Version classiqueVersion mobile

Genèse de l'État haïtien (1804-1859)

 | 
Michel Hector
, 
Laënnec Hurbon

Ont contribué à cet ouvrage

Texte intégral

1Jean CASIMIR : Sociologue, professeur à la Faculté des sciences humaines de l’université d’État d’Haïti, est l’auteur de nombreux ouvrages dont La Culture opprimée (1re édition en espagnol, Mexico, Nueva imagen, 1981 ; nouvelle édition : Port-au-Prince, 2001) ; La Caraïbe, une et divisible (coédition CEPALC/Nations Unies, Port-au-Prince, Deschamps, Port-au-Prince, 1991) ; Ayiti Toma, Haïti chérie (Port-au-Prince, Imprimerie Lakay, 2000) ; Pa bliye 1804, Souviens-toi de 1804 (Port-au-Prince, 2004). Il s’intéresse à la sociologie historique.

2Jean Rénald CLÉRISMÉ : Co-fondateur de centres de formation et de mouvements paysans. Docteur en philosophie, option anthropologie, de Yale University, il est l’auteur de plusieurs études sur le Vodou, la paysannerie haïtienne, les phénomènes religieux et migratoires en Haïti et en République dominicaine. Publication : Main-d’œuvre haïtienne, capital dominicain. Essai d’anthropologie historique (Paris, L’Harmattan, 2003).

3Michel HECTOR : Historien, ancien professeur d’histoire à l’université autonome de Puebla au Mexique ; depuis 1986, professeur à l’université d’État d’Haïti, directeur du Centre de recherches sociologiques et historiques (CRESOH) de la Faculté des sciences humaines ; président de la Société haïtienne d’histoire et de géographie et du comité du bicentenaire de l’Indépendance d’Haïti, et membre du comité scientifique international de la Route de l’esclave (Unesco). Dernier ouvrage paru : Crises et mouvements populaires en Haïti (Port-au-Prince, éd. Michel Hector, 2006).

4Laënnec HURBON : Sociologue, directeur de recherche au CNRS et professeur à l’université Quisqueya (Port-au-Prince), membre du Centre de recherche sur les pouvoirs locaux dans la Caraïbe de l’université Antilles-Guyane et du CNRS ; membre associé du CEIFR (Centre d’études interdisciplinaires du fait religieux)-CNRS-EHESS. Spécialiste des rapports entre religion, culture et politique dans la Caraïbe. Parmi ses derniers ouvrages : Religions et lien social. L’Église et l’État en Haïti (Paris, Cerf, 2004).

5Louis Auguste JOINT est Haïtien, docteur en sociologie, professeur de philosophie et de sciences sociales en France. Il est l’auteur des ouvrages suivants : Éducation populaire en Haïti. Rapport des « Ti Kominote Legliz » et des organisations populaires (L’Harmattan, Paris, 1996) ; Système éducatif et inégalités sociales en Haïti. Le cas des écoles catholiques (Paris, L’Harmattan, 2007). Il prépare actuellement un ouvrage collectif sur l’immigration haïtienne dans la Caraïbe.

6Sabine MANIGAT : Licenciée en histoire et titulaire d’un DEA en sciences sociales à Mexico ; diplômée d’études politiques à l’Institut d’études politiques de Paris. Actuellement professeur à l’université Quisqueya à Port-au-Prince. Parmi ses publications : Acerca de la génesis del Estado haitiano : el primer modelo, Mexico, FLASCO, coll. Investigaciones, 1980.

7Franklin MIDY : Franklin Midy est professeur associé de sociologie de la culture et de l’action culturelle à l’université du Québec à Montréal et membre du Groupe de recherche sur les imaginaires politiques en Amérique latine (GRIPAL). Ses derniers travaux ont porté sur l’esclavage colonial et l’imaginaire de libération ; il a dirigé la publication de Mémoire de révolution d’esclaves à Saint-Domingue (Montréal, CIDIHCA, 2006).

8Claude MOÏSE : Historien, directeur du quotidien Le Matin, spécialiste des Constitutions haïtiennes, a publié plusieurs ouvrages dans ce domaine dont Constitutions et luttes de pouvoir en Haïti (tomes 1 et 2) aux Éditions du CIDIHCA à Montréal, Le projet national de Toussaint Louverture et la Constitution de 1801 (Port-au-Prince, Éditions mémoire, 2001), et Repenser Haïti (en collaboration avec Émile Ollivier).

9Guérin C. MONTILUS : Professeur titulaire d’anthropologie culturelle, Wayne State University, Detroit, Michigan, U.S.A. Domaine d’expertise : théorie anthropologique et anthropologie de la religion. A conduit des recherches ethnographiques sur le Vodou des Adja Fon du Sud-Bénin, sur la Santeria à Cuba orientale et sur le vodou en Haïti, aux États-Unis et aux Bahamas. Publications : Les dieux en diaspora ; les lwa haïtiens et les vodun du Royaume d’Allada (Bénin) (Niamey, 1985) ; Dompim : The Spirituality of African Peoples (1988).

10Leslie PÉAN : Études d’économie à l’université de Strasbourg en France et maîtrise en économie à la Rutgers University de New-Jersey aux États-Unis. Il a travaillé comme analyste financier pour des projets de développement urbain et a été comme économiste senior à la Banque mondiale à Washington en charge du développement de projets dans les secteurs de l’infrastructure en Afrique. Consultant international, Leslie Péan a aussi travaillé pour le PNUD et la BID. Leslie Péan a publié en quatre tomes Haïti : économie politique de la corruption 1791-1990 ainsi que de nombreux articles sur l’économie du développement.

11Patrick PIERRE-LOUIS : Professeur à l’École normale supérieure et à la Faculté de droit de l’université d’État d’Haïti. A été rédacteur en chef de la Commission préparatoire à la réforme du droit et de la Justice (1997) et l’auteur de nombreux rapports sur la problématique de la Justice. S’intéresse particulièrement au rapport du citoyen à la loi en Haïti.

12Parmi ses récentes publications, on citera :

13Code pénal annoté (Areytos, 2008).

14Code d’instruction criminelle annoté (Zémès, 2008).

15Diagnostic de la politique législative en Haïti (Zémès, 2008).

16Vertus SAINT-LOUIS : Après des études de médecine (1959-1965), Vertus Saint-Louis a poursuivi des études universitaires en histoire. Auteur d’un livre sur le problème alimentaire à Saint-Domingue et d’articles dans plusieurs revues d’Haïti et de l’étranger. Parmi ses derniers ouvrages : Aux origines du drame d’Haïti : Droit et commerce maritime, 1794-1806. Il travaille maintenant sur le thème Mer et liberté, Haïti, 1492-1794.

17Jean Marie THÉODAT : Maître de Conférences de géographie à l’université Paris I Panthéon-Sorbonne. Titulaire d’une agrégation de géographie et d’un DEA de géographie tropicale à l’université Paris-Sorbonne, son doctorat de géographie s’intitule : Haïti-République Dominicaine, une île pour deux (1804-1916), paru chez Karthala en 2003. Directeur adjoint du laboratoire PRODIG, il a participé à la fondation en 2001 du LAREHDO (Laboratoire des Relations haïtiano-dominicaines) à Port-au-Prince.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search