Version classiqueVersion mobile

Les chefferies dìì de l'Adamaoua (Nord-Cameroun)

 | 
Jean-Claude Muller

Épilogue

Texte intégral

UNE CIRCONCISION SUPRIMÉE ET UN INCENDIE RAVAGEUR

1S’il n’y a pas de conflit entre christianisme et islam, la guerre se poursuit cependant entre islam et tradition. Le 31 janvier 2000, le lamido de Mbé décéda à plus de quatre-vingts ans, après un règne de vingt-cinq ans. Il fut enterré dans la chefferie, près de son père. Il n’y eut ni « circoncision sacrifice » ni la danse censée accompagner les funérailles d’un chef, son fils cadet, candidat à la succession, s’y opposant, proclamant que la chefferie était maintenant musulmane et qu’il fallait se débarrasser des choses inutiles de la tradition. Soutenu en cela par deux prééminents musulmans vivant à Mbé, mais originaires d’autres villages, l’opposition était ici entre islam et tradition. Quelques traditionalistes, tant chrétiens que musulmans, protestèrent contre cette entorse à la coutume, mais en vain. Le décès ne fut suivi d’aucune des prescriptions traditionnelles. Du point de vue administratif, le préfet demanda au sous-préfet de convoquer une assemblée de consultation des notables traditionnellement habilités à choisir le successeur. Une assemblée de neuf membres, tant chrétiens que musulmans, se réunit avec pour membres trois circonciseurs de Mbé (chrétiens), car ce lignage a un poids prépondérant, plus un membre de chacun des quatre autres lignages autochtones de Mbé, les Baa tii gọm, les Gbaga haga, les Gbaa doo et les Kạm yạga, les trois premiers chrétiens et le dernier musulman. On ajouta à la réunion deux membres respectés de la petite chefferie de Guu vee, « entrée » dans Mbé depuis bien longtemps, l’un chrétien et l’autre musulman.

2Ce conseil recommanda à l’unanimité la candidature de Souman, musulman et frère cadet du décédé, Mohaman. Celui-ci avait été le préféré lors de la dernière compétition pour la chefferie, mais le conseil avait plutôt choisi le défunt car il avait davantage d’expérience que son cadet dans les affaires administratives. Ce précédent conseil avait aussi émis le vœu que Souman soit élu – s’il était encore en vie – comme successeur de Mohaman. C’est une opinion que j’avais déjà entendue plusieurs fois depuis plus de dix ans, sous la forme suivante : « On donnera la chefferie à Souman qui la prendra ou qui la donnera à qui il veut. » Le conseil n’avait fait qu’entériner une décision prise il y avait vingt-cinq ans. Mais c’était sans compter avec le fils cadet du précédent chef, Abbo, qui protesta et intrigua auprès du préfet de Ngaoundéré.

3Le conseil avait plusieurs raisons pour écarter Abbo, parfaitement éligible puisque fils et petit-fils de chefs ayant régné : son refus d’accommoder l’islam avec les traditions dìì lui avait mis à dos les chrétiens et musulmans modérés. Nous avons mentionné qu’un chef dìì doit être de père et de mère dìì. Abbo avait épousé en premier mariage une femme dìì mais cette union se termina par un divorce pénible. Il épousa ensuite une femme kanouri et une femme hausa, deux mariages qui se terminèrent aussi chacun par un divorce. Bien qu’il ait eu deux fils de sa première femme, cet intérêt pour les femmes étrangères lui nuisit beaucoup aux yeux des membres du conseil électoral.

4Mais le préfet invalida la décision du conseil en invoquant un règlement stipulant qu’un candidat devait être lettré pour accéder à la fonction de chef. Souman, qui avait été brièvement à l’école missionnaire mais avait tout oublié depuis belle lurette, se désista alors au profit d’un de ses fils, Maïdoki, candidat qui était allé à l’école et était pleinement lettré. Sa décision fut acceptée par tout le monde, incluant le conseil. Mais le fils cadet de Mohaman contesta cette décision et prépara un dossier qu’il envoya à Ngaoundéré. Pour ne pas être en reste, Maïdoki en fit aussi un, avec l’appui unanime du conseil. L’affaire traîna jusqu’en 2001, le préfet ne sachant que faire – on murmure qu’il avait reçu des sommes d’argent d’Abbo – mais rebondit lorsqu’un nouveau préfet, récemment nommé, fit remarquer que le texte invalidant Souman pour cause de manque d’éducation à l’occidentale n’avait jamais reçu le décret d’application. Le préfet pria Souman et Abbo de soumettre à nouveau leurs dossiers respectifs. Il descendit même à Mbé pour faire un vigoureux discours sur les coutumes et leurs valeurs. Le conseil, toujours unanime, vota à nouveau pour la candidature de Souman. Peu après, un incendie de brousse, au parcours « étrange », éclata et, dès qu’il se fut éteint tout seul à proximité des maisons, on découvrit les cadavres calcinés de quatre jeunes garçons qui s’étaient laissé surprendre par le feu en jouant en brousse. Un tel incendie est couramment décrit comme une des catastrophes qui punissent un village qui ne fait pas la « circoncision sacrifice » à l’occasion de la mort d’un chef. Le parcours erratique de cet incendie signifiait sans aucune erreur possible que son origine était la suppression de la « circoncision sacrifice ». Les musulmans qui l’avaient empêchée pour des raisons d’orthodoxie religieuse furent stigmatisés et une « circoncision sacrifice » fut immédiatement organisée par le conseil. Normalement, un enfant est suffisant mais, pour une telle occasion, les traditionalistes de tous bords en recrutèrent, à la hâte, sept d’un coup. La tradition avait gagné sur tous les fronts et Souman fut officiellement intronisé comme lamido de Mbé en mai 2002.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search