Version classiqueVersion mobile

Impressions du Mexique et de France

 | 
Lise Andries
, 
Laura Suárez de la Torre

Étude de l'objet presse/Estudio del objeto prensa

Londres-Paris-Mexico ou la naissance de la presse périodique illustrée (1830-1850)

Marie-Laure Aurenche

Résumé

La primera serie de publicaciones periódicas ilustradas en Londres en marzo de 1832, le Penny Magazine, sirvió de modelo a todas las “revistas” que fueron publicadas ulteriormente en Europa y en el Nuevo Mundo. En Francia, la Magasin Pittoresque que aparece a partir de febrero de 1833, el Musée des Familles, la Mosaïque y el Musée Universel, publicados seis meses más tarde, tuvieron gran éxito al imitar su formato en octavo, su periodicidad semanal y su bajo costo. Los fundadores de estas publicaciones contaron siempre con la participación de redactores encargados del contenido de cada entrega, no obstante, más complicado fue asegurar las ilustraciones, las cuales representaban el elemento de novedad; debido a que en Francia la industria del grabado en madera había casi desaparecido desde inicios del siglo XIX, los editores se vieron obligados a reproducir los estereotipos de Penny Magazine o a valerse de los grabadores ingleses establecidos en Londres o instalados en París. Sin embargo, muy pronto nuevos talleres se crean en París, como los de Andrew, Best y Leloir.
El análisis de los primeros volúmenes de las series periódicas francesas muestra que el taller del Magasin Pittoresque se desarrolló rápidamente, al punto que fue posible que la serie dejara de imitar al Penny Magazine, que los talleres de grabado en cobre fueran arruinados y que se abastecieran grabados a otras publicaciones ilustradas.
Al constatar el éxito de las “revistas pintorescas” en Inglaterra y en Francia, los hombres del medio editorial abren el mercado a la prensa ilustrada en español con El Instructor en Londres (1834), el Semanario Pintoresco en Madrid (1836) y el Mosaico Mexicano en México (1836). Si en Europa la reproducción del boceto de Penny Magazine y el procedimiento del grabado en madera para ilustrar los artículos del Instructor y del Semanario Pintoresco no representaron ningún problema técnico, en México los editores se enfrentaron a una gran cantidad de dificultades: la importación de papel y de prensas hidráulicas elevó el costo de la fabricación y, por ende, de las publicaciones; además el número restringido de lectores explica su carácter efímero así como la constante renovación de estas “revistas literarias”. En lo que corresponde a su contenido, la comparación de los primeras volúmenes del Mosaïque y del Magasin Pittoresque de una parte, y del Mosaico Mexicano de otra, demuestra que el recurso a las revistas, sobre todo francesas, se estableció en tres tiempos: primera, con la traducción literal de los textos, más tarde con la adaptación y la contaminación de fuentes diversas y, finalmente, con el abandono progresivo de modelos europeos a medida que se daba lugar a una “nacionalización” de las series periódicas. En cuanto a las ilustraciones del Mosaico Mexicano, son mucho menos numerosas que las que existen en las revistas europeas, y como México no posee maderas duras para fabricar grabados en relieve, se trata más bien de litografías que se publican independientemente del texto, o viñetas que figuran en el texto

Texte intégral

1En dépit de ce titre qui évoque la rapidité des voyages aériens actuels, il fallait dans les années 1830 plusieurs moyens de locomotion pour aller de Londres à Paris et plus d’un mois pour traverser l’Atlantique de l’Europe au Nouveau Monde. Mais les hommes comme les journaux et les livres circulaient alors plus fréquemment et plus régulièrement qu’on ne l’imagine aujourd’hui. Ainsi les relations entre l’Angleterre et la France, rétablies sous la Restauration après le blocus napoléonien, ont-elles permis en particulier à la littérature, aux arts et à la presse de mettre à la mode à Paris tout ce qui venait de Londres. De même, le Mexique, après la fin de l’Empire colonial espagnol, a trouvé dans l’idéal de la Révolution de 1789 et dans la culture européenne les moyens de créer sa propre identité nationale.

2En ce qui concerne la presse, les innovations techniques mises en place à Londres pour lancer des publications à grand tirage ont ouvert des possibilités inédites aussi bien dans l’Ancien que dans le Nouveau Monde à tous ceux qui voulaient diffuser les connaissances auprès d’un large public. Ainsi, sur le modèle du Penny Magazine, paru à Londres en 1832, des recueils périodiques illustrés sont nés un an plus tard en France et, dans un deuxième temps, ont servi de référence – dès leur parution – aux hommes de presse mexicains désireux de créer à leur tour une presse périodique illustrée.

I. Les produits lancés sur le marché1

  • 1 Tous les recueils présentés dans cette étude figurent en annexe. Tableau 1 : « Presse périodique e (...)

3En Europe, dans les années 1820-1830, les sociétés philanthropiques qui se sont constituées en France comme en Angleterre, soucieuses d’offrir des lectures aux classes populaires, ont encouragé les publications de livres à bon marché et les recueils périodiques illustrés.

  • 2 Voir Marie-Laure Aurenche, Édouard Charton et l’invention du Magasin pittoresque (1833-1870), Pari (...)
  • 3 M.-L. Aurenche, Édouard Charton..., op. cit., pp. 129-131.
  • 4 Le Journal des connaissances utiles est le premier recueil à bas prix et à grand tirage, destiné à (...)

4À Paris, la Société pour l’Instruction élémentaire (1815) se préoccupe de propager l’enseignement mutuel et la Société de la Morale chrétienne (1821) organise des concours d’ouvrages élémentaires (1826-1828) pour « composer et vendre à bas prix de bons livres populaires2 ». À Londres, la Society for the Diffusion of Useful Knowledge (1824) fonctionne comme une maison d’édition : elle publie des collections d’ouvrages de vulgarisation et des publications périodiques, le British Almanach et le Companion for the Almanac (1828), comme « antidote contre ces revues de camelote qui circul[ai]ent encore sous le nom d’almanachs3 ». À la suite de la Société pour l’Instruction élémentaire et à l’instar de la Society for the Diffusion of Useful Knowledge, Émile de Girardin fonde à son tour à Paris, au début de la monarchie de Juillet, la Société nationale pour l’émancipation intellectuelle, qui cautionne en octobre 1831 le lancement d’un recueil pour tous, le Journal des connaissances utiles4.

  • 5 Voir son autobiographie, Passages of a working life..., London, Irish University Press, 1864, vol. (...)
  • 6 Il faudrait poursuivre cette piste par des recherches ultérieures.
  • 7 Penny Magazine, Suppl. Nov. 1833, p. 471 : « We can assist foreign nations in the production of ‘P (...)

5En mars 1832 paraît à Londres le Penny Magazine. C’est le mois précédent que Charles Knight, le publisher de la Society for the Diffusion of Useful Knowledge anglaise, a eu l’idée de sortir « quelque chose de bon marché et de bonne qualité », soit un « magazine à deux sous5 », que la Society se propose, non pas de « financer », car elle n’en a pas les moyens, mais d’« encourager » moralement grâce à l’autorité de ses membres. Aussitôt sorti, le Penny Magazine connaît de formidables tirages dans tout le Royaume-Uni et ses promoteurs le diffusent aux États-Unis6, tout en encourageant la création d’autres magazines en Europe7.

  • 8 Après avoir importé en France la première presse à vapeur anglaise, Alexandre Lachevardière a four (...)
  • 9 « Extrait des Éphémérides du Magasin pittoresque », Magasin pittoresque, 1888.
  • 10 Voir M.-L. Aurenche, Édouard Charton..., op. cit., pp. 149-151.

6À Paris, le Magasin pittoresque à deux sous sort en février 1833. C’est l’imprimeur Alexandre Lachevardière8 qui, de l’aveu même d’Édouard Charton à la fin de sa vie, s’est proposé « de publier à l’imitation du Penny Magazine un recueil hebdomadaire illustré à dix centimes9 ». Il en offre alors la rédaction à Édouard Charton qui, tout en poursuivant des études d’avocat, a collaboré aux Bulletins des sociétés philanthropiques sous la Restauration. À cette date, Charton, déçu par l’échec de la révolution de Juillet, accablé par le schisme saint-simonien entre Bazard et Enfantin et désireux de propager l’instruction dans les classes populaires, accepte de prendre en charge la rédaction du Magasin pittoresque avec son ami saint-simonien Euryale Cazeaux10.

7Le succès spectaculaire du Magasin pittoresque entraîne aussitôt à Paris la création de trois recueils illustrés à l’automne 1833 : la Mosaïque, éditée par le libraire Thoisnier-Desplaces, paraît en septembre, le Musée des familles est lancé le 1er octobre par la Société d’émancipation intellectuelle d’Émile de Girardin, et le Magasin universel est publié le 21 octobre par les libraires Gosselin et Furne.

  • 11 Sur Rudolph Ackermann (1764-1834), voir sa notice dans l’Encyclopadia Britannica. Sur la « Casa Ac (...)
  • 12 Voir son autobiographie, Memorias de un setentón, natural y vecino de Madrid, Madrid, 1881.

8C’est encore en Angleterre que paraît en janvier 1834 El Instructor, o Repertorio de historia, bellas lettras y artes, publication illustrée de l’actualité scientifique lancée par un ingénieur d’origine allemande établi à Londres, Rudolph Ackermann11, désireux de répandre les progrès de l’industrie dans les pays de langue hispanique et en particulier au Mexique, où son fils a ouvert une librairie. D’autres recueils en langue espagnole ne tardent pas à être publiés. À Madrid, le premier d’entre eux, le Semanario pintoresco, paraît en 1836, publié par Ramón de Mesonero Romanos. Venu en France entre août 1833 et mai 1834, Ramón de Mesonero Romanos a fréquenté les milieux intellectuels parisiens et a assisté au succès du Magasin pittoresque. À son retour à Madrid en 1836, il se flatte de donner à l’Espagne grâce au Semanario pintoresco un recueil digne du Penny Magazine et des magasins français12.

  • 13 Sur les recueils périodiques parus à Mexico de 1836 à 1850, voir annexe, tableau 2.
  • 14 María Esther Pérez Salas, « Ignacio Cumplido : un empresario a cabalidad », dans L. Suárez de la T (...)

9Les premières tentatives mexicaines datent de 1836-1837, avec El Mosaico mexicano, édité par Isidro Rafael Gondra, et de 1837-1838, avec El Recreo de las familias, édité par Ignacio Rodríguez Galván. Deux ans plus tard, Miguel González lance l’Almacén Universal (1840), Isidro Rafael Gondra, le Semanario de la señoritas mejicanas (1840-42) et Ignacio Cumplido reprend la publication du Mosaico mexicano (1840-1842)13. Cet homme de presse occupe la première place sur le marché de la presse périodique mexicaine avec la parution de ses nombreuses « revistas literarias » entre 1837 et 1851. Ses voyages à New York et en Europe, même s’ils sont mal connus, apportent la preuve de sa volonté d’établir des contacts avec les milieux de la presse à l’extérieur du Mexique14.

  • 15 Penny Magazine [en ligne], Suppl. Sept., Oct. and Nov. 1833, article disponible sur : http://engli (...)
  • 16 Magasin pittoresque, 1834, « Détails relatifs à la publication du Magasin pittoresque : Fabricatio (...)
  • 17 El Instructor : « Origen, progreso y estado actual de la imprenta », 1834, pp. 278-284 : « La pren (...)

10Tous les promoteurs de ces recueils illustrés, conscients de tirer parti de la révolution industrielle de la presse (fabrication du papier en rouleaux, fonte de caractères de plus en plus fins, utilisation de presses à vapeur à grand tirage et nouveaux procédés de reproduction des gravures), ne manqueront pas de présenter à leurs lecteurs les techniques de fabrication de ces nouveaux produits : le Penny Magazine, le premier, publie une « Commercial History of a Penny Magazine15 ». Le Magasin pittoresque reprend la question avec une série d’articles consacrés à la fabrication du recueil, illustrés par les gravures « empruntées » au Penny Magazine16. El Instructor consacre, lui aussi, un long article à la question17 et dans les autres recueils paraissent également des études sur les différents types d’illustrations (Musée des familles, II, 145, « De la gravure sur bois » ; Mosaïque, II, p. 24, « De la gravure en relief »). Dans le Mosaico mexicano, l’article du Musée des familles est traduit dans le tome I, p. 48 (voir infra) et un article est consacré à la « Litografía », dans le tome III, pp. 155-160.

11Pour désigner le nouveau recueil paru à Londres en mars 1832, Charles Knight a fait le choix du mot magazine. Ce terme, venu de l’arabe maghazin (lieu où sont rassemblés des produits et objets divers), s’est répandu en Europe du Nord dès le XVIIIe siècle dans le sens figuré de « recueil composé de matières variées ». Dans la presse française, le terme de « magasin » prévaut sur celui de « magazine » jusqu’à la fin du XIXe siècle et les recueils illustrés sont communément appelés, à la suite de l’appellation donnée au premier d’entre eux par Édouard Charton, des « magasins pittoresques ». En espagnol, le terme almacén, également d’origine arabe, est celui qui se rapproche le plus de magasin. Il apparaît d’ailleurs au Mexique pour désigner un recueil littéraire, El Almacén universal, édité par Miguel Gonzalez en 1840. Mais les premiers recueils illustrés parus au Mexique portent plutôt le titre de museo, mosaico ou liceo comme leurs correspondants français.

  • 18 Mosaico mexicano, t. I, « Introducción ».

12Ainsi que le nom de ces publications le laisse entendre, leur contenu est fondé sur le principe de la variété : pas de rubriques fixes, ni régulières, mais un ensemble de connaissances présentées dans les tables des matières sous les titres suivants : « Beaux-arts, Littérature, Histoire, Histoire naturelle, Géographie, Sciences et Techniques ». À l’image des magasins français, El Mosaico mexicano annonce une « mosaïque » sur les sujets les plus divers, qui forme « el tejido de esta bella colección »18. Seules la politique et la religion, considérées comme des sujets dangereux, sont systématiquement exclues de ces publications. De plus, dans la mesure où les articles livrent des informations, des commentaires et des éclaircissements sur les sujets contemporains, on peut considérer ces recueils comme des encyclopédies d’actualité.

13Dans l’histoire des débuts de la presse périodique illustrée, qui nous intéresse ici, je distinguerai chronologiquement deux étapes : la première est celle de l’imitation immédiate et directe du Penny Magazine anglais par les magasins européens, qui reprennent et conservent, à quelques détails près, la maquette et l’objectif encyclopédique du Penny Magazine ; la seconde est celle de la création de recueils successifs dans le Nouveau Monde à partir des magasins européens, qui vont rapidement acquérir leur spécificité éditoriale.

II. Les magasins français

14Le format du magazine anglais, intermédiaire entre celui des journaux (in-folio) et celui des livres (in-octavo, in-12, in-16), est le format in-quarto ou grand in-octavo. Les recueils européens (français, allemands, espagnols, etc.), dans la mesure où ils reproduisent les stéréotypes du Penny Magazine, adoptent ses dimensions (29 x 20 cm), à l’exception du Musée des familles légèrement plus petit (27 x 18 cm). Ils paraissent par livraisons hebdomadaires de huit pages, avec une numérotation continue pour constituer des volumes annuels de plus de quatre cents pages, à l’exception là encore du Musée des familles, qui adopte une pagination trimestrielle. Les volumes annuels offrent des couvertures de style gothique, suivant la mode romantique, que l’on désigne sous l’appellation « à l’anglaise ».

15Sous le bandeau de la première page où figurent le titre, la date, le numéro et le prix de la livraison, pas d’éditorial ni de sommaire. La présentation du texte est sobre, voire austère : les pages sont imprimées sur deux colonnes ; pas de titre en gros caractères ni de culs-de-lampe ; seuls les articles du Musée des familles et du Magasin universel sont agrémentés de lettrines. Chaque livraison contient quatre ou cinq gravures de dimensions diverses, qui figurent aux pages 1, 4 à 5 et 8, et la gravure de première page, toujours de grande qualité, est choisie avec soin pour attirer l’œil du futur lecteur.

  • 19 « Further, the art of wood-cuttings is imperfectly understood in France and Germany. We sell, ther (...)

16Le succès du Penny Magazine et de ses émules européens est dû à leur illustration. La technique utilisée est celle de la gravure sur bois imprimée avec le texte, un procédé qui n’avait jamais été pratiqué jusque-là dans la presse périodique. Reproduites sur des plaques métalliques (stéréotypes) adaptées aux nouvelles presses, ces gravures sont mises en vente sur le marché européen par les éditeurs du Penny Magazine, qui sont au début les seuls à maîtriser cette technique : « L’art de la gravure sur bois est imparfaitement compris en France et en Allemagne. C’est pourquoi nous vendons à la France et à l’Allemagne des planches de nos gravures qui leur coûtent un dixième de ce qu’ils paieraient s’ils les faisaient reproduire chez eux. Ainsi ces pays peuvent-ils publier leur « Magasin Pittoresque » et leur « Pfennig-Magazin »19.

  • 20 Voir Rémi Blachon, La gravure sur bois au XIXe siècle, première partie, « La tutelle anglaise » et (...)
  • 21 Voir dans M.-L. Aurenche, Édouard Charton..., op. cit., pp. 184-190, l’étude sur le traitement des (...)
  • 22 Voir dans l’ouvrage de R. Blachon, La gravure sur bois..., op. cit., le chapitre 5 consacré à Char (...)

17À feuilleter ces différents magasins qui partagent par ailleurs un format et une présentation similaires, on éprouve devant les illustrations une impression de déjà vu : mêmes cathédrales, mêmes portraits de grands hommes, mêmes représentations de plantes et d’animaux. En effet, ce sont les gravures achetées au Penny Magazine ou aux graveurs anglais qui conditionnent le contenu des livraisons20. Pour les fondateurs des magasins français, il ne s’agit pas de traduire les articles du Penny Magazine, car les rédacteurs susceptibles de composer des articles originaux dans le recueil ne manquent pas21. En revanche, la difficulté majeure consiste à trouver des illustrations pour accompagner ces articles : la technique de la gravure sur bois de bout, si elle est en plein épanouissement en Angleterre, n’a repris vie en France que depuis 1816 avec l’arrivée des graveurs anglais, qui s’installent à Paris pour répondre à la demande des éditeurs d’ouvrages romantiques illustrés22.

Les gravures du Magasin pittoresque

  • 23 Le témoignage d’Édouard Charton retraçant l’histoire des origines du Magasin pittoresque, même s’i (...)

18Pour lancer le Magasin pittoresque, ses rédacteurs en chef se trouvent contraints d’acheter au Penny Magazine ou à des graveurs anglais des stéréotypes sur métal déjà parus et de faire composer des articles à partir de ces gravures23. C’est pourquoi les noms des graveurs anglais, qu’ils soient établis à Londres ou venus s’installer à Paris (tels Byfeld, Jackson, Beneworth, Laing, Lee, Quartley et Sears), figurent dans la Table décennale des graveurs du Magasin pittoresque (1833-1842), au même titre que ceux des graveurs français.

  • 24 Voir Rémi Blachon, « L’atelier ABL et ses avatars, 1832-1892 », Nouvelles de l’estampe, juillet-se (...)
  • 25 Sur le développement de l’atelier et sur les successeurs de ses fondateurs, voir l’article de R. B (...)

19Dans le même temps, trois graveurs établis à Paris, Jean Best, John Andrew et Isidore Leloir fournissent au recueil ses premières illustrations, preuve qu’ils sont déjà associés à l’époque de la création du Magasin pittoresque24. Ils signent d’abord indifféremment « Andrew B. L. » ou « Leloir A. B. », le premier nom étant celui du collaborateur qui a exécuté la gravure, puis dans l’ordre alphabétique « ABL », qui apparaît souvent sur les gravures, encadré d’un triangle25.

  • 26 Voir M.-L. Aurenche, Édouard Charton..., op. cit., pp. 176-177 et 178-184.

20Mais comme les gravures d’origine anglaise sont alors de meilleure qualité que les françaises (finesse du trait et contraste entre les noirs et les blancs), elles figurent « à la une » de la plupart des livraisons (31 sur 52). Quant au contenu du premier volume, le pourcentage des gravures d’origine anglaise par rapport aux gravures françaises est le suivant : pour l’histoire naturelle, elles représentent 60 % de l’ensemble, pour les portraits des grands hommes, elles constituent avec 33 % une galerie des ancêtres européens, pour les vues pittoresques (cathédrales et monuments européens, sites de l’Antiquité gréco-romaine), elles atteignent 27 %, pour les œuvres d’art de l’Antiquité (collections du British Museum en cours d’installation), 24 %, pour les sciences et techniques, les gravures d’origine anglaise ne représentent que 24 %. Au total, toutes matières confondues, le tiers des gravures du premier volume du Magasin pittoresque provient du Penny Magazine26. Ces chiffres se réduiront très rapidement grâce aux efforts de l’atelier d’Andrew, Best et Leloir : trois ans après sa fondation, l’atelier sera en mesure de répondre à toutes les demandes du Magasin pittoresque.

Les concurrences faites au Magasin pittoresque

  • 27 « On crée des concurrences et je suis loin de le regretter. Août 1833 », Magasin pittoresque, 1888 (...)
  • 28 « Le recueil présentera “un tableau animé, brillant et varié”, consacré à l’Histoire, aux Voyageur (...)
  • 29 La Mosaïque, t. II, p. 24, « De la gravure en relief ».
  • 30 Sur la technique de la gravure sur cuivre en relief, voir La Mosaïque, II, pp. 24-26.
  • 31 Musée des familles, septembre 1836.

21Le succès du Magasin pittoresque suscite aussitôt la création d’autres recueils illustrés27. Le premier, La Mosaïque, paru en septembre chez l’éditeur Adrien Thoisnier-Desplaces, a été annoncé dans la presse par un prospectus qui, après avoir développé longuement le programme de ses livraisons28, souligne dans le post-scriptum le caractère original de ses illustrations. En effet, les éditeurs du recueil, pour échapper à la tutelle anglaise de la gravure sur bois, tentent d’exploiter la technique de la gravure sur cuivre en relief, qui s’imprime typographiquement sans s’user, en même temps que les planches composées en caractères ordinaires d’imprimerie : « L’existence de La Mosaïque dont les gravures sont confiées au talent de MM. Girardet et Susemihl, est la preuve la plus victorieuse que nous puissions donner de l’excellence du procédé de ces artistes29 La Mosaïque est le premier recueil à employer le procédé « sur une échelle aussi grande » et les deux graveurs sont prêts à se mesurer à d’autres artistes pour la perfection du procédé30. Cependant, dès le tome II, le recueil recourt également aux gravures sur bois plus faciles à réaliser. À la fin de sa troisième année, La Mosaïque, en difficulté, sera rachetée par le Musée des familles, comme l’annonce l’éditeur du recueil : « Les principaux dessinateurs et graveurs de La Mosaïque se trouvent donc attachés exclusivement désormais au Musée et se réuniront aux autres artistes de ce journal pour contribuer à son succès31. »

  • 32 Magasin pittoresque, « Extrait d’une histoire... », op. cit.
  • 33 Musée des familles, avril 1834, 17e livraison, pp. 129-136 : « Aux lecteurs du Musée des familles (...)

22Le Musée des familles occupe, en effet, sur le marché des magasins une place de première importance. Une fois établi le succès du Magasin pittoresque, Émile de Girardin a proposé en août 1833 à Édouard Charton « une association » que ce dernier n’a pas jugée« acceptable32 ». Il crée alors avec la collaboration de personnalités littéraires un nouveau recueil illustré qui paraît le 1er octobre 1833. Pour les illustrations du premier volume, les éditeurs du recueil - qui disposent de gros moyens financiers - font appel aux plus célèbres graveurs de Berlin, de Londres et de Paris33, sans solliciter évidemment la collaboration de l’atelier attaché au Magasin pittoresque (Andrew, Best et Leloir). Le succès du recueil entraînera, un an plus tard, ses rédacteurs à lancer une pique à leurs concurrents directs, les rédacteurs du Magasin pittoresque :

  • 34 Musée des familles, septembre 1834.

Il faut le reconnaître, le temps est passé des magasins pittoresques avec leurs monuments, leurs vues et leurs sujets tirés des magazines anglais. Ce n’est plus au nombre mais au mérite des vignettes que [les lecteurs français] attachent du prix ; ils les veulent fines, spirituelles, dessinées pour les articles, et tirées avec soin34.

23Le Musée des familles a désormais trouvé sa ligne éditoriale.

  • 35 Le Journal des connaissances utiles paraîtra jusqu’à la révolution de 1848.
  • 36 Voir M.-L. Aurenche, 2002, pp. 416-423.
  • 37 Ce caractère était apparu au critique du Constitutionnel, dès le 18 janvier 1834 : « Quand on a pa (...)
  • 38 Voir en particulier F. de Langenevais, « La littérature illustrée », Revue des Deux Mondes, 15 fév (...)

24Lancés dans l’enthousiasme de la révolution industrielle qui touche la presse, les magasins européens connaîtront des fortunes diverses35 : l’austère Penny Magazine cessera de paraître en 1845, victime du Chamber’s Journal plus amusant, La Mosaïque et le Magasin universel disparaîtront respectivement en 1836 et 1840. Le Magasin pittoresque et le Musée des familles non seulement leur survivront, mais traverseront le siècle : le Musée des familles paraîtra jusqu’en 1900 et le Magasin pittoresque jusqu’à la guerre de 1914. Tout en conservant les gravures sur bois qui avaient assuré leur succès initial, ils occuperont chacun une place éditoriale spécifique, le premier comme recueil encyclopédique cherchant à instruire et éduquer ses lecteurs36 et le second prétendant ne plus être un simple « magazine » mais une « revue » littéraire37. Grâce à ces magasins illustrés apparaît donc en France au début de la monarchie de Juillet une forme de journalisme encyclopédique, méprisé par les tenants de la grande littérature parce qu’il s’adresse à « tout le monde »38. Il va se répandre pourtant de manière irréversible, sans « tuer » d’ailleurs la grande littérature, à mesure que s’élève le niveau intellectuel des lecteurs potentiels, d’abord en Europe puis de l’Ancien au Nouveau Monde.

III. Les recueils illustrés mexicains

  • 39 Voir Miguel Ángel Castro y Guadalupe Curiel, Publicaciones periódicas mexicanas del siglo XIX : 18 (...)
  • 40 Voir Diana Cooper-Richet, « Littérature étrangère et monde du livre à Paris, au XIXe siècle », dan (...)
  • 41 Voir la contribution de Laura Suárez de la Torre dans le présent ouvrage.
  • 42 Voir Jean-François Botrel, « L’exportation des livres et modèles éditoriaux français en Espagne et (...)

25Trois ans après la création des magasins en Europe, des recueils semblables (mêmes maquettes, mêmes types de publication, mêmes contenus) apparaissent au Mexique, sous le titre générique non pas de magasins, mais de « revistas literarias », qui désignent les recueils périodiques illustrés, à la différence de l’Europe, où les revues littéraires ne sont jamais illustrées. Si en Europe ces publications sont toutes apparues en 1833, au Mexique elles vont se succéder sur une période de quinze ans39. On a vu que Georges Ackermann, le fils de l’éditeur de L’Instructor, diffuse à Mexico les publications anglaises. De même, des éditeurs et des libraires espagnols installés à Paris jouent un rôle de relais entre la France et le Mexique et exportent outre-Atlantique aussi bien la littérature romanesque que la presse40. Bien avant qu’Hachette ne diffuse les volumes des années 1863-1866 du Tour du monde, aussi bien en version française par l’intermédiaire de Rosa et Bouret41, qu’en édition espagnole par Lassalle et Melan, la presse périodique française était importée dans les pays de langue espagnole, et cela dès les années 1830 : la parution du Semanario pintoresco à Madrid et du Mosaico mexicano à Mexico en 1836 en sont la preuve évidente42.

La maquette des recueils

26Les éditeurs mexicains reprennent de préférence les titres français – par ailleurs souvent utilisés en Espagne–, toujours assortis de l’adjectif « mexicano » pour les distinguer de leurs modèles et affirmer leur caractère national. Le titre de La Mosaïque créé en France (1833) devient au Mexique El Mosaico mexicano (1836), le Musée des familles (1833) porte le nom de El Museo en Espagne (1838) et de El Museo mexicano au Mexique (1843) ; le titre de L’Illustration (1843) devient en Espagne La Ilustración puis au Mexique La Ilustración mexicana (1851). Les recueils mexicains sont tous un peu plus petits que les recueils européens : les dimensions du Mosaico mexicano et de El Recreo sont de 24 x 15 cm, celles de El Almacén universal de 21 x 14 cm, celles du Museo mexicano et du Liceo mexicano de 26 x 16 cm. Ce format plus petit est-il dû aux dimensions des presses ou au coût du papier ? Comme dans tous les magasins français, le titre, la tomaison et la pagination figurent au-dessus du bandeau de première page. Les recueils paraissent d’abord par quinzaine en 1836-1837 (El Mosaico mexicano et El Recreo), puis par semaine à partir de 1840 (Semanario de las señoritas mejicanas, Museo mexicano). Les livraisons sont le plus souvent de quarante pages et leur pagination est continue pour constituer des volumes annuels.

27La présentation des recueils mexicains est plus aérée que celle des magasins français : dans le tome II du Mosaico mexicano par exemple, le texte est sur 2 colonnes, à raison de 32 lignes par page et de 36 caractères par ligne, ainsi que Cumplido prend soin de le préciser dans l’introduction :

  • 43 Mosaico mexicano, 1837, t. II, « Introducción ».

La letra es más pequeña, porque deseamos hacer entrar un material más copioso en los cinco pliegos de impresión que contendrá cada cuaderno; pero es casi nueva y de un hermoso carácter; y si hemos dividido la página en dos columnas, es para hacer más cómoda la lectura. Emplearémos un buen papel mexicano, cuya regularidad en su tamaño proporcione una cómoda encuadernación43.

28Et dans celle du tome III, le même Cumplido se montre soucieux d’améliorer encore la qualité matérielle du recueil :

  • 44 Mosaico mexicano, t. III, « Advertencias preliminares », 4°.

La mejora consistirá asimismo, el tamaño y calidad del papel, y en el empleo de una hermosa tipografía, muy superior â la que se vé en los dos tomos del Mosaico ya publicados. El papel es fino y mayor que el que se ocupó en el segundo volúmen de este periódico, â fin de que presente un espacioso márgen que lo haga susceptible de recibir el tamaño que se quiera, según el que se haya dado â los espresados tomos44.

  • 45 Voir Peter J. Edwards, « La revue L’Artiste (1831-1904). Notice bibliographique », Romantisme, n°6 (...)

29La présentation élégante du Mosaico mexicano rappelle plutôt celle de L’Artiste, revue sortie à Paris en 183145, avec des lettrines au début des articles, des vignettes entre les articles et des culs-de-lampe en fin de livraison ou de volume.

  • 46 Voir Aristide Michel Perrot, Manuel du graveur, Librairie encylopédique de Roret, 1830, pp. 178-17 (...)
  • 47 Maria Esther Pérez Salas, « La lithographie au Mexique, processus d’appropriation (1826-1854) », c (...)

30Comme les magasins européens, les revistas literarias mexicaines sont illustrées, mais selon des procédés différents. Au Mexique, où on ne trouve pas de bois durs tels que le buis ou le poirier46, les recueils ne sont pas illustrés de gravures sur bois, mais de lithographies (technique apparue dès 1826 dans El Iris de Claudio Linati). Le procédé est plus économique (la pierre, à la différence du bois, peut être réutilisée indéfiniment), plus rapide (le dessin est travaillé directement sur la pierre) et plus satisfaisant (obtention de meilleurs contrastes)47. Il présente, en revanche, l’inconvénient que ces lithographies, placées hors texte, ne peuvent, à la différence des gravures des magasins européens, « accompagner » les articles. Aussi pour les sujets techniques, des vignettes et des croquis sont-ils insérés dans les articles (voir infra, p. 205 le développement sur les illustrations).

Le contenu des recueils

31La plupart des articles sont anonymes, soit parce que leur source n’est pas indiquée, soit parce qu’ils sont l’œuvre d’obscurs compilateurs. Ils ne sont signés que si leurs auteurs sont célèbres. Seuls les noms des poètes – pour la plupart mexicains – apparaissent au bas des vers cités. L’objectif des rédacteurs est d’offrir des informations, des commentaires et des éclaircissements sur toutes les questions d’actualité au lecteur non spécialiste, ce qui explique les emprunts faits aux recueils parus en Angleterre, en France ou en Espagne. La littérature occupe une place parmi d’autres sujets traités : alors que le Magasin pittoresque la bannit de ses colonnes et que le Musée des familles en fait son fleuron, les recueils mexicains lui donnent une place de choix, en particulier lorsqu’il s’agit de poésie, comme pour accentuer le caractère national de leur contenu et justifier leur appellation de « revistas literarias ». Rappelons que les revues sont, au Mexique, le lieu privilégié où s’affirme la littérature nationale : tous les écrivains mexicains, poètes, romanciers ou essayistes, ont d’abord publié leurs œuvres dans la presse. Ignacio Cumplido souligne la nécessité d’assumer cette fonction dès qu’il prend la direction du Mosaico en 1837 :

  • 48 Mosaico mexicano, t. II, « Advertencia preliminar ».

Es tan pródiga la naturaleza de nuestro suelo en bellas y encantadoras producciones; es tan fecunda en fenómenos sorprendentes, y tan abundante en paisages brillantes, que presenta un campo vastísimo a las descripciones pintorescas y al canto siempre dulce y armonioso del poeta mexicano.48

32On a constaté qu’en Europe, pour lancer la presse périodique illustrée, ce sont les gravures qui ont circulé d’un pays à l’autre et d’un recueil à l’autre, sous forme de stéréotypes à bas prix ou d’œuvres originales à coût plus élevé. Au Mexique, où il existe des ateliers de graveurs qui fonctionnent de manière autonome, ce sont les articles venus du Vieux Continent qui sont repris dans les revues à caractère encyclopédique. Ces emprunts prennent d’abord la forme de traductions littérales puis d’adaptations libres, avant de laisser la place à des articles originaux. C’est la preuve manifeste que les éditeurs mexicains trouvent peu à peu leur place dans l’univers intellectuel de ces recueils qui, par leur caractère encyclopédique, sont la vitrine du XIXe siècle dans l’Ancien et le Nouveau Monde, de ses conquêtes techniques et scientifiques et de ses goûts littéraires et artistiques. L’exemple des premiers volumes du Mosaico mexicano en apporte la preuve évidente.

Le Mosaico mexicano et ses modèles européens

33La présence de signatures et de références au bas des articles du recueil permet d’établir l’origine d’une partie des textes, comme le montre le tableau suivant :

  • 49 Mosaico mexicano, 1837, t. II, « Advertencia preliminar ».

34Dans le tome I, on relève seulement 28 articles signés de noms ou d’initiales d’auteurs et de poètes mexicains. En effet, dès le début de l’introduction à ce premier tome, l’éditeur Isidro Rafael Gondra annonce à ses lecteurs qu’il sera composé de la traduction des articles les plus instructifs et les plus agréables « de los mejores periódicos franceses é ingleses » : de fait, les traductions d’articles de magasins européens (133) constituent à peu près la moitié des articles du volume (250). En prenant en main l’année suivante la publication du recueil, Ignacio Cumplido annonce la nouvelle orientation qu’il veut lui donner : « Nacionalizar [el periódico] será el principal objeto de nuestras comunes tareas.49 ». Dans le contenu du tome II, la plus grande place est donc faite aux collaborateurs mexicains (102) : articles assortis du nom (25) ou des initiales (32) de l’auteur et poésies signées (plus de 50). Quant aux références à des recueils européens, on n’en relève plus qu’une dizaine, mais dans le grand nombre des articles anonymes (102) ou affectés de la mention [traducido] (36), figurent probablement incógnito des articles d’origine étrangère, dont un spécialiste de la presse de ces années-là pourrait retrouver la trace.

35Dans le tome III, les références européennes reviennent en nombre, comme si Cumplido ne pouvait encore s’affranchir de leur caution intellectuelle. Parmi les articles de provenance européenne (102), la répartition est plus équilibrée que dans le tome I, même si la source française reste la plus fréquente : 29 proviennent de recueils anglais, 16 de recueils espagnols et 57 de recueils français. Les articles signés d’un auteur mexicain sont au nombre de 50, dont 12 poésies ; les articles portant la mention [traducido] sont au nombre de 12 et ceux qui portent la mention [copiado], au nombre de 4. Presque une centaine d’articles sont anonymes.

36C’est véritablement à partir du tome IV que s’accentue la tendance à la « mexicanisation » du recueil : on ne compte plus que 52 références (soit la moitié du chiffre de l’année précédente) à des sources anglaises, espagnoles ou françaises. Pour reprendre la terminologie de Jean-François Botrel, présentée à Paris en janvier 2005 lors d’une séance du séminaire ECOS, on peut parler, après la période d’« importation passive » de modèles français, pratiquée dans le tome I du recueil, d’une période d’« hybridation » dans les tomes suivants, plus difficile cependant à appréhender.

  • 50 Les références données aux magasins français, au bas des articles du tome I du Mosaico mexicano, n (...)
  • 51 Pour les dénombrer, il faudrait les reconnaître parmi le nombre élevé des articles sans référence (...)

37Il n’en reste pas moins que, d’un tome à l’autre, d’après les références qui figurent au bas des articles, les magasins français constituent de loin la source la plus représentée dans El Mosaico mexicano. Dans le premier tome, ils fournissent près de la moitié des articles (122) et l’emportent largement sur les magasins anglais (6) ou espagnols (5). Les articles proviennent principalement de La Mosaïque (45), du Magasin pittoresque (34) et du Musée des familles (12)50. Dès le tome II, ne sont cités qu’un seul article du Magasin pittoresque et deux du Musée des familles. Mais là encore, des « emprunts » peuvent figurer sans référence parmi les articles anonymes. Dans le tome III, le grand nombre d’articles provenant des magasins français (57) offre une plus grande diversité de sources que dans le tome I. Parmi les recueils anglais, on relève 10 références au Register of Arts of London ; 13 au Family Magazine de New York ; les autres proviennent de journaux divers, mais aucune référence n’est faite au Penny Magazine ni à l’Instructor. Parmi les recueils espagnols, on trouve sept références au Semanario pintoresco, quatre à l’Almacén pintoresco et cinq à des journaux divers. Parmi les recueils français, il y a 17 références au Magasin pittoresque, 16 au Musée des familles et 13 à La Mosaïque ; les autres proviennent de journaux divers. La tendance observée dans le tome III s’intensifie dans le tome IV : les journaux et les publications périodiques étrangères pénétrant de plus en plus facilement au Mexique, leurs articles figurent dans le Mosaico mexicano, au même titre que les références françaises (12 articles du Magasin pittoresque, 10 de La Mosaïque et 8 du Musée des familles)51.

38Dans la mesure où certaines sources ne sont pas indiquées et où d’autres apparaissent inexactes, il est difficile d’identifier l’origine de tous les articles provenant de ces sources étrangères. De plus, puisqu’une seule référence est donnée pour certains sujets alors qu’ils ont été traités dans plusieurs recueils européens, ces statistiques restent approximatives. Mais l’évolution des pratiques rédactionnelles est parfaitement claire et manifeste : les périodiques illustrés mexicains recourent d’abord à la simple traduction d’articles originaux, puis produisent des articles de compilation anonymes, et publient enfin des articles signés d’auteurs ou de poètes mexicains.

Les sujets traités

  • 52 Voir annexe, tableau 3 : emprunts du t.1 aux magasins français.
  • 53 Mosaico mexicano, t. II, « Advertencia preliminar ».

39De même qu’Édouard Charton choisit à Londres les gravures susceptibles de frapper l’imagination des lecteurs français, Isidro Rafael sélectionne dans les recueils français les sujets propres à exciter la curiosité du public mexicain. Dans le tome I, la comparaison des sujets annoncés dans l’introduction avec les articles traités dans les livraisons (dont les sources et les numéros de pages figurent dans le tableau donné en annexe52) permet de voir quels sont les sujets retenus. Comme le Magasin pittoresque, encyclopédie d’actualité où les articles sont composés par l’élite des ingénieurs français, El Mosaico mexicano révèle à ses lecteurs les découvertes scientifiques contemporaines. Parmi « los nuevos descubrimientos en las artes y en las ciencias », les inventions et les progrès scientifiques contemporains figurent en première place : paragrêles, paratonnerres, automates de Vaucanson, aérostation, techniques de reproduction, telle la gravure sur bois et sur pierre ; parmi « los procedimientos agricolas de algún interés para nosotros » : charrue Grangé, moyens de garder les fleurs en hiver, etc. Dans le tome II, la même priorité est donnée aux « ciencias en sus más curiosas aplicaciones » et aux « artes en su parte más instructiva, los inventos modernos y utiles53 ». Dans le tome III, si les sciences occupent toujours la première place, une orientation nouvelle est proposée aux lecteurs avides de moderniser leur pays. Les sciences et leurs applications se mexicanisent en effet :

  • 54 Mosaico mexicano, t. III, « Advertencia preliminar ».

Entre las primeras tendrán lugar algunos asuntos relativos a las ciencias, a los nuevos descubrimientos en las artes, a la industria, al comercio, y a la agricultura; esta última en aquella parte que pueda ser aplicable y productiva entre nosotros, para lo que se indicarán los procedimientos más sencillos y económicos, y el resultado de los ensayos que aquí se hicieron.54

40On trouve aussi, parmi les emprunts faits aux périodiques européens dans le tome I du Mosaico mexicano, de nombreux articles sur les phénomènes naturels, mais le plus souvent dans leur dimension sensationnelle et inquiétante : les cataractes, la phosphorescence de la mer, les îles flottantes, les volcans, les mirages, les comètes, les éclipses. D’autres textes se réfèrent à « las descripciones pintorescas de los lugares más célebres del globo », comme celle du mont Blanc, ou l’ascension au Cumbre dans les Andes, etc., apportant une touche d’exotisme et de voyage à des lecteurs curieux de découvrir les autres pays du monde.

41Cette attention portée aux phénomènes extraordinaires et sensationnels se retrouve dans les articles consacrés aux sujets historiques. De l’histoire européenne, El Mosaico mexicano ne retient pas les événements les plus importants ou les plus célèbres, mais les faits sensationnels ou scandaleux : un procès criminel sous le règne de Charles II, le supplice du sculpteur Torregiano, le naufrage des fils d’Henri 1er roi d’Angleterre. D’autres épisodes donnent lieu à de véritables nouvelles plus longues et plus circonstanciées : c’est le cas d’« Un vol à la Tour de Londres » et des méfaits de la célèbre empoisonneuse, la marquise de Brinvilliers, récit repris de celui de Mme d’Abrantès dans le Musée des familles. Pour amuser, divertir, captiver l’imagination du lecteur, les volumes suivants offriront encore « los sucesos históricos más divertidos, las anécdotas, los discursos literarios inéditos sobre cuestiones célebres » (tome II) et « entre las materias agradables, diversas piezas de literatura, sobre objetos importantes » (tome III). Quant aux « biografías de hombres ilustres », elles ne retiennent, dans le tome I, que trois figures venues de France (Mme de Staël, Charlotte Corday et le prédicateur Massillon), alors que, dans les tomes suivants, seules sont annoncées des « biografías de mexicanos ilustrados ».

42C’est donc assez logiquement en fonction des goûts et des curiosités du lectorat mexicain que les éditeurs font leurs choix dans les recueils de l’Ancien Monde. Les absences sont aussi révélatrices que les sujets retenus : alors que les magazines illustrés européens font la part belle à l’architecture de leur pays et aux monuments de l’Antiquité grecque et latine, rien de tout cela n’apparaît dans les revues mexicaines. Dans les tomes III et IV, les rédacteurs du Mosaico diversifient leurs emprunts puisqu’ils ne se limitent plus aux magasins, mais font appel à des quotidiens français (le Journal des Débats, Le Temps, La Presse, etc.), anglais (The Times, Morning Herald Tribune), espagnols (Gaceta de Madrid, Diario de La Habana). Les sujets sélectionnés sont les mêmes qu’auparavant, mais les articles ne sont plus systématiquement traduits ; ils sont en général coupés, résumés et adaptés. Il faudrait poursuivre cette étude comparative dans les tomes suivants du Mosaico mexicano ou dans d’autres recueils mexicains.

Les illustrations

43Si ce sont les gravures sur bois insérées dans le texte qui ont créé la mode des magasins dits « pittoresques » en Europe, au Mexique ce sont les lithographies hors texte qui ont fait le succès des « revistas literarias ». Conscients de l’intérêt que représentent les images auprès de leurs lecteurs, les éditeurs se montrent désireux de leur donner à « voir » ce que les articles décrivent. Mais, à la différence des magasins européens qui sont illustrés uniquement de gravures sur bois (on peut en compter jusqu’à 300 par volume), les recueils mexicains sont illustrés à la fois de gravures insérées dans le texte et de lithographies en hors-texte.

44Pour les sujets qui reprennent les titres des magasins européens, quelques exemples suffisent à montrer la diversité des pratiques. Certains articles sont le produit d’une même source (texte et illustration) : l’article « Del Algodón » (IV, pp. 177-182) reprend à l’identique le texte et les gravures du Magasin pittoresque, « Coton. - Cotonnier (Gossypium) » (1833, pp. 44-46), provenant lui-même du Penny Magazine (1833, p. 69) ; de même l’article « El Hottentot » (IV, pp. 142-143), avec une gravure précédant le texte, reprend à l’identique l’article et la gravure du Magasin pittoresque, « Le Hottentot » (1833, p. 412), issu du Penny Magazine (1833, p. 69) ; l’article « El Ruiseñor », avec une gravure précédant le texte, reprend à l’identique l’article « Le rossignol » du Magasin pittoresque (1833, pp. 51-52) qui provient lui-même du Penny Magazine. Mais les auteurs pratiquent de plus en plus souvent la contamination des sources écrites et l’insertion des sources iconographiques d’une autre provenance. Le texte de l’article « El avestruz » [l’autruche] (III, pp. 337-341), qui provient de La Mosaïque, est accompagné d’une illustration différente de celle de son modèle français, empruntée à El Instructor et reprise dans El Semanario pintoresco. Enfin, la référence de l’article « El Puente del diablo en Suiza » (III, pp. 361-63) attribuée au Magasin pittoresque n’a pas été retrouvée dans le recueil, mais le sujet est traité dans El Instructor, avant d’être publié dans La Mosaïque et le Semanario pintoresco. Certaines de ces illustrations font ainsi le tour du monde : vendues aux rédacteurs des Penny Magazine publiés aux États-Unis (voir supra l’annonce de Charles Knight), elles passent entre les mains d’Ignacio Cumplido, quand il part à New York en 1837-1838, qui les utilise ensuite pour illustrer El Mosaico mexicano.

  • 55 M. E. Pérez Salas, « La lithographie au Mexique... », op. cit. et sa contribution dans le présent (...)
  • 56 Lors de son voyage à New York en 1837-1838, Cumplido achète de nouvelles presses pour sa maison d’ (...)

45En revanche, la nouveauté par rapport aux magasins européens vient de l’insertion de lithographies placées en hors-texte dans El Mosaico mexicano comme dans les autres « revistas literarias ». Leur nombre atteint une dizaine dans le tome I du Mosaico et seize dans le tome I du Recreo de las familias : elle sont exécutées par le premier atelier lithographique installé à Mexico, Rocha y Fournier55. Mais Cumplido, jugeant mauvaise la qualité artistique de ces premières lithographies, fait appel, pour rééditer en 1840 les deux premiers volumes du recueil, au lithographe Juan de la Granja, établi à New York56, pour exécuter les planches qui accompagnent « La Magia natural », « Autómatas de Vaucanson », « El arado Grange », « Espectro de Brocken », « Merinos de España », etc. Dans l’introduction du tome II, il ne manque pas de rappeler que la lithographie excelle à représenter les paysages, comme « los retratos y otras esposiciones » :

  • 57 Cumplido ne cesse de vanter la qualité des lithographies exécutées à New York.

Esta ya demostrada la habilidad de los litógrafos que se han empleado en los dibujos de este género que acompañan al Mosaico, y creemos que nada habrá que objetarse al Monte Blanco, al Espectro de Brocken, á los Carneros merinos &. a lo menos si son comparados con sus modelos.57

46Comme ces illustrations figurent toutes sous forme de gravures sur bois dans le Magasin pittoresque ou dans La Mosaïque, on peut se demander si elles ont été exécutées d’après les recueils français ou d’après des stéréotypes achetés à New York.

  • 58 Voir María Esther Pérez Salaz, « Los secretos de una empresa exitosa », dans L. Suárez de la Torre (...)

47Les planches du tome III méritent une attention particulière. Elles illustrent toutes des sujets traitant du Nouveau Monde : les portraits de grands hommes mexicains (Fray Antonio Alcalde, évêque de Guadalajara ; Manuel Posada y Garduño, premier évêque du Mexico indépendant), les antiquités mexicaines (Diosa centeotl o de los temascales), les lieux célèbres de l’Amérique latine (Volcán del Jorullo, au Mexique ; Puente d’Iconozo, dans l’Amérique méridionale), les animaux originaires d’Afrique (La jirafa, El orangután). Quant à la lithographie qui illustre l’article « Argel » [Algérie] (III, pp. 150-151), elle ne reproduit pas la gravure du Magasin pittoresque, mais le célèbre tableau d’Horace Vernet. La fabrication de ces planches s’est totalement affranchie des pratiques européennes : deux planches proviennent encore de l’atelier de J. Granja, à New York, mais toutes les autres ont été gravées à Mexico, deux dans l’atelier de la calle de San Francisco et neuf dans l’atelier du Portai de las Flores. Les vingt autres, qui ne sont pas signées, proviennent probablement de l’atelier de Masse et Decaen58. À elles seules, les lithographies insérées dans le tome III du Mosaico mexicano démontrent que Cumplido est parvenu à son objectif éditorial : la « mexicanisation » du recueil.

  • 59 L’étude des illustrations des tomes II et III du Mosaico mexicano devra être poursuivie au Mexique (...)

48Ainsi, dans un premier temps, les sujets traités dans les recueils européens fournissent au Mosaico mexicano la matière (traduite ou adaptée) de ses articles et les sujets (copiés ou modifiés) de ses illustrations et, dans un deuxième temps, la « nationalisation » du recueil impose peu à peu des sujets mexicains et des illustrations originales59.

IV. L’accueil fait à la presse périodique illustrée

  • 60 Lettre de Jean Reynaud adressée le 28 juin 1833 au journaliste Achille Roche, pour l’encourager à (...)

49En Europe, le succès des « magasins pittoresques » est immédiat et spectaculaire : au bout de trois mois, le Penny Magazine tire à 100 000 exemplaires et le Magasin pittoresque atteint 40 000 exemplaires60 avant de parvenir à 60 000 exemplaires à la fin de l’année ! Les raisons de ce phénomène éditorial sont d’abord d’ordre économique. En effet, la nouveauté la plus étonnante de ces recueils est leur coût – annoncé dans le titre même du Penny Magazine, du Pfennig Magazine et du Magasin pittoresque à deux sous – qui est à l’échelle des dépenses courantes. En France, alors qu’un artisan ou un ouvrier gagne de 1,50 F à 3 F par jour (1 franc = 100 centimes), un exemplaire du Magasin pittoresque coûte deux sous, soit dix centimes, coût rendu possible, comme on l’a vu, par l’impression à grand tirage. D’autre part, la diffusion de ces publications hebdomadaires, effectuée le jour même dans la capitale, est facilitée par le développement des routes et des chemins de fer à travers tout le pays et jusque dans les départements les plus éloignés.

  • 61 Dix ans plus tard, l’Illustrated London News, lancé à Londres en 1842, donnera à Édouard Charton l (...)

50Mais le plus important est, sans aucun doute, que ces « magasins » viennent combler la pénurie de publications de vulgarisation à l’usage du grand public61 : ils répondent à la demande d’un nouveau lectorat avide de s’instruire, qui ne fait partie ni du public fortuné, abonné aux grandes revues littéraires, ni du public instruit, lecteur des revues savantes. En France, le Magasin pittoresque à deux sous d’Édouard Charton participe plus particulièrement encore à l’effort d’instruction primaire mis en place en 1833 par le ministre Guizot et met en pratique l’objectif politique des saint-simoniens républicains d’améliorer le niveau intellectuel des classes populaires.

  • 62 Voir annexe, tableau 2 : presse périodique mexicaine.
  • 63 D’après une enquête publiée dans le Magasin pittoresque (1840, pp. 142-143), « Salaire et alimenta (...)
  • 64 Ce n’est qu’au début du XXe siècle que Justo Sierra Méndez, alors secretario de Instrucción Public (...)
  • 65 María Esther Pérez Salas, « Las revistas ilustradas en Mexico como medio de difusión de las elites (...)

51Au Mexique, en dépit des efforts multiples et réitérés d’éditeurs tels Isidro Rafael Gondra avec El Mosaico mexicano, Ignacio Rodríguez Galván avec El Recreo de las familias, Vicente Garcia Torres avec El Diario de los niños, Miguel Gonzalez avec El Almacén Universal, les « revistas litterarias » lancées entre 1836 et 1840 ne parviennent pas à tirer à plus de 1 000 ou 1 500 exemplaires ni à paraître plus de deux ans de suite. Seul Ignacio Cumplido a les moyens financiers de reprendre El Mosaico mexicano de 1840 à 1842, puis d’en poursuivre la publication sous le nom de Museo mexicano de 1843 à 184662. D’autre part, leur distribution dans un immense pays où les moyens de communication sont encore peu développés reste limitée à la capitale ou aux villes les plus proches. Quant au coût de ces publications (quatre reales par quinzaine pour El Mosaico mexicano et El Recreo, deux reales pour la livraison hebdomadaire de El Semanario de la señoritas et de El Apuntador), il est difficile de savoir ce qu’il représente pour un artisan ou un paysan au Mexique63. Mais il est certain que c’est moins le prix de ces publications que le manque d’instruction des classes populaires qui fait obstacle à la diffusion de la presse périodique illustrée64. À la différence de l’Europe, où le « grand public » constitue un lectorat de plus en plus nombreux et de plus en plus désireux de s’élever intellectuellement, au Mexique, ce grand public susceptible d’acheter les « revistas literarias » n’est pas encore né. Le Mosaico mexicano et les autres publications périodiques touchent donc un nombre très limité de lecteurs : les hommes politiques, la vieille aristocratie créole, les membres de l’Église, qui constituent l’élite intellectuelle et sociale du Mexique65. Eux seuls sont curieux de connaître – à défaut d’aller voir sur place, tout ce qui vient d’Europe.

52Malgré toutes les difficultés rencontrées pour introduire et acclimater au Mexique les modèles de la presse illustrée européenne, il est indéniable que la « greffe » a pris et on ne peut qu’admirer les « bourgeons » réalisés par des hommes de presse audacieux et déterminés : alors que les magasins européens reproduisent à l’identique la maquette du Penny Magazine, les « revistas literarias » mexicaines adoptent certes le modèle européen, mais en lui apportant des caractères nouveaux (une typographie plus aérée), une illustration originale (des vignettes dans le texte et des planches hors texte), et en y intégrant peu à peu des sujets proprement mexicains. Les produits journalistiques ainsi obtenus sont les premiers témoignages d’une presse nationale en train de naître.

53On répète comme une évidence que l’Angleterre était à la mode en France dans les années 1830 et que la France était une référence politique et culturelle au Mexique, une fois reconnue l’indépendance de ce pays. La circulation des recueils périodiques illustrés entre l’Ancien et le Nouveau Monde dans les années 1830-1850 en apporte la preuve concrète : les gravures sur bois qui s’échangent de Londres à Paris pour illustrer les magasins français révèlent les liens culturels et artistiques qui se sont établis entre les deux rives du Channel. De même les modèles que les magasins français ont pu être pour les éditeurs mexicains et dont ceux-ci ont su ensuite se détacher pour donner une coloration nationale à leurs recueils, témoignent de transferts culturels complexes qui unissent, dans une même communauté d’idées, les hommes de presse et les milieux éclairés de part et d’autre de l’océan Atlantique.

Tableau 1. Presse périodique européenne

Tableau 1. Presse périodique européenne

Tableau 2. Presse périodique mexicaine

Tableau 2. Presse périodique mexicaine

Tableau 3. Emprunts du Mosaico mexicano (tome I) aux magasins français

54Abréviations figurant dans le tableau :

55Mos. : la Mosaïque

56MP : Magasin pittoresque

57MDF : Musée des familles

58MX : Mosaico mexicano

59Titre donné entre crochets : source erronée

60Titre suivi d’un point d’interrogation : source non identifiée

Notes

1 Tous les recueils présentés dans cette étude figurent en annexe. Tableau 1 : « Presse périodique européenne » et tableau 2 : « Presse périodique mexicaine ».

2 Voir Marie-Laure Aurenche, Édouard Charton et l’invention du Magasin pittoresque (1833-1870), Paris, Champion, 2002, pp. 68-70 et 410-413.

3 M.-L. Aurenche, Édouard Charton..., op. cit., pp. 129-131.

4 Le Journal des connaissances utiles est le premier recueil à bas prix et à grand tirage, destiné à un large public. Mais sa maquette (page de titre chargée, petites dimensions, 24 x 15 cm, texte peu illustré) comme ses modes de distribution (périodicité trimestrielle, souscription à l’année) sont rapidement devenus obsolètes. Sur ce recueil auquel son faible prix assura des tirages spectaculaires, voir M.-L. Aurenche, Édouard Charton..., op. cit., pp. 123-127.

5 Voir son autobiographie, Passages of a working life..., London, Irish University Press, 1864, vol. 2, p. 180.

6 Il faudrait poursuivre cette piste par des recherches ultérieures.

7 Penny Magazine, Suppl. Nov. 1833, p. 471 : « We can assist foreign nations in the production of ‘Penny Magazines’, and we can thus not only obtain the high moral advantage of giving a tone to the popular literature of other nations, which shall be favourable to peace, and a right understanding of our common interests, but we can improve on our ‘Penny Magazine’ out of the profit which accrues from the sale of these casts. The American Government has a tariff ; or duty, of 33 per cent, upon ail foreign books imported into the United States. This tariff would prevent the ‘Penny Magazine’ being sold at two cents (nearly a penny), and would probably advance it to three cents. We send our pages stereotyped to a bookseller at New York, who employs American labour and American paper in working them off. By thus avoiding the tariff he can sell the ‘Penny Magazine’ at two cents. »

8 Après avoir importé en France la première presse à vapeur anglaise, Alexandre Lachevardière a fourni les formidables tirages du Journal des connaissances utiles, de janvier à octobre 1832, voir M.-L. Aurenche, Édouard Charton..., op. cit., pp. 139-144.

9 « Extrait des Éphémérides du Magasin pittoresque », Magasin pittoresque, 1888.

10 Voir M.-L. Aurenche, Édouard Charton..., op. cit., pp. 149-151.

11 Sur Rudolph Ackermann (1764-1834), voir sa notice dans l’Encyclopadia Britannica. Sur la « Casa Ackermann » (librairie et magasin d’art), ouverte à Mexico par son fils Georges, voir Lilia Guiot de la Garza, « El competido mundo de la lectura : librerias y gabinetes de lectura en la ciudad de México, 1821-1855 », dans L. Suarez de la Torre (coord.), Constructores de un cambio nacional : impresores-editores y libreros en la ciudad de México, 1830-1855, México, Instituto Mora, 2003, pp. 464-472.

12 Voir son autobiographie, Memorias de un setentón, natural y vecino de Madrid, Madrid, 1881.

13 Sur les recueils périodiques parus à Mexico de 1836 à 1850, voir annexe, tableau 2.

14 María Esther Pérez Salas, « Ignacio Cumplido : un empresario a cabalidad », dans L. Suárez de la Torre (éd.), Empresa y Cultura en tinta y papel (1800-1860), México, Instituto Mora, 2001, pp. 145-157.

15 Penny Magazine [en ligne], Suppl. Sept., Oct. and Nov. 1833, article disponible sur : http://english.cla.umn.edu/PM/CommHist.html [page consultée le 5 mars 2009].

16 Magasin pittoresque, 1834, « Détails relatifs à la publication du Magasin pittoresque : Fabrication du papier », pp. 103-104, 142-144 ; « Fonderie de caractères d’imprimerie », pp. 223-224 ; « Compositeurs », pp. 279-280 ; « Correction des épreuves », pp. 311-312 ; « Vue générale d’une imprimerie », pp. 343-344 ; « Presse mécanique », pp. 383-384 ; « Gravure sur bois. - Stéréotypie », pp. 405-408.

17 El Instructor : « Origen, progreso y estado actual de la imprenta », 1834, pp. 278-284 : « La prensa de Stanhope », p. 278 ; « La prensa mejorada por Blaew », p. 278 ; « La prensa de vapor por Applegath », p. 283.

18 Mosaico mexicano, t. I, « Introducción ».

19 « Further, the art of wood-cuttings is imperfectly understood in France and Germany. We sell, therefore, to France and Germany casts of our wood-cuts, at a tenth of what it would cost them to have them re-engraved. These countries are thus enabled to produce their ‘Magasin Pittoresque’, and their ‘Pfennig-Magazin’ », Penny Magazine, Supplement of November, 1833, p. 471.

20 Voir Rémi Blachon, La gravure sur bois au XIXe siècle, première partie, « La tutelle anglaise » et seconde partie : « Dictionnaire des graveurs sur bois au XIXe siècle », Paris, Les Éditions de l’Amateur, 2001.

21 Voir dans M.-L. Aurenche, Édouard Charton..., op. cit., pp. 184-190, l’étude sur le traitement des sujets empruntés au Penny Magazine dans le premier volume du Magasin pittoresque.

22 Voir dans l’ouvrage de R. Blachon, La gravure sur bois..., op. cit., le chapitre 5 consacré à Charles Thompson, pp. 47-59.

23 Le témoignage d’Édouard Charton retraçant l’histoire des origines du Magasin pittoresque, même s’il date de 1888, est parfaitement clair : « Le Penny Magazine entremêle son texte de gravures sur bois. En France, ce genre de gravure est depuis longtemps délaissé : on y compte à peine huit graveurs. Nous nous adressons à trois d’entre eux associés, MM. Best, Andrew et Leloir ; ils ne se croient pas en mesure d’achever, comme il serait nécessaire, à peu près quatre gravures par semaine. Nous insistons. En attendant qu’ils forment un atelier nous ferons des emprunts au Penny Magazine. Je vais à Londres et j’y fais un choix de gravures. », « Extrait d’une histoire des Éphémérides du Magasin pittoresque », placé en tête du volume de 1888.

24 Voir Rémi Blachon, « L’atelier ABL et ses avatars, 1832-1892 », Nouvelles de l’estampe, juillet-septembre 2000, pp. 17-29.

25 Sur le développement de l’atelier et sur les successeurs de ses fondateurs, voir l’article de R. Blachon, « L’atelier ABL... », op. cit. ; sur les relations d’Édouard Charton avec Jean Best au Magasin pittoresque, voir M.-L. Aurenche, Édouard Charton..., op. cit., pp. 284-293.

26 Voir M.-L. Aurenche, Édouard Charton..., op. cit., pp. 176-177 et 178-184.

27 « On crée des concurrences et je suis loin de le regretter. Août 1833 », Magasin pittoresque, 1888, « Extrait des Éphémérides d’une histoire du Magasin pittoresque ».

28 « Le recueil présentera “un tableau animé, brillant et varié”, consacré à l’Histoire, aux Voyageurs de toutes les nations, à l’Histoire naturelle, à l’Histoire religieuse, Mélanges consacrés aux hommes célèbres, à l’Histoire moderne, etc. », Le Constitutionnel, 8 septembre 1833.

29 La Mosaïque, t. II, p. 24, « De la gravure en relief ».

30 Sur la technique de la gravure sur cuivre en relief, voir La Mosaïque, II, pp. 24-26.

31 Musée des familles, septembre 1836.

32 Magasin pittoresque, « Extrait d’une histoire... », op. cit.

33 Musée des familles, avril 1834, 17e livraison, pp. 129-136 : « Aux lecteurs du Musée des familles ».

34 Musée des familles, septembre 1834.

35 Le Journal des connaissances utiles paraîtra jusqu’à la révolution de 1848.

36 Voir M.-L. Aurenche, 2002, pp. 416-423.

37 Ce caractère était apparu au critique du Constitutionnel, dès le 18 janvier 1834 : « Quand on a parcouru les pages du Musée des familles, on ne sait ce qui manque aux autres recueils littéraires ; mais leurs pages semblent décolorées ; c’est que l’art d’ajouter à la description par la gravure jointe au texte, est devenu un complément, une nécessité des yeux imposée à l’esprit. »

38 Voir en particulier F. de Langenevais, « La littérature illustrée », Revue des Deux Mondes, 15 février 1843, pp. 661-672.

39 Voir Miguel Ángel Castro y Guadalupe Curiel, Publicaciones periódicas mexicanas del siglo XIX : 1822-1855, Fondo antiguo de la Hemeroteca Nacional y Fondo reservado de la Biblioteca nacional de México (Colección Lafragua), México, Universidad Nacional Autónoma de México, 2000. Les recueils considérés dans cette étude sont regroupés dans le tableau 2, placé en annexe.

40 Voir Diana Cooper-Richet, « Littérature étrangère et monde du livre à Paris, au XIXe siècle », dans les actes du Seminario Brasileiro sobre Livro e Historia editorial, 8 au 11 novembre 2004, Rio de Janeiro, Brésil.

41 Voir la contribution de Laura Suárez de la Torre dans le présent ouvrage.

42 Voir Jean-François Botrel, « L’exportation des livres et modèles éditoriaux français en Espagne et en Amérique latine (1814-1914) », dans J. Michon et J.-Y. Mollier (éd.), Les mutations du livre et de l’édition dans le monde du XVIIIe siècle à l’an 2000, Paris, L’Harmattan, 2001, pp. 219-239.

43 Mosaico mexicano, 1837, t. II, « Introducción ».

44 Mosaico mexicano, t. III, « Advertencias preliminares », 4°.

45 Voir Peter J. Edwards, « La revue L’Artiste (1831-1904). Notice bibliographique », Romantisme, n°67, 1990, 1, pp. 111-118.

46 Voir Aristide Michel Perrot, Manuel du graveur, Librairie encylopédique de Roret, 1830, pp. 178-179, sur les bois propres à la gravure.

47 Maria Esther Pérez Salas, « La lithographie au Mexique, processus d’appropriation (1826-1854) », conférence faite à Paris, le 17 mai 2005.

48 Mosaico mexicano, t. II, « Advertencia preliminar ».

49 Mosaico mexicano, 1837, t. II, « Advertencia preliminar ».

50 Les références données aux magasins français, au bas des articles du tome I du Mosaico mexicano, ne sont pas toujours exactes : 7 références sont erronées et 8 autres n’ont pas été retrouvées.

51 Pour les dénombrer, il faudrait les reconnaître parmi le nombre élevé des articles sans référence (81), mais El Instructor ne se trouvant pas à Paris, cette recherche n’est possible qu’à Mexico, à Madrid où à Londres.

52 Voir annexe, tableau 3 : emprunts du t.1 aux magasins français.

53 Mosaico mexicano, t. II, « Advertencia preliminar ».

54 Mosaico mexicano, t. III, « Advertencia preliminar ».

55 M. E. Pérez Salas, « La lithographie au Mexique... », op. cit. et sa contribution dans le présent volume.

56 Lors de son voyage à New York en 1837-1838, Cumplido achète de nouvelles presses pour sa maison d’édition, avec lesquelles en 1840 il poursuivra l’impression du Mosaico Mexicano et réimprimera les deux premiers volumes du recueil.

57 Cumplido ne cesse de vanter la qualité des lithographies exécutées à New York.

58 Voir María Esther Pérez Salaz, « Los secretos de una empresa exitosa », dans L. Suárez de la Torre (coord.), Constructores de un cambio national : op. cit., pp. 128-130.

59 L’étude des illustrations des tomes II et III du Mosaico mexicano devra être poursuivie au Mexique avec la collaboration de Maria Esther Pérez Salas.

60 Lettre de Jean Reynaud adressée le 28 juin 1833 au journaliste Achille Roche, pour l’encourager à collaborer à l’Encyclopédie pittoresque à deux sous (citée dans David Albert Griffiths, Jean Reynaud : encyclopédiste de l’époque romantique, Paris, M. Rivière, 1965, p. 127).

61 Dix ans plus tard, l’Illustrated London News, lancé à Londres en 1842, donnera à Édouard Charton l’idée d’introduire en France la presse illustrée d’actualité et L’Illustration paraîtra avec le succès que l’on sait.

62 Voir annexe, tableau 2 : presse périodique mexicaine.

63 D’après une enquête publiée dans le Magasin pittoresque (1840, pp. 142-143), « Salaire et alimentation des classes ouvrières dans divers états de l’Europe et de l’Amérique », il apparaît qu’il n’y a pas de misère au Mexique et que le salaire journalier de l’artisan est « de 2 fr. 50 à 3 fr. 50 », celui de l’agriculteur « de 1 fr. 25 à 1 fr. 67 ». Ces chiffres permettent une comparaison, au profit du Mexique d’ailleurs, avec les salaires français, mais ne donnent pas leur équivalent en monnaie mexicaine. D’après un autre témoignage, celui de Mme Calderón de la Barca qui a vécu au Mexique à cette époque, La vida en México durante una residencia de dos años en esepaís, México, 2003 [reprint de l’édition de 1843], p. 180, une couturière gagne alors trois reales par jour et un cocher vingt à trente pesos par mois [soit 7 à 8 reales par jour], mais il est probable que les étrangers payaient mieux leurs domestiques que la plupart des Mexicains.

64 Ce n’est qu’au début du XXe siècle que Justo Sierra Méndez, alors secretario de Instrucción Publica y Bellas Artes, mettra en place l’instruction primaire obligatoire, gratuite et laïque. D’après Enrique Florescano, Atlas histórico de México, México, Siglo Veintiuno, 1983, p. 128, « La alfabetización en el Porfiriato », 80 % de la population nationale est encore analphabète en 1910.

65 María Esther Pérez Salas, « Las revistas ilustradas en Mexico como medio de difusión de las elites culturales, 1832-1854 », dans G. Altaminano Cozzi (éd.), En la cima del poder, México, Instituto Mora, 1999, pp. 42-43.

Auteur

Est agrégée de Lettres classiques et membre de L'UMR LIRE (CNRS-Lyon). Elle a d'abord centré son travail sur Edouard Charton, créateur du Magasin Pittoresque, puis elle a élargi ses recherches à la presse illustrée du XIXe siècle. Elle a publié Édouard Charton et l'invention du Magasin Pittoresque (1833-1870), Paris, Champion, 2002 et Edouard Charton: Correspondance générale, Paris, Champion, 2008,2 vol. Elle a également publié divers articles et contributions, notamment « Les peuples sauvages dans le Magasin Pittoresque (1833-1870) : le pouvoir des images », dans La construction de la notion de « races » dans la littérature et les sciences humaines, Sarga Moussa (dir.), Paris, L'Harmattan, 2003 et « Du Magasin Pittoresque à L'Illustration (1843) : la naissance du nouvellisme illustré », dans Presse et plumes, M. E. Thérenthy et Alain Vaillant (dirs.), Paris, Nouveau monde éditions, 2004

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search