Version classiqueVersion mobile

Impressions du Mexique et de France

 | 
Lise Andries
, 
Laura Suárez de la Torre

Représentations de l'autre et pensée politique/Representacion del "otro" y el pensamiento político

Périodiques médicaux mexicains et influence française au xixe siècle : une science nationale en construction

Claire Fredj

Résumé

El presente artículo se interroga sobre el lugar que ocupa Francia en el mundo médico mexicano, en particular a través de una de sus principales instancias constitutivas, las revistas médicas. Partiendo del estudio de la elite médica mexicana afrancesada que ejerce en la capital y que intenta hacer existir una Academia y un periódico especializado, este trabajo buscará comprender cómo se entrelazan la construcción de una ciencia nacional y la dominación francesa en el México decimonónico.
Tras la independencia, la creación del espacio científico y profesional mexicano, particularmente el médico, adopta como referencia constante a Francia y a la lengua francesa, la cual es dominada por las elites que leen y traducen las obras francesas de medicina. Una cantidad no despreciable de médicos mexicanos estudia medicina en Francia y otro tanto de médicos franceses pasa algún tiempo en México, en ocasiones instalándose de por vida. Así pues, los contactos entre profesionistas en el transcurso del siglo XIX son relevantes. Testigo de estos vínculos es la Academia de Medicina de México, fundada por varios profesores de la Escuela de Medicina en 1836 y la cual acoge durante muchos años, a pesar de grandes dificultades, el Periódico de la Academia de Medicina de Mégico. La fundación de asociaciones y periódicos durante la primera mitad del siglo XIX marca el inicio de la gestación de una comunidad que se afirma en el espacio nacional e internacional. Como parte de la política de integración a la ciencia europea que sostiene el Estado mexicano, la traducción de libros es incluida en el esfuerzo por hacer circular las ideas de una lengua a otra. Ahora bien, las columnas de dicha revista muestran también cómo la medicina mexicana va afirmándose y emancipándose de las publicaciones europeas. Este movimiento se define con el último avatar de las tentativas dirigidas a crear un periódico médico viable, la Gaceta Médica de México.
En 1864, al mismo tiempo que se organiza en Paris la Comisión Científica de México, una iniciativa paralela se origina en México en el interior del cuerpo expedicionario: la Comisión Científica, Literaria y Artística de México, cuya 6a. sección se ocupa de la medicina. Sus 22 miembros están divididos por mitad entre franceses y mexicanos. Dispone de un órgano de prensa, la Gaceta Médica de México, la cual publica en un inicio artículos en español y en francés y, tras la partida de los franceses, solamente en español. Desde el primer año de su existencia, la Gaceta sirve de lugar de confluencia entre médicos y trabajos franceses y mexicanos, consagrando y multiplicando los contactos y las cooperaciones que desde tiempo antes existían. La campana de México fue entonces la ocasión para la medicina francesa de reforzar su influencia, situándose en el origen de una institución médica estable (la Academia de Medicina) que además hacía funcionar un periódico que por cierto existe hasta el día de hoy.
La intervención, más que una creación ex nihilo, reaviva las estructuras forjadas con anterioridad. Por su parte, las elites médicas aprovechan la presencia francesa para enriquecer el paisaje científico de una institución destinada a elevar su país al rango de las naciones desarrolladas, aspiración presente en las elites mexicanas desde 40 años atrás

Texte intégral

1Réalisée en 1970, la scène du mural qui décore l’entrée de l’Académie de médecine de Mexico, fondée en 1864, s’organise autour de son premier président, Miguel Jiménez, montrant la Gaceta Médica de México, périodique médical également créé en 1864 pendant l’Intervention française (1862-1867) et avec le concours des officiers de santé de Napoléon III (voir fig. n° 1). La position centrale de ce groupe, ainsi que l’absence de toute autre date que celle de 1864, tendent à montrer un lien entre la naissance de l’Académie et de sa revue et une intervention étrangère, témoignant de l’instabilité politique qui caractérise le Mexique depuis son indépendance. Pourtant, l’organisation générale du propos pictural confère à la revue le statut de symbole national, véritable socle pour l’institutionnalisation de la médecine mexicaine. Les pages qui suivent interrogeront la place de la France dans le monde médical mexicain, en particulier à travers l’étude d’une des voies essentielles de sa constitution, les revues médicales. Nous chercherons à comprendre la manière dont une revue de médecine d’abord franco-mexicaine, créée dans une période de troubles politiques et d’occupation d’une partie du territoire par une armée étrangère, peut également apparaître comme un élément de construction de l’identité nationale mexicaine.

  • 1 Frédéric Barbier, « Une production multipliée », dans H.-J. Martin et R Chartier (dir.), Histoire (...)
  • 2 Valérie Tesnière, Le Quadrige, un siècle d’édition universitaire, 1860-1968, Paris, Presses univer (...)
  • 3 Archives générales de médecine, mars 1874, p. 366.
  • 4 Alexandre Laboulbène, « Histoire du journalisme médical, 1679-1880 », Gazette des hôpitaux civils (...)
  • 5 Michel Espagne, Les transferts culturels franco-allemands, Paris, PUF, 1999, pp. 20 et 27.

2Au cours du XIXe siècle en effet, l’imprimé, notamment périodique, joue un rôle fondamental dans le développement du savoir médical1. Le monde médical se constitue grâce à la circulation d’une information scientifique appuyée sur cet « instrument privilégié de communication scientifique2 », qu’est la revue, qui permet de diffuser de manière efficace les avancées de la recherche médicale en associant un grand nombre de médecins « au mouvement général des idées3 ». Dès 1880, le journal est ainsi défini par le professeur Alexandre Laboulbène comme « le moyen le plus utile et le plus rapide, [...] l’instrument le plus merveilleux de vulgarisation et de controverse scientifique4 ». Cet outil de transmission scientifique se trouve au cœur des problématiques du transfert culturel, à savoir les processus de réception et de transformation de l’objet transféré. L’analyse de la circulation et de la communication des savoirs s’intéresse aux choix de traduction, d’interprétation, et d’intégration des références étrangères dans les débats propres au terrain d’accueil, autant de choix qui amènent à l’autonomisation des débats5. Ces processus sont portés par des passeurs à qui la maîtrise de plusieurs codes culturels, notamment la langue, leur permet de créer des liens au-delà des frontières nationales.

Figure n° 1. – G. Villanueva, Mural, Académie de médecine de Mexico, 1970, reproduit avec l’aimable autorisation de l’Académie de médecine de Mexico

3Par quelques éclairages sur l’élite médicale mexicaine francisée, exerçant dans la capitale et tentant de faire vivre une Académie et un périodique, il s’agira de comprendre comment construction d’une science nationale et domination française s’imbriquent dans le Mexique du XIXe siècle, comment les périodiques médicaux qui précèdent l’Intervention participent à cette construction et comment, finalement, cette généalogie permet de dépasser le paradoxe initial et de faire de la Gaceta Médica de México un projet national.

1. La médecine mexicaine et la France : une relation essentielle pour la construction d’une « science nationale »

  • 6 Juan José Saldaña, « La formation des communautés scientifiques au Mexique (du XVIe au XXe siècle) (...)
  • 7 Sur la mise en place du système fiscal mexicains et les difficultés auxquelles il est confronté da (...)
  • 8 Ernesto de la Torre Villar, « Prólogo », dans J. M. Lafragua y M. Orozco y Berra, La ciudad de Méx (...)
  • 9 Emilio García Procel, « El 23 de Octubre, ‘Dia del Médico’ », Revista médica del Instituto mexican (...)
  • 10 Mariano Brito, Description de l’École de médecine de Mexico et de quelques opérations faites avec (...)

4Dans l’Amérique coloniale espagnole et portugaise de la fin du XVIIIe siècle, recherche de l’indépendance scientifique et recherche de l’indépendance politique coïncident largement au sein des élites créoles refusant de plus en plus la tutelle métropolitaine. Au Mexique, Juan José Saldaña souligne combien les institutions scientifiques ont constitué des « foyers de diffusion6 » de l’idéologie indépendantiste. Après 1821, et tout au long du XIXe siècle, le développement d’une « science nationale » demeure un des éléments qui aident l’État mexicain à se construire. En matières scientifique, culturelle et éducative, les nouvelles autorités républicaines vont chercher à refonder leurs institutions, sur la base de connaissances technologiques et scientifiques empruntées à un Occident dont elles se considèrent une expression à part entière. Malgré les difficultés financières du pays7, elles commencent à mettre en place des établissements sur le modèle français : instituts, collèges, bibliothèques, laboratoires, musées, académies comme la Société de géographie et de statistique, fondée en 1833, qui reste longtemps la principale société savante du pays8. La même année, la réforme de l’enseignement supérieur, entreprise par le libéral Valentín Gómez Farías, aboutit à la création de l’Établissement des sciences médicales, qui fonctionne de façon d’abord chaotique avant de devenir l’École de médecine, auprès de laquelle est créé un internat en 1855. Quelques capitales régionales dispensent également un enseignement médical9. Une médecine « nationale » se développe ainsi progressivement au Mexique. Encore faut-il que le reste du monde scientifique la reconnaisse comme telle. En 1862, « au moment où tout le monde s’occupe du Mexique », il paraît utile au docteur Mariano Brito, attaché à la légation du Mexique en France, « de démontrer que [son] pays n’est pas arriéré au point que l’on suppose et qu’il possède depuis quelque temps une École de médecine ». Il déplore, en effet, « que des hommes remarquables par leur instruction et leur talent n’ont pas la moindre idée de l’état des sciences médicales au Mexique10 ». Une des voies du patriotisme est ainsi tracée par la constitution d’un milieu scientifique reconnu à l’extérieur du Mexique. Or, ce milieu savant mexicain est fortement marqué par la présence étrangère et particulièrement par la présence française.

  • 11 Roger Charrier et Pietro Corsi (dir.), Sciences et langues en Europe, Paris, Éditions de l’École d (...)
  • 12 Pierre Dencausse, Extrait de mes tablettes d’outre-mer ou Mémoires sur des matériaux pour servir à (...)
  • 13 Modeste Loiseau, Notes militaires sur le Mexique en 1864-1867, Bruxelles, Merzbach, 1872, p. 89.
  • 14 Enrique Beltran, « La science française au Mexique », Culture française, n° 4, 9e année, octobre 1 (...)
  • 15 Fernando Martínez Cortés, La medicina científica y el siglo XIX mexicano, México, Secretaría de Ed (...)
  • 16 Eduardo Liceaga Olaez, Mis recuerdos de otros tiempos, México, Talls. grafs., 1949, p. 27.
  • 17 Periódico de la Academia de Medicina de Mégico (PAMM), t. I, n° 5, 1836, pp. 158-160; La Unión Méd (...)
  • 18 Fernando Ocaranza, Historia de la medicina en México, México, Midy, 1934, p. 174 ; Ana Cecilia Rod (...)

5L’élaboration de l’espace savant mexicain, notamment dans le domaine médical, passe par une constante référence à la France et au français. Le choix de la langue témoigne d’« un rapport de forces linguistiques qui retraduit, dans son champ propre, les réalités économiques, politiques et sociales11 » : si la médecine française est alors celle dont l’autorité est la plus grande, l’inscription de l’élite mexicaine dans un espace francophone peut aussi s’expliquer par le fait que le français, « langue de la civilisation européenne », permet de se rattacher à une culture globale, dont le centre est un pays qui n’est pas concerné par la colonisation du Mexique. Les jeunes gens qui se destinent à la médecine doivent ainsi posséder, outre un titre correspondant au baccalauréat ès lettres, une bonne connaissance du français. Il ne peut en être autrement, fait remarquer le médecin français Pierre Dencausse, « chez une nation où les ouvrages qui ont trait à la science sont presque tous écrits en cette langue12 ». Certes, le capitaine Modeste Loiseau, dans ses souvenirs de l’Intervention, se gausse des étudiants en médecine mexicains, qui passent une partie de leur temps à apprendre un français « qu’ils prononcent généralement d’une manière inintelligible », et des médecins qui, voulant faire une citation scientifique, « emploient une phrase française comme nos anciens débitaient des citations latines13 ». Les ouvrages scientifiques français sont pourtant largement utilisés, « en majorité dans la langue originale, que tous les Mexicains cultivés de l’époque [selon Enrique Beltran] connaissaient assez, au moins, pour la traduire14 », à l’instar de Manuel Carpio, qui traduit par exemple en 1819 un article de Laennec sur l’auscultation15. Certains médecins maîtrisent suffisamment le français pour l’écrire, comme José Ignacio Durán de Huerta y Gastelú qui, en 1833, rédige directement en français un opuscule sur le choléra16. La plupart des ouvrages d’histoire de la médecine insistent sur l’assimilation rapide par les médecins mexicains des connaissances médicales et chirurgicales européennes, qui passe par la lecture des ouvrages médicaux en français. À peine sortie, par exemple, la Physiologie de Magendie est adoptée comme livre de cours par Manuel Carpio, comme un certain nombre d’autres ouvrages17 (voir fig. n° 2 : liste des ouvrages). Pour le dire comme les historiens mexicains, tout au long du XIXe siècle, l’école de médecine mexicaine « a bebido en la cultura médica francesa », même si dans cette formation, la place d’autres cultures médicales, allemandes, notamment, commence à être réévaluée18.

Figure n° 2. – Listes des ouvrages français de médecine vendus à Mexico en 1857, extrait de la Union Médica, t. I, 1857, Académie de médecine de Mexico

  • 19 Francisco Fernández del Castillo, Historia de la Academia Nacional de Medicina de México, México, (...)
  • 20 Ignacio Chávez, México en la cultura médica, México, Ed. del Colegio Nacional, 1947, p. 90.
  • 21 Virginia W. de Graue, El por que de los nombres de las calles de la colonia de Los Doctores, Méxic (...)
  • 22 Yolanda Ortiz, « Rafael Lucio y su contribución a la medicina mundial », dans J. Somolinos Palenci (...)
  • 23 V. W. de Graue, El por que de los nombres..., op. cit., p. 48.
  • 24 Manuel Carpio, « Fiebres tifoideas », PAMM, t. I, n° 5, 1836, pp. 147-151, p. 151.
  • 25 Periódico de la Academia de Medicina de México, séance du 31 mars 1852, t. I, 1853, p. 94.
  • 26 Archives municipales de Veracruz, Caja 224, vol. 313, lettre du préfet politique au chef de l’ayun (...)
  • 27 V. W. de Graue, El por que de los nombres..., op. cit., p. 84.
  • 28 Auguste Génin, Les Français au Mexique, du XVIe siècle à nos jours, Paris, Nouvelles Éditions Argo (...)
  • 29 Bulletin de l’Académie de médecine (BAM), t. III, 27 novembre 1838, pp. 305-311. Il est encore méd (...)

6Les livres, mais aussi les hommes traversent l’Atlantique. Dès la fin du XVIIIe siècle, le naturaliste José Antonio Alzate et le médecin José Ignacio Bartolache sont correspondants de l’Académie des sciences de Paris19. Au cours du XIXe siècle, les échanges entre savants mexicains et européens se multiplient. Plusieurs médecins voyagent sur le Vieux Continent et, selon Ignacio Chavez, presque tous vont à Paris, « en buscar de las fuentes mismas del conocimiento »20. Certains membres de l’École des sciences médicales de Mexico, comme José Martínez del Río ou Agustín Andrade, sont docteurs en médecine de la faculté de Paris. D’autres complètent leur cursus à Paris, comme Francisco Vertiz en 1837 ou encore Manuel Carmona y Valle qui assiste aux cours de physiologie que Brown-Séquard dispense au Collège de France et qui étudie l’ophtalmologie avec « Desimones »21. Rafael Lucio visite lui aussi les cliniques et les hôpitaux de France, où il approfondit ses connaissances chirurgicales22. Présentés comme de véritables passeurs, par la connaissance qu’ils acquièrent lors de leurs voyages, plusieurs de ces médecins contribuent activement à l’implantation au Mexique des savoirs européens. Ainsi, Ignacio Erazo a été un des messagers qui ont apporté au Mexique la pensée de Broussais23, comme Manuel Carpio, qui fait connaître au Mexique le stéthoscope de Laennec : il est aussi considéré comme le propagateur des idées de Chomel et de Bretonneau24. Lucio désire savoir ce que pensent du microscope ses collègues « revenus récemment d’Europe25 ». Le docteur José Antonio Mosquera, quant à lui, a pu voir fonctionner le contrôle de la prostitution à Paris, où il a longtemps séjourné. À ce titre, il est sollicité par les autorités municipales de Veracruz lorsqu’elles cherchent à mettre en place un pareil système26. Ces voyageurs servent aussi leur pays en montrant à l’Europe les compétences des médecins mexicains. Les séjours de Lucio en Europe, aux dires de ses biographes, ont été hautement bénéfiques à la Patrie, puisqu’il a pu lors de ceux-ci « demostrar la cultura médica mexicana », les nouvelles connaissances et les progrès qui se faisaient alors au Mexique27. Un groupe non négligeable de médecins mexicains étudie donc la médecine en France. Mais le mouvement existe aussi dans l’autre sens. Dès les années 1830, un certain nombre de médecins français partent, temporairement ou définitivement, au Mexique. Ils s’installent dans les principales villes du pays, essentiellement Mexico – comme Louis Jecker, Louis-Étienne Blaquière, Gabriel Villette ou Théodore Léger – et Veracruz28. On trouve aussi des médecins qui exercent à San Luis Potosí, comme Dencausse, à Tampico, comme Alfred Goupilleau29, ou à Campeche, où travaille Denis Jourdanet au début de son séjour de dix-neuf ans au Mexique. Le monde médical mexicain accueille ainsi diverses nationalités parmi lesquelles des Allemands, des Italiens, mais aussi beaucoup de Français.

  • 30 Paul Hersch Martínez, « La influencia de la Fitoterapia francesa en México y el cometido de una te (...)
  • 31 Manuel Carpio, « Cuadro del estado actual de la medicina », Periódico de la Academia de Medicina d (...)
  • 32 Javier Pérez Siller, « Modèle social et relations internationales : historiographie sur les relati (...)
  • 33 Hans Hauge, « Nationalizing Science », dans R. Charrier et P. Corsi (dir.), Sciences et langues... (...)
  • 34 H. Hauge, « Nationalizing Science », op. cit.

7Tous ces éléments font de la médecine un des champs où l’« influence française » au Mexique s’est manifestée de manière particulièrement sensible30. Le médecin Manuel Carpio souligne en 1840 que les relations scientifiques du Mexique avec la France sont « mucho másí intimas, por ser mucho más faciles que con el resto de la Europa »31. La force de ce lien résiste même aux aléas politiques : après la défaite française de 1867 et la rupture des relations diplomatiques entre les deux pays, un positivisme importé de Paris par plusieurs étudiants en médecine – Gabino Barreda, Pedro Contreras Elizalde, Porfirio Parra et d’autres – sous-tend l’action d’un régime républicain encore dominé au début du XXe siècle par des élites largement « francisées »32. Ainsi, bien que la notion de « science nationale » reste à interroger, l’association entre sciences et nation est partout perçue, au milieu du XIXe siècle, comme une évidence33. Dans le cas du Mexique, elle se construit, d’une façon qui peut paraître paradoxale, sur l’utilisation de la langue et de la culture française. Le langage de la science n’en crée pas moins un lien transnational34 et la façon dont fonctionnent les académies de médecine à Mexico dans les deux premiers tiers du XIXe siècle témoigne aussi de la réalité des contacts entre les deux pays.

2. Le fragile pilier d’une communauté professionnelle en voie d’affirmation : le Periódico de la Academia de Medecina de Mégico (PAMM) et ses avatars

  • 35 Germán Somolinos d’Ardois, Historia y medicina. Figuras y hechos de la historiografía médica mexic (...)
  • 36 F. Fernández del Castillo, Historia de la Academia..., op. cit., p. 9. Sur ces institutions préfig (...)
  • 37 Prospectus, Higia, periódico de Salud, p. 5.
  • 38 Louis Blaquière, « Prospectus », PAMM, t. I, 1836, p. 7.
  • 39 M. Carpio, « Cuadro del estado actual... », op. cit., p. 12.
  • 40 Manuel Carpio, « Discours », PAMM, t. IV, n° 3, 1839, p. 85.
  • 41 Anonyme, « Introducción », PAMM, t. III, 1838, p. 4.
  • 42 M. Carpio, « Cuadro del estado actual... », op. cit., p. 10.
  • 43 Manuel Robredo, « Conclusión », PAMM, t. V, p. 480.
  • 44 Anonyme, « Introducción », op. cit., p. 7.

8German Somolinos souligne en 1957 l’importance qu’ont pu avoir pour la médecine mexicaine l’Intervention et l’Empire de Maximilien, qui auraient contribué à un échange fructueux entre les savants mexicains et français ainsi qu’à la naissance de l’Académie de médecine de Mexico en 186435. Plusieurs tentatives de création d’un tel cénacle ont pourtant déjà eu lieu. D’après l’historien de la médecine Fernández del Castillo, la première mention d’une Académie de médecine à Mexico daterait de 1739. Plusieurs autres institutions remplissent un rôle similaire, dans la capitale comme en province, comme l’Académie médico-chirurgicale de Puebla ou la Société médicale d’émulation de Guadalajara36. On peut également noter en 1833 la création hors institution du journal Higia par Léger et Villette, qui jugent nécessaire une publication consacrée à l’hygiène, dans le paysage journalistique de plus en plus diversifié de leur pays d’adoption37 (voir fig. n° 3 : Higia). Ces entreprises durent peu. Celle de l’Académie de médecine de Mexico, fondée par plusieurs professeurs de l’École de médecine et qui fait vivre pendant plusieurs années le Periódico de la Academia de Medicina de Mégico (PAMM) s’avère moins éphémère. Une de ses chevilles ouvrières est le médecin français Louis-Étienne Blaquière, qui définit l’Académie comme « una consulta de veinte, treinta ó mas médicos, sobre una numerosa colección de hechos, bien escogidos, bien relatados y sometidos à la discusión de cada uno, ó a las ménos puestos en conocimiento de todos ». De ce centre sont censées sortir « algunas luces médicas y extendense sobre su patria, que estuvi tanto tiempo separada de la Europa, y miéntras duró el largo periodo [colonial], no recibió la luz, sino al traves del tamiz [...] del despotismo ». L’instrument le plus efficace de l’extension de ces lumières doit être un périodique, qui facilitera les échanges entre médecins et encouragera leur émulation38, cela dans un climat de liberté « absolue »39. En effet, Manuel Carpio rappelle combien la doctrine de Brown régnait de manière « tyrannique »40 au début du siècle, en Europe comme au Mexique. Un autre de ses collègues précise que Broussais y a ensuite compté des disciples nombreux, et particulièrement au sein de l’Académie41. Celle-ci se présente maintenant à plusieurs reprises comme un lieu d’indépendance doctrinale, relayée par le PAMM. En 1840, le temps des doctrines serait passé42. Selon Manuel Robredo, l’influence qu’aurait exercée l’Académie dans cette « feliz revolución »43 se lit dans sa revue. Une doctrine exclusive semble d’ailleurs impensable pour un périodique dont les auteurs sont nés « desde Varsovia hasta Cádiz y desde Tejas a Panama44 ». L’Académie fait ainsi de sa diversité un élément de définition d’un environnement scientifique libéral. Ce cosmopolitisme relatif va de pair avec une volonté affirmée d’implanter « solidement » une médecine nationale, un processus dans lequel le périodique médical joue un rôle essentiel.

Figure n°3. – Couverture du premier numéro de Higia, 15 avril 1833, Bibliothèque nationale de France

  • 45 L. Blaquière, « Prospectus », op. cit., p. 8.
  • 46 PAMM, t. V, n° 8, 1840, p. 238.
  • 47 Une lettre de Pedro Vander-Linden est lue, accompagnée de quelques journaux de Guadalajara qui con (...)
  • 48 Voir note 16.
  • 49 PAMM, t. II, n°3, 1837, séance du 21 août 1837, p. 130 ; PAMM, t. III, n° 9, 1838, séance du 15 oc (...)
  • 50 PAMM, t. IV, n° 12, 1839, p. 474.

9La nouvelle Académie et son périodique se proposent de répandre les connaissances médicales nouvelles dans le pays, de publier les progrès des établissements où la médecine s’enseigne et de « faire des observations exactes des maladies déjà connues ou inconnues, traiter des épidémies locales ou générales, répertorier les substances de la botanique mexicaine45 ». Le règlement de 1840 en rappelle la vocation et précise que le périodique doit aussi relayer tout ce qui est relatif à la police médicale46. Organe de liaison entre les médecins, le PAMM informe régulièrement ses lecteurs de la vie de l’Académie et de ses membres. Il permet aussi de suivre l’actualité médicale du pays47. Le PAMM accueille également les nouvelles concernant l’École de médecine de Mexico, en publiant les discours prononcés lors des distributions de prix. Il reproduit enfin des annonces signalant les œuvres nouvelles de médecine proposées à la vente48. La proposition – acceptée – d’offrir la revue au président de la République et la demande faite par l’Institut de Géographie et de Statistique à l’Académie de médecine de réaliser la statistique médicale de la capitale49 témoignent du positionnement officiel de l’institution en voie de formation. L’accroissement du nombre de membres correspondants signale l’élargissement de son audience. De son côté, Blaquière, à New York puis à Paris, cherche à faire connaître la revue – avec d’ailleurs assez peu de succès – en entrant en relation avec des sociétés médicales américaines, françaises et européennes (Londres, Berlin, Turin, Pavie, Vienne, Madrid). À chacune de ses lettres de présentation, il joint un exemplaire de la revue50.

  • 51 José Álvarez Amézquita (ed.), Historia de la Salubridad y de la Asistencia en México, México, Secr (...)

10Le n° 1 du PAMM paraît le 15 juillet 1836 et le mensuel sort sans interruption jusqu’en 1840, date à laquelle il est suspendu. Les travaux de l’Académie continuent néanmoins. Une seconde série du périodique commence en 1842. L’association s’éteint en 1844 mais la même année, plusieurs de ses membres fondent la Société Filoiatrique qui publie également quelques numéros d’un Periódico de la Sociedad Filoiatrica (PSF), avant de disparaître elle aussi. En 1851 enfin, Leopoldo Río de la Loza reconstitue une nouvelle Académie de médecine, héritière de celle de 1836, dont un des premiers objectifs est l’édition d’un périodique : un volume du nouveau Periódico de la Academia de Medicina de México paraît en 1853, puis deux tomes de La Unión Médica (1856-1858)51. Il existe ainsi avant 1864 plusieurs périodiques de médecine dont le contenu témoigne des ambitions du monde médical mexicain mais aussi des difficultés de faire vivre une revue (voir fig. n° 4 : PAMM ; fig. n° 5 : PSF ; fig. n° 6 : PAMM, 2e série ; fig. n° 7 : Unión Médica).

Figure n° 4. – Couverture du premier numéro du Periódico de la Academia de Medicina de Mégico, 15 juillet 1836, Académie de médecine de Mexico

Figure n° 5. – Couverture du premier numéro du Periódico de la Sociedad Filoiatrica de Mexico, 1er juillet 1844, Académie de médecine de Mexico

Figure n° 6. – Couverture du premier tome du Periódico de la Academia de Medicina de Mexico, 2e série, 1853, Académie de médecine de Mexico

Figure n° 7. – Couverture du premier tome de la Unión Médica de México, 1857, Académie de médecine de Mexico

  • 52 Manuel Carpio, « Prólogo », PAMM, t. I, 2e série, 1843, p. I.
  • 53 Anonyme, « Introducción », PAMM, t. IV, p. 3, voir aussi « Introduccíon », PAMM, t. III, 1838, p. (...)
  • 54 Au début de l’année 1856, les Archives générales de médecine recensent un peu moins de 200 revues (...)
  • 55 En Grande-Bretagne, par exemple, il naît chaque année en moyenne trois périodiques, mais un peu mo (...)
  • 56 Valérie Tesnière, « Le livre de science en France au XIXe siècle », Romantisme, n° 80 (1993-II), p (...)
  • 57 M. Carpio, « Prólogo », op. cit., p. III.
  • 58 Periódico de la Sociedad Filoidtrica, 1845, p. 2.
  • 59 M. Carpio, « Cuadro del estado actual... », op. cit., p. 13.
  • 60 PAMM, « Introducción », t. IV, 1839, p. 4.

11Créer une revue dans le Mexique de la première moitié du siècle et la faire durer apparaît comme une gageure : en 1843, la rédaction du PAMM souligne que les membres de l’Académie peuvent se glorifier « de haber sostenido un periódico por espacio de cinco años, y de continuar con el siguiente »52, alors qu’aucun écrit de ce genre n’avait duré aussi longtemps dans la République53. L’édition scientifique, caractérisée par la naissance de nombreux titres54, souffre au XIXe siècle de problèmes profonds : des tirages souvent faibles et une forte « mortalité infantile » qui s’expliquerait souvent par le manque de contenu. Beaucoup de ces journaux tendent à reproduire tout ou partie des articles d’autres publications, nationaux ou étrangers55. De manière générale, le manque de fonds condamne une partie de la presse médicale. Les revues rapportent peu à leur éditeur, qui compte sur le reste de la production pour renflouer ce pan « défaillant », pourtant indispensable pour asseoir leur crédibilité scientifique56. Ces questions sont posées de manière particulièrement aiguë au Mexique. La difficulté de maintenir un périodique médical s’explique d’abord par le fait que les souscripteurs – 55 en 1839 – appartiennent presque tous au même milieu étroit57. En 1845, le PSF se réjouit toutefois du fait que le nombre de souscripteurs dépasse ce qui est nécessaire pour payer l’impression d’un mensuel, alors vendu deux reales. Le PAMM demande à son public de l’excuser pour les fautes typographiques et son successeur, le PSF, dit essayer d’améliorer autant que possible la qualité de la revue. Les membres de la rédaction jugent ainsi nécessaire d’illustrer leur périodique par des planches, comme cela se fait ailleurs, et sont résolus à ne reculer devant aucun sacrifice pour réussir cette réforme, dans les limites « que lo permitan los escasos fondos de que pueden disponer ». De plus, toujours selon la Société Filoiatrique, le PAMM n’aurait pas été publié avec toute la régularité désirée, un inconvénient dont elle cherche à se prémunir en changeant d’éditeur, le nouveau – Vicente G. Torres – apportant davantage de garanties. Elle se targue de posséder un matériau suffisant pour faire paraître le PSF pendant un an avec ponctualité58, ce que ne semblait pouvoir faire le PAMM. Au nom de ce dernier, prenant les devants quant à la longueur souvent modeste des articles, peut-être liée aux finances limitées du journal, Carpio déclare privilégier la concision : « Manifestamos en una hoja de papel una idea con que en otra parte se hubiera formado un voluminoso cuaderno. »59 Académie et Société cherchent également à donner davantage de variété à la revue. Mais les médecins déplorent dans le même temps les difficultés qu’ils ont à se procurer des périodiques et des ouvrages étrangers. Cela explique l’absence, dans la plupart des numéros du PAMM, d’une rubrique consacrée, « como es de desear », aux œuvres nombreuses qui sont publiées quotidiennement en Europe60. La faiblesse du lectorat et des moyens expliquent donc les difficultés de fonctionnement d’une revue médicale au Mexique, dans un contexte politique peu favorable à la pérennité des instances scientifiques.

  • 61 Ana María Carrillo, « Profesiones sanitarias y lucha de poderes en el México del siglo XIX », Ascl (...)
  • 62 Periódico de la Sociedad Filoiatrica, « Prospectus ».
  • 63 Casimiro Liceaga, « Reflexiones sobre la medicina », PAMM, t. II, 1837, pp. 3-18, p. 18.

12Cependant, la fondation, dans la première moitié du XIXe siècle, d’associations et de périodiques, qui sont autant d’espaces de stimulation scientifique, marque le moment de gestation de nouvelles communautés médicales. Ils apportent aux médecins une identité publique grâce à laquelle ils affirment, comme en Europe, leur autorité en tant que membres d’une communauté savante61 dont le périodique est l’expression. Lorsque le PSF paraît en 1844, son prospectus précise qu’il souhaite montrer au public que « los médicos existimos activamente » et que le fait de donner à connaître leurs travaux est un hommage à leurs « filantrópicos esfuerzos ». Le Periódico de la Sociedad Filoiátrica est la revue d’une communauté savante nationale et non d’une société particulière. Ses rédacteurs invitent tous les professeurs de la République à honorer ses colonnes de leurs productions62. Selon Casimiro Liceaga, la science médicale n’a d’autres appuis au Mexique que l’Académie de médecine, dont les membres travaillent « con infatigable celo »63 pour remplir les 32 pages du PAMM, en écrivant des articles originaux ou en traduisant des textes médicaux étrangers.

  • 64 PAMM, t. V, n° 8, 1840, p. 238.
  • 65 PAMM, t. II, n° 1, 1837, pp. 44-47 ; PAMM, n° 10, 1839, pp. 361-364 et n° 11, pp. 401-413.
  • 66 PAMM, t. II, n° 2, 1837, pp. 78-80.
  • 67 PAAM, t. I, 2e série, n° 7, p. 217.

13Dans la politique d’intégration à la science européenne soutenue par l’État, la question de la traduction, qui occupe une part non négligeable des premiers tomes du PAMM, fait partie de celle plus générale de la circulation des idées d’une langue à une autre. Le règlement de l’Académie, exigeant que les articles soient signés et que le nom du traducteur apparaisse64, n’est pas respecté. Quelques noms de traducteurs reviennent cependant : J. I. D[urán], Andrade, Carpio, Jiménez dans le PAMM, puis dans la Unión Médica (Angel Iglesias, Fernando Lesguia, Francisco Ortega). À côté d’écrits de médecins d’origines diverses (par exemple Puchelt de Heidelberg, Stark d’Édimbourg...), figurent de nombreux textes français de médecins prestigieux, comme « Felipe » Ricord, Andral ou Piorry. Quelques transcriptions de leçons orales, celles de Lisfranc ou de Magendie, sont également reproduites65. Des noms moins connus apparaissent parfois, comme Boutigny, pharmacien à Évreux66. Ces textes sont la plupart du temps empruntés à diverses revues françaises (Archives générales de Médecine, Revue médicale. Journal de Clinique médicale), mais aussi italiennes, anglo-saxonnes, allemandes. Ces traductions peuvent être vues comme un moyen de remplir les colonnes d’un périodique que les ressources locales peinent à fournir, mais elles sont aussi l’expression d’une réappropriation certaine des textes par les traducteurs, qui s’en servent pour exprimer leurs opinions. Jiménez traduit le texte d’un certain Négrier, d’Angers, parce que « la singularidad del medio que se propone, nos he obligado a ofrecer a nuestros lectores la siguiente traducción », et comme il ne suit visiblement pas les idées de l’auteur, il précise avoir traduit « al pie de la letra »67. Le traducteur d’un mémoire de Malgaigne, dont les idées seraient opposées à ce que l’on enseigne dans les livres, précise en note qu’il s’est décidé à traduire ce texte :

  • 68 PAMM, t. I, 2e série, n° 6, p. 184.

porque su asunto es de tanta gravedad, y tan digno de las meditaciones de los cirujanos que he creido debía darsele la mayor publicidad [...] y en mi opinión es de suma importancia que la observación decide si dichas ideas son o no conformes a los hechos.68

  • 69 PAMM, t. I, n° 4, 1836, pp. 108-112. Il n’est d’ailleurs pas précisé si les médecins français sont (...)
  • 70 PAMM, t. III, n° 5, 1838, p. 184.
  • 71 PAMM, t. I, n° 1, 1836, p. 16.
  • 72 Carta dirigada a la Academia de Medicina de París sobre los diversos métodos de tratamiento de las (...)
  • 73 PAMM, t. IV, n° 8, 1839, p. 313.
  • 74 Pascal Crozet et Annick Horiuchi, Traduire, transposer, naturaliser. La formation d’une langue sci (...)
  • 75 M. Robredo, « Conclusion », op. cit., p. 480.
  • 76 M. Carpio, « Prologo », op. cit., p. III.
  • 77 M. Carpio, « Cuadro del estado actual... », op. cit., p. 12.

14Les choix de traduction deviennent ainsi un moyen de transformer un texte, d’en tirer ce que l’on désire, d’en faire une base de discussion et d’introduire la médecine mexicaine dans le débat français. Blaquière résume les travaux de Bodin de la Pichonnière sur le traitement de la dysenterie69. D’un mémoire de Parent-Duchâtelet, ne sont extraites par le traducteur que « las esperiencias más convincentes70 » et d’un article de J.-V. Chatelain, que le passage « lo más interesante71 » en attendant de faire quelques observations sur son contenu dans un prochain numéro. La traduction d’un texte de Piedagnel sur la fièvre typhoïde s’accompagne par exemple d’une note critique de Carpio72. Les traductions sont donc d’abord des adaptations : s’il n’est pas totalement original, le Guía del Médico, réplique mexicaine explicite de l’Agenda du médecin, n’est pas réductible à une traduction littérale puisque les données concernant les observations météorologiques, atmosphériques, hygrométriques sur Mexico sont originales73. Les procédures de traduction – prises au sens large et comprenant la sélection d’œuvres, le traitement du contenu, la création terminologique, les effets produits par ces traductions sur la langue scientifique – jouent ainsi un rôle essentiel dans le processus de diffusion et d’appropriation des savoirs scientifiques qui amène ses maîtres d’œuvre à interroger le savoir transféré74. Consciente de ne pas avoir « impulsé des mouvements puissants à la médecine », l’Académie commence néanmoins à reconnaître ses propres mérites : le service principal qu’elle a rendu à la médecine est d’avoir discuté un certain nombre de travaux choisis avec sûreté « y en la publicidad que les ha dado75 », principe fondamental du progrès. À partir de l’Académie sont ainsi diffusées, grâce à son périodique, des pratiques élaborées par des médecins « ultramarinos », jusqu’alors inconnues dans le Nouveau Monde76. La circulation des savoirs qui caractérise le monde scientifique permet à Carpio de retourner le rapport de dépendance : il écoute ainsi « con frialdad las inculpaciones que se nos hacen de que no siempre somos originales, como si se debiera privar a los hombres de noticias útiles sólo porque venían estas de países muy distantes »77.

  • 78 PAMM, « Introducción », t. III, 1838, p. 7.
  • 79 M. Carpio, « Prólogo », op. cit., p. III.
  • 80 Manuel Carpio, « De la dieta en las enfermedades agudas febriles », PAMM, t. I, n° 4, 1836, pp. 97 (...)
  • 81 M. Robredo, « Conclusión », op. cit., p. 480.
  • 82 Manuel Carpio, « Tratamiento de la pleuroneumonia », PAMM, t. II, n° 2, 1837, pp. 62-65.
  • 83 M. Carpio, « Cuadro del estado actual... », op. cit., p. 11.
  • 84 Periódico de la Sociedad Filoiátrica, 1845, p. 13.

15Mais les colonnes de la revue montrent aussi comment la médecine mexicaine s’affirme en s’autonomisant par rapport à l’Europe et à ses écrits. Lorsque les membres de l’Académie de médecine, à la fin des années 1830, croient utile de rédiger un traité de pathologie interne propre au Mexique, « du fait des circonstances locales qui exercent des influences diverses sur les maladies », ils précisent que l’essentiel du futur matériau sera emprunté aux pathologies françaises et anglaises. Les rédacteurs affirment : « Siempre preferiremos la doctrinas de los grandes prácticos europeos, a las nuestras, escepto en los casos en que estemos plenamente ciertos de la esactitud de nuestras observaciones. » En 1838 cependant, si la rédaction reconnaît ne pas pouvoir se glorifier « de haber dado a nuestro periódico toda la profundidad é interes que a veces se da en Europa a estos escritos », elle affirme néanmoins avoir versé son obole78 au mouvement scientifique. Les médecins mexicains commencent en effet à s’inscrire dans le processus du progrès par l’affirmation d’un apport propre : « Esto no quiere decir que en el transcurso de cinco años no hayamos contado con trabajos originales [...] que han proporcionado á la ciencia ventajas positivas. »79 À plusieurs reprises, les médecins mexicains signalent qu’ils contribuent au développement de la médecine ; leurs interrogations peuvent rejoindre celles élaborées en Europe : ainsi Carpio, dans un article sur la diète, précise que le sujet divise les médecins de Paris aussi bien que ceux de Mexico80 ; Robredo fait remarquer que « por una singular coincidencia », on débattait au même moment des mêmes choses à Paris et à Mexico (fièvre typhoïde, phlébites, revaccination, abus des émissions sanguines, usage du mercure...), preuve pour le moins que sur les deux rives de l’océan, on reconnaît de la même manière « las necesidades de la ciencia81 ». De plus, s’il est intéressant de suivre les discussions parisiennes, des observations propres au Mexique, où la situation peut être différente, restent nécessaires82. Enfin, non seulement les interrogations se rejoignent, preuve d’une autonomie croissante des savoirs, mais les écarts entre niveaux médicaux s’atténuent. En cinq ans, trois grandes épidémies ont touché Mexico, et au milieu de ces maux immenses, un avantage est apparu : les maladies sont aujourd’hui soignées à Mexico avec un succès inconnu jusqu’alors, « a pesar de los métodos más sabios de Europa83 ». Ainsi, le périodique, publication qui, aux dires de ses rédacteurs, pourrait paraître « despreciable », contient des textes importants. Si l’image de la médecine mexicaine a en partie évolué, c’est parce que les observations des praticiens mexicains méritent autant de confiance que celles des professeurs outre-mer ». Aussi la commission de la revue médicale dit désormais préférer « a las buenas traducciones los medianos originales84 ». C’est ainsi que le PSF et la Unión Médica contiennent, par rapport au PAMM, moins de traductions et des articles plus longs de médecins mexicains, qui sont plus nombreux à écrire dans leurs colonnes. Ce changement se précise avec la dernière tentative visant à créer un périodique médical viable, la Gaceta Médica de México.

3. L’approfondissement d’un travail de nationalisation : la Gaceta medica de Mexico

  • 85 Article 1, Comisión científica, literaria y artística de México, reglamento provisional, México, 1 (...)
  • 86 Archives nationales (AN), F/17/2909. Lettre de Bazaine à Vaillant, Mexico, le 24 mars 1864.
  • 87 Minute de la lettre du maréchal Bazaine au général Almonte, 20 mars 1864, Documentos para la Histo (...)

16En février 1864, à Paris, le ministère de l’Instruction publique organise la « Commission Scientifique du Mexique et de l’Amérique centrale ». Divisée en quatre comités, animés par des célébrités du monde scientifique français, qui appartiennent presque toutes à l’Institut de France, elle engage une quinzaine de voyageurs civils. Elle rédige à leur intention des instructions destinées à orienter la collecte de plusieurs types d’informations en fonction d’objectifs très ambitieux. En ce qui concerne la médecine, la Commission n’entend s’appuyer que sur les médecins de l’armée, déjà à pied d’œuvre depuis 1862. Pendant que s’organise la Commission française, une entreprise parallèle voit le jour à Mexico au sein du corps expéditionnaire : la Commission scientifique, littéraire et artistique du Mexique, qui vise entre autres choses à « établir entre le Mexique et la France un commerce intellectuel, également profitable aux intérêts des deux peuples85 ». Organisée à l’initiative du général Bazaine et dirigée par le colonel du génie Doutrelaine, elle est composée de dix sections, formées d’officiers de l’armée française « et des membres les plus propres à aider ces éléments, recrutés chez les notabilités de la science mexicaine86 ». Les Français, avec l’aide des Mexicains, mettent donc en place des structures savantes dans un pays en guerre, divisé en deux camps. Bazaine charge le général mexicain Almonte de faire en sorte que toutes les ressources scientifiques de l’Empire mexicain puissent être utilisées pour les études de la commission87.

  • 88 Sur l’entrée en politique des médecins dans les premières décennies du Mexique indépendant, voir J (...)
  • 89 Archivo Histórico de la Sociedad Mexicana de Geografía y Estadística, Cuestiones científicas, 1850 (...)
  • 90 Discours de José Salazar Illaregui, L’Estafette, México, 25 avril 1864, n°94, vol. 5, cité par Alb (...)

17Une partie des membres mexicains des commissions se reconnaît dans l’action des conservateurs soutenus par les Français. Le médecin Miguel Jiménez, par exemple, est membre de la Junta Superior de Gobierno instituée par le général Forey. Parmi les membres de l’Assemblée des notables, on remarque les médecins Luis Hidalgo Carpio et Leopoldo Río de la Loza. Bazaine, qui mentionne le « terrain neutre » que serait la science, n’exige pas non plus un soutien explicite à l’Empire et d’autres membres de l’élite savante mexicaine intègrent les institutions mises en place par les Français, sans que cela suppose nécessairement une adhésion au projet politique de Napoléon III88. Ainsi, une partie non négligeable du personnel enseignant de l’École de médecine de Mexico s’occupe des comités n° 3 (physique) et n° 6 (médecine) de la Commission de Mexico et certains sont membres de deux commissions. Si la commission est accueillie, parfois avec enthousiasme, c’est parce qu’elle est vue comme le cadre qui pourra donner l’impulsion nécessaire au progrès des sciences au Mexique, desquelles on attend un certain nombre de « bénéfices »89 et notamment la stabilisation politique. Ainsi, José Salazar Illaregui, savant reconnu et fervent nationaliste, mais aussi partisan de l’Intervention, correspondant de la commission parisienne et vice-président de la commission franco-mexicaine, espère que la société savante qu’est la commission franco-mexicaine connaîtra la belle vitalité de la déjà ancienne Société de Géographie et de Statistique90.

  • 91 Sur ce débat, voir Raùl Reissner, « Comisión Científica, Literaria y Artística de México », dans C (...)
  • 92 Victor Duruy, Archives de la Commission Scientifique du Mexique (ACSM), t. I, 1865 et AN, F/17/290 (...)
  • 93 P. N. Edison, « Conquest Unrequited... », op. cit., p. 477.
  • 94 Claire Fredj, « Le travail de recherche du médecin en campagne », dans Médecins en campagne, médec (...)
  • 95 Voir Alfonso Pruneda, Algunos datos y bihliografía de la Academia nacional de Medicina, México, [s (...)

18Malgré une certaine condescendance de la commission parisienne vis-à-vis de la commission mexicaine, les deux cercles sont indépendants l’un de l’autre, dans leur organisation comme dans leurs objectifs91. La Commission française vise en effet à faire progresser les connaissances en ce qui concerne l’espace mexicain, à servir les intérêts commerciaux et industriels de la France, à rehausser le prestige national, tout en se considérant comme un instrument de civilisation et de régénération intellectuelle du Mexique. Si l’on peut voir dans cet objectif une forme d’impérialisme culturel, les instances parisiennes ne peuvent nier l’existence dans ce pays d’un milieu scientifique déjà actif. Victor Duruy, lors de la première séance de la Commission, invoque l’héritage de l’expédition d’Égypte, tout en reconnaissant que, « plus heureux que leurs prédécesseurs d’Égypte, [nos savants] trouveront à l’arrivée de nombreux travaux déjà accomplis, de savantes sociétés depuis longtemps organisées92 ». Lors du discours d’inauguration de l’Academia imperial de ciencias y literatura de Mexico, dont Maximilien veut faire le centre du mouvement scientifique du pays, José Fernando Ramírez appelle à ce que les savants mexicains ne soient pas juste des auxiliaires des Français mais des partenaires scientifiques à part entière93. À l’instar du milieu médical civil, où la rencontre s’était déjà faite, les médecins militaires français, depuis le début de la campagne en 1862, ont souvent l’occasion de travailler avec les médecins mexicains dont l’aide matérielle est importante94. L’existence au Mexique d’une élite scientifique de formation européenne va contribuer à distinguer des précédentes expéditions militaro-scientifiques cette expédition américaine au cours de laquelle la collaboration savante est recherchée des deux côtés. Le meilleur exemple de collaboration est celui qui existe au sein de la 6e section de la Commission de Mexico, consacrée à la chirurgie, l’hygiène, la médecine vétérinaire, la statistique médicale, la matière médicale et l’anthropologie. Elle comprend vingt-deux membres, dont dix Mexicains, dix Français, un Allemand et un Italien. Dix-huit de ces membres sont médecins, deux sont pharmaciens et deux sont vétérinaires. Les réunions sont hebdomadaires. La première se tient le 30 avril 186495. Contrairement au comité parisien, la 6e section fonctionne comme une société à part entière et se transforme, après la dissolution de la Commission mexicaine en décembre 1865, en Sociedad de Medicina présidée par Miguel Jiménez, avant de prendre le nom de Academia de Medicina en 1873. Il s’agit donc, en 1864, d’un nouvel avatar des académies de médecine qui tentent de se constituer dans la capitale depuis l’Indépendance.

  • 96 Charles-Albert Ehrmann, « Résumé des travaux de la Section de médecine depuis sa fondation jusqu’a (...)
  • 97 Denis Jourdanet, « Considérations sur le typhus », GMM, n° 12, 1er mars 1865, pp. 191-198, p. 198.
  • 98 C.-A. Ehrmann, « Résumé des travaux... », op. cit., p. 515.
  • 99 Archivo de la Academia de Medicina de México (AAMM), PV du 5 octobre 1864 et PV du 14 novembre 186 (...)
  • 100 C.-A. Ehrmann, « Résumé des travaux... », op. cit., p. 517.

19Le président de la section de médecine, Charles-Albert Ehrmann, également médecin en chef de l’armée française au Mexique, résume, fin 1865, les travaux de la section de médecine et informe de son fonctionnement. Elle est divisée en cinq sous-sections, au sein desquelles la répartition des membres « s’est faite d’un commun accord, suivant les tendances ou les préférences annoncées par chacun d’entre eux ». Des programmes sont rédigés, sauf pour la sous-section de physiologie et d’anthropologie, qui adopte celui de Quatrefages, auteur des instructions pour la Commission de Paris. Les membres disposent d’une entière liberté dans le choix des sujets, une disposition qui, selon Ehrmann, aurait stimulé le zèle des participants. Deux types de travaux sont entrepris. Les uns sont officiels et traitent les questions soumises à la section par le président de la commission. Dominent cependant les travaux particuliers, dont l’initiative appartient aux membres. Certaines questions particulièrement importantes sont donc mises à l’ordre du jour et les membres sont invités à concourir à sa solution. Un ordre du jour pour le typhus ou la fièvre typhoïde96 amène à envisager l’établissement d’une commission permanente des épidémies97. D’autres fois, l’étude et la discussion de certains sujets motivent la formation de commissions spéciales préparatoires chargées de rédiger les rapports à partir desquels une discussion générale doit avoir lieu98. C’est ainsi, par exemple, que se constituent une commission pour étudier la question de la respiration en altitude et une autre pour l’étude de la fièvre jaune99. Enfin, « les affections peu ou mal connues qui règnent sur certains points du territoire ont donné lieu à des espèces d’enquêtes faites auprès des confrères éloignés de la capitale100 », telle la maladie d’Irapuato qui fait l’objet de plusieurs communications.

  • 101 Ibid.
  • 102 Ibid.

20Lors des séances à l’École des mines de Mexico, les textes sur diverses questions sont lus. La première réunion de chaque mois est consacrée à l’examen de la constitution médicale et de l’évolution des épidémies et endémies en ville ou dans le pays. Lors de cette réunion, chaque membre présente verbalement le compte rendu de sa pratique particulière, des documents qu’il a pu recueillir dans les hôpitaux ou des renseignements provenant des parties du territoire « qui sont dans des conditions sanitaires spéciales101 ». Y sont aussi présentés des malades et des pièces d’anatomie pathologique. Ehrmann souligne l’intérêt de ces procédures pour l’avancement de la médecine, au cours desquelles une « exposition verbale concernait le malade ou l’objet présenté, [qui] était généralement suivie d’un examen attentif et d’une espèce de consultation102 ». La Gaceta Médica de México (GMM) garde trace de ces différents travaux et les diffuse (voir fig. n° 8 : GMM).

  • 103 AAMM, PV du 31 août 1864.
  • 104 AN F17/2909, Séance du 30 juin 1864. Arrêté n° 3630 du 24 octobre 1864.
  • 105 Gazette médicale de Strasbourg, n° 11, novembre 1864, p. 212. Les termes sont repris du prospectus (...)
  • 106 AAMM, PV du 26 juin 1864. Annonce de la naissance du périodique. Les éventuels bénéfices serviront (...)
  • 107 C.-A. Ehrmann, « Résumé des travaux... », op. cit., p. 515.

21Outre ces séances, présentées comme denses et intéressantes, la Société de médecine de Mexico dispose en effet d’un organe de presse, la Gaceta Médica de México. Le prospectus du 31 août 1864, qui doit être envoyé à tous les médecins et vétérinaires du pays, annonce la naissance d’un journal bimensuel qui contiendra les travaux de la section de médecine et une revue des journaux européens103. En France, Victor Duruy prévoit pour les travaux de la commission française une publication non périodique, les Archives de la Commission Scientifique du Mexique, paraissant « au fur et à mesure que la matière s’y prêterait104 ». Au Mexique, au contraire, une revue est tout entière consacrée aux travaux médicaux de la 6e section, la Gaceta Médica de México, periódico de la sección médica de la comisión científica. L’objet de la section de médecine de la commission scientifique « est de mettre sous les yeux de chacun de ses membres [...] les fruits qu’elle aura pu recueillir chez elle, les travaux les plus importants publiés à l’étranger et les communications des praticiens qui voudraient bien lui faire part de leurs productions ». Dans un élan cocardier, la Gazette médicale de Strasbourg voit dans cette publication une « preuve nouvelle de l’influence civilisatrice de la France, partout où elle déploie son drapeau », tout en reconnaissant en son sein « l’esprit de confraternité qui partout distingue l’élite des médecins et qui a réuni, dans cette circonstance, les médecins résidant à Mexico à leurs collègues arrivés avec l’armée française105 ». Le premier numéro de la GMM paraît le 15 septembre 1864. Composée d’un fascicule de seize pages, la gazette reprend diverses communications prononcées devant la 6e section ainsi que les procès-verbaux des réunions. Les articles sont publiés en espagnol et en français, car il a été jugé inutile de les faire traduire106. Ils paraissent aussi selon leur ordre chronologique de réception, sans entrer dans le cadre régulier de rubriques107. Le journal adopte la même devise que la section et l’Académie des années 1840 : Pas de doctrine. Son originalité par rapport aux revues médicales mexicaines antérieures tient dans le fait que la Société génère cette fois suffisamment de communications jugées intéressantes pour occuper l’espace du périodique. Le premier tome (1864-1865) compte 84 articles pour 36 contributeurs, dont une dizaine de Français. Le deuxième tome (1866) contient 78 articles et trois Français seulement y participent. Parmi les 70 articles qui composent le troisième tome (1867-1868), aucun n’est en français et seul un contributeur français y apparaît. On observe ainsi la rapide mexicanisation de la revue, liée au départ des troupes françaises.

  • 108 Hippolyte Larrey, Rapport sur les travaux insérés dans la Gazette médicale de Mexico, Paris, Impri (...)
  • 109 Neda Rafii-Moayed, La Commission scientifique, littéraire et artistique de l’expédition du Mexique (...)

22C’est surtout dans la première année de son existence que la GMM se trouve être un lieu de rencontre des médecins et des travaux français et mexicains : à côté des praticiens de la capitale, une dizaine de médecins de l’armée de l’Intervention y écrivent des articles parfois inédits qu’Hippolyte Larrey commente à Paris108. Il s’agit également d’un moyen pour les médecins mexicains de se faire connaître. Dans le n°21 du 15 juillet 1865, par exemple, le Dr José Casi-Uribe, professeur de médecine à Guanajuato, écrit à la Société au sujet d’un article sur les blessures du crâne, paru dans le n°3 d’octobre 1864. Un des premiers intérêts de la Section médicale réside dans la structure mise en place qui, selon Neda Rafii-Moayed, bénéficie dans les premiers temps « d’un président apte à favoriser l’échange d’idées et la coopération entre médecins français et mexicains109 ». La GMM, comme la Société de médecine, consacrent et élargissent des contacts qui existent dès l’arrivée des médecins français à Mexico. Cet exemple de coopération particulièrement structurée s’explique en partie par l’européanisation des élites mexicaines, par le nombre de médecins français présents dans le pays et surtout par la forme prise par l’expédition, qui permet à plusieurs médecins de rester suffisamment longtemps dans une ville pour en pénétrer les réseaux savants.

Conclusion

  • 110 Alberto Soberanis, « La expansión de la ciencia. Orígenes históricos de la Commission scientifique (...)

23La campagne du Mexique a ainsi été l’occasion pour la médecine française, déjà présente, de renforcer son poids, en étant à l’origine d’une institution médicale durable, fonctionnant autour d’un périodique qui existe encore au début du XXIe siècle. Dans une perspective diffusionniste, la relation entre la France et le Mexique est caractérisée par son asymétrie. La science mexicaine, « périphérique », se place dans une position de dépendance par rapport au centre. Les explorations scientifiques et les institutions qu’elles génèrent apparaissent indubitablement, dans un premier temps, comme parties prenantes d’une politique interventionniste110. Il est pourtant difficile de voir la constitution de ces lieux de réunions et d’échanges uniquement comme l’expression d’un simple rapport de dépendance. La commission scientifique franco-mexicaine semble en effet davantage raviver des structures élaborées précédemment que fonder ex nihilo une société savante.

  • 111 Alberto Soberanis, « La ciencia marcha bajo la égida de la guerra. Las relaciones científicas fran (...)
  • 112 Juan José Saldaña, « Science et pouvoir au XIXe siècle. La France et le Mexique en perspective », (...)

24Mieux encore, selon Alberto Soberanis, les commissions créées au moment de l’Intervention sont perçues par le gouvernement mexicain, celui de Maximilien mais aussi celui des Républicains libéraux qui lui succèdent, comme les éléments de constitution d’une communauté scientifique nationale111. Elles complèteraient le travail des médecins mexicains qui, depuis l’indépendance et dans un siècle de profond désordre politique, voient dans l’effort scientifique un moyen favorisant l’intégration nationale du pays112. La présence française est finalement utilisée pour aider les institutions scientifiques mexicaines à élever leur pays au rang des nations développées, selon leurs propres critères, dans le cadre d’un mouvement commencé une quarantaine d’années plus tôt. Tout au long du XIXe siècle, le périodique médical apparaît comme le drapeau de cette revendication et illustre les efforts mais aussi les réussites des médecins mexicains pour se faire reconnaître comme membres légitimes d’une communauté savante nationale et internationale.

  • 113 Galino Sánchez Rosales, « Los médicos mexicanos y la Exposición universal de Paris de 1889 », dans (...)

25Le rôle symbolique dont il est chargé se voit de manière très nette en 1889, lorsque les autorités mexicaines font envoyer plusieurs exemplaires de la GMM à l’Exposition universelle. La reconnaissance de l’importance de la revue, organe de diffusion de l’Académie nationale de médecine, révèle la place qu’a prise la communauté médicale sur la scène nationale, à une époque où le gouvernement assigne un rôle prépondérant aux médecins en les considérant comme une référence du niveau culturel et intellectuel du pays113. Support essentiel d’une communauté médicale nationale, la GMM devient aussi le marqueur de l’identité d’un régime qui s’en sert pour se placer au centre d’une géographie du progrès encore dominée par Paris, qui continue de réguler la circulation des modes et des idées.

Notes

1 Frédéric Barbier, « Une production multipliée », dans H.-J. Martin et R Chartier (dir.), Histoire de l’édition française, t. III : Le temps des éditeurs, du romantisme à la Belle Époque, Paris, Promodis, 1985, p. 120. Voir aussi William-Frederick Bynum, Stephen Lock and Roy Porter (ed.), Medical Journals and Medical Knowledge, Historical Essays, London/New York, Routledge, 1992.

2 Valérie Tesnière, Le Quadrige, un siècle d’édition universitaire, 1860-1968, Paris, Presses universitaires de France (PUF), 2001, p. 25.

3 Archives générales de médecine, mars 1874, p. 366.

4 Alexandre Laboulbène, « Histoire du journalisme médical, 1679-1880 », Gazette des hôpitaux civils et militaires, n° 133, mardi 16 novembre 1880.

5 Michel Espagne, Les transferts culturels franco-allemands, Paris, PUF, 1999, pp. 20 et 27.

6 Juan José Saldaña, « La formation des communautés scientifiques au Mexique (du XVIe au XXe siècle) », dans X. Polanco, Naissance et développement de la science-monde. Production et reproduction des communautés scientifiques en Europe et en Amérique latine, Paris, La Découverte, 1990, pp. 148-176, p. 164.
Juan José Saldaña (ed.), « Los orígenes de la ciencia nacional », Cuadernos de Quipu, n° 4, 1992. Voir aussi sur cette question : Mary Louise Pratt, Imperial Eyes. Travel Writings and Transculturation, London/New York, Routledge, 1991 ; Thomas F. Glick, « Science and Independence in Latin America (with Special Reference to New Granada) », Hispanic American Historical Review, 71 :2, mai 1991, pp. 307-334 ; Maria Rachel Fróes da Fonseca, « La construcción de la patria por el discurso científico : México y Brasil (1770-1830) », Secuencia, Revista de historia y ciencias sociales, n° 45, septembre-décembre 1999, pp. 5-26.

7 Sur la mise en place du système fiscal mexicains et les difficultés auxquelles il est confronté dans les deux premiers tiers du XIXe siècle, on lira : Marcello Carmagnani, « Finanzas y estado en México, 1820-1880 », Ibero-Amerikanisches Archiv, Neue Folge, Jahrgang 9, Heft 3/4, 1983, pp. 279-318 ; Carlos Marichal, Manuel Miño Grijalva y Paolo Riguzzi, El primer Siglo de la Hacienda pública del Estado de México, 1824-1923, México, El Colegio Mexiquense/Gobierno del Estado de México, 1994.

8 Ernesto de la Torre Villar, « Prólogo », dans J. M. Lafragua y M. Orozco y Berra, La ciudad de México, ed. Porrúa, 1987 [rééd.], p. XXXVIII. Voir aussi Juan José Saldaña, « La influencia de la Revolución Francesa en la modernización científica de México », Arbor, n° 527-528, t. CXXXIV, novembre-décembre 1989, pp. 135-158. Sur l’histoire des sciences au Mexique, voir Luz Fernanda Azuela y Rafael Guevara Fefer, « La ciencia en México en el siglo XIX : una aproximación historiográfica », Asclepio, vol. 50 (2), 1998, pp. 77-105. Voir aussi Leticia Mayer Celis, Entre el infierno de una realidad y el cielo de un imaginario. Estadística y comunidad científica en el México de la primera mitad del siglo XIX, Mexico, El Colegio de México, 1999.

9 Emilio García Procel, « El 23 de Octubre, ‘Dia del Médico’ », Revista médica del Instituto mexicano del Seguro Social, n° 1, janvier-février 1989, vol. 27, pp. 73-77. Sur l’enseignement en province, voir notamment Annick Lempérière, « La formation des élites libérales au XIXe siècle : l’Institut des sciences et des arts de l’État de Oaxaca (1826-1910) », Revue d’histoire moderne et contemporaine, n° 42-43, juillet-septembre 1995, pp. 405-434 ; Ana María Huerta Jaramillo, « La cirurgía y sus instrumentos en el real Hospital de San Pedro de Puebla 1796-1826 », dans A. C. Rodríguez de Romo y X. Martínez Barbosa (ed.), Estudios de historia de la medicina : abordajes e interpretaciones, México, Universidad Nacional Autónoma de México (UNAM), 2001, pp. 99-111.

10 Mariano Brito, Description de l’École de médecine de Mexico et de quelques opérations faites avec l’écraseur de M. Chassaignac, Paris, Charles Noblet, 1862, p. 3.

11 Roger Charrier et Pietro Corsi (dir.), Sciences et langues en Europe, Paris, Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS), 1996, p. 12.

12 Pierre Dencausse, Extrait de mes tablettes d’outre-mer ou Mémoires sur des matériaux pour servir à l’histoire, la statistique et la topographie médicale de la ville de San Luis Potosi et ses environs, lu à la Société de médecine de Toulouse, le 22 mars 1851, Toulouse, A. de Labouisse-Rochefort, 1851, p. 27.

13 Modeste Loiseau, Notes militaires sur le Mexique en 1864-1867, Bruxelles, Merzbach, 1872, p. 89.

14 Enrique Beltran, « La science française au Mexique », Culture française, n° 4, 9e année, octobre 1960, pp. 9-22, p. 13. Sur les débuts de l’apprentissage du français au sein de l’élite créole, voir Jacques Houdaille, « Les Français au Mexique et leur influence politique et sociale (1760-1800) », Revue d’histoire d’outre-mer, t. 48, n° 171, 2e trimestre 1961, pp. 143-233, p. 167.

15 Fernando Martínez Cortés, La medicina científica y el siglo XIX mexicano, México, Secretaría de Educación pública, 1987, p. 33.

16 Eduardo Liceaga Olaez, Mis recuerdos de otros tiempos, México, Talls. grafs., 1949, p. 27.

17 Periódico de la Academia de Medicina de Mégico (PAMM), t. I, n° 5, 1836, pp. 158-160; La Unión Médica, t. I, 1857, pp. 12, 57, 258.

18 Fernando Ocaranza, Historia de la medicina en México, México, Midy, 1934, p. 174 ; Ana Cecilia Rodríguez de Romo, « Fisiología mexicana en el siglo XIX : la enseñanza », Asclepio, vol. 52 (1), 2000, pp. 217-223.

19 Francisco Fernández del Castillo, Historia de la Academia Nacional de Medicina de México, México, [s. n.], 1956, p. 9.

20 Ignacio Chávez, México en la cultura médica, México, Ed. del Colegio Nacional, 1947, p. 90.

21 Virginia W. de Graue, El por que de los nombres de las calles de la colonia de Los Doctores, México, Sociedad de Esposas de Cirujanos Académicos, 1976, p. 33. Quelques-unes de ses lettres, adressées à l’Académie de Mexico et décrivant son séjour parisien, paraissent de façon résumée dans La Unión Médica de México, n° 7, 1857, p. 80.

22 Yolanda Ortiz, « Rafael Lucio y su contribución a la medicina mundial », dans J. Somolinos Palencia (coord.), Contribuciones mexicanas a la investigación médica, México, UNAM, 1984, pp. 84-101.

23 V. W. de Graue, El por que de los nombres..., op. cit., p. 48.

24 Manuel Carpio, « Fiebres tifoideas », PAMM, t. I, n° 5, 1836, pp. 147-151, p. 151.

25 Periódico de la Academia de Medicina de México, séance du 31 mars 1852, t. I, 1853, p. 94.

26 Archives municipales de Veracruz, Caja 224, vol. 313, lettre du préfet politique au chef de l’ayuntamiento, 2 avril 1864.

27 V. W. de Graue, El por que de los nombres..., op. cit., p. 84.

28 Auguste Génin, Les Français au Mexique, du XVIe siècle à nos jours, Paris, Nouvelles Éditions Argo, 1933. Voir aussi Moisés González Navarro, Los extranjeros en México y los mexicanos en el extranjero (1821-1970), vol. 1, México, El Colegio de México, 1993.

29 Bulletin de l’Académie de médecine (BAM), t. III, 27 novembre 1838, pp. 305-311. Il est encore médecin à Mexico en 1848, voir BAM, t. XIII, 8 février 1848, pp. 645-646.

30 Paul Hersch Martínez, « La influencia de la Fitoterapia francesa en México y el cometido de una terapéutica individualizada », dans J. Pérez Siller (ed.), México Francia. Memoria de una sensibilidad común, siglos XIX-XX, México, Benemérita Universidad Autónoma de Puebla/El Colegio de San Luis, A. C./CEMCA, 1998, pp. 269-305, p. 269.

31 Manuel Carpio, « Cuadro del estado actual de la medicina », Periódico de la Academia de Medicina de Mégico (PAMM), t. V, 1840, pp. 3-14.

32 Javier Pérez Siller, « Modèle social et relations internationales : historiographie sur les relations franco-mexicaines », Histoire et Sociétés de l’Amérique latine, n° 4, mai 1996, pp. 221-239 ; Leopoldo Zea, El positivismo en México. Nacimiento, apogeo y decadencia, México, Fondo de Cultura Económica, 1968.

33 Hans Hauge, « Nationalizing Science », dans R. Charrier et P. Corsi (dir.), Sciences et langues..., op. cit., pp. 159-168 et Ludmilla Jordanova, « Science and National Identity », ibid., p. 225.

34 H. Hauge, « Nationalizing Science », op. cit.

35 Germán Somolinos d’Ardois, Historia y medicina. Figuras y hechos de la historiografía médica mexicana, México, Imprenta Universitaria, 1957, p. 18.

36 F. Fernández del Castillo, Historia de la Academia..., op. cit., p. 9. Sur ces institutions préfigurant l’Académie de médecine, voir Magdalena Martínez Guzmán, « La Academia Nacional de Medicina de México surgida en el Segundo Imperio Mexicano (1864) », Revista del seminario de Historia Mexicana, Época 1, vol. 1, n° 3, printemps 1998, pp. 123-145.

37 Prospectus, Higia, periódico de Salud, p. 5.

38 Louis Blaquière, « Prospectus », PAMM, t. I, 1836, p. 7.

39 M. Carpio, « Cuadro del estado actual... », op. cit., p. 12.

40 Manuel Carpio, « Discours », PAMM, t. IV, n° 3, 1839, p. 85.

41 Anonyme, « Introducción », PAMM, t. III, 1838, p. 4.

42 M. Carpio, « Cuadro del estado actual... », op. cit., p. 10.

43 Manuel Robredo, « Conclusión », PAMM, t. V, p. 480.

44 Anonyme, « Introducción », op. cit., p. 7.

45 L. Blaquière, « Prospectus », op. cit., p. 8.

46 PAMM, t. V, n° 8, 1840, p. 238.

47 Une lettre de Pedro Vander-Linden est lue, accompagnée de quelques journaux de Guadalajara qui contiennent une statistique de la clinique chirurgicale qu’il dirige à l’hôpital de Belén, PAMM, t. III, n° 4, 1838, p. 159.

48 Voir note 16.

49 PAMM, t. II, n°3, 1837, séance du 21 août 1837, p. 130 ; PAMM, t. III, n° 9, 1838, séance du 15 octobre 1838, p. 354.

50 PAMM, t. IV, n° 12, 1839, p. 474.

51 José Álvarez Amézquita (ed.), Historia de la Salubridad y de la Asistencia en México, México, Secretaría de Salud, 1960, pp. 230 et 257. Au début des années 1840 aurait été fondée une autre société, l’Émulation médicale, présidée par Rio de la Loza, avant que ne soit créée peu de temps après, en 1842, la Société Filoiatrique, selon F. Fernández del Castillo, Historia de la Academia..., op. cit., p. 13.

52 Manuel Carpio, « Prólogo », PAMM, t. I, 2e série, 1843, p. I.

53 Anonyme, « Introducción », PAMM, t. IV, p. 3, voir aussi « Introduccíon », PAMM, t. III, 1838, p. 7.

54 Au début de l’année 1856, les Archives générales de médecine recensent un peu moins de 200 revues publiées « dans les principales langues de l’Europe » : 58 titres en allemand, 8 en hollandais, 8 en suédois, 30 en anglais, 47 en français dont 13 publiés en Belgique, 12 en italien, 9 en espagnol.

55 En Grande-Bretagne, par exemple, il naît chaque année en moyenne trois périodiques, mais un peu moins de la moitié disparaissent dans leur Ie année et 21 % n’atteignent pas leur 2e année, voir Jean Loudon and Irvine Loudon, « Medicine, politics and the medical periodical 1800-1850 », dans W.-E Bynum, S. Lock and R. Porter (ed.), Medical Journals..., op. cit., pp. 49-69, p. 60.

56 Valérie Tesnière, « Le livre de science en France au XIXe siècle », Romantisme, n° 80 (1993-II), pp. 83-93, p. 68.

57 M. Carpio, « Prólogo », op. cit., p. III.

58 Periódico de la Sociedad Filoidtrica, 1845, p. 2.

59 M. Carpio, « Cuadro del estado actual... », op. cit., p. 13.

60 PAMM, « Introducción », t. IV, 1839, p. 4.

61 Ana María Carrillo, « Profesiones sanitarias y lucha de poderes en el México del siglo XIX », Asclepio, vol. 50 (2), 1998, pp. 149-168.

62 Periódico de la Sociedad Filoiatrica, « Prospectus ».

63 Casimiro Liceaga, « Reflexiones sobre la medicina », PAMM, t. II, 1837, pp. 3-18, p. 18.

64 PAMM, t. V, n° 8, 1840, p. 238.

65 PAMM, t. II, n° 1, 1837, pp. 44-47 ; PAMM, n° 10, 1839, pp. 361-364 et n° 11, pp. 401-413.

66 PAMM, t. II, n° 2, 1837, pp. 78-80.

67 PAAM, t. I, 2e série, n° 7, p. 217.

68 PAMM, t. I, 2e série, n° 6, p. 184.

69 PAMM, t. I, n° 4, 1836, pp. 108-112. Il n’est d’ailleurs pas précisé si les médecins français sont traduits et par qui.

70 PAMM, t. III, n° 5, 1838, p. 184.

71 PAMM, t. I, n° 1, 1836, p. 16.

72 Carta dirigada a la Academia de Medicina de París sobre los diversos métodos de tratamiento de las fiebres tifoideas, y sus resultados, por M. Piedagnel, trad. par M. Carpio, PAMM, t. III, n° 4, 1838, pp. 152-136.

73 PAMM, t. IV, n° 8, 1839, p. 313.

74 Pascal Crozet et Annick Horiuchi, Traduire, transposer, naturaliser. La formation d’une langue scientifique moderne hors des frontières de l’Europe au XIXe siècle, Paris, L’Harmattan, 2004, pp. I-XXX ; Voir Scott L. Montgomery, Science in Translation, Movements of Knowledge Cultures througb Culture and Time, Chicago, University of Chicago Press, 2000. Robert Davreu, avant-propos, « Traduire au XIXe siècle », Romantisme, n° 106, XXIXe année, 1999, pp. 3-7.

75 M. Robredo, « Conclusion », op. cit., p. 480.

76 M. Carpio, « Prologo », op. cit., p. III.

77 M. Carpio, « Cuadro del estado actual... », op. cit., p. 12.

78 PAMM, « Introducción », t. III, 1838, p. 7.

79 M. Carpio, « Prólogo », op. cit., p. III.

80 Manuel Carpio, « De la dieta en las enfermedades agudas febriles », PAMM, t. I, n° 4, 1836, pp. 97-100.

81 M. Robredo, « Conclusión », op. cit., p. 480.

82 Manuel Carpio, « Tratamiento de la pleuroneumonia », PAMM, t. II, n° 2, 1837, pp. 62-65.

83 M. Carpio, « Cuadro del estado actual... », op. cit., p. 11.

84 Periódico de la Sociedad Filoiátrica, 1845, p. 13.

85 Article 1, Comisión científica, literaria y artística de México, reglamento provisional, México, 1864.

86 Archives nationales (AN), F/17/2909. Lettre de Bazaine à Vaillant, Mexico, le 24 mars 1864.

87 Minute de la lettre du maréchal Bazaine au général Almonte, 20 mars 1864, Documentos para la Historia de México, La intervención francesa en México, según el archivo del mariscal Bazaine, publié par Genaro García, México, Librería de la Vda de Ch. Bouret, t. XVIII, 1908, pp. 95-100.

88 Sur l’entrée en politique des médecins dans les premières décennies du Mexique indépendant, voir José Ortíz Monasterio, « Agonía y muerte del Protomedicato de la Nueva España, 1831 », Historias, n° 57, janvier-avril 2004, pp. 35-50, pp. 49-50.

89 Archivo Histórico de la Sociedad Mexicana de Geografía y Estadística, Cuestiones científicas, 1850-1948, vol. 3, 8 février 1864, cité par Alberto Soberanis, « De la curiosidad al examen científico. Viajeros y exploraciones científicas en México durante el siglo XIX », dans Paisaje y otros paisajes mexicanos del siglo XIX en la colección de Museo Soumaya, México, Museo Soumaya, 1998, pp. 200-210, p. 207.

90 Discours de José Salazar Illaregui, L’Estafette, México, 25 avril 1864, n°94, vol. 5, cité par Alberto Soberanis, « La Commission scientifique, artistique et littéraire fondée à Mexico en 1864 par le maréchal Bazaine », Bulletin de l’Académie du Second Empire, n° 10, mai-juillet 1993, pp. 13-15, p. 15.

91 Sur ce débat, voir Raùl Reissner, « Comisión Científica, Literaria y Artística de México », dans C. García Mora (ed.), La antropología en México. Panorama histórico. 8 : Las organizaciones y las revistas, México, Instituto Nacional de Antropología e Historia (INAH), 1988, pp. 72-80. Voir aussi Manuel Maldonado-Koerdell, « La commission scientifique du Mexique (1864-1869) », dans Memorias del Primer Coloquio Mexicano de Historia de la Ciencia, México, [s. n.], 1964 ; idem, « La obra de la Commission scientifique du Mexique », dans A. Arnaiz y Freg, C. Bataillon (ed.), La Intervención francesa y el Imperio de Maximiliano. Cien años después, México, [s. n.], 1965, pp. 161-182 ; Paul N. Edison, « Conquest Unrequited : French Expeditionary Science in Mexico, 1864-1867 », French Historical Studies, vol. 26, n° 3, été 2003, pp. 459-496.

92 Victor Duruy, Archives de la Commission Scientifique du Mexique (ACSM), t. I, 1865 et AN, F/17/2909, Victor Duruy au président de la Société mexicaine de Géographie et de Statistique, lettre du 8 février 1864.

93 P. N. Edison, « Conquest Unrequited... », op. cit., p. 477.

94 Claire Fredj, « Le travail de recherche du médecin en campagne », dans Médecins en campagne, médecine des lointains : le service de santé des armées dans les campagnes du Second Empire (Crimée, Chine-Cochinchine, Mexique), thèse de doctorat d’histoire, Paris, EHESS, 2006, pp. 709-805.

95 Voir Alfonso Pruneda, Algunos datos y bihliografía de la Academia nacional de Medicina, México, [s. n.], 1943.

96 Charles-Albert Ehrmann, « Résumé des travaux de la Section de médecine depuis sa fondation jusqu’au 31 décembre 1863 », Gaceta Médica de México (GMM), n° 31, 15 décembre 1865, pp. 513-516, pp. 514-515.

97 Denis Jourdanet, « Considérations sur le typhus », GMM, n° 12, 1er mars 1865, pp. 191-198, p. 198.

98 C.-A. Ehrmann, « Résumé des travaux... », op. cit., p. 515.

99 Archivo de la Academia de Medicina de México (AAMM), PV du 5 octobre 1864 et PV du 14 novembre 1866 ; voir aussi Hippolyte Larrey, « Rapport sur les travaux insérés dans la Gazette médicale de Mexico (n° 8 à 24) », ACSM, t. II, pp. 149-153, p. 151.

100 C.-A. Ehrmann, « Résumé des travaux... », op. cit., p. 517.

101 Ibid.

102 Ibid.

103 AAMM, PV du 31 août 1864.

104 AN F17/2909, Séance du 30 juin 1864. Arrêté n° 3630 du 24 octobre 1864.

105 Gazette médicale de Strasbourg, n° 11, novembre 1864, p. 212. Les termes sont repris du prospectus inclus dans le 1er numéro de la Gaceta Médica de México, imprenta de Andrade y Escalante, Bajos de San Agustín, n° 1. Imprimerie de l’Estafette.

106 AAMM, PV du 26 juin 1864. Annonce de la naissance du périodique. Les éventuels bénéfices serviront à en améliorer la publication (PV du 17 août 1864).

107 C.-A. Ehrmann, « Résumé des travaux... », op. cit., p. 515.

108 Hippolyte Larrey, Rapport sur les travaux insérés dans la Gazette médicale de Mexico, Paris, Imprimerie impériale, 1868, tiré à part de Hippolyte Larrey, « Rapport sur les travaux insérés dans la Gazette médicale de Mexico (n° 1 à 7) », ACSM, t. I, pp. 412-420 ; idem, « Rapport... (n° 8 à 24) », ACSM, t. II, pp. 149-153 ; idem, « Rapport... (n° 25 à 31) », ACSM, t. II, pp. 220-226 ; idem, « Rapport... (2e série, n° l-20) », ACSM, t. III, pp. 11-16.

109 Neda Rafii-Moayed, La Commission scientifique, littéraire et artistique de l’expédition du Mexique (1864-1867). La contribution des médecins strasbourgeois et en particulier celle de Charles-Albert Ehrmann, thèse de doctorat de médecine, Strasbourg, université Louis Pasteur, 1995, p. 76.

110 Alberto Soberanis, « La expansión de la ciencia. Orígenes históricos de la Commission scientifique du Mexique », Revista del seminario de Historia Mexicana, Época 1, Vol. 1, n° 3, printemps 1998, pp. 9-75, p. 15.

111 Alberto Soberanis, « La ciencia marcha bajo la égida de la guerra. Las relaciones científicas franco-mexicanas durante el Imperio de Maximiliano (1864-1867) », Revista de la Universidad de Guadalajara, janvier-février 1995, pp. 50-60, p. 57.

112 Juan José Saldaña, « Science et pouvoir au XIXe siècle. La France et le Mexique en perspective », dans P. Petitjean, C. Jami et A.-M. Moulin, Science and Empire. Historical Studies about Scientific Development and European Expansion, Dodrecht/Boston/London, Kluwer Academic Publishers, 1992, pp. 153-164, p. 158.

113 Galino Sánchez Rosales, « Los médicos mexicanos y la Exposición universal de Paris de 1889 », dans A. C. Rodríguez de Romo y X. Martínez Barbosa (ed.), Estudios de historia de la medicina..., op. cit., pp. 133-148, p. 140. Voir aussi le Catalogue officiel de l’exposition de la République mexicaine, Paris, 1889.

Auteur

Est maître de conférences à Paris X-Nanterre. Elle a soutenu sa thèse d'État sur Médecins en campagne, médecine des lointains. Le service de santé des armées dans les campagnes du Second Empire (Crimée, Chine-Cochinchine, Mexique), dir. Daniel Nordman, EHESS, 2006,1 080 pp. et a notamment publié Lettres du Mexique. Itinéraires du zouave Augustin-Louis Frélaut (1862-1867), en collaboration avec Manuel Charpy, Ed. Nicolas Philippe, collection Lettres Ouvertes, 2003, 400 pp. Ella a également publié diverses contributions et articles, et notamment « Autour de la carte mexicaine: travaux topographiques français et mexicains au temps de l'Intervention française au Mexique (1862-1867) » in Isabelle Laboulais-Lesage (dir.), Combler les blancs de la carte. Modalités et enjeux de la construction des savoirs géographiques (XVIIe-XXe siècle), Presses Universitaires de Strasbourg, 2004

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search