Version classiqueVersion mobile

Les chefferies dìì de l'Adamaoua (Nord-Cameroun)

 | 
Jean-Claude Muller

Cahier hors-texte

Texte intégral

Image

Phot. 1. Le masque dìì appelé geg, fait de graines et de fibres. Les graines fixées sur un plateau de bois créent une bordure rouge autour des yeux. Ce masque sort lors d’occasions spécifiques comme la circoncision. Ici, accompagné par des hommes initiés, il se rend au site où les futurs circoncis boiront une potion revigorante avant d’être circoncis. (Village de Mbé. Septembre 1991. Cliché J.-C. Muller.)

Image

Phot. 2. Un masque geg danse devant de nouveaux circoncis en visite au village. (Village de Mbé. Septembre 1991. Cliché J.-C. Muller.)

Image

Phot. 3. Un masque geg supervise la prise de la médecine. Il brandit une branche dont il fouette les enfants et les femmes qui s’approchent trop près. (Village de Kaana’a. Juillet 1992. Cliché J.-C. Muller.)

Image

Phot. 4. Trois masques geg attendent pendant que les garçons prennent leur potion revigorante. Chaque village n’a qu’un masque geg mais ceux d’autres villages voisins peuvent être invités lors de circoncisions importantes. (Village de Mbé. Septembre 1991. Cliché J.-C. Muller.)

Image

Phot. 5. Le masque dìì appelé fImageImage, la contrepartie féminine du geg. Ce masque composé de lanières d’écorce et d’une armature de tête en bois est ici avec le chef du village de Nyadu dont il est l’alter ego. (Village de Nyadu. Juillet 1993. Cliché J.-C. Muller.)

Image

Phot. 6. Un masque fImageImage avec à gauche son gardien et, à droite, le chef de village tenant son « bambou léopard », un des insignes de son titre. (Village de Kaana’a. Mai 1999. Cliché J.-C. Muller.)

Image

Phot. 7. Un masque fImageImage terminant une danse dans un dernier tournoiement en se jetant à terre. (Village de Man. Avril 1999. Cliché J.-C. Muller.)

Image

Phot. 8. Comme les masques de leurs voisins dìì ces masques chamba, dits masques-buffles, sont soit masculin soit féminin et combinent des caractéristiques humaines et animales. (Village de Yeli. 1977. Cliché Richard Fardon.)

Image

Phot. 9. Masques-buffles chamba. (Village de Yeli. 1984. Cliché Richard Fardon.)

Image

Phot. 10 et 11. Le masque moundang masculin appelé mundéré. Les Moundang, qui vivent au nord des dìì, ont aussi une paire de masques masculinféminin qui leur aurait été donnée par les ancêtres des Dìì. Ce masque possède une crête frontale en éventail qui ressemble à deux ailes déployées. (Village de Léré. Entre 1967 et 1976. Cliché de Alfred Adler.)

Image

Phot. 12. Le masque moundang appelé muyu, contrepartie féminine du masque mundéré. Il est analogue au masque féminin fImageImage des Dìì. (Village de Léré. Entre 1967 et 1976. Cliché Alfred Adler.)

Image

Phot. 13. Au centre du premier plan, un danseur koma revêt une coiffe féminine avec des ailes qui rappellent le masque moundang mundéré. Ici, cependant, les ailes sont orientées latéralement au lieu d’être frontales. (Monts Alantika. Entre 1982 et 1985. Cliché Françoise Dumas-Champion.)

Image

Phot. 14. Un danseur koma exhibe une coiffure masculine avec des cornes de bovins analogues à celles du masque-buffle chamba, mais orientées vers l’avant alors que celles du masque chamba le sont vers l’arrière. (Monts Alantika. Entre 1982 et 1985. Cliché Françoise Dumas-Champion.)

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search