Version classiqueVersion mobile

Impressions du Mexique et de France

 | 
Lise Andries
, 
Laura Suárez de la Torre

Représentations de l'autre et pensée politique/Representacion del "otro" y el pensamiento político

Le Mexique et les Nouvelles Annales des Voyages ou les avatars d’une représentation (1819-1872)

Joëlle Chassin

Résumé

Cuando, en 1819, Conrad Malte-Brun, teniendo como objetivo un saber geográfico enciclopédico, vuelve a publicar los Annales des Voyages que había interrumpido, los rebautiza Nouvelles Annales des Voyages, de la Géographie et de l’Histoire. Para dar cuenta de las tierras americanas, solicita la participación de Humboldt, de Bonpland, de Saint-Hilaire, d’Orbigny... Sin embargo, a pesar del éxito que acababa de conocer el Essai politique sur le royaume de la Nouvelle Espagne de Humboldt, durante los quince primeras anos de la revista se hablará menos de México que de Brasil, de Colombia o de Guayana. El lector debe esperar el año de año 1821, año de la independencia del país, para encontrar dos páginas sobre el “Estado actual del país”, y no encuentra más que artículos heteróclitos como “La pobreza del mexicano” o la “Vívora de cascabel”, fragmentos de información traducidos de periódicos mexicanos, americanos, ingleses... Sin embargo, observando algunos títulos dispersos se pueden imaginar contenidos de mayor importancia. Las “Pirámides de Teotihuacan” y las “Antigüedades de Palenque” reflejan el periodo precolombino y evocan los pueblos indígenas. Y tratar de los territorios lejanos del norte como Sonora, Texas y Florida deja traslucir una promesa de futuro.
Nuevo redactor en 1840, ejemplo mismo de personaje erudito, Ternaux-Compans comparte las preocupaciones de la comunidad científica de su tiempo. Durante cinco años, a propósito de México, va a desarrollar una producción hegemónica y diversificada cuya coherencia interna es hacer conocer los relatos que evocan el pasado indígena americano. Preconiza el estudio de la filología y de la teogonía. Pero Ternaux no es solo un erudito de las cosas del pasado sino que se interesa tanto por los proyectos de fomento de Texas como por el desarrollo del comercio en Yucatán, y a través de un canal interoceánico... Otro México va a nacer con el sueño de numerosos inmigrantes.
El año 1845 representa una fractura para los Nouvelles Annales y para el lugar que ocupa México en la revista. Vivien de Saint-Martin, secretario general de la Sociedad de Geografía de Paris, al abrir una nueva serie, rompe con la línea adoptada anteriormente. Adquiere mayor importancia un discurso del saber geográfico, de una geografía política, económica, donde las noticias que vienen de California así como los estudios sobre las minas de oro se multiplican, donde Texas, Yucatán, istmo de Tehuantepec aparecen como tierras prometedoras. En los relatos de viaje cada vez más numerosos, México se representa como un país rico, de gloriosas civilizaciones, que hay que guiar en su evolución futura.
Con la llegada del hijo de Malte-Brun, Victor Adolphe, a la dirección de los Annales en 1855, se completa la geografía de México; mapas y pianos forman parte del trabajo editorial. Una figura va a destacarse en el periodo, la de Brasseur de Bourbourg, sacerdote arqueólogo y filólogo, que residirá varias veces en México y Guatemala, ofreciendo de estos países una visión renovada. Es un momento en que las redes personales e institucionales, a menudo internacionales, irrigan y orientan las investigaciones y los escritos de cada uno, de una revista a otra y de una sociedad a otra, en que los Annales dan conocimiento de los trabajos de la Sociedad de Geografía y de Estadística de México. Es también la época de la intervención francesa en México. En 1864 se designa una comisión para preparar una expedición científica en el país. La revista difunde ampliamente esta empresa puesto que algunos de sus miembros más importantes se asocian al proyecto. Pero cuando termina el imperio de Maximiliano, desaparece la presencia mexicana en los Annales. El silencio cae sobre México

Texte intégral

1Ouvrir les Nouvelles Annales des Voyages pour chercher trace du Mexique, c’est parcourir cinquante ans d’une revue savante du XIXe siècle, plus de 80 000 pages rassemblées en 209 volumes distribués en six séries. C’est mobiliser un corpus de natures et de formes très variées pour suivre comment se forge, se modèle, se décline l’image d’un pays au prisme des savoirs comme des regards et des volontés de ceux qui le découvrent, l’observent, le décrivent, de ceux qui tentent de le transformer, de l’investir, de le conquérir ou de l’adopter, ou encore de ceux qui cherchent à le faire connaître. C’est croiser un grand nombre d’individus, de figures de passeurs, de médiateurs appartenant à des réseaux personnels ou institutionnels souvent internationaux ; c’est voir enfler ou se réduire la part mexicaine dans le concert des nations, au gré des naissances et des disparitions d’institutions, de revues, au gré des fluctuations du champ des sciences humaines et... des événements.

2De cette traversée il ne sera donné ici, dans le cadre imparti, qu’une certaine approche qui privilégiera l’un des temps forts des Nouvelles Annales à propos du Mexique, les années 1840-1845, placées sous la responsabilité rédactionnelle de l’américaniste Ternaux-Compans.

Entre inventaire et pittoresque : une présence en pointillés

  • 1 Nouvelles Annales des Voyage, de la Géographie et de l’Histoire [en ligne], Paris, Gide, 1819-1872 (...)

3Lorsqu’en 1819, Conrad Malte-Brun, animé par une vision encyclopédique de la géographie, reprenait, avec Jean-Baptiste Eyriès, la publication des Annales des Voyages qu’il avait lancées en 1807 et interrompues à la suite des événements de 1814-1815, il rebaptisait sa revue Nouvelles Annales des Voyages, de la Géographie et de l’Histoire1 Dans son introduction au premier numéro, en mettant l’accent sur le contexte favorable dans lequel renaissaient les Annales, il traçait en fait les principales lignes d’un programme qui allait être le sien et celui de ses successeurs durant cinq décennies :

  • 2 Nouvelles Annales des Voyages... (dorénavant NA), 1819, vol. 1, t. I, pp. 1 et suivantes, « Coup d (...)

Les moyens d’observer les peuples nouveaux sont devenus plus familiers. Les langues sont étudiées avec plus de soin et de critique [...]. L’homme [...] se plaît à retrouver partout les inspirations de ce génie qui, en créant la parole, créa la société... Les gouvernemens ne cachent plus avec une jalousie illibérale les découvertes faites par leurs sujets [...]. Les missionnaires qui jadis s’occupoient uniquement des miracles et des martyrologes recueillent depuis un siècle des notions importantes sur l’état des pays et des peuples qu’ils visitent [...]. La guerre même est aujourd’hui amie de la géographie et les modernes Alexandres marchent, comme l’ancien, accompagnés de savans capables de décrire les pays qu’ils ont vu conquérir2.

4Pour lui, après les circumnavigations de la deuxième moitié du XVIIIe siècle, l’exploration de l’intérieur des continents doit se poursuivre, au rythme des progrès de la science.

  • 3 Voir Jean-Pierre Chaline, Sociabilité et érudition : les sociétés savantes en France au XIXe et XX(...)
  • 4 NA, 1821, t. XII, pp. 186-187.

5Si les Nouvelles Annales ne dépendent pas directement d’une société savante comme d’autres revues du XIXe siècle, leur histoire et celle de la Société de Géographie de Paris avancent cependant du même pas3. Fondée en 1821, la Société de Géographie – promue notamment par Malte-Brun et Eyriès, et qui compte également parmi ses fondateurs Humboldt, Champollion, Cuvier – a pour objectif de combler les derniers blancs de la carte et de diffuser les connaissances géographiques. Aussi a-t-elle vocation à encourager voyages et explorations, à en collecter les résultats et à en permettre la publication4. Malte-Brun est d’ailleurs élu secrétaire général de la Société de Géographie en 1822, si bien que les Nouvelles Annales auront toute latitude pour en reproduire ou en résumer séances ou rapports, et nombreuses seront les passerelles entre le Bulletin dont se dote la Société (et qui, dès l’origine, reflète l’intérêt de ses membres pour les questions américaines) et les articles des Annales.

  • 5 Michel Bertrand et Laurent Vidal (éd.), À la découverte des Amériques. Les voyageurs européens au (...)
  • 6 Pour les deux premières séries (1819-1833), environ deux cents pages sont consacrées au Mexique, r (...)
  • 7 NA, 1828, t. IV, vol. 40.
  • 8 NA, 1821, t. III, vol. 11, pp. 387-390.
  • 9 NA, 1821, t. II, vol. 10, pp. 396-397.
  • 10 NA, 1821, t. IV, vol. 8, pp. 166-171.

6Pour rendre compte des terres américaines, c’est à Humboldt, Bonpland, de Saint-Hilaire, d’Orbigny que Malte-Brun faisait appel. On sait combien grande était l’influence de Humboldt, installé à Paris, en contact avec nombre d’intellectuels et de voyageurs, et dont l’Essai politique sur le royaume de la Nouvelle Espagne venait d’être salué comme un modèle scientifique5. Mais ces savants explorateurs arpentaient alors d’autres régions, travaillaient sur d’autres terrains, et leurs noms n’apparaissent guère associés au Mexique. Dans les quinze premières années de la revue, il sera d’ailleurs beaucoup moins question de ce pays que du Brésil, de la Colombie, de Buenos Ayres, des Andes6 ou de la Guyane. En parcourant les différentes rubriques – « Analyses critiques », « Mélanges historiques et géographiques », « Nouvelles » – le lecteur ne semble guère disposer que de bribes d’information, d’aperçus hétéroclites où voisinent « La Pauvreté du Mexicain » et le « Serpent à sonnettes », les « Assassinats au Mexique » et « L’école de Tampico »7. Il lui faut attendre 1821 – année de l’indépendance mexicaine – pour trouver, outre quatre pages sur les « Observations d’un marin sur le courant du golfe du Mexique » provenant de l’Edimburg Philosophical Journal8, deux pages « Sur l’état actuel du Mexique » extraites du journal mexicain El Universal9, et le compte rendu du Voyage pittoresque autour du monde du peintre Louis Choris, dont la Californie, encore très peu connue, fait l’ouverture10. Trois titres indiquant trois démarches représentatives de ce début de XIXe siècle : l’observation des phénomènes naturels, la tradition statisticienne ou l’inventaire, et une mise en image portée par l’art du peintre et le goût du pittoresque. Trois grilles pour décrypter ce monde lointain proposé à la curiosité et à l’imaginaire des lecteurs.

  • 11 NA, 1822, t. II, vol. 13, p. 235.
  • 12 NA, 1827, t. I, vol. 33, pp. 116-117. On compte neuf évêchés, un archevêché, 1 194 paroisses, 3473 (...)

7La société mexicaine, décrite l’année même où le pays déclare son indépendance, apparaît traversée par des conflits d’intérêts opposant les Créoles (Criollos) – propriétaires fonciers, « 3406 individus » qui se partagent « un territoire de 480 000 lieues carrées », « classe qui se regarde comme la véritable nation » – et les Européens (Gachupines) « désignés à la haine publique », « classe des commerçans et des capitalistes », « indispensables à l’exploitation des mines » mais résolus à quitter le pays en cas de « déclaration d’indépendance ». Le reste de la population constitue une « multitude immense », « agricole », « toujours prête à se laisser entraîner par tous les chefs de factions, tels que Hidalgo et Morelos ». « Du repos et de l’ordre », voilà ce qu’il faut au Mexique. Un an plus tard, sous la plume d’un auteur anonyme qui encourage la France « à ouvrir des communications indirectes avec les nouvelles autorités mexicaines », il est dit que la guerre d’indépendance – qui a eu lieu – a opposé deux factions, « aristocrates » contre « oligarques », dans un pays qui compte « six millions d’Indiens »11. En 1827 enfin, un « État ecclésiastique » pointe, sous forme de données chiffrées, la chute des ordinations et le manque de prêtres qui touche le pays12.

  • 13 NA, 1821, t. IV, vol. 8, pp. 166-171 : Voyage pittoresque autour du monde, offrant des portraits d (...)
  • 14 Voir la thèse de Caroline Becker-Jeanjean, notamment les deuxième et troisième parties, Les récits (...)
  • 15 Marie-Noëlle Bourguet, « De la Méditerranée », dans M.-N. Bourguet et al. (coord.), L’invention sc (...)
  • 16 NA, 1830, t. I, vol. 45, pp. 333-342.
  • 17 NA, 1825, t. IV, vol. 28, p. 39.
  • 18 « Yaquis et autres Indiens de la Sonora », Travels into the Interior of Mexico, by Lieutenant Hard (...)

8Parallèlement à ces dénombrements, « utiles à la statistique » selon les mots mêmes du rédacteur de la revue, le Voyage pittoresque autour du monde offrait à l’imaginaire du lecteur, dès la première livraison, la Californie vue à travers ses populations indigènes. C’est à Paris, auprès de Cuvier et d’Eyriès, que Louis Choris, « sujet russe », avait trouvé aide et conseils pour éditer l’ensemble des planches qu’il avait effectuées au cours de l’expédition financée par le comte de Romanzoff (1815-1818),13. Le récit illustré de voyages pittoresques, genre né dans le dernier quart du XVIIIe siècle qui privilégie l’image, cherchant à la fois à informer et à faire rêver le lecteur en le promenant dans des lieux inconnus, atteint alors son apogée14. Cependant le pittoresque, s’il réside toujours dans l’observation de l’inconnu, s’attache ici non plus aux monuments ni aux ruines classiques, mais aux populations et civilisations dites primitives, dont l’artiste porté par le romantisme naissant tente de fixer l’altérité. Le goût de la description exacte peut se conjuguer avec des formes de reconnaissance qui s’apparentent à des stéréotypes, tant il est vrai qu’un voyageur ne part jamais sans bagages mais transporte avec lui « savoirs, images et attentes15 ». Au gré des récits des voyageurs, dont les Annales fournissent des morceaux choisis, ce sont surtout les Indiens de la région de Veracruz, d’Oaxaca ou des marges du pays, comme ceux du Sonora, qui sont mis en scène. Pour l’Allemand G. Schiede de Cassel, qui se rend de Veracruz à Jalapa, les Totonaques ne sont pas « méchants » mais moins « dociles » que les Indiens de Jalapa, très méfiants à l’égard des criollos ou gente de razón16. Plus radical, un citoyen des États-Unis, qui va de Tampico à Mexico, déclare que leur occupation principale semble « consister à se débarrasser mutuellement des mouches et de la vermine qui les tourmentent, à boire du pulque, à fumer le cigare quand ils peuvent, et à dormir17 ». Pourtant le portrait peut venir d’un regard plus sociologique et politique comme celui du lieutenant Hardy, qui analyse la situation des Indiens en termes de dépendance et dénonce avec une ironie toute voltairienne l’exploitation dont ils ont été victimes : « Les Opatas [...] se soumirent aux Jésuites qui en firent leurs esclaves [...] et indépendamment de la dîme exigèrent d’eux un tribut pour la permission de vivre dans leur propre pays18. »

  • 19 « Notice sur le royaume de Mexico depuis 1810 », NA, 1824, t. III, vol. 23, p. 66.
  • 20 Voir Fernand Braudel, Grammaire des Civilisations, Paris, Arthaud-Flaminarion, 1987, chap. I.

9Mais lorsqu’il revient aux rédacteurs des Nouvelles Annales de faire des synthèses de leurs lectures, l’idée l’emporte chez eux que les populations indigènes sont restées en marge du mouvement de l’histoire. De Larenaudière, dont les analyses dominent la période, écrit : « Stationnaires au milieu de la marche de la civilisation, ils conservent encore les traits distinctifs de leurs anciennes coutumes19.» Même si l’on est dans ces années où le mot commence à être utilisé au pluriel20, sous sa plume le terme « civilisation » recouvre encore, en un concept unique propre aux Lumières, le matériel et le spirituel, la civilisation comprise au sens de progrès, selon le modèle de la civilisation européenne.

  • 21 NA, 1839, t. I, vol. 81, pp. 205-238, p. 220.

10En fait il n’est guère fait mention de la partie « européenne », plus urbaine : peut-être la distance entre soi (le voyageur) et l’autre (l’autochtone) est-elle trop courte pour permettre l’étonnement et, partant, encourager la description. Quand on égrène le nom des villes, Guadalajara, Guanajuato, Valladolid, San Luis Potosí, Querétaro, Puebla, Oaxaca... on ne s’attarde pas vraiment à les décrire, excepté Mexico, « une des plus belles cités » du monde. Les voyageurs en soulignent les changements étonnamment rapides, les « progrès opérés par l’influence des étrangers »21. On vante son air pur, ses fontaines, ses cultures sur jardins flottants ou chinampas, ses jets d’eau, sa promenade de l’Alameda, son jardin botanique ; on en recense les bâtiments – couvents, musée d’antiquités, écoles des beaux-arts. On se moque toutefois de son théâtre (où l’on tient salon), un peu moins de ses ballets, menés par des Français, il est vrai. Quant à la population de son marché, elle surpasse en grossièreté celle de Naples.

11De ces images du Mexique quelque peu éclatées, parcellaires, se dégagent principalement deux autres aspects : l’inventaire d’un paysage à domestiquer et le potentiel des marges septentrionales.

  • 22 Comme la description des mines, la description des volcans mexicains et le récit de leur ascension (...)
  • 23 NA, 1830, t. I, vol. 45, pp. 333-342. Le docteur et botaniste G. Schiede de Cassel, qui voyage en (...)
  • 24 Sitôt après l’indépendance, des Européens, surtout des Anglais, s’emparaient des principales explo (...)
  • 25 NA, 1824, t. III, vol. 23, pp. 69-70.

12Aussi observe-t-on le cours des rivières et la hauteur des montagnes, l’activité des volcans22, la diversité des plantes23, le relief qui favorise le transport des denrées à l’intérieur du pays mais freine celui de l’intérieur vers la côte par ses dénivelés. On souligne le manque de routes et de canaux, la rudesse du climat ou sa douceur (le vomito negro, ou fièvre jaune qui sévit à Veracruz est redoutable et redouté), ses pluies ou sa sécheresse. On évoque les vastes plateaux arides et les vallées très fertiles, les mangroves, les forêts, les déserts. On rappelle la grande richesse du sous-sol, que Humboldt avait déjà signalée, l’excellent rapport des mines, mais on note leur mauvais état d’alors, conséquence de la révolution qui a secoué le pays24. On souligne la faible densité de la population (1/18 de la France) sur des terres où poussent, selon les régions, coton, tabac, canne à sucre, maïs, indigo, cochenille, cacao, bananiers, tous les blés, les fruits, et qui, pour certaines, pourraient nourrir « jusqu’à cinquante individus là où en Europe il y en aurait deux », si « paresse et atonie » ne caractérisaient l’agriculture, « entravée durant des siècles par la politique jalouse du gouvernement espagnol25 ».

  • 26 NA, 1835, t. I, vol. 65, p. 124.
  • 27 NA, 1833, t. III, vol. 59, pp. 370-375.

13Loin de la capitale, loin du pouvoir central, la mise en valeur de territoires a commencé. Plusieurs articles évoquent le Texas. Vaste, fertile, bien arrosé, ce dernier voit ses plantations s’étendre et sa productivité – de coton notamment – augmenter26. Pourtant, dès 1833, les nouvelles venant d’Amérique laissent entendre que le Texas cherche à se dégager de la tutelle mexicaine. À travers le regard à la fois complice et critique d’un Anglais, on saisit toute la pression anglo-saxonne qui s’exerce sur les provinces mexicaines où les colons se sont installés et qui laisse prévoir la perte des territoires, sauf si le gouvernement mexicain arrive à arrêter le « torrent de l’émigration27 ».

Un terrain de débats intellectuels : une présence qui s’affirme

  • 28 Notons que 1821 est à la fois l’année de la création de la Société de Géographie de Paris et de l’ (...)

14Le Mexique du temps présent n’occulte cependant pas l’émergence de plus en plus affirmée d’articles, de rapports, notes et mémoires portant sur la période précolombienne. C’est que la Société de Géographie, cherchant à promouvoir une science géographique polyvalente, sous l’impulsion notamment de Malte-Brun comme on l’a vu, associe à l’étude de la géographie l’histoire et la linguistique28. De cette tension entre passé et présent, les Nouvelles Annales se font l’écho pendant des décennies dans un va-et-vient incessant qui attache définitivement au Mexique les noms des civilisations aztèque, toltèque et maya.

  • 29 En 1786, sur ordre de Charles III, le capitaine Antonio del Río y menait en effet des recherches d (...)
  • 30 Outre des « remarques sur l’état physique et la production du pays » et des « recherches sur les t (...)
  • 31 À l’instigation de Charles IV, c’était au tour de Guillermo Dupaix, officier des dragons, de comma (...)
  • 32 NA, 1827, t. II, vol. 34, p. 122.

15Avec la création du prix de Palenque à destination du voyageur qui ferait « une description plus complète et plus exacte des ruines que celle d’Antonio del Río29 », et qui l’accompagnerait de dessins, plans, cartes et coupes des fouilles30, la Société de Géographie attire l’attention, dès 1826, sur la richesse et la diversité des sites précolombiens mexicains. Cependant, en l’absence de subsides pour aider les voyageurs dans leur entreprise, cet appel à contribuer à des découvertes archéologiques se solde plutôt par des compilations de travaux effectués précédemment par les membres d’expéditions financées par la monarchie espagnole, précisément celle d’Antonio del Río et aussi celles de Guillermo Dupaix31. Il n’en reste pas moins que les Annales font une part de plus en plus importante aux comptes rendus d’ouvrages touchant un passé dont les vestiges architecturaux suscitent l’étonnement avant de nourrir, tout au long du siècle, l’interrogation de la communauté savante internationale. Ainsi, Larenaudière, évoquant les sites archéologiques du Yucatan et ne faisant que reprendre les idées qui l’emportaient alors, déclare : « De telles constructions ne surprendraient pas dans la mystérieuse Egypte ; mais quand on les retrouve chez un peuple sauvage, on est frappé d’étonnement, et l’on se demande si la nature seule a pu guider leurs architectes, ou si les traditions d’une autre civilisation ne les ont point inspirés32. »

  • 33 En 1828, Ternaux a accompagné comme secrétaire le commissaire Bresson en Grande Colombie. Pour le (...)
  • 34 En 1779, Muñoz avait été chargé par Charles III d’écrire une histoire de l’Amérique en réponse à l (...)
  • 35 Deux ouvrages de Fernando Alva Ixtlilxóchitl, Les Cruautés horribles des conquérants du Mexique, p (...)

16Il faut souligner la part essentielle, dans cette orientation, du nouveau rédacteur que les Annales accueillent en 1840 : Henri Ternaux-Compans. Rejeton d’une famille d’entrepreneurs, Henri Ternaux a fait partie, très jeune, d’une mission diplomatique en Amérique du Sud33. Il a trente ans lorsqu’il écrit, en 1837, au président de la Société royale des Antiquaires du Nord : « Je possède, je crois, la collection la plus complète de manuscrits et d’anciens ouvrages relatifs à l’Amérique qui existe en Europe. Les manuscrits inédits sont au nombre de 400 et ont appartenu à Jean-Baptiste Munoz34. » Un an plus tard, La Renaudière salue dans les Annales la parution de sa Bibliothèque américaine ou catalogue des ouvrages relatifs à l’Amérique qui ont paru depuis sa découverte jusqu’à 1700, inventaire qui comprend près de 1 600 titres, et son projet de collection qu’il intitule Voyages, relations et mémoires originaux pour servir à l’histoire de la découverte de l’Amérique. Qu’ils soient en langues espagnole, portugaise ou allemande, Ternaux va assurer lui-même la traduction des vingt volumes qui composent la collection, dont trois sont consacrés au Mexique35.

  • 36 Il fait partie de l’Institut historique et géographique du Brésil, de la Société littéraire de Rio (...)
  • 37 « Histoire de la République de Tlaxcallan », NA, 1843, t. II et 3, vol. 98 et vol. 99. « L’Histoir (...)
  • 38 Sur cinq ans de publication, plus de 600 pages sont consacrées au Mexique, ce qui représente envir (...)

17Bibliophile et érudit36, il partage les interrogations qui agitent la communauté scientifique de son temps. Pendant cinq ans, il développe à propos du Mexique une production hégémonique et protéiforme dont la cohérence interne est de faire connaître les récits qui évoquent le passé indigène américain, préconisant l’étude des langues et des religions. Son activité de traducteur lui permet de réserver deux longs articles à l’Histoire de la République de Tlaxcallan de Muñoz Camargo et de livrer en une quinzaine d’épisodes l’Histoire du Mexique d’Alvarado Tezozomoc, descendant des rois d’Atzcapotzalco37. Il fait ainsi entendre les voix d’auteurs indiens ou métis qui ont appris l’espagnol ou se servent de l’alphabet latin pour écrire le nahuatl, comme celle d’Alva Ixtlilxóchitl, de la famille royale de Texcoco, ou celle du prince-poète aztèque Netzahualcoyotl. Par ses analyses comparées de ces chroniques coloniales, Ternaux-Compans offre une approche méthodologique nouvelle où le Mexique figure en bonne place38.

  • 39 NA, 1840, t. II, vol. 86, pp. 13-14.
  • 40 Comme Volney, Schlegel ou Balbi, pour qui le critère de la langue ou critère ethnographique permet (...)
  • 41 Le premier article fait état du nahuatl, guatémaltèque (kiche, kachiquel, zutugil), yucatèque (ou (...)

18De même, avec un « Essai sur la théogonie mexicaine », il tente une interprétation des mythes de la création chez les Toltèques et les Aztèques39 et, résultat de son travail de lexicographe, il rédige en une centaine de pages deux articles intitulés : « Vocabulaire des principales langues du Mexique ». Dans ces articles, il estime – avec les linguistes qui recherchent des règles d’unité face à la pluralité des langues, et des spécificités linguistiques40 – que le recours à la philologie est le plus sûr moyen de « résoudre une des questions les plus importantes de l’histoire de l’humanité : l’origine des nations qui habitent ce vaste continent41 ».

  • 42 Mention sera faite par Ternaux des Monuments anciens de l’Amérique de J. de Braunschweig (Ueber di (...)
  • 43 En trois articles qui se suivent : NA, 1841, t. IV, vol. 92, pp. 57-84, pp. 221-240, pp. 357-371. (...)
  • 44 Claude Baudez et John Lloyd Stephens, Aventures de voyage en pays maya. 1 [Copán, 1839], Paris, Py (...)
  • 45 Catherwood obtient une qualité toute particulière pour ses dessins en utilisant la chambre claire. (...)

19Si l’étude des langues lui semble indispensable pour tenter de décrypter les civilisations passées, celle de l’archéologie n’en garde pas moins à ses yeux tout son intérêt42. Aussi souligne-t-il l’importance du livre de John Lloyd Stephens, Incidents of Travel in Central America, Chiapas and Yucátan, paru à New York43. Accompagné du dessinateur et architecte britannique Frederick Catherwood, Stephens a visité les sites de Copan, Quirigua, Palenque, Ocosingo, Uxmal, répartis entre Honduras, Salvador, Guatemala, Chiapas et Yucatán. En affirmant que ces édifices semblent bien être l’œuvre d’une « civilisation indienne » et non d’une civilisation de l’Ancien Monde égarée en Amérique, l’Américain renouvelle le débat sur les anciennes civilisations américaines44. Pour Ternaux, grâce à la nouveauté des regards des deux voyageurs, les hiéroglyphes américains encore indéchiffrables trouveraient peut-être un jour « leur Champollion » et livreraient leurs secrets45.

Des territoires à investir : un Mexique à naître

  • 46 Voir Olivier Pétré-Grenouilleau, « Pour une histoire du négoce international français au XIXe sièc (...)
  • 47 NA, 1840, t. I, vol. 83.

20Mais Ternaux-Compans n’est pas seulement un homme de cabinet tourné vers le passé. Neveu du manufacturier Guillaume Ternaux – ami des Péreire et protecteur d’Auguste Comte –, il est convaincu du progrès de la civilisation européenne, de cette Europe conquérante et sûre d’elle-même, qui construit des chemins de fer et des bateaux à vapeur. Il rêve du futur. Et quand il exhume de vieux textes, c’est aussi pour en extraire ce qu’ils peuvent avoir de résonance pour les préoccupations du moment, projets d’aménagement et développement du commerce. Il s’en explique dans ses préfaces, introductions, notes ou incises aux travaux qu’il mène, analyse ou résume. Comme l’annonce l’introduction à la quatrième série, « Sans entrer dans le domaine de la politique, les Nouvelles Annales des Voyages suivront la marche des affaires dans les contrées placées en dehors du mouvement européen, et [...] elles fourniront au commerce d’utiles renseignements ». C’est que loin des chants du prince-poète Netzahualcoyotl, un autre Mexique est à naître du rêve de milliers d’émigrants, et sous les auspices du négoce international46, pensé selon « la géographie, et surtout la géographie politique, véritable base de tout commerce maritime47 », à laquelle Henri Ternaux se montre particulièrement sensible. Par leurs choix d’articles, de sujets proposés dans la revue, Eyriès et Larenaudière participent eux aussi à la collecte de données physiques, à la géographie des villes et des ports : entre 1840 et 1844, plus d’un tiers des pages consacrées au Mexique portent sur la Californie, le Texas, le Sonora ou le Nouveau Mexique.

  • 48 En passant par une Histoire de la Haute et de la Basse Californie d’Alexander Forbes (Londres, 183 (...)
  • 49 Alors que seules sont exploitées une mine de cuivre et une mine d’or qui emploient plus de deux ce (...)
  • 50 Rápida ojeada al estado de Sonora [Coup d’œil rapide sur l’état de la Sonora], par Ignacio Zúñiga, (...)
  • 51 « Note sur la Colonie anglaise de Balise [sic] et ses rapports avec le Yucatan mexicain », NA, 184 (...)
  • 52 NA, 1840, t. IV, vol. 88, pp. 227-230.
  • 53 NA, 1841, t. II, vol. 90, pp. 364-367.

21Si pour la Californie le lecteur des Annales doit faire un détour par l’histoire du pays avant de trouver l’évocation des productions naturelles et du commerce48, ces thèmes sont abordés d’entrée de jeu pour le Nouveau Mexique, le Sonora et le Jalisco. À Santa Fe le commerce de la ville est déjà considérable49 ; les territoires du Sinaloa et du Sonora ne demandent qu’à être mis en valeur : les terres y sont fertiles et déjà des dizaines de mines d’or et d’argent sont exploitées50. La rubrique « Chronique », constituée d’une suite d’informations brèves qui jouent le rôle de dépêches, titre presque à chaque livraison « Texas » ou « Californie ». Alors que Larenaudière prend la plume pour dénoncer le trafic de contrebande que mènent les Anglais et qui ruine les États du Yucatán, du Tabasco et du Chiapas51, Eyriès présente deux livres, l’un du Français Frédéric Le Clerc, Le Texas et sa révolution, avec une carte (Paris, 1840), l’autre de l’Anglais William Kennedy, Naissance, progrès et avenir de la République du Texas (Londres, 1841), soulignant les avancées « réellement prodigieuses » de ce nouvel État qui, de 70 000 hommes en 1836, est passé à plus de 250 000 car « l’agriculture, le commerce, l’organisation de la force publique y ont marché du même pas52 ». Le rédacteur ne doute pas que « ses habitants entreprenants n’envahissent les provinces voisines et que toute la partie septentrionale du Mexique ne tombe successivement entre les mains de la race anglo-américaine, dont l’industrie aidée par la fertilité du sol, en fera avec le temps un des pays du monde les plus riches et les plus prospères ». Il met cependant en garde ceux qui seraient tentés d’aller s’y établir : ils seraient loin d’y trouver « un Eldorado » car les lois y sont « presque sans force et un achat de terres ne donne de droit qu’à celui qui sait les défendre53 ».

  • 54 NA, 1842, t. III, vol. 95, pp. 290-334. Ces pages, non signées, sont certainement de Duflot de Mof (...)

22En 1842, un récit de voyage intitulé « Au port de Mazatlán, sur l’Océan Pacifique » s’arrête assez longuement sur Guadalajara, capitale du Jalisco, dont il est fait un tableau mitigé. Si la ville même est « une des villes où la civilisation est la plus en retard » par manque d’institutions littéraires, de bibliothèque publique, d’école supérieure, d’imprimerie digne de ce nom, en revanche l’industrie et l’agriculture du département sont assez florissantes. Une soixantaine de Français s’y sont installés comme industriels et tiennent des établissements importants : boulangeries, minoteries, brasseries, distillerie à vapeur, atelier de teinture, impression d’étoffe, papeterie, verrerie. Et comme une invite à s’expatrier, à tenter sa chance, l’auteur ajoute : « Les ouvriers français laborieux réussissent fort bien au Mexique, surtout les fondeurs, charpentiers, mécaniciens et serruriers », pour conclure : « La fondation de comptoirs ou d’établissements français sur la côte nord-ouest de l’Amérique serait peut-être avantageuse à notre commerce et à notre marine marchande et militaire54.» Ainsi Mazatlán, port ouvert depuis peu, compte 8 000 habitants dont 200 Français.

  • 55 NA, 1844, t. II, vol. 102, pp. 313-326. L’isthme de Panama. Examen historique et géographique des (...)
  • 56 Voir les écrits de Jean-Baptiste Say, qui défend un libéralisme économique optimiste : voir son Ca (...)

23En 1844, Eyriès renvoie à un ouvrage, signé de Michel Chevalier, qu’il qualifie de « remarquable, instructif et agréable », accompagné d’une carte « utile ». Ce dernier traite « en connaisseur » de cette question récurrente du canal interocéanique qui passionne les Français. Il insiste sur le rôle que pourrait jouer la France, « qui ne donne aucun ombrage aux jeunes gouvernements de l’Amérique espagnole », à qui « on ne prête aucune pensée d’envahissement en ces contrées » et qui devrait, par conséquent, « mener les études préliminaires pour le canal »55. En donnant la priorité à la circulation des individus et des marchandises, en évoquant la réussite des Français déjà installés dans le pays et en soulignant les possibilités offertes aux nouveaux arrivants, ces textes laissent poindre les grandes lignes qui domineront les deux dernières séries des Annales, placées sous le signe du dynamisme de l’esprit entrepreneurial et du libre-échangisme56.

  • 57 En italique dans le texte.

24Avec l’année 1845, le renouveau éditorial semble être à l’ordre du jour. Ouvrant la cinquième série et succèdant à Ternaux-Compans, Vivien de Saint-Martin, secrétaire général de la Société de Géographie de Paris, tente de se démarquer de la ligne adoptée précédemment quand il déclare : « Ce que nous voulons, c’est restituer aux Annales le double caractère d’actualité et d’universalité57 qu’elles auraient dû garder. » Et il ajoute :

  • 58 NA, 1845, t. I, vol. 105, pp. 8-9. La cinquième série, qui va de 1845 à 1854, compte 40 tomes, dan (...)

Nous réservons une large part aux travaux de pure érudition qui tendent, soit par la critique des textes, soit par l’étude des monuments, soit par la comparaison des langues, à éclaircir les origines des peuples ou à mettre en lumière quelque point obscur de la géographie des temps passés ; mais nous voulons qu’avant tout les Annales des Voyages se distinguent par l’actualité géographique58.

  • 59 Voir D. Lejeune, Les sociétés de géographie..., op. cit., chap. II. Notons qu’en 1861, Vivien de S (...)

25Vraie révolution ou signe d’une impatience, celle du géographe face aux érudits de cabinets ? Trace de luttes internes ou tentative pour réveiller la communauté des géographes, à un moment où l’on a pu constater un certain repli de la Société parisienne de Géographie59 ?

  • 60 Voir les analyses de son livre Adventures in Mexico and The Rocky Mountains (Londres, 1847) et de (...)
  • 61 « Sur l’ancienne civilisation du nouveau Mexique des bords du río Gila et des contrées voisines. A (...)
  • 62 Voir son impact sur certains membres de la Sociedad Nacional de Geografía y Estadística de México, (...)
  • 63 NA, 1851, t. IV, vol. 131, pp. 243-245. Cartas para servir de introducción a la historia primitiva (...)

26Malgré la vivacité du propos, les Annales ne rompent pas vraiment, en réalité, avec la ligne rédactionnelle qui était celle de Ternaux-Compans. Elles concentrent leur attention sur les publications d’un Anglais et d’un Américain, George Ruxton et Albert Gallatin, et d’un Français, Charles Brasseur – figures contrastées d’un jeune militaire en mal d’aventures, d’un savant diplomate et d’un abbé voyageur qui deviendra un personnage-phare de la revue. Le premier préconise d’étudier les traditions orales, seules capables, à son avis, d’éclairer l’origine des populations, et opère des regroupements par familles, des rapprochements entre Toltèques et Aztèques, Indiens Pueblos et Anciens Mexicains60. Le second, bien connu des « américanistes » de l’époque61, est l’auteur d’un ouvrage sur les langues indiennes des États-Unis (1826) qui sert, sinon de modèle, du moins de référence dans les milieux savants, notamment au Mexique même62. Quant à Brasseur (de Bourbourg), la première fois que son nom apparaît dans les Annales, c’est sous les auspices de la Sociedad Nacional de Geografía y de Estadística de México et pour une recherche publiée en espagnol63. Puisant dans les archives et les bibliothèques de Mexico, il rappelle dans sa publication les différentes étapes de la découverte du site de Palenque et propose une analyse d’ouvrages inédits sur l’histoire des Chichimèques en langue aztèque du XVIe siècle et sur la mythologie des civilisations mésoaméricaines.

  • 64 NA, 1846, t. III, vol. 111, pp. 382-84.
  • 65 « Soudain un cri s’élève de la rive du Sacramento : une nouvelle, qu’en ces temps de religion pécu (...)
  • 66 En un mois, 60 navires sont partis de New York, 30 de Boston et de Philadelphie, 11 de New Bedford (...)

27Que Vivien de Saint-Martin ait forcé le trait, exagéré la rupture, sans doute. Cependant, l’activisme des Nouvelles Annales doit être souligné qui, dans la cinquième série, fait primer l’actualité du Mexique en publiant un flot continu de nouvelles. Entre 1840 et 1850, sous la pression incessante des États-Unis, l’Oregon, le Texas, la Californie, le Sonora – terres frontalières, terres de peuplement – échappent au « malheureux Mexique »64. Évanescence d’une entité qu’on ne cherche pas à définir ? L’expression est suffisamment rare pour qu’on s’y arrête, alors que « la fièvre jaune minérale » – « the minerai yellow fever65 » comme disent les Américains – sévit avec violence et qu’affluent les immigrants tant en Californie et dans le Sonora qu’au Texas66.

  • 67 NA, 1842.t. I, vol. 93, pp. 308-313.
  • 68 NA, 1841, t. IV, vol. 92, pp. 366-367. Stephens compare les Indiens du Yucatán à des vassaux, eux (...)
  • 69 NA, 1842, t. I, vol. 93, pp. 237-243.
  • 70 À Santa Fé : « Le fandango est la danse nationale, et le gouverneur y prend part comme le dernier (...)
  • 71 NA, 1842, t. I, vol. 93, pp. 237-243.
  • 72 NA, 1845, t. I, vol. 105, pp. 197-207.
  • 73 « Paredès contre Herrera, Jaranda contre Bustamente, Santa-Anna contre tous les autres [...]. Une (...)
  • 74 C’est à Ternaux Compans, qui ne cache pas sa préférence pour un gouvernement centralisé, que l’on (...)
  • 75 Lire Jacqueline Covo, « Colonialisme et mentalités : la "vérité" sur le Mexique de l’Intervention (...)

28Mais laissons là un Texas dont les démarcations frontalières tardent à être fixées et une Californie devenue américaine, entrée dans l’Union en 1850. En ce qui concerne le Mexique, l’ennemi le plus dangereux n’est pas tant extérieur qu’intérieur. Dépecé par le voisin, déchiré à l’intérieur, se dessine l’image en creux d’un pays divisé, mal géré, dont on pointe l’anarchie, l’incapacité, les faiblesses politiques dues, notamment, aux fractures de la société. Et si l’on cherche le réfèrent de ce discours péjoratif, le constat est rude : il n’y a guère plus de « Mexicains » que de « Mexique ». Comme en écho aux années de l’Indépendance, le pays semble toujours en proie à une tripartition qui lui nuit : « La race espagnole se vante de la pureté de son sang », « les métis prétendent tous descendre de Moctezuma »67 ; quant aux Indiens, « tellement attachés à leurs anciens usages », « imprévoyants », « doux et timides », leur tendance à l’immobilisme, voire à « l’apathie », est telle « qu’il est presque impossible d’introduire des améliorations dans l’agriculture »68, ou, à l’inverse, leur esprit rebelle, comme celui des Apaches, perpétuels révoltés du Sonora, empêche la prospérité des provinces69. Une « égalité républicaine » réduite au partage d’une danse locale70, une administration dans un désordre incroyable qui dilapide les « deniers publics », notamment à Mexico71, une armée composée en grande partie de bandits et de criminels72 : le pays est en proie à l’anarchie politique, aux rivalités et à l’ambition de ses chefs73. « C’est que les habitants de l’Amérique espagnole sont les gens du monde les moins propres au self-government et qu’ils seront toujours gouvernés d’une manière absolue, quelle que soit la forme de leur constitution74.» Héritier de grandes civilisations, le Mexique apparaît comme un pays potentiellement riche mais en déliquescence morale et politique qu’il conviendrait de régénérer et de guider dans son évolution future. Les Français – négociants, artisans ou colons agriculteurs, voire même révolutionnaires expatriés et mineurs improvisés – peuvent y trouver leur place, et la France elle-même a un rôle à y jouer75.

Un champ d’action : un Mexique à bâtir

  • 76 NA, 1855, t. 1, vol. 145, p. 9.
  • 77 Voir H. Blais et I. Laboulais, Géographies plurielles..., op. cit., p. 29.

29« Notre revue est consacrée aux sciences géographiques, c’est-à-dire que toutes les branches des sciences qui ont quelque rapport avec la description du globe y seront représentées : l’histoire, la géologie, la météorologie, l’ethnologie76. » Cette assertion marque l’arrivée, en 1855, du fils de Malte-Brun, Victor Adolphe, à la direction des Annales. Elle traduit bien l’effort de classification effectué entre les différentes disciplines au cours du siècle mais aussi les difficultés qui demeurent – pour les géographes et les savants en général – à en délimiter les frontières77. Aussi la production de la revue sur le Mexique reste-t-elle foisonnante et hétérogène. Mais cette nouvelle série, la sixième, témoigne surtout de l’évolution des pratiques et des techniques, et l’on voit se poursuivre activement les travaux de cartographie du pays et apparaître la photographie.

  • 78 NA, 1857, t. III, vol. 155, pp. 221-222, carte du Chiapas et du Soconusco dressée par L. de Pontel (...)
  • 79 Transposition graphique des catégories statistiques de langues, la carte ethnographique apparaît e (...)
  • 80 À 22 ans, Charnay s’embarque pour les États-Unis, où il enseigne le français à La Nouvelle Orléans (...)
  • 81 Plus tard, il s’intéressera aux scènes de genre.
  • 82 « Chacune des planches de l’album photographique de Monsieur Désiré Charnay représente le résultat (...)
  • 83 C’est en ces termes qu’en 1859 Baudelaire évoque la photographie. Voir Sylvie Lisiecki, « Expositi (...)
  • 84 Grâce à cette technique, la science « peut délibérer sur des bases plus certaines aussi à propos d (...)

30Dans une recherche d’utilité et d’efficacité, les manières de voir l’espace et de l’organiser se diversifient : un plan de la capitale est levé, un itinéraire entre deux villes tracé, un atlas référencé, des cartes régionales ainsi que des cartes physiques ou géologiques établies78. En 1864, s’ajoute à la liste un nouveau type de carte, une carte ethnographique du Mexique79. Ce travail de construction ou d’information sur les cartes est réalisé par Malte-Brun lui-même. En tant que géographe de cabinet, il se fait le récepteur et le passeur des savoirs provenant d’hommes de terrain ou le compilateur de travaux venus de l’étranger. Comme le cartographe, le photographe bouscule les représentations. Pour le Mexique, un nouveau regard, celui de Désiré Charnay, témoigne de l’évolution du rôle et de la place de l’illustration dans les voyages pittoresques. Chargé d’une mission artistique par le gouvernement français, Charnay, après un passage aux États-Unis, arrive à la fin de l’année 1857 au Mexique80. Bloqué à Mexico par la guerre civile durant l’année qui suit, puis arrêté par des soldats qui détruisent ses premiers clichés alors qu’il faisait route vers le sud, il repart pour Oaxaca, où il effectue des fouilles en attendant les centaines de kilos de matériel qui ont pris une route plus longue mais plus sûre. Puis il gagne Veracruz et, de là, s’embarque pour le Yucatán, où il multiplie les vues de ruines et de monuments81. Il remonte jusqu’à Palenque, San Cristobal, rejoint Mexico depuis Tehuantepec et, le temps de gravir le Popocatépetl pour le plaisir de le photographier, il rentre en France en 1861. Malgré une technique encore très expérimentale, des conditions climatiques difficiles, un environnement humain hostile, Charnay rapporte un grand nombre de clichés. Il rédige ses souvenirs et expose à Paris et à Londres ses photographies qui connaissent un grand succès82. Saluée par tous, cette nouvelle technique supplante la peinture et la gravure. « Secrétaire et garde-note de quiconque a besoin dans sa profession d’une absolue exactitude matérielle83 », la chambre noire devient la compagne obligée des voyages et des missions scientifiques84.

  • 85 Les informations que renfermait jusque-là la rubrique « Mélanges et nouvelles géographiques » étai (...)
  • 86 Voir N. Prévost, Brasseur de Bourbourg..., op. cit., vol. 2, p. 494.
  • 87 NA, 1860, t. III, vol. 167, p. 367 et NA, 1862, t. III, vol. 175, pp. 372-773. Le sujet du concour (...)
  • 88 NA, 1862, t. III, vol. 175, p. 248. « Une mention très honorable a été accordée à M. l’abbé Brasse (...)
  • 89 NA, 1846, t. II, vol. 106. Intérêt qui, cependant, s’était davantage manifesté chez les savants qu (...)

31Avec la cinquième série des Annales, on pouvait déjà noter le poids grandissant des sociétés savantes et la multiplication des revues, journaux ou bulletins les accompagnant, dont les éditions se développent grâce à l’évolution des techniques de reproduction85. En 1859, après un essai infructueux pour fonder une société sur l’étude des questions américaines, Aubin, Brasseur, Alfred Maury et Lucien de Rosny se tournaient vers les spécialistes de l’Asie et créaient avec eux la Société d’Ethnographie américaine et orientale86. La même année, naissait la Société d’Anthropologie. En 1860, la toute neuve Société d’Ethnographie mettait au concours un prix d’archéologie américaine et Vivien de Saint-Martin voyait ses travaux couronnés par l’Académie des inscriptions et belles lettres87. En 1861, la Société de Géographie de Paris fêtait ses quarante ans et l’année suivante, l’Institut décernait une mention de philologie comparée à Brasseur de Bourbourg88. En offrant ces prix, les sociétés savantes cherchaient à encourager les recherches. La Société de Géographie s’était déjà félicitée à plusieurs reprises d’avoir été à l’origine de l’intérêt pour les Antiquités américaines, ce dont les Annales se faisaient l’écho attentif89.

  • 90 Voir Jean-Pierre Chaumeil, Leoncio López-Ocón y Ana Verde Casanova, Los americanistas del siglo XI (...)
  • 91 Par un article paru en 1827 dans l’Aigle mexicain, François Corroy, un médecin français, apprend l (...)
  • 92 Il n’y a pas, dans les Annales, de véritables recensions des travaux ou activités de ces trois Nor (...)

32C’est un temps où les réseaux institutionnels, souvent internationaux, irriguent et orientent les recherches et les écrits de chacun, d’une revue et d’une société savante à l’autre. À propos du Mexique, des communautés intellectuelles et artistiques s’étaient constituées90 et déjà, avec l’annonce du prix sur Palenque, on avait pu prendre la mesure de la circulation de l’information91. Lieux de traductions et d’éditions, Paris et Londres sont des passages obligés. Toutefois l’information sur le Mexique, rédigée en français, anglais, allemand, espagnol, italien, mais également en suédois ou en polonais, transite aussi par les capitales allemandes – Berlin, Hambourg, Francfort – ou plus loin encore depuis les pays du nord. Elle peut venir d’Italie ou d’Espagne. Il n’est que de lire les titres des ouvrages et des articles recensés dans les Annales. D’abord très circonscrits à l’Europe, les pôles de ces réseaux se sont déplacés vers l’Amérique du Nord (passant par Philadelphie, New York, Washington, Boston, La Nouvelle-Orléans, avec Poinsett, Prescott, Squier92, Gallatin, Bartlett...), suivant l’importance croissante de l’école nord-américaine dans le champ des études archéologiques, ethnologiques et surtout linguistiques.

  • 93 Domenech, à 36 ans, a déjà effectué six trajets entre l’Ancien et le Nouveau Monde, Charnay en com (...)
  • 94 Extrait d’une lettre communiquée par Garcin de Tassy, membre de l’Institut. NA, 1855, t. II, vol. (...)

33En ce milieu du XIXe siècle, l’Océan se traverse plus aisément. Les allers-retours entre le Mexique et la France, qui comprennent un passage obligé par les États-Unis, sont plus fréquents, les séjours sur place souvent plus longs93. Le délai entre la rédaction des récits et leur lecture est raccourci, la synchronie entre les nouvelles partagées plus grande. Au rythme des courriers qui viennent d’outre-Atlantique, et dont les Annales reprennent le contenu, on saisit l’importance d’une sociabilité épistolaire qui met en lumière la personnalité des protagonistes de l’aventure mexicaine. Celle de Bartlett qui, entre 1850 et 1853, remplit son office de commissaire du gouvernement des États-Unis : au milieu de la troupe de ses cent dix compagnons, il fait dresser des cartes et lever des plans de la ligne de démarcation entre les États-Unis et le Mexique ; il satisfait en même temps sa passion « pour les recherches ethnologiques sur les tribus indigènes94 ».

  • 95 Ces lettres sont regroupées sous le titre « Notes d’un voyage dans l’Amérique centrale », NA, 1855 (...)
  • 96 Malte-Brun présente l’un des premiers chapitres de l’ouvrage de Brasseur de Bourbourg. Histoire de (...)
  • 97 « Voyage de Monsieur l’abbé Brasseur de Bourbourg à Tehuantepec, dans l’État de Chiapas, et son ar (...)
  • 98 « Popol Vuh, Le livre sacré et les mythes de l’Antiquité américaine, avec les livres héroïques et (...)

34Parmi ces correspondants, Brasseur de Bourbourg se distingue. Dans les lettres que ce personnage essentiel de l’américanisme français envoie à Alfred Maury, bibliothécaire de l’Institut, tout est déjà là de son questionnement sur l’histoire du Mexique et de l’Amérique centrale. « Il y a huit mois à peine, j’étais avec vous dans la bibliothèque de l’Institut, causant du Mexique, de Monsieur Aubin, de ses grands et patients travaux sur les langues et l’écriture des anciennes populations de cette contrée...95 » Ces lettres marquent le début d’une coopération régulière et omniprésente qui se chiffre en centaines de pages, entre les Annales et l’abbé, véritable cheville ouvrière de la revue pendant presque deux décennies. V. A. Malte-Brun, qui se fera le commentateur attitré des publications de Brasseur, devra suivre un rythme particulièrement soutenu ! Entre 1857 et 1862, l’abbé publie en effet une Histoire des Nations civilisées du Mexique96, un Voyage sur l’isthme de Tehuantepec97, une traduction du Popol Vuh98, une grammaire et un vocabulaire quiché (l’un des peuples mayas). Dans le même temps, il découvre, sort de l’oubli, traduit ou reprend des textes précieux comme la Relation des choses du Yucatán de Diego de Landa, le codex Chimalpopoca...

  • 99 « Quelques traces d’une émigration de l’Europe septentrionale en Amérique dans les traditions et l (...)
  • 100 Dans ce passage, les citations qui ne sont pas référencées renvoient au Voyage sur l’isthme de Teh (...)

35Adoptant une démarche comparatiste qui le situe dans la lignée de Gallatin et de Ternaux-Compans, il recourt aux mêmes outils d’analyse que ce dernier : étude comparée des mythes et des langues. Sa préoccupation majeure est d’avoir un accès direct aux sources, de découvrir de nouveaux documents, manuscrits ou monuments, de donner toute sa place à une archéologie renouvelée, tant il est convaincu que le passé mésoaméricain représente un laboratoire à privilégier : « Je soupçonne que bien des questions historiques, philosophiques et religieuses, commencées au fond de l’Inde et continuées en Asie et en Europe ont été se dénouer en Amérique99. » Sa vocation de mexicaniste, qu’il doit, selon ses propres dires, à la lecture de Prescott, est faite d’une trame où s’entrelacent interrogations ethnolinguistiques et contact avec le terrain pour y lire le passé mais aussi pour y décrypter le présent. Même s’il fait assez peu mention de son ministère, celui-ci lui confère une position d’observateur régulier des pays qu’il parcourt, au gré de ses fonctions ecclésiastiques comme de ses missions scientifiques. En 1859, en pleine guerre civile, on le trouve dans l’isthme de Tehuantepec100 à cerner les portraits des chefs des deux partis qui divisent le Mexique. Bien reçu par l’un et par l’autre, il estime que Miramón le conservateur, « officier jeune, actif, entreprenant et rempli de courage », est cependant « peut-être trop militaire et trop espagnol pour être en état de conduire les rouages putréfiés de ce gouvernement ». De Juárez, l’Indien zapotèque, le libéral, ancien élève d’un curé d’Oaxaca, il loue la « fermeté honnête », la stature d’homme d’État, de cet « homme de talent » qui doit pourtant tolérer les exactions de sa faction. Mais à travers Juárez c’est tout un peuple qu’il voit. L’abbé met en garde contre les interprétations réductrices pour lesquelles cette guerre de Reforma ne serait que « la lutte ouverte entre libéraux et gens de l’Église ». En dévoilant ce que cachent les étiquettes des partis, il met l’accent sur les enjeux sociaux d’une guerre civile qui vise des oligarchies « turbulentes et faibles ». De sympathie pour celles-ci, Brasseur n’en a guère, pas plus que pour le haut clergé, auprès de qui « la race conquérante n’a trouvé que trop d’appui ».

  • 101 Voir Nathalie Sagnes, « La guerre franco-mexicaine et le Second Empire mexicain : essai de bibliog (...)

36À compter de 1862, on parle beaucoup du Mexique à Paris et les articles se multiplient dans la Revue des Deux Mondes, le Monde illustré, le Tour du Monde, alors que l’opération internationale des trois créanciers du pays – l’Angleterre, l’Espagne, la France – se transforme en « grande pensée du règne » de Napoléon III101. Pourtant, de celle-ci, jusqu’en 1864, on ne percevra rien dans les volumes des Annales. L’intervention militaire n’entraîne dans la revue ni écho des préparatifs, ni justification ou discours de conquête, jusqu’à l’article tardif et isolé, mais révélateur, de Jules Duval. Pour ce nouveau président de la Société de Géographie, la France doit jouer un rôle colonial à la hauteur de son rôle politique :

  • 102 NA, 1864, t. II, vol. 181, p. 5 et suivantes, plus particulièrement p. 35. L’année 1864 marque un (...)

Elle est déchue et doit se relever ; elle en trouvera les moyens dans les territoires encore vacants au pourtour de l’Afrique, en Asie, en Océanie, et même en Amérique [...] où la guerre du Mexique donne le droit de retenir des gages du payement des indemnités stipulées102.

  • 103 Voir Numa Broc, « Le Mexique vu par les savants français (1865-1867) », dans D. Meyran, Maximilien (...)
  • 104 Un crédit annuel de 200 000 francs est ouvert sur le budget de l’Instruction publique ; c’est beau (...)
  • 105 NA, 1864, t. II, vol. 181, pp. 57-87 : « Rapport du Ministre de l’Instruction publique relativemen (...)
  • 106 Il s’agit en fait de synthèses ou de guides plutôt que de questionnaires. Voir Vivien de Saint-Mar (...)

37Au moment même où les Nouvelles Annales donnent la parole à Jules Duval, une commission scientifique chargée de préparer l’expédition scientifique est constituée sous l’égide de Victor Duruy, ministre de l’Instruction publique. Cette expédition accompagnera désormais les troupes françaises et « pourra s’étendre des sources du Rio Colorado et du Rio [Grande] del Norte à l’extrémité de l’isthme de Darien103 ». Figurent dans la commission nombre de membres de la Société de Géographie de Paris et des Annales parmi lesquels Aubin, Maury, Chevalier, Gros, Viollet-le-Duc, Brasseur de Bourbourg, de Saint-Martin. Tandis que l’expédition d’Égypte et les noms des grands aînés, Champollion, de Saint-Hilaire... sont évoqués, le projet est salué avec enthousiasme dans la revue104. La commission élabore un programme de connaissances raisonné qui passe par les sciences de la nature, les nouvelles sciences de l’homme et l’instrument cartographique. Elle rédige des instructions pour les voyageurs et les correspondants105, Vivien de Saint-Martin se réservant le domaine de la géographie et Brasseur de Bourbourg se consacrant aux sciences dont il est un maître reconnu106.

  • 107 NA, 1863, t. III, vol. 178, pp. 115-119 ; NA, 1863, t. III, vol. 172, pp. 115-119 ; NA, 1864, t. I (...)

38Parallèlement, en 1863 et en 1864, les Annales ouvrent pour la première fois leurs pages à la Sociedad de Geografía y Estadística de México et donnent des résumés en français de ses rapports d’activité annuels. En effet, la République mexicaine avait montré la volonté de ses élites de participer au mouvement général de recherche en fondant, dès 1839, l’Instituto Nacional de Geografía y Estadística, devenu la Sociedad Mexicana de Geografía y Estadlstica. On a vu que Brasseur avait trouvé auprès de celle-ci aide et conseils pour ses recherches. Des travaux de la Société avaient abouti à un Atlas geográfico estadístico e histórico de la República mexicana. Les bulletins de la Société constituaient une source d’information où les rédacteurs des Nouvelles Annales savaient puiser des informations107.

  • 108 NA, 1865, t. II, vol. 186, pp. 232-233. Domenech les avait précédés en terre mexicaine. Il était p (...)
  • 109 En date des 3 et 16 mars 1865. NA, 1865, t. II, vol. 186, pp. 365-368. Tiré du Journal officiel de (...)
  • 110 NA, 1865, t. IV, vol. 188, pp. 247-248. Notamment des familles de Louisiane dans la partie orienta (...)
  • 111 Déjà évoqué en 1863. NA, 1863, t. II, vol. 177, pp. 237-238.
  • 112 NA, 1866, t. III, vol. 191, pp. 241-244.

39Si parmi les membres de la commission certains partiront au Mexique, Charnay en 1864, Brasseur de Bourbourg en 1865108, en revanche les résultats des travaux de cette expédition scientifique échapperont au cadre des Nouvelles Annales. L’éphémère empire de Maximilien touche à sa fin. À peine quelques pages et entrefilets donnent la mesure de l’ambition modernisatrice qui partage le pays en 8 divisions militaires et 50 départements, dotés chacun d’une capitale et d’un préfet109, qui établit les projets d’un réseau de chemins de fer et de lignes télégraphiques, prévoit l’installation de familles d’immigrants dans certaines régions110 et la création d’une compagnie franco-américaine pour le projet de communication interocéanique à travers le Guatemala111. Alors que l’intervention se solde par un échec et que l’année 1866 sonne le retrait des troupes françaises du Mexique, un dernier article cherche à mettre en valeur les travaux d’assèchement entrepris dans la vallée de Mexico sous l’égide de Maximilien, qui « a résolu de faire immédiatement ce que les empereurs aztèques, les vice-rois espagnols et les présidents de la république mexicaine n’ont pu faire112 ». V. A. Malte-Brun l’avait bien dit :

  • 113 NA, 1863, t. I, vol. 177, pp. 5-26. « Coup d’œil sur l’itinéraire de la Vera Cruz à Mexico ». Pour (...)

Le manque absolu de routes praticables, et de moyens de transport nombreux, dans un pays curieusement accidenté, la malignité du climat, la difficulté de réunir sur certains points des vivres en quantité suffisante pour l’alimentation d’un corps d’armée, les fièvres et la dysenterie protègent mieux le Mexique contre toute agression étrangère que ne le pourraient faire des places fortes, des armées aguerries et toutes les ressources de l’art militaire moderne113.

  • 114 L’Amérique demeure au fil des pages mais le regard français se porte vers d’autres horizons : le c (...)
  • 115 Lire Pascal Riviale, « L’américanisme français à la veille de la fondation de la Société des Améri (...)

40Mais le constat que faisait le géographe en 1863 participait d’une autre réalité que celle du politique. Et le silence tombe sur le Mexique114. Dix ans plus tard, les relations entre les deux pays seront renouées et à Nancy s’ouvrira le premier congrès international des Américanistes. Réunissant vingt-deux pays, dont neuf du Nouveau Continent, il suscitera un bel enthousiasme et le Mexique apparaîtra alors comme le terreau des études américaines en France115.

  • 116 Voir M.-N. Bourguet, « De la Méditerrannée », op. cit.

41Il s’agissait donc, circulant d’un texte à l’autre, de chercher dans les Nouvelles Annales les espaces naturels, humains et historiques qui donnent forme au Mexique du XIXe siècle116. Une périodisation se dessine qui érige en spécificité, selon la focale adoptée, tantôt des monuments ou des écrits, des peuples, des hommes ou des paysages, des régions et leurs ressources. Une vision structurée par les réseaux et les différentes temporalités techniques se dégage, obéissant également au maillage des relations interpersonnelles et des échanges entre sociétés savantes. Les différents avatars de la représentation du Mexique par les Nouvelles Annales sont aussi bien significatifs de l’œil qui observe que du pays observé : une géographie et une histoire s’élaborent, nées des regards et des passions, des débats et des interrogations d’un petit nombre.

Notes

1 Nouvelles Annales des Voyage, de la Géographie et de l’Histoire [en ligne], Paris, Gide, 1819-1872, 209 vols, disponible sur : http://gallica.bnf.fr/ark:/12l48/cb32826375m [page consultée le 5 mars 2009]. Avec la troisième série (1834), la revue s’intitulera Nouvelles Annales des Voyages et des Sciences géographiques, et en 1855 (avec la sixième et dernière série), Nouvelles Annales de la Géographie, de l’Histoire et de l’Archéologie. Sa parution est mensuelle, s’effectue par livraison de huit à neuf feuilles pouvant être rassemblées en un volume d’environ 400 p. L’abonnement est annuel : chez l’éditeur [Gide puis Arthus Bertrand], les directeurs de postes, et dans les bureaux des messageries.

2 Nouvelles Annales des Voyages... (dorénavant NA), 1819, vol. 1, t. I, pp. 1 et suivantes, « Coup d’œil sur les découvertes géographiques qui restent à faire et sur les meilleurs moyens de les effectuer ».

3 Voir Jean-Pierre Chaline, Sociabilité et érudition : les sociétés savantes en France au XIXe et XXe siècles, Paris, Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques (CTHS), Unesco, 1995 ; Alfred Fierro, La Société de Géographie, 1821-1946, Genève/Paris, Droz/Champion, 1983 ; Dominique Lejeune, Les Sociétés de géographie et l’expansion coloniale en France au XIXe siècle, Paris, Albin Michel, 1993 ; Isabelle Surun, « Les sociétés de géographie dans la première moitié du XIXe siècle. Quelle institutionnalisation pour quelle géographie ? », dans H. Biais et I. Laboulais, Géographies plurielles. Les sciences géographiques au moment de l’émergence des sciences humaines (1750-1850), Paris, L’Harmattan, 2006.

4 NA, 1821, t. XII, pp. 186-187.

5 Michel Bertrand et Laurent Vidal (éd.), À la découverte des Amériques. Les voyageurs européens au siècle des indépendances, Toulouse, Presses universitaires du Mirail, 2002 ; Charles Minguet, Alexandre de Humboldt, historien et géographe de l’Amérique espagnole (1799-1804), Paris, La Découverte, 1969. Jean-Georges Kirchheimer, Voyageurs francophones en Amérique au cours du XIXe siècle. Répertoire bio-bibliographique, Paris, Bibliothèque nationale de France, 1987.

6 Pour les deux premières séries (1819-1833), environ deux cents pages sont consacrées au Mexique, réparties en une vingtaine d’articles, dont certains ne font pas une page. Avec la troisième série (1834-1839) la présence mexicaine, qui court sur une dizaine d’articles et une centaine de pages, se densifie.

7 NA, 1828, t. IV, vol. 40.

8 NA, 1821, t. III, vol. 11, pp. 387-390.

9 NA, 1821, t. II, vol. 10, pp. 396-397.

10 NA, 1821, t. IV, vol. 8, pp. 166-171.

11 NA, 1822, t. II, vol. 13, p. 235.

12 NA, 1827, t. I, vol. 33, pp. 116-117. On compte neuf évêchés, un archevêché, 1 194 paroisses, 3473 ecclésiastiques, 131 couvents, 1 979 individus répartis en cinq ordres religieux « regardés comme utiles ». En 1825, les ordinations représentent un quart de celles de 1808.

13 NA, 1821, t. IV, vol. 8, pp. 166-171 : Voyage pittoresque autour du monde, offrant des portraits de sauvages d’Amérique, d’Asie..., des paysages, des vues maritimes, et plusieurs objets d’histoire naturelle ; accompagné de descriptions de mammifères et oiseaux par M. le baron Cuvier, et d’observations sur les crânes humains par M. le docteur Gall, par M. Louis Choris, peintre, 1820, (en noir ou colorié).

14 Voir la thèse de Caroline Becker-Jeanjean, notamment les deuxième et troisième parties, Les récits illustrés de voyages pittoresques publiés en France entre 1770 et 1855 [en ligne], École des chartes, 1999, disponible sur : http ://theses.enc.sorbonne.fr/document96.html [page consultée le 5 mars 2009]. Voir aussi l’appel à communications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion (Lille III) et du Centre de recherches historiques de l’Ouest (Rennes II) : « Le Pittoresque. Évolution d’un code, enjeux, formes et acteurs d’une quête dans l’Europe moderne et contemporaine (mi-XVIIIe-mi-XXe siècles) » pour le colloque des 10, 11 et 12 juin 2009, université de Lille III. Notons qu’en 1833, les Nouvelles Annales signalent la parution d’une nouvelle revue intitulée précisément Le Magasin Pittoresque. Lire, à ce propos, les pages de Marie-Laure Aurenche dans ce volume.

15 Marie-Noëlle Bourguet, « De la Méditerranée », dans M.-N. Bourguet et al. (coord.), L’invention scientifique de la Méditerranée. Égypte, Morée, Algérie, Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS), 1998, p. 10.

16 NA, 1830, t. I, vol. 45, pp. 333-342.

17 NA, 1825, t. IV, vol. 28, p. 39.

18 « Yaquis et autres Indiens de la Sonora », Travels into the Interior of Mexico, by Lieutenant Hardy, NA, 1830, t.1, vol. 45, pp. 30-44.

19 « Notice sur le royaume de Mexico depuis 1810 », NA, 1824, t. III, vol. 23, p. 66.

20 Voir Fernand Braudel, Grammaire des Civilisations, Paris, Arthaud-Flaminarion, 1987, chap. I.

21 NA, 1839, t. I, vol. 81, pp. 205-238, p. 220.

22 Comme la description des mines, la description des volcans mexicains et le récit de leur ascension feront l’objet de divers articles dans les Annales au fil des ans. Voir, par exemple, le récit détaillé du baron Jean-Baptiste Gros, premier secrétaire de légation au Mexique qui, une dizaine d’années plus tard, entreprend l’ascension du Popocatepetl en compagnie du peintre anglais Egerton et de l’ambassadeur de Prusse : NA, 1834, t. IV, vol. 64, pp. 44 et suivantes. Voir Numa Broc, Dictionnaire illustré des explorateurs et grands voyageurs français du XIXe siècle, tome Amérique, Paris, Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques (CTHS), 1988.

23 NA, 1830, t. I, vol. 45, pp. 333-342. Le docteur et botaniste G. Schiede de Cassel, qui voyage en 1828, se réjouit de trouver vanille, salsepareille, sandragon, piments, cactus rares et autres espèces végétales...

24 Sitôt après l’indépendance, des Européens, surtout des Anglais, s’emparaient des principales exploitations minières. Deux articles intitulés « Séjour et voyages au Mexique de 1825 à 1834... » présentent le livre de Joseph Burkart Aufenthalt und Reisen in Mexico inder Jahren 1825 bis 1834... (Stuttgard). Allemand connu pour ses travaux de minéralogie, embauché par une compagnie anglaise pour diriger des travaux d’exploitation, Burkart dédie son ouvrage à Humboldt. NA, 1839, t. I, vol. 81, pp. 205 et suivantes, t. II, vol. 82, pp. 92 et suivantes.

25 NA, 1824, t. III, vol. 23, pp. 69-70.

26 NA, 1835, t. I, vol. 65, p. 124.

27 NA, 1833, t. III, vol. 59, pp. 370-375.

28 Notons que 1821 est à la fois l’année de la création de la Société de Géographie de Paris et de l’École des chartes.

29 En 1786, sur ordre de Charles III, le capitaine Antonio del Río y menait en effet des recherches dont les résultats circulèrent sous forme de copies mais ne furent publiés à Londres qu’en 1822, et en partie seulement.

30 Outre des « remarques sur l’état physique et la production du pays » et des « recherches sur les traditions de l’ancien peuple, des observations sur les mœurs et coutumes des indigènes », sur le vocabulaire des anciens idiomes. Ce prix est l’un des huit prix que la Société institue en 1826 et restera inscrit au concours durant onze ans. Jomard, membre de l’Institut, président de la Société de Géographie et fondateur en 1828 du département des cartes et plans de la Bibliothèque royale, en suivra tout particulièrement les tribulations. Plusieurs candidats se font connaître, Louis Choris notamment, qui part au Mexique dès 1827 mais qui, à peine débarqué, est assassiné par des voleurs sur la route de Jalapa. Sur le prix de Palenque, lire les pages de Nadia Prévost dans Brasseur de Bourbourg et l’émergence de l’américanisme scientifique en France au XXe siècle, thèse de doctorat, université de Toulouse, 2 vols, 2007, vol. 1.

31 À l’instigation de Charles IV, c’était au tour de Guillermo Dupaix, officier des dragons, de commander des expéditions archéologiques dans la région entre 1805 et 1808, mais le matériel réuni resta bloqué à Veracruz en raison des troubles politiques. Dupaix était accompagné du dessinateur mexicain José Luciano Castañeda, employé au Museo Nacional, qui réalisa 177 planches dont certaines copies circulèrent mais ne furent publiées qu’en 1831 à Londres dans le volume IV des Antiquities of Mexico, ouvrage édité par Kingsborough. En 1827-1829, l’abbé Henri Baradère, venu au Mexique pour un projet de colonisation française dans l’isthme de Tehuantepec, reprend les fouilles de Dupaix et, en échange de certains objets mayas trouvés, obtient du directeur du Museo Nacional de México, Isidoro Icaza, les matériaux de Dupaix et Castaneda, qu’il publie quelques années plus tard à Paris. La Société de Géographie, interpelée par Baradère au sujet du prix Palenque, décide d’attribuer une mention honorable à son travail ; cependant, en 1835, ce dernier disparaît en Amérique du Nord sans laisser de traces.

32 NA, 1827, t. II, vol. 34, p. 122.

33 En 1828, Ternaux a accompagné comme secrétaire le commissaire Bresson en Grande Colombie. Pour le jeune diplomate ce voyage revêt une grande importance même si la mission à laquelle il participe prend fin assez vite : la situation sur place étant compromise, il rentre en France en 1830. Archives du Quai d’Orsay, Colonies espagnoles 4, Colombie, 1830-1834.

34 En 1779, Muñoz avait été chargé par Charles III d’écrire une histoire de l’Amérique en réponse à l’ouvrage paru sous le titre The History of America de l’Anglais Robertson, publié à Londres en 1777. L’historiographe, ayant rassemblé une énorme documentation, n’eut le temps, avant sa mort, que de publier le premier volume de son Historia del Nuevo Mundo en 1793. C’est ce fonds, pratiquement inexploité, que Ternaux racheta.

35 Deux ouvrages de Fernando Alva Ixtlilxóchitl, Les Cruautés horribles des conquérants du Mexique, publié en Espagne en 1606, et son Histoire des Chichimèques, ou des anciens rois de Tezcuco, qui commence à l’arrivée des Toltèques et se termine à la prise de Mexico par les Espagnols, et un Recueil de pièces sur le Mexique dont les auteurs sont Las Casas, Zumárraga, Motolinia, Quiroga, Maldonado. Parutions évoquées dans les Annales.

36 Il fait partie de l’Institut historique et géographique du Brésil, de la Société littéraire de Rio de Janeiro, de la Société des Antiquaires du Nord et de la Société de Géographie, dont il assurera la vice-présidence en 1849 et en 1850. Voir Joëlle Chassin, « Ternaux-Compans, collectionneur des premiers récits sur le Nouveau Monde », dans « Collections et Collectionneurs », Alma, n°2, avril-juin 2001, pp. 37-40.

37 « Histoire de la République de Tlaxcallan », NA, 1843, t. II et 3, vol. 98 et vol. 99. « L’Histoire du Mexique » court de 1844 à 1849, envahissant littéralement les NA, t. II et 4, vol. 102 et vol. 104 de l’année 1844.

38 Sur cinq ans de publication, plus de 600 pages sont consacrées au Mexique, ce qui représente environ 8 % de la production des Annales, les trois quarts étant de Ternaux.

39 NA, 1840, t. II, vol. 86, pp. 13-14.

40 Comme Volney, Schlegel ou Balbi, pour qui le critère de la langue ou critère ethnographique permet de distinguer les peuples, les nations. Voir Claude Blanckaert, « Un fil d’Ariane dans le labyrinthe des origines. Langues, races et classifications ethnologiques au XIXe siècle », Revue d’histoire des sciences humaines, n° 17, 2007, pp. 137-171.

41 Le premier article fait état du nahuatl, guatémaltèque (kiche, kachiquel, zutugil), yucatèque (ou maya), otomi, huastèque (ou guastèque). Un an plus card, « grâce à l’obligeance de M. Aubin », il propose aux lecteurs un lexique de cinq autres langues : çapotèque, mistèque, cahita, totonaqueet tarahumar. NA, 1840, t. IV, vol. 88, pp. 3-37 et 1841, t. IV, vol. 92, pp. 257-287, p. 5. Aubin venait de rentrer en France après un séjour d’une dizaine d’années au Mexique. Ayant sorti illégalement une grande quantité de documents anciens, il possédait la plus riche collection de manuscrits et de documents pictographiques américaine en Europe. Voir N. Broc, Dictionnaire illustré des explorateurs..., op. cit.

42 Mention sera faite par Ternaux des Monuments anciens de l’Amérique de J. de Braunschweig (Ueber die alter Americanischen Denkmahler, Berlin, 1840) et par Eyriès des Monuments du Yucátan, de l’Autrichien Emmanuel de Friederichsthal, NA, 1840, t. IV, vol. 88, p. 356, et 1841, t. IV, vol. 92, p. 291.

43 En trois articles qui se suivent : NA, 1841, t. IV, vol. 92, pp. 57-84, pp. 221-240, pp. 357-371. Avocat et diplomate nord-américain, Stephens, parti de New York, débarque au Belize en octobre 1839 pour se rendre au Guatemala. Chargé d’une mission spéciale auprès du gouvernement, la situation politique du pays, très instable, ne lui permet pas d’entamer les pourparlers diplomatiques prévus et il en profite pour visiter les ruines qui lui ont été signalées. Le succès de leur ouvrage encourage les auteurs à en produire un second, Incidents of travel in Yucatan (1843).

44 Claude Baudez et John Lloyd Stephens, Aventures de voyage en pays maya. 1 [Copán, 1839], Paris, Pygmalion, 1991, p. 14.

45 Catherwood obtient une qualité toute particulière pour ses dessins en utilisant la chambre claire. Pour saisir l’impact des peintres-voyageurs au Mexique sur l’imaginaire français, lire Chantai Cramaussel, « L’œuvre graphique des voyageurs français au Mexique dans la première moitié du XIXe siècle. Approche méthodologique », communication faite à l’EHESS, juin 2005 ; « Francia y el norte de México, 1821-1867. El sentido de la presencia francesa en México. Siglos XIX-XX », dans J. Pérez Siller y C. Cramaussel (coord.), México-Francia. Memoria de una sensibilidad común. Siglos XIX y XX, Puebla, Benemérita Universidad Autónoma de Puebla (BUAP)/Centro de Estudios Mexicanos y Centroamericanos (CEMCA), El Colegio de Michoacán, 2004, pp. 427-445.

46 Voir Olivier Pétré-Grenouilleau, « Pour une histoire du négoce international français au XIXe siècle : Problèmes, sources et perspectives », Revue d’histoire du XIXe siècle [En ligne], n°23, 2001, mis en ligne le 3 janvier 2008, disponible sur : http://rhl9.revues.org/index307.html [page consultée le 12 décembre 2008]. Si la pensée libérale est bien connue des théoriciens de l’histoire du commerce, l’historien plaide pour une meilleure connaissance des acteurs et des débats, notamment des premiers liens qu’établirent les libéraux entre commerce et « vertu » (entendons « éthique »).

47 NA, 1840, t. I, vol. 83.

48 En passant par une Histoire de la Haute et de la Basse Californie d’Alexander Forbes (Londres, 1839), NA, 1840, t. II, vol. 86, pp. 221-227, et par le Voyage en Californie de Pedro Fages, adressé au vice-roi du Mexique (1769), dans une traduction de Ternaux-Compans d’après un manuscrit inédit du XVIIIe siècle, NA, 1844, t. I, vol. 101, pp. 145-182 et pp. 312-347 ; ou encore L’Histoire de l’Orégon et de la Californie de Robert Greenhow, traducteur et bibliothécaire du département des Affaires étrangères aux États-Unis, Boston, 1844.

49 Alors que seules sont exploitées une mine de cuivre et une mine d’or qui emploient plus de deux cents ouvriers. NA, 1842, t. I, vol. 93, pp. 308-313.

50 Rápida ojeada al estado de Sonora [Coup d’œil rapide sur l’état de la Sonora], par Ignacio Zúñiga, Mexico. L’ouvrage a été communiqué par Aubin. NA, 1842, t. I, vol. 93, pp. 237-243.

51 « Note sur la Colonie anglaise de Balise [sic] et ses rapports avec le Yucatan mexicain », NA, 1843, t. IV, vol. 100, pp. 51-66.

52 NA, 1840, t. IV, vol. 88, pp. 227-230.

53 NA, 1841, t. II, vol. 90, pp. 364-367.

54 NA, 1842, t. III, vol. 95, pp. 290-334. Ces pages, non signées, sont certainement de Duflot de Mofras. Attaché d’ambassade à Madrid, ce dernier se rend en 1840 au Mexique, chargé d’une mission « principalement commerciale ».

55 NA, 1844, t. II, vol. 102, pp. 313-326. L’isthme de Panama. Examen historique et géographique des différentes directions suivant lesquelles on pourrait le percer et les moyens à employer ; suivi d’un aperçu sur l’isthme de Suez, avec une carte, Paris, 1844. La question d’un passage entre Atlantique et Pacifique est très présente dans les Nouvelles Annales dès l’origine de la revue. Quelques exemples : NA, 1825, t. II, vol. 26, p. 403 ; 1830, t. III, vol. 48, pp. 119 et 379 ; 1838, t. II, p. 230...

56 Voir les écrits de Jean-Baptiste Say, qui défend un libéralisme économique optimiste : voir son Catéchisme d’économie politique (1816) et son Cours complet d’économie politique pratique (1825-1830).

57 En italique dans le texte.

58 NA, 1845, t. I, vol. 105, pp. 8-9. La cinquième série, qui va de 1845 à 1854, compte 40 tomes, dans lesquels une cinquantaine d’articles sont dédiés au Mexique.

59 Voir D. Lejeune, Les sociétés de géographie..., op. cit., chap. II. Notons qu’en 1861, Vivien de Saint-Martin fondera une nouvelle revue : L’Année géographique.

60 Voir les analyses de son livre Adventures in Mexico and The Rocky Mountains (Londres, 1847) et de son mémoire Sur la migration des Anciens Mexicains, et sur leur analogie avec les Indiens actuels du Nord du Mexique, publié dans The Edimburg New Philosophical Journal (n°91, 1848). Ruxton s’engage en 1832, à 17 ans, au service du roi d’Espagne pendant les guerres civiles, part ensuite au Canada avec l’armée britannique et se rend au Mexique quand le pays est envahi par les armées américaines. Il souhaite « initier le monde civilisé aux rudes tableaux de la vie sauvage ». NA, 1850, t. I et t. III, vol. 124 et 125, pp. 55-87 et pp. 37-60.

61 « Sur l’ancienne civilisation du nouveau Mexique des bords du río Gila et des contrées voisines. Addition au Mémoire de Ruxton sur les anciens Mexicains », NA, 1851, t. III, vol. 130, pp. 237-301. Suisse d’origine, ethnographe, philologue, ce diplomate américain est très représentatif des connexions qui ont pu s’établir de part et d’autre de l’Atlantique. C’est notamment à la demande de Humboldt qu’il a écrit un « Sinopsis of the Indians Tribes of North American » (1836). Voir N. Prévost, Brasseur de Bourbourg..., op. cit., vol. 1, p. 354. À New York, à l’exemple des sociétés française et anglaise, il fonde en 1842, avec d’autres, dont Stephens et John Russel Bartlett, l’American Ethnological Society.

62 Voir son impact sur certains membres de la Sociedad Nacional de Geografía y Estadística de México, dans N. Prévost, Brasseur de Bourbourg..., op. cit., vol. 1, p. 366.

63 NA, 1851, t. IV, vol. 131, pp. 243-245. Cartas para servir de introducción a la historia primitiva de las naciones civilizadas de la América septentrional [Lettres pour servir...] adressées à Monsieur le duc de Valmy, par M. l’abbé Charles Brasseur (de Bourbourg) de la Sociedad de Geografía y de Estadísticas de México, México, 1851,75 p.

64 NA, 1846, t. III, vol. 111, pp. 382-84.

65 « Soudain un cri s’élève de la rive du Sacramento : une nouvelle, qu’en ces temps de religion pécuniaire on appelle aussi la bonne nouvelle, se répand de vallée en vallée, de plage en plage, fait tressaillir dans un comptoir le banquier de Boston, l’armateur de New York, et surprend l’Europe au milieu de ses bouleversements. Dans ces ruisseaux de la Haute-Californie dont on connaît à peine le nom, dans ces ravins déserts, on a trouvé de l’or... », NA, 1848, t. IV, vol. 120, pp. 362-371 et suivantes.

66 En un mois, 60 navires sont partis de New York, 30 de Boston et de Philadelphie, 11 de New Bedford. NA, 1848, t. IV, vol. 120, pp. 362-371 et suivantes. Voir aussi les recensions des ouvrages de l’abbé Emmanuel Domenech NA, 1857, t. II, vol. 154, pp. 339-369 et 1859, t. IV, vol. 164, pp. 198-309.

67 NA, 1842.t. I, vol. 93, pp. 308-313.

68 NA, 1841, t. IV, vol. 92, pp. 366-367. Stephens compare les Indiens du Yucatán à des vassaux, eux qui craignent le fouet du majordome des fermes où ils travaillent. Norman, libraire à La Nouvelle-Orléans, qui traverse la région peu de temps après Stephens, trouve les Indiens « beaucoup moins bruyants et plus polis que les prolétaires citoyens de l’Amérique du nord », « propres et bien vêtus », mais il note qu’ils font « tout le travail de la domesticité », qu’ils semblent abattus, mélancoliques, et conclut : l’Indien « n’est-il pas en effet l’humble descendant d’un peuple grand et puissant qui fut jadis maître de ce pays ? », NA, 1843, t. III, vol. 100, pp. 198-222.

69 NA, 1842, t. I, vol. 93, pp. 237-243.

70 À Santa Fé : « Le fandango est la danse nationale, et le gouverneur y prend part comme le dernier paysan. C’est en cela principalement que consiste leur égalité républicaine dont ils font tant de bruit. » Une Lettre de Santa Fé dans le Nouveau Mexique, NA, 1842, t. II, vol. 94, p. 308 et suivantes.

71 NA, 1842, t. I, vol. 93, pp. 237-243.

72 NA, 1845, t. I, vol. 105, pp. 197-207.

73 « Paredès contre Herrera, Jaranda contre Bustamente, Santa-Anna contre tous les autres [...]. Une guerre de races est venue s’ajouter à la guerre politique. Les Indiens, que les blancs n’ont su ni éclairer ni moraliser, mais qu’ils ont durement exploités [...] sont en armes sur une foule de points. » NA, 1848, t. II, vol. 118, pp. 378-381.

74 C’est à Ternaux Compans, qui ne cache pas sa préférence pour un gouvernement centralisé, que l’on doit ce commentaire. Ternaux s’oppose à la vision politique de Stephens, démocrate fédéraliste qui, d’après lui, « juge trop les choses au point de vue de son pays ». NA, 1841, t. IV, vol. 92, pp. 366-367.

75 Lire Jacqueline Covo, « Colonialisme et mentalités : la "vérité" sur le Mexique de l’Intervention et de l’Empire », dans D. Meyran (dir.), Maximilien et le Mexique (1864-1867), Perpignan, Presses de l’université de Perpignan, 1992, pp. 37-58.

76 NA, 1855, t. 1, vol. 145, p. 9.

77 Voir H. Blais et I. Laboulais, Géographies plurielles..., op. cit., p. 29.

78 NA, 1857, t. III, vol. 155, pp. 221-222, carte du Chiapas et du Soconusco dressée par L. de Pontelli ; 1858, t. II, vol. 158, carte des États du Mexique au temps de la conquête, en 1521, dressée sous la direction de l’abbé Brasseur de Bourbourg ; 1858, t. III, vol. 159, p. 382, Map of Central America..., carte de l’Amérique centrale, avec une partie du Mexique et du Yucatán, gravée d’après le dessin de John Baily ; 1863, t.1, vol. 177, Plan de Mexico et de ses environs dans un rayon de deux lieues, et esquisse de l’itinéraire de la Vera Cruz à Mexico; carte du Mexique et du plateau de l’Anahuac par Henri de Saussure, publiée dans le Journal de la Société de Géographie de Genève, accompagnée d’un article sur l’hydrologie ; t. II, vol. 178, Carte de la Sonora avec l’indication de ses mines, d’après les cartes mexicaines et américaines ; 1863, t. II, vol. 178, pp. 129-157, « Étude géographique sur la Sonora » avec les références de l’atlas mexicain d’Antonio Garcia y Cubas, extrait du journal de la Sociedad de Geografía y Estadística de México. 1864, t. IV, vol. 183, essai d’une carte ethnographique du Mexique par la Sociedad de Geografía y Estadística de México ; 1865, t. I, vol. 184, carte du Yucatán ; 1865, t. II, vol. 185, carte des isthmes de Panama et de Darien avec le tracé du canal interocéanique du Darien, d’après les travaux d’H. Bourdiol.

79 Transposition graphique des catégories statistiques de langues, la carte ethnographique apparaît en Europe au milieu du siècle. Étant liée aux questions d’identité et de nationalité aux enjeux politiques forts, elle connaît rapidement une large diffusion.

80 À 22 ans, Charnay s’embarque pour les États-Unis, où il enseigne le français à La Nouvelle Orléans, lit Stephens et Catherwood, qui lui font une très forte impression. En 1853, de retour à Paris, il apprend l’espagnol et découvre la photographie.

81 Plus tard, il s’intéressera aux scènes de genre.

82 « Chacune des planches de l’album photographique de Monsieur Désiré Charnay représente le résultat d’une double lutte, et contre la nature et contre les hommes. » NA, 1863, t. II, vol. 178, pp. 341-344. Désiré Charnay, Cités et ruines américaines. Mitla, Palenque, Izamal, Chichen-Itza, Uxmal, recueillies et photographiées par Désiré Charnay. Avec un texte par Monsieur Viollet-le-Duc, architecte du gouvernement, suivi du voyage et des documents de l’auteur, dédié à Napoléon III, 354 p., Paris, Gide, 1863. Le compte rendu de Malte-Brun est complété par un extrait du journal du photographe : « Une visite aux ruines de Palenque », NA, 1863, t. II, vol. 178, pp. 345-358. Sur D. Charnay, voir Pascal Mongne, « Désiré Charnay, une vision photographique du Mexique », dans « L’image comme source pour les sciences humaines », Histoire et Sociétés de l’Amérique Latine, n°11, 2000-2001, pp. 107-132. Et du même auteur, « Imaginaire et réalité : l’imagerie du Mexique durant la première moitié du XIXe siècle », dans M. Bertrand et L. Vidal, À la redécouverte des Amériques..., op. cit., pp. 94-124 ; voir aussi Désiré Charnay, Le Mexique 1858-1861. Souvenirs et impressions de voyage, commenté par P. Mongne, Boulogne-Billancourt, Éditions du Griot, 1987, 323 p.

83 C’est en ces termes qu’en 1859 Baudelaire évoque la photographie. Voir Sylvie Lisiecki, « Exposition : la planète du géographe », Chronique de la BnF, n° 40, septembre-octobre 2007, pp. 20-21.

84 Grâce à cette technique, la science « peut délibérer sur des bases plus certaines aussi à propos des questions importantes que soulèvent les ruines des anciennes cités mexicaines ». Brasseur de Bourbourg, ayant croisé Charnay au Mexique, avait précédemment fait état, dans les Annales, de cette « collection magnifique de photographies prises sur les ruines d’Uxmal, de Chichen Itza, de Palenque », NA, 1860, t. II, vol. 166, pp. 5 et suivantes. Et en 1865, quand l’abbé retournera au Yucatán, il sera accompagné du dessinateur et photographe Henri G. Bourgeois. NA, 1865, t. II, vol. 186, pp. 232-233.

85 Les informations que renfermait jusque-là la rubrique « Mélanges et nouvelles géographiques » étaient alors regroupées selon les différentes « Sociétés savantes » françaises et étrangères. Accompagnant les restructurations de ces sociétés, et toujours mentionnées par les Annales, de nouvelles parutions naissaient, à l’usage d’un public plus large parfois, tels le Tour du Monde, Nouveau journal des voyages par Édouard Charton, déjà à l’origine du Magasin Pittoresque et de l’Illustration. Voir Mona Huerta, « Le voyage aux Amériques et les revues savantes françaises au XIXe siècle », dans M. Bertrand et L. Vidal, À la redécouverte des Amériques..., op. cit., pp. 73-93.

86 Voir N. Prévost, Brasseur de Bourbourg..., op. cit., vol. 2, p. 494.

87 NA, 1860, t. III, vol. 167, p. 367 et NA, 1862, t. III, vol. 175, pp. 372-773. Le sujet du concours d’archéologie était : Mémoire sur les nations qui existaient au Nouveau-Mexique avant la conquête et sur les diverses périodes de leur civilisation, dans ses rapports avec la civilisation toltèque et les civilisations étrangères. Les candidats devaient avoir recours à l’ethnographie et à l’histoire et s’appuyer sur les documents espagnols et mexicains, imprimés ou manuscrits.

88 NA, 1862, t. III, vol. 175, p. 248. « Une mention très honorable a été accordée à M. l’abbé Brasseur de Bourbourg », « pour ses deux ouvrages Popol Vuh, livre sacré et mythes de l’antiquité américaine, et Grammaire de la langue quichée, suivie d’un vocabulaire et du drame de Rabinal-Achi, pour l’esprit de recherche qu’on y remarque, et les documents intéressants qui s’y trouvent ».

89 NA, 1846, t. II, vol. 106. Intérêt qui, cependant, s’était davantage manifesté chez les savants que dans le public. Et l’ouverture de la salle des Antiquités américaines au musée du Louvre, en 1840-1845, avait remporté un piètre succès : voir la Notice des monuments exposés dans la salle des Antiquités américaines (Mexique, Pérou) au Musée du Louvre, par Adrien de Longpérier, conservateur des Antiquités, Paris, 1850, in-12, 108 p. Description de 324 monuments, NA, 1850, t. IV, vol. 128, p. 127.

90 Voir Jean-Pierre Chaumeil, Leoncio López-Ocón y Ana Verde Casanova, Los americanistas del siglo XIX. La construcción de una comunidad científica internacional, Madrid, Iberoamericana, 2005.

91 Par un article paru en 1827 dans l’Aigle mexicain, François Corroy, un médecin français, apprend l’existence du prix dont on retrouve l’annonce dans le Courrier de la Fédération Mexicaine ainsi que dans un journal français imprimé à New York en 1832. Voir N. Prévost, Brasseur de Bourbourg..., op. cit., vol. 1, pp. 160-164.

92 Il n’y a pas, dans les Annales, de véritables recensions des travaux ou activités de ces trois Nord-Américains, mais des notations rapides, et leurs noms sont fréquemment cités. Grâce au premier, ambassadeur des États-Unis au Mexique de 1825 à 1830, la Philosophical Society de Philadelphie s’enrichit d’une belle collection archéologique et ethnographique. Quant à Prescott, son ouvrage sur l’histoire du Mexique, The Conquest of Mexico (1843), est devenu un classique. Squier – membre de l’American Ethnological Society qui correspond avec Jomard et que Brasseur de Bourbourg rencontrera à plusieurs reprises à New York ou à Paris – est connu pour ses recherches sur les Antiquités américaines et ses livres – New Mexico and Californie : the ancient monuments (1848) et American ethnology (1849) apparaissent souvent en bibliographie. NA, 1857, t. I, vol. 153.

93 Domenech, à 36 ans, a déjà effectué six trajets entre l’Ancien et le Nouveau Monde, Charnay en compte plusieurs à son actif et Brasseur en comptabilisera sept.

94 Extrait d’une lettre communiquée par Garcin de Tassy, membre de l’Institut. NA, 1855, t. II, vol. 145, pp. 364-367. John Russel Bartlett, auteur en 1847 d’un livre intitulé The progress of ethnology, an account of recent archaeological philological and geographical researches in various parts of the globe, est alors secrétaire de l’American Ethnological Society.

95 Ces lettres sont regroupées sous le titre « Notes d’un voyage dans l’Amérique centrale », NA, 1855, t. III, vol. 146, pp. 358-361. Voir le travail exhaustif de N. Prévost, Brasseur de Bourbourg..., op. cit., ainsi que l’article de Michel Bertrand, « Brasseur de Bourbourg ou les ambiguïtés d’une redécouverte », dans M. Bertrand et R. Marin, Écrire l’histoire de l’Amérique latine XIXe-XXe siècles, Paris, Éditions du Centre national de la recherche scientifique (CNRS), coll. CNRS Histoire, 2001, pp. 153-172 ; Voir également Jacqueline de Durant-Forest, « Les précurseurs du mexicanisme français », dans R. Fichelson et G. Cornillet (coord.), Hommage à Abdón Yaranga Valderrama, Paris, Saint-Denis/Paris VIII, Cahiers de recherche langues et cultures opprimées, 1993 ; Claude Baudez, Les Cités perdues des Mayas, Paris, Gallimard, coll. Découvertes, 1987.

96 Malte-Brun présente l’un des premiers chapitres de l’ouvrage de Brasseur de Bourbourg. Histoire des Nations civilisées du Mexique et de l’Amérique Centrale, durant les siècles antérieurs à Christophe Colomb, écrite sur les documents originaux et entièrement inédits, puisés aux anciennes archives des indigènes, en voie de publication. NA, 1857, t. II, vol. 154, pp. 292-293. Le compte rendu du livre court sur plusieurs volumes : 1858, t. I, vol. 157, pp. 92-108 ; 1858, t. II, vol. 158, pp. 257-321 et suivantes ; 1858, t. III, vol. 159, pp. 45-85.

97 « Voyage de Monsieur l’abbé Brasseur de Bourbourg à Tehuantepec, dans l’État de Chiapas, et son arrivée à Guatemala », NA, 1860, t. II, vol. 166, pp. 5-13 et suivantes, pp. 372-376 ; 1861, t. IV, vol. 172, pp. 129-196 et pp. 274-370 ; 1862, t. I, vol. 173, pp. 47-89.

98 « Popol Vuh, Le livre sacré et les mythes de l’Antiquité américaine, avec les livres héroïques et historiques des Quichés, composé sur des documents originaux et inédits », par L. de la Cressonnière, NA, 1862, t. II, vol. 174, pp. 87-116. S’ensuivra, quelque temps plus tard, une « Découverte de l’alphabet des inscriptions de Palenque, etc. », 1864, t. I, vol. 179, pp. 372-374.

99 « Quelques traces d’une émigration de l’Europe septentrionale en Amérique dans les traditions et les langues de l’Amérique Centrale. Lettre adressée à M. C. C. Rafn, secrétaire de la Société Royale des Antiquaires du Nord à Copenhague, par M. l’abbé Brasseur de Bourbourg », NA, 1858, t. IV, vol. 160, pp. 261-292.

100 Dans ce passage, les citations qui ne sont pas référencées renvoient au Voyage sur l’isthme de Tehuantepec..., op. cit., 1861, t. IV, vol. 172, pp. 274-330.

101 Voir Nathalie Sagnes, « La guerre franco-mexicaine et le Second Empire mexicain : essai de bibliographie », dans D. Meyran, Maximilien et le Mexique..., op. cit., pp. 141-154 ; Pierre Milza, Napoléon III, Paris, Perrin, 2004 ; Jean-François Lecaillon, Napoléon III et le Mexique, Paris, L’Harmattan, 1994. L’expression est d’Eugène Rouher, ministre du Commerce, de l’Agriculture et des Travaux publics.

102 NA, 1864, t. II, vol. 181, p. 5 et suivantes, plus particulièrement p. 35. L’année 1864 marque un changement d’orientation de la Société de Géographie de Paris. Malte-Brun annonce qu’un ouvrage de Duval est sous presse : Les colonies et la politique coloniale de la France. Voir le titre de certaines revues de ce moment : Revue du Monde Colonial asiatique et américain, Revue Maritime et Coloniale, et toujours Le Tour du Monde, L’Année géographique... Voir Raoul Girardet, L’idée coloniale en France de 1871 à 1962, Paris, La Table Ronde, 1972. Dans sa jeunesse, Duval fut sensible aux leçons de Saint-Simon et de Fourier.

103 Voir Numa Broc, « Le Mexique vu par les savants français (1865-1867) », dans D. Meyran, Maximilien et le Mexique..., op. cit., p. 71.

104 Un crédit annuel de 200 000 francs est ouvert sur le budget de l’Instruction publique ; c’est beaucoup quand on sait que pour toutes les autres missions dans le monde il sera accordé 75 000 francs. Voir Pascal Riviale, « La science en marche au pas cadencé : les recherches archéologiques et anthropologiques durant l’intervention française au Mexique (1862-1867) », Journal de la Société des Américanistes, Paris, 1999, t. LXXXV, pp. 307-341. Voir aussi N. Broc, « Le Mexique vu par les savants... », op. cit., pp. 69-93.

105 NA, 1864, t. II, vol. 181, pp. 57-87 : « Rapport du Ministre de l’Instruction publique relativement à l’organisation d’une commission destinée à préparer une expédition scientifique au Mexique ». Voir Silvia Collini et Antonella Vannoni, Les instructions scientifiques pour les voyageurs, XVIe-XIXe siècles, Paris, L’Harmattan, 2005.

106 Il s’agit en fait de synthèses ou de guides plutôt que de questionnaires. Voir Vivien de Saint-Martin, « Rapport sur l’état actuel de la géographie du Mexique », et Brasseur de Bourbourg, « Esquisses d’histoire, d’archéologie, d’ethnologie et de linguistique pouvant servir d’instructions générales pour les voyages d’exploration scientifique au Mexique », accompagnées d’une carte de Malte-Brun, NA, 1864, t. III, vol. 182, pp. 5-68.

107 NA, 1863, t. III, vol. 178, pp. 115-119 ; NA, 1863, t. III, vol. 172, pp. 115-119 ; NA, 1864, t. III, vol. 182, pp. 98-101 ; NA, 1863, t. III, vol. 178, pp. 115-119. « Travaux de la Société de Géographie et de Statistique de Mexico en 1862 » et « Travaux de la Société de Géographie et de Statistique de Mexico en 1863 ». Étaient alors en chantier la préparation d’un dictionnaire de géographie et de statistique du Mexique, des cartes ethnographiques et géologiques, des monographies, des travaux sur les idiomes indigènes.

108 NA, 1865, t. II, vol. 186, pp. 232-233. Domenech les avait précédés en terre mexicaine. Il était parti dès 1862 avec le corps expéditionnaire français en tant qu’aumônier. Il sera nommé responsable de la propagande de l’empire de Maximilien.

109 En date des 3 et 16 mars 1865. NA, 1865, t. II, vol. 186, pp. 365-368. Tiré du Journal officiel de Mexico (via le Moniteur).

110 NA, 1865, t. IV, vol. 188, pp. 247-248. Notamment des familles de Louisiane dans la partie orientale du Yucatán.

111 Déjà évoqué en 1863. NA, 1863, t. II, vol. 177, pp. 237-238.

112 NA, 1866, t. III, vol. 191, pp. 241-244.

113 NA, 1863, t. I, vol. 177, pp. 5-26. « Coup d’œil sur l’itinéraire de la Vera Cruz à Mexico ». Pour rédiger cet essai, V. A. Malte-Brun a puisé dans différents travaux qu’il indique : Le Mexique de Mathieu de Fossey, le Manual de geografía y estadística de la República Mejicana de Jesús Hermosa, Le Voyage au Mexique de Vigneau, La terre chaude de Lucien Biart et Brasseur de Bourbourg.

114 L’Amérique demeure au fil des pages mais le regard français se porte vers d’autres horizons : le canal de Panama, la navigation fluviale sur l’Amazonie, les chemins de fer du Pacifique et interocéaniques, l’émigration européenne dans les États du Rio de la Plata... NA, 1869, t. IV, vol. 204 ; 1870, t. I, vol. 205.

115 Lire Pascal Riviale, « L’américanisme français à la veille de la fondation de la Société des Américanistes », Journal de la Société des Américanistes, t. LXXXV, Paris, 1995, pp. 207-229. Voir également M. Huerta, Le Voyage aux Amériques..., op. cit., pp. 79-80.

116 Voir M.-N. Bourguet, « De la Méditerrannée », op. cit.

Auteur

Agrégée de lettres et chercheur en histoire (UMR 8168 CNRS), est actuellement rattachée à l'Institut des Hautes Études d'Amérique Latine/Paris III Sorbonne Nouvelle. Ses recherches portent principalement sur la période des indépendances en Amérique latine, sur les dynamiques de politisation au Pérou au XIXe siècle, et plus généralement sur les concepts politiques du monde ibéro-américain ainsi que sur la problématique des transferts culturels, de la construction et de la circulation des savoirs entre Europe et Amérique. Elle a co-dirigé les ouvrages collectifs suivants: Pour comprendre la Bolivie d'Evo Morales (avec D. Rolland), Paris, L'Harmattan/IEP Strasbourg, col. Horizons Amériques latines, 2007,447 pp. ; L'avènement de l'opinion publique. Europe et Amérique, XVIIIe-XIXe siècle (avec Javier Fernândez Sebastián), Paris, L'Harmattan, col. Recherches et Documents Espagne, 2004,360 pp.; Pour comprendre le Brésil de Lula (avec D. Rolland), Paris, L'Harmattan/IEP Strasbourg, col. Horizons Amériques latines, 2004, 336 pp

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search