Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Hommes grands, femmes petites : une évolution coûteuse

 | 
Priscille Touraille

Prologue à une enquête transdisciplinaire

Texte intégral

1Imaginons une société dans laquelle les hommes seraient en majorité plus petits que les femmes (ou les femmes plus grandes que les hommes, selon le point de vue). Impossible, pensons-nous ? Pourquoi ? Parce que la Nature l’a voulu ainsi ? Parce que « tout ce que la nature fait est bien fait », pour reprendre une formule qui court dans nos cultures ? Ou, pour parler en employant des termes d’allure scientifique, parce que toute différence morphologique serait « adaptée » à la fonction du sexe ?

  • 1 MATHIEU Nicole-Claude. 1991. L’Anatomie politique. Catégorisations et idéologies du sexe. Paris, C (...)
  • 2 DUDEN Barbara. 1991. The Woman beneath the Skin: a Doctor’s Patients in Eighteenth-Century Germany (...)

2Et si certaines structures morphologiques devaient se révéler « adaptées » aux contraintes sociales ? Si l’anatomie était « politique », pour utiliser l’expression foucaldienne reprise par Nicole-Claude Mathieu comme titre à l’un de ses ouvrages1 ? Si « les histoires étaient inscrites sous la peau », pour emprunter la métaphore de Barbara Duden2 ?

  • 3 Je fais référence ici à la critique de Stephen Jay Gould et Richard Lewontin adressée au « program (...)

3Précisons d’emblée que cette entrée en matière n’annonce pas une thèse soutenant une révolution génétique au motif que les femmes devraient être plus grandes que les hommes ! L’objectif de cet ouvrage est de réussir à saisir, en revanche, pourquoi l’inverse n’est pas forcément le fruit d’une merveilleuse évolution « panglossienne », c’est-à-dire où, comme pour un des personnages, devenu désormais célèbre en biologie, du Candide de Voltaire – le Dr Pangloss –, la réalité existante ne peut être que la meilleure des réalités possibles3.

Des motivations prospectives

  • 4 STOCZKOWSKI Wiktor. 1994. Anthropologie naïve, anthropologie savante. De l’origine de l’homme, de (...)
  • 5 L’idée a cependant été proposée. Voir, par exemple, WESCOTT Roger W. 1978. « The anthropology of t (...)
  • 6 LÉVI-STRAUSS Claude. 1984. Paroles données. Paris, Plon, p. 36.
  • 7 MONDIET-COLLE Catherine & COLLE Michel. 1989. Le Mythe de Procuste. La taille humaine entre norme (...)

4Les scénarios sur le passé de notre espèce remplissent des ouvrages entiers, malgré leur remarquable monotonie imaginative comme a pu l’établir Wiktor Stoczkowski4, mais les scénarios prospectifs manquent encore à ma connaissance5. Ce livre n’est pas un livre d’anthropologie du futur, mais ses motivations ont cependant à voir avec une vision prospective. J’en profite ici pour rendre à Claude Lévi-Strauss – qui a non seulement contribué à faire exister l’ethnologie en France, mais lui a aussi permis de se développer avec une telle marge de liberté exploratoire – l’hommage d’une de ses plus stimulantes définitions de la discipline. L’ethnologie, a-t-il déclaré dans une leçon au Collège de France intitulée « L’Avenir de l’ethnologie » en 1960, peut être définie « comme science “interstitielle” vouée à l’exploration de cette frange mouvante qui sépare le possible de l’impossible6 ». En imaginant qu’il existe un jour la possibilité de sélectionner les mécanismes de maturation dans toute leur complexité (dans le même ordre d’idée, s’est déjà posée la question des conséquences éventuelles que pourrait entraîner le pouvoir de sélectionner un jour le sexe des enfants), on peut très sérieusement s’interroger sur les débats de société auxquels les possibilités de « programmer » la croissance des individus donneraient lieu. Et sans qu’il soit besoin de modifier génétiquement la croissance, les hormones synthétiques actuellement sur le marché pourraient bien sortir du cadre thérapeutique où elles sont encore tenues par le corps médical pour devenir bientôt « un véritable “élixir de haute stature” », selon la formule de Catherine Mondiet-Colle et Michel Colle7.

  • 8 Le concept de « distance somatique » et celui de « norme somatique » ont été proposés par l’anthro (...)
  • 9 Le phénomène est déjà analysé en psychologie sociale et en sociologie. Pierre Bourdieu, par exempl (...)
  • 10 Les seules représentations où l’on remarque – et on le remarque, justement ! – une femme montrée à (...)

5Les sciences sociales sont les premières à dire qu’il y a toujours un risque de voir une variation biologique fonctionner comme une norme sociale. De l’idée selon laquelle « les hommes sont plus grands que les femmes » à l’idée que les hommes doivent être plus grands que les femmes, on peut se demander si le pas ne serait pas rapidement franchi. Combien d’hommes et de femmes voient d’un bon œil le fait de prendre pour partenaire une personne qui ne possède pas la « distance somatique »8 attendue en matière de stature9 ? Distance somatique qui se retrouve visuellement dans pratiquement toutes les représentations mettant un homme et une femme debout côte à côte ou enlacés, depuis les affiches publicitaires jusqu’aux messages envoyés par la NASA « dans le futur », destinés à informer d’éventuelles civilisations extraterrestres de la présence d’une vie sur Terre10 (cf. image de couverture).

  • 11 Le marché de l’hormone de croissance représentait déjà il y a vingt ans un montant de 100 millions (...)

6À l’heure actuelle, les demandes pour les traitements médicaux déjà existants en vue de modifier les processus de croissance sont assez colossales dans les pays occidentaux11. Une étude anthropologique de ces demandes – et surtout de leurs motivations – donnerait une bonne appréciation de ce que pourraient être les enjeux autour de la possibilité de programmer la stature adulte suivant le sexe par une intervention qui deviendrait possible sur le génome. On peut faire l’hypothèse, sociologiquement raisonnable, selon laquelle, puisque l’idée générale de nos cultures est que les hommes sont par nature plus grands que les femmes, il y a peu de chance d’assister à une révolution spontanée de cette vision des choses. Ajoutons même qu’on pourrait craindre un durcissement de ce qui est aujourd’hui largement de l’ordre d’une tendance, au sens statistique. On peut imaginer qu’une majorité d’hommes voudraient être plus grands que les autres hommes déjà, mais ensuite, cela va de soi, plus grands que les femmes. On peut aussi imaginer que si une majorité de femmes voulaient également être plus grandes que les autres femmes, elles ne voudraient quand même pas être plus grandes que les hommes. Quelques voix, bien sûr, s’élèveraient contre le statu quo, suggéreraient de renverser le schéma, ou proposeraient l’« égalité staturale totale ». Et les débats – penser à tous les débats actuels à l’Assemblée nationale ou dans les comités d’éthique où sont en jeu les représentations structurantes de la société – seraient sûrement si vifs qu’on en viendrait, peut-être, à légiférer sur le nombre de centimètres alloué à chacun selon son sexe, sur l’écart de la « bonne » différence…

  • 12 DAVID Patrice & SAMADI Sarah. 2000. La Théorie de l’évolution. Une logique pour la biologie. Paris (...)
  • 13 Ibid., p. 83.
  • 14 DARWIN Charles. 1999 [1871]. La Filiation de l’homme et la sélection liée au sexe. Paris, Syllepse
  • 15 Le champ de recherche consacré spécifiquement à la compréhension des dimorphismes sexuels dans le (...)
  • 16 HARVEY P. H. & BENNETT P. M. 1985. « Sexual dimorphism and reproductive strategies », dans GHESQUI (...)

7Ceci constitue, dirons-nous, l’argument humoristique de ce livre, qui n’a en fait – j’espère ne décevoir personne ! – rien d’un scénario du futur. Cette étude envisage les diverses explications avancées dans le cadre de la théorie de l’évolution pour rendre compte de la signification adaptative des différences de taille corporelle entre mâles et femelles. La théorie de l’évolution « explique les changements génétiques au cours du temps, au sein du monde vivant12 ». Et « les changements des organismes vivants au cours du temps conduisent à des adaptations13 ». D’une longue histoire dans les sciences de l’évolution, le concept d’adaptation émerge avant tout comme question. Aucun caractère ne peut plus être pensé comme adapté a priori. Toute preuve d’adaptation doit être administrée, dans la mesure du possible. Car, en théorie, si aucun caractère ne peut se concevoir, fondamentalement, comme inadapté, et donc létal, les modèles de l’adaptation voient de plus en plus l’adaptation comme relative (elle fait ce qu’elle peut) et sujette à des contraintes multiples, voire antagonistes. Le sujet des différences entre mâles et femelles n’est d’ailleurs pas pour rien dans cette façon de théoriser l’adaptation. En reprenant la question par laquelle je débutais ce prologue, si l’on pense que la grande stature des hommes par rapport aux femmes est adaptative, la biologie évolutive impose de transformer l’évidence en problème. Et la biologie évolutive a posé, en effet, le problème, à travers ce qu’elle nomme les « dimorphismes sexuels ». Charles Darwin a été le premier à faire émerger le débat dans son ouvrage de 1871, connu en français sous le titre La Descendance de l’homme et la sélection sexuelle (récemment retraduit sous un titre plus fidèle : La Filiation de l’homme et la sélection liée au sexe14). L’objectif des recherches sur les dimorphismes sexuels de taille corporelle15, pour toute la biologie évolutive actuelle, est d’arriver à en comprendre la signification adaptative, ce qui implique d’identifier, comme pour tous les autres caractères du vivant, les forces sélectives qui sont à l’origine de leur évolution16. Examiner ce qu’expliquent les modèles construits par les disciplines de l’évolution à la suite de Darwin – et ce en quoi ils interrogent un grand nombre de disciplines (dont l’anthropologie biologique et l’anthropologie sociale) – est le sujet de cet ouvrage.

« Dimorphismes sexuels » : une définition inadéquate mais consensuelle

  • 17 GRIFFITHS Anthony J. F. GELBART William M. MILLER Jeffrey H. & LEWONTIN Richard C. 2001 [1999\. An (...)
  • 18 « Phénotype : caractères matériels observables sur un individu et interagissant avec l’environneme (...)
  • 19 DEVILLERS Charles & CHALINE Jean. 1989. La Théorie de l’évolution. État de la question à la lumièr (...)

8Une mise au point préalable s’impose quant à la formule même de « dimorphisme sexuel », particulièrement au sujet de la taille corporelle et de la stature. Le terme « dimorphisme » se définit en biologie comme « un polymorphisme comportant seulement deux formes17 ». Un polymorphisme se définit, de son côté, par « l’existence dans une population (ou dans un ensemble de populations) de plusieurs formes phénotypiques18 » pour un même caractère. Dans une population dite « dimorphe » pour un caractère donné, deux états de ce caractère sont possibles ; si le caractère est, mettons, la couleur des yeux, il existe une forme rouge du caractère et une forme blanche par exemple. Le cas « le plus classique » de dimorphisme est, pour les biologistes de l’évolution, « le dimorphisme sexuel entre mâles et femelles19 ». En l’absence de spécification, la définition du dimorphisme sexuel renvoie à la taille corporelle – c’est, si l’on peut dire, sa définition par défaut. Elle se réfère, à proprement parler, à l’écart entre la moyenne du groupe des femelles et la moyenne du groupe des mâles. On trouve dans les manuels des définitions de ce type :

  • 20 LEWIN Roger. 1991 [1989]. L’Évolution humaine. Paris, Éditions du Seuil, p. 399.
  • 21 SAKKA Michel. 1991. Les Origines de l’homme. Un autre regard. Paris, Messidor/Éditions sociales, p (...)

– Condition dans laquelle certains aspects de l’anatomie d’une espèce diffèrent de taille ou de forme entre les mâles et les femelles20 ;
– Ensemble des différences morphologiques liées au sexe, qu’il s’agisse de forme ou de format. Chez les grands Singes, la taille des spécimens mâles est beaucoup plus grande que celle des femelles21.

  • 22 FAUSTO-STERLING Anne. 2001. « La fin programmée du dimorphisme sexuel », La Recherche, hors-série (...)

9Si le phénomène de dimorphisme sexuel porte sur d’autres caractères que la taille corporelle, cela est précisé : dimorphismes sexuels du plumage chez les oiseaux, du pelage chez les mammifères, dimorphismes sexuels comportementaux, etc. Le terme « dimorphisme sexuel » est également utilisé pour désigner les formes de l’anatomie génitale, mais ce n’est pas le sens donné en biologie évolutive de manière générale. Il semble que ce soit tout de même à partir des formes visibles de l’anatomie génitale que prend racine une telle définition du dimorphisme. Cette définition fait d’ailleurs elle-même l’impasse sur la variabilité des formes génitales. Les débats actuels autour des individus dits « intersexués » (ou hermaphrodites) remettent d’ailleurs en question l’idée qu’il existerait un dimorphisme sexuel du simple point de vue de l’anatomie des organes génitaux externes ; la proposition serait alors celle d’un continuum dans cette dimension du sexe, traditionnellement vue comme parfaitement dichotomique22.

  • 23 Enquête santé INSEE 2001, citée par HERPIN 2006, op. cit., p. 14. Ces moyennes sont celles de la p (...)
  • 24 Ces mesures – 177 cm, 164 cm – n’ont, comme on le sait, qu’une valeur de moyenne : la somme des me (...)
  • 25 MOLES Abraham. 1990. Les Sciences de l’imprécis. Paris, Éditions du Seuil, p. 134.

10J’avance ici l’hypothèse selon laquelle le fait d’assimiler implicitement tous les caractères au dimorphisme génital fait oublier que, pour les caractères de taille corporelle ou de stature, il n’y a pas, à proprement parler, « dimorphisme » mais « polymorphisme », car on ne trouve jamais une taille pour les mâles et une taille pour les femelles. Sinon, en prenant l’espèce humaine et la population française pour exemple, tous les Français devraient mesurer 177 cm et toutes les Françaises 164 cm23 : dans ce cas, et seulement dans ce cas, pourrait-on parler de dimorphisme24. On peut donc dire que le terme « dimorphisme sexuel », en ce qui concerne les différences de taille corporelle et de stature, est, à proprement parler, un abus de langage. Abraham Moles fait remarquer que cette tendance à travailler avec des concepts consensuels, mais dont on sait qu’ils sont inadéquats, dénote « une paresse de l’esprit à changer de vocabulaire25 ». Le problème, à mon sens, ne se pose pas dans le cadre des échanges entre chercheurs. Il se pose dès lors que le concept est vulgarisé sans être explicité. Que ce type de terminologie soit un obstacle majeur à une diffusion efficace des savoirs scientifiques dans les publics non spécialistes me semble une présomption fondée. L’analyse des concepts générateurs d’ambiguïtés en biologie évolutive, à commencer par le fameux terme « la lutte des individus pour la diffusion de leurs gènes » sur lequel j’aurai l’occasion de revenir dans mon deuxième chapitre, est un travail d’épistémologie fondamental.

11Cependant, ce n’est pas sous l’angle de l’inadéquation entre un objet scientifique et sa définition que j’ai choisi d’aborder la question des dimorphismes. Pour moi, l’intérêt anthropologique et épistémologique se situe ailleurs.

À l’origine des modèles du dimorphisme : l’idée de sélections coûteuses

  • 26 DEVILLERS & CHALINE 1989, op. cit., p. 266.
  • 27 Par exemple : GOULD & LEWONTIN 1978, art. cit.; DEVILLERS & CHALINE 1989, op. cit.; MAYR Ernst. 19 (...)

12Cette étude se veut, selon une formule entendue sur les ondes radiophoniques il y a quelque temps, « un appel au discernement sur la notion d’adaptation » en ce qui concerne les dimorphismes sexuels. Cela demande de mettre en perspective la notion d’adaptation dans différents champs du savoir. La notion d’adaptation est peut-être, de tous les concepts de la théorie de l’évolution, celle qui semble être passée le mieux dans la compréhension commune des phénomènes biologiques, sans doute justement du fait de sa longue histoire dans la pensée occidentale où elle s’accordait (un peu trop bien disent maintenant les théoriciens de l’évolution) avec l’idée de perfection26. Si l’on nous dit d’un caractère qu’il représente une adaptation, nous pensons de manière générale qu’il s’agit d’une adaptation favorable pour la survie de l’individu porteur du caractère en question. Peu de personnes imaginent qu’il puisse exister des adaptations défavorables. Dans la pensée commune, « indigène » dirait l’ethnologue, le concept d’adaptation est lié au bien-être, ou tout du moins à la capacité de survie des organismes. D’où découle l’idée que les caractères désignés comme adaptations, étant utiles à la survie des organismes, ont évolué par nécessité. La conception commune de l’adaptation est donc, comme ont pu le faire remarquer des biologistes eux-mêmes pour dire à quel point cette conception avait pu empoisonner la discipline27, une conception « nécessitaire » de l’adaptation.

13Une phrase de Darwin, tirée de L’Origine des espèces, est capable de nous mettre la puce à l’oreille quant à l’idée que les adaptations puissent être toujours favorables dans le sens où on l’entend communément :

  • 28 DARWIN Charles. 1992 [1859]. L’Origine des espèces au moyen de la sélection naturelle ou La préser (...)

Un des caractères les plus remarquables de nos races domestiques, c’est que nous voyons chez elles des adaptations qui ne contribuent en rien au bien-être de l’animal ou de la plante, mais simplement à l’avantage ou au caprice de l’Homme28.

14Dans l’idée formulée ici par Darwin à propos de la sélection artificielle exercée par l’Homme sur d’autres espèces, il apparaît que des caractères peuvent être sélectionnés pour des avantages qui tirent leur seule signification d’un tri pratiqué en matière de reproduction. L’adaptation est loin d’être ici la conséquence d’un avantage de survie.

15Les théoriciens modernes de l’évolution, de leur côté, posent la question de l’adaptation sous la forme suivante :

  • 29 RIDLEY Marc. 1997. Évolution biologique. Paris/Bruxelles, De Boeck Université, p. 279.

Comment pouvons-nous établir qu’un être vivant tire un avantage quelconque de l’un de ses caractères anatomiques, physiologiques ou comportementaux ? Cela revient à nous demander comment nous pouvons établir qu’un caractère est adaptatif29.

  • 30 BURIAN Richard M. 1992. « Adaptation : historical perspectives », dans KELLER Evelyn Fox & LLOYD E (...)
  • 31 WEST-EBERHARD Mary Jane. 1992. « Adaptation : current usages », dans KELLER & LLOYD, op. cit. : 13 (...)

16Le terme de « quelconque » dans l’expression « avantage quelconque » est le point clé à retenir. Ce n’est pas la nature de l’avantage en soi – le fait qu’il contribue à la viabilité de l’individu, entre autres – qui définit d’abord un caractère comme adaptation, c’est le fait, du moins dans la définition actuelle, que le caractère soit l’objet d’une sélection : « un caractère est une adaptation si et seulement s’il est le produit d’une sélection pour le caractère en question30 » ; « Pour être considéré comme une adaptation, on doit montrer qu’un caractère est la conséquence d’une sélection de ce caractère31 ».

  • 32 RIDLEY 1997, op. cit., p. 349.
  • 33 Sélection : « phénomène par lequel certains organismes, au sein d’une population, laissent plus de (...)
  • 34 GLIDDON C. J. & GOUYON P.-H. 1989. «The units of selection», Trends in Ecology & Evolution, 4 (7): (...)
  • 35 L’expression « entités sélectionnées » est la traduction proposée pour le terme anglais units of s (...)

17Car, de même qu’il existe des caractères favorisant la survie qui ne sont pas adaptatifs32, il existe des caractères adaptatifs qui n’ont pas été sélectionnés en rapport à la survie et peuvent même la compromettre. Ils sont cependant qualifiés d’« adaptations » si l’on arrive à établir qu’ils ont été sélectionnés. Que veut dire « sélectionnés » dans la théorie de l’évolution ? Cela veut simplement dire que les individus porteurs d’un caractère x ont laissé plus de descendants que les individus qui n’en étaient pas porteurs33. Des caractères peuvent tout à fait être « sélectionnés » et être appelés des « adaptations » en vertu d’une propension de ces caractères à faire juste se reproduire l’individu. La question de savoir alors à qui, ou à quoi, au juste, « profitent » les adaptations – à l’individu, aux gènes, etc. – renvoie aux débats des théoriciens de l’évolution portant sur les « unités » ou « niveaux » de sélection34 (ou encore sur les « entités sélectionnées35 »), débats qui aident à clarifier les différents sens de l’adaptation. Pouvoir établir à qui, ou à quoi, profitent, ou ne profitent pas, les adaptations est au cœur d’une juste compréhension de la signification des dimorphismes sexuels.

  • 36 RIDLEY 1997, op. cit., p. 365.

18Comme on le verra, Darwin a étendu son énoncé sur la sélection artificielle à des types de sélection qui surviennent dans les populations naturelles, ces sélections résultant de situations de compétition sociale. Quand des caractères sélectionnes ne contribuent ni à la survie ni au bien-etre de l’animal, et en viennent même a constituer des handicaps pour les individus, ces adaptations sont alors décrites comme « coûteuses » pour l’individu qui les exprime. La notion de « coût » (rapport coûts/avantages) fait partie de l’arsenal conceptuel de la théorie de l’évolution : « des caractères qui réduisent la probabilité de survie peuvent être qualifiés de “défavorables” ou de “coûteux”36 ». On peut même dire que la notion des coûts fournit une clé d’intelligibilité théorique majeure du débat sur les adaptations : car c’est à partir de l’estimation des coûts que s’évalue la signification adaptative d’un caractère.

  • 37 DANCHIN Etienne, GIRALDEAU Luc-Alain & CÉZILLY Frank. 2005. Écologie comportementale. Cours et que (...)

19Or, les modèles du dimorphisme sexuel sont spécifiquement formulés à l’origine par Darwin à partir de l’idée des coûts de survie qu’ils génèrent pour leurs porteurs ; la question d’une sélection possible de caractères défavorables dans l’évolution est la raison d’être du second livre le plus important qu’ait écrit Darwin après L’Origine des espèces : La Descendance de l’homme (mentionné supra). Pour Darwin, les dimorphismes sexuels, en tant que caractères biologiques, évoluent moins sous l’influence de pressions de sélection écologiques que sous l’influence des comportements sociaux propres à l’espèce où ces comportements apparaissent. Dans la biologie évolutive actuelle, la sous-discipline qui prend en charge l’analyse adaptative des dimorphismes sexuels est l’écologie comportementale37, laquelle s’attache à comprendre la diversité des comportements dans le monde vivant et les raisons évolutives qui ont conduit à la sélection de comportements spécifiques. Cette discipline cherche, pour le monde animal dans son ensemble, à évaluer les raisons d’une fertilité différentielle entre les individus, mais s’applique aussi, de plus en plus, à mesurer les coûts de ces caractéristiques anatomiques engendrés par l’existence de comportements spécifiques.

Écologie comportementale humaine : la négligence des coûts de sélection

  • 38 Selon le terme utilisé par CULLEN Ben Sandford. 2000. Contagious Ideas. On Evolution, Culture, Arc (...)
  • 39 BORGERHOFF MULDER Monique. 1991. « Human behavioural ecology », dans KREBS J. R. & DAVIES Ν. B. (e (...)
  • 40 HILL Kim & HURTADO Magdalena A. 1996. Aché Life History : the Ecology and Demography of a Foraging (...)
  • 41 PLAVCAN J. Michael. 2001. « Sexual dimorphism in primate evolution », Yearbook of Physical Anthrop (...)

20L’écologie comportementale humaine (qui a pris la suite de la sociobiologie humaine, ou « sociobiologie culturelle38 »), discipline universitaire maintenant bien implantée aux Etats-Unis et en Angleterre, représente, du point de vue de ses initiateurs, une extension à l’espèce humaine de l’écologie comportementale et de son cadre théorique39. Sa particularité est d’avoir le même objet d’étude que les ethnologues : les sociétés humaines vivant sur la planète, avec une orientation préférentielle pour celles ayant une économie de subsistance de type chasse/cueillette/horticulture (Yanomami, Aché, Hiwi, Hadza, etc.). Cette discipline soutient « une perspective dans laquelle “biologie” et “culture” sont vues comme inséparables40 ». Dans la mesure où cette discipline reprend les modèles de l’écologie comportementale animale pour traiter des sociétés humaines, c’est aussi elle qui s’occupe, en théorie, de se poser le problème de la signification évolutive du dimorphisme sexuel de stature dans l’espèce humaine. Cependant, la formulation d’hypothèses pour l’espèce humaine est loin d’avoir progressé comme elle l’a fait dans l’écologie comportementale animale : « Alors que notre compréhension de l’évolution du dimorphisme chez les primates s’est considérablement enrichie, l’évolution du dimorphisme dans notre propre lignée reste un puzzle intriguant41 »

  • 42 ALVARD Michael S. 2003. «The adaptive nature of culture», Evolutionary Anthropology. 12 (3): 136-1 (...)
  • 43 DOBZHANSKY Theodosius. 1966. L’Homme en évolution. Paris, Flammarion, p. 259.

21Le paradigme de l’écologie comportementale humaine est de voir les cultures et les phénomènes culturels – et non plus la nature – comme la force adaptative majeure dans l’évolution humaine42. Cette idée n’est pas neuve : on la trouve sous la plume d’un grand nombre de théoriciens de l’évolution, comme ici dans la formulation de Theodosius Dobzhansky : « le développement de la culture a modifié la fonction adaptative de la variabilité génétique. La culture est une méthode d’adaptation extra-biologique43 ».

  • 44 HILL & HURTADO 1996, op. cit., p. 14; BETZIG Laura L. BORGERHOFF MULDER Monique & TURKE Paul (eds) (...)
  • 45 SMITH Eric Alden & WINTERHALDER Bruce (eds). 1992. Evolutionary Ecology and Human Behavior. New Yo (...)

22Pour l’écologie comportementale humaine, cette proposition d’ordre général est devenue un véritable « programme de recherche », appelé « programme adaptationniste44 » par ceux-là mêmes qui l’ont élaboré. L’objectif déclaré est de « comprendre comment la culture travaille comme un système d’adaptation45 ». William Irons, anthropologue qui a adopté cette perspective au cours des années 1970, en résume ainsi la teneur :

  • 46 IRONS William. 1979. « Cultural and biological success », dans CHAGNON Napoleon & IRONS William (e (...)

Je suggère comme hypothèse que, dans la plupart des sociétés humaines, le succès culturel consiste à accomplir ces choses qui rendent le succès biologique […] probable46.

23Peter Richerson et Robert Boyd, auteurs qui se démarquent quelque peu de ce paradigme, commentent ainsi « le programme » de l’écologie comportementale humaine :

  • 47 RICHERSON Peter J. & BOYD Robert. 1992. « Cultural inheritance and evolutionary ecology », dans SM (...)

Le comportement humain ne peut pas être expliqué en termes d’histoire culturelle. Il doit être expliqué en rapport avec les conséquences pragmatiques pour la survie et la reproduction. Cela veut dire que les différences comportementales entre les groupes sont habituellement le résultat de différences environnementales ou technologiques, pas de l’histoire47.

  • 48 MÉNIL René. 1981. « Le Spectre de Gobineau », dans Tracées. Identité, négritude, esthétique aux An (...)

24Il y a dans ce programme – on devrait peut-être mieux dire : dans cette déclaration de guerre à l’anthropologie sociale ! – l’idée, déjà critiquée par l’écrivain martiniquais René Ménil, que « la biologie porte la culture et commande l’histoire qui devient décorative48 ».

25Mais il ne faut pas s’y tromper : la spécificité de cette vision de la culture comme « adaptative » rompt, du moins en apparence, avec la notion d’adaptation ordinaire – celle que l’on trouve aussi majoritairement en sciences sociales – centrée uniquement sur la survie. La « culture » pousserait ici les individus à procréer pour maximiser leur représentation génétique dans les générations futures. Il ne s’agira pas de discuter de ce paradigme dans ce livre. Un nombre important de critiques existent déjà, aussi bien en biologie évolutive qu’en sciences sociales. Je poserai, pour ma part, la question de l’accord prétendu de ce paradigme avec la théorie de l’évolution en ce qui concerne les dimorphismes sexuels de stature. Les chercheurs suivent-ils vraiment, pour l’espèce humaine, la même logique que celle adoptée par l’écologie comportementale animale ?

  • 49 CULLEN 2000, op. cit.; KITCHER Philip. 1985. Vaulting Ambition. Sociobiology and the Quest for Hum (...)

26L’argument de l’écologie comportementale humaine, qui voit toutes les pratiques culturelles comme adaptatives, est que si les sociétés produisent des systèmes de représentation et des pratiques qui mettent en danger la survie des individus, ces systèmes de représentation et ces pratiques seront éliminés avec les individus eux-mêmes. Tout phénomène culturel un peu stable et un peu généralisé est donc doté presque a priori d’une valeur adaptative. Il faut toutefois s’interroger sur les pratiques culturelles qui coûtent la vie à certains individus, mais néanmoins à des effectifs insuffisants pour que les populations et leurs pratiques soient « éliminées par la sélection naturelle ». Les coûts que pourraient supporter les individus à cause de la sélection de certains caractères biologiques sont pourtant ce qui permet d’évaluer véritablement la « signification adaptative » d’un caractère. Or, l’écologie comportementale humaine tient à distance la question des coûts de survie engendrés par certaines pratiques culturelles en raison, c’est mon hypothèse ici, de l’existence même de ce paradigme paralysant de la « valeur adaptative de la culture ». Cette discipline serait donc en porte-à-faux à la fois avec les prémisses théoriques de Darwin et avec les derniers développements de la biologie évolutive, comme l’ont déjà fait remarquer à diverses reprises et de différentes manières un certain nombre de critiques49.

27L’écologie comportementale animale montre que les comportements qui poussent les individus à se reproduire peuvent théoriquement produire des caractères biologiques qui auront des coûts importants pour les individus. Or, si l’écologie comportementale humaine fait l’hypothèse que certaines pratiques culturelles poussent au succès reproductif des individus, elle devrait théoriquement chercher à mesurer les coûts engendrés par ces pratiques. C’est un des questionnements auxquels conduit cette étude : voir si ce n’est pas, justement, à cause d’une mise à distance théorique systématique des coûts générés par des pratiques culturelles que n’est pas encore formulé par ces champs disciplinaires un modèle robuste du dimorphisme sexuel pour l’espèce humaine.

28Tout le travail de recherche mené ici doit servir à établir qu’existent, dans différentes disciplines, des données et des modèles permettant d’avancer une hypothèse raisonnable sur le dimorphisme sexuel de stature, comme cela l’a été pour d’autres espèces. Quand on voit sur quelles bases ténues les hypothèses dans le champ de la sociobiologie et de l’écologie comportementale humaines sont formulées la plupart du temps, il est justifié de se demander pourquoi certaines hypothèses ne sont pas prises en compte. Un des objectifs de cette étude est de montrer en quoi le paradigme qui fait coïncider succès culturel et succès biologique rencontre dans l’exemple des dimorphismes sexuels (phénomènes biologiques considérés donc comme des phénomènes sous influence du social) une contradiction sans précédent, quoique non reconnue par le champ de l’écologie comportementale humaine. Le but de cette étude est d’arriver à faire émerger le sens de cette contradiction. Suivant la logique darwinienne qui préside à l’étude des dimorphismes sexuels, j’essaierai, à travers le questionnement croisé d’hypothèses proposées par plusieurs champs disciplinaires, de faire surgir la question de savoir si le dimorphisme sexuel de stature dans l’espèce humaine est un phénomène qui engendre des coûts et pour qui. Je m’inscris en cela dans la perspective critique des courants dits sociobiologiques, perspective critique qui amène précisément à envisager en quoi les pratiques culturelles se traduisent au niveau du biologique, créant des coûts qui peuvent être mesurés et évalués comme tels.

Une alliance de l’anthropologie biologique et de l’anthropologie sociale sur la question des coûts biologiques des pratiques culturelles

  • 50 GOODMAN Alan H. & LEATHERMAN Thomas L. 1999. « Traversing the chasm between biology and culture : (...)
  • 51 GOODMAN & LEATHERMAN 1999, op. cit.
  • 52 GOODMAN & LEATHERMAN 1999, dans GOODMAN & LEATHERMAN, op. cit., p. 25.
  • 53 SMITH Gavin A. & THOMAS R. Brooke. 1999. « What could be biocultural anthropology for the next gen (...)

29L’anthropologie sociale et l’anthropologie biologique sont aujourd’hui encore institutionnellement séparées, constatent des chercheurs qui le déplorent, par un véritable abîme50. Ces deux branches du savoir sur l’Homme ont largement tendance à ignorer leurs problématiques et concepts réciproques. La volonté de créer des ponts entre ces deux disciplines pour contrer le paradigme adaptationniste (notamment celui de l’écologie comportementale humaine) se fait de plus en plus manifeste chez un certain nombre d’anthropologues, de l’un comme de l’autre côté de la « frontière » : en témoigne, par exemple, un colloque qui s’est tenu à Mexico en 1992, lequel a donné lieu à un ouvrage au titre évocateur, Building a New Biocultural Synthesis…51. Les éditeurs de cet ouvrage précisent dans leur introduction que la perspective qu’ils proposent se situe « pratiquement à 180°52 » de celle du programme adaptationniste de l’écologie comportementale humaine, même si le cadre théorique revendiqué est évidemment le même : « la théorie de l’évolution est le paradigme de l’anthropologie biologique53. » Les questionnements présentés dans ces actes, que j’entends relier avec ceux de l’anthropologie du genre (dont je parlerai en un deuxième temps), sont ceux dans lesquels j’ai inscrit mon travail.

  • 54 INGOLD Tim. 1990. «An anthropologist looks at biology», Man, 25 (2): 208-229, p. 224.

30Du côté de l’anthropologie sociale, Tim Ingold, par exemple, invite à abandonner la séparation actuelle d’avec l’anthropologie biologique : « la tâche la plus urgente pour l’anthropologie contemporaine est de surmonter la séparation [entre le champ du biologique et celui de la culture]54. » Cette idée est aussi celle de Philippe Descola et de Gísli Pâlsson ; ils voient dans cette perspective « des avenues potentielles » qui, selon eux, commencent déjà à se dessiner :

  • 55 DESCOLA Philippe & PÁLSSON Gisli. 1996. « Introduction », dans DESCOLA Philippe & PÁLSSON Gisli (e (...)

un remaniement des cartes académiques semble déjà avoir commencé. Un bon indice en est l’intérêt général actuel pour le corps humain, au-delà des confins étroits de l’anthropologie physique. Malgré sa suppression dans le discours moderniste des sciences sociales, le corps a émergé comme sujet théorique majeur en anthropologie sociale55.

  • 56 HÉRITIER Françoise, « Une anthropologie symbolique du corps », conférence Marcel Mauss. Société de (...)
  • 57 SINGER Merrill. 1999. « The development of critical medical anthropology : implications for biolog (...)
  • 58 LÉVI-STRAUSS Claude. 1958. Anthropologie structurale. Paris, Plon, p. 410.
  • 59 BENOIST Jean. 1966. « Du social au biologique : études de quelques interactions », L’Homme, VI (1) (...)
  • 60 BONNIOL Jean-Luc. 1990. « La couleur des hommes, principe d’organisation sociale », Ethnologie fra (...)
  • 61 BENOIST Jean. 1968. Esquisse d’une biologie de l’homme social. Montréal, Presses de l’université d (...)
  • 62 Ibid., p. 32.
  • 63 BONNIOL 1992, op. cit., p. 17.
  • 64 Ibid., p. 135.

31Si le corps émerge comme sujet majeur en anthropologie sociale, c’est que, selon les mots de Françoise Héritier, « le corps constitue le point d’ancrage de la pensée et de l’ordre social56 ». Ce courant de l’anthropologie sociale réfléchit sur la façon dont les corps constituent un matériau sur lequel prend appui, travaille et brode la pensée humaine, ce qu’illustre une grande partie du travail mené par Héritier. Un autre courant, issu, lui, de l’anthropologie médicale (discipline qui s’est trouvée dans sa constitution historique à l’interface de l’anthropologie sociale et de l’anthropologie biologique57), cherche à voir comment, en retour, la pensée humaine modèle le matériau biologique, en jouant – intentionnellement ou non – sur les variations génétiques existantes. Lévi-Strauss donnait les grandes lignes de cette approche quand il disait (certes dans une formule qui semble très généraliste, mais qui a l’avantage de saisir le sens du message théorique) : « L’Homme a lui-même déterminé les modalités de son évolution biologique58. » En France, ce courant s’est illustré avec le programme de recherche dont Jean Benoist avait tracé les grandes lignes à la fin des années 1960 dans la revue L’Homme59. Cette proposition n’a été que peu suivie par les anthropologues français. Jean-Luc Bonniol est le seul à ma connaissance à avoir, en France, relevé le défi de ce programme. Sa thèse mettait en évidence comment, dans une île de la Caraïbe où la population possède des origines diverses, le phénomène dit « de race » est, à proprement parler, créé par des pratiques de ségrégation matrimoniale sur la base de la couleur de la peau60. Le travail de Bonniol illustre magistralement la proposition faite par Benoist61 selon laquelle des phénomènes purement historiques peuvent trouver leur décalque dans la morphologie humaine62. Selon les termes de Bonniol, on peut établir la manière dont « le biologique enregistre en lui l’ordre du social63 ». Bonniol a ainsi montré, dans le contexte particulier qu’il a étudié, que des phénomènes biologiques comme les taux de mélanine de l’épiderme sont férocement manipulés par le social, de manière à ce que la catégorisation de « race » puisse fonctionner et continuer à fonctionner. Cette analyse est certainement, à ce jour, celle qui retourne le plus puissamment le discours commun pour lequel l’ordre biologique est censé être au fondement de l’ordre social. Le travail de Bonniol, qui est d’établir « comment l’idéologie véritablement s’incarne dans le génétique64 », représente en France le « programme fort » de cette alliance entre anthropologie biologique et anthropologie sociale.

  • 65 JAMARD Jean-Luc. 1992. « Consomption d’esclaves et production de “races” : l’expérience caraïbéenn (...)

32L’ouvrage Building a New Biocultural Synthesis…, paru en 1999 aux États-Unis et émanant cette fois d’anthropologues biologistes critiques de leur propre discipline – ouvrage préfacé par les biologistes Richard Levins et Richard Lewontin-, constitue un programme très proche de celui que Benoist ou Bonniol ont initié en France il y a quelques années. Certains de ces anthropologues, voyant l’inefficacité, au niveau des discours ordinaires, des positions clairement prises par les biologistes sur la notion de race, se sont tournés vers l’analyse des sciences sociales en invoquant une approche interdisciplinaire qui rejoint celle défendue en anthropologie sociale par Jean-Luc Bonniol ou par Jean-Luc Jamard65 :

  • 66 ARMELAGOS George J. & GOODMAN Alan H. 1999. « Race, racism, and anthropology », dans GOODMAN & LEA (...)

ceux qui ont rejeté la race comme concept pour comprendre la variation biologique ont échoué à considérer son utilisation continuelle comme une catégorie sociale, et les coûts biologiques et sociaux qui résultent du racisme qu’il perpétue66.

  • 67 GOODMAN & LEATHERMAN 1999, dans GOODMAN & LEATHERMAN, op. cit., p. 24.
  • 68 Ibid., p. 23.

33Alors que les tenants de la perspective adaptationniste se proposent d’envisager en quoi les pratiques culturelles engendrent le succès reproductif des individus, les anthropologues de Building a New Biocultural Synthesis… se situent dans une optique qui prend en compte les coûts biologiques payés par les individus du fait de ces mêmes pratiques culturelles. Cette optique consiste à « repenser le concept d’adaptation » en rapport aux « coûts biologiques » qui peuvent être engendrés par les pratiques culturelles. Pour ces anthropologues, les individus doivent être considérés en tant qu’individus et non comme véhicules servant la reproduction des gènes : « Les discussions sur l’adaptation ne sont pas des abstractions, mais ont des conséquences potentielles pour des personnes réelles67. » Le danger de considérer comme adaptatives des pratiques culturelles est de suggérer « qu’une solution adéquate ou acceptable a été trouvée ». Pour la perspective adaptationniste, « les coûts potentiels de la réponse [à ces pratiques] sont de peu d’importance68 », et c’est sur ce point que portent les critiques alliées des anthropologies sociale et biologique :

  • 69 SMITH & THOMAS 1999, dans GOODMAN & LEATHERMAN, op. cit., p. 466.

En élargissant la perspective de l’investigation bioculturelle, nous commençons à découvrir les dynamiques de dilemmes adaptatifs, comme opposés aux histoires de succès adaptatif ou la biologie et la culture se supportent fonctionnellement l’une l’autre69.

34Mesurer les adaptations, et surtout en comprendre la signification, impose de mesurer les coûts des sélections que l’on a identifiées. Ce courant pourrait rejoindre, en réalité, les problématiques les plus récentes de la théorie de l’évolution qui envisagent les conflits d’« intérêts » entre les gènes dont les individus sont porteurs, et se focalisent, dans l’analyse de l’adaptation, sur les coûts produits par des pressions de sélection antagonistes.

  • 70 SINGER 1999, dans GOODMAN & LEATHERMAN, op. cit.

35Merrill Singer, qui est l’un des contributeurs à l’ouvrage Building a New Biocultural Synthesis…70, donne une vision particulièrement exemplaire du programme proposé, tout en se positionnant très clairement par rapport à la théorie de l’évolution. La question ici posée, comme chez Benoist et Bonniol en France, est celle des idéologies et pratiques sociales comme premières forces sélectives de certaines caractéristiques biologiques :

  • 71 Ibid., p. 115.

Alors que la théorie darwinienne de la sélection naturelle est depuis les années 1930 le mode de compréhension scientifique dominant pour expliquer l’évolution biologique, une conception étroite de la « nature » qui va avec cette théorie a détourné l’attention des effets de la sélection non naturelle, c’est-à-dire des processus de survie et de reproduction différentielle dues aux conditions précaires créées pour servir les intérêts, ou comme résultat des actions, de groupes sociaux dominants. Dans un certain nombre de contextes, la sélection non naturelle peut être le premier arbitre de l’hérédité génétique71.

  • 72 SINGER Merrill. 1996. «Farewell to adaptationism: unnatural selection and the politics of biology» (...)
  • 73 GRIM Clarence & WILSON Thomas. 1993. « Salt, slavery, and survival : physiological principles of t (...)

36Singer montre, dans une autre publication72, comment s’est illustrée cette problématique à travers une grave question de santé publique aux Etats-Unis : l’hypertension chez les sujets d’origine africaine. J’expose ici le détail de cette recherche, car elle donne véritablement la teneur des enjeux considérés. Selon des études médicales, les Américains d’origine africaine ont une tension nettement plus élevée que celle des sujets d’origine européenne. Les premiers auteurs qui ont analysé cette situation ont proposé un modèle multicausal constitué de facteurs environnementaux (conditions de vie et notamment de nutrition préoccupantes) et de facteurs génétiques. La question restait donc en suspens de savoir si les Étatsuniens d’origine africaine pourraient être, en plus de l’explication par le caractère défavorable des conditions de vie, plus prédisposés à l’hypertension que ceux d’origine européenne. Singer rend compte d’une étude d’histoire en épidémiologie menée par la suite sur ce sujet73. Les auteurs de cette étude soutiennent qu’il existe, en effet, d’importantes différences physiologiques dans la façon de métaboliser le sel entre les individus suivant leur origine géographique, africaine ou européenne. Les premiers retiennent le sel bien plus longtemps dans l’organisme avant de l’éliminer. L’hypothèse classique en biomédecine est qu’il y aurait là des inégalités « naturelles » entre populations, et le constat s’arrête là en général. Les auteurs de cette étude ont, eux, simplement posé la question des causes, et ils l’ont posée de la façon suivante : « Dans quelles conditions les Américains d’origine africaine pourraient-ils avoir été sélectionnés pour avoir des reins efficaces à retenir le sel ? » Leur étude a consisté à mettre en évidence les conditions sanitaires créées par la Traite atlantique. On apprend que 70 % des personnes mouraient dans les quatre ans suivant leur mise en esclavage : une grande part en Afrique suite à une déshydratation causée par les marches sous le soleil, dans les attentes précédant et suivant la traversée, puis dans les cales des bateaux, conditions qui généraient un taux énorme d’infections gastro-intestinales. Les diarrhées, avec la perte en sels minéraux qu’elles occasionnent, étaient reconnues comme responsables d’une grande partie de l’hécatombe. Selon l’hypothèse de Clarence Grim et Thomas Wilson dont rend compte Singer, les individus possédant des reins capables de retenir le sel possédaient un avantage significatif sur ceux qui l’éliminaient rapidement. L’explication pose que les sélections ont agi sur les individus porteurs de ces variations biologiques, d’où le fait de retrouver aujourd’hui chez leurs descendants les caractéristiques physiologiques d’hypertension (produite par la rétention de sel). On a donc affaire ici, non à une prédisposition biologique inexpliquée, mais, comme le dit Merrill, à l’effet de sélections non naturelles explicables par une analyse sociohistorique, sélections dont les descendants de ces populations payent aujourd’hui le prix d’un risque élevé de complications cardiaques, et d’une moindre espérance de vie :

  • 74 SINGER 1999, dans GOODMAN & LEATHERMAN, op. cit., p. 97.

Tout au long de son histoire quasiment, l’anthropologie biologique a traité la biologie humaine et la diversité humaine contemporaine comme si elles avaient évolué dans le contexte de conditions naturelles seulement et n’étaient pas en même temps le produit de milliers d’années de sélection « non naturelle » (i.e. sociales) dues à des conditions environnementales socialement produites74. [C’est moi qui souligne.]

37Que ce soit en anthropologie sociale ou en anthropologie biologique, existe donc la volonté de mettre en commun des concepts pour rendre compte de caractères qui, reconnus comme biologiques, n’en possèdent pas moins la potentialité d’être influencés par les pratiques sociales et, dans certains cas, leur doivent carrément leur présence au niveau de populations entières :

  • 75 GOODMAN & LEATHERMAN 1999, dans GOODMAN & LEATHERMAN, op. cit., pp. 4-5.

Nous voyons la nécessité d’approches synthétiques qui incorporent la diversité des savoirs et des approches en anthropologie et qui fournissent un cadre pour analyser comment les processus d’inégalité et de changement social interagissent avec les biologies humaines75.

  • 76 Cette expression est empruntée à SMITH & THOMAS 1999, dans GOODMAN & LEATHERMAN, op. cit., p. 453.

38L’idée de tous les auteurs qui adoptent cette perspective est de mettre l’accent sur les « coûts biologiques des inégalités76 » pour interroger certaines pratiques sociales.

La question des coûts biologiques des inégalités de genre

  • 77 GOODMAN & LEATHERMAN 1999, op. cit.
  • 78 MILLER Barbara Diane. 1993. « The anthropology of sex and gender hierarchies », dans MILLER Barbar (...)

39Nombre de participants à l’ouvrage Building a New Biocultural Synthesis… qui appellent de leurs vœux une nouvelle anthropologie bioculturelle soulèvent la problématique touchant les rapports de genre77. Comme le rappelle Barbara Miller par ailleurs, « nous ne devons pas oublier que les hiérarchies humaines de genre sont les formes d’inégalité dans le monde les plus persistantes, générales et pernicieuses78 ». Toutefois, une réelle proposition de ce que pourraient être les « conséquences biologiques des inégalités » produites par les rapports spécifiques de genre n’est pas faite par la perspective de la « nouvelle synthèse bioculturelle ». C’est le sens de ce livre que de poser la nécessité d’une convergence des perspectives de l’anthropologie biologique et de cette branche de l’anthropologie sociale qui traite des rapports de genre et des représentations qui constituent le socle de ces rapports.

  • 79 MATHIEU Nicole-Claude. 1991. « Sexes (différenciation des) », dans BONTE Pierre, IZARD Michel (dir (...)
  • 80 HÉRITIER Françoise. 1996. Masculin/féminin I. La pensée de la différence. Paris, Odile Jacob.
  • 81 MATHIEU Nicole-Claude (dir.). 1985. L’Arraisonnement des femmes. Essais en anthropologie des sexes (...)

40La contribution des anthropologues à la question du genre est de montrer qu’à des degrés divers, mais dans toutes les sociétés humaines, toutes les dimensions du social – non seulement la sphère de la reproduction proprement dite, mais les rapports de parenté, la sexualité, le travail, l’accès aux ressources et aux savoirs, etc. – sont informées par une différenciation des individus sur la base de leur anatomie génitale79. L’étude du genre illustre d’une manière particulièrement éclatante cette idée forte de l’anthropologie sociale selon laquelle aucun élément de la culture, qu’il s’agisse de discours ou de pratiques, ne peut être appréhendé sans une mise en rapport systématique avec la logique de pensée dans laquelle ils s’inscrivent. Les anthropologues sociaux peuvent être vus comme des archéologues de la pensée humaine ; ils essaient de mettre au jour les soubassements des cultures, d’identifier les parties immergées ou manquantes et de faire apparaître ce qui structure les rapports au plan de la pensée (pour oser un parallèle, c’est la même logique que déploient les généticiens du développement avec les gènes Hox !). Héritier tente depuis des années, face à des publics divers, de faire comprendre cette vision des choses pour les rapports de genre en montrant que faire changer des éléments d’inégalité sociale est une tâche extrêmement complexe, puisque c’est au niveau des logiques de pensée que se greffent toute une série de représentations et de pratiques, qui ne sont que des conséquences de ces logiques contraignantes. Contraignantes, non parce qu’elles seraient les seules logiques possibles (je fais valoir ici une interprétation que Françoise Héritier ne partagerait peut-être pas !), mais parce qu’elles sont elles-mêmes le produit d’habitus cognitifs : raisonner, en l’occurrence, par oppositions binaires. Les oppositions basées sur les notions d’« identique » et de « différent », analysées à partir des systèmes de parenté et à partir de la symbolique des substances corporelles par Héritier, sont au fondement d’un mécanisme de pensée qu’elle a appelé la pensée de la différence80. Ce mécanisme de pensée pousse lui-même à des pratiques sociales de type inclusion/exclusion. La question fondamentale qui se pose à une anthropologie du genre est précisément celle du lien entre cette pensée de la différence et des pratiques sociales inégalitaires qui créent des catégories mettant les individus d’une catégorie entière en position, comme dit Mathieu, d’être « arraisonnée » par l’autre81.

  • 82 J’ai décidé d’employer cette expression dans un sens plus global que Connell lui-même, qui parle d (...)

41Les feminist’s studies, women’s studies, men’s studies et maintenant gender studies ont réussi, au plan universitaire international – particulièrement anglo-saxon où elles ont acquis une relative assise académique-, à établir en quoi les catégories « homme » et « femme » relèvent d’une puissante et redoutable production culturelle. Leurs travaux mettent à mal l’idée que le travail de hiérarchisation qui la caractérise puisse être la traduction de simples réalités biologiques. L’expression « régimes de genre » que l’on trouve sous la plume du sociologue australien Robert Connell est certainement l’une des meilleures trouvées à ce jour : elle souligne que l’élaboration de ce type de catégories renvoie à une intentionnalité de type politique, et non à cet ordre « naturel » auquel on a longtemps tenté de la renvoyer82.

  • 83 TOURAILLE Priscille. (Sous presse.) « Genre et sexe : sortir de l’imbroglio conceptuel », dans GOU (...)
  • 84 TABET Paola. 1985. « Fertilité naturelle, reproduction forcée », dans MATHIEU, op. cit. : 61-146, (...)

42Le versant biologique de la définition des hommes et des femmes continue toutefois, en sciences sociales, d’être largement pensé comme un donné irréductible de la nature83. Certaines interventions pratiquées sur le donné biologique en vue de le modifier font certes l’objet d’analyses anthropologiques : les mutilations des organes génitaux par exemple. Sont aussi analysées les manipulations de processus biologiques complexes : ce qu’a fait Paola Tabet en mettant en évidence que les « conditions biologiques de la sexualité humaine » sont tout sauf naturelles84.

  • 85 Voir toutefois la piste introduite par Mathieu qui dessinait, contrairement à ce que j’ai entrepri (...)

43Les différences de stature entre hommes et femmes qui vont nous occuper dans cet ouvrage n’ont pas jusqu’ici posé question aux théoricien(ne)s du genre85. Le cheminement que je propose aboutit à se demander jusqu’à quel point les cultures humaines pourraient constituer des forces sélectives pour des phénomènes tels celui du dimorphisme sexuel de stature dans les populations humaines, autrement dit, à se demander jusqu’à quel point le genre peut s’inscrire dans le génome, ce qui viendrait alors bousculer l’idée qu’une caractéristique parfaitement biologique ne puisse pas, en même temps, être indiscutablement sociale.

Une démarche anthropologique « impliquée »

44Ce travail, on l’aura compris, n’a pas pour visée la production d’un savoir scientifique sur les écarts de taille corporelle entre les mâles et les femelles ou la formulation d’une hypothèse inédite. Il n’a pas non plus prétention à formuler de critique vis-à-vis des résultats existant dans le champ de la biologie. Une biologiste m’a lancé, au début de ma recherche : « Le dimorphisme sexuel de taille, oui, et alors ? ! » Et, ajouta-t-elle, d’un ton qui dissimulait mal son agacement : « Il faudrait déjà commencer par définir ce qu’on entend par taille ! » La question de savoir ce que l’on mesure, comment on le mesure, ce que l’on compare et pourquoi on le compare emplit des pages entières dans la littérature des sciences de l’évolution. Ce ne sont pas ces débats, pour lesquels je ne possède d’ailleurs pas les compétences voulues, que j’entends traiter dans ce livre. La façon dont j’appréhende ces corps de littérature est celle d’une anthropologue sociale abordant un champ de pensée et de raisonnement avec lequel elle n’a aucune familiarité au départ. Ceci représente la problématique typique de l’ethnologue et, pour certains, la condition même de son exercice.

  • 86 LATOUR Bruno. 1988. La Vie de laboratoire : la production des faits scientifiques. Paris, La Décou (...)
  • 87 STOCZKOWSKI 1994, op. cit.

45Cela dit, je ne fais pas à proprement parler de l’« anthropologie de la biologie évolutive » et ma démarche se veut différente de celles qui tentent de saisir le champ d’une autre science comme on aborde une société exotique, comme l’a fait par exemple Bruno Latour dans La Vie de laboratoire86 et d’autres à sa suite. Ma démarche est aussi différente de ceux qui, comme Stoczkowski, travaillent sur la façon dont les savoirs ordinaires informent les savoirs savants87. D’une certaine façon, je fais ici l’inverse, en ce sens que je cherche à montrer en quoi des concepts ordinaires peuvent constituer une entrave à la compréhension de modes de pensée scientifiquement novateurs. Il s’agit plus d’une mise en perspective de différents savoirs en rapport avec l’utilisation ordinaire de concepts qui rend l’intelligibilité de ces savoirs difficile et augmente d’une certaine manière l’incommensurabilité de modes (mondes) de pensée à l’intérieur d’un univers social commun. Ma démarche consiste en outre à trouver, sur le sujet des dimorphismes sexuels, quels sont les points d’articulation entre, d’une part, les modes de raisonnement de toute une série de disciplines possédant comme cadre de référence la théorie de l’évolution et, d’autre part, les modes de raisonnement des sciences sociales et, particulièrement ici, de l’anthropologie.

46Si le projet de l’anthropologie est de restituer des systèmes de pensée qui fondent des rapports sociaux spécifiques, il peut arriver que cette restitution lui découvre des pièces manquantes du discours, que ce qui n’est pas dit se révèle être en fait plus important que ce qui est dit, où que ce qui est restitué vienne à contredire ce qui a été identifié. Dans ce travail, mon intention a été de restituer ce qui fonde un consensus spécifique entre diverses communautés de chercheurs, et d’essayer de comprendre pourquoi, par exemple, certaines hypothèses ne voient pas le jour malgré l’existence de faits d’observation qui appelleraient pourtant leur formulation. Il s’agira, ce qui caractérise ultimement la tâche de l’anthropologue social, de faire apparaître des liens échappant à ceux qui tissent les discours envisagés. Ici précisément, il s’agira de voir si certains liens demeurent à l’état latent – et en cela, je pense, réside une des originalités de cet ouvrage – par manque de curiosité transdisciplinaire.

  • 88 ROSALDO Michelle Ζ. 1980. «The use and abuse of anthropology: reflections on feminism and cross cu (...)

47Cette recherche vise aussi bien sûr, par ricochet, les évidences de notre perception commune du sexe. Elle tente de faire glisser la compréhension commune vers une compréhension scientifiquement étayée par les travaux d’un certain nombre de disciplines qui mettent l’anthropologie sociale, et particulièrement l’anthropologie du genre, au cœur du débat. Elle vise à un nouveau questionnement interprétatif sur le rapport entre sexe et genre envisagés dans leur division heuristique biologique/social. Comme le dit Michelle Rosaldo à propos de la problématique sexe/genre en anthropologie, on dispose de plus en plus de données sur « les femmes ». Mais ce dont on a besoin, dit-elle, « ne sont pas tant les données que des questions… Ce que nous sommes en mesure de savoir maintenant sera déterminé par le type de questions que nous saurons poser88 ».

  • 89 ATP qui a donné lieu au colloque « Sexe et genre » tenu à Paris en 1989 et publié ensuite par le C (...)
  • 90 MATHIEU 1985, dans MATHIEU, op. cit. ; MATHIEU 1991, op. cit.
  • 91 TABET Paola. 1998. La Construction sociale de l’inégalité des sexes. Des outils et des corps. Pari (...)
  • 92 MICHARD-MARCHAL Claire & RIBERY Claudine. 1982. Sexisme et sciences humaines. Pratique linguistiqu (...)
  • 93 GUILLAUMIN Colette. 1992 [1978], « Pratique du pouvoir et idée de Nature. 1/L’appropriation des fe (...)
  • 94 PEYRE Évelyne & WIELS Joëlle. 1990. « Approches féministes des sciences expérimentales. Quelques r (...)
  • 95 FAUSTO-STERLING Anne. 1989. «Life in the XY corral», Women’s Studies International Forum, 12 (3): (...)

48Dans le sens de mise en perspective de l’épistémè actuelle sur le sexe et le genre, ce travail s’inscrit dans la critique féministe des sciences telle qu’elle a été menée dans le cadre de l’ATP (Action thématique programmée) créée par le CNRS en 1983, et intitulée « Recherches sur les femmes et recherches féministes89 ». Je précise ici que le label « féministe » appliqué à une recherche scientifique, contrairement à ce que l’on entend malheureusement encore bien souvent, ne marque pas une recherche qui serait plus « idéologique » que des recherches qui se posent d’emblée en dehors de toute détermination sociale ; ce label marque une critique épistémologique de biais engendrés justement par une perception genrée du social qui s’ignore comme telle, où les catégories de la pensée ordinaire sur ce que sont les hommes et les femmes viennent informer les hypothèses et les résultats scientifiques. Nous disposons en France, dans les sciences sociales, d’un travail fondamental de la critique féministe. Les recherches menées depuis les années 1970 en ethnologie par Nicole-Claude Mathieu90 et par Paola Τabet91, en linguistique par Claire Michard92 ont mis au jour un nombre conséquent de biais « androcentrés » en anthropologie et ont montré en quoi la catégorisation de genre doit être analysée pour la fonction qu’elle remplit dans le social, qui est de maintenir des rapports d’« appropriation », selon la notion forgée par Colette Guillaumin93. Du côté des sciences de la vie également, les critiques croisées d’Evelyne Peyre (paléoanthropologie), de Joëlle Wiels (biologie cellulaire) et de Michelle Fonton (préhistoire) ont noté les biais, comme l’intérêt, que comporte l’utilisation de la variable sexe dans ces disciplines et à leur intersection94. Ces critiques se font, entre autres, l’écho des travaux de l’Américaine Anne Fausto-Sterling (biologie du développement) : elles renvoient une grande partie des conceptualisations du sexe dans ses foyers, à savoir les idéologies de genre95.

  • 96 HARAWAY Donna. 1989. Primates Visions: Gender, Race and Nature in the World of Modern Science. New (...)
  • 97 GOWATY Patricia Adair (ed.). 1997. Feminism and Evolutionary Biology: Boundaries, Intersections, a (...)

49Aux États-Unis, la primatologie – champ investi par des primatologues femmes qui ont révolutionné la discipline en mettant en évidence que les travaux de leurs collègues masculins étaient centrés majoritairement sur l’observation des mâles et la théorisation à partir des mâles – a mené à un renouveau des problématiques sur les primates depuis les années 197096. En biologie évolutive également, des travaux réévaluent un bon nombre de théories existantes sur le rôle du sexe dans l’évolution97.

  • 98 DELPHY Christine. 1991. « Penser le genre : quels problèmes ? », dans HURTIG, KAIL & ROUCH, op. ci (...)
  • 99 La confusion entre lutte pour l’égalité et analyse de la pensée inégalitaire est entretenue à la f (...)

50La critique féministe dans les sciences, que ce soit en sciences humaines ou en sciences de la vie, n’est pas une recherche qui fait passer des utopies sociales pour de la recherche. Les utopies sont cependant reconnues comme un outil possible de « décentrage » dans les sciences sociales, et sont utiles à ce point de vue : nous ne pourrons « vraiment penser le genre que le jour où nous pourrons imaginer le non-genre », dit la sociologue Christine Dephy98. L’image du féminisme est celle en général d’une défense des droits « des femmes », alors qu’il est, dans sa dimension scientifique, une analyse des mécanismes conceptuels d’un système de pensée agissant au cœur des sciences99.

51Cet ouvrage tente d’articuler un certain nombre d’axes de recherche construits par les sciences de l’évolution avec l’anthropologie culturelle qui s’intéresse à comprendre le fonctionnement des régimes de genre ; il cherche, en faisant converger une pluralité d’approches, à ouvrir sur des questionnements non encore pris en compte par la recherche, ni en sciences sociales ni dans les sciences de la vie.

  • 100 Dans un contexte où les désignations de programmes scientifiques fleurissent comme les alpages en (...)

52Ma démarche a consisté à intégrer l’information de champs disciplinaires hétérogènes. Plusieurs corps de savoirs seront convoqués dans ce livre, à des degrés divers : la génétique quantitative, la biologie évolutive avec une focalisation sur l’écologie comportementale ; la sociobiologie humaine et l’écologie comportementale humaine, la psychologie évolutive (autant de désignations disciplinaires aux frontières souvent assez floues quant à leurs objets et à leur différenciation théorique100) ; l’anthropologie biologique, l’anthropologie évolutive, la paléoanthropologie ; la littérature médicale et obstétrique ; les sciences de la nutrition ; l’anthropologie de la nutrition, l’ethnographie. En effet, dans le cas des dimorphismes de taille corporelle, différentes disciplines contribuent à différentes perspectives. Je tenterai de montrer en quoi la convergence de tous ces fils théoriques sur le sujet du dimorphisme sexuel de stature dans l’espèce humaine permet de faire émerger des questions qui semblent échapper aux disciplines ayant pris en charge, justement, l’explication de ce dimorphisme.

« Une argumentation interdisciplinaire »

  • 101 FISCHLER Claude. 1990. L’Homnivore. Le goût, la cuisine et le corps. Paris, Odile Jacob, p. 20.
  • 102 « Siting (sighting) boundaries is a risky practice » (HARAWAY Donna. 1991. Simians, Cyborgs and Wo (...)
  • 103 GUILLE-ESCURET Georges. 1994. Le Décalage humain. Le fait social dans l’évolution. Paris, Kimé.
  • 104 MOLES 1990, op. cit., p. 136.

53Dans la façon dont j’ai construit ma problématique, certains verront une « démarche indisciplinaire », pour reprendre une expression du sociologue Claude Fischler qui, pour sa part, revendique cette démarche101. Celle-ci représente des risques de l’avis de nombre de chercheurs, également pour ceux qui s’y sont engagés, telle la philosophe des sciences Donna Haraway102. Je pense que le terme d’« argumentation interdisciplinaire103 », employé par Georges Guille-Escuret, convient mieux ici, non qu’il élimine le caractère risqué de l’entreprise, mais parce que j’entends souligner que je ne sortirai pas des limites théoriques assignées par les disciplines grâce auxquelles et autour desquelles j’ai peu à peu constitué mon sujet propre de recherche. Bien sûr, nombreux sont ceux qui mettent en garde contre ces ponts disciplinaires juxtaposant des problématiques et des concepts venus d’ailleurs sans vraiment parvenir à instaurer autre chose qu’un peu plus de confusion, les individus ne prenant souvent pas le temps de cerner la complexité d’un champ dont certains concepts les ont séduits. Moles est l’un de ceux qui ont très bien mis en évidence ce problème104. Moles, et c’est en cela que j’ai pu persévérer dans mes objectifs avec une certaine foi dans ce qu’il allait en advenir, déclare avoir une bien plus grande confiance dans la démarche individuelle de l’interdisciplinarité que dans la démarche collective. Car l’individu commence, dit-il, par résoudre « à l’intérieur de soi-même » le problème des répertoires communs préalables à la communication interdisciplinaire.

54Résoudre l’interdisciplinarité en soi n’est pas une mince affaire. Cela prend du temps et, surtout, il est difficile de savoir où s’arrêter car on ne connaît pas les limites du champ inconnu que l’on aborde, la difficulté surgissant toujours au moment où, ayant pensé avoir compris un problème, on réalise qu’on doit en fait renoncer à la compréhension acquise. Sans compter avec l’inquiétude de s’attaquer à des pensées savantes et donc à des « indigènes » capables de juger votre travail, ce qui rend cette anthropologie assez différente de celle pratiquée par les ethnologues classiques. Le fait que ceux-ci possèdent l’exclusivité de leurs données à travers une langue souvent connue d’eux seuls rend leurs résultats aussi plus dépendants de leur déontologie. Si l’anthropologie des discours savants échappe, me semble-t-il, plus facilement à la suspicion déontologique qui pèse sur les ethnologues rapportant des données inédites, elle génère cependant une angoisse de contrôle tout au long du processus d’écriture, ceci faisant du travail de vérification de ce que l’on croit avoir compris un processus quasiment aussi long que celui de la recherche.

  • 105 GUILLE-ESCURET 1994, op. cit., p. 11.

55Mais enfin, comme dit Guille-Escuret, « les recherches théoriques interdisciplinaires réclament un zeste d’indulgence : aujourd’hui nul ne peut plus prétendre maîtriser véritablement la bibliographie de plusieurs sciences (si tant est qu’on le puisse encore pour une seule)105 ». J’ai mené cette recherche avec le souci constant de ne pas commettre d’erreur fondamentale quant aux problématiques et aux cadres d’analyse propres aux disciplines que j’aborde. En revanche, des imprécisions dans mes exposés et mes formulations seront évidemment relevées par les spécialistes… y compris sans doute dans ma propre discipline. Je pense ici au chapitre final qui traite d’inégalité alimentaire dans les sociétés humaines : des ethnologues consciencieux me diront certainement que je n’ai pas pris le temps de bien replacer les faits dans leur contexte, ce en quoi je ne pourrai que leur donner raison. Je répondrai simplement qu’à ce jour des ethnographies centrées sur le thème des inégalités alimentaires en lien aux idéologies du genre ne sont pas de mode théorique. Faire sentir le besoin de telles recherches ethnographiques est d’ailleurs l’une des ambitions de ce travail.

Organisation de l’ouvrage

56La question qui traverse ce livre est la suivante : quelle est la signification adaptative des dimorphismes sexuels de taille pour les différents modèles théoriques qui ont été proposés depuis l’ouvrage fondateur de Darwin ? Pour être pertinente, la question doit se détailler ainsi : quel est l’avantage d’une grande taille pour les mâles dans les espèces où ceux-ci sont en moyenne plus grands que les femelles ? Inversement, quel est l’avantage d’une petite taille pour les femelles ? Quel serait l’avantage d’une grande taille pour les femelles ou d’une petite taille pour les mâles ?

57Un point capital doit cependant être abordé au préalable : pourquoi les dimorphismes sexuels de taille corporelle appartiennent-ils au champ d’étude de l’adaptation ? La réponse dépend de ce que les biologistes pensent être le mode d’hérédité qui sous-tend l’évolution des caractères « dimorphes ». L’existence de variations génétiques exprimées différentiellement selon le sexe sera l’objet du chapitre 1, chapitre en quelque sorte propédeutique, car il doit permettre de saisir le bien-fondé de l’approche théorique envisagée dans tout le reste de l’ouvrage.

58Nous entrons dans l’explication adaptative des dimorphismes avec la première partie ; je me focalise là sur tous les modèles qui ont mis en avant l’idée que les dimorphismes dans les espèces où les mâles sont plus grands que les femelles sont le résultat d’une augmentation de la taille des mâles, et donc de pressions de sélection sur les mâles (non humains et humains, alternativement). Dans cette première partie, le chapitre 2 traite du premier grand modèle explicatif des dimorphismes sexuels formulé originellement par Darwin. Ce chapitre consiste en une mise en perspective de la notion d’adaptation impliquée par ce modèle. Le chapitre 3 reprend la tentative d’application de ce modèle à l’espèce humaine par le courant de la sociobiologie culturelle qui s’est constitué il y a une trentaine d’années autour de Richard Alexander, et s’attache aux critiques auxquelles cette tentative a donné lieu, critiques menées par des anthropologues biologistes et aboutissant à l’émergence de nouvelles pistes de recherches. Le chapitre 4 expose un modèle alternatif, celui de la « défense antiprédateur » en primatologie, à la mode dans les années 1960 ; désaffecté aujourd’hui parce qu’il impliquait une idée de sélection de groupe abandonnée par les disciplines de l’évolution, il garde encore un certain écho dans les discours de vulgarisation. Il possède cependant un avatar inattendu dans la littérature de l’écologie comportementale humaine de ces dernières années : une sélection d’une grande stature chez les hommes comme résultat du « choix des femmes ».

59La deuxième partie de l’ouvrage envisage les modèles qui ont été proposés depuis une trentaine d’années pour expliquer que le dimorphisme sexuel dans les espèces où les femelles sont plus petites que les mâles peut aussi être la conséquence de sélections générant une diminution de la taille des femelles face à des ressources limitées. Le chapitre 5 présente les études qui établissent, principalement chez les primates, les besoins énergétiques (et notamment protéiques) des femelles par rapport aux mâles, en rapport avec la charge reproductive – gestation, allaitement et portage des petits –, ces études permettant d’identifier les pressions sélectives qui s’exercent sur la taille des femelles. Le chapitre 6 rend compte d’études montrant que des conflits chez les primates peuvent apparaître entre mâles et femelles sur la base de l’existence d’un dimorphisme, dimorphisme qui a alors le pouvoir de se maintenir ou de se renforcer par les rapports de force qu’il entraîne. Se pose la question de l’inégalité d’accès aux ressources, et des compétitions portant sur les ressources comme conséquences possibles du maintien des dimorphismes sexuels de taille corporelle.

60Avec la troisième partie, je reviens de nouveau à l’espèce humaine, par le biais des femmes cette fois. Je mets peu à peu en place l’idée qu’il pourrait exister des conditions de sélection de la stature des femmes dans l’espèce humaine en croisant les hypothèses de plusieurs champs disciplinaires.

61Dans le chapitre 7, j’aborde les théories classiques de l’anthropologie biologique sur le dimorphisme sexuel de stature. Je discute du modèle défendant l’idée qu’une petite stature des femmes peut être sélectionnée chez les femmes qui supportent grossesses et allaitement dès lors que les ressources sont limitées (comme pour les autres mammifères). La confrontation de ce type d’explication avec des théories de la paléoanthropologie fait surgir un important questionnement, traité au chapitre 8. En effet, l’évolution du genre Homo se caractériserait par une augmentation de la stature liée à la réduction du canal d’accouchement entraînée par la locomotion bipède permanente. La question du lien entre stature et pressions de sélection obstétriques comme moteur de l’augmentation de la taille corporelle dans le genre Homo amène à réexaminer la thèse classique, mais non vérifiée, d’une « adaptation du bassin féminin » à la parturition. Le chapitre 9 présente des données de la littérature médicale soulignant de manière récurrente le lien entre une petite taille des femmes, les difficultés obstétriques et la mortalité maternelle. Le lien avec le dimorphisme sexuel est confirmé par des biologistes de l’évolution qui montrent que les phénomènes obstétriques peuvent constituer de puissantes forces sélectives dans les sociétés où l’accouchement n’est pas médicalisé. Dans le chapitre 10, lequel fait pendant au chapitre 5 sur les femelles primates, on interrogera les sciences de la nutrition dans le cadre des contraintes nutritionnelles qui pèsent sur les femmes en rapport à la charge procréative. Là aussi sera remise en cause l’idée, communément admise, selon laquelle les hommes auraient des besoins alimentaires plus importants que ceux des femmes. Dans le champ de l’anthropologie évolutive, certains chercheurs disent que la tendance de toutes les sociétés humaines est celle d’un contrôle général des classes masculines sur les aliments riches en protéines ; ce que laissent aussi entendre bon nombre d’ethnographies faisant état d’un large monopole de la consommation d’aliments carnés par les hommes, associé à des pratiques qui restreignent cette même consommation quand il s’agit des femmes et des enfants. Le chapitre 11 constitue un survol de la littérature sur le sujet des inégalités alimentaires liées au genre. Ces inégalités alimentaires ont été, de manière récurrente, interprétées comme pratiques culturelles « adaptatives » par des auteurs venant d’horizons disciplinaires très différents.

62À ce stade, éclairée par ces multiples perspectives, la question prendra enfin tout son sens : que sont des pratiques adaptatives qui, par les pressions de sélection exercées sur les morphologies, peuvent engendrer de tels coûts de survie pour les individus ? Et qui, de plus, n’engendrent pas du tout – comme le voudrait l’écologie comportementale humaine qui voit toutes les pratiques humaines comme des pratiques adaptatives dans le sens de la reproduction – « un succès reproductif optimal » des femmes ? Le dimorphisme sexuel de stature dans l’espèce humaine serait-il capable de mettre les champions de l’adaptationnisme culturel face à une aporie fondamentale de leur programme de recherche ?

Notes

1 MATHIEU Nicole-Claude. 1991. L’Anatomie politique. Catégorisations et idéologies du sexe. Paris, Côté-femmes Éditions.

2 DUDEN Barbara. 1991. The Woman beneath the Skin: a Doctor’s Patients in Eighteenth-Century Germany. Cambridge, MA, Harvard University Press.

3 Je fais référence ici à la critique de Stephen Jay Gould et Richard Lewontin adressée au « programme adaptationniste » en biologie, dans un article qui a fait le tour des disciplines de l’évolution : GOULD Stephen Jay & LEWONTIN Richard. 1978. « The spandrels of San Marco and the panglossian paradigm : a critique of the adaptationnist programme », Proceedings of the Royal Society of London, Series Β, 205 : 581-598.

4 STOCZKOWSKI Wiktor. 1994. Anthropologie naïve, anthropologie savante. De l’origine de l’homme, de l’imagination et des idées reçues. Paris, CNRS Éditions.

5 L’idée a cependant été proposée. Voir, par exemple, WESCOTT Roger W. 1978. « The anthropology of the future as an academic discipline », dans MARUYAMA Magoroh & HARKINS Arthur M. (eds), Cultures of the Future. The Hague/Paris, Mouton : 509-528.

6 LÉVI-STRAUSS Claude. 1984. Paroles données. Paris, Plon, p. 36.

7 MONDIET-COLLE Catherine & COLLE Michel. 1989. Le Mythe de Procuste. La taille humaine entre norme et fantasme. Paris, Éditions du Seuil, p. 39.

8 Le concept de « distance somatique » et celui de « norme somatique » ont été proposés par l’anthropologue néerlandais Harmannus (Harry) Hoetink : HOETINK Harmannus. 1967. The Two Variants in Carribean Race Relations. A Contribution to the Sociology of Segmented Societies. London, Oxford University Press. Cité par BONNIOL Jean-Luc. 1992. La Couleur comme maléfice. Une illustration créole de la généalogie des Blancs et des Noirs. Paris, Albin Michel, pp. 130-131.

9 Le phénomène est déjà analysé en psychologie sociale et en sociologie. Pierre Bourdieu, par exemple, fait mention de ce respect de la distance somatique de la stature, connu de la sociologie, et imputé généralement à un choix des femmes : « on constate […] que les femmes françaises déclarent, à une très large majorité, qu’elles souhaitent avoir un conjoint […] plus grand qu’elles, les deux tiers d’entre elles allant jusqu’à refuser explicitement un homme moins grand » (BOURDIEU Pierre. 1998. La Domination masculine. Paris, Éditions du Seuil, p. 41). Un ouvrage récent de sociologie est précisément consacré à la question : HERPIN Nicolas. 2006. Le Pouvoir des grands. De l’influence de la taille des hommes sur leur statut social. Paris, La Découverte.

10 Les seules représentations où l’on remarque – et on le remarque, justement ! – une femme montrée à côté d’un homme plus petit qu’elles sont des représentations de type humoristique et grinçant qui rappellent, par leur ton même, l’existence d’une norme de distance somatique. Une chanson qu’apprennent les petites filles : « Mon père m’a donné un mari, Mon Dieu, quel homme, quel petit homme ! Mon père m’a donné un mari, Mon Dieu, quel homme, qu’il est petit ![…] Le chat l’a pris pour une souris, etc. » On pourrait croire cette comptine passée de mode, mais les voyageurs du métro parisien ont pu voir en décembre 1999 la campagne publicitaire lancée par la filière de vêtements (féminins) Kookaï : l’une des affiches (toutes les affiches se déclinaient sur la même idée de base) consiste en la photo des pieds et surtout d’une main de femme récupérant, dans la bonde d’un bac à douche, un bouchon de cheveux longs auquel se cramponne un homme aussi miniature que dans la chanson, mais jouissant ici de l’aubaine de n’être point définitivement avalé par les égouts. La légende tamponnée en haut de l’affiche façon WWF (avec le fameux logo du panda) annonçait « Save men » (Sauvons les hommes) par le « Kookaï Men Fund ». En dehors de l’humour, plutôt douteux, de cette campagne, c’est à se demander si la représentation d’un homme aux côtés d’une femme plus grande que lui ne peut jamais être que caricaturale. Cette représentation est-elle, malgré sa banale vraisemblance – tout le monde voit tous les jours des hommes petits et des femmes grandes se côtoyer dans les espaces publics-, irreprésentable, ob-scène ? Qu’une moyenne statistique en vienne à être pensée comme une sorte d’absolu dans le réel constitue une hypothèse sociologique raisonnable, même si ce n’est pas la piste que j’ai choisi de suivre dans cet ouvrage.

11 Le marché de l’hormone de croissance représentait déjà il y a vingt ans un montant de 100 millions de dollars aux États-Unis. Tiré de GRUMBACH M. 1988. « Growth hormone therapy and the short end of the stick », New England Journal of Medicine, 319 (4) : 238-241, p. 240. Cité par MONDIET-COLLE & COLLE 1989, op. cit., p. 39.

12 DAVID Patrice & SAMADI Sarah. 2000. La Théorie de l’évolution. Une logique pour la biologie. Paris, Flammarion, p. 25.

13 Ibid., p. 83.

14 DARWIN Charles. 1999 [1871]. La Filiation de l’homme et la sélection liée au sexe. Paris, Syllepse.

15 Le champ de recherche consacré spécifiquement à la compréhension des dimorphismes sexuels dans le monde animal est immense. La littérature existante comporte des milliers d’articles qui se répartissent dans toutes les revues spécialisées, de l’entomologie à l’herpétologie, en passant par l’ornithologie et la primatologie. La bibliographie de mon livre en propose un petit nombre. Il est vrai qu’une référence sur le dimorphisme sexuel de taille corporelle chez les patineurs des ruisseaux, espèce qui a donné lieu à un nombre de travaux impressionnant sur les dimorphismes (FERGUSON 1. M. & FAIRBAIRN D. J. 2000. « Sex-specific selection and sexual size dimorphism in the waterstrider Aquarius remigis », Journal of Evolutionary Biology, 13 : 160-170), est a priori hors du champ de cet ouvrage. Les références que j’ai préférentiellement retenues concernent plus largement le dimorphisme sexuel des mammifères et encore plus précisément des primates. Je me situe, ce faisant, à l’intérieur du raisonnement qu’on peut qualifier comme étant celui de la continuité phylogénétique, les contraintes de développement étant plus proches entre primates qu’entre ceux-ci et les insectes ou les oiseaux. Pour les autres, je les cite d’une manière quelque peu anecdotique et seulement dans la mesure où elles permettent de comprendre l’existence ou l’apparition d’un cadre théorique donné. Il va sans dire que ce choix est tout sauf exhaustif. J’ai cependant essayé de mentionner les articles les plus cités, c’est-à-dire ceux qui servent de cadre théorique aux recherches empiriques.

16 HARVEY P. H. & BENNETT P. M. 1985. « Sexual dimorphism and reproductive strategies », dans GHESQUIERE J. MARTIN R. D. & NEWCOMBE F. (eds), Human Sexual Dimorphism. London/Philadelphia, Taylor & Francis Ltd : 43-59.

17 GRIFFITHS Anthony J. F. GELBART William M. MILLER Jeffrey H. & LEWONTIN Richard C. 2001 [1999\. Analyse génétique moderne. Paris/Bruxelles, De Boeck Université.

18 « Phénotype : caractères matériels observables sur un individu et interagissant avec l’environnement. » Définition de DAVID & SAMADI 2000, op. cit., p. 21.

19 DEVILLERS Charles & CHALINE Jean. 1989. La Théorie de l’évolution. État de la question à la lumière des connaissances scientifiques actuelles. Paris, Dunod, p. 266.

20 LEWIN Roger. 1991 [1989]. L’Évolution humaine. Paris, Éditions du Seuil, p. 399.

21 SAKKA Michel. 1991. Les Origines de l’homme. Un autre regard. Paris, Messidor/Éditions sociales, p. 224. [Petite rectification de la définition de l’auteur : la taille des spécimens mâles ne diffère pas de celle des spécimens femelles chez le Gibbon, qui est un grand Singe.]

22 FAUSTO-STERLING Anne. 2001. « La fin programmée du dimorphisme sexuel », La Recherche, hors-série n° 6 : 58-62.

23 Enquête santé INSEE 2001, citée par HERPIN 2006, op. cit., p. 14. Ces moyennes sont celles de la population française entre 20 et 29 ans. Ces moyennes évidemment changent aussi en fonction des populations humaines. L’exposition « Tous parents, tous différents » du Muséum national d’histoire naturelle et du musée de l’Homme à Paris présente ainsi un certain nombre de ces différences de moyennes pour dix populations dans le monde. À titre de comparaison, les Sara du Tchad (167 cm pour les femmes, 180 cm pour les hommes), les Pygmées du Congo (135 cm pour les femmes, 145 cm pour les hommes…).

24 Ces mesures – 177 cm, 164 cm – n’ont, comme on le sait, qu’une valeur de moyenne : la somme des mesures de stature divisée par le nombre d’individus mesurés et séparés au préalable en deux groupes, hommes et femmes. Ce calcul ne dit rien de la distribution des valeurs, les trois quarts de la population (hommes et femmes confondus) pouvant virtuellement mesurer 169 cm, un huitième des femmes 149 cm et un huitième des hommes 191 cm (pour exagérer la vision biaisée que donne l’idée de moyenne). Or, ce n’est pas aux moyennes que s’intéressent les biologistes qui travaillent sur les dimorphismes, mais à la distribution des valeurs et à l’étendue de la variation (en terme technique, à la « variance »). Dans le cas des dimorphismes sexuels de taille corporelle, l’appréhension de la réalité de ces mesures est une appréhension statistique : « Nous définissons le dimorphisme sexuel de taille comme toute différence statistiquement significative en rapport avec la longueur et le poids moyens d’organismes sexuellement matures appartenant à une même population durant une période donnée » (LOVICH Jeffrey Ε. & GIBBONS J. Whitfield. 1992. « A review of techniques for quantifying sexual size dimorphism », Growth, Development & Aging, 56 : 269-281, p. 270).

25 MOLES Abraham. 1990. Les Sciences de l’imprécis. Paris, Éditions du Seuil, p. 134.

26 DEVILLERS & CHALINE 1989, op. cit., p. 266.

27 Par exemple : GOULD & LEWONTIN 1978, art. cit.; DEVILLERS & CHALINE 1989, op. cit.; MAYR Ernst. 1983. «How to carry out the adaptationist programm?», The American Naturalist, 121: 324-334 ; TATTERSALL Ian. 1999. « The abuse of adaptation», Evolutionary Anthropology, 7 (4): 115-116.

28 DARWIN Charles. 1992 [1859]. L’Origine des espèces au moyen de la sélection naturelle ou La préservation des races favorisées dans la lutte pour la vie. Paris, Garnier-Flammarion, p. 74.

29 RIDLEY Marc. 1997. Évolution biologique. Paris/Bruxelles, De Boeck Université, p. 279.

30 BURIAN Richard M. 1992. « Adaptation : historical perspectives », dans KELLER Evelyn Fox & LLOYD Elisabeth A. (eds), Key Words in Evolutionary Biology. Cambridge, MA, Harvard University Press : 7-12, p. 8.

31 WEST-EBERHARD Mary Jane. 1992. « Adaptation : current usages », dans KELLER & LLOYD, op. cit. : 13-18, p. 13.

32 RIDLEY 1997, op. cit., p. 349.

33 Sélection : « phénomène par lequel certains organismes, au sein d’une population, laissent plus de descendants que d’autres. Il faut que la différence entre les uns et les autres soit statistiquement significative, qu’elle ne puisse donc pas être attribuée au hasard de l’échantillonnage » (RIDLEY 1997, op. cit., p. 671).

34 GLIDDON C. J. & GOUYON P.-H. 1989. «The units of selection», Trends in Ecology & Evolution, 4 (7): 204-208; KELLER Laurent (ed.). 1999. Levels of Selection in Evolution. Princeton, Princeton University Press; IDLEY 1997, op. cit., pp. 316-337.

35 L’expression « entités sélectionnées » est la traduction proposée pour le terme anglais units of selection dans le manuel de Marc Ridley (RIDLEY 1997, op. cit., p. 316).

36 RIDLEY 1997, op. cit., p. 365.

37 DANCHIN Etienne, GIRALDEAU Luc-Alain & CÉZILLY Frank. 2005. Écologie comportementale. Cours et questions de réflexion. Paris, Dunod.

38 Selon le terme utilisé par CULLEN Ben Sandford. 2000. Contagious Ideas. On Evolution, Culture, Archaeology, and Cultural Virus Theory [collected writings edited by STEELE James, CULLEN Richard & CHIPPINDALE Christopher]. Oxford, Oxbow Books.

39 BORGERHOFF MULDER Monique. 1991. « Human behavioural ecology », dans KREBS J. R. & DAVIES Ν. B. (eds), Behavioural Ecology. An Evolutionary Approach. Oxford, Blackwell Scientific Publications (3e édition) : 69-98.

40 HILL Kim & HURTADO Magdalena A. 1996. Aché Life History : the Ecology and Demography of a Foraging People. New York, Aldine de Gruyter, p. 7.

41 PLAVCAN J. Michael. 2001. « Sexual dimorphism in primate evolution », Yearbook of Physical Anthropology, 44 : 25-53, p. 49.

42 ALVARD Michael S. 2003. «The adaptive nature of culture», Evolutionary Anthropology. 12 (3): 136-149.

43 DOBZHANSKY Theodosius. 1966. L’Homme en évolution. Paris, Flammarion, p. 259.

44 HILL & HURTADO 1996, op. cit., p. 14; BETZIG Laura L. BORGERHOFF MULDER Monique & TURKE Paul (eds). 1988. Human Reproductive Behaviour: a Darwinian Perspective. Cambridge, Cambridge University Press.

45 SMITH Eric Alden & WINTERHALDER Bruce (eds). 1992. Evolutionary Ecology and Human Behavior. New York, Aldine de Gruyter.

46 IRONS William. 1979. « Cultural and biological success », dans CHAGNON Napoleon & IRONS William (eds), Evolutionary Biology and Human Social Behavior : an Anthropological Perspective. North Scituate, MA, Duxbury Press, p. 258.

47 RICHERSON Peter J. & BOYD Robert. 1992. « Cultural inheritance and evolutionary ecology », dans SMITH & WINTERHALDER, op. cit. : 61-92, p. 87.

48 MÉNIL René. 1981. « Le Spectre de Gobineau », dans Tracées. Identité, négritude, esthétique aux Antilles. Paris, Robert Laffont : 90-96, p. 90.

49 CULLEN 2000, op. cit.; KITCHER Philip. 1985. Vaulting Ambition. Sociobiology and the Quest for Human Nature. Cambridge, MA, The MIT Press.

50 GOODMAN Alan H. & LEATHERMAN Thomas L. 1999. « Traversing the chasm between biology and culture : an introduction », dans GOODMAN Alan H. & LEATHERMAN Thomas L. (eds), Building a New Biocultural Synthesis : Political-Economic Perspectives on Human Biology. Ann Arbor, University of Michigan Press : 3-41.

51 GOODMAN & LEATHERMAN 1999, op. cit.

52 GOODMAN & LEATHERMAN 1999, dans GOODMAN & LEATHERMAN, op. cit., p. 25.

53 SMITH Gavin A. & THOMAS R. Brooke. 1999. « What could be biocultural anthropology for the next generation », dans GOODMAN & LEATHERMAN, op. cit. : 451-473, p. 461.

54 INGOLD Tim. 1990. «An anthropologist looks at biology», Man, 25 (2): 208-229, p. 224.

55 DESCOLA Philippe & PÁLSSON Gisli. 1996. « Introduction », dans DESCOLA Philippe & PÁLSSON Gisli (eds), Nature and Society. Anthropological Perspectives. London, Routledge, p. 15.

56 HÉRITIER Françoise, « Une anthropologie symbolique du corps », conférence Marcel Mauss. Société des Africanistes, musée de l’Homme, Paris, 15 octobre 2003.

57 SINGER Merrill. 1999. « The development of critical medical anthropology : implications for biological anthropology », dans GOODMAN & LEATHERMAN, op. cit. : 93-123.

58 LÉVI-STRAUSS Claude. 1958. Anthropologie structurale. Paris, Plon, p. 410.

59 BENOIST Jean. 1966. « Du social au biologique : études de quelques interactions », L’Homme, VI (1) : 5-26.

60 BONNIOL Jean-Luc. 1990. « La couleur des hommes, principe d’organisation sociale », Ethnologie française, 20 (4) : 410-418 ; BONNIOL 1992, op. cit.

61 BENOIST Jean. 1968. Esquisse d’une biologie de l’homme social. Montréal, Presses de l’université de Montréal.

62 Ibid., p. 32.

63 BONNIOL 1992, op. cit., p. 17.

64 Ibid., p. 135.

65 JAMARD Jean-Luc. 1992. « Consomption d’esclaves et production de “races” : l’expérience caraïbéenne », L’Homme, 122-124 : 209-234 ; JAMARD Jean-Luc. 1995. « Noir, c’est noir… », L’Homme, XXXV (133) : 123-133.

66 ARMELAGOS George J. & GOODMAN Alan H. 1999. « Race, racism, and anthropology », dans GOODMAN & LEATHERMAN, op. cit. : 359-377, p. 371.

67 GOODMAN & LEATHERMAN 1999, dans GOODMAN & LEATHERMAN, op. cit., p. 24.

68 Ibid., p. 23.

69 SMITH & THOMAS 1999, dans GOODMAN & LEATHERMAN, op. cit., p. 466.

70 SINGER 1999, dans GOODMAN & LEATHERMAN, op. cit.

71 Ibid., p. 115.

72 SINGER Merrill. 1996. «Farewell to adaptationism: unnatural selection and the politics of biology», Medical Anthropology Quarterly, 10 (4): 496-515.

73 GRIM Clarence & WILSON Thomas. 1993. « Salt, slavery, and survival : physiological principles of the evolutionary hypothesis on hypertension among western hemisphere Blacks », dans FRAY J. & DOUGLAS J. (eds), Pathophysiology of Hypertension in Blacks. Oxford, Oxford University Press : 123-135.

74 SINGER 1999, dans GOODMAN & LEATHERMAN, op. cit., p. 97.

75 GOODMAN & LEATHERMAN 1999, dans GOODMAN & LEATHERMAN, op. cit., pp. 4-5.

76 Cette expression est empruntée à SMITH & THOMAS 1999, dans GOODMAN & LEATHERMAN, op. cit., p. 453.

77 GOODMAN & LEATHERMAN 1999, op. cit.

78 MILLER Barbara Diane. 1993. « The anthropology of sex and gender hierarchies », dans MILLER Barbara Diane (ed.), Sex and Gender Hierarchies. Cambridge, Cambridge University Press : 3-31, p. 22.

79 MATHIEU Nicole-Claude. 1991. « Sexes (différenciation des) », dans BONTE Pierre, IZARD Michel (dir.), Dictionnaire de l’ethnologie et de l’anthropologie. Paris, PUF : 660-664, p. 664.

80 HÉRITIER Françoise. 1996. Masculin/féminin I. La pensée de la différence. Paris, Odile Jacob.

81 MATHIEU Nicole-Claude (dir.). 1985. L’Arraisonnement des femmes. Essais en anthropologie des sexes. Paris, Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales.

82 J’ai décidé d’employer cette expression dans un sens plus global que Connell lui-même, qui parle d’« ordre du genre » à un niveau global et de « régimes de genre » à un niveau local. La problématique comparative de l’anthropologie sociale me pousse à déplacer la focale de Connell et à voir chaque culture comme ayant des régimes de genre particuliers sous un ordre du genre qui serait alors commun à toutes les sociétés humaines. CONNELL Robert W. 1987. Gender and Power. Society, the Person and Sexual Politics. Stanford, CA, Stanford University Press.

83 TOURAILLE Priscille. (Sous presse.) « Genre et sexe : sortir de l’imbroglio conceptuel », dans GOUYON Pierre-Henri (dir.), Aux origines du sexe. Paris, Fayard.

84 TABET Paola. 1985. « Fertilité naturelle, reproduction forcée », dans MATHIEU, op. cit. : 61-146, p. 114.

85 Voir toutefois la piste introduite par Mathieu qui dessinait, contrairement à ce que j’ai entrepris, une approche de la question que je qualifierai d’environnementale (je renvoie, pour la compréhension d’un tel type de problématique, au chapitre 7 du présent ouvrage) : MATHIEU Nicole-Claude. 1985. « Quand céder n’est pas consentir. Des déterminants matériels et psychiques de la conscience dominée des femmes, et de quelques-unes de leurs interprétations en ethnologie », dans MATHIEU, op. cit. : 169-245, pp. 188-189.

86 LATOUR Bruno. 1988. La Vie de laboratoire : la production des faits scientifiques. Paris, La Découverte.

87 STOCZKOWSKI 1994, op. cit.

88 ROSALDO Michelle Ζ. 1980. «The use and abuse of anthropology: reflections on feminism and cross cultural understanding», Signs, 5 (3): 389-417.

89 ATP qui a donné lieu au colloque « Sexe et genre » tenu à Paris en 1989 et publié ensuite par le CNRS : HURTIG Marie-Claude, KAIL Michèle & ROUCH Hélène (éd.). 1991. Sexe et genre. De la hiérarchie entre les sexes. Paris, Éditions du CNRS.

90 MATHIEU 1985, dans MATHIEU, op. cit. ; MATHIEU 1991, op. cit.

91 TABET Paola. 1998. La Construction sociale de l’inégalité des sexes. Des outils et des corps. Paris, L’Harmattan.

92 MICHARD-MARCHAL Claire & RIBERY Claudine. 1982. Sexisme et sciences humaines. Pratique linguistique du rapport de sexage. Lille, Presses universitaires de Lille.

93 GUILLAUMIN Colette. 1992 [1978], « Pratique du pouvoir et idée de Nature. 1/L’appropriation des femmes. 2/Le discours de la Nature », dans Sexe, race et pratique du pouvoir. L’idée de Nature. Paris, Côté-femmes Éditions : 13-82.

94 PEYRE Évelyne & WIELS Joëlle. 1990. « Approches féministes des sciences expérimentales. Quelques remarques sur les travaux nord-américains en biologie », Les Cahiers du Grif, « Savoir et différence des sexes », 45 : 117-128 et 134-136 ; PEYRE Évelyne, WIELS Joëlle & FONTON Michèle. 1991. « Sexe biologique et sexe social », dans HURTIG, KAIL & ROUCH, op. cit. : 27-50.

95 FAUSTO-STERLING Anne. 1989. «Life in the XY corral», Women’s Studies International Forum, 12 (3): 319-331; FAUSTO-STERLING Anne. 1992. Myths of Gender: Biological Theories about Women and Men. New York, Basic Books.

96 HARAWAY Donna. 1989. Primates Visions: Gender, Race and Nature in the World of Modern Science. New York, Routledge.

97 GOWATY Patricia Adair (ed.). 1997. Feminism and Evolutionary Biology: Boundaries, Intersections, and Frontiers. New York, Chapman & Hall.

98 DELPHY Christine. 1991. « Penser le genre : quels problèmes ? », dans HURTIG, KAIL & ROUCH, op. cit. : 89-101, p. 100.

99 La confusion entre lutte pour l’égalité et analyse de la pensée inégalitaire est entretenue à la fois par ceux qui ne tiennent pas à voir révélés les soubassements idéologiques de recherches censées ne pas en posséder et par le terme lui-même de « féminisme » qui, pour certaines (dont je suis d’ailleurs), possède une ambiguïté génératrice de malentendus dans le sens où il semble revendiquer la catégorisation même qui est l’objet du questionnement critique. De manière pragmatique en fait, le choix du terme « féministe » est revendiqué par beaucoup de chercheuses comme un hommage aux mouvements sociaux qui ont historiquement amené à poser la question des « rapports sociaux de sexe » et qui, plus simplement, leur ont permis d’exister comme chercheuses dans le présent. Il y a dans l’emploi du terme « féministe » une conscience, politique, qui est de comprendre que la possibilité même de penser ce qu’on pense à un certain moment de l’histoire n’aurait pas été obtenue sans luttes sociales.

100 Dans un contexte où les désignations de programmes scientifiques fleurissent comme les alpages en été, il est parfois difficile de savoir ce que recouvre le noyau dur de leur programme, d’autant plus que l’on a souvent à faire à des problématiques déjà connues mais ravivées d’un terme plus attrayant (ou moins connoté).

101 FISCHLER Claude. 1990. L’Homnivore. Le goût, la cuisine et le corps. Paris, Odile Jacob, p. 20.

102 « Siting (sighting) boundaries is a risky practice » (HARAWAY Donna. 1991. Simians, Cyborgs and Women : the Reinvention of Nature. New York, Routledge, p. 200).

103 GUILLE-ESCURET Georges. 1994. Le Décalage humain. Le fait social dans l’évolution. Paris, Kimé.

104 MOLES 1990, op. cit., p. 136.

105 GUILLE-ESCURET 1994, op. cit., p. 11.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540