Version classiqueVersion mobile

Genèse de l'État haïtien (1804-1859)

 | 
Michel Hector
, 
Laënnec Hurbon

Remerciements

Michel Hector et Laënnec Hurbon

Texte intégral

1Cet ouvrage a été conçu à partir d’un colloque réalisé à Port-au-Prince en mai 2005 dans le cadre du projet Unesco de « la Route de l’esclave » sur la Genèse de l’État haïtien. Nous adressons tous nos remerciements tout d’abord au représentant de l’Unesco en Haïti, M. Jorge Espinal, qui n’a pas marchandé son soutien pour la réalisation de ce colloque entrepris dans la perspective de réhabilitation de la mémoire des luttes entreprises par les esclaves eux-mêmes pour leur émancipation. Nous disons aussi toute notre dette à Mme Évelyne Bouchereau et à Mme Jacqueline Roche (et à son équipe de l’association Essence-Haïti) qui ont manifesté générosité et compétence sans faille pour le succès de ce colloque, lequel avait réuni environ soixante professeurs, chercheurs et éducateurs soucieux de comprendre le mode de fonctionnement actuel de l’État haïtien et ses difficultés. Les textes des débats ont été saisis grâce à la ténacité de Marc Désir du Centre de recherches sociologiques et historiques (CRESOH) de la Faculté des sciences humaines de l’université d’Haïti. Nous disons aussi toute notre gratitude à Malachie Joanis, spécialiste en informatique, qui a su avec patience mettre en forme l’ensemble des contributions de ce volume.

2Nous sommes particulièrement reconnaissants envers Michel Philippe Lerebours, directeur du musée d’Art haïtien de Port-au-Prince, et les architectes Patrick Delatour et Henri Robert Jolibois pour leurs précieuses contributions à la mise en valeur du patrimoine matériel (les fortifications) et culturel créé dans le premier demi-siècle de fonctionnement de l’État indépendant d’Haïti.

3Port-au-Prince, le 2 octobre 2008

Auteurs

Historien, ancien professeur d’histoire à l’université autonome de Puebla au Mexique ; depuis 1986, professeur à l’université d’État d’Haïti, directeur du Centre de recherches sociologiques et historiques (CRESOH) de la Faculté des sciences humaines ; président de la Société haïtienne d’histoire et de géographie et du comité du bicentenaire de l’Indépendance d’Haïti, et membre du comité scientifique international de la Route de l’esclave (Unesco). Dernier ouvrage paru : Crises et mouvements populaires en Haïti (Port-au-Prince, éd. Michel Hector, 2006)

Sociologue, directeur de recherche au CNRS et professeur à l’université Quisqueya (Port-au-Prince), membre du Centre de recherche sur les pouvoirs locaux dans la Caraïbe de l’université Antilles-Guyane et du CNRS ; membre associé du CEIFR (Centre d’études interdisciplinaires du fait religieux)-CNRS-EHESS. Spécialiste des rapports entre religion, culture et politique dans la Caraïbe. Parmi ses derniers ouvrages : Religions et lien social. L’Église et l’État en Haïti (Paris, Cerf, 2004)

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search