Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Hommes grands, femmes petites : une évolution coûteuse

 | 
Priscille Touraille

Épilogue. Souffrances et gaspillage de vies : un silence théorique

Texte intégral

1La réponse de la biologie évolutive à la question de la signification adaptative des dimorphismes de taille corporelle n’est pas qu’ils apparaissent parce qu’ils donnent un avantage aux individus eux-mêmes, à leur bien-être ou à leur survie. Dans les modèles où ce sont les mâles qui développent une plus grande taille que les femelles, cette grande taille est le produit d’une escalade reproductive, largement perçue comme coûteuse pour les mâles eux-mêmes, et souvent aussi du même coup pour les femelles. Dans les modèles de la diminution de la taille corporelle des femelles, cette petite taille est considérée comme un compromis entre des sélections antagonistes : pressions de sélection nutritives pour un petit corps d’un côté et pressions de reproduction pour un grand corps de l’autre. Seules les femelles auraient réellement « besoin » d’être grandes concernant la reproduction, et la question qui se pose d’ailleurs est qu’elles pourraient bien en être empêchées du point de vue de l’économie des ressources par l’évolution même des grands mâles. La signification adaptative des dimorphismes de taille corporelle est donc largement négative si l’on envisage la survie des individus, mâles comme femelles.

2Plusieurs auteurs en sociobiologie et en écologie comportementale humaine ont essayé de saisir la signification adaptative du dimorphisme sexuel de stature dans l’espèce humaine. Aucune hypothèse forte n’a été avancée jusqu’à aujourd’hui. L’hypothèse darwinienne de la compétition sexuelle entre les hommes, reprise par Richard Alexander en 1979, est désaffectée, du moins dans sa formulation originale.

  • 1 J’ai trouvé cette expression sous la plume du théoricien de l’évolution William Hamilton : il visa (...)
  • 2 HALL Roberta L. (ed.), with DRAPER Patricia, HAMILTON Margaret, Mc GUINNESS Diane, OTTEN Charlotte (...)

3Nous avons passé en revue, tout au long de cette étude, des travaux et des modèles issus de champs de recherche hétérogènes mais cependant liés par le cadre théorique commun de l’évolution. L’idée qui ressort du croisement de toutes ces hypothèses est moins celle plaidant pour une augmentation de la stature des hommes que celle plaidant pour une diminution de la stature des femmes dans les populations humaines contemporaines (quelles que soient les hypothèses envisagées). La nutrition est aujourd’hui au cœur des modèles émergents d’explication du dimorphisme sexuel de taille corporelle. La limitation des ressources est entendue comme une force sélective majeure venant expliquer la réduction de la taille des femelles dans de nombreuses espèces. En regard de ces modèles, l’hypothèse a été formulée pour l’espèce humaine de limitations nutritionnelles qui seraient responsables d’une diminution plus importante de la stature pour les femmes que pour les hommes. Les pratiques culturelles de restrictions alimentaires dont les femmes font l’objet dans beaucoup de cultures pourraient être proposées comme force sélective idéale du dimorphisme sexuel de stature. Or, et c’est ce que j’ai cherché à mettre en évidence, dès l’instant où l’espèce humaine est abordée par les disciplines se revendiquant de la théorie de l’évolution, les pistes de recherche soulevées en écologie comportementale, sur les animaux donc, ne produisent pas (un comble, penseront certains !) d’hypothèses en écologie comportementale humaine qui soient en continuité avec la logique déployée. Un « silence théorique1 » plane sur la question de l’évolution du dimorphisme sexuel de stature dans l’espèce humaine : l’hypothèse qui donnerait les inégalités nutritionnelles comme force sélective possible sur la stature des femmes n’est pas formulée par ce champ disciplinaire. Étant donné que tous les chercheurs qui y travaillent, de près ou de loin, revendiquent les effets des pratiques culturelles sur le biologique2 et ont d’autre part en main toutes les données adéquates pour formuler cette hypothèse, le fait qu’ils ne l’aient pas proposée est pour le moins troublant.

  • 3 RUBIN Gayle. 1999 [1975]. « L’économie politique du sexe : transactions sur les femmes et systèmes (...)
  • 4 Ibid., p. 7.

4Gayle Rubin, dans l’analyse qu’elle a faite de deux célèbres théories traitant du genre, l’une en anthropologie (Lévi-Strauss) et l’autre en psychanalyse (Freud), s’est, elle aussi, posé la question de ce que cachent les silences théoriques dans les sciences3. Les auteurs de ces théories, dit Rubin, ont parfaitement décrit et analysé la réalité qu’ils avaient sous les yeux, mais simplement « ils ne voient pas les implications de ce qu’ils disent4 ». Ils ne vont pas jusqu’au bout d’une logique que pourtant ils décrivent, construisent et alimentent de leurs travaux. « Les questions qu’il faudrait poser crèvent les yeux », dit Rubin à propos de ces théories. Si, comme disait aussi Ludwig Wittgenstein, seules les évidences aveuglent, toute cette étude aura abouti en fin de compte à rendre évidente une évidence. Pour l’épistémologie féministe en sciences sociales, les régimes de genre, comme tous les systèmes d’oppression sociale, sont constitués en systèmes d’évidence, dans ce but même d’aveuglement. Il y aurait donc une explication aux silences d’hypothèses dans les sciences dès l’instant où leur objet d’étude implique l’analyse de ces systèmes. Leur éclatante invisibilité empêche à des hypothèses hautement raisonnables de voir le jour, malgré le fait, ou à cause du fait, que toutes les données sont là, étalées sous nos yeux.

  • 5 PLAVCAN J. Michael. 2001. «Sexual dimorphism in primate evolution», Yearbook of Physical Anthropol (...)
  • 6 IRONS William. 1979. « Cultural and biological success », dans CHAGNON Napoleon & IRONS William (e (...)

5D’autre part, si l’hypothèse d’un lien entre dimorphisme sexuel et inégalités alimentaires n’a pas été formulée par l’écologie comportementale humaine, c’est aussi que le dimorphisme sexuel serait alors une preuve, dans l’ordre du biologique, que le paradigme de la « valeur adaptative de la culture » en termes de succès reproductif n’est pas défendable. Si le dimorphisme sexuel humain reste autant un « puzzle5 » dans le champ d’étude des dimorphismes, c’est qu’il est un objet à « haut risque » pour la perspective adaptationniste. En effet, si les modèles d’explication du dimorphisme étaient véritablement appliqués jusque dans l’analyse des coûts que ceux-ci génèrent, le dimorphisme sexuel de stature deviendrait peut-être le plus beau phénomène d’évolution biologique susceptible de rayer d’un trait définitif le paradigme qui envisage la culture comme moyen de l’adaptation biologique. Il constitue, en tout état de cause, un redoutable « pavé dans la mare » pour la trop parfaite adéquation posée entre « succès des pratiques culturelles » et « succès biologique »6.

  • 7 HILL Kim & HURTADO Magdalena A. 1996. Aché Life History: the Ecology and Demography of a Foraging (...)
  • 8 VAN DEN BERGHE P. L. & FROST P. 1986. «Skin color preference, sexual dimorphism and sexual selecti (...)

6Les chercheurs en écologie comportementale humaine disent que les phénotypes de plus grande valeur sélective devraient l’emporter sur tous les phénotypes moins performants de ce point de vue7. La « culture » représentant cette force adaptative de maximisation de la valeur sélective, il est affirmé qu’aucun « comportement culturel » ne peut aller en fin de compte contre les intérêts reproductifs des individus : « en dernière analyse, la culture, pour se maintenir, doit servir les intérêts reproductifs de ses porteurs de chair et de sang8 ». Si les petites tailles ne sont pas avantageuses pour les femmes et si les inégalités alimentaires qui pèsent sur elles constituent des pressions de sélection qui accentuent ce désavantage, alors comment se fait-il que ces inégalités ne soient pas à l’origine d’un modèle posant clairement le problème des conséquences de ces pratiques culturelles comme des pratiques défavorables pour leurs porteuses « de chair et de sang » ? Si les modèles proposés dans le cadre de la théorie de l’évolution montrent que la nutrition est cruciale quant au succès reproductif des femelles, l’écologie comportementale humaine devrait prédire que les pratiques culturelles avantageuses pour le succès reproductif des femmes seraient les pratiques qui donnent aux femmes universellement priorité sur la nourriture, comme cela se passe chez les primates monomorphes.

  • 9 ALCOCK John. 2001. The Triumph of Sociobiology. Oxford, Oxford University Press.

7La non-analyse des coûts potentiels associés au dimorphisme repose sur une interprétation de la théorie de l’évolution en réalité très peu en accord avec les intuitions darwiniennes, aujourd’hui pourtant comprises et modélisées par un grand nombre de théoriciens de l’évolution ; s’il existe bien, en effet, un phénomène biologique adaptatif pour lequel on devrait rechercher à mesurer les coûts et à se poser la question du conflit entre sélections, c’est bien celui des dimorphismes sexuels. Le programme dit « adaptationniste » court-circuite en réalité la pensée de Charles Darwin ; ses défenseurs, loin d’être les continuateurs de la pensée que Darwin avait engagée, évincent la question des coûts des sélections ; s’ils ne s’engagent pas sur ce terrain, c’est aussi, ce qui a déjà été largement dit pour la sociobiologie, qu’ils conservent une vision très « nécessitaire » de l’adaptation. Leur vision de l’adaptation est une vision qui reste ancrée dans la conception ordinaire, quoi qu’ils en disent. Ils refusent de conceptualiser la définition de l’adaptation comme problématique et négligent des avancées conceptuelles majeures de la théorie de l’évolution dont ils se prétendent pourtant les représentants les plus légitimes9.

  • 10 TABET Paola. 1985. « Fertilité naturelle, reproduction forcée », dans MATHIEU Nicole-Claude (dir.) (...)
  • 11 Dans l’hypothèse d’un dimorphisme sexuel évoluant par sélection sur la taille des hommes et la gue (...)
  • 12 TOURAILLE Priscille. 2005. Dimorphismes sexuels de taille corporelle : des adaptations meurtrières (...)

8Le dimorphisme sexuel dans l’espèce humaine ne semble pas pouvoir être interprété hors du champ de l’adaptation, malgré des tentatives (peu consensuelles) pour en reculer les raisons évolutives dans des temps éloignés. Le phénomène, étant dominé par la variabilité, n’est pas non plus maladaptatif, auquel cas son existence aurait certes empêché l’explosion démographique de l’espèce humaine. Si l’hypothèse retenue – au regard des contraintes spécifiques pesant sur l’anatomie humaine – est celle d’une réduction de la stature des femmes par sélection, les petites statures des femmes par rapport à celles des hommes sont bien adaptatives (ce qui ne peut pas être dit à propos des grandes statures des hommes puisque les pressions sélectives ne s’exercent pas alors sur elles). Si ces adaptations engendrent un taux de mortalité sans commune mesure avec ce qui peut être constaté pour d’autres femelles mammifères, elles ne sont pas seulement négatives et handicapantes. Des adaptations capables de produire, selon l’expression de Paola Tabet, un tel « gaspillage de vie » dû à « un cycle infernal de naissances, de morts d’enfants et de morts de mères10 » peuvent être, à juste titre, qualifiées de meurtrières11. Le terme d’« adaptations meurtrières », que j’avais proposé dans le titre original de ma thèse en forme de question12, n’est pas un concept de la biologie évolutive et n’a pas prétention à être autre chose qu’une forme de provocation à l’endroit de la pensée ordinaire, dans la mesure où, justement, l’association de ces deux termes représente pour cette pensée un oxymore. Cet oxymore permet à mon sens de faire saisir que l’emploi du terme « adaptation » devrait être inséparable de sa « signification » évolutive, ce qui revient à identifier avec le plus de précision possible les forces sélectives produisant les adaptations.

9C’est cette notion de signification adaptative qui semble totalement échapper à l’écologie comportementale humaine. Il s’agit à première vue d’une question de focalisation conceptuelle. La responsabilité peut en être attribuée au concept de valeur sélective (fitness darwinienne) lui-même et à la fusion théorique entre le concept de survie et celui de succès reproductif dans la définition de l’adaptation. Ce problème heuristique de définition n’est pas insurmontable et pourrait facilement être corrigé, si ce n’était, peut-être, une faille plus profonde dans une certaine manière de vouloir traiter la réalité. Il semble, en effet, que la fusion des avantages de survie et des avantages de reproduction dans le concept d’adaptation soit en réalité savamment entretenue par le programme de l’adaptationnisme culturel qui, par là même, évite d’avoir affaire à des modes de pensée qui posent la survie – au moins humaine – comme valeur. La question des coûts potentiels et des souffrances individuelles est de peu d’importance dans ce programme, et c’est là précisément que le bât (théorique) blesse.

  • 13 WRIGHT Sewall. 1980. «Genic and organismic selection», Evolution, 34 (5): 825-843.

10Richard Dawkins est à ma connaissance le seul, dans la sociobiologie, à avoir soulevé cette question de la souffrance qui représente (c’est mon hypothèse) la clé permettant de comprendre la faille du programme de recherche adaptationniste. Bien que la pensée de Dawkins ait été une des plus critiquées dans la communauté scientifique – par Sewall Wright13 notamment ou par Stephen Jay Gould, qui lui reprochent son extrême réductionnisme (considérer les gènes plutôt que les individus comme la cible des sélections) –, il est l’un des seuls biologistes de l’évolution à prendre position contre une certaine philosophie positiviste héritée du XIXe siècle et dont on trouve un certain parfum dans les lignes finales de L’Origine des espèces de Darwin :

  • 14 DARWIN Charles. 1992 [1859]. L’Origine des espèces au moyen de la sélection naturelle ou La Préser (...)

Le résultat direct de cette guerre de la nature, qui se traduit par la famine et par la mort, est donc le fait le plus admirable que nous puissions concevoir, à savoir : la production des animaux supérieurs. N’y a-t-il pas une véritable grandeur dans cette manière d’envisager la vie14 ?

  • 15 DAWKINS Richard. 1997 [1995]. Qu’est-ce que l’évolution ? Le fleuve de la vie. Paris, Hachette, p. (...)

11Un siècle plus tard, Dawkins s’inscrit, à mon sens, dans une autre perception de la Nature, qui consiste à ôter le bandeau aveuglant de cette philosophie et à accepter, finalement, de rendre compte de ce que l’on observe : « La seule pensée de la quantité de souffrance annuelle dans la nature, ne peut que vous laisser hébété15 », écrit-il. Sa remarque est sobre, mais cela suffit pour marquer un changement de paradigme : les coûts se traduisent pour les organismes qui les supportent par de la souffrance. Les coûts sont de la souffrance.

12Par cette idée du vivant, Dawkins rejoint, dans une filiation qui resterait à interroger, les longues réflexions sur la Nature d’un philosophe comme Giacomo Leopardi, dont je retranscris ici un passage entier pour son exceptionnelle éloquence :

  • 16 LEOPARDI Giacomo. 1987 [1898]. Du « Zibaldone ». 133 fragments choisis, présentés & traduits de l’ (...)

Entrez dans un jardin planté d’arbres, d’herbes, de fleurs. Aussi riant que vous voulez. Dans la plus douce saison de l’année. Vous ne pourrez poser les yeux nulle part sans y voir pâtir les choses. Tout ce peuple de végétaux est, qui plus, qui moins, en état de souffrance [en français dans le texte]. […] Cet arbre est infesté par une fourmilière ; cet autre par des chenilles, des mouches, des limaces, des moustiques ; celui-ci a l’écorce déchirée, l’air ou le soleil qui pénètrent sa plaie le torturent ; celui-là a le tronc ou les racines lésées […] Cette plante a trop chaud ; celle-ci, trop froid. Trop de lumière, trop d’ombre ; trop d’humidité, trop de sécheresse. L’une pâtit et voit sa croissance et son développement empêchés, entravés ; l’autre ne sait où s’appuyer, ou peine en s’efforçant d’y parvenir. Dans tout le jardin, vous ne trouverez pas la moindre plante qui soit en pleine santé. […] Sans aucun doute ces plantes vivent ; certaines parce que leurs infirmités ne sont pas mortelles ; d’autres encore, dont l’infirmité l’est, parce que les végétaux et les animaux peuvent continuer à vivre quelque temps dans cet état. En entrant dans ce jardin, le spectacle d’une telle abondance de vie nous réjouit l’âme, et c’est pourquoi il nous semble être un séjour de bonheur. Mais, en vérité, cette vie-là est triste et misérable ; tout jardin est comme un vaste hôpital16.

  • 17 BURGAT Florence. 1997. Animal, mon prochain. Paris, Odile Jacob, p. 236.

13La souffrance est peut-être une catégorie morale dans l’esprit des philosophes, mais l’exclure du champ de l’évaluation scientifique est bien aussi une décision philosophique. La question se pose de savoir si elle se justifie d’un point de vue scientifique. Il faut « lever le silence », dit Florence Burgat, en conclusion de l’ouvrage qu’elle consacre à la souffrance animale et à sa « douleur tonitruante17 ».

14La notion de souffrance, un généticien des populations comme Luigi Luca Cavalli-Sforza l’a mis, pour sa part, clairement au cœur de son programme de recherche sur l’humain :

  • 18 CAVALLI-SFORZA Luca & Francesco. 1994 [1993]. Qui sommes nous ? Une histoire de la diversité humai (...)

L’histoire biologique de l’homme est celle de son évolution, et l’histoire culturelle en fait partie ; elle a influencé cette évolution en même temps qu’elle a été influencée par elle. Si nous voulons éviter cet océan de souffrance dont nous voyons chaque jour des exemples déchirants, il est indispensable de ne pas les séparer l’une de l’autre18.

15Le problème, avec l’écologie comportementale humaine, c’est bien que cet « océan de souffrances » individuelles apparaîtra toujours aussi propre qu’une salle de cinéma après la projection d’Apocalypse Now. La « lutte pour la diffusion des gènes » fait des morts ; il s’agit de savoir si les morts nous importent dans la description de la réalité, ou si c’est seulement de jouer au jeu des gènes gagnants avec les programmes statistiques de nos logiciels qui nous intéresse.

  • 19 DARWIN Charles. 1999 [1871]. La Filiation de l’Homme et la sélection liée au sexe. Paris, Syllepse

16Évidemment, le dimorphisme sexuel n’empêche pas les êtres humains de s’être « reproduits » jusqu’aux milliards d’individus existant aujourd’hui. Mais là n’est pas la question qui se pose dès lors que l’on cherche à déterminer la signification adaptative d’un caractère sélectionné. La question ne se traduit pas dans l’alternative entre des caractères de létalité totale et des caractères de viabilité totale. L’écologie comportementale humaine ne soutient d’ailleurs pas cela, bien qu’on puisse effectivement se demander si ce ne sont pas les résultats auxquels aboutit son programme. Donc, si la question qui se pose à la théorie de l’évolution est d’arriver à différencier entre différentes qualités d’adaptation – ce qui avait été l’intuition de Darwin dans La Descendance…19 à propos des dimorphismes sexuels-, le problème du coût des sélections en termes de mortalité différentielle et de souffrance peut être posé comme un impératif méthodologique. En effet, la question des coûts permet seule de mesurer la qualité de l’adaptation à laquelle on a affaire.

  • 20 GOODMAN Alan H. & LEATHERMAN Thomas L. 1999. « Τraversing the chasm between biology and culture : (...)
  • 21 Selon le titre de Michel ONFRAY. 2003. Féeries anatomiques. Généalogie du corps faustien. Paris, G (...)
  • 22 HÉRITIER Françoise. 1996. Masculin/féminin I. La pensée de la différence. Paris, Odile Jacob.

17La perspective critique que je voudrais proposer en achevant ce livre ne désigne pas seulement le souhait de réintégrer une dimension morale (la survie humaine ou individuelle comme valeur) à l’analyse des dimorphismes, mais elle est de mettre l’accent sur l’idée que les coûts, et donc la « souffrance biologique20 » des individus, sont partie intégrante de l’analyse de l’adaptation. Rien de vivant ne devrait en théorie échapper à une telle analyse ; un juste paradigme d’analyse de l’adaptation est, au fond, un « paradigme » léopardien. Une telle analyse ne porte pas à mettre la vie ou la survie au-dessus de tout, elle tâche d’être le plus exact possible dans l’explication que l’on donne aux raisons d’être des caractères du vivant. De cette exactitude, qui est peut-être le mot définissant le mieux l’ambition de tout projet scientifique, peuvent dépendre, dans le futur, bien des projets sociaux, l’avènement de cauchemars comme – pourquoi pas ? – de féeries anatomiques21. En cela, je renvoie aux motivations prospectives posées en introduction de l’ouvrage. Formuler l’hypothèse que des « différences » pensées comme « naturelles » entre les « hommes » et les « femmes » pourraient être l’effet d’une manipulation sociale des variations génétiques sert déjà à jeter le trouble dans les catégories ordinaires du savoir, pour lesquelles les caractères biologiques, de manière générale, expliquent et légitiment les rapports sociaux. Une telle hypothèse non seulement ébranle la « pensée de la différence22 » caractéristique du genre mais la renvoie à elle-même dans un retour de boomerang, c’est-à-dire à sa capacité à générer, au sens propre, la réalité biologique à laquelle elle prétend ensuite s’adosser.

  • 23 C’est une question que j’ai commencé à me poser à la suite de mes premiers travaux universitaires (...)

18Elle engage aussi les sciences sociales, et particulièrement l’anthropologie sociale et l’ethnologie, à remettre en question leurs propres catégories sur le biologique, trop souvent liées à la pensée ordinaire qui les voit comme phénomènes indépendants du social. En effet, les faits a priori purement « morphologiques » disposent dans les sciences sociales d’une beaucoup plus grande « immunité », si l’on peut dire, en rapport à tous les phénomènes dits « comportementaux » ou « cognitifs » qui, lorsqu’ils sont traités par une approche adaptative, sont immédiatement analysés de manière critique23. Une remise en question, par l’anthropologie sociale, de sa façon d’appréhender certains phénomènes biologiques la conduirait également à réévaluer ses thèmes et objets d’investigation dans le social, en commençant, par exemple, à considérer d’une manière plus systématique l’articulation des régimes de genre avec les régimes nutritionnels ; et, dans une perspective plus vaste, à interroger beaucoup plus finement la différenciation de genre dans le lien qu’elle est censée entretenir avec les données biologiques dans toutes les sociétés humaines.

  • 24 BONNIOL Jean-Luc. 1992. La Couleur comme maléfice. Une illustration créole de la généalogie des Bl (...)
  • 25 HARAWAY Donna. 1978. «Animal sociology and a natural economy of the body politic, Part I: a politi (...)
  • 26 MATHIEU Nicole-Claude. 1991. L’Anatomie politique. Catégorisations et idéologies du sexe. Paris, C (...)
  • 27 BOURDIEU Pierre. 1998. La Domination masculine. Paris, Éditions du Seuil, p. 29.
  • 28 Ibid., p. 45.

19L’hypothèse de l’influence du social sur le génétique interroge aussi la critique féministe dans les sciences sociales, qui, du fait qu’elle s’accompagne souvent d’une vision peu à l’aise avec l’idée de variabilité génétique et de changement biologique, est réfractaire à l’idée d’inégalités qui puissent être « enregistrées » par le biologique, pour parler avec les mots de Jean-Luc Bonniol24. Elle pousse à une réflexion évolutive sur ce que pourrait véritablement impliquer une analyse du concept d’« anatomies politiques » — selon l’expression reprise par Donna Haraway25 ou par Nicole-Claude Mathieu26 –, créées par les régimes de genre. Elle vise à dégager l’ampleur d’une « somatisation des rapports de domination27 », comme dit Pierre Bourdieu, où il s’agirait de prendre à la lettre l’explication que Bourdieu lui-même donne de ce phénomène, à savoir « les traces que la domination imprime durablement dans les corps28 » (c’est moi qui souligne).

  • 29 BONNIOL Jean-Luc. 1990. « La couleur des hommes, principe d’organisation sociale », Ethnologie fra (...)

20Si le lien entre la stature et la capacité obstétrique montre qu’une grande stature est encore plus avantageuse pour les femmes que pour les autres mammifères femelles dans la reproduction, le dimorphisme sexuel de stature ne devrait pas plus exister dans l’espèce humaine que chez les indris ou les gibbons. Dès lors, l’injonction biblique « tu enfanteras dans la douleur », plutôt qu’une malédiction divine ou que la conséquence d’une faille de l’évolution humaine, serait à envisager comme la justification post hoc des effets sur le biologique de rapports sociaux fondamentalement inégalitaires. Que le « biologique » soit capable d’« enregistrer en lui l’ordre du social » a été illustré par Bonniol avec le phénomène de « couleur » de la peau29. Je pense que cette proposition pourrait trouver dans la question des dimorphismes sexuels du grain à moudre. Il s’agirait ici de comprendre en quoi les inégalités de genre pourraient également « être enregistrées » au niveau du génome, jusqu’à devenir ce que nous identifions ensuite comme des caractères « sexués ».

  • 30 GOODMAN & LEATHERMAN 1999, op. cit.
  • 31 SMITH Gavin A. & THOMAS R. Brooke. 1999. « What could be biocultural anthropology for the next gen (...)
  • 32 Ibid., p. 469.
  • 33 Ibid., p. 468.

21Ce projet, qui reste à ma connaissance inédit dans le champ de l’anthropologie sociale et culturelle, s’inscrit parfaitement dans le programme de recherche initié par Jean Benoist et Jean-Luc Bonniol en France et par le programme récemment lancé aux Etats-Unis avec l’ouvrage Building a New Biocultural Synthesis…30 Ces programmes font des approches sociales et politiques qui affectent la biologie des individus le point de départ de la recherche31 et appellent de ce fait à une alliance des disciplines qui « transfère l’attention du succès adaptatif sur celui, tout aussi intéressant, de l’échec adaptatif32 ». Cette perspective continue d’utiliser, selon ces mêmes auteurs, le concept d’adaptation, « mais dans une reformulation radicale33 ». Cette étude se veut une contribution à la défense d’une telle perspective. Elle appelle à un dialogue interdisciplinaire où pourraient, conjointement, se construire des modèles rigoureux et s’élaborer la discussion épistémologique de concepts proposés comme instruments d’explication du réel.

Notes

1 J’ai trouvé cette expression sous la plume du théoricien de l’évolution William Hamilton : il visait par cette formule l’idée que la sélection naturelle ait pu être pensée, et continue d’être pensée (même après l’ouvrage de Williams en 1966), comme agissant « pour le bien de l’espèce », idée commune qu’il déplore être utilisée par la pensée marxiste. Je lui emprunte sans innocence cette formule pour dire qu’en fait de silences théoriques les sociobiologistes, y compris Hamilton lui-même qui entend établir dans le même article l’idée de « prédispositions sélectionnées » à la discrimination raciale chez l’humain, feraient mieux de commencer par balayer devant leur porte (HAMILTON W. D. 1978. « Aptitudes innées chez l’homme : approche par la génétique de l’évolution », dans FOX Robin (ed.), Anthropologie biosociale. Bruxelles, Éditions Complexe : 183-215, p. 186).

2 HALL Roberta L. (ed.), with DRAPER Patricia, HAMILTON Margaret, Mc GUINNESS Diane, OTTEN Charlotte M. & ROTH Eric A. 1985. Male-Female Differences. A Bio-Cultural Perspective. New York, Praeger.

3 RUBIN Gayle. 1999 [1975]. « L’économie politique du sexe : transactions sur les femmes et systèmes de sexe/genre », Cahiers du CEDREF, 7 (université Paris-VII – Denis-Diderot). [Traduction de Nicole-Claude Mathieu. (Titre original : « The traffic in women : notes on the “political economy” of sex », dans REITER Rayna R. (ed.), Toward an Anthropology of Women. New York/London, Monthly Review Press : 157-210.)]

4 Ibid., p. 7.

5 PLAVCAN J. Michael. 2001. «Sexual dimorphism in primate evolution», Yearbook of Physical Anthropology, 44: 25-53, p. 49.

6 IRONS William. 1979. « Cultural and biological success », dans CHAGNON Napoleon & IRONS William (eds), Evolutionary Biology and Human Social Behavior : an Anthropological Perspective. North Scituate, MA, Duxbury Press : 257-272.

7 HILL Kim & HURTADO Magdalena A. 1996. Aché Life History: the Ecology and Demography of a Foraging People. New York, Aldine de Gruyter.

8 VAN DEN BERGHE P. L. & FROST P. 1986. «Skin color preference, sexual dimorphism and sexual selection: a case of gene-culture coevolution», Ethnic and Racial Studies, 9 (1): 87-113, p. 106.

9 ALCOCK John. 2001. The Triumph of Sociobiology. Oxford, Oxford University Press.

10 TABET Paola. 1985. « Fertilité naturelle, reproduction forcée », dans MATHIEU Nicole-Claude (dir.), L’Arraisonnement des femmes. Essais en anthropologie des sexes. Paris, Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales : 61-146, p. 95.

11 Dans l’hypothèse d’un dimorphisme sexuel évoluant par sélection sur la taille des hommes et la guerre (hypothèse d’Alexander, analysée au chapitre 3), on pourrait qualifier tout autant la grande taille des hommes d’adaptations meurtrières.

12 TOURAILLE Priscille. 2005. Dimorphismes sexuels de taille corporelle : des adaptations meurtrières ? Les modèles de la biologie évolutive et les silences de l’écologie comportementale humaine. Thèse de doctorat en anthropologie sociale. Paris, École des hautes études en sciences sociales.

13 WRIGHT Sewall. 1980. «Genic and organismic selection», Evolution, 34 (5): 825-843.

14 DARWIN Charles. 1992 [1859]. L’Origine des espèces au moyen de la sélection naturelle ou La Préservation des races favorisées dans la lutte pour la vie. Paris, Garnier-Flammarion, p. 548.

15 DAWKINS Richard. 1997 [1995]. Qu’est-ce que l’évolution ? Le fleuve de la vie. Paris, Hachette, p. 149.

16 LEOPARDI Giacomo. 1987 [1898]. Du « Zibaldone ». 133 fragments choisis, présentés & traduits de l’italien par Michel Orcel. Cognac (France), Le Temps qu’il fait, pp. 97-98. [Traduction à partir de l’édition italienne du Zibaldone republiée en 1976 (Florence, Sansoni), second volume de Tutte le Opere.]

17 BURGAT Florence. 1997. Animal, mon prochain. Paris, Odile Jacob, p. 236.

18 CAVALLI-SFORZA Luca & Francesco. 1994 [1993]. Qui sommes nous ? Une histoire de la diversité humaine. Paris, Flammarion, p. 372.

19 DARWIN Charles. 1999 [1871]. La Filiation de l’Homme et la sélection liée au sexe. Paris, Syllepse.

20 GOODMAN Alan H. & LEATHERMAN Thomas L. 1999. « Τraversing the chasm between biology and culture : an introduction », dans GOODMAN Alan H. & LEATHERMAN Thomas L. (eds), Building a New Biocultural Synthesis : Political-Economic Perspectives on Human Biology. Ann Arbor, University of Michigan Press : 3-41, p. 16.

21 Selon le titre de Michel ONFRAY. 2003. Féeries anatomiques. Généalogie du corps faustien. Paris, Grasset.

22 HÉRITIER Françoise. 1996. Masculin/féminin I. La pensée de la différence. Paris, Odile Jacob.

23 C’est une question que j’ai commencé à me poser à la suite de mes premiers travaux universitaires de maîtrise et de DEA qui portaient sur le « sexe du cerveau », et où l’on m’a demandé, gentiment, si je n’étais pas en train d’enfoncer des portes ouvertes dans la discipline.

24 BONNIOL Jean-Luc. 1992. La Couleur comme maléfice. Une illustration créole de la généalogie des Blancs et des Noirs. Paris, Albin Michel.

25 HARAWAY Donna. 1978. «Animal sociology and a natural economy of the body politic, Part I: a political physiology of dominance», Signs, 4(1): 21-36.

26 MATHIEU Nicole-Claude. 1991. L’Anatomie politique. Catégorisations et idéologies du sexe. Paris, Côté-femmes Éditions.

27 BOURDIEU Pierre. 1998. La Domination masculine. Paris, Éditions du Seuil, p. 29.

28 Ibid., p. 45.

29 BONNIOL Jean-Luc. 1990. « La couleur des hommes, principe d’organisation sociale », Ethnologie française, 20 (4) : 410-418 ; BONNIOL 1992, op. cit.

30 GOODMAN & LEATHERMAN 1999, op. cit.

31 SMITH Gavin A. & THOMAS R. Brooke. 1999. « What could be biocultural anthropology for the next generation », dans GOODMAN & LEATHERMAN, op. cit., p. 469.

32 Ibid., p. 469.

33 Ibid., p. 468.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540