fausse honte, ne laissant plus la raison d’État lui imposer ses limites, refusant de dissimuler son caractère comme font souvent les médiocres. Toussaint se livre.

  • 9 Pauléus Sannon est le premier historien haïtien à corriger le biais mulâtriste antilouverturien de (...)

Dans le moment, s’écrie-t-il, que je viens de chasser l’Anglais de la colonie, dans le moment où je m’attendais à jouir du fruit de tant de fatigues, c’est dans ce moment qu’Hédouville choisit un Manigat, oui Manigat ; vous êtes bien Manigat ? Et vous manigancez fort bien. Hédouville choisit un nègre pour faire détruire le brave général Moyse et le 5e Régiment qui ont tant contribué à l’évacuation de nos ennemis de la colonie. C’est bien eux que vous avez voulu tuer. Et quand vous les auriez tués, ne savez-vous pas qu’il y a des milliers de noirs derrière vous qui auraient tiré vengeance de ce brave général Moyse et du 5e Régiment, que vous exposiez toutes ces malheureuses troupes européennes, vos femmes et vos enfants à être massacrés ? Si, dans ce moment que vous voilà tous réunis, j’ordonnais cependant qu’on vous massacre tous, que dirait la France ?
Hédouville a choisi Manigat pour manigancer tout cela ; vous avez pris, Manigat, un arrêté pour destituer le général Moyse, et vous avez ordonné qu’on lui courut sus et qu’on vous l’amenât mort ou vif. C’était pour vous ; car comme vous voyez, c’est vous qu’on arrête, non pas le général Moyse. Je le réintègre clans ses fonctions comme ci-devant.
Hédouville dit que je suis contre la liberté, que je veux me rendre aux Anglais, que je veux me rendre indépendant ; qui est-ce qui doit mieux aimer la liberté, de Toussaint Louverture, esclave de Bréda, ou du général Hédouville, ci-devant Marquis et chevalier de St. Louis ? Et si je voulais me rendre aux Anglais, je ne les aurais pas chassés. C’est Hédouville qui est l’ennemi de la liberté ; c’est lui qui fait servir d’instrument un Manigat, un nègre pour détruire les défenseurs de cette même liberté. On a raison de dire : donnez un coup de tafia à un nègre, vous lui ferez faire tout ce que vous voudrez ; montrez un morceau de jambon à un mulâtre, vous allez lui faire faire le tour de la colonie.
Souvenez-vous qu’il n’y a qu’un Toussaint Louverture à St-Domingue, et qu’à son nom tout le monde doit trembler. (Sannon, 2003 : 179-181)9.

La Constitution de 1801 comme matrice fondamentale

31Vu le ton de sa correspondance au Secrétaire d’État Pickering en date du 21 février 1799 et militant pour un gouvernement militariste pour Saint-Domingue, faut-il s’étonner qu’Hamilton prenne le temps de rédiger un modèle de constitution reflétant ses vues « féodales » avant de l’envoyer à Toussaint ? Toussaint ne l’a pas utilisé verbatim. Mais on constate que nombre de points de vue exprimés dans le texte constitutionnel d’Hamilton se retrouvent dans la Constitution de 1801 de Toussaint (Saint-Louis, 2006 : 137 et 172). Les recommandations d’Hamilton sont édifiantes sur la conception qu’il a des nègres. Les règles de la république sont à la tête du client. « Un système régulier de liberté ne convient pas pour le moment présent à Saint-Domingue, déclare Hamilton. Un Chef Héréditaire serait meilleur mais je crains que cela soit impraticable. Prévoyez donc un simple exécutif pour tenir sa place à vie » (Hamilton, 1975). On peut conjecturer sur les intérêts politiques immédiats qui portent Hamilton à recommander de telles politiques pour Saint-Domingue. Par-delà les variations, la constante du discours dominant est que les nègres ne peuvent avoir que le gouvernement qui correspond à l’image que les Blancs ont d’eux. Une image forgée au cours de trois siècles de corruption de la mémoire, d’amnésie, de mensonges érigés en vérité. Le point de vue raciste anti-noir de l’époque triomphe. Les Blancs peuvent revendiquer la république, la liberté, la loi tout en demandant le contraire pour les nègres. Les revenus tirés de la traite et de l’esclavage par l’Angleterre, qui au XVIIIe siècle assuraient la plus grande partie de cet odieux commerce, financent la révolution industrielle. Envers d’une réussite assurée à coup de génocides. Comme le dit si bien Ottobah Cugoano, cet ancien esclave libéré devenu abolitionniste en Angleterre en 1788 : « comment le peuple le plus éclairé du monde peut-il faire le commerce le plus injuste ? » (Cugoano, 2004 : 116). Dilemmes, contradictions et paradoxes qui sont encore aujourd’hui au cœur de la modernité. Des ironies que Hegel appellera ruses de l’histoire.

32À la différence de l’esclavage du peuple juif qui n’était pas codifié par la loi, l’esclavage capitaliste a produit sa loi mère avec le Code noir. Toute une pensée s’est développée justifiant l’esclavage capitaliste. Condorcet, l’abolitionniste et membre de la Société des amis des Noirs, condamne ainsi les arguments des négriers :

On dit, pour excuser l’esclavage des Nègres achetés en Afrique, que ces malheureux sont des criminels, condamnés au dernier supplice, ou des prisonniers de guerre, qui seraient mis à mort s’ils n’étaient pas achetés par les Européens. D’après ce raisonnement quelques écrivains nous présentent la traite des Nègres comme étant presque un acte d’humanité. (Condorcet, 2001 : 8-9.)

33Ce raisonnement est encore utilisé de nos jours par les Haïtiens qui considèrent les traitements dignes de l’esclavage réservés aux « restavek » (domestiques), ces enfants qui assument les tâches domestiques en Haïti, comme des actes d’humanité leur évitant une mort certaine (Cadet, 2002).

34Certains penseurs européens ont vu dans le continent africain le lieu par excellence de la barbarie tout en réservant à l’Occident le monopole de la civilisation. Hegel, par exemple, participait aussi à un certain moment à ce travail d’intoxication. Il écrit :

L’homme en Afrique, c’est l’homme dans son immédiateté. L’homme en tant qu’homme s’oppose à la nature et c’est ainsi qu’il devient homme. Mais en tant qu’il se distingue de la nature, il n’en est qu’au premier stade et est dominé par les passions. C’est un homme à l’état brut. Pour tout le temps pendant lequel il nous est donné d’observer l’homme africain, nous le voyons dans l’état de sauvagerie et de barbarie, et aujourd’hui encore il est resté tel. Le nègre représente l’homme naturel dans toute sa barbarie et son absence de discipline. (Hegel, 1974 : 251.)

35La supériorité cognitive de l’Occident était ainsi consacrée et sa mission coloniale justifiée. Au moment où il écrit ces lignes sur l’Africain, dans les années 1820, il est évident qu’Hegel était revenu des idées d’autoémancipation de l’homme noir considérées à travers le prisme de la Révolution haïtienne de 1804. En effet Susan Buck-Morss (2006) a montré, après Pierre Franklin Tavarès (1992), comment Hegel avait suivi le processus de construction de l’État en Haïti. Il avait non seulement lu les livres de l’abbé Grégoire, mais aussi la revue allemande Minerve – qui couvrit les révoltes de Saint-Domingue depuis la parution de son premier numéro en 1792 jusqu’à la mort de son éditeur, l’historien Johan Archenholz en 1812 –, et enfin la Edinburgh Review ou encore le Morning Chronicle dans les années 1817-1820. Toutes ces revues faisaient paraître des reportages systématiques sur la Révolution haïtienne sans en soustraire la complexité, c’est-à-dire les oppositions extérieures qu’elle suscitait et qui venaient se greffer sur d’insolubles conflits locaux de pouvoir.

36L’embryon de nouvel État en gestation avec Toussaint Louverture n’est pas parvenu à concilier l’intérêt général et les intérêts particuliers. Dans la Constitution de 1801 triomphe une conception totalitaire donnant à l’État un pouvoir total sur l’individu, ce dernier n’ayant aucun recours contre les décisions des autorités étatiques. C’est le triomphe absolu de la raison dictatoriale et autoritaire. En une décennie, de 1791 à 1801, Toussaint Louverture a eu le courage politique pour opérer les volte-face nécessaires à chaque conjoncture, mais il n’a pas eu la force morale d’inclure dans la Constitution de 1801 le pouvoir des cultivateurs, c’est-à-dire de fonder la légalité sur la légitimité. En rejetant ce que commandait l’équité, Toussaint a préféré la souveraineté que donne la puissance matérielle. Par sa politique de caporalisme agraire de servage, il s’est révélé hégélien (la raison du plus fort). Le rétablissement du système de la grande plantation a représenté pour lui l’option la plus rationnelle pour le progrès de Saint-Domingue, une nécessité historique. Mais Toussaint a aussi, par sa simple trajectoire, fait mentir les thèses de Hegel sur le nègre. Le génie de Berlin écrivait :

Ce qui caractérise les nègres, c’est précisément que leur conscience n’en est pas encore arrivée à l’intuition de quelconque objectivité ferme, comme par exemple Dieu, la Loi... Comme il a été dit, le nègre représente l’homme naturel dans toute sa sauvagerie et sa pétulance ; il faut faire abstraction de tout respect et de toute moralité, de ce que l’on nomme sentiment, si on veut bien le comprendre ; on ne peut rien trouver dans ce caractère qui rappelle l’homme. (Hegel, 1987 : 75-76.)

37La dialectique de Toussaint dans la décennie 1791-1801 indique que le dirigeant politique possédait une conscience claire de ses possibilités, que sa pensée guidait sa pratique, et qu’elle donnait naissance à la liberté comme nouvelle réalité. Les péripéties haïtiennes qui suivront l’Indépendance de 1804 ont-elles porté Hegel à limiter les possibilités de l’homme noir ? Hegel était-il conscient que la hardiesse des insurgés de Saint-Domingue, leur refus de l’oppression coloniale esclavagiste, se heurterait avec fracas au dédain et au mépris des puissances racistes blanches, confinant le nouvel État dans l’ordre de la dérision et du bricolage ? En cassant les deux piliers de l’économie de l’Ancien Régime qu’étaient la traite des nègres et l’esclavagisme, la Révolution haïtienne ne devait pas s’attendre à recevoir un meilleur traitement des puissances esclavagistes. Le philosophe de Berlin demeurait en face de l’homme noir – tout comme Condorcet – partisan du gradualisme dans l’amélioration du sort des Africains sur la scène mondiale. Pour ce dernier, il fallait établir au sujet de l’esclavage un moratoire de 70 ans avant de l’abolir complètement. La prospérité de la France dépendait de l’échange inégal inauguré par la colonialité du pouvoir depuis 1492. Ethnocentrisme triomphant, le professeur de philosophie à Iéna a préféré voir en Napoléon Bonaparte qu’en Toussaint Louverture « l’esprit du monde » de son temps. Pourtant, c’est bien Louverture qui cherchait la liberté intersubjective et la reconnaissance d’autrui à travers l’interdépendance des membres de la société humaine dans son ensemble.

38Toussaint savait composer avec des forces adverses. À partir du non-sens colonial, il construisait du sens. Il en donna une idée dans ses rapports avec les commissions civiles envoyées par la France pour mettre de l’ordre à Saint-Domingue. Mais en même temps, il était convaincu que la force prime sur le droit. Aussi, c’était toujours avec son armée prête à intervenir qu’il discutait. Avec la Constitution de 1801, il a offert aux Blancs leur meilleure chance de reconquérir leurs propriétés sans pour autant être prêt à assumer ni les combats sanglants ni l’obscurantisme que ces restitutions n’ont pas manqué de provoquer. Depuis, la question de droits de propriété demeure entière, son dénouement étant lié à la dynamique du pouvoir.

39La Constitution de 1801 codifiait un état de choses discriminatoires entre les cultivateurs et les propriétaires qui, comme l’a montré Vertus Saint-Louis, rappelait l’ordre colonial (Saint-Louis, 1993). Ces mesures prises par Toussaint mettant les agriculteurs sous le régime de l’administration militaire seront approuvées par Leclerc, l’envoyé de Bonaparte, tout en étant contestées par Moyse, le neveu de Toussaint, qui eut le triste sort d’être sacrifié par son oncle pour s’être rebellé contre une politique agraire refusant aux petits cultivateurs l’accès à la terre. En effet, Toussaint interdisait à quiconque de devenir propriétaire en deçà de 50 carreaux et exigea « la nécessité d’obtenir son approbation avant toute acquisition de propriété agricole » (Blancpain, 2003 : 93). On s’explique le refus du général Moyse d’être des constituants de 1801. La raison démocratique fut vaincue sur l’autel du pouvoir militaire, lequel servira de point d’ancrage à tous les gouvernements qui conduiront les destinées nationales au XIXe siècle. Sauveur Pierre Etienne traduit la force de ce repère militaire en ces termes :

  • 10 Reconnaissant l’apport de Toussaint Louverture à la création du nouvel État en 1804, Klara Gusti-G (...)

Le despotisme militaire imprégna tout le régime du sommet de l’État aux échelons inférieurs. Le caractère dictatorial et militariste de l’État louverturien imprima une trajectoire à l’État postcolonial haïtien, et influa sur l’évolution du système politique du pays pendant les deux siècles suivant son accession à l’indépendance. (Étienne, 2007 : 94)10.

  • 11 Moïse (2001). Lire aussi Nabajoth (2007).

40La constitution autocratique de 1801 de Toussaint Louverture, élaborée par trois Mulâtres et sept Blancs (Hurbon, 2004 : 124), ne créait pas les bases pour l’unité nationale. La Constitution de 1801 consacre l’ambivalence et l’ambiguïté du colonisé dans sa lutte contre le colonisateur. C’est l’État creux dans son essence critiquant, tout en l’encensant, une réalité dans un exercice qui mélange vérité et mensonge avec tous les paradoxes et contradictions qu’un tel cheminement génère. Les principes d’autonomie qui y sont présentés traduisent une tentative de rupture avec la France, mais dans le même temps l’article 3 ou encore l’article 30 se réfèrent au fait que les citoyens vivant en ce lieu seront considérés comme des Français. Sur bien d’autres registres tels que la propriété, les rapports des autorités avec la loi, la séparation et la concentration des pouvoirs, les relations extérieures, etc., il y a répulsion et fascination pour l’ancien régime. Toussaint veut en même temps obtenir une chose et son contraire. Il veut donner la liberté mais sans accès à la propriété qui lui donne valeur. Il veut être libre pour avoir des relations commerciales avec les Anglais, les Américains et les Espagnols tout en demandant à Napoléon d’accepter ses initiatives. Il envoie un émissaire soumettre la Constitution à la France alors qu’il l’a déjà imprimée et promulguée (Bell, 2007 : 213). Amour et haine de la modernité se conjuguent dans une dualité contradictoire. La Constitution du 13 juillet 1801 légifère essentiellement pour sauver la plantation coloniale contre les demandes des Bossales nouveaux libres11 et pour mettre dans les mains de Toussaint « toutes les rênes du pouvoir : l’armée, la justice, le parlement, l’administration, l’information » (Foix, 2007 : 271).

41L’une des caractéristiques de l’État louverturien, et qui lui donne sa consistance propre, est l’approche de Toussaint des relations internationales. Tout en étant formellement attaché à la France, Toussaint développe des relations indépendantes et autonomes avec l’Angleterre et les États-Unis d’Amérique. En effet, Toussaint signe une convention secrète avec le général anglais Maitland, développe des relations commerciales et diplomatiques avec les États-Unis d’Amérique et ira même jusqu’à proposer des relations politiques avec la France bonapartiste à travers la Constitution de 1801. Dans tous ces cas concrets, Toussaint est seul dans sa politique. Il ne compte que sur les Blancs dévoués à sa cause. Mais si les indigènes sont absents de sa diplomatie, ils sont par contre en grand nombre dans l’armée, sa force de frappe. Il jongle avec l’Angleterre, les États-Unis d’Amérique et la France en s’appuyant principalement sur les États-Unis d’Amérique qui lui apportent à travers le commerce les moyens financiers nécessaires à l’achat d’armes – fournies par des marchands américains – pour se défendre contre l’arrivée de troupes françaises échappant à son contrôle. Il a vu arriver chaque agent envoyé par la métropole accompagné d’une mini-armée pour assurer sa sécurité, mais aussi pour fournir des capacités militaires de persuasion indépendantes de l’armée louverturienne. Le Consulat a compris que la force de Toussaint reposait sur son armée et projetait d’en réduire les effectifs lors de la mission du général Hédouville, en vue de mieux le contrôler.

42Toussaint n’a pas réellement saisi l’impact des changements de personnel à la tête des puissances européennes et américaines sur leur politique vis-à-vis de Saint-Domingue. Pourtant, il a pu observer des inclinations différentes de la Convention au Directoire et au Consulat dans l’appréciation de la situation à Saint-Domingue, différences qui se manifestèrent également aux États-Unis d’Amérique lors de l’arrivée au pouvoir en 180Ides républicains du gouvernement de Thomas Jefferson à la place des fédéralistes du président John Adams. En réalité, Toussaint a sous-estimé les intérêts des puissances esclavagistes. Il n’a pas cru qu’elles puissent s’entendre entre elles pour l’étouffer. Or ce sera justement le cas : la préparation de l’expédition Leclerc de 1802 est antérieure à la promulgation de la Constitution de 1801.

  • 12 Pickering to Mayer, Consular dispatches, Cape-Haitian series (1798).

43Quelques années auparavant, lors de l’affaire XYZ, la corruption de Talleyrand, ministre des Affaires étrangères de la France, avait entraîné en 1797 les États-Unis et la France au bord de la guerre. Talleyrand, ayant chargé alors trois agents dénommés X, Y, et Ζ de demander aux envoyés du président Adams le paiement d’un pot-de-vin de 250 000 dollars et un prêt de 12 millions de dollars pour la France avant toute discussion (Kennedy, 2003), voulait ainsi faire payer à la délégation américaine dirigée par John Marshall le ticket d’entrée pour un rendez-vous afin de négocier avec lui la cessation des activités des corsaires français contre les navires marchands américains et le paiement des obligations dues par la France aux États-Unis. Les Américains refusèrent de payer le prix de la corruption demandée par Talleyrand. De plus, ils mirent fin aux relations commerciales avec la France en juin 1798. Ceci affecta particulièrement Saint-Domingue, aussi bien à l’exportation du café et du sucre qu’à l’importation des provisions alimentaires. Toussaint prit alors l’initiative d’écrire au président Adams le 6 novembre 1798 en demandant le rétablissement du commerce américain avec Saint-Domingue. Avec l’appui des intérêts maritimes, le président Adams fit voter par le Congrès américain la clause Toussaint rétablissant les relations commerciales et diplomatiques avec Saint-Domingue, en vertu du fait qu’il revendiquait l’autonomie par rapport à la France. De toute façon, le secrétaire d’État américain Pickering avait dès le 30 novembre 1798 employé une formule astucieuse pour indiquer à son consul Jacob Mayer au Cap-Haïtien que le décret du Congrès interdisant le commerce avec la France ne s’appliquait pas à Saint-Domingue si les habitants de ce pays cessaient de reconnaître la souveraineté de la France12.

  • 13 Madison à Lear (1802).

44Après la signature en septembre 1800 du traité de paix de Mortefontaine entre la France et les États-Unis, et sur les brisées de la prise du pouvoir par les républicains de Thomas Jefferson en février 1801, le sort de Toussaint est scellé. Une fois en charge comme Secrétaire d’État, une des premières actions de James Madison est de remplacer Stevens par Tobias Lear comme consul des États-Unis d’Amérique à Saint-Domingue. Il lui dit en termes peu équivoques : « Les États-Unis préfèrent se retirer de Saint-Domingue que d’endommager ses relations avec la France13. » Les intérêts mercantiles doivent accepter de se plier devant ceux des planteurs esclavagistes et une colonie française est préférable à une nation nègre. La Constitution de 1801 est promulguée le 8 juillet 1801. Deux semaines plus tard, le 20 juillet 1801, Louis-André Pichon, ambassadeur français à Washington, s’enquiert auprès du président Jefferson de la neutralité américaine dans le cas d’une expédition militaire de la part de la France à Saint-Domingue pour mettre fin au régime de Toussaint Louverture. Jefferson va même plus loin que la simple requête de neutralité de Pichon. D’une part, et contrairement au président Adams qui avait armé et donné des provisions alimentaires au gouvernement de Toussaint, Jefferson accorde un prêt de 300 000 dollars au gouvernement français pour soulager les colons français de Saint-Domingue. D’autre part, Jefferson assure le diplomate français que l’Angleterre appuiera également l’initiative de l’expédition Leclerc. Ce qui sera confirmé par Talleyrand. Les vues de Lord Addington, secrétaire d’État anglais, sont on ne peut plus claires : il ne faut pas tolérer le jacobinisme, et encore moins le jacobinisme noir (Lokke, 1927). Tous les éléments ont donc été soigneusement préparés pour vaincre Toussaint, bien avant la signature de la paix d’Amiens du 1er octobre 1801. Les incertitudes, angoisses et inquiétudes qui envahiront Toussaint à l’arrivée de l’expédition Leclerc en 1802 seront décuplées par les appels au découragement du consul américain Tobias Lear qui lui conseillera de se rendre.

45Toussaint s’attaque aux fondements de l’asservissement mais, pour asseoir son pouvoir, il propose une alliance à ses adversaires colons français. Pour Rigaud, c’est tout le contraire. Il s’attaque à la France, à travers une alliance avec l’Angleterre, sans refuser et répudier l’esclavage. Rigaud a des éclairs de lucidité, mais Toussaint est animé par une vision plus soutenue dans son discernement et qui lui donne du souffle pour rester dans la course malgré les difficultés du terrain.

46Cependant en s’entourant de Blancs comme cadres à un moment où les Noirs éduqués et cultivés sont rares, Toussaint alimente les préjugés racistes qui prétendent que les Noirs sont des barbares et que seuls les Blancs sont civilisés avec leur culture et leurs idées. Le mépris affiché des dirigeants mulâtres pour son commandement, surtout après la guerre du Sud où les affranchis mulâtres ont subi de lourdes pertes, a cassé le lien de confiance. Toussaint n’a pas d’autres choix. Il fait l’histoire avec les moyens à sa disposition. En ne perdant jamais l’objectif final de l’aspiration à la liberté acquise irréversiblement en 1793 par les esclaves.

47Les relations de pouvoir dans la société louverturienne rendront possible la domination de la classe des grands propriétaires terriens de toutes les couleurs, qui se donneront un État capable de défendre leurs intérêts. Toussaint, conscient de la qualité du matériel humain dont il disposait – Saint-Domingue n’étant pas une colonie de peuplement mais plutôt une colonie d’exploitation où l’on était de passage, le temps de se faire une fortune en ne lésinant pas sur les moyens – décida donc de s’allier aux colons blancs pour atténuer ce qui représentait à ses yeux la menace la plus importante : l’expédition française. Il échoua dans ses plans. Comme le souligne Étienne Charlier, « l’ordre louverturien a croulé sous le poids de ses propres contradictions et fait place à la seule alliance qui pouvait aboutir et va aboutir à l’Indépendance : l’alliance des anciens et des nouveaux libres » (Charlier, 1954 : 233). Précisons toutefois que cette alliance ne deviendra incontournable pour les protagonistes qu’après la loi du 20 mai 1802 rétablissant l’esclavage.

La logique despotique ancestrale (la répression, l’élimination des chefs de bande, etc.)

  • 14 Dans son journal, Joseph Elisée Peyre-Ferry, capitaine commandant de la compagnie des Grenadiers d (...)

48Les adversaires politiques ne sont pas toujours les plus à craindre dans les luttes politiques. Souvent les continuités prédominent par rapport aux ruptures. Les pesanteurs du passé finissent par avoir le dessus au détriment des forces radicales qui veulent des changements décisifs. Bien que ce fussent les leaders populaires africains, encore connus sous l’appellation de bossales, qui prirent les armes après l’arrestation de Toussaint Louverture le 6 juin 1802, leurs luttes seront au final détournées par les chefs indigènes qui les massacreront tous. Ces chefs indigènes, considérés comme des « indépendants irréductibles », se retrouvaient à travers le pays et pas seulement dans le Nord. Leurs activités insurrectionnelles dans l’Ouest et le Sud constituaient des réponses locales aux résonances du projet de Leclerc de rétablissement de l’esclavage. De Jérémie aux Cayes, de Miragoâne à Grand-Goâve, les conspirations étaient animées par des chefs marrons du nom de Jean Panier, Lamour Dérance, Goman, etc. (Fick, 1990). Après avoir relevé le défi des troupes de Leclerc, ils perdront l’initiative au profit de ceux qui s’étaient rendus aux troupes françaises, c’est-à-dire les Dessalines, Christophe, etc., lesquels recevront d’ailleurs l’ordre des Français de les éliminer jusqu’au dernier14. En effet, les Sans-Souci, Jasmin, Macaya, Sylla, Jacques Tellier, Vamalheureux, Cacapoule, Mavougou, Lamour Dérance, etc., déclarés chefs de bande par les vainqueurs, seront tous exécutés.

  • 15 Madiou (1989 : 368). Lire aussi Ardouin (2006 : 166).

49Au cours de la mise en scène préparant sa propre ascension politique, Dessalines fera arrêter Charles et Sanite Belair qui sympathisaient avec les Africains mécontents de la politique de désarmement général des cultivateurs initiée par Leclerc. Ils seront livrés à Leclerc qui les fit fusiller. La lettre de Dessalines au général Leclerc, en date du 10 septembre 1802, dans laquelle il se réfère « au scélérat Charles Belair dans sa criminelle révolte », en atteste15. La reconstitution des faits ne détruit pas la légende de cette opération montée par Dessalines pour éliminer son rival Charles Belair, lequel avait toutes les qualités pour remplacer Toussaint Lonverture qui venait d’être déporté en France. On se rappelle que Charles Belair n’avait pas trahi Toussaint Louverture en se soumettant à Leclerc comme le firent Dessalines et Christophe (Nemours 1925 : 270). D’autres Africains moins connus tels qu’Appolon Beaujour du Haut du Trou, Lafleur de Fort-Liberté, Trou-Canne de Sainte Suzanne, Jean Charles Daux et Chateaubriand seront également fusillés sous les ordres de Dessalines et de Christophe en 1802 (Auguste, 1990). Le zèle de Dessalines pour éliminer les Africains fera écrire à Leclerc les mots suivants à Bonaparte le 16 septembre 1802 :

Dessalines est dans ce moment le boucher des noirs. C’est par lui que je fais exécuter toutes les mesures odieuses. Je le garderai tant que j’en aurai besoin. J’ai mis auprès de lui deux aides de camp qui le surveillent et qui lui parlent constamment du bonheur que l’on a en France d’avoir de la fortune. Il m’a déjà prié de ne pas le laisser à Saint-Domingue après moi. (Benot et Dorigny, 2003 : 567.)

50Cet acte de Dessalines contre Charles Belair a été interprété par ses défenseurs et apologistes comme une fuite en avant pour dissimuler la volte-face qu’il préparait contre les Français. Quant à ses détracteurs, ils n’ont pas manqué d’y voir un exemple de la perfidie de l’homme, prêt à livrer un compétiteur aux Français pour les tromper sur ses vraies intentions (Mollien, 2006 : 130). Ce qu’il convient de souligner, c’est que de tels agissements ont érodé la confiance et préparé le naufrage pour les générations ultérieures. La méfiance qui s’installa engageait l’avenir, la survie de ce projet national, l’avenir de cette société qui naissait avec de telles orientations. Comment envisager la survie d’une société dont la base n’a qu’une représentativité de façade et est l’objet de tant d’hostilités ? Mais comment de plus accepter que tout ait été mis en place pour empêcher de réfléchir sur de tels faits ?

51Les milieux dirigeants de l’État ont tout organisé pour que la pensée ne s’exerce pas sur de tels sujets. L’organisation sociale a bloqué toute lucidité, toute intelligence, toute sagesse permettant une réflexion sur soi-même, sur les questions fondamentales de l’existence et les choix à faire pour la création d’une société vivable. La liberté de penser s’est trouvée broyée par la vie quotidienne.

  • 16 L’orthographie Prière est de Thomas Madiou, tandis que Beaubrun Ardouin parle plutôt de Prieur. Li (...)

52La lumière du pouvoir suprême aveugla Dessalines. Les Africains, qualifiés comme chair à canon et comme fantassins contre les troupes françaises, étaient disqualifiés dans leur prétention à fonder un nouvel État. Les chefs de l’armée indigène ne voulaient pas qu’ils s’approchent trop de la vérité du pouvoir, car ils l’avaient déjà trouvée. Petit-Noël Prière16, un de ces farouches résistants qui survécut à la répression de Dessalines, fut arrêté à Marchand en 1804 et mourut en prison après avoir été nommé commandant de la ville de Vallières. Dessalines fit le choix d’éliminer ces combattants tout en tendant la main à des adversaires tels que Segrettier, Delpech et David Troy, restés eux fidèles aux Français durant la guerre de l’Indépendance. L’analyse de la substance de cette réalité objective fera dire : « ce parti pris délibéré fait de l’alliance fondatrice de la nation haïtienne un jeu de dupes » (Saint-Louis, 2006 : 203).

La rencontre de Pétion et Dessalines en 1802

53L’intérêt de remonter aux origines est multiple. Pour saisir la vérité. Pour inventorier la genèse des conflits croissants qui marquent la vie de la société haïtienne. Pour comprendre pourquoi la nécessité historique a creusé un fossé entre l’individu et l’État. Pour essayer d’expliquer pourquoi les promesses et les possibilités n’ont pas donné naissance aux fleurs. Pour déterminer ce qui fait que toutes les alternatives sont absorbées par le néant et le vide.

54Selon Vertus Saint-Louis,

Avant même d’être dirigée contre les Français, l’alliance entre Pétion et Dessalines, présentée comme fondatrice de la nation haïtienne, a été une coalition des classes dirigeantes indigènes visant à écarter de toute participation à la vie politique, ceux qu’elle considère comme des Africains, dangereux. (Ibid. : 202.)

  • 17 Boisrond Tonnerre ([1852] 1981 : 57). Lire aussi Georges Corvington (1975 : 212-213).
  • 18 D’après François Dalencour, le témoignage de cette rencontre de Pétion et Dessalines à la Petite-R (...)

55Selon Boisrond Tonnerre, cette alliance eut lieu lors de la rencontre de Plaisance vers les mois d’août-septembre 1802 où Pétion et Dessalines étaient en mission, envoyés par le général Leclerc pour réprimer les insurgés africains17. Cette version de la rencontre est reprise par Beaubrun Ardouin (1958 : 56-57), lequel prétend que cette rencontre eut plutôt lieu à la Petite-Anse immédiatement après la déportation de Toussaint Louverture le 12 juin 1802. Mais elle est contestée par Joseph Saint-Rémy qui montre l’impossibilité d’une telle rencontre, Pétion étant alors à Port-au-Prince. Selon Saint-Rémy, cette fameuse rencontre, de laquelle sortit l’acte originaire de l’unité nationale haïtienne, eut lieu à la Petite-Rivière de l’Artibonite le 17 octobre 180218.

56Boisrond Tonnerre prétend que Dessalines avait reçu l’ordre de Leclerc de massacrer les Mulâtres qui mit à sa disposition une armée de 5 000 hommes et 500 doubles louis à cet effet. Ce dernier lui aurait donné l’ordre écrit de sa propre main. (Boisrond Tonnerre, 1981 : 53-54). Mais Dessalines, à sa sortie du Cap, apprenant l’arrestation de Toussaint par Brunet, se serait rendu à la Petite-Anse, aurait rencontré Pétion, montré l’ordre écrit de Leclerc, et l’aurait convaincu de s’unir à lui pour combattre les Blancs.

57La reconstruction historique proposée par Boisrond Tonnerre ne résiste pas à l’analyse scientifique et ne correspond à aucune des sources européennes ou américaines disponibles depuis lors. L’agencement des faits par Boisrond Tonnerre n’est pas chronologique et ne permet pas une fidèle reconstitution des événements. De plus, Boisrond Tonnerre donne une version des faits qui contredit celle donnée par les intéressés. Par exemple, concernant l’arrestation de Toussaint, il écrit : « Poussé à bout par leur insolence, ce général monta à cheval dans le dessein de se plaindre ; mais il n’est pas plutôt arrivé aux Gonaives qu’un aide camp de Brunet le saisit et le garrotte les deux mains » (ibid. : 55). L’arrestation de Toussaint est quand même un acte important qui mérite qu’on lui restitue toute son épaisseur historique. Or ce n’est pas l’opinion de Toussaint, producteur de sa propre histoire. Dans ses Mémoires, Toussaint explique sa capture différemment, tandis que chez le général Brunet il discutait avec lui du contenu de la lettre de Leclerc qu’il avait récemment reçue.

  • 19 Mémoires du général Toussaint Louverture écrit par lui-même, 1986 (première édition 1853) : 82. Il (...)

Après en avoir pris lecture, dit Toussaint, il (Brunet) me dit qu’il n’avait reçu aucun ordre de se concerter avec moi sur l’objet de cette lettre, me fit ensuite des excuses sur ce qu’il était obligé de sortir un instant, et sortit en effet, après avoir appelé un officier pour me tenir compagnie.
À peine était-il sorti qu’un aide-de-camp du général Leclerc entra accompagné d’un très grand nombre de grenadiers, qui, m’environnant, s’emparèrent de moi, me garrottèrent comme un criminel et me conduisirent à bord de la frégate La Créole19.

58Fausse ou vraie la date de cette alliance entre Pétion et Dessalines, fausse ou vraie la défection de Dessalines précédant celle de Pétion à l’égard des troupes françaises, comme le dit Boisrond Tonnerre, les cartes vont être redistribuées à partir d’une prise de conscience historique. Ce qui importe, c’est la substance de cette alliance et de comprendre comment le « ce qui est » de la rencontre de la Petite-Rivière de l’Artibonite entre Dessalines et Pétion en 1802 devient cet « autre que soi » de 1806. Comment Pétion en arrive-t-il à risquer sa propre défaite en nouant des relations politiques et sociales avec Dessalines, relations qui, dans tous les cas de figure, vont restreindre son propre développement ? Quel sens trouver à cette audacieuse initiative qui mettait fin à la grandissante marginalisation politique des Mulâtres partis après la guerre du Sud de 1799 et revenus en février 1802 dans les bagages de l’expédition Leclerc ? Comment faire pour perpétuer trois siècles de théories racistes sur l’infériorité des nègres en déviant dans la pratique la vérité de leurs enseignements ?

59Les poids respectifs de la liberté et de la nécessité, les possibilités réelles de création d’un nouvel État indépendant, la prise en compte de l’état de choses existant, l’organisation de la réalité à partir de la raison, le degré de maturité des virtualités de transformation, le contenu du nouveau système social envisagé, tous ces points demandent une connaissance de la vérité pour la création d’un ordre nouveau dans lequel les forces productives permettent la satisfaction des besoins de tous les membres de la société, contrairement à l’expérience de l’ordre ancien. La nécessité de l’ordre nouveau impose donc la solidarité et la non-exclusion. L’alliance demande pour sa pérennité un contenu et pas seulement une contrainte formelle : le retour à l’esclavage.

  • 20 Selon Thomas Madiou, « La révolte de Pétion et celle de Dessalines furent presque simultanées. La (...)

60La rencontre de 1802 entre Pétion et Dessalines, sous l’initiative de Pétion ou de Dessalines, si elle relève d’une pratique rationnelle découlant d’une activité consciente de la part de l’un, semble plutôt relever de la spontanéité dans le cas de l’autre. En effet, même après avoir déclenché les hostilités contre les troupes françaises le 12 octobre 1802 au Haut du Cap, Pétion savait qu’il souffrait d’un déficit de légitimité, étant arrivé quelques mois auparavant dans les soutes de l’expédition Leclerc20. Son intérêt était donc d’avoir recours à la politique de doublure pour embrigader Dessalines dans sa clientèle. Toute l’habileté de Pétion, fin psychologue, est dans cette doublure qu’il fait endosser à Dessalines, pour mieux franchir l’écueil du colorisme en mettant un Noir à la direction des insurgés (Lepkowski, 1969 : 85). L’historiographie haïtienne a cru déceler la politique de doublure seulement à partir de 1843, moment à partir duquel elle devient récurrente dans la politique quotidienne. Mais au regard des données complexes de l’assassinat de Dessalines, de la guerre civile qui s’ensuivit, du bannissement du nom même de Dessalines au cours des quarante années après son massacre, on peut effectuer une autre lecture de l’engouement éphémère qui conduisit à cette alliance de circonstances de 1802.

  • 21 « Lettre de Pierre Hervé à Étienne Charlier », dans Péan (2003 : 312).

61La dévolution du pouvoir à Dessalines que Pétion orchestra ou accepta vint compenser pour Dessalines l’érosion de son statut de continuateur de Louverture, érosion manifeste au vu de la lutte menée par Dessalines pour désarmer les cultivateurs sous les ordres de Leclerc. Mais la stratégie de Pétion de s’appuyer sur Dessalines pour sauver son parti d’une disparition certaine, tout en n’étant porteur d’aucune modernité réelle, lui permettait de restaurer une nouvelle légitimation dans l’espace social pour les Mulâtres revenus avec l’expédition Leclerc. C’est ce que démontre Vertus Saint-Louis quand il avance que Pétion est « plus capable en 1802 de reconnaître à Dessalines le commandement militaire pour faire tomber la direction politique entre les mains des hommes de sa classe » (Saint-Louis, 2006 : 226). Le lieutenant de Toussaint Louverture ne saisira pas l’occasion pour clarifier les enjeux et déterminer les programmes de la future alliance. L’application de la politique de doublure consiste alors justement à ne pas discuter du contenu à donner à l’Indépendance. Comme l’explique Pierre Hervé, Toussaint aurait sans doute fait aussi une telle alliance, « mais il ne se serait pas conduit comme ses lieutenants, qui ont ensuite été joués à maintes reprises par les chefs du parti mulâtre21 ». La parade de Pétion pour se cacher derrière Dessalines traduisait moins une convergence d’intérêts des deux hommes qu’elle ne valorisait ou revalorisait une catégorie d’hommes susceptibles de devenir des victimes collatérales de la politique coloniale française à Saint-Domingue. L’ordre esclavagiste que voulait Leclerc imposait aux protagonistes locaux une jonction de leurs forces. La corruption des dirigeants de l’armée louverturienne à travers leur mainmise sur les propriétés des anciens colons au cours de la période 1796-1801 les avait transformés en possédants dont les intérêts s’identifiaient beaucoup plus avec ceux des anciens libres qu’avec la masse des cultivateurs.

  • 22 C’est la conclusion à laquelle aboutit Albert Einstein dans sa correspondance à Sigmund Freud du 3 (...)

62Si les nouveaux rapports de production à Saint-Domingue de la période louverturienne donnèrent lieu à une conscience de propriétaires chez les dirigeants des anciens et nouveaux libres, elle n’en demeurait pas moins idéologique, c’est-à-dire mystifiée par l’idéologie raciste dominante du milieu colonial. Cette conscience restera engluée dans la monotonie coloniale et n’atteindra pas l’universel malgré le sursaut de 1804. En maintenant l’étau colonial, les puissances internationales de l’heure pousseront le nouvel ordre social dans la hantise de sa disparition et dans l’incapacité d’une mutation éthique. Faire la guerre ou se préparer à la guerre en maintenant jusqu’en 1838 une forte armée de plus de 50 000 hommes, consommant près de la moitié des ressources de l’État, sera le pli duquel la société pourra difficilement se départir (Lepkowski, 1969 : 147). La féodalité militaire avait de longtemps compris que la guerre et le commerce des armes leur permettaient d’asseoir leur pouvoir, mais surtout leur offraient, à travers la corruption des commissions, d’immenses avantages personnels22. La pulsion de mort longtemps orientée vers l’extérieur se retournera alors vers l’intérieur. Cette pulsion continuera de « donner la mort n’importe quand, n’importe où, n’importe comment et sous n’importe quel prétexte » (Mbembe, 2000 : 32), faisant perdre aux individus la conscience de leurs actes dans l’explosion de violence des insurrections et guerres civiles, en moyenne une par an à partir de 1804, et le cycle de haines et de souffrances.

État militariste

63Si nous partons des éléments constitutifs d’un État que sont la population, un territoire et un gouvernement reconnu par la communauté internationale, Haïti n’est pas encore un État entre 1804 et 1825. La souveraineté du gouvernement haïtien sur le territoire des 28 000 kilomètres carrés n’est pas reconnue par les États de l’époque. Ainsi, en juillet 1801, de Thomas Jefferson, le nouveau président américain élu, faisant entendre à Bonaparte qu’il ne supporte pas l’idée d’une Haïti indépendante (ce qui encourage Napoléon à préparer l’expédition de 1802). Cette idée sera reprise dans le traité de Paris de 1814 par lequel la France recevra à nouveau de la communauté internationale carte blanche pour reconquérir son ancienne colonie de Saint-Domingue. À ce sujet, le grand abolitionniste Victor Schœlcher écrit :

L’éventualité de revendications armées de la part d’une puissance telle que la France était un obstacle à tout avenir pour Haïti. Les Haïtiens possédaient l’île de fait, mais la France la possédait de droit ; la souveraineté lui en avait été garantie par tous les gouvernements du traité de Paris. (Schœlcher, [1843] 1973 : 161-162).

64La question est d’importance car la communauté internationale (un euphémisme pour parler des Blancs colonialistes) se donne le droit de dire le droit, c’est-à-dire de décider ce qui doit être. Ce ne sont donc pas uniquement les vœux des Haïtiens qui sont pris en compte pour la formation de leur État. Ces derniers, tout indépendants qu’ils se disent, demeurent encore sous le joug de la communauté internationale qui leur fait des obligations, parmi lesquelles la plus importante est de réduire leur ambition, de prétendre avoir la même voix que les Blancs et de conserver l’héritage de 1804. À ce sujet, deux conceptions s’opposeront. Celle de Christophe, qui prendra toutes les dispositions civiles, militaires et économiques pour assurer avec hardiesse et intrépidité la marche en avant. De l’autre, celle de Pétion et de Boyer qui, en pensant bien faire, opteront pour la conciliation avec les colonialistes en reniant l’héritage de l’État libérateur, précipitant ainsi Haïti dans l’engrenage de la tragédie actuelle. Nous y reviendrons.

65L’absence d’État est aussi manifeste quand on considère la personnalisation du pouvoir individuel donnant au roi, empereur ou président tous les leviers de commande au détriment du développement des institutions. Toutefois, cette absence d’État ne se vérifie pas si on en réfère à la définition classique de Max Weber faisant de l’État une entité qui détient le monopole de la violence. En effet pour Weber (1959 : 8), « l’État consiste en un rapport de domination de l’homme sur l’homme fondé sur le moyen de la violence légitime ». En réalité, c’est avec hypertrophie que l’État de la violence et de la domination se manifeste en Haïti. Le despotisme d’État affiche toutes ses dimensions dès le gouvernement de Dessalines (1804-1806). Tout en perpétuant le discours colonial et ses règles immanentes, qui vont de soi et qu’on applique sans même s’en rendre compte, le pouvoir dessalinien édicte ses propres règles et élabore ses propres normes dans le sens des intérêts des dirigeants des nouveaux libres, bien décidés à élargir leur part du gâteau national au détriment des anciens libres mais aussi au détriment de la masse de cultivateurs non-propriétaires.

  • 23 Jean-Pierre Brax, 2005, « Retour sur la question haïtienne », Foire d’opinions haïtiennes, 11 nove (...)

66Ce n’est donc pas un État de droit qui s’affirme en 1804 mais un État militaire, militariste, dans lequel les forces armées et de sécurité contrôlent l’espace socioéconomique et politique. Les forces militaires déterminent les règles d’affermage des terres, mais aussi les normes régissant le fonctionnement de la société. Dans le sillage de la légitimité acquise sur les champs de bataille par l’armée indigène, l État militaire s’est imposé. Mais comme l’explique Jean-Pierre Brax, « l’excellence dans l’art de la guerre et de la survie politique ne saurait garantir une bonne gestion des affaires publiques23 ». C’est donc par la force des armes que le militarisme s’est fait accepter de la société civile à laquelle il demande obéissance. La tragédie de la société haïtienne naissante est que cette force n’a jamais pu se transformer en droit étant donné le caractère illégitime de ces prises de position et la résistance populaire aux ukases des détenteurs du pouvoir d’État. Les dirigeants de la guerre de l’Indépendance sont devenus des satrapes. Mais comme le dit Brax, « Ces satrapes n’arrivèrent jamais complètement à leur fin car le génie populaire si caractéristique de la population haïtienne inventera en un temps record un système économique, social, culturel et politique qui mit en échec toute tentative directe ou indirecte de retour à l’esclavage. Résultat : la dynamique suicidaire de deux systèmes socioculturels et économiques fonctionnant de manière conflictuelle sur un même territoire et tous les désastres générés par la démultiplication des antagonismes envenimés par toutes sortes de préjugés et pratiques discriminatoires... » (ibid.). La résistance populaire bénéficiera du hiatus entre ce que Marx nomme dans L’idéologie allemande les forces de production matérielle et les forces de production spirituelle. Pour Marx, ceux qui contrôlent les premières disposent en même temps des secondes. Dans le cas haïtien, cet automatisme ne se vérifie pas. Cette résistance populaire sera d’autant plus grande que les Bossales, représentant 70 % de la population et la majorité des troupes lors de la guerre de l’Indépendance, avaient leurs propres moyens de production spirituelle (le vodou et leurs traditions africaines), possédant ainsi une relative autonomie par rapport aux Créoles qui contrôlaient les moyens de production matérielle (Barthélemy, 1996).

Bibliographie

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES

Ardouin, Beaubrun, 1958, Études sur l’histoire d’Haïti, Paris 1853, réimprimé à Port-au-Prince, François Dalencour.

Auguste, Claude Β., 1990, « Les Congos dans la Révolution haïtienne », Revue de la Société haïtienne d’histoire et de géographie, 168, Port-au-Prince : 11-42.

— 1994, « L’Affaire Moyse », Revue de la Société haïtienne d’histoire et de géographie, 180-181, Port-au-Prince, Haïti, juillet-août : 7-55.

Barbé de Marbois, François, 1796, Réflexions sur la colonie de Saint-Domingue, tome premier, Paris, Chez Garnery.

Barthélemy, Gérard, 1996, Dans la splendeur d’un après-midi d’histoire, Paris, Imprimerie Deschamps.

Bell, Madison Smart, 2007, Toussaint Louverture. A Biography, New York, Pantheon Books.

Benot, Yves et Marcel Dorigny, 2003, Rétablissement de l’esclavage dans les colonies françaises – Aux origines d’Haïti, Paris Maisonneuve et Larose.

Blancpain, François, 2003, La condition des paysans haïtiens – Du Code noir aux Codes ruraux, Paris, Karthala.

Boisrond Tonnerre, Félix Louis, 1852, Mémoires pour servir à l’histoire d’Haïti, Port-au-Prince, Éditions Fardin.

Brown, Gordon S., 2005, Toussaint’s Clause. The Founding Fathers and the Haitian Revolution, University Press of Mississippi.

Buck-Morss, Susan, 2006, Hegel et Haïti, Paris, Éditions Lignes, Leo Scheer.

Cadet, Jean-Robert, 2002, Restavec – enfant esclave en Haïti, Paris, Éditions du Seuil.

Cassirer, Ernst, 1993, Le mythe de l’État, Paris, Gallimard.

Cauna, Jacques, 1987, Au temps des Isles à Sucre, Paris, Karthala.

Charlier, Étienne, 1954, Aperçu sur la formation historique de la nation haïtienne, Port-au-Prince, Les Presses Libres.

Condorcet, 2001 [1781], Réflexions sur l’esclavage des Nègres, Paris, Éditions Mille et une nuits.

Corvington, Georges, 1975, Port-au-Prince au cours des ans, tome 2, Port-au-Prince, Imprimerie Deschamps.

Cugoano, Ottobah, 2004, Réflexions sur la traite et l’esclavage des nègres (1re édition Londres, 1787), Port-au-Prince, Éditions Presses nationales d’Haïti.

Dalencour, François, 1938, Histoire générale du droit haïtien, Période de droit élémentaire, Port-au-Prince.

Dubois, Laurent, 2005, Les vengeurs du Nouveau Monde. Histoire de la Révolution haïtienne, Rennes, Les Perséides.

Dupont, Berthony, 2006, Jean-Jacques Dessalines. Itinéraire d’un révolutionnaire, Paris, L’Harmattan.

Einstein, Albert et Sigmund Freud, 1933, Pourquoi la guerre, Institut international de coopération intellectuelle/Société des Nations.

Étienne, Sauveur Pierre, 2007, L’énigme haïtienne. Échec de l’État moderne en Haïti, Montréal, Mémoire d’encrier/Presses de l’université de Montréal.

Fick, Carolyn, 1990, The Making of Haïti, The Saint Domingue Revolution from Below, Knoxville, University of Tennessee Press.

Foix, Alain, 2007, Toussaint Louverture, Paris, Gallimard.

Frostin, Charles, 1975, Les révoltes blanches à Saint-Domingue aux XVIIe et XVIIIe siècles. Haïti avant 1789, Paris, Éditions de l’École.

Gusti-Gaillard, Klara, 1990, « Toussaint Louverture ou le destin d’un ancien esclave devenu Gouverneur de Saint-Domingue, symbole de l’émancipation des Noirs », Revue de la Société haïtienne d’histoire et de géographie, 168, Port-au-Prince, Haïti : 43-50.

Hadjadj, Bernard, 2007, L’an prochain à Port-au-Prince. Sortir de l’esclavage, Paris, Maisonneuve et Larose.

Hamilton, Alexander, 1975, The Papers of Alexander Hamilton, vol. 22, édité par Harold C. Syrett, New York, Columbia University Press.

Hegel, 1974, La raison dans l’Histoire, Paris, Collection 10/18.

— 1987, Leçons sur la philosophie de l’histoire, Paris, Vrin.

Hurbon, Laënnec, 2004, Religions et lien social en Haïti, Paris, Cerf.

Kennedy, Roger, 2003, Mr. Jefferson’s Lost Cause. Land, Farmers, Slavery and the Louisiana Purchase, New York, Oxford University Press.

Lepkowski, Tadeusz, 1969, Haïti, tome 2, La Havane, Centro de documentación sobre América Latina.

Logan, Rayford, 1941, The Diplomatic Relations of the United States with Haïti 1776-1891, North Carolina, Chapell Hill.

Lokke, Carl Ludwig, 1927, Jefferson and the Leclerc Expedition, American Historical Review.

Madiou, Thomas, 1989, Histoire d’Haïti, tome 2, Port-au-Prince, Imprimerie Deschamps.

Mbembe, Achille, 2000, De la postcolonie, Paris, Karthala.

Louverture, Toussaint, 1986 [1853], Mémoires du général Toussaint Louverture écrit par lui-même, Port-au-Prince, Éditions Fardin.

Moïse, Claude, 2001, Le projet national de Toussaint Louverture et la Constitution de 1801, Port-au-Prince, Éditions Mémoire.

Mollien, Gaspard Théodore, 2006, Haïti ou Saint-Domingue, tome 1, Paris, L’Harmattan.

Nabajoth, Eric, 2007, « Toussaint Louverture et la Constitution de 1801 : une perspective», in A. Yacou (éd.), Saint-Domingue espagnol et la révolution nègre d’Haïti (1790-1822), Paris, Karthala.

Nemours, Colonel, (1925), Histoire militaire de la Guerre d’Indépendance, tome 1, Collection du Bicentenaire 1804-2004, Port-au-Prince, Éditions Fardin.

Péan, Leslie, 2003-2007, Haïti : économie politique de la corruption, 4 tomes, Paris, Maisonneuve et Larose.

Peña Batlle, Manuel Arturo, 2005, Orígenes del Estado Haitiano, 2nde édition, Santo Domingo, Ediciones Libreria La Trinitaria.

Périès, Jacques, 1986, « Les lettres de Périès », Revue de la Société haïtienne d’histoire et de géographie, 44, 150 : 41.

Peyre-Ferry, Joseph Elisée, 2005, Journal des opérations militaires de l’armée française à Saint-Domingue pendant les années X-XI et XII (1802-1803), Port-au-Prince, Éditions Deschamps.

Pickering to Mayer, Consular dispatches, Cape-Haitian series, volume 1, no. 0027, 30 novembre 1798.

Pluchon, Pierre, 1979, Toussaint Louverture – De l’esclavage au pouvoir, Paris/Port-au-Prince, Éditions de l’École/Éditions Caraïbes.

Price, Hannibal, 1938, De la réhabilitation de la race noire par la République d’Haïti, cité dans F. Dalencour, Histoire générale du droit haïtien, Période de droit élémentaire, Port-au-Prince.

Saint-Louis, Vertus, 1993, « Régime militaire et règlements de culture en 1802 », Chemins critiques, 3, 1-2.

— 2006, Aux origines du drame d’Haïti – Droit et Commerce maritime (1794-1806), Port-au-Prince, L’Imprimeur II.

Sala-Molins, Louis, 1987, Le Code noir ou le calvaire de Canaan, Paris, PUF.

Sannon, Pauléus, 2003 [1932], Histoire de Toussaint Louverture, tome 2, Collection Patrimoine, Port-au-Prince, Éditions des Presses nationales d’Haïti.

Schœlcher Victor, 1973 [1843], Colonies étrangères et Haïti, tome 2, Paris, Émile Désormeaux Éditeur.

Tavarès, Pierre Franklin, 1992, « Hegel et Haïti ou le silence de Hegel sur Saint-Domingue», Chemins critiques, 2, 1, Port-au-Prince, Haïti.

Veyne, Paul, 1981, « Clientélisme et corruption au service de l’État : la vénalité des offices dans le Bas-Empire romain », Annales Économies, Sociétés, Civilisations, 36, 3 : 339-361.

Weber, Max, 1959, Le savant et le politique, Paris, Plon.

Wimpffen, Alexandre-Stanislas (de), 1993 [1797], Haïti au XVIIIe siècle. Richesse et esclavage dans une colonie française, Paris, Karthala.

Notes

1 Nous adoptons l’orthographe Moyse utilisée par Claude B. Auguste au lieu de « Moïse » utilisé par Thomas Madiou et Beaubrun Ardouin. Lire Auguste (1994).

2 Anonyme, 2007, La mulâtre comme il y a beaucoup de Blanches, Paris, L’Harmattan.

3 Sala-Molins (1987 : 146-149). Les articles 28 et 29 du Code noir déclarent : « Art. 28 – Déclarons les esclaves ne pouvoir rien avoir qui ne soit à leurs maîtres ; et tout ce qui leur vient par industrie, ou par la libéralité d’autres personnes, ou autrement, à quelque titre que ce soit, être acquis en pleine propriété à leurs maîtres, sans que les enfants des esclaves, leurs pères et mères, leurs parents et tous autres y puissent rien prétendre par successions, dispositions entre vifs ou à cause de mort ; lesquelles dispositions nous déclarons nulles, ensemble toutes les promesses et obligations qu’ils auraient faites, comme étant faites par des gens incapables de disposer et contracter de leur chef.
Art. 29 – Voulons néanmoins que les maîtres soient tenus de ce que leurs esclaves auront fait par leur commandement, ensemble de ce qu’ils auront géré et négocié dans les boutiques, et pour l’espèce particulière de commerce à laquelle leurs maîtres les auront préposés, et au cas que leurs maîtres ne leur aient donné aucun ordre et ne les aient point préposés, ils seront tenus seulement jusqu’à concurrence de ce qui aura tourné à leur profit, et, si rien n’a tourné au profit des maîtres, le pécule desdits esclaves que les maîtres leur auront permis d’avoir en sera tenu, après que les maîtres en auront déduit par préférence ce qui pourra leur être dû ; sinon que le pécule consistât en tout ou partie en marchandises, dont les esclaves auraient permission de faire trafic à part, sur lesquelles leurs maîtres viendront seulement par contribution au sol la livre avec les autres créanciers. »

4 Dubois (2004). La citation est tirée de la version française (2005 : 304).

5 « If let to themselves [...] the Blacks of St. Domingo will be incomparably less dangerous than if they remained the subjects of France ; she could form with them military corps [...] as no European or other white force could resist ». Lire Rayford Logan (1941).

6 «Suppose that island, with its present population, under present circumstances, should become an independent State. What is this population? It is known to consist, almost altogether, of slaves just emancipated, of men who received their first education under the lash of the whip, and who have been initiated to liberty only by that series of rapine, pillage, and massacre that have laid waste and deluged that island in blood. Of men, who, if left to themselves, if altogether independent, are by no means likely to apply themselves to peaceable cultivation of the country, but will try to continue to live, as heretofore, by plunder and depredations.» (Brown, 2005: 141.)

7 Peña Batlle fut ambassadeur de la République dominicaine en Haïti sous le gouvernement du président Dumarsais Estimé de 1947 à 1950.

8 « No regular system of Liberty will at present suit St. Domingo » he wrote, « The government if independent must be military – partaking of the feudal system. » Correspondance de Hamilton à Pickering en date du 21 février 1799, lire Hamilton (1975 : 492). Lire aussi Brown (205 : 152).

9 Pauléus Sannon est le premier historien haïtien à corriger le biais mulâtriste antilouverturien des travaux de Thomas Madiou, Beaubrun Ardouin et Joseph Saint-Rémy qui remontent respectivement aux années 1847-1848, 1853-1860 et 1853-1857. Pauléus Sannon corrige la version de Beaubrun Ardouin, laquelle présente un Toussaint Louverture reconnaissant en Manigat un honnête homme qu’un Blanc nommé Raffin aurait trompé. Ardouin écrit à la page 107 du troisième tome : « Manigat n’avait donc que de bonnes intentions ; il n’avait agi que sous la pression d’un intrigant ! » Dans cet entendement, Toussaint ne devient qu’un être cynique et hypocrite quand il fait emprisonner Manigat au grand fort de Port-de-Paix jusqu’à sa libération par les troupes françaises du général Leclerc en 1802. La sanction d’emprisonnement de Manigat paraît plus cohérente après les déclarations de Toussaint rapportées par Pauléus Sannon.

10 Reconnaissant l’apport de Toussaint Louverture à la création du nouvel État en 1804, Klara Gusti-Gaillard écrit : « Le nouvel État noir s’édifiera sur les fondements du régime louverturien. Ces piliers sont le mouvement autonomiste, la liberté des noirs, la grande propriété manufacturière et l’armée révolutionnaire. » Lire Klara Gusti-Gaillard (1990 : 49-50).

11 Moïse (2001). Lire aussi Nabajoth (2007).

12 Pickering to Mayer, Consular dispatches, Cape-Haitian series (1798).

13 Madison à Lear (1802).

14 Dans son journal, Joseph Elisée Peyre-Ferry, capitaine commandant de la compagnie des Grenadiers de la 71e demi-brigade, écrira : « Le général en chef [Leclerc] vient de prendre (le 17 thermidor) les mesures les plus sévères pour contenir ces scélérats. Il y a des ordres pour faire pendre tous ceux qui bougeront. L’exécution aura lieu dans l’habitation où est employé le mutin ; et les nègres sont menacés de voir remettre les choses sur l’ancien pied, si leur révolte ne cesse bientôt. C’est aux généraux noirs que le capitaine général [Leclerc] a confié l’exécution de ces mesures et l’on est persuadé qu’ils sont assez rusés pour y apporter la plus grande rigueur. » (Peyre-Ferry, 2005 : 194-195.)

15 Madiou (1989 : 368). Lire aussi Ardouin (2006 : 166).

16 L’orthographie Prière est de Thomas Madiou, tandis que Beaubrun Ardouin parle plutôt de Prieur. Lire Ardouin (1958).

17 Boisrond Tonnerre ([1852] 1981 : 57). Lire aussi Georges Corvington (1975 : 212-213).

18 D’après François Dalencour, le témoignage de cette rencontre de Pétion et Dessalines à la Petite-Rivière fut rapporté par Mme Dessalines à l’historien Saint-Rémy. Dalencour écrit : « Quand Dessalines, après avoir embrassé Pétion avec effusion lui dit ces paroles mémorables : « C’est votre prise d’armes qui a décidé la mienne » et qu’il « offrit vainement à Pétion le commandement général de l’armée, il y a là, un enchaînement de faits précis qui détruit toutes autres traditions orales. » Lire Ardouin (1958, 5 : 57).

19 Mémoires du général Toussaint Louverture écrit par lui-même, 1986 (première édition 1853) : 82. Il importe de remarquer que la première édition a été publiée par les soins de Joseph Saint-Rémy deux ans après l’édition des Mémoires de Boisrond Tonnerre préparée également par lui à Paris en 1851.

20 Selon Thomas Madiou, « La révolte de Pétion et celle de Dessalines furent presque simultanées. La prise d’armes de Dessalines suivit, de moins de deux jours, celle de Pétion comme on l’a vu. » Lire Madiou, (1989 : 463). En fait, la révolte de Pétion eut lieu le 12 octobre 1802 et celle de Dessalines le 17 octobre 1802. Lire Corvington (1975 : 213).

21 « Lettre de Pierre Hervé à Étienne Charlier », dans Péan (2003 : 312).

22 C’est la conclusion à laquelle aboutit Albert Einstein dans sa correspondance à Sigmund Freud du 30 juillet 1932. Lire Einstein et Freud (1933).

23 Jean-Pierre Brax, 2005, « Retour sur la question haïtienne », Foire d’opinions haïtiennes, 11 novembre.

Auteur

Études d’économie à l’université de Strasbourg en France et maîtrise en économie à la Rutgers University de New-Jersey aux États-Unis. Il a travaillé comme analyste financier pour des projets de développement urbain et a été comme économiste senior à la Banque mondiale à Washington en charge du développement de projets dans les secteurs de l’infrastructure en Afrique. Consultant international, Leslie Péan a aussi travaillé pour le PNUD et la BID. Leslie Péan a publié en quatre tomes Haïti : économie politique de la corruption 1791-1990 ainsi que de nombreux articles sur l’économie du développement

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search