Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Hommes grands, femmes petites : une évolution coûteuse

 | 
Priscille Touraille

Troisième partie - Femmes. Les coûts biologiques du genre : une idée taboue ?

Chapitre 8. Un bassin féminin « adapté » à la parturition ?

Texte intégral

Le fait qu’une opinion a été très largement admise ne prouve nullement qu’elle n’est pas complètement absurde.
Bertrand Russell

1Commençons par prendre dans ce chapitre un peu de hauteur – en l’occurrence, de profondeur temporelle. Comme nous l’avons déjà mentionné dans la première partie,

  • 1 PLAVCAN J. Michael. 2001. « Sexual dimorphism in primate evolution », Yearbook of Physical Anthrop (...)

il est intéressant de noter que, dans la lignée humaine, le dimorphisme a apparemment diminué dans le temps, alors que la taille du corps a augmenté1.

2Les interprétations avancées par les paléoanthropologues – qui travaillent sur les temps longs – permettent de mettre en perspective tous les modèles de l’anthropologie biologique que nous avons abordés dans le chapitre précédent, notamment ceux qui envisagent une réduction de la stature des femmes comme adaptation aux demandes énergétiques accrues des femmes en lien à la fonction reproductive. L’idée d’une corde raide, précédemment évoquée, prend une ampleur particulière, et particulièrement critique, au regard d’un autre facteur – que nous n’avons fait que mentionner dans le chapitre précédent : l’obstétrique.

Homo : augmentation de la stature en rapport avec des pressions obstétriques

3Les aspects du dimorphisme sexuel de stature dans l’espèce humaine sont présentés par certains auteurs comme un phénomène évolutif d’importance majeure :

  • 2 FRAYER David W. & WOLPOFF Milford H. S. 1985. « Sexual dimorphism », Annual Review of Anthropology (...)

Un grand nombre de chercheurs aujourd’hui pensent maintenant que la réduction de dimorphisme sexuel au cours de l’évolution humaine est au moins aussi spectaculaire et significative que l’augmentation de la taille du cerveau et la diminution de la dentition antérieure. Son explication doit donc être au moins aussi importante et son rôle dans le processus évolutif aussi crucial que celui de la taille des dents2.

  • 3 McHENRY Henry. 1996. « Sexual dimorphism in fossil hominids and its socioecological implications » (...)
  • 4 LEWIN Roger. 1991 [1989]. L’Évolution humaine. Paris, Éditions du Seuil, p. 238.

4Henry McHenry a proposé une signification adaptative du dimorphisme sur les temps longs qui a du mal a priori à s’accorder au modèle de réduction de la taille des femmes en rapport à des contraintes pesant sur la reproduction, tout comme à une réduction de la taille des hommes d’ailleurs3. En effet, McHenry avance que seule l’augmentation de la taille des femelles, envisagée comme tendance générale, peut expliquer les traits spécifiques du dimorphisme du genre Homo. Cette hypothèse est aujourd’hui présentée dans les manuels d’évolution humaine4.

Une augmentation de la taille des femelles Homo

  • 5 Le terme hominines (qui regroupe l’espèce Homo sapiens et un grand nombre d’espèces disparues part (...)
  • 6 Plusieurs genres fossiles ont été identifiés dans la famille des hominines : Australopithecus, le (...)
  • 7 KRANTZ Grover S. 1982. « The fossil record of sex », dans HALL Roberta L. (ed.), Sexual Dimorphism (...)
  • 8 Par exemple, ZIHLMAN Adrienne. 1985. « Australopithecus afarensis : two sexes or two species ? », (...)
  • 9 ZIHLMAN Adrienne. 1976. « Sexual dimorphism and its behavioral implications in early hominids », d (...)

5Les hominines5 fossiles qui représentent des radiations chronologiquement antérieures à celles du genre Homo6 sont supposés avoir eu un degré important de dimorphisme sexuel7. Etant donné le manque de données et l’incomplétude des restes osseux qui font de la diagnose de sexe un vrai jeu de devinette, les débats sur le degré de dimorphisme de ces fossiles restent parmi les plus byzantins de la paléoprimatologie, et aussi les plus virulents, la virulence semblant bien ici proportionnelle à la rareté des données sur lesquelles statuer8. Ces hominines fossiles sont supposés avoir évolué à partir d’ancêtres partagés avec les chimpanzés et les gorilles actuels. Étant donné que les chimpanzés ont à peu près le même taux de dimorphisme sexuel de taille corporelle que l’Homme, la question se pose légitimement de savoir si la lignée ancestrale était aussi dimorphe qu’on a bien voulu le dire. À l’origine, comme le fait remarquer Adrienne Zihlman, on peut, soit présumer un ancêtre commun très dimorphe – ce qui a été proposé à l’époque où les gorilles étaient censés être les primates les plus proches phylogénétiquement du genre Homo, dont auraient divergé, à ce moment-là, les Pan (chimpanzés) et les Homo selon des voies d’évolution distinctes –, soit présumer un ancêtre déjà peu dimorphe dont une lignée se serait poursuivie jusqu’aux chimpanzés actuels et aux humains actuels, tandis que les autres lignées d’hominines aujourd’hui éteintes auraient au contraire développé un dimorphisme sexuel du type de celui des gorilles9.

  • 10 BROWN P. H., HARRIS J., LEAKEY R. E. F. & WALKER A. 1985. « Early Homo erectus skeleton from West (...)

6Le genre Homo se caractérise par une augmentation importante de la taille corporelle10 et, soutient McHenry, par une réduction concomitante du dimorphisme sexuel dont le ratio serait à peu près le même d’Homo habilis à Homo sapiens. McHenry refuse notamment de classer les restes fossiles attribués à Homo habilis en une seule espèce très dimorphe et se range du côté de ceux qui séparent ces fossiles en deux espèces, Homo habilis, stricto sensu, et Homo rudolfensis :

  • 11 McHENRY 1996, dans STEELE & SHENNAN, op. cit., p. 97.

Utilisant la classification de Wood, McHenry estime que l’homme H. habilis, stricto sensu, pesait en moyenne 37 kg et la femme 31,5 kg, ce qui donne un rapport de 1,2 (similaire aux humains modernes). L’estimation pour l’homme H. rudolfensis est de 62,7 kg et de 52,3 kg pour la femme, ce qui donne un ratio de 1,211.

  • 12 Ibid., p. 98.

7Ces données peuvent paraître exagérées dans leur précision. McHenry se donne la peine de préciser qu’une large place est laissée à l’erreur, comme à chaque fois qu’il s’agit d’estimer le poids d’après des échantillons fossiles. Mais ce qui est sûr, dit-il, « c’est que le degré élevé de dimorphisme sexuel caractéristique des précédents Australopithecus a disparu12 ».

8Le phénomène se précise, commente Zihlman, avec Homo erectus :

  • 13 ZIHLMAN 1976, dans TOBIAS & COPPENS, op. cit., p. 101.

Bien qu’une incertitude taxonomique ne permette pas de donner une vision claire du dimorphisme chez Homo habilis, lato sensu, à partir de 1,7 million d’années, le degré de dimorphisme de taille corporelle chez Homo erectus est considérablement réduit par rapport à celui trouvé chez ses ancêtres. Les hominidés de petite taille n’apparaissent plus dans les données fossiles de l’Afrique de l’Est à partir de 1,7 million d’années et la taille du corps correspondant aux premiers H. erectus est similaire à celle constatée chez H. sapiens. Ce changement a été dû à une augmentation de la taille du corps à la fois chez la femelle et chez le mâle : 22 kg de plus que ce qui est estimé chez les Australopithecus. L’effet de cette égale augmentation chez les deux sexes résulte dans un ratio réduit13.

9Les estimations sont considérées comme étant plus sûres pour Homo erectus, dit McHenry :

  • 14 McHENRY 1996, dans STEELE & SHENNAN, op. cit., p. 97.

En admettant que les plus gros spécimens sont des hommes, un poids de 62,7 kg est approprié pour les premiers Homo erectus [aujourd’hui H. ergaster]. Les plus petits spécimens seraient autour de 52,3 kg et peut-être proches de la moyenne des femmes. Le ratio est de 1,214.

  • 15 ZIHLMAN 1976, dans TOBIAS & COPPENS, op. cit., p. 101.

10McHenry fait l’hypothèse que la diminution du dimorphisme sexuel constatée chez H. erectus est avant tout l’effet d’une augmentation de la stature des femmes : « L’homme H. erectus est environ 50 % plus grand que ses ancêtres australopithèques, mais la femme est plus que 70 % plus grande15. »

11Si l’on suit les explications de McHenry, ce seraient donc les pressions de sélection sur les femelles qui auraient « dragué » l’augmentation de la taille globale dans le genre Homo. Les phénomènes de taille corporelle possédant une importante corrélation génétique entre mâles et femelles, toute sélection sur les femelles fait automatiquement augmenter la taille des mâles. Avec l’hypothèse de McHenry, ce phénomène aurait dû malgré tout créer un dimorphisme sexuel positif pour les femelles, ce qui, étonnamment, n’est pas proposé comme la logique sélective attendue. Dans l’estimation du sexe des restes osseux classés dans le genre Homo, la classification par sexe est simple : les grands spécimens ont été classés comme mâles et les petits comme femelles (dans l’ordre du dimorphisme primate habituel). Mais, si l’hypothèse d’une sélection de grandes tailles dans le genre Homo par sélection sur la taille des femmes est retenue, il y a quand même lieu de se demander si le classement « habituel » des restes osseux ne pose pas problème, puisque, en théorie, une telle évolution devrait plutôt inciter à classer les gros spécimens comme femelles et les plus petits comme mâles. Cette question n’a pas, à ma connaissance, été posée. Ceci n’étant qu’une remarque en passant, venons-en au cœur de l’explication de McHenry.

12Quelle est la raison invoquée pour ces pressions de sélection sur la stature des femelles Homo ? McHenry explique l’augmentation de la taille des femelles par l’augmentation du volume du cerveau des nouveau-nés dans cette lignée. Sarah Hrdy, commentant l’hypothèse de McHenry, relie celle-ci au modèle de la « grande mère » proposé par Katherine Ralls :

  • 16 HRDY Sarah Blaffer. 1999. Mother Nature. A History of Mothers, Infants, and Natural Selection. New (...)

l’émergence, il y a 1,7 million d’années d’une espèce où les femelles auraient fait augmenter la taille corporelle de cette nouvelle lignée s’explique par le fait que « des grandes mères font de meilleures mères »16.

  • 17 KRANTZ 1982, dans HALL, op. cit., p. 103.

13Nous avons abordé la question de l’avantage physiologique (chapitre 5) que constituerait pour Rails un grand corps maternel. Cet avantage, avec le genre Homo, deviendrait encore plus appréciable du fait que la croissance du cerveau d’un petit Homo est « un fantastique consommateur d’énergie17 ». Mais la raison majeure qui apparaît dans l’hypothèse avancée est un avantage d’ordre obstétrique.

Des pressions de sélection en rapport à la bipédie

  • 18 ROSENBERG Karen & TREVATHAN Wenda. 1996. «Bipedalism and human birth: the obstetrical dilemma revi (...)
  • 19 BERGE Christine. 1993. L’Evolution de la hanche et du pelvis des hominidés : bipédie, parturition, (...)
  • 20 Ibid.

14Le bassin est la structure osseuse qui, chez les mammifères, conditionne le passage du fœtus. Chez les grands singes, le bassin est allongé, en extension (adaptation à la brachiation), et le passage du fœtus s’effectue sans problème mécanique majeur18. Un changement remarquable apparaît dans la famille des hominines : le comportement de bipédie. La locomotion bipède (permanente, et non occasionnelle comme pour d’autres primates) a pour conséquence une modification structurelle considérable de l’ensemble osseux constitué par le bassin. Avec la bipédie, le bassin est soumis à de fortes contraintes de compression, car il supporte alors le poids corporel. Ces contraintes de compression – qui s’exercent suivant un schéma de forces bien définies19 – ont pour effet une réduction de la structure osseuse ellemême. Chez Homo sapiens, comme l’énonce Christine Berge : « Les proportions du pelvis humain semblent être le résultat de l’adaptation aux contraintes de compression liées à la bipédie [et] toute la structure pelvienne humaine est renforcée pour supporter le poids corporel20. » Les pressions du poids corporel s’exerçant au niveau du sacrum et des articulations coxo-fémorales, les distances ont été réduites entre articulations sacro-iliaques et coxo-fémorales. Ce phénomène a engendré, par voie de conséquence, un rétrécissement drastique du canal osseux d’accouchement.

  • 21 BERGE Christine & PONGE J. F. 1983. « Les caractéristiques du bassin des Australopithèques (A. rob (...)
  • 22 BERGE Christine, ORBAN-SEGEBARTH Rosine & SCHMID Peter. 1984. « Obstetrical interpretation of the (...)
  • 23 BERGE Christine. 1991. « Interprétations fonctionnelles des dimensions de la cavité pelvienne de A (...)
  • 24 TREVATHAN Wenda R. 1987. Human Birth : an Evolutionary Perspective. New York, Aldine de Gruyter, p (...)

15Quand sont identifiés les premiers spécimens du genre Homo, la spécialisation à la bipédie est déjà bien discernable au niveau du bassin dans les populations plus anciennes d’hominines fossiles de petite taille21. D’importantes controverses existent en paléoanthropologie quant au mode de parturition des australopithèques22, mais un consensus semble cependant émerger autour de l’idée selon laquelle leur mode de parturition avait déjà affaire avec un bassin réduit par le comportement de bipédie. Berge, par exemple, a établi que les mécanismes obstétriques étaient sous contrainte importante de ce mode de locomotion23. Bien que la capacité crânienne des australopithèques soit bien inférieure à celle des Homo, la parturition est déjà, chez eux, jugée comme difficile24.

16L’augmentation du volume cérébral, ou encéphalisation, apparaît avec le genre Homo, en même temps, comme on l’a vu, qu’une augmentation de la taille corporelle. Étant donné les problèmes obstétriques déjà supposés chez les australopithèques en rapport à la compression du bassin, l’apparition d’un fœtus à grosse tête dans une espèce de la taille des australopithèques aurait rendu la parturition impossible. On imagine peut-être que des pressions de sélection pouvaient faire s’élargir le bassin pour permettre le passage de ce fœtus à grosse tête. Justement, c’est bien cette solution que les paléoanthropologues qui travaillent sur le sujet jugent impossible. Une fois l’espèce embarquée dans l’aventure de la bipédie, les contraintes mécaniques sur le bassin empêchaient simplement celui-ci de s’élargir. La locomotion bipède ayant déjà modifié la structure du bassin, une espèce chez laquelle apparaissait un fœtus doté d’un crâne volumineux ne pouvait pas modifier ces contraintes.

17La seule solution évolutive possible semble avoir été, si l’on suit les hypothèses existantes, d’augmenter la taille du corps de manière à augmenter proportionnellement les dimensions du bassin. Dans le modèle proposé par McHenry, ce sont les pressions de sélection en rapport avec l’obstétrique qui auraient fait augmenter la taille des premiers Homo. Et du fait que ces pressions de sélection s’exerçaient exclusivement sur les femmes, l’idée est donc que le changement évolutif s’est effectué par une sélection de la taille des femmes Homo.

18Ce modèle a été formulé pour la raison suivante : la locomotion bipède est aujourd’hui pensée par les paléoanthropologues comme antérieure à l’encéphalisation.

  • 25 ABITBOL Maurice M. 1987. «Obstetrics and posture in pelvic anatomy», Journal of Human Evolution, 1 (...)

Les remaniements obstétriques du bassin, si toutefois ils existent, ont commencé beaucoup plus tard quand l’encéphalisation était déjà bien avancée, c’est-à-dire avec Homo sapiens le plus archaïque, il y a 350 000 ans. La posture érigée, de ce fait, était le premier facteur à contraindre le bassin, parce qu’elle est apparue avant. Les besoins obstétriques par rapport aux bassins sont apparus après… peut-être trop tard pour influencer vraiment le bassin, déjà pratiquement entièrement formé pour la posture érigée25.

  • 26 McHENRY 1976, art. cit.
  • 27 Évelyne Peyre, communication personnelle.
  • 28 BERGE Christine. 2003. « L’évolution du bassin humain : approche fonctionnelle », dans SUSANNE C., (...)

19Non seulement la locomotion bipède est censée précéder le phénomène de l’encéphalisation26, mais une hypothèse majeure est même qu’elle est la condition de l’encéphalisation. La bipédie a produit une quadruple courbure du dos, dont la lordose cervicale qui a permis un « déverrouillage » du crâne, et donc la possibilité d’une augmentation de son volume27. De ce fait, le comportement de bipédie est censé avoir produit, d’un côté, une compression du bassin et, de l’autre, une augmentation du volume cérébral. Ces deux effets conjugués en ont eu un troisième, de nature obstétricale : l’augmentation de la taille corporelle pour rendre possible le passage de fœtus à gros cerveaux à travers un canal pelvien en compression. La locomotion bipède produit deux phénomènes qui, si on se place sur le plan de l’obstétrique, représentent des pressions de sélection antagonistes28. La dimension d’une structure se réduit tandis que l’autre augmente, et le problème est bien que la structure qui augmente doit passer par la structure qui s’est déjà réduite et non le contraire :

  • 29 TREVATHAN 1987, op. cit., pp. 21-22.

Malheureusement, ces deux caractéristiques sont en conflit l’une avec l’autre quand il s’agit de l’accouchement. L’encéphalisation requiert un canal d’accouchement élargi, alors qu’une locomotion bipède efficace requiert un bassin étroit. Le résultat de ces exigences conflictuelles est une espèce avec des problèmes obstétricaux et une mortalité périnatale qui est rare parmi les espèces animales non domestiquées29.

20Le résultat est que la structure réduite est en fait très peu adaptée à la fonction de parturition, rendant le processus extrêmement aléatoire et dramatique pour les Homo sapiens femelles, les diamètres céphaliques du fœtus à terme dépassant souvent les diamètres du canal d’accouchement. Ce phénomène est justement expliqué par le fait que la structure osseuse du bassin n’est pas le moins du monde sélectionnée en vue de la parturition, mais en vue de la bipédie :

  • 30 ABITBOL 1987, art. cit.

Il n’apparaît pas que la forme du bassin durant l’évolution de l’espèce ait été orientée à l’origine par rapport à une problématique obstétrique. La forme du pelvis durant l’évolution hominienne et plus spécifiquement durant l’évolution des hominidés était plus orientée vers l’adaptation à un usage progressif de la posture érigée, à la locomotion bipède, et au support des viscères, qu’au fait de résoudre des problèmes obstétriques30.

  • 31 SHORTER Edward. 1984 [1982], Le Corps des femmes. Paris, Éditions du Seuil, pp. 15-28.
  • 32 BANOTTI Elvira. 1971. La Sfida femminile. Maternità e aborto. Bari, De Donato.

21Seule l’augmentation de la taille du corps semble venir pallier le problème et rendre malgré tout l’accouchement possible. En théorie, les pressions de sélection pour une augmentation de la stature chez les femmes auraient dû, déjà, annuler tout dimorphisme, et en bonne logique créer un dimorphisme sexuel inversé chez Homo sapiens, puisque ce sont les femmes, et non les hommes, qui sont en permanence sous l’influence de ces pressions de sélection. La question ne se pose évidemment plus dans les pays où les femmes ont accès à la césarienne, technique révolutionnaire s’il en est. Mais, comme le rappelle Edward Shorter31, les femmes n’ont pas eu, dans les siècles passés, le choix de ne pas procréer, même dans les cas où elles ne possédaient pas la structure voulue de bassin, fait qui pourtant était loin d’être ignoré avant l’avènement de l’obstétrique moderne32. Et des millions de femmes dans le monde, encore aujourd’hui, n’ont ni le choix de ne pas procréer ni accès à cette technique médicale. Les conséquences des pressions de sélection obstétriques jouent encore à plein pour ces millions de femmes.

22Le dimorphisme sexuel de stature qui caractérise l’espèce humaine, même faible, ne cadre pas bien avec la tendance envisagée par le modèle paléoanthropologique des pressions obstétriques sur une grande taille s’exerçant sur les femmes. Cependant, si l’on reprend les hypothèses envisagées au chapitre précédent, il y aurait dans les populations humaines actuelles un phénomène de contre-sélection sur la taille des femmes créé par des contraintes alimentaires. Le manque de ressources nécessaires pour soutenir les forces sélectives sur un grand corps aurait donc exercé une force sélective opposée sur la taille des femmes.

23Quels sont les effets au niveau du bassin d’une réduction de la stature ? Le bassin se réduit également, mais avec une moins grande amplitude. Ce qui explique sans doute que, malgré des sélections agissant dans le sens d’une réduction de la taille, les femmes arrivent encore à mettre au monde des enfants. Le prix à payer est énorme et a pu être depuis des milliers d’années faramineux en termes de souffrances et de vies humaines, comme nous en prendrons la mesure dans le chapitre suivant. Sans compter que le manque de ressources alimentaires censé influencer la stature a également un impact sur l’ensemble osseux du bassin, qui, moins robuste, va alors être soumis à des pressions de compression aggravant le phénomène de réduction du canal d’accouchement.

24Une femme de petite taille a un bassin proportionnellement plus grand qu’une femme ou un homme de plus grande taille, disent la majorité des textes classiques d’anthropologie biologique. L’explication de ce phénomène porte le nom, dans la pensée savante, d’« adaptation du bassin féminin à la parturition », et renvoie dans la pensée ordinaire à l’idée que les femmes ont « les hanches plus larges ».

Femmes Homo sapiens modernes : des petits corps mais des grands bassins ?

25Si, comme on vient de le voir, le bassin humain n’est pas, pour les paléoanthropologues, « adapté » à la parturition, cela veut dire que sa structure ne s’est pas modifiée sous l’effet de pressions sélectives sur les femmes pour la parturition. Si le bassin humain n’est pas adapté à la parturition, comment le bassin des femmes peut-il être, lui, adapté à la parturition ? Cette dernière proposition est véritablement l’un des poncifs les plus tenaces de la pensée scientifique. Et il s’agit bien d’un poncif, car on l’entend énoncé partout comme s’il s’agissait d’un fait établi. Il suffit de se pencher sur la littérature pour vite s’apercevoir que la limpidité n’est pas au rendez-vous ; on a affaire, en fait, à une hypothèse qui est loin d’être la manifestation du principe du rasoir d’Occam auquel on est en droit de s’attendre. Deux conditions permettraient de soutenir une hypothèse adaptative. Une de l’ordre des effets : les femmes accoucheraient comme elles marchent, c’est-à-dire sans problème majeur, alors que les hommes, s’ils avaient la possibilité d’accoucher, ne le pourraient pas. L’autre est de l’ordre de la conséquence théorique : si le bassin humain n’est pas adapté à la parturition, le bassin des femmes n’est pas humain ! Cette proposition – qui a l’air frappée au coin du paradoxe, et il se peut que l’on ne sache pas si bien dire – fait entrevoir ce qui, depuis l’Ancien Testament jusqu’à l’anthropologie physique, constitue peut-être la plus vaste entreprise de justification « destinale » touchant l’un des phénomènes les plus meurtriers de l’histoire humaine récente (la question pour les temps préhistoriques reste ouverte).

26Pour que l’on puisse soutenir que le bassin des femmes est adapté à la parturition, il faudrait pouvoir dire que les différences enregistrées au niveau du bassin des femmes par rapport à celui des hommes sont vraiment pertinentes dans la parturition. Deux corps de savoirs s’affrontent à ce niveau : l’anthropologie biologique (la biométrie) et l’obstétrique. L’intérêt des obstétriciens est d’abord de comprendre et d’arriver à diagnostiquer les risques de dystocies osseuses, aussi appelées « disproportions fœto-pelviennes » ou « céphalo-pelviennes », qui signent l’inadaptation fonctionnelle entre cavité pelvienne et dimensions de la tête fœtale. L’intérêt de l’anthropologie biologique pour les mesures des bassins est ailleurs. Il est quasiment tout entier dans l’entreprise d’identification sexuelle des restes osseux, entreprise dont il faut reconnaître l’extrême utilité pour les conclusions à tirer entre variables biologiques et variables sociales, par exemple. Cependant, les anthropologues biologistes ne se sont pas contentés de construire des indices d’identification osseuse ; ce sont eux, aussi, qui ont interprété les variables osseuses sur les bassins féminins comme des adaptations à la parturition, mais sans qu’ils ne se soient particulièrement enquis, auprès des obstétriciens, des véritables effets de ces variations supposées avantageuses.

27Mettre en parallèle les données fournies sur les dimorphismes sexuels des crânes et des bassins par l’anthropologie physique peut aider à éclairer les enjeux du débat. De même que la craniométrie à permis d’établir des « types » de crâne au XIXe siècle, de même la pelvimétrie (mesures du bassin) a établi des « types » de bassin, dont il est d’ailleurs reconnu qu’ils sont parfaitement incapables de rendre compte de l’extrême variabilité de formes existantes, même si ces types sont par ailleurs reproduits dans tous les manuels – y compris d’obstétrique. Nous ne nous intéresserons pas ici à cette littérature sur les « types de bassin », considérée par une majorité de chercheurs comme dépassée.

  • 33 WHITE Tim D. (text by) & FOLKENS Pieter A. (illustrations by). 1991. Human Osteology. San Diego, C (...)
  • 34 Ibid., p. 323.
  • 35 Ibid.
  • 36 Ibid., pp. 326-327.

28La destinée scientifique du bassin et celle du crâne sont similaires quant aux raisons qui ont motivé leur analyse en rapport avec le sexe, sauf que le bassin, et non le crâne, a reçu et reçoit toujours dans certaines publications une interprétation « adaptative ». Ces deux structures osseuses ont en effet servi à la grande entreprise de diagnose du sexe dans l’étude des populations passées, c’est-à-dire à estimer le sexe d’un individu dont on ne disposait plus que du phénotype osseux. Le crâne et le bassin sont reconnus, jusqu’à aujourd’hui, comme les deux structures les plus sûres pour estimer le sexe d’un individu dans le cas où les caractéristiques osseuses de la population à laquelle il appartient ont été bien étudiées (avec une importante marge d’erreur). En ce qui concerne le crâne, il est dit que les crânes masculins sont d’une part globalement plus grands et plus robustes que ceux des femmes33. En ce qui concerne le bassin, il est également noté que le sacrum et les os coxaux (ou ailes iliaques) sont plus grands et plus robustes chez les hommes34. Viennent ensuite une série de microstructures osseuses, qui, aussi bien sur le crâne que sur le bassin, sont censées donner des indices autorisant une diagnose de sexe (quand elles sont mises en regard les unes par rapport aux autres). Sur le crâne, les torus sus-orbitaires et les mastoïdes sont déclarés être plus marqués chez les hommes ; chez les femmes, l’occipital est dit posséder une courbe plus continue et l’os frontal est censé être plus vertical, etc35. Sur le bassin, des indices permettraient de calculer un rapport relativement plus grand en faveur du détroit supérieur de la cavité pelvienne chez les femmes que chez les hommes (quelques millimètres), les segments de l’os coxal (branches supérieures du pubis) seraient plus longs relativement aux autres mensurations et, en conséquence, l’angle sous-pubien serait plus ouvert et le diamètre biacétabulaire (distance entre les deux articulations coxo-fémorales) plus grand relativement au diamètre des ailes iliaques chez les femmes que chez les hommes. Ceci sans compter une série d’autres indices qu’il serait fastidieux d’exposer ici36.

29Le problème qui nous intéresse à ce stade n’est évidemment pas de savoir si ces éléments autorisent ou non une diagnose de sexe correcte : notons simplement qu’une littérature considérable (et extrêmement contradictoire) existe sur le sujet. Les quelques éléments proposés ci-dessus font partie des caractéristiques admises le plus généralement.

  • 37 L’idée du bassin « plus large » des femmes est critiquée depuis longtemps : « la largeur du bassin (...)
  • 38 GOULD Stephen Jay. 1980. « Le cerveau des femmes », dans GOULD S. J. Le Pouce du panda. Les grande (...)

30Il est intéressant de noter, pour notre propos, que le crâne et le bassin sont l’un et l’autre regardés par la paléoanthropologie comme des structures globalement plus robustes et plus grandes chez les sujets masculins. L’idée commune, pour le bassin, est pourtant que celui-ci est « plus large » chez les femmes. Il s’agit de la version populaire de l’idée d’« adaptation du bassin à la parturition ». En effet, si les femmes ont le bassin plus large, comme aurait dit le loup au Petit Chaperon rouge, « c’est pour mieux pouvoir accoucher, mon enfant »37. Ce qu’il faut entendre, c’est que les femmes auraient en moyenne un bassin relativement plus large que les hommes, proportion qui saute aux yeux dans les cas d’écarts de stature. Mais, et c’est sur ce point que je souhaite ici faire porter l’attention, les femmes ont aussi, en moyenne, des crânes relativement plus volumineux que ceux des hommes en rapport à la taille. Mais nul n’entend dire jamais que les femmes ont un cerveau plus volumineux. À vrai dire, depuis le XIXe siècle, la tendance serait plutôt de dire que le cerveau des femmes est plus petit que celui des hommes (ce qui a pu d’ailleurs être à l’époque utilisé pour arguer de la moindre intelligence des femmes38). La paléoanthropologie est en accord avec la pensée commune quand elle propose des hypothèses adaptatives pour le bassin féminin. Le crâne, malgré des différences d’un ordre équivalent – croissance différentielle de certaines microstructures osseuses entre les hommes et les femmes et questions de proportion en rapport à la croissance longitudinale du corps –, ne reçoit aucune hypothèse adaptative. Est-ce pour la raison qu’on ne voit pas à quoi servirait aux femmes d’avoir un crâne « plus gros » que celui des hommes ? Il existerait donc, dans le cas du bassin, des justifications fonctionnelles, et aucune dans le cas du crâne, ce qui déjà permet de semer un certain doute sur la validité d’une hypothèse d’adaptation pour le bassin féminin.

Une alternative à l’hypothèse adaptative

Hypothèses d’hétérochronie

  • 39 SHEA Brian T. & GOMEZ Anne M. 1988. «Tooth scaling and evolutionary dwarfism: an investigation of (...)
  • 40 BERGE Christine. 1998. « Heterochronic processes in human evolution : an ontogenetic analysis of t (...)

31Une seule hypothèse adaptative a été formulée à ma connaissance sur le complexe crânien, et elle concerne la plus grande surface masticatoire des femelles par rapport aux mâles dans certaines espèces pour des raisons « de plus grands besoins nutritionnels » (voir chapitre 5). Cette hypothèse a été déboutée par Brian Shea et Anne Gomez39, qui ont montré qu’une hypothèse adaptative n’était pas justifiée dans ce cas. Un rapport de croissance différentielle, disent-ils, peut suffire à expliquer ces écarts. En supposant que se modifie la taille corporelle des femelles, les structures cranio-dentaires, pour peu qu’elles aient des rythmes de croissance relativement indépendants de la stature proprement dite, vont manifester des rythmes de croissance qui, eux, ne seront pas modifiés. Si les pressions de sélection s’exercent au niveau de la taille globale chez les femelles, tous les éléments osseux ne vont pas croître « proportionnellement » dès l’instant où un élément de croissance est sélectionné. Dans le cas des structures masticatrices plus importantes des femelles, il n’est pas dit qu’elles ne servent pas aux femelles à mastiquer de plus grandes quantités de nourriture. Il est simplement dit que ces structures n’ont pas été sélectionnées dans ce but ; elles sont une conséquence secondaire de forces sélectives qui, comme on l’a vu dans le chapitre 5, ont pu réduire la taille corporelle des femelles. On se souviendra que la maturation osseuse des structures crâniennes (et dentaires) chez les primates s’effectue avant le pic de croissance pubertaire, et donc possède un rythme de croissance indépendant de celui de la croissance staturale. Les humains modernes atteignent leur taille crânienne adulte vers l’âge de 12 ans, tandis qu’ils atteignent une stature définitive vers l’âge de 16 ans chez les femmes et de 18 ans chez les hommes en moyenne40. Ce phénomène dit d’« hétérochronie » est le phénomène majeur invoqué pour expliquer les proportions osseuses différentes entre mâles et femelles en rapport à la stature.

32Le bassin possède lui aussi un pattern d’hétérochronie, mais inverse dans le temps, et complexe du fait que les différentes parties osseuses qui le composent ne croissent pas toutes « dans le même sens », pour le dire vite, certaines croissant latéralement et d’autres longitudinalement. La croissance du bassin des adolescents mâles décélère en même temps que la croissance staturale. Chez les adolescentes, en revanche, la croissance décélère plus lentement que la stature :

  • 41 MOERMAN M. L. 1981. A Longitudinal Study of Growth in Relation to Body Size and Sexual Dimorphism (...)
  • 42 FULLER Kathleen. 1998. «Adult females and pubic bone growth», American Journal of Physical Anthrop (...)

Alors que 95 % de la stature adulte est atteinte au moment des règles, les données fournies par Moerman41 montrent que le bassin chez les filles était encore relativement étroit à ce point, 13 % de croissance lui restant encore à accomplir. […] Si les règles survenaient à 13 ans environ, la croissance de la cavité pelvienne transversale était quasiment complète à 18 ans42.

  • 43 HUMPHREY Louise T. 1998. «Growth patterns in the modern human skeleton», American Journal of Physi (...)
  • 44 PEYRE Evelyne & WIELS Joëlle. 1996. « De la “nature des femmes” et de son incompatibilité avec l’e (...)
  • 45 COLEMAN William H. 1969. «Sex differences in the growth of the human bony pelvis», American Journa (...)

33La formulation de Kathleen Fuller, selon laquelle la cavité pelvienne « croît », recèle une certaine ambiguïté puisque ce sont les os autour de la cavité qui croissent et non la cavité elle-même. Berge explique bien, par exemple, que la croissance longitudinale des os coxaux est similaire à celle des os longs ; elle cesse donc au même moment que la croissance staturale : comme les femmes arrêtent leur croissance plus tôt que les hommes, leurs bassins sont du coup moins « hauts » quand on envisage le rapport de croissance longitudinale. La croissance des os longs cesse avec la fusion des épiphyses, qui en moyenne survient plus tôt chez les femmes que chez les hommes43. En revanche, la croissance des os en largeur (on a un autre exemple avec les diamètres des os longs, ou encore la clavicule) n’est pas soumise au rythme de la croissance longitudinale : elle se poursuit plus longtemps. Ainsi, des parties osseuses du bassin telles que les branches ischio-pubiennes poursuivent leur croissance en largeur jusqu’à l’âge de 18 ans, et l’effet en est un très léger agrandissement latéral de la cavité pelvienne (plus exact que la formulation « croissance de la cavité pelvienne »). Les hommes et les femmes arrêtent bien leur croissance pelvienne en largeur au même âge, soit vers 18 ans, mais les femmes, et non les hommes, ont cessé leur croissance staturale (longitudinale) plus tôt. Le phénomène de proportions pelviennes différentes entre hommes et femmes se créerait donc tout simplement par ce décalage des rythmes de croissance longitudinale et latérale. Ce phénomène expliquerait une absence de dimorphisme de la largeur du bassin au niveau des articulations coxo-fémorales invoquée par certains auteurs, qui est tout à fait autre chose que de dire que les femmes ont « les hanches plus larges ». Une illusion d’optique exploitée dans les illustrations des XVIIIe et XIXe siècles est celle qui utilisait des squelettes féminins dont le thorax avait été atrophié par le port du corset, ce qui donnait l’impression d’un bassin plus large comparé aux squelettes masculins44. Non seulement les femmes n’ont pas des bassins « plus larges » en valeur absolue que ceux des hommes, mais, comme le précise William Coleman, « l’ampleur de la cavité pelvienne des femmes n’est pas plus large [non plus] que celle des hommes ; en fait, comme la plupart des mesures externes, elle est en général moindre45 ».

  • 46 ROSENBERG Karen & TREVATHAN Wenda. 1996. «Bipedalism and human birth: the obstetrical dilemma revi (...)

34Un autre argument en défaveur de l’hypothèse adaptative et en faveur de l’hypothèse d’hétérochronie est le fait que les dimensions du bassin varient entre mâles et femelles dans d’autres espèces de primates. Par exemple, le bassin des femelles gorilles est aussi proportionnellement plus large que le bassin des mâles malgré le fait que la tête d’un fœtus de gorille a très largement l’espace pour passer à travers le canal pelvien dans cette espèce46.

35L’hypothèse en termes d’hétérochronie n’est qu’une des hypothèses possibles pour les prétendus dimorphismes de conformation du bassin humain. Il en existe une autre, qui, tout en ne contredisant pas l’hypothèse d’hétérochronie, porte sur des contraintes proprement biomécaniques. Il s’agit aussi d’une hypothèse plus parcimonieuse.

Contraintes biomécaniques

  • 47 Christine Berge, communication personnelle.
  • 48 GOULD Stephen Jay & VRBA Elisabeth. 1982. «Exaptation - a missing term in the science of form», Pa (...)
  • 49 Voir aussi RIDLEY Marc. 1997. Évolution biologique. Paris/Bruxelles, De Boeck Université, p. 348.

36Comme on l’a vu plus haut, l’idée défendue actuellement est que le bassin d’un individu bipède est contraint dans sa croissance par le phénomène même de la station érigée à être le plus étroit possible ; et ce bassin se réduit proportionnellement aux forces de compression que le poids du corps exerce sur lui. Plus la stature d’un individu est importante, plus le poids qui va s’exercer sur son bassin est important, et plus celui-ci va se réduire. Dans le cas d’un individu de plus petite taille, les forces de compression dues au poids seront moindres et le bassin sera en conséquence moins rétréci47. Proportionnellement donc, les individus plus petits ont des bassins moins rétrécis que les individus plus grands, ce qui explique cette tendance des femmes de petite taille ou de taille moyenne à avoir des bassins que l’on perçoit du coup « plus larges » que ceux les hommes. (Ils restent cependant, en valeur absolue, plus petits et moins robustes.) Ce jeu des forces mécaniques sur la structure osseuse permet donc de rendre compte, déjà en grande partie, de l’absence d’un « dimorphisme sexuel » du bassin. Il n’y a rien dans cette explication qui laisse la place à une hypothèse de type adaptatif, c’est-à-dire par sélection d’un certain type de bassin chez les femmes, qui autoriserait à soutenir que le bassin féminin est « adapté à la parturition ». Il est probable que ce phénomène de compression relative est celui qui rend possible le processus de parturition – il est abusif de dire « qui favorise » dans ce cas : cela n’en fait pas pour autant une « adaptation », de même que dans le cas de la denture vu plus haut, il est possible qu’une plus grande surface de mastication chez les femelles soit favorable à leurs besoins métaboliques élevés sans être pour autant des adaptations à ces besoins. Ces caractères pourraient, dans cet ordre d’idée, constituer des « exaptations » au sens de Stephen Jay Gould et Elisabeth Vrba48 : caractères ayant actuellement une signification fonctionnelle, mais n’ayant pas été sélectionnés dans ce but49.

37Si l’on reprend l’hypothèse d’augmentation de la stature envisagée au début de ce chapitre, il peut apparaître une forme de contradiction entre les théories. Le fait que les individus les plus grands ont le bassin plus réduit sous le poids du corps fait poser la question de la nécessité pour l’espèce humaine d’augmenter sa taille corporelle en raison de contraintes obstétriques. C’est ici qu’il faut prendre l’hypothèse des contraintes mécaniques avec une certaine précaution méthodologique. On peut avoir l’impression que seul le bassin des femmes – moins réduit parce que moins compressé – permettrait l’accouchement tandis que le bassin des hommes et des femmes grandes – plus réduit – les rendrait impropres à la parturition. En fait, ce qu’il faut considérer, c’est que le bassin croît bien avec la stature, et que, dans de bonnes conditions de nutrition infantile et adolescente, sa robustesse augmente avec la stature et augmente, par là même, sa résistance aux forces de compression pondérales. Le bassin des grands individus sera plus réduit que celui des petits, mais du fait qu’il est aussi plus grand et robuste, il compense dans une certaine mesure les forces de compression exercées sur lui. L’idée à retenir, dans l’hypothèse des pressions mécaniques, c’est qu’une petite stature crée un bassin moins réduit, mais dans une proportion bien moins importante qu’une grande taille ne réduit un bassin. Dans ce sens, l’avantage d’un bassin moins réduit par la taille corporelle n’est pas ce qui permet une parturition non problématique ; elle est ce qui empêche, éventuellement, l’impossibilité pure et simple de l’accouchement. L’agrandissement – même infime – de la cavité pelvienne résultant d’une pression un peu moins forte du poids du corps peut être crucial, puisque, comme le montrent les obstétriciens, la progression de la tête du fœtus dans la cavité pelvienne (progression qui est extrêmement complexe) se joue dans la plupart des cas à quelques millimètres près. Si l’on peut dire que des contraintes de compression moins fortes peuvent avoir une signification obstétrique, cela est hors du champ d’une hypothèse adaptative.

Contraintes de développement

38Les contraintes épigénétiques sur l’os, c’est-à-dire les contraintes issues des habitudes de vie, ou les contraintes liées à un développement de certaines parties organiques (parties dites « molles »), sont souvent citées à titre spéculatif dans la littérature (il ne s’agit pas toujours d’hypothèses véritablement testées). Cependant, elles donnent des pistes intéressantes qui font, elles aussi, reculer l’hypothèse adaptative.

  • 50 SHARMA Krishan. 2002. «Genetic basis of human female pelvic morphology: a twin study », American J (...)

39Par exemple, une étude menée sur des couples de jumelles monozygotes a montré que, parmi tous les facteurs envisagés, la largeur biacétabulaire (entre les deux articulations coxo-fémorales), la largeur des hanches donc, est la valeur qui possède la plus grande « héritabilité culturelle », indiquant que les facteurs culturels (non identifiés dans l’étude cependant) jouent un rôle important dans la détermination de la largeur des hanches50.

40Coleman propose un autre type de contraintes à partir des considérations suivantes :

  • 51 COLEMAN 1969, art. cit. p. 143.

Un os ou un complexe osseux comme celui du bassin doit être considéré relativement à la croissance de la zone étudiée, parce qu’il doit, durant sa croissance, être remodelé et reformé pour maintenir sa relation aux tissus mous qui l’entourent et qui changent d’une façon dynamique51.

41En rapport à cette vision des choses, Coleman avance l’hypothèse selon laquelle la musculature très étendue du pénis, qui a ses attaches le long de la marge des branches ischio-pubiennes, pourrait avoir un effet sur la croissance différentielle de l’os répertoriée à ce niveau entre hommes et femmes.

42Les types de mouvements pratiqués par les individus pourraient, dit un texte destiné aux étudiants en médecine, avoir une influence sur un des caractères du bassin censé être différencié entre hommes et femmes : l’angle sous-pubien.

  • 52 http://www.uvp5.univ-paris5.fr/CAMPUS%2DGYNECO%2DOBST/cycle3/default.asp?frame= MTΟ/sommaire

En effet l’hyperextension ou au contraire l’hyperflexion des cuisses sont capables soit dans le premier cas d’augmenter la lordose lombaire, soit dans le deuxième cas de la diminuer, donc d’ouvrir ou de fermer l’angle promonto-sus-pubien52.

43Ce texte ne fait aucune référence explicite à l’« hexis corporelle » – pour reprendre l’expression de Pierre Bourdieu – des femmes et des hommes dans les sociétés européennes actuelles, mais il est sous-entendu dans cette proposition qu’une certaine façon de marcher, et surtout les façons de marcher soit avec des chaussures stables qui induisent l’« hyperflexion », soit avec des chaussures où seule la pointe du pied est en contact avec le sol et donc qui contraignent les jambes à l’« hyperextension », ont une action différentielle sur le positionnement de la colonne vertébrale, et partant de l’angle du bassin mentionné.

  • 53 TAGUE Robert G. 1989. «Variation in pelvic size between males and females», American Journal of Ph (...)
  • 54 GEBBIE Donald A. M. 1981. Reproductive Anthropology : Descent Through Woman. Chichester, Wiley.

44L’alimentation au cours de la croissance est une autre de ces contraintes importantes : « La qualité de l’alimentation durant la croissance et le développement d’un individu affecte la forme du canal pelvien53. » Les études sont unanimes pour dire qu’en cas de carences le bassin a tendance alors à « s’étaler » en largeur54. Les os du bassin qui ne se calcifient pas correctement dans l’enfance sont moins robustes pour résister aux forces de compression, et l’anneau osseux se réduit alors en s’élargissant latéralement. Le poids corporel s’exerçant principalement sur le sacrum et les articulations coxo-fémorales, l’effet en est la réduction du diamètre antéro-postérieur de la cavité (en clair, le sacrum s’affaisse vers l’avant et se trouve ainsi rapproché du pubis). Or,

  • 55 ANGEL J. L. 1978. «Pelvic inlet form : a neglected index of nutritional status», American Journal (...)

l’indice du détroit pelvien supérieur est le meilleur indicateur [de difficultés obstétriques] dans la mesure où compresser un anneau verticalement l’élargit transversalement.
Le rachitisme entraîne un étalement drastique du détroit supérieur dû à l’os trop faible pour résister au poids du corps55.

  • 56 Par exemple, GEBBIE 1981, op. cit.
  • 57 FERNANDEZ H., COSSON M. & PAPIERNIK É. 1996. « Accouchement dystocique », dans FERNANDEZ Hervé, CO (...)

45Nombre d’auteurs ont depuis longtemps indiqué qu’un aplatissement du canal pelvien est associé à une nutrition pauvre et à une faible croissance de tous les os, notamment dans les phénomènes dits de « rachitisme »56. Cet aplatissement n’arrange pas le pronostic de l’accouchement, c’est le moins que l’on puisse dire. C’est un classique des manuels d’obstétrique : « les femmes africaines présentent généralement [comme conséquence de la malnutrition] un petit bassin avec une diminution du diamètre antéro-postérieur et un sacrum plat »57.

Considérations de mécanique obstétrique

46La filière pelvienne d’accouchement chez les humains est une filière de contraintes osseuses contradictoires qui oblige le fœtus à une série de rotations sans lesquelles il ne pourrait pas être expulsé. La science obstétrique considère trois « plans » d’importance dans cette filière pelvienne, qui correspondent chacun à des contraintes précises. Le premier plan, dit « détroit supérieur », est celui de l’engagement de la tête fœtale. Le diamètre sagittal, ou antéro-postérieur (c’est-à-dire celui qui va de l’os pubien au sacrum), du détroit supérieur n’est en général pas suffisant pour que le fœtus engage sa tête dans l’alignement exact de ses propres proportions sagittales. La contrainte majeure est le promontoire sacré constitué par la colonne vertébrale qui forme un avancement dans l’anneau pelvien et réduit donc ses dimensions. La tête du fœtus se place donc en oblique – le meilleur pronostic – avant de rétablir progressivement une position sagittale car, une fois le promontoire passé (le sacrum prenant alors une forme incurvée jusqu’au coccyx), les protubérances latérales des épines sciatiques le forcent à offrir son plus petit diamètre crânien (diamètre bitemporal). Les contraintes formées par les épines sciatiques définissent le « détroit moyen ». Le fœtus continue dans cette même position jusqu’au dégagement de la tête au « détroit inférieur » constitué pas les limites du coccyx et de l’os pubien avant d’entamer une déflexion qui orientera les épaules latéralement pour leur permettre de franchir à leur tour le détroit moyen en dimension sagittale. Selon Maurice Abitbol,

  • 58 ABITBOL Maurice. 1996. Birth and Human Evolution : Anatomical and Obstetrical Mechanics in Primate (...)

les mesures qui importent le plus d’un point de vue obstétrique sont le diamètre antéro-postérieur [sacrum-pubis] du détroit supérieur, le diamètre bispinal [épines sciatiques] et l’angle sous-pubien. Chacune de ces trois mesures détermine une dystocie au détroit supérieur, au détroit moyen et au détroit inférieur, respectivement58.

  • 59 WASHBURN S. L. 1948. «Sex differences in the pubic bone», American Journal of Physical Anthropolog (...)

47La relative ouverture de l’angle sous-pubien serait, comme disait déjà Sherwood Washburn en 194859, une conséquence chez les femmes de la croissance latérale plus longue des branches ischio-pubiennes par rapport à la croissance longitudinale, plus limitée dans le temps, de ce même os coxal. Les dystocies au détroit inférieur étant très peu mentionnées dans la littérature, le phénomène d’ouverture de l’angle sous-pubien n’a donc pas de grande pertinence fonctionnelle.

48Un diamètre transversal très légèrement plus important du détroit pelvien supérieur est considéré comme un des critères classiques de différenciation des bassins féminins par rapport aux bassins masculins. On vient de voir d’ailleurs que ce caractère peut s’accentuer encore si des restrictions nutritionnelles empêchent une constitution correcte de l’os et le fragilisent, ce qui fait que le poids corporel compresse plus qu’il n’aurait dû la structure et, en fait, réduit d’autant le diamètre antéro-postérieur. Abitbol fait remarquer que le phénomène de réduction du diamètre antéro-postérieur est envisagé depuis longtemps en obstétrique comme le plus défavorable au passage du fœtus, alors que le diamètre transverse est beaucoup moins pertinent :

  • 60 ABITBOL Maurice M. 1987. «Evolution of the sacrum in Hominoids», American Journal of Physical Anth (...)

Le diamètre transverse du détroit supérieur est en moyenne chez les femmes de 13,5 cm, et cela est beaucoup plus que ce qui est requis pour la tête fœtale moyenne, dont le diamètre fait moins de 10 cm. Quand les femmes ont des difficultés obstétriques, la plupart du temps ce n’est pas à cause d’un diamètre transverse du détroit supérieur, mais à cause d’un diamètre antéro-postérieur réduit du détroit supérieur et/ou un diamètre bispinal réduit au détroit moyen60.

49On le voit, la caractéristique du bassin que l’anthropologie biologique considère comme « féminine » – un canal pelvien plus large que profond – n’est pas pertinente pour l’obstétrique.

  • 61 ABITBOL Maurice M. 1988. « Evolution of the ischial spine and of the pelvic floor in the Hominoide (...)

50Si l’on suit Abitbol, « aujourd’hui, un diamètre bisciatique réduit au détroit moyen est reconnu comme le facteur le plus important d’un travail douloureux, prolongé et difficile et souvent d’une délivrance impossible par voie vaginale61 ». Les épines sciatiques sont les points d’insertion d’un nombre important de structures musculaires et de ligaments qui forment le « plancher pelvien ». Chez les primates non bipèdes, ces épines sont très peu prononcées. Chez Homo sapiens, ces structures sont extrêmement proéminentes et constituent les points d’attache d’une série de muscles dont la fonction principale est de retenir les viscères contenus dans la cavité pelvienne, phénomène en lien direct avec les pressions de la station érigée :

  • 62 Ibid., p. 66.

En se déplaçant antérieurement et en saillant dans la partie médiane [détroit moyen], les épines sciatiques sont maintenant [chez Homo sapiens] situées au centre, de chaque côté du diaphragme pelvien et, dans cette nouvelle situation, permettent de mieux remplir cette fonction d’apporter un support aux muscles et ligaments du plancher pelvien. Le prix de ces épines sciatiques proéminentes est un travail et une délivrance obstétricale difficile62.

  • 63 OULD JDOUD C., ZENNOUN M., RHRAB B., CHAHTANE A. CHAOUI A. 2001. « La dystocie du détroit moyen : (...)

51Ce phénomène est confirmé par la littérature obstétrique hospitalière ; par exemple, dans une étude menée à la maternité Souissi, à Rabat au Maroc, sur six ans, l’extraction par césarienne est motivée, dans 32,45 % des cas, par la dystocie du détroit moyen63.

  • 64 WALRATH Dana E. & GLANTZ Michelle M. 1996. «Sexual dimorphism in the pelvic midplane and its relat (...)
  • 65 TAGUE Robert G. 2000. «Do big females have big pelves? » The American Journal of Physical Anthropo (...)
  • 66 LAVELLE Marquisa. 1995. «Natural selection and developmental sexual variation in the human pelvis» (...)

52Les épines sciatiques ne sont pas moins proéminentes chez les femmes que chez les hommes ; elles auraient même tendance à l’être plus, dit Abitbol. Pour ce caractère réputé de première importance, la sélection naturelle n’a pas « arrangé » le bassin des femmes de manière à réduire la saillie des épines sciatiques. Un seul phénomène semble l’« arranger » de manière significative : la stature elle-même. En effet, Dana Walrath et Michelle Glantz montrent que la distance entre les épines sciatiques, considérée comme si pertinente dans le passage du fœtus au détroit moyen, est grandement corrélée à la stature des individus64. Plus les femmes sont grandes, plus importantes sont leurs chances d’échapper à des disproportions fœto-pelviennes. Le phénomène est confirmé par Robert Tague qui conclut que si la cavité pelvienne des femmes de petite taille n’est pas moins importante que celle d’un homme de la même taille, la cavité pelvienne des femmes de grande taille (comme celle des hommes de grande taille) est, elle aussi, plus grande65. Le phénomène reçoit d’ailleurs depuis longtemps une confirmation dans la littérature obstétrique qui décrit les bassins des femmes de grande taille comme plus proches des bassins masculins et d’un diamètre antéro-postérieur plus important que chez les femmes plus petites. Ce diamètre antéro-postérieur est celui qui est, rappelons-le, le moins défavorable à la parturition (pour ne pas dire le plus favorable, ce qui serait retomber dans une vision adaptationniste). Pour répondre à la question posée en début de section sur la capacité théorique des hommes à accoucher – proposition qui est une des plus redoutables pour l’hypothèse de l’adaptation du bassin féminin à la parturition –, Marquisa Lavelle répond : « la taille moyenne du détroit supérieur masculin, par exemple, ne serait pas considérée comme particulièrement à risque pour la parturition66 ». On rejoint, avec les observations de la médecine, l’hypothèse envisagée au début du chapitre sur la nécessité d’augmentation de stature de la lignée Homo par contraintes obstétriques sur les femmes.

Réduction de la stature ? Une explication aux variations du bassin ?

53Aucune preuve n’a jamais été apportée d’une adaptation du bassin féminin à la parturition ; les données disponibles montrent plutôt que le bassin ne peut pas être « sélectionné », ni dans le sens d’un élargissement, ni dans le sens d’une réduction de structures problématiques pour le passage de la tête fœtale. Nous en revenons donc à l’hypothèse de départ proposée par McHenry pour l’évolution humaine : la seule manière que les femmes ont d’avoir un bassin fonctionnel pour la reproduction est d’être sélectionnées pour une grande stature.

54Dans l’hypothèse de McHenry, les humains femelles auraient dû avoir des grands corps pour avoir de grands bassins. Or, si celles-ci ont, malgré tout, des statures inférieures à celles des hommes dans toutes les populations considérées, il faudrait se demander si des phases de réduction de la stature n’ont pas pu intervenir après la phase générale d’augmentation. Il est en effet raisonnable, dans la perspective des temps longs, de se demander pourquoi les femmes n’ont pas poursuivi l’augmentation de leur taille jusqu’à produire un dimorphisme, comme il est dit dans la littérature, « inversé » ?

  • 67 RUFF Christopher B., TRINKAUS Eric, HOLLIDAY Trenton W. 1997. «Body mass and encephalization in Pl (...)
  • 68 SHEA Brian T. & BAILEY Robert C. 1996. «Allometry and adaptation of body proportions and stature i (...)

55Les données proposées par d’autres paléoanthropologues apportent une autre pièce à ce puzzle interprétatif. La dernière augmentation majeure du volume du cerveau a eu lieu, selon les paléoanthropologues, entre 600 000 et 150 000 ans Β. P. (before present). Par la suite, une tendance inverse s’est manifestée. Une réduction de la taille absolue du cerveau après 35 000 ans a été observée chez Homo sapiens, parallèlement à une réduction de la taille moyenne. Cette réduction est dite avoir continué tout au long du Néolithique, du moins en Europe67. Comme le disent Brian Shea & Robert Bailey : « On peut maintenant être assuré que la réduction de la taille corporelle et ses conséquences allométriques sont un complexe dérivé qui a évolué de nombreuses fois en parallèle parmi les différentes populations humaines68. »

56Le cas envisagé au chapitre 5 peut servir de guide pour cette hypothèse. Nous avions vu que dans les cas de surmensuration de structures comme celle du crâne chez les femelles dotées d’une plus petite taille corporelle que les mâles, l’hypothèse proposée était que les femelles avaient été sélectionnées dans le sens d’une réduction de leur taille corporelle (pressions de sélection qui n’affectaient pas autant les mâles). Les structures qui, comme le crâne ou le bassin, ont des rythmes de croissance indépendants de la croissance longitudinale ont pu conserver un pattern ancestral.

  • 69 MARTIN Robert D., WILLNER Lesley A. & DETTLING Andrea. 1994. « The evolution of sexual size dimorp (...)
  • 70 HAMILTON Margaret Ε. 1975. Variation among Five Groups of Amerindians in the Magnitude of Sexual D (...)
  • 71 SHEA & BAILEY 1996, art. cit.

57Les conséquences d’une telle réduction de taille, si cette réduction a lieu chez les femelles, comme nous l’avons vu au chapitre 5, peut avoir comme effet de relatives surmensurations de structures qui ne possèdent pas le même timing de croissance que celui des os longs : entre autres, le crâne, la denture et le bassin. L’argument défendu par certains auteurs était que si ces structures sont proportionnellement plus grandes chez les femelles qu’elles ne le sont chez les mâles relativement à la taille du corps, c’est que les sélections se sont exercées dans le sens d’une réduction de la taille corporelle des femelles69. Cette idée va aussi dans le sens de l’hypothèse avancée par Margaret Hamilton (envisagée au chapitre précédent) : celle d’un lien entre limitations nutritionnelles d’un côté et, de l’autre, contraintes sur la parturition spécifiques dans l’espèce humaine70. Elle rejoindrait d’ailleurs également l’hypothèse proposée par Shea et Bailey pour expliquer à la fois la petite taille et la surmensuration de structures comme le crâne dans les populations pygmées71. Cette hypothèse avance l’existence de pressions sélectives pour une réduction de la taille des populations pygmées dues à des limitations nutritionnelles auxquelles ces populations auraient été confrontées dans leur environnement écologique et historique.

  • 72 SHEA & GOMEZ 1988, art. cit.

58Comme pour la question de proportions crâniennes des Pygmées en rapport à la stature envisagée dans la perspective de Shea et Bailey et de Shea et Gomez72, le phénomène des proportions du bassin plaide moins pour une adaptation des femmes à la parturition que pour une hypothèse de sélection dans le sens d’une diminution de la taille des femmes. Que ce phénomène soit fonctionnel pour la parturition est une chose ; cela ne veut pas dire qu’il soit adaptatif dans le sens où ces caractéristiques auraient été sélectionnées dans ce but. La proposition faite par Shea et Bailey pour le crâne me semble être aussi pertinente pour le bassin, si l’on examine les hypothèses existantes en obstétrique. Comme le disent Shea et Bailey des phénomènes allométriques :

  • 73 SHEA & BAILEY 1996, art. cit., p. 330.

Le fait d’établir que les transformations d’échelles ontogénétiques sont des corrélations non adaptatives ne nécessite pas que de tels changements morphologiques soient sans conséquences fonctionnelles (et n’exige pas qu’elles soient maladaptatives)73.

59Dans ce sens, la taille plus grande du canal pelvien des femmes relativement à la taille du corps peut en effet être fonctionnelle, c’est-à-dire favoriser relativement la parturition, sans pour autant pouvoir être considérée comme une adaptation à la parturition. Le caractère véritablement pertinent ici serait la stature elle-même, et c’est la question de la stature en rapport à la parturition que nous allons maintenant aborder.

Notes

1 PLAVCAN J. Michael. 2001. « Sexual dimorphism in primate evolution », Yearbook of Physical Anthropology, 44 : 25-53, p. 35.

2 FRAYER David W. & WOLPOFF Milford H. S. 1985. « Sexual dimorphism », Annual Review of Anthropology, 14 : 429-473, p. 451.

3 McHENRY Henry. 1996. « Sexual dimorphism in fossil hominids and its socioecological implications », dans STEELE James & SHENNAN Stephen (eds), The Archaeology of Human Ancestry. Power, sex and tradition. London/New York, Routledge : 91-109.

4 LEWIN Roger. 1991 [1989]. L’Évolution humaine. Paris, Éditions du Seuil, p. 238.

5 Le terme hominines (qui regroupe l’espèce Homo sapiens et un grand nombre d’espèces disparues partageant des caractéristiques anatomiques bien définies) est appelé à remplacer le terme « hominidés » jusqu’ici employé en paléoanthropologie, cette dernière définition s’étant étendue aux gorilles et aux chimpanzés. (LECOINTRE Guillaume & LE GUYADER Hervé. 2001. Classification phylogénétique du vivant. Paris, Belin, pp. 496-499.)

6 Plusieurs genres fossiles ont été identifiés dans la famille des hominines : Australopithecus, le plus connu, mais existent aussi Sahelanthropus, Orrorin, Kenyanthropus, Paranthropus…

7 KRANTZ Grover S. 1982. « The fossil record of sex », dans HALL Roberta L. (ed.), Sexual Dimorphism in Homo sapiens : a Question of Size. New York, Praeger : 85-105, pp. 97-98.

8 Par exemple, ZIHLMAN Adrienne. 1985. « Australopithecus afarensis : two sexes or two species ? », dans TOBIAS Phillip V. (ed.), Hominid Evolution. Past, Present and Future. New York, Alan R. Liss : 213-220 ; SHREEVE J. 1995. « Sexing fossils : a boy named Lucy ? », Science, 270 : 1297-1298.

9 ZIHLMAN Adrienne. 1976. « Sexual dimorphism and its behavioral implications in early hominids », dans TOBIAS Phillip V. & COPPENS Yves (dir.), IXe Congrès de l’Union internationale des sciences préhistoriques et protohistoriques. Colloque VI : « Les plus anciens hominidés ». Nice, Parc Valrose de l’université de Nice, 13-18 septembre 1976 : 268-293.

10 BROWN P. H., HARRIS J., LEAKEY R. E. F. & WALKER A. 1985. « Early Homo erectus skeleton from West Lake Turkana, Kenya », Nature, 316 : 788-792.

11 McHENRY 1996, dans STEELE & SHENNAN, op. cit., p. 97.

12 Ibid., p. 98.

13 ZIHLMAN 1976, dans TOBIAS & COPPENS, op. cit., p. 101.

14 McHENRY 1996, dans STEELE & SHENNAN, op. cit., p. 97.

15 ZIHLMAN 1976, dans TOBIAS & COPPENS, op. cit., p. 101.

16 HRDY Sarah Blaffer. 1999. Mother Nature. A History of Mothers, Infants, and Natural Selection. New York, Pantheon Books, pp. 48-49.

17 KRANTZ 1982, dans HALL, op. cit., p. 103.

18 ROSENBERG Karen & TREVATHAN Wenda. 1996. «Bipedalism and human birth: the obstetrical dilemma revisited», Evolutionary Anthropology, 4: 161-168, p. 161.

19 BERGE Christine. 1993. L’Evolution de la hanche et du pelvis des hominidés : bipédie, parturition, croissance, allométrie. Paris, Éditions du CNRS, p. 52.

20 Ibid.

21 BERGE Christine & PONGE J. F. 1983. « Les caractéristiques du bassin des Australopithèques (A. robustus, A. africanus et A. afarensis) sont-elles liées à une bipédie de type humain ? », Bulletins et mémoires de la Société d’anthropologie de Paris, fasc. 3.

22 BERGE Christine, ORBAN-SEGEBARTH Rosine & SCHMID Peter. 1984. « Obstetrical interpretation of the Australopithecine pelvic cavity », Journal of Human Evolution, 13 : 573-587.

23 BERGE Christine. 1991. « Interprétations fonctionnelles des dimensions de la cavité pelvienne de Australopithecus afarensis (AL 288-1) », Zeitschrift fur Morphologie und Anthropologie, 78 (3) : 321-330 ; BERGE Christine. 1991. « Size and locomotion-related aspects of hominid and anthropoid pelvis : an osteometrical multivariate analysis », Human Evolution, 6 (5-6) : 365-373 ; BERGE Christine. 1984. « Multivariate analysis of the pelvis for hominids and other extant primates : implications for the locomotion and systematics of the different species of Australopithecines », Journal of Human Evolution, 13 : 555-562.

24 TREVATHAN Wenda R. 1987. Human Birth : an Evolutionary Perspective. New York, Aldine de Gruyter, pp. 26-28 ; McHENRY Henry. 1976. « Early hominid body weight and encephalization », American Journal of Physical Anthropology, 45 : 77-83 ; BERGE, ORBAN-SEGEBARTH & SCHMID 1984, art. cit.

25 ABITBOL Maurice M. 1987. «Obstetrics and posture in pelvic anatomy», Journal of Human Evolution, 16 (3): 243-255, p. 253.

26 McHENRY 1976, art. cit.

27 Évelyne Peyre, communication personnelle.

28 BERGE Christine. 2003. « L’évolution du bassin humain : approche fonctionnelle », dans SUSANNE C., REBATO Ε. & CHIARELLI B. (eds), Anthropologie biologique. Évolution et biologie humaine. Bruxelles, De Boeck & Larder : 225-231.

29 TREVATHAN 1987, op. cit., pp. 21-22.

30 ABITBOL 1987, art. cit.

31 SHORTER Edward. 1984 [1982], Le Corps des femmes. Paris, Éditions du Seuil, pp. 15-28.

32 BANOTTI Elvira. 1971. La Sfida femminile. Maternità e aborto. Bari, De Donato.

33 WHITE Tim D. (text by) & FOLKENS Pieter A. (illustrations by). 1991. Human Osteology. San Diego, CA, Academic Press, p. 322.

34 Ibid., p. 323.

35 Ibid.

36 Ibid., pp. 326-327.

37 L’idée du bassin « plus large » des femmes est critiquée depuis longtemps : « la largeur du bassin est, en valeur absolue, pratiquement identique dans les deux sexes, et n’apparaît plus large chez la femme qu’en proportion du reste du corps » (BAULIEU Étienne & HAOUR France. 1978. « Les différences physiologiques et pathologiques entre l’homme et la femme », dans SULLEROT Evelyne (dir.), Le Fait féminin. Paris, Fayard, p. 140). Ces critiques savantes de la pensée ordinaire n’empêchent pas l’idée d’« adaptation du bassin féminin à la parturition » d’apparaître dans les publications récentes de ces disciplines, alors que l’idée est grosso modo la même que celle qui explique la capacité à accoucher grâce à un bassin « plus large ». Par exemple, ORBAN-SEGEBARTH R. 1979. « Évaluation du dimorphisme sexuel de l’os coxal humain : étude ostéométrique », Bulletin de la Société royale belge d’anthropologie préhistorique, 90 : 149-159, p. 156 : « La région du canal pelvien est la seule partie du squelette à notre connaissance qui soit en moyenne plus grande chez la femme que chez l’homme. Le bassin féminin semble avoir été façonné par les forces sélectives qui sont ici directement liées à la fonction de reproduction. »

38 GOULD Stephen Jay. 1980. « Le cerveau des femmes », dans GOULD S. J. Le Pouce du panda. Les grandes énigmes de l’évolution. Paris, Grasset : 174-182.

39 SHEA Brian T. & GOMEZ Anne M. 1988. «Tooth scaling and evolutionary dwarfism: an investigation of allometry in human Pygmies », American Journal of Physical Anthropology, 77: 117-132.

40 BERGE Christine. 1998. « Heterochronic processes in human evolution : an ontogenetic analysis of the hominid pelvis », American Journal of Physical Anthropology, 105 : 441-459, p. 454. Référence citée : BOGIN Barry. 1999 [1988]. Patterns of Human Growth. Cambridge, Cambridge University Press (2e édition).

41 MOERMAN M. L. 1981. A Longitudinal Study of Growth in Relation to Body Size and Sexual Dimorphism in the Human Pelvis. Ph. D. dissertation, University of Michigan, University Microfilms, Ann Arbor.

42 FULLER Kathleen. 1998. «Adult females and pubic bone growth», American Journal of Physical Anthropology, 106: 323-328, p. 326.

43 HUMPHREY Louise T. 1998. «Growth patterns in the modern human skeleton», American Journal of Physical Anthropology, 105: 57-72, p. 71.

44 PEYRE Evelyne & WIELS Joëlle. 1996. « De la “nature des femmes” et de son incompatibilité avec l’exercice du pouvoir : le poids des discours scientifiques depuis le XVIIIe siècle », dans VIENNOT Éliane (dir.), La Démocratie à la française ou les femmes indésirables. Paris, Publications de l’université Denis-Diderot – Paris VII : 127-158 ; PEYRE Evelyne. 2001. « Anatomiquement correct. L’art et la manière d’imprimer une idéologie dans l’os humain », La Recherche, hors-série n° 6 : 72-74.

45 COLEMAN William H. 1969. «Sex differences in the growth of the human bony pelvis», American Journal of Physical Anthropology, 31 (2): 125-151, p. 145.

46 ROSENBERG Karen & TREVATHAN Wenda. 1996. «Bipedalism and human birth: the obstetrical dilemma revisited», Evolutionary Anthropology, 4: 161-168.

47 Christine Berge, communication personnelle.

48 GOULD Stephen Jay & VRBA Elisabeth. 1982. «Exaptation - a missing term in the science of form», Paleobiology, 8: 4-15.

49 Voir aussi RIDLEY Marc. 1997. Évolution biologique. Paris/Bruxelles, De Boeck Université, p. 348.

50 SHARMA Krishan. 2002. «Genetic basis of human female pelvic morphology: a twin study », American Journal of Physical Anthropology, 117: 327-333.

51 COLEMAN 1969, art. cit. p. 143.

52 http://www.uvp5.univ-paris5.fr/CAMPUS%2DGYNECO%2DOBST/cycle3/default.asp?frame= MTΟ/sommaire

53 TAGUE Robert G. 1989. «Variation in pelvic size between males and females», American Journal of Physical Anthropology, 80: 59-71, p. 68.

54 GEBBIE Donald A. M. 1981. Reproductive Anthropology : Descent Through Woman. Chichester, Wiley.

55 ANGEL J. L. 1978. «Pelvic inlet form : a neglected index of nutritional status», American Journal of Physical Anthropology, 48: 378.

56 Par exemple, GEBBIE 1981, op. cit.

57 FERNANDEZ H., COSSON M. & PAPIERNIK É. 1996. « Accouchement dystocique », dans FERNANDEZ Hervé, COSSON Michel & PAPIERNIK Emile (dir.), Obstétrique essentielle. Paris, Pradel : 41-89, p. 48.

58 ABITBOL Maurice. 1996. Birth and Human Evolution : Anatomical and Obstetrical Mechanics in Primates. Westport, Conn., Bergin & Garvey, p. 46.

59 WASHBURN S. L. 1948. «Sex differences in the pubic bone», American Journal of Physical Anthropology, 6: 199-207.

60 ABITBOL Maurice M. 1987. «Evolution of the sacrum in Hominoids», American Journal of Physical Anthropology, 74: 65-81, p. 80.

61 ABITBOL Maurice M. 1988. « Evolution of the ischial spine and of the pelvic floor in the Hominoidea », American Journal of Physical Anthropology, 75 : 53-67, p. 53.

62 Ibid., p. 66.

63 OULD JDOUD C., ZENNOUN M., RHRAB B., CHAHTANE A. CHAOUI A. 2001. « La dystocie du détroit moyen : à propos de 114 cas », Médecine du Maghreb, 87 : 46-50.

64 WALRATH Dana E. & GLANTZ Michelle M. 1996. «Sexual dimorphism in the pelvic midplane and its relationship to Neandertal reproductive pattern», American Journal of Physical Anthropology, 100:89-100.

65 TAGUE Robert G. 2000. «Do big females have big pelves? » The American Journal of Physical Anthropology, 112: 377-395.

66 LAVELLE Marquisa. 1995. «Natural selection and developmental sexual variation in the human pelvis», American Journal of Physical Anthropology, 98: 59-72, p. 60.

67 RUFF Christopher B., TRINKAUS Eric, HOLLIDAY Trenton W. 1997. «Body mass and encephalization in Pleistocene Homo», Nature, 387: 173-176.

68 SHEA Brian T. & BAILEY Robert C. 1996. «Allometry and adaptation of body proportions and stature in African Pygmies», American Journal of Physical Anthropology, 100 (3): 311-340, p. 327.

69 MARTIN Robert D., WILLNER Lesley A. & DETTLING Andrea. 1994. « The evolution of sexual size dimorphism in primates », dans SHORT Roger V. & BALABAN Evan (ed.), The Differences between the Sexes. Cambridge, Cambridge University Press : 159-200.

70 HAMILTON Margaret Ε. 1975. Variation among Five Groups of Amerindians in the Magnitude of Sexual Dimorphism of Skeletal Size. Ph. D., University of Michigan.

71 SHEA & BAILEY 1996, art. cit.

72 SHEA & GOMEZ 1988, art. cit.

73 SHEA & BAILEY 1996, art. cit., p. 330.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540