Versione classicaVersione mobile

Genèse de l'État haïtien (1804-1859)

 | 
Michel Hector
, 
Laënnec Hurbon

Préface

Jorge Ivan Espinal

Testo integrale

1L’histoire de l’UNESCO, dans le cadre de la coopération internationale après la Seconde Guerre mondiale, est traversée par toutes les disciplines historiques : histoire culturelle, histoire scientifique, histoire économique, et surtout par l’histoire politique des peuples du monde qui ont su façonner, à travers de longues périodes, leur caractère et leur diversité culturelle.

2L’Organisation a contribué à infléchir et enrichir la réflexion et la pratique historique par ses activités dans différentes régions d’un monde toujours confronté à ses propres contradictions et à la nécessité de mieux se comprendre dans le miroir d’un parcours aléatoire et toujours en construction.

3Il était donc naturel que l’UNESCO soit associée à ces travaux sur la genèse de l’État haïtien, pour mieux saisir la signification sociale, culturelle et identitaire d’un combat inscrit dans l’histoire de l’humanité et sa portée universelle, celui de la lutte contre l’esclavage et de l’émancipation réussie lors de l’insurrection en 1791, et la guerre d’Indépendance entre 1802 et 1804.

4Il ne s’agit pas pour moi de considérer comme définitives les interprétations que les différentes études ici réunies ont brossées de l’État au cours de la période 1804-1859. Cette phase historique, étroitement liée aux événements révolutionnaires de 1791, a été caractérisée par les victoires et les échecs d’un État en construction mû par la recherche constante d’une cohérence entre le maintien du postulat libérateur et le besoin d’affirmation de son indépendance dans le monde moderne. Cette quête n’a pas manqué de laisser une empreinte solidement ancrée dans la mémoire populaire, ce qui traduit le désir de liberté et le courage de tout un peuple. Hier, aujourd’hui et demain sûrement.

5Néanmoins, le projet de construction de la nation haïtienne est toujours inachevé. Haïti a été en effet pris dans les tenailles de conflits internes et externes à la fois, lesquels peuvent – paradoxalement – être cependant considérés comme des témoins positifs à charge d’une histoire jamais linéaire ni univoque. Toutes les avancées sur le chemin d’un processus démocratique sont le résultat de confrontations entre différents groupes sociaux, intérêts et idées. La création de l’État haïtien montre que les acteurs sociaux, souvent les plus ignorés, ont joué et peuvent encore jouer un rôle décisif.

Autore

Représentant de l’UNESCO en Haïti
Port-au-Prince, octobre 2008

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2009

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540

Questa pubblicazione digitale è stata realizzata tramite il riconoscimento ottico dei caratteri automatico (OCR).
Cerca su OpenEdition Search

Sarai reindirizzato su OpenEdition Search