Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

Hommes grands, femmes petites : une évolution coûteuse

 | 
Priscille Touraille

Préface. La mal-mesure des femmes

Dominique Pestre

Testo integrale

1Le biologique est capable d’enregistrer l’ordre social et de le faire advenir en nature, telle est la thèse extrêmement forte que Priscille Touraille reprend à son compte dans ce livre en faisant valoir à quel point elle est restée insuffisamment explorée. Peut-être parce qu’il s’agit d’une thèse surprenante pour nos manières habituelles de conceptualiser et de « ranger » les choses, d’une thèse qui peut apparaître, au premier abord, comme contraire aux entendements scientifiques les plus acquis – en un mot, peut-être parce qu’il s’agit d’une thèse « trop radicale » pour être acceptée. Plus surprenant encore, Priscille Touraille propose d’en faire la démonstration sur un caractère morphologique qui semble radicalement inaccessible au « social » : la différence moyenne de taille entre hommes et femmes, une différence que nous tenons tous spontanément, je suppose, comme « naturelle », comme « universelle » (les mâles ne sont-ils pas plus grands que les femelles « en général »), comme un donné peu susceptible d’avoir été « produit » par l’organisation des sociétés humaines. Et pourtant. Et pourtant, Priscille Touraille montre avec un luxe de détails, d’analyses et de lectures critiques stupéfiantes que l’hypothèse mérite d’être prise au sérieux, qu’elle est riche de promesses sur les interfaces entre nature et culture – et sur nos manières, peut-être trop hâtives, d’ordonner et d’expliquer les choses. Elle le fait à partir de la théorie de l’évolution et en mobilisant une gamme de données et de savoirs qui vont de l’anthropologie sociale et de l’anthropologie biologique à l’écologie comportementale humaine en passant par la paléoanthropologie, les sciences de la nutrition, la génétique quantitative, etc. En bref, une proposition passionnante dans l’immensité de ce qu’elle offre, une proposition joyeusement ironique (et souvent dévastatrice), qui ouvre drastiquement nos cadres de pensée et suggère d’apprendre à sortir des lieux communs infondés (mais socialement bien compréhensibles) qui peuplent nos esprits et bien des écrits de science.

2La première chose que je souhaiterais dire, dans le but de déstabiliser une première gamme de certitudes trop hâtives, est qu’il n’est pas vrai que les mâles soient toujours plus grands et forts que les femelles dans le règne animal – pensez à votre chat domestique ou aux chevaux dont les éleveurs, cavaliers et autres professionnels vous diront tous que le sexe n’est pas une variable pertinente pour choisir une monture de trait, de saut d’obstacle ou de course. Toutes, absolument toutes les situations se rencontrent dans la nature quant aux tailles respectives des mâles et des femelles – avec, à chaque fois, l’environnement, les modes de vie, et les modes d’organisation des mâles et des femelles comme facteurs déterminants. Dans la même logique de déstabilisation préalable des évidences d’un sens commun fonctionnant comme « obstacle épistémologique », il n’est peut-être pas inintéressant de rappeler que l’évolution des espèces n’est pas un phénomène simplement « naturel », qu’il peut être le fait de la volonté délibérée des humains, ou de la manière dont ils s’organisent. Comme le note Darwin lui-même, la sélection des races domestiques est le fait des hommes – les adaptations qui en découlent « ne contribuant en rien au bien-être de l’animal ou de la plante, mais simplement à l’avantage ou au caprice de l’Homme ».

3Le cœur de la démonstration que nous propose Priscille Touraille peut être résumé ainsi : l’inégalité structurelle et de long terme entre hommes et femmes (la « domination masculine » si l’on souhaite reprendre ce vocabulaire), la nature dissymétrique de ces relations et de l’environnement dans lequel hommes et femmes ont été (se sont placés) au long de histoire qui a fait advenir l’espèce humaine, et en particulier l’inégalité durable d’accès aux ressources entre mâles et femelles, peuvent très bien avoir été des éléments décisifs du processus historique de sélection et d’adaptation biologique qui a conduit aux caractères morphologiques que nous connaissons aujourd’hui. Du fait d’une différenciation sociale construite sur la base de l’anatomie génitale — différenciation qui a signifié, pour les femmes, de moindres apports alimentaires et une plus grande « dureté » dans la « lutte pour la (sur)vie » –, ces dernières se sont historiquement trouvées dans une position plus « coûteuse » en termes d’adaptation. Le résultat en a été – et malgré un avantage pour les femmes grandes en termes de reproduction – une sélection « naturelle » des femmes petites.

4Voici la thèse dans ses grandes lignes, voici un résumé qui ne rend pas compte de la richesse documentaire infinie du livre et de la rigueur de la démonstration, mais qui vise simplement à inciter à la lecture. Précisons que ce livre ne se présente pas comme la démonstration d’un « fait positif » : c’est à cause des pressions de sélection constituées par un inégal accès aux ressources que les femmes sont « devenues » plus petites, entraînant l’« adaptation coûteuse » constatée… La démonstration complète d’une telle thèse (ou plus précisément la construction d’un faisceau de preuves « robuste », car rien de définitif ne sera jamais produit sur un sujet aussi complexe) demanderait la mobilisation de savoirs et d’enquêtes nouvelles qu’une personne seule ne peut mener à bien. Ce livre démontre plutôt (au sens fort du terme) que la question vaut d’être posée, qu’il y a bien là une question majeure et digne d’intérêt, une question qu’aucune discipline savante n’a soulevée – et que l’hypothèse est solide et plausible, voire contenue en creux dans les savoirs en place pour qui sait regarder. Pour rassurer le lecteur non spécialiste qui pourrait souhaiter en appeler à la vraie science face à une proposition si iconoclaste – l’appel à l’autorité est une réaction légitime dans un tel contexte-, je rappellerai que les membres du jury de thèse (car ce travail a d’abord été une thèse de doctorat) ont salué l’heuristique profonde de la démarche, la solidité des arguments avancés, la richesse des données et la qualité des analyses – et ont tous admis, théoriciens de l’évolution en tête, que Priscille Touraille mettait le doigt sur un aveuglement que rien de « scientifique » ne justifiait.

5Cela me conduit à revenir sur la relation qu’entretient (que devrait entretenir ?) la science « officielle », et sa revendication d’objectivité, avec les critiques qui peuvent lui être portées « de l’extérieur » – par exemple, à partir d’une pensée féministe consciente du point aveugle qu’est le plus souvent la question du genre. Je partirai d’une idée banale, que, en sciences comme ailleurs, les énoncés ne peuvent être que partiaux et partiels car simplifiés et cadrés d’une façon toujours particulière. Aucun savoir ne peut échapper à cette contrainte, et la force des sciences modernes a bien été d’assumer ces limitations. Il apparaît donc essentiel d’inviter les femmes et hommes de science à pister les biais systématiques de ce qu’ils produisent – ce sur quoi Gaston Bachelard a toujours insisté, ce qu ont fait les études féministes avec bonheur depuis trois décennies, et ce que Priscille Touraille renouvelle ici avec une érudition et un mordant vraiment séduisants. Parce qu’elle a, parce qu’elles ont, regardé les choses du point de vue de femmes suspicieuses devant la répétition de certains énoncés infondés les concernant, elles pointent du doigt des présupposés tenaces mais intenables, elles interrogent et rouvrent des programmes de recherche bien établis.

6La leçon a une portée générale, à savoir qu’il n’y a pas à construire d’opposition tranchée entre volonté de faire science et parti pris, entre volonté d’objectivité et mobilisation de la subjectivité. En fait, assimiler l’objectivité des sciences à un point de vue transcendant – en bref, bel héritage du monothéisme, de penser que la « science » est ventriloque et parle comme Dieu – n’est pas seulement une erreur et un leurre ; c’est une faute de méthode dont les conséquences, cognitives autant que morales, sont énormes.

7Tout et n’importe quoi peut-il alors se dire ? Non, bien sûr, mais je suggère d’éviter les grands mots et d’indiquer le plus simplement possible ce que ces remarques impliquent en termes épistémiques. D’abord, il convient d’énoncer les principes sur lesquels s’appuie toute volonté de savoir (par exemple ceux qui animent Priscille Touraille dans ce livre), de revendiquer la volonté d’objectivité et d’universalité – et d’affirmer que cela compte. Cette affirmation principielle ne doit toutefois pas masquer que connaître excède une telle prise de position, que la pratique ne sera jamais cet idéal, que l’humain est fini et toujours déjà pris dans des cultures et des a priori – et que cette situation n’est pas sans effet sur les savoirs produits. Il est donc sage d’admettre, autre principe premier, que la raison ne parle pas d’une seule voix, que la variété des approches et des positions à partir desquelles on pense et regarde les choses importe – et que cette variété est une ressource pour mieux comprendre, qu’elle est positive, qu’elle est un bien.

8Un dernier mot pour conclure – mais le lecteur l’aura deviné : ce livre est un livre essentiel et d’une grande rigueur, c’est un livre dérangeant et puissant, comme on dit en mathématiques, une proposition d’une rare intelligence et qui réussit à questionner avec bonheur une évidence profondément ancrée et lourde de raisons sociales. C’est aussi un livre d’une formidable richesse documentaire, un livre fourmillant d’histoires et de résultats insoupçonnés, un livre plein d’humour dont cette introduction ne peut rendre compte. C’est donc un grand honneur pour moi que d’avoir été invité à le présenter. Et j’en remercie Priscille.

Autore

Directeur d’études à l’EHESS

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2008

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540