Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Hommes grands, femmes petites : une évolution coûteuse

 | 
Priscille Touraille

Troisième partie - Femmes. Les coûts biologiques du genre : une idée taboue ?

Chapitre 10. Qui a le plus besoin de protéines ?

Texte intégral

1Les ressources, et surtout la qualité de celles-ci, sont, on l’a vu au chapitre 5, le facteur déterminant de l’évolution de la taille des femelles. Les explications données au dimorphisme sexuel par sélection sur la stature de la taille corporelle des femelles se sont particulièrement centrées sur l’évaluation des besoins nutritifs et des dépenses énergétiques des femelles en rapport avec la charge de reproduction. Nous avons vu que les protéines, en tant qu’aliments de valeur nutritive élevée, sont choisies préférentiellement par toutes les femelles primates quand elles en ont la possibilité. En est-il de même dans l’espèce humaine ? Abordant cette question principalement dans le prochain chapitre, je propose ici, préalablement, d’examiner la manière dont la question des besoins nutritionnels a été traitée pour l’espèce humaine. J’envisagerai deux types de littérature. Je commencerai par les perspectives défendues en anthropologie évolutive sur la nutrition humaine ; celles-ci cherchent à déterminer la spécificité des besoins nutritionnels de l’Homme par rapport à ceux des autres primates. J’aborderai dans un deuxième temps quelques-unes des théories des sciences de la nutrition qui traitent des besoins alimentaires des femmes par rapport à ceux des hommes.

Homo sapiens : un intestin adapté à des aliments de valeur nutritive élevée

  • 1 Voir pour cet emploi terminologique le chapitre 8, note 5.
  • 2 MILTON Katharine. 1999. «A hypothesis to explain the role of meat-eating in human evolution», Evol (...)
  • 3 MILTON K. 1986. «Features of digestive physiology in primates», News in Physiological Sciences, 1: (...)

2Après les scénarios popularisant l’idée d’hominines1 carnivores dans les années 1960, une autre tendance s’est peu à peu installée en anthropologie évolutive : les Homo sapiens, qui descendent d’un lignage ancestral possédant un régime alimentaire majoritairement végétal, auraient une structure intestinale comparable à celle des primates existants. Dans cette hypothèse, les adaptations de l’appareil digestif humain le rendraient plus proche de celui des herbivores que de celui des carnivores. Katharine Milton, primatologue qui a travaillé sur le rapport entre l’anatomie digestive et les régimes alimentaires d’un certain nombre de primates, est venue relativiser cette explication. Elle fait remarquer qu’il existe bel et bien une différence frappante entre les appareils digestifs des humains et ceux des autres hominoïdes2. Celle-ci réside dans le rapport de taille entre différentes portions de l’intestin. Chez les hominoïdes non humains, le plus grand volume de l’intestin se situe au niveau du colon (> 45 % du total), avec seulement 14 à 29 % du volume total dévolu à l’intestin grêle. Chez les humains, à l’inverse, le plus grand volume intestinal se situe au niveau de l’intestin grêle (> 56 %) avec seulement 17 à 23 % du volume total dévolus au colon3. En comparaison des autres hominoïdes, fait remarquer Milton, les Homo sapiens ont également un plus petit intestin relativement à la taille du corps. Cette caractéristique les place pour ainsi dire à mi-chemin des primates et des carnivores dont l’estomac, et non l’intestin, constitue la partie essentielle de l’appareil digestif.

3Qu’implique cette différence ? Les hominoïdes non humains, fait remarquer Milton, ont besoin d’un colon de taille conséquente pour supporter les masses d’aliments relativement non digestibles ingérés chaque jour en suivant leur régime alimentaire, presque exclusivement composé de fibres végétales. La moindre taille du colon chez les humains et l’importance relative accrue de l’intestin grêle marquent un régime alimentaire où la proportion des aliments difficilement digestibles est beaucoup plus faible. Si les humains ont, dit Milton, un appareil digestif dominé par l’intestin grêle, c’est que cette morphologie digestive a été sélectionnée en rapport avec un régime alimentaire de qualité nutritive plus élevée. En effet, l’intestin grêle est le site majeur de la digestion et de l’absorption alimentaire ; ne profitent à un organisme possédant un intestin grêle de grande taille que les aliments qui s’assimilent rapidement :

  • 4 MILTON 1999, art. cit., p. 13.

La dominance de l’intestin grêle chez les humains suggère une adaptation à un régime de haute qualité composé d’aliments qui sont nutritionnellement denses, concentrés en volume et capables d’être digérés par l’intestin grêle4.

4Ces modifications de l’appareil digestif ne sont pas proposées comme conséquences de l’augmentation progressive de la taille corporelle dans l’évolution du genre Homo, mais de celle de son cerveau ; le Gorille est bien plus grand que l’Homme et sa morphologie digestive est spécialisée dans le traitement d’aliments dits « de basse qualité ».

  • 5 LEONARD William R. & ROBERTSON Marcia L. 1992. «Nutritional requirements and human evolution : a b (...)

5Pourquoi ces expressions d’aliments de « basse qualité » et de « haute qualité » ? En réalité, il s’agit de différences quant aux quantités ingérées pour atteindre une teneur nutritionnelle équivalente (d’un point de vue strictement énergétique) : les aliments dits « de basse qualité » sont ceux qui doivent être ingérés en quantité astronomique, c’est-à-dire quasiment en permanence, comme le feuillage pour les gorilles, dont la vie est une longue mastication ; en revanche, les aliments de haute qualité nutritive sont ceux qui, par leur composition, permettent une consommation beaucoup plus réduite au niveau de la quantité absorbée, mais qui satisfont les mêmes besoins. Outre la teneur en protéines des nutriments d’origine animale (incomparablement plus importante que celle des nutriments d’origine végétale), ces aliments de haute qualité sont dits être aussi généralement « caloriquement plus denses » que les aliments de basse qualité. Étant assimilés pratiquement sans résidus, ils possèdent une plus grande valeur nutritive. La viande fournit 100 à 200 kcal d’énergie assimilable pour chaque 100 g consommés. Si l’on compare aux 10 à 20 kcal par 100 g de feuilles ou aux 50 à 100 kcal par 100 g de fruits5 :

  • 6 STINI W. A. 1988. « Food, Seasonality, and human evolution », dans DE GARINE Igor & HARRISON G. A. (...)

La consommation de la chair des oiseaux, des poissons et des mammifères a, pour le système digestif humain, un taux d’efficacité élevé, l’absorption des nutriments le long des 6 à 7 mètres de l’intestin grêle étant quasiment totale6.

  • 7 MILTON 1999, art. cit., p. 18.

6Comme dit Milton, une façon de faire face à des besoins accrus de l’organisme n’est pas forcément de « manger plus », mais « de manger mieux », c’est-à-dire de manger des aliments qui possèdent cette grande qualité nutritive. « Les protéines animales procurent non seulement tous les acides aminés dont les êtres humains ont besoin […], mais ils sont aussi plus efficacement digérés que les protéines des plantes7. » Cependant, William Leonard et Marcia Robertson pensent que ce qui a fait l’intérêt de la viande pour les premiers Homo n’est pas uniquement sa haute valeur protéique, mais le fait de son rapport énergétique élevé (une plus grande proportion d’énergie assimilable et une teneur plus élevée en lipides que la plupart des ressources végétales).

  • 8 LEONARD & ROBERTSON 1992, art. cit.

7Le cerveau humain est le plus grand consommateur d’énergie qui soit : il s’agirait là de la raison adaptative majeure venant expliquer les modifications de la structure de l’intestin constatées chez Homo sapiens. Telle est l’hypothèse qui émerge actuellement en anthropologie évolutive. Leonard et Robertson renvoient à Homo erectus8 :

  • 9 MILTON Katharine. 2000. « Diet and primate evolution », dans GOODMAN Alan H., DUFOUR Dana L. & PEL (...)

La probabilité que les hominidés aient persisté à chercher des aliments de qualité nutritionnelle élevée tout au long de leur évolution suggère un scénario intéressant. Comme on peut présumer qu’obtenir certains types de nourriture végétale est devenu plus problématique, les premiers humains ont dû se tourner vers la viande pour satisfaire leurs besoins protéiques9.

  • 10 FISH Jennifer L. & LOCKWOOD Charles A. 2003. «Dietary constraints on encephalization in primates»,(...)
  • 11 STINI William A. 1985. « Growth rates and sexual dimorphism in evolutionary perspective », dans GI (...)
  • 12 LEONARD & ROBERTSON 1992, art. cit., p. 179.
  • 13 Ibid., p. 191.

8En ce qui concerne la lignée Homo, aussi bien Milton que Leonard et Robertson pensent que les modifications de l’appareil digestif ont été provoquées par les besoins énergétiques très spécifiques liés à l’augmentation du volume cérébral. Cette hypothèse est aujourd’hui reconnue et confortée par d’autres chercheurs. Jennifer Fish et Charles Lockwood concluent, encore récemment, « qu’une amélioration de la qualité du régime alimentaire est un mécanisme impliqué dans l’évolution de relativement gros cerveaux, qui a permis la réduction de la masse intestinale10 ». Comment ce phénomène est-il expliqué ? Si la taille corporelle peut s’ajuster à certaines carences alimentaires, « les besoins du cerveau, [de leur côté] ne peuvent être réduits d’aucune manière appréciable », dit William Stini11. Et les besoins métaboliques du cerveau humain sont considérables. Comparés aux autres primates chez lesquels l’énergie dépensée pour le cerveau est de 3 à 4 %, les humains adultes utilisent 20 à 25 % de leur métabolisme basal pour entretenir leur cerveau12 ; les enfants en dessous de 5 ans y consacrent 40 à 85 %13.

  • 14 GODFREY L. R., SAMONDS Κ. E., JUNGERS W. L., SUTHERLAND M. R. & IRWIN M. T. 2004. «Ontogenic corre (...)

9Le rapport entre besoins métaboliques élevés et nutrition de haute qualité a toutes les chances d’être encore plus déterminant pour les femmes Homo, qui supportent in utero le coût de la croissance cérébrale des petits, puis celui de l’allaitement. En effet, il est plus coûteux, en termes énergétiques, de nourrir un enfant doté d’un gros cerveau qu’un enfant doté d’un petit cerveau, du fait du coût élevé du tissu cérébral14. L’hypothèse est donc forte d’une association entre croissance du cerveau et métabolisme maternel.

  • 15 LEONARD William R. & ROBERTSON Marcia L. 1994. «Evolutionary perspectives on human nutrition : the (...)

[Ce modèle] suggère que si la majeure partie de la croissance cérébrale chez les humains et autres primates a lieu pendant la période prénatale et rapidement ensuite dans la période postnatale, c’est la production métabolique maternelle (à travers la grossesse et l’allaitement) qui détermine largement la taille finale du cerveau adulte. Si cette hypothèse est correcte, [cela] implique que l’amélioration au plan de la stabilité et de la qualité de la nutrition maternelle (pour soutenir les besoins métaboliques élevés de la grossesse et de l’allaitement) a été la conséquence d’une sélection pour une taille du cerveau plus importante dans l’évolution humaine15.

  • 16 HILL Kim, KAPLAN Hillard, HAWKES Kristen & HURTADO Magdalena A. 1987. « Foraging decisions among A (...)

10Pour la perspective évolutive en anthropologie biologique, les nutriments de haute qualité sont censés être cruciaux en premier lieu pour les femmes qui supportent la croissance de ces cerveaux très demandeurs d’un point de vue énergétique. « Du fait que 50 % à 60 % du cerveau est constitué de lipides structurels, une consommation élevée en lipides est extrêmement importante pour les femmes enceintes et qui allaitent et pour les jeunes enfants.16 » Si maintenir un gros cerveau représente un coût important, ce coût est majoré pour les femmes qui doivent fournir l’énergie pour maintenir leurs besoins métaboliques propres et assurer la croissance de ces fœtus puis de ces nourrissons à gros cerveaux.

Hommes versus femmes : des besoins nutritionnels plus importants ?

  • 17 CARPENTER Kenneth J. 1994. Protein and Energy, a Study of Changing Ideas in Nutrition. Cambridge, (...)

11Les hommes ont des besoins nutritionnels plus importants que ceux des femmes : c’est une idée qui court. Comme pour l’idée d’une « adaptation du bassin féminin à la parturition » abordée au chapitre précédent, les idées communes et savantes ont pu se renforcer mutuellement sur ce sujet. Les hommes auraient besoin d’un apport nutritionnel plus important 1/ parce qu’ils seraient plus grands que les femmes et 2/ parce que le travail qu’ils sont censés fournir serait plus demandeur en termes énergétiques que celui des femmes. Dans les sociétés occidentales, les aliments de plus grande valeur nutritive, comme la viande, ont longtemps été tenus pour les aliments dont les hommes ont plus besoin que les femmes. Nous allons voir que cette idée est balayée par les sciences de la nutrition actuelles17. Mais cela n’a, en effet, pas toujours été le cas puisque les premiers travaux sur la nutrition ont commencé par tenter de justifier la consommation accrue de protéines animales par les hommes.

  • 18 CARPENTER Kenneth J. 2000. « Proteins », dans KIPLE Kenneth F. & ORNELAS Kriemhild Coneè (eds), Th (...)
  • 19 FAO/OMS/ONU. 1973. Besoins énergétiques et besoins en protéines, rapport d’un comité special mixte (...)

12Les premiers travaux sur la nutrition au XIXe siècle ont avancé que les protéines étaient le « combustible » des muscles. Cette idée a notamment été défendue par un chimiste allemand du nom de Justus von Liebig pour lequel « les besoins d’un sujet en protéines étaient proportionnels à ses performances physiques dans le travail18 ». Sur cette base, il a été estimé que le régime du travailleur moyen devait contenir 118 g de protéines (d’après les normes de nutrition proposées par Carl von Voit, en 1881). Au début du XXe siècle, l’opinion qu’il faut à l’homme – et particulièrement au « travailleur de force » – beaucoup de protéines, fut contestée par d’autres chercheurs, notamment Russell Chittenden (1905) qui étudia l’état physique de soldats et d’athlètes dont la ration quotidienne, des mois durant, n’avait contenu que 50 à 55 g de protéines : « Chittenden a montré que ces taux peu élevés, non seulement avaient permis une bonne santé et des performances satisfaisantes, mais qu’ils étaient même bénéfiques19. »

13Les sciences de la nutrition actuelles ont entériné ce point de vue, établissant peu à peu que les glucides, et non les protéines, fonctionnaient comme la principale source d’énergie pour le corps. Les protéines, de leur côté, sont les principales pourvoyeuses des acides aminés essentiels que le corps synthétise au cours de la digestion. Les protéines peuvent effectivement être utilisées comme source d’énergie – de même que les graisses dont la valeur énergétique est deux fois supérieure à la fois aux glucides et aux protéines –, mais leurs principales fonctions sont la croissance, le maintien et la réparation des tissus, la formation des enzymes, des hormones et des anticorps. Les glucides et les protéines constituent donc deux classes de nutriments spécifiques. Les sciences de la nutrition distinguent de ce fait, dans l’évaluation quantifiée des besoins nutritionnels de l’être humain, les besoins dits « énergétiques » et les besoins « en protéines ». Cette évaluation révèle des surprises, comme on va le voir, quant à la pensée ordinaire sur les besoins protéiques des hommes.

Des besoins en énergie en théorie supérieurs pour les hommes

14L’idée que les hommes ont des besoins nutritionnels supérieurs aux femmes semble justifiée par les recommandations de la plupart des organisations, telles par exemple la FAO (Food and Agriculture Organization, Rome) ou la WHO (World Health Organization – ou OMS, Organisation mondiale de la santé –, Genève). Tout le monde connaît ces tables de recommandations qui circulent dans les ouvrages médicaux et dans divers magazines de vulgarisation. Ces tables donnent des recommandations distinctes pour les enfants, pour les femmes et pour les hommes.

15Dans les tables proposées par la FAO, par exemple, il est bien précisé que les hommes, les femmes et les enfants sont envisagés comme des « individus hypothétiques ». Les besoins énergétiques sont calculés en fonction d’une masse corporelle donnée, de l’âge, du sexe et de différents types d’activités existant dans les pays occidentaux. Les hommes et les femmes dits « de référence » ont entre 20 et 39 ans, pèsent respectivement 65 et 55 kg et sont classés comme ayant les uns et les autres une activité « modérée » dans une échelle d’activités qui en comporte quatre : légère, modérée, forte et exceptionnelle. L’homme de référence est censé avoir des besoins énergétiques de 3 000 kcal et la femme de référence de 2 200 kcal.

16Une femme de 55 kg ayant une activité modérée pendant huit heures a sensiblement les mêmes besoins énergétiques pour cette activité (1 000 kcal) qu’un homme de 65 kg ayant une activité légère (1 100 kcal). La même femme ayant une activité forte a besoin de 300 kcal de plus qu’un homme de 65 kg exerçant une activité légère. Une femme de 55 kg ayant une activité exceptionnelle (l’ouvrière du bâtiment est l’exemple donné par le rapport FAO, mais on pourrait sûrement lui ajouter les sportives professionnelles) a les mêmes besoins énergétiques qu’un homme de 65 kg ayant une activité modérée (3 000 kcal). Etc.

17De la même manière, les besoins énergétiques nécessaires pour satisfaire le métabolisme de base d’un homme de 60 kg sont quasiment les mêmes que pour satisfaire le métabolisme de base d’une femme pesant 66 kg. Ils sont inférieurs à ceux de toute femme pesant plus de 66 kg.

18Toujours selon les tables de la FAO, les besoins d’un homme de 50 ans pesant 65 kg sont censés être réduits de 300 kcal par rapport à ses besoins entre 20 et 39 ans (passant ainsi de 3 000 kcal à 2 700 kcal). Un homme de 50 ans pesant 65 kg et exerçant une activité légère (par exemple, un avocat) a exactement les mêmes besoins énergétiques (2 400 kcal) qu’une femme de 20 à 39 ans pesant 60 kg et exerçant une activité modérée (vendeuse, par exemple).

  • 20 Ibid., p. 9.

19Les tables de recommandations standard sont, on le voit par ces quelques mises en perspective, très dépendantes des paramètres sociaux comme l’activité physique, mais aussi des questions de poids corporel qui sont, en retour, largement dépendantes du type d’activité… On peut en tirer la conclusion que c’est seulement lorsque les hommes ont une masse corporelle plus importante que les femmes et une activité physique plus intense qu’ils doivent consommer plus de glucides. Il n’en va pas de même des recommandations pour les protéines : « Le besoin protéique doit être abordé d’une autre manière que le besoin énergétique20. »

Des besoins en protéines supérieurs pour les femmes

20En effet, si les besoins énergétiques sont augmentés avec l’intensité de l’activité physique, ce n’est pas le cas des besoins protéiques, définis comme « apports protéiques de sécurité » par les comités de la FAO et de l’OMS (de nombreux débats existent sur la limite maximum des besoins en protéines) :

  • 21 Ibid., p. 70.

L’exercice physique augmente le besoin énergétique et avec lui la consommation alimentaire, et par conséquent la consommation de protéines. Et pourtant il n’est pas démontré que l’activité physique per se accroît le besoin protéique21.

  • 22 FAO/WHO/ONU. 1985. Energy and Protein Requirements, Report of a joint FAO/WHO/UNO expert consultat (...)

21Les apports minimaux préconisés par la FAO ne sont pas différents pour les hommes et pour les femmes. Les plus récentes recommandations donnent la valeur de 75 g de protéines par jour pour les hommes et pour les femmes sans distinction22. Les commentaires fournis par Kenneth Carpenter sont explicites quant au changement de perspective enregistré par les sciences de la nutrition sur les besoins protéiques des femmes :

  • 23 CARPENTER 2000. « Proteins », dans KIPLE & ORNELAS, op. cit., p. 888.

Il est intéressant de noter que lorsqu’on calcule la proportion de protéines requises (PCals %) pour chaque classe, les résultats sont inattendus. Traditionnellement, les femmes ont pensé que les hommes [sic], en tant que ceux qui gagnaient le pain de la famille, avaient besoin de la plus grande part de la viande, et les enfants d’au moins quelques protéines quotidiennes supplémentaires, mais, comme on peut le voir, ce sont en fait les femmes qui sont estimées nécessiter les plus importantes proportions de protéines dans leur régime alimentaire. Et pour les personnes engagées dans des taux plus importants d’activité physique, toutes les preuves existent que leurs besoins caloriques sont plus élevés mais pas leurs besoins protéiques23.

22Les protéines n’étant plus considérées aujourd’hui comme le « fuel des muscles », les hommes engagés dans des activités physiques requérant un apport énergétique élevé ne gagnent rien à consommer des protéines pour les transformer en énergie. Ils peuvent consommer pour cela directement des glucides, sinon bien sûr à obtenir une quantité conséquente de calories facilement assimilables pour une quantité moindre de nutriments à ingérer (voir la première partie de ce chapitre) ou plus goûteux. En revanche, les protéines, en tant que telles, ont un impact beaucoup plus important pour la survie des femmes engagées dans le processus de reproduction.

La grossesse, l’allaitement et le travail des femmes

Des besoins énergétiques et protéiques majorés

  • 24 FAO/OMS/ONU 1973, op. cit., p. 35.

23Nous venons de voir ce qu’il en est des recommandations d’apports énergétiques et protéiques en dehors des considérations de la reproduction. La grossesse et la lactation changent de manière appréciable les tables des besoins énergétiques par sexe. La grossesse augmente le besoin énergétique chez les femmes : « premièrement en raison du développement du fœtus, du placenta et de ses annexes ; deuxièmement du fait que l’alourdissement de la mère rend ses mouvements énergétiques plus coûteux24 ». Selon les estimations données par la FAO, un supplément minimum de 205 kcal par jour est nécessaire pendant le premier trimestre de la grossesse, et un supplément d’au moins 350 kcal pendant les deux derniers trimestres.

  • 25 Ibid, p. 37.

24Les recommandations d’apports énergétiques supplémentaires pour l’allaitement ont été fixées à 750 kcal par jour. Elles sont cependant minimales ; en effet, « la mère qui n’aura pas constitué suffisamment de réserves devra accroître d’autant sa consommation alimentaire pendant l’allaitement, comme devra le faire également celle qui gardera son enfant au sein au-delà de 6 mois25 ».

25Les besoins énergétiques d’une femme qui allaite sont donc équivalents à ceux de l’homme de référence dans les tables de recommandations de la FAO, dans la mesure où l’allaitement en soi nécessite un nombre de calories aussi élevé qu’une activité modérée. Lors de l’allaitement, les besoins énergétiques des femmes ont cependant de fortes chances de dépasser ceux des hommes, pour peu qu’il se prolonge sur de longues périodes et que le taux d’activité des femmes soit également important.

  • 26 Ibid., p. 49.

26Les besoins protéiques des femmes enceintes sont considérés, de leur côté, supérieurs à ceux des hommes : 6 g de protéines supplémentaires par jour (en plus de l’apport de sécurité recommandé) sont estimés nécessaires pendant la grossesse ; 17,5 g de protéines supplémentaires sont préconisés pour l’allaitement de 0 à 6 mois, et 13 g supplémentaires au-delà de six mois d’allaitement. Les besoins protéiques pendant l’allaitement augmentent d’environ 30 %, dit le rapport de la FAO26.

  • 27 BONJOUR J.-PH., AMMANN P., BOURRIN S., CHEVALLEY T. & RIZZOLI R. 2001. « Protein intake and bone h (...)

27La littérature médicale rapporte qu’une insuffisance en protéines est particulièrement nuisible pour l’intégrité de la masse osseuse chez les femmes27. La sous-nutrition en protéines favorise l’occurrence des fractures de la hanche, notamment. Des études ont montré que le taux de perte osseuse était inversement corrélé à la consommation de protéines chez les hommes et chez les femmes. Une consommation plus élevée en protéines réduit le risque de fractures. Certaines études montrent que l’association est particulièrement évidente avec les protéines d’origine animale plutôt que végétale. L’effet de la densité osseuse est aussi, comme on l’a vu au chapitre 8, d’aider le bassin à résister aux forces de compression du poids corporel, et donc à moins se réduire.

  • 28 LUND Charles C. & LEVENSON Stanley M. 1948. « Protein nutrition in surgical patients », dans SAHYU (...)

28Une autre fonction des protéines les rend particulièrement utiles pour les femmes au moment de l’accouchement. Des études déjà anciennes, citées par l’anthropologue Roy Rappaport, ont mis en évidence que l’hypoprotéinémie réduit la résistance aux infections, accroît les problèmes au niveau des fonctions cardiaques, rend les cicatrisations difficiles ou impossibles et retarde la guérison des fractures28.

  • 29 HERCBERG S. 2001. « Les Européennes : alimentation et état nutritionnel », dans Femmes & Nutrition (...)
  • 30 Ibid., p. 36.

29En plus des besoins en protéines, les sciences de la nutrition ont montré que les oligoéléments et les minéraux, par exemple, sont particulièrement indispensables à l’organisme qui supporte la charge de reproduction. Le fer est un de ces éléments clés : « les femmes, de la puberté à la ménopause, ont des besoins physiologiques en fer doubles de ceux des hommes29 » et, « en fonction du stock mobilisable antérieur à la gestation, les besoins en fer au cours des six derniers mois de la grossesse vont donc varier de 2,6 à 5,2 mg par jour, soit 2,5 à 5 fois plus qu’un homme adulte30 ».

  • 31 ADAIR Linda S. 1987. « Nutrition in the reproductive years », dans JOHNSTON Francis E. (ed.), Nutr (...)
  • 32 SCRIMSHAW Nevin S. 2000. « Iron deficiency », dans GOODMAN, DUFOUR & PELTO, op. cit. : 252-258.
  • 33 ADAIR 1987, dans JOHNSTON, op. cit., p. 133.

30Or, le fer est très lié à la consommation de protéines. Le manque en fer est défini par le terme d’« anémie ferriprive », et celle-ci accompagne de manière caractéristique les régimes pauvres en viande. La viande rouge est l’aliment le plus riche en fer, et elle améliore notablement son absorption, comparé au fer d’origine végétale. Quelles sont les conséquences des déficiences en fer ? Pour les mères, l’anémie génère un état de fatigue générale, accroît les risques d’infection et de stress cardiaque, et décroît la capacité de tolérer une hémorragie lors des accouchements31. Quand on sait que les hémorragies sont une des premières causes de complications obstétricales, on comprend en quoi les déficiences en fer représentent un problème majeur. Elles sont censées toucher deux tiers des enfants et des femmes dans la plupart des pays en voie de développement32. Linda Adair cite des études en Inde qui montrent qu’une anémie modérée à sévère est associée à une mortalité périnatale33. De récentes théories sur la question de l’anémie mettent en évidence l’existence de processus complexes montrant que les organismes carences en protéines sont incapables de résister à la prolifération des infections qui utilisent le fer de l’organisme pour renforcer leur attaque (ces théories s’appuient sur l’observation qu’une complémentation en fer chez les individus souffrant de malnutrition provoque une recrudescence d’infections) :

  • 34 WEINBERG Eugene D. 1992. « Iron witholding in prevention of disease », dans STUARTMACADAM Patricia (...)

Dans les carences en protéines, la synthèse de transferrine est réduite d’au moins 75 %. En conséquence, même si une quantité de fer suffisante est assimilée, le métal devient la cible privilégiée d’intrusions microbiennes potentielles. De ce fait, les régimes qui fournissent une proportion adéquate d’acide folique et de protéines sont essentiels pour maintenir un fort système de défense liée au fer34.

31Prenant modèle sur ce que nous avons l’habitude de constater dans les sociétés européennes actuelles, où les femmes en moyenne n’ont pas plus de deux enfants, où le sevrage et les nourritures solides interviennent au bout de quatre mois environ, où les femmes sont suffisamment alimentées pendant la période de grossesse, le fait que les besoins nutritionnels et protéiques des femmes soient plus élevés que ceux des hommes concerne en fait une période de quelques mois dans la vie d’une femme qui choisit d’avoir des enfants.

  • 35 KATONA-APTE Judith. 1979. « The relevance of nourishment to the reproductive cycle of the female i (...)
  • 36 JOHNSON Patricia Lyons. 1981. «When dying is better than living: female suicide among the Gainj of (...)
  • 37 DALTABUIT Magali. 1989. Mayan Women: Work, Nutrition, and Child Care. Ph. D. Thesis (director: R. (...)
  • 38 MEEHAN Β. 1977. « Man does not live by calories alone : the role of shellfish in a coastal cuisine (...)

32Cela n’est pas le cas pour toutes les femmes sur la planète, ni à l’heure actuelle, ni historiquement. Dans l’Inde rurale, « la majeure partie de la vie d’une femme adulte se passe dans un cycle de grossesses, naissances et allaitement35 ». Même si les naissances sont aujourd’hui limitées par le Planning familial, elles le sont moins que dans les zones urbaines. De plus, la mortalité infantile importante fait que les femmes tendent à remplacer les enfants morts, surtout si ce sont des garçons, et donc à multiplier les grossesses et les périodes d’allaitement. Les Gainj de Nouvelle-Guinée « sont quasiment toujours soit enceintes soit en train d’allaiter depuis leur première grossesse jusqu’à la fin de leur vie reproductive36 ». Les femmes yalcoba au Mexique sont « sous stress reproductif la plus grande partie de leur vie adulte37 », dit l’anthropologue biologiste Magali Daltabuit. Brian Price Billington, nutritionniste de l’expédition scientifique américano-australienne de 1948 en terre d’Arnhem (Australie), a, note Neville White, « observé que les femmes aborigènes étaient dans un “cycle quasiment ininterrompu de grossesse/allaitement” de la puberté jusqu’à l’âge de 35 ans38 ».

33Il semble que les femmes « en âge de se reproduire » aient été, et soient encore dans beaucoup de sociétés humaines, plus ou moins en permanence soit en état de gestation soit en état d’allaiter ; les besoins énergétiques accrus requis par ces deux phases de la procréation ne sont donc pas un phénomène exceptionnel et ponctuel, mais peuvent être considérés, dans beaucoup de pays, comme les besoins nutritionnels « normaux » des femmes. Appréhendés sous l’angle d’une reproduction ininterrompue, les besoins des femmes sont donc, dans ce cas, énergétiquement parlant aussi élevés que ceux des hommes (en moyenne) et, quoi qu’il en soit, plus élevés en ce qui concerne les protéines, malgré leur stature généralement plus petite. Nous serions donc bien dans le même schéma pour les femmes que pour les femelles primates étudiées (voir chapitre 5).

  • 39 FRISCH Rose E. 1978. « Population, food intake, and fertility », Science, 199 : 22-30 ; FRISCH Ros (...)
  • 40 HUSS-ASHMORE Rebecca. 1980. «Fat and fertility : demographic implications of differential fat stor (...)
  • 41 McFARLAND Robin. 1997. « Female primate : fat or fit ? », dans MORBECK Mary Ellen, GALLOWAY Alison (...)
  • 42 CROOKS Deborah L. 1999. «Poverty and nutrition in Eastern Kentucky: the political economy of child (...)
  • 43 FISCHLER Claude. 1990. L’Homnivore. Le goût, la cuisine et le corps. Paris, Odile Jacob, pp. 252-2 (...)

34Que se passe-t-il si ces besoins ne sont pas satisfaits ? Une littérature considérable existe sur la question de la malnutrition des femmes dans le monde et sur ses conséquences, notamment sur la mortalité infantile. Certaines théories ont pourtant été proposées pour expliquer que si les besoins des femmes n’étaient pas satisfaits, ce n’était pas (si) grave, car les femmes disposaient de mécanismes adaptatifs qui leur faisaient stocker des réserves d’énergie sous forme de graisse, et leur permettaient d’utiliser ces réserves au moment où elles allaitent. Sans ces réserves de graisse, la possibilité de la fécondation serait bloquée, a pu soutenir Rose Frisch39. Cette belle idée adaptative a été contredite par la suite par d’autres auteurs qui ont bien montré que nombre de femmes dans le monde peuvent être fertiles avec des taux de graisse minimum et seront donc dans l’incapacité de puiser de l’énergie ailleurs que dans leur alimentation quotidienne40. La capacité à stocker l’énergie sous forme de dépôts de graisse dans le corps n’est en effet utilisée que si les individus ont des apports énergétiques qui dépassent leurs besoins, soit avant que ne survienne une grossesse, soit pendant les premiers mois de la grossesse. Cette capacité est un phénomène plutôt inédit dans l’ordre des primates41 ; ce caractère biologique ne peut pas être mis sur le même plan que la capacité à produire du lait, par exemple. Il serait à proprement parler un indice que des restrictions alimentaires ont pu constituer des pressions de sélection importantes sur les femmes plus que sur les hommes dans les populations humaines. En effet, il est entendu qu’un dimorphisme sexuel au niveau du tissu adipeux se développe dans tous les cas où les apports nutritionnels sont suffisants ou excédentaires. Les études récentes sur l’obésité établissent d’ailleurs qu’une pauvre qualité nutritionnelle (absence de protéines) peut à la fois limiter la croissance staturale pendant l’enfance et contribuer à l’obésité plus tard dans la vie42. Les dépôts de graisse pouvant aussi correspondre à un certain type d’alimentation pauvre en protéines et riche en glucides, soutenir que la graisse constitue une adaptation des femmes à la reproduction a peut-être enthousiasmé un peu trop vite certains chercheurs. Essayant – d’une façon fort honorable au demeurant – de déculpabiliser les lectrices de régimes amaigrissants par l’image de la « nécessité adaptative », le sociologue Claude Fischler a défendu, par exemple, l’idée que les femmes occidentales qui tentent d’atteindre des taux de graisse zéro vont contre leur héritage évolutif, du fait de ces fameuses adaptations à la fonction reproductive43. Chacun le sait, l’enfer est pavé de bonnes intentions ! L’enfer est peut-être simplement ici le reflet de siècles de malnutrition. Mais parler d’« adaptation des femmes à la fonction reproductive » semble toujours, comme dans le cas du bassin, provoquer un enthousiasme scientifique, qu’il faut, pour cette raison même, interroger.

  • 44 RASHID M. & ULIJASZEK Stanley J. 1999. «Daily energy expenditure across the course of lactation am (...)
  • 45 HARRIS Marvin. 1986. Good to Eat. Riddles of Food and Culture. London, Allen & Unwin, p. 239.

35Une autre théorie soutient que si les femmes en état de grossesse ou d’allaitement n’ont pas des apports nutritionnels suffisants, ce n’est pas grave non plus, puisqu’elles sont forcées à « réduire leurs activités » et, ce faisant, elles réduisent de fait leur demande énergétique44. Cette théorie a été utilisée par l’anthropologue Marvin Harris dans un ouvrage où il remet en question le fait que les restrictions alimentaires auxquelles sont astreintes les femmes en Inde pendant la période postnatale rendent le régime des femmes inadéquat, comme le disent les nutritionnistes. Cette idée le mettant de son propre dire « mal à l’aise », il préfère prétendre que les femmes se reposent à ce moment-là, et ce, pour ne pas priver les hommes de nourriture, qui eux en ont besoin « pour faire vivre le foyer45 ».

Des besoins supplémentaires liés à la charge de travail

  • 46 TABET Paola. 1985. « Fertilité naturelle, reproduction forcée », dans MATHIEU Nicole-Claude (dir.) (...)
  • 47 McGUIRE Judith S. & POPKIN Barry M. 1988. «The zero-sum game : a framework for examining women and (...)
  • 48 PANTER-BRICK Catherine. 1997. «Women’s work and energetics : a case study from Nepal», dans MORBEC (...)

36Le fait que les femmes réduisent aussi peu leurs activités productives pour se consacrer uniquement au « travail de la reproduction », dit Paola Tabet, semble, contrairement à ce que voudrait Harris, plutôt être la règle46 : « Les femmes pauvres dans la plupart des sociétés continuent d’assumer une lourde activité physique durant la grossesse et reprennent cette activité très vite après la délivrance de leur enfant47. » A l’occasion d’une étude pluridisciplinaire menée par le Centre national de la recherche scientifique dans un village du Népal central, Catherine Panter-Brick a effectué une étude détaillée portant sur le travail des femmes et la dépense énergétique48. Panter-Brick montre que les femmes tamang qu’elle a étudiées continuent de travailler pendant toute la période de la grossesse et de l’allaitement. Ces femmes n’interrompent pas leur travail de subsistance, même au terme de la grossesse :

  • 49 PANTER-BRICK Catherine. 1988. « Temps de travail et dépenses énergétiques : étude du travail de su (...)

La jeune femme reprend très vite son travail après quelques jours de réclusion suivant l’accouchement, portant son enfant sur son dos de façon à laisser ses mains libres pour travailler, et l’allaitant pendant les moments réservés au repos49.

  • 50 Ibid., p. 22.
  • 51 PANT Β. R. 2003. «Malnutritional problems in the Himalayan women», Man in India, 83 (1 & 2): 29-48 (...)
  • 52 Ibid., p. 36.

37Le travail est très intense pour les femmes, quel que soit leur statut par rapport à la reproduction : « On peut craindre la vulnérabilité nutritionnelle des mères qui poursuivent leur travail, car elles ne réclament une nourriture ni meilleure ni plus abondante (résultat de pesées alimentaires)50. » La même chose est notée par Pant dans une étude menée sur plusieurs villages de l’Himalaya ; les femmes fournissent les trois quarts du travail requis par l’agriculture et l’élevage et sont, dit Pant, « accablées par la charge de travail51 », tandis que leur apport calorique est de 12 % en dessous des apports standard minimaux de 2 300 calories par jour et de 20 % en dessous de ces apports standard minimaux pour les femmes enceintes et qui allaitent52.

  • 53 DALTABUIT 1989, op. cit., p. 15.
  • 54 HOWARD Mary & MILLARD Ann V. 1997. Hunger and Shame. Poverty and Child Malnutrition on Mount Kilim (...)
  • 55 ROSETTA Lyliane. 1986. «Sex differences in seasonal variations of the nutritional status of Serere (...)
  • 56 JOHNSON 1981, art. cit., p. 330.
  • 57 WHITE 1985, dans GHESQUIERE, MARTIN & NEWCOMBE, op. cit., p. 334.
  • 58 LEE Richard B. 1979. The !Kung San : Men, Women, and Work in a Foraging Society. Cambridge, Cambri (...)
  • 59 KRAMER Patricia Ann. 1998. «The costs of human locomotion: maternal investment in child transport» (...)

38Chez les Yacolba de la péninsule du Yucatán au Mexique étudiés par Daltabuit, « les femmes ont moins de temps de loisir que les hommes, travaillent un plus grand nombre d’heures par jour et sont prises par des travaux qui requièrent une énergie intensive53 ». À propos des femmes chagga de Tanzanie, Mary Howard et Ann Millard notent que les charges de travail des femmes les conduisent pratiquement « aux limites de l’endurance humaine54 ». Chez les Serere du Sénégal, Lyliane Rosetta rapporte que les hommes travaillent de mai à octobre dans l’agriculture tandis que les femmes travaillent dur tout au long de l’année avec une intensification durant la même période. La responsabilité des repas qui demande des efforts considérables est dévolue aux femmes ; elles sont tenues d’aller chercher l’eau, le bois et autres combustibles, activités qui impliquent le transport quotidien de nombreux faix sur des distances pouvant atteindre plusieurs kilomètres55. Chez les Gainj de Nouvelle-Guinée, dit Patricia Johnson, « il est habituel de voir les femmes, pliées par les lourdes charges dans leurs filets, accompagnées par les hommes seulement encombrés de leurs haches ou de leurs arcs et flèches56 ». White rapporte que les femmes yolngu du nord de l’Australie portent des charges impressionnantes de nourriture, de bois, d’eau, et d’enfants ; il mentionne qu’il a vu une femme de 55-60 ans revenir au camp avec un chargement de bois de chauffage pesant 28,5 kg alors qu’elle-même ne pesait que 32 kg57. Dans les sociétés de chasseurs-cueilleurs comme les ! Kung du Kalahari, les femmes continuent à circuler sur de longues distances, portent la nourriture et le bois de chauffage durant la grossesse et l’allaitement ; une femme ! kung allaite et porte chaque enfant pour plus de trois ans58. La question de l’énergie dépensée par la mère pour transporter les enfants dépendants commence à être prise en compte en anthropologie biologique59. La conclusion que donne Patricia Kramer est qu’il n’est jamais dans le meilleur intérêt énergétique de la mère de porter ses enfants, et particulièrement pour les femmes les plus petites et les plus légères.

  • 60 MATHIEU Nicole-Claude. 1985. « Quand céder n’est pas consentir. Des déterminants matériels et psyc (...)
  • 61 LIZOT Jacques. 1978. « Économie primitive et subsistance : essai sur le travail et l’alimentation (...)
  • 62 MATHIEU 1985, op. cit., p. 188.
  • 63 Des indices pourtant évidents ponctuent la littérature, ne serait-ce que visuels, à travers les ph (...)

39Nicole-Claude Mathieu est la première en France à avoir soulevé la question du portage des enfants, liée à la dépense énergétique, dans les travaux ethnologiques. Elle fait remarquer que ces besoins énergétiques « sont sous-évalués parce que leur travail est sous-évalué en dépense physique60 ». Elle donne en exemple les calculs effectués par l’ethnologue Jacques Lizot sur la dépense énergétique des Yanomamis du Venezuela61. Le portage des jeunes enfants par les femmes n’est, par exemple, pas pris en compte dans le calcul que fait l’auteur des besoins énergétiques des femmes, alors que, de son dire même, les enfants sont portés par les femmes jusqu’à l’âge de 2 ans. Mathieu, devant la réponse de Lizot interrogé par elle sur le sujet, réponse selon laquelle « les enfants yanomamis ne sont pas bien lourds », reprend les données fournies par Lizot lui-même dans son article – poids des enfants et poids des mères – et montre que, par exemple, un enfant mâle de 2 ans n’est pas loin de peser le quart du poids de sa mère62. Mathieu met bien en évidence le biais « androcentré » qui consiste ici de la part de l’ethnologue à juger inutile de mesurer ce que coûte réellement de porter en permanence un tel poids pour des individus aussi graciles (sans compter l’allaitement afférent). Et les femmes ne font pas souvent d’ailleurs que porter leurs enfants puisqu’elles accomplissent toutes les charges de travail avec ce poids sur leurs épaules, quand ne s’y ajoutent pas encore d’autres charges63.

  • 64 TANAKA Jiro. 1980. The San Hunter-Gatherer of the Kalahari: a Study in Ecological Anthropology. To (...)
  • 65 Ibid., p. 37.

40Le déni des activités des femmes comme demandant un effort et une grande dépense d’énergie peut se retrouver autant chez les ethnographes que dans les populations observées par les ethnographes. Quand il s’agit d’ethnographes spécialisés en écologie et dans les calculs des données de dépenses énergétiques, on voit que des modèles qui prendraient en compte les pressions de sélection sur les femmes ne sont pas encore prêts à émerger dans l’esprit des chercheurs. Chez les San, chasseurs-cueilleurs du Kalahari, Jiro Tanaka note par exemple que la chasse (pratiquée par les hommes) demande « un effort exténuant » pour une maigre récompense, alors que la récolte des produits végétaux (pratiquée par les femmes) est « facile »64. Il se contredit deux phrases plus loin en disant que déterrer les tubercules (base du régime alimentaire rapportée par les femmes) demande beaucoup d’efforts, parce qu’il faut creuser un demi-mètre pour les extraire (dans une terre dure et avec la seule aide du fameux bout de bois taillé appelé « bâton à fouir ») ; une photo prise par l’auteur montre en effet une femme le bras entièrement enfoncé dans le trou qu’elle est en train de creuser65.

41La thèse de Kim Hill sur les Aché du Paraguay est formée sur le même type de description. Pour les hommes « le temps passé à la quête alimentaire est épuisant » (il ne dit pas d’ailleurs en quoi), et il continue en disant que…

  • 66 HILL Kim. 1983. Adult Male Subsistence Strategies Among Ache Hunters-Gatherers of Eastern Paraguay (...)

les journées des femmes sont moins épuisantes, même si elles ne sont pas faciles. Parce que le campement déménage chaque jour, les femmes portent fréquemment de lourdes charges à travers la jungle qui est dense. La plupart des femmes portent un enfant et il n’est pas rare qu’elles en portent deux. Les paniers portés par les femmes contiennent toutes les possessions ainsi que tous les aliments qui doivent être transportés. Bien que les paniers pèsent habituellement 5 à 15 kg, nous avons noté que certains pesaient plus de 40 kg66.

42Le poids moyen des femmes aché est 51,8 kg. Il est vraiment permis de se demander où les auteurs, à partir de leurs propres écrits, voient que le travail des hommes est plus épuisant que celui des femmes ! Ils le voient, mais le nient contre toute évidence, comme le nient les hommes de certaines populations ethnographiées. Chez les Wamiran de Nouvelle-Guinée étudiés par Miriam Kahn, les hommes disent qu’ils travaillent plus que les femmes.

  • 67 KAHN Miriam. 1986. Always Hungry, Never Greedy: Food and the Expression of Gender in a Melanesian (...)

Les femmes, quand on leur demande, déclarent que c’est vraiment elles qui travaillent le plus, transportant la nourriture des jardins et le bois de chauffage de la brousse, balayant la maison et le village, cuisinant, allant chercher l’eau, allant au marché, et ainsi de suite. Après avoir décrit combien elles triment jour après jour, dans un murmure, elles ajoutent « mais les hommes pensent qu’ils travaillent plus, donc nous les laissons penser ça »67.

43Les hommes fore, en Nouvelle-Guinée, quant à eux, ne semblent pas avoir besoin de dire qu’ils travaillent plus que les femmes. Comme le rapporte Shirey Lindenbaum, dans un article fondamental pour la question de l’ancrage conceptuel dans la langue des identités genrées :

  • 68 LINDENBAUM Shirley. 1976. « A wife is the hand of a man », dans BROWN Paula & BUCHBINDER Georgela (...)

Les hommes disent de leurs femmes : « Les femmes font tout le travail difficile, elles sont les mains d’un homme », le terme fore pour « femme », waya, étant composé de deux morphèmes wa « homme » et aya « main »68.

  • 69 PRENTICE Andrew M. & WHITEHEAD Roger G. 1987. « The energetics of human reproduction », dans LOUDO (...)

44Les théories essayant donc de minimiser le rôle des coûts supportés par les femmes « adaptées » coûte que coûte à la procréation malgré des apports nutritionnels insuffisants et un travail de production soutenu sont remarquables pour leur aveuglement devant les faits. Que ce soient les théories qui disent que les femmes sont protégées des coûts énergétiques de la procréation par leurs réserves de graisse69, ou celles qui disent qu’elles sont protégées de coûts supplémentaires par rapport aux hommes parce qu’elles réduisent ou cessent tout travail de production, aucune ne tient compte de la réalité sociologique de la majorité des femmes dans le monde. Ces coûts engendrent des surtaux de mortalité au bout d’un processus que les experts en nutrition ont appelé la « déplétion maternelle ».

La déplétion de l’organisme maternel

  • 70 FRISANCHO Roberto A. 1981. Human Adaptation. A Functional Interpretation. Ann Arbor, The Universit (...)

45La mortalité infantile au-dessous de 5 ans par malnutrition est, on le sait, d’environ 6 millions d’enfants par an dans le monde et 840 millions d’enfants sont considérés sous-alimentés ; les enfants naissent trop petits ou prématurés et ne survivent pas. (La mortalité néonatale aux États-Unis des enfants nés en dessous de 2,5 kg, toutes populations confondues, est trois fois plus importante que lorsque les enfants ont des poids normaux moyens70.)

  • 71 KATONA-APTE 1979, dans STINI, op. cit., p. 367.

46Toute perte d’un enfant représente aussi une perte d’énergie pour les mères ; celles-ci se retrouvent enceintes rapidement et entrent dans une spirale descendante provoquée par des cycles successifs de grossesses et d’allaitement. L’épuisement énergétique des femmes qui résulte directement de cette mortalité périnatale engendre lui-même un risque accru de mortalité pour les femmes elles-mêmes. On a vu au chapitre précédent que chaque naissance accroît le risque de mort pour les femmes. L’espérance de vie des femmes est plus basse que celle des hommes dans tous les pays pauvres. Elle était en moyenne de quarante ans en Inde dans les années 198071.

  • 72 HARRISON G. Ainsworth. 1985. «Biological anthropology and nutrition», Journal of Human Evolution, (...)
  • 73 GOPALAN C. & KAUR Suminder (eds). 1989. Women and Nutrition in India. New Delhi, Nutrition Foundat (...)
  • 74 CHATTERJEE Meera. 1989. « Socio-economic and socio-cultural influences on women’s nutritional stat (...)
  • 75 Ibid.
  • 76 RAMACHANDRAN Prema. 1989. « Nutrition in pregnancy », dans GOPALAN & KAUR, op. cit. : 153-193.
  • 77 KATONA-APTE 1979, dans STINI, op. cit., p. 367.
  • 78 DALTABUIT 1989, op. cit., p. 223.

47Geoffrey Harrison a fait remarquer que les questions cruciales du lien entre reproduction, sous-nutrition et mortalité des femmes ont donné lieu à très peu d’études de la part des anthropologues biologistes72. En effet, si on trouve dans la littérature une pléthore de déclarations sur les risques encourus par les femmes dans des situations nutritionnelles critiques, les faits fondés statistiquement sur les rapports entre ces phénomènes sont plus rarement fournis. Le cas de l’Inde représente peut-être une exception. On trouve dans les publications concernant ce pays des données détaillées et chiffrées, données qui permettent certainement de se faire une idée du problème général du stress alimentaire des femmes dans le monde73. En Inde, dans les zones rurales, la mortalité maternelle était en 1986 de 12 % parmi les femmes entre 15 et 45 ans, et de 16 % parmi celles entre 15 et 24 ans74. Meera Chatterjee conclut à partir de données chiffrées que « la mortalité élevée en Inde est le reflet à la fois de la fertilité élevée des femmes et de leur pauvre santé et sous-nutrition. […] les morts maternelles sont pour beaucoup dues à la malnutrition, et particulièrement à l’anémie75 ». La malnutrition est associée à une susceptibilité accrue aux infections, qui sont particulièrement virulentes pendant les grossesses et rendent la mortalité plus importante au cours de cette période76. Ainsi que le commente Judith Katona-Ape, « il s’agit d’un cercle vicieux : une pauvre nutrition maternelle cause un état de santé faible chez les enfants qui ne survivent pas. Ceci cause en retour des grossesses répétées qui épuisent la mère77 ». Le taux de « fertilité » des femmes est donc, fait remarquer Daltabuit pour le Mexique, une des conséquences d’une mortalité infantile élevée78. James Wood décrit bien le processus chez des femmes gainj de Nouvelle-Guinée :

  • 79 WOOD James W. 1992. « Fertility and reproductive biology in Papua New Guinea », dans ATTENBOROUGH (...)

la femme gainj moyenne commence la grossesse avec des réserves énergétiques plus basses [que la femme occidentale moyenne bien nourrie] ; elle gagne peu, sinon rien, en graisse durant la grossesse ; elle allaite pendant plus de trois ans, pas trois à cinq mois ; elle n’apparaît pas supplémenter son propre régime pendant l’allaitement ; et son lait fournit à peu près tous les nutriments requis par l’enfant au moins pendant les six mois suivant le post-partum. L’effet net de ces différences est que le statut nutritionnel des femmes gainj décline cumulativement à chaque cycle de reproduction79.

  • 80 MACLACHLAN Morgan D. 1983. Why They Did Not Starve : Biocultural Adaptation in a South Indian Vill (...)
  • 81 Communication personnelle avec Martine Gestin, ethnologue spécialiste des populations des monts Ca (...)
  • 82 QURAISHY Zubbeeda Banu. 2001. « Gender politics in the socio-economic organization of contemporary (...)
  • 83 MENCHER Joan P. 1988. « Women’s work and poverty : women’s contribution to household maintenance i (...)

48Malgré tous les travaux existants sur la déplétion maternelle, il arrive toujours de voir défendue la justification d’une allocation alimentaire supérieure pour les hommes. Morgan MacLachlan soutient que pour les villageois yaavahalli (Kolar District), dans le sud de l’Inde, un statut nutritionnel élevé des hommes adultes « est critique à la survie de la population dans la mesure où les activités d’agriculture requièrent une grande force et capacité de travail80 ». On retrouve un argument aux résonances assez semblables à celui qui, si l’on s’en souvient, était défendu pour justiher la petite taille des femelles chez les babouins par la réduction de leur consommation alimentaire afin de permettre aux mâles d’être gros et de les défendre, ce qui profite « à la population » (voir chapitre 4). Dans le cas de la population humaine citée, les femmes doivent réduire leur consommation alimentaire pour permettre aux hommes d’accomplir les travaux qu’ils ne pourraient pas mener sans un apport énergétique supérieur à celui des femmes. Leonard, qui cite la thèse de MacLachlan sur l’Inde, ne précise pas ce que dit celui-ci sur ce que font les femmes quand les hommes travaillent dans l’agriculture. Il est pourtant reconnu que les femmes, précisément en Inde du Sud, sont employées au même titre que les hommes comme ouvrières agricoles dans les plantations, de thé notamment, dans les hautes terres81 – travail qu’elles accomplissent en plus des tâches domestiques et qui rend de fait leur taux d’activité global plus intensif que celui des hommes82 –, ou dans les plantations de riz, où le travail est décrit comme exténuant et préjudiciable à la santé83.

49Si les femmes souffrent de déficits alimentaires pour satisfaire la capacité de travail des hommes avant la leur propre, il est évident que les hypothèses qui envisagent des pressions de sélection sur la réduction de la taille des femmes sont ici tout à fait raisonnables. On a vu dans les chapitres précédents de quel prix les femmes payent une réduction de la stature. Il faut rappeler ici les considérations de William Stini et de Reynaldo Martorell sur l’importance relative de la stature sur la capacité de travail, d’une part, et sur la « performance reproductive », d’autre part. La capacité de travail n’est pas autant affectée par une petite taille que ne l’est la capacité reproductive, selon Martorell. Les hommes peuvent souffrir une réduction de stature alors que les femmes le payent d’un prix beaucoup plus élevé en rapport à la reproduction. C’est aussi l’idée défendue par Stini :

  • 84 STINI W. A. 1975. « Adaptive strategies of human populations under nutritional stress », dans WATT (...)

Il a été mis en évidence dans plusieurs populations qu’une plus petite taille peut être combinée avec une efficacité fonctionnelle égale ou supérieure dans la réalisation d’un grand nombre de tâches. Il existe un réel avantage, de ce fait, dans les ajustements de développement qui produisent des hommes plus petits mais bien proportionnés et fonctionnellement non diminués. Le problème n’est pas aussi aisément résolu dans le cas des femmes84.

50Stini conclut que la capacité reproductive sera plus directement sujette à l’action de la sélection naturelle que la capacité de travail. Des hommes petits, dit Stini, accompliront les mêmes tâches à un moindre coût énergétique que des hommes plus grands, mais les femmes petites seront moins efficaces dans la reproduction. Quand la masse corporelle s’accroît, les coûts du travail augmentent, ce qui crée une demande calorique supplémentaire. Stini montre que, d’après les tables de normes nutritionnelles disponibles, un homme de 70 kg requiert environ 3 200 kcal par jour pour une activité dite normale ; un homme de 60 kg accomplit le même type d’activité pour un coût de 2 300 kcal. La différence entre ces deux besoins alimentaires journaliers, environ 900 kcal par homme, est à peu près un tiers des besoins énergétiques d’un homme de 60 kg. Stini fait remarquer que quatre hommes de 60 kg pourraient vivre sur la base de ressources de trois hommes de 70 kg. Là aussi, on en revient à un argument du type « effet sur la survie de la population », mais dans le sens inverse à l’argument proposé pour la population indienne. Il s’agit plutôt pour Stini de faire valoir l’argument suivant : si des hommes petits arrivent à accomplir des activités aussi bien que des hommes grands pour des besoins alimentaires moindres, cela veut dire que, en cas de limitations de ressources, les hommes, plutôt que les femmes, devraient être petits pour permettre aux femmes d’être grandes, car ils souffriraient moins de coûts de mortalité.

51Si les hommes ont néanmoins la priorité sur les femmes quant aux ressources, cela veut dire que des pressions de sélection dues à la limitation alimentaire vont s’exercer préférentiellement sur les femmes. La stature des femmes va enregistrer une réduction plus importante que celle des hommes.

Les effets de la privation nutritionnelle du point de vue des modèles de sélection

52La privation nutritionnelle, et surtout la privation des ressources possédant la valeur nutritive la plus élevée, est de loin plus critique pour les femmes que pour les hommes, dès l’instant où l’on prend en considération les enjeux énergétiques sur la procréation. Les femmes qui portent et allaitent des enfants sont confrontées à deux types de risques de mortalité. Le premier est, comme nous l’avons vu au chapitre précédent, le risque obstétrique ; plus le phénotype de la femme est de petite stature, plus les risques seront élevés de disproportion fœto-pelvienne. Le second risque est le risque d’épuisement de l’organisme par maternités répétées, souvent en lien avec la mortalité infantile. Si la restriction nutritionnelle était seulement saisonnière, il semblerait que les phénotypes maternels de plus haute stature résisteraient mieux, et seraient favorisés par rapport aux plus petits comme le montrent des études d’écologie animale ; en revanche, si les apports nutritionnels sont faibles, ces phénotypes de grandes statures (s’ils n’ont pas déjà succombé dans le milieu intra-utérin ou dans l’enfance) sont exposés à un risque important du fait de la compétition nutritionnelle qui surviendra entre ces femmes et le foetus ou l’enfant allaité. La privation nutritionnelle pour les femmes, alliée à la procréation, signifie qu’un grand nombre d’entre elles payeront cette privation du prix de leur vie :

  • 85 STINI William A. 1982. « Sexual dimorphism and nutrient reserves », dans HALL Roberta L. (ed.), Se (...)

Les conséquences d’un régime insuffisant en protéines seraient spécifiquement destructrices pour les femmes gestantes ou allaitantes. Si aux neuf mois de grossesse sont ajoutés les six à neuf mois d’allaitement, le résultat est une période de quinze à dix-huit mois de besoins accrus en protéines85.

53Les conséquences de l’alimentation sur les femmes se matérialisent en des jeux de sélection et de contre-sélection sur leur stature. Les coûts obstétriques sont payés par les plus petites femmes dont l’organisme serait plus « adapté » à de mauvaises conditions nutritionnelles. Les coûts nutritionnels sont payés par les femmes de grande taille qui auraient par leur stature la caractéristique adaptative nécessaire pour surmonter les problèmes obstétriques. La grande question qui se pose à ce stade est bien de savoir si on peut parler, comme Margaret Hamilton (voir chapitre 7), de sélections sur la stature liées à une « limitation des ressources » de type écologique dans l’espèce humaine. L’idée que les hommes doivent manger plus et mieux que les femmes, même si elle est aujourd’hui largement remise en cause par les sciences de la nutrition, est peut-être l’idée la plus répandue qui soit dans les sociétés humaines.

Notes

1 Voir pour cet emploi terminologique le chapitre 8, note 5.

2 MILTON Katharine. 1999. «A hypothesis to explain the role of meat-eating in human evolution», Evolutionary Anthropology, 8 : 11-21, p. 12.

3 MILTON K. 1986. «Features of digestive physiology in primates», News in Physiological Sciences, 1: 76-79 ; MILTON K. 1987. «Primate diets and gut morphology: implications for human evolution», dans HARRIS Marvin & ROSS Eric B. (eds), Food and Evolution. Towarda Theory of Human Food Habits. Philadelphia, Temple University Press: 93-116 ; MILTON K. & DEMMENT M. 1988. «Digestive and passage kinetics of chimpanzees fed high and low fiber diets and comparison with human data», Journal of Nutrition, 118 : 1-7.

4 MILTON 1999, art. cit., p. 13.

5 LEONARD William R. & ROBERTSON Marcia L. 1992. «Nutritional requirements and human evolution : a bioenergetic model», American Journal of Human Biology, 4: 179-195, p. 191.

6 STINI W. A. 1988. « Food, Seasonality, and human evolution », dans DE GARINE Igor & HARRISON G. A. (eds), Coping with Uncertainty in Food Supply. Oxford, Clarendon : 32-51, pp. 35-36.

7 MILTON 1999, art. cit., p. 18.

8 LEONARD & ROBERTSON 1992, art. cit.

9 MILTON Katharine. 2000. « Diet and primate evolution », dans GOODMAN Alan H., DUFOUR Dana L. & PELTO Gretel H. (eds), Nutritional Anthropology. Biocultural Perspectives on Food and Nutrition. Mountain View, CA, Mayfield Publishing Company : 46-54, p. 52.

10 FISH Jennifer L. & LOCKWOOD Charles A. 2003. «Dietary constraints on encephalization in primates», American Journal of Physical Anthropology, 120 : 171-181, p. 180.

11 STINI William A. 1985. « Growth rates and sexual dimorphism in evolutionary perspective », dans GILBERT Robert I. Jr & MIELKE James H. (eds), The Analysis of Prehistoric Diets. London, Academic Press : 191-226.

12 LEONARD & ROBERTSON 1992, art. cit., p. 179.

13 Ibid., p. 191.

14 GODFREY L. R., SAMONDS Κ. E., JUNGERS W. L., SUTHERLAND M. R. & IRWIN M. T. 2004. «Ontogenic correlates of diet in Malagasy Lemurs», American Journal of Physical Anthropology, 123 : 250-276, p. 267.

15 LEONARD William R. & ROBERTSON Marcia L. 1994. «Evolutionary perspectives on human nutrition : the influence of brain and body size on diet and metabolism», American Journal of Human Biology, 6 : 77-88, p. 85.

16 HILL Kim, KAPLAN Hillard, HAWKES Kristen & HURTADO Magdalena A. 1987. « Foraging decisions among Ache hunter-gatherers : new data and implications for optimal foraging models », Ethology and Sociobiology, 8 : 1-36, p. 13.

17 CARPENTER Kenneth J. 1994. Protein and Energy, a Study of Changing Ideas in Nutrition. Cambridge, Cambridge University Press.

18 CARPENTER Kenneth J. 2000. « Proteins », dans KIPLE Kenneth F. & ORNELAS Kriemhild Coneè (eds), The Cambridge World History of Food, volume 1. Cambridge, Cambridge University Press : 882-888, p. 883.

19 FAO/OMS/ONU. 1973. Besoins énergétiques et besoins en protéines, rapport d’un comité special mixte FAO/OMS d’experts, Rapport technique n° 522. Genève, OMS, p. 17-18.

20 Ibid., p. 9.

21 Ibid., p. 70.

22 FAO/WHO/ONU. 1985. Energy and Protein Requirements, Report of a joint FAO/WHO/UNO expert consultation, Technical Report Series n° 724. Geneva. Cité par PELLETT Peter L. 2000. « Energy and protein metabolism », dans KIPLE & ORNELAS, op. cit. : 888-913, p. 907.

23 CARPENTER 2000. « Proteins », dans KIPLE & ORNELAS, op. cit., p. 888.

24 FAO/OMS/ONU 1973, op. cit., p. 35.

25 Ibid, p. 37.

26 Ibid., p. 49.

27 BONJOUR J.-PH., AMMANN P., BOURRIN S., CHEVALLEY T. & RIZZOLI R. 2001. « Protein intake and bone health in women », dans Femmes & Nutrition. Actualités et implications pratiques, colloque européen sous le patronage du Secretariat d’État à la Santé, 26-27 octobre 2000. Paris, CERIN (Centre de recherche et d’information nutritionnelles) : 131-151.

28 LUND Charles C. & LEVENSON Stanley M. 1948. « Protein nutrition in surgical patients », dans SAHYUN Melville (ed.), Protein and Amino Acids in Nutrition. New York, Reinhold. Cité par RAPPAPORT Roy A. 2000 [1968, 1984]. Pigs for the Ancestors : Ritual in the Ecology of a New Guinea People. Prospects Heights, Illinois, Waveland Press [2e édition, édition originale : New Haven, Yale University Press], p. 85.

29 HERCBERG S. 2001. « Les Européennes : alimentation et état nutritionnel », dans Femmes & Nutrition, op. cit., p. 35.

30 Ibid., p. 36.

31 ADAIR Linda S. 1987. « Nutrition in the reproductive years », dans JOHNSTON Francis E. (ed.), Nutritional Anthropology. New York, Alan R. Liss : 119-154, p. 133.

32 SCRIMSHAW Nevin S. 2000. « Iron deficiency », dans GOODMAN, DUFOUR & PELTO, op. cit. : 252-258.

33 ADAIR 1987, dans JOHNSTON, op. cit., p. 133.

34 WEINBERG Eugene D. 1992. « Iron witholding in prevention of disease », dans STUARTMACADAM Patricia & KENT Susan (eds), Diet, Demography, and Disease. Changing Perspectives on Anemia. New York, Aldine de Gruyter, p. 132.

35 KATONA-APTE Judith. 1979. « The relevance of nourishment to the reproductive cycle of the female in India », dans STINI William A. (ed.), Physiological and Morphological Adaptation and Evolution. La Hague, Mouton : 363-368, p. 365.

36 JOHNSON Patricia Lyons. 1981. «When dying is better than living: female suicide among the Gainj of Papua New Guinea», Ethnology, XX (4): 325-334, p. 330.

37 DALTABUIT Magali. 1989. Mayan Women: Work, Nutrition, and Child Care. Ph. D. Thesis (director: R. Brooke THOMAS). Ann Arbor, MA (University Microfilms International, order number 8917341), p. 216.

38 MEEHAN Β. 1977. « Man does not live by calories alone : the role of shellfish in a coastal cuisine », dans ALLEN J., GOLSON J. & JONES R. (eds), Sunda and Sahul. Prehistoric Studies in Southeast Asia, Melanesia and Australia. London, Academic Press : 493-531. Cité par WHITE Neville. 1985. « Sex differences in Australian aboriginal subsistence : possible implications for the biology of hunters-gatherers », dans GHESQUIERE J., MARTIN R. D. & NEWCOMBE F. (eds), Human Sexual Dimorphism. London/Philadelphia, Taylor & Francis Ltd : 323-361, pp. 344-345.

39 FRISCH Rose E. 1978. « Population, food intake, and fertility », Science, 199 : 22-30 ; FRISCH Rose E. 1981. « Fatness and reproduction », Human Biology, 53 :479 ; FRISCH Rose E. 1988. « La maigreur, une cause de stérilité féminine », Pour la science, 127 : 22-30.

40 HUSS-ASHMORE Rebecca. 1980. «Fat and fertility : demographic implications of differential fat storage», Yearbook of Physical Anthropology, 23: 65-91 ; BONGAARTS John. 1980. «Does malnutrition affect fecundity? A summary of evidence», Science, 208: 564-569.

41 McFARLAND Robin. 1997. « Female primate : fat or fit ? », dans MORBECK Mary Ellen, GALLOWAY Alison & ZIHLMAN Adrienne L. (eds), The Evolving Female : a Life History Perspective. Princeton, Princeton University Press : 163-175.

42 CROOKS Deborah L. 1999. «Poverty and nutrition in Eastern Kentucky: the political economy of childhood growth», dans GOODMAN Alan H. & LEATHERMAN Thomas L. (eds), Building a New Biocultural Synthesis : Political-Economic Perspectives on Human Biology. Ann Arbor, University of Michigan Press: 339-355.

43 FISCHLER Claude. 1990. L’Homnivore. Le goût, la cuisine et le corps. Paris, Odile Jacob, pp. 252-253.

44 RASHID M. & ULIJASZEK Stanley J. 1999. «Daily energy expenditure across the course of lactation among urban Bangladeshi women», American Journal of Physical Anthropology, 110: 457-465.

45 HARRIS Marvin. 1986. Good to Eat. Riddles of Food and Culture. London, Allen & Unwin, p. 239.

46 TABET Paola. 1985. « Fertilité naturelle, reproduction forcée », dans MATHIEU Nicole-Claude (dir.), L’Arraisonnement des femmes. Essais en anthropologie des sexes. Paris, Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales : 61-146.

47 McGUIRE Judith S. & POPKIN Barry M. 1988. «The zero-sum game : a framework for examining women and nutrition», Food and Nutrition Bulletin, 10 (3): 27-32, p. 32.

48 PANTER-BRICK Catherine. 1997. «Women’s work and energetics : a case study from Nepal», dans MORBECK, GALLOWAY & ZIHLMAN, op. cit.: 233-241.

49 PANTER-BRICK Catherine. 1988. « Temps de travail et dépenses énergétiques : étude du travail de subsistance en montagne népalaise », Ecologie humaine, VI (1) : 9-29, p. 20.

50 Ibid., p. 22.

51 PANT Β. R. 2003. «Malnutritional problems in the Himalayan women», Man in India, 83 (1 & 2): 29-48, p. 34.

52 Ibid., p. 36.

53 DALTABUIT 1989, op. cit., p. 15.

54 HOWARD Mary & MILLARD Ann V. 1997. Hunger and Shame. Poverty and Child Malnutrition on Mount Kilimanjaro. New York/London, Routledge, p. 146.

55 ROSETTA Lyliane. 1986. «Sex differences in seasonal variations of the nutritional status of Serere adults in Senegal», Ecology of Food and Nutrition, 18: 231-244, p. 242.

56 JOHNSON 1981, art. cit., p. 330.

57 WHITE 1985, dans GHESQUIERE, MARTIN & NEWCOMBE, op. cit., p. 334.

58 LEE Richard B. 1979. The !Kung San : Men, Women, and Work in a Foraging Society. Cambridge, Cambridge University Press. Cité par ZIHLMAN Adrienne. 1997. « Women’s bodies, women’s lives : an evolutionary perspective », dans MORBECK, GALLOWAY & ZIHLMAN, op. cit. : 183-197, p. 193.

59 KRAMER Patricia Ann. 1998. «The costs of human locomotion: maternal investment in child transport», American Journal of Physical Anthropology, 107 (1): 71-85.

60 MATHIEU Nicole-Claude. 1985. « Quand céder n’est pas consentir. Des déterminants matériels et psychiques de la conscience dominée des femmes, et de quelques-unes de leurs interprétations en ethnologie », dans MATHIEU, op. cit. : 169-245, p. 188.

61 LIZOT Jacques. 1978. « Économie primitive et subsistance : essai sur le travail et l’alimentation chez les Yanomami », Libre, 4 : 69-113.

62 MATHIEU 1985, op. cit., p. 188.

63 Des indices pourtant évidents ponctuent la littérature, ne serait-ce que visuels, à travers les photographies prises par les ethnologues sur leurs terrains. Dans l’ouvrage de Maurice Godelier, par exemple, sur les Baruya de Nouvelle-Guinée, deux clichés donnent la mesure du phénomène. Sur le premier, dû à Pierre Lemonnier, on voit une « femme creusant le sol avec un bâton à fouir pour y planter des pousses de taro […] la femme porte son dernier-né dans un filet retenu sur la tête par un bandeau ». Sur le second cliché, dû à Jean-Pierre Lory, on y voit, entre autres, une femme « lourdement chargée dans le dos [et qui porte en même temps] son bébé dans un filet sur le ventre » (GODELIER Maurice. 1982. La Production des grands hommes. Pouvoir et domination masculine chez les Baruya de Nouvelle-Guinée. Paris, Fayard). Les femmes, sur ces clichés, non seulement portent leurs enfants mais travaillent tout en portant leurs enfants. Dans un ouvrage récent de David Buss, un cliché montre trois femmes san (de toute évidence même si l’origine de la photo, censée illustrer le travail des femmes dans les populations de chasseurs-cueilleurs, n’est pas précisée) accroupies dans leur travail de fouissage ; deux d’entres elles portent sur leur dos des enfants qui ne semblent d’ailleurs plus des nouveau-nés (BUSS David M. 2004 [1999]. Evolutionary Psychology. The New Science of Mind. Boston, Pearson (2e édition, p. 83).

64 TANAKA Jiro. 1980. The San Hunter-Gatherer of the Kalahari: a Study in Ecological Anthropology. Tokyo, University of Tokyo Press, p. 36.

65 Ibid., p. 37.

66 HILL Kim. 1983. Adult Male Subsistence Strategies Among Ache Hunters-Gatherers of Eastern Paraguay. Ph. D. Dissertation, University of Utah, pp. 97-98.

67 KAHN Miriam. 1986. Always Hungry, Never Greedy: Food and the Expression of Gender in a Melanesian Society. Cambridge, Cambridge University Press, p. 26.

68 LINDENBAUM Shirley. 1976. « A wife is the hand of a man », dans BROWN Paula & BUCHBINDER Georgela (ed.), Man and Woman in the New Guinea Highlands. Washington, A special publication of the American Anthropological Association, number 8 : 54-62, p. 59.

69 PRENTICE Andrew M. & WHITEHEAD Roger G. 1987. « The energetics of human reproduction », dans LOUDON A. S. I. & RACEY P. A. (eds), Reproductive Energetics in Mammals. Oxford, Oxford University Press : 275-304, p. 280.

70 FRISANCHO Roberto A. 1981. Human Adaptation. A Functional Interpretation. Ann Arbor, The University of Michigan Press, p. 186.

71 KATONA-APTE 1979, dans STINI, op. cit., p. 367.

72 HARRISON G. Ainsworth. 1985. «Biological anthropology and nutrition», Journal of Human Evolution, 14 :335-339.

73 GOPALAN C. & KAUR Suminder (eds). 1989. Women and Nutrition in India. New Delhi, Nutrition Foundation of India (special publication series 5).

74 CHATTERJEE Meera. 1989. « Socio-economic and socio-cultural influences on women’s nutritional status and roles », dans GOPALAN & KAUR, op. cit. : 296-323, p. 306.

75 Ibid.

76 RAMACHANDRAN Prema. 1989. « Nutrition in pregnancy », dans GOPALAN & KAUR, op. cit. : 153-193.

77 KATONA-APTE 1979, dans STINI, op. cit., p. 367.

78 DALTABUIT 1989, op. cit., p. 223.

79 WOOD James W. 1992. « Fertility and reproductive biology in Papua New Guinea », dans ATTENBOROUGH Robert D. & ALPERS Michael (eds), Human Biology in Papua New Guinea. The Small Cosmos. Oxford, Clarendon Press : 93-118, pp. 110-111.

80 MACLACHLAN Morgan D. 1983. Why They Did Not Starve : Biocultural Adaptation in a South Indian Village. Philadelphia, Institute for the Study of Human Issues (ISHI). Résumé par LEONARD William R. 1991 ; « Age and sex differences in the impact of seasonal energy stress among andean agriculturalist », Human Ecology, 19 (3) : 351-368, p. 364.

81 Communication personnelle avec Martine Gestin, ethnologue spécialiste des populations des monts Cardamome en Inde du Sud.

82 QURAISHY Zubbeeda Banu. 2001. « Gender politics in the socio-economic organization of contemporary foragers : a case study from India », dans KEEN Ian & YAMADA Takako (eds), Identity and Gender in Hunting and Gathering Societies. Senri Ethnological Studies, n° 56. Osaka, National Museum of Ethnology : 195-205, p. 201.

83 MENCHER Joan P. 1988. « Women’s work and poverty : women’s contribution to household maintenance in South India », dans DWYER Daisy & BRUCE Judith (eds), A Home Divided. Women and Income in the Third World. Stanford, CA, Stanford University Press : 99-119.

84 STINI W. A. 1975. « Adaptive strategies of human populations under nutritional stress », dans WATTS E. S., JOHNSTON F. E. & LASKER G. W. (eds), Biosocial Interrelations in Populational Adaptation. La Hague, Mouton : 19-41, p. 398.

85 STINI William A. 1982. « Sexual dimorphism and nutrient reserves », dans HALL Roberta L. (ed.), Sexual Dimorphism in Homo sapiens : a Question of Size. New York, Praeger : 391-419, p. 401.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540