Version classiqueVersion mobile

Impressions du Mexique et de France

 | 
Lise Andries
, 
Laura Suárez de la Torre

Étude de l'objet presse/Estudio del objeto prensa

La « Page 4 » : du Journal au voyage

Les annonces dans les quotidiens français de Mexico au xixe siècle

Sylvain Venayre

Résumé

En su estudio se ocupa de la página 4 de los periódicos, es decir, aquella donde figuran los anuncios publicitarios. El trabajo se limita a la prensa de lengua francesa aparecida en México durante la segunda mitad del siglo XIX, o sea 24 títulos en total. En Francia, es al final de los años 1820 que los primeros anuncios son difundidos en los periódicos. A partir de 1836, La Presse de Emile de Girardin les otorga toda la página 4 para reducir el precio de las suscripciones. Del mismo modo, en Le Trait d’Union de René Masson, primer periódico francés en México (de 1856 a 1858, de 1860 a 1862, luego de 1868 a 1896), los anuncios publicitarios figuran en un inicio en la página 4, conforme al modelo francés, pero tienden a ser cada vez más cuantiosos después de 1858, debido seguramente a la influencia de la prensa estadunidense, y terminan también por ocupar la página 3.
Existían alrededor de 5 000 a 6 000 franceses en México hacia 1860, constituyendo la segunda comunidad extranjera más grande después de la española. Los anunciantes que publican en los periódicos franceses provienen en su casi totalidad de la ciudad de México. Se trata sobre todo de propietarios de boutiques en el centro de la ciudad, en un barrio delimitado al norte por las calles San Francisco y Plateros, y al sur por la actual calle Venustiano Carranza. Al publicar un anuncio en la prensa francesa, se dirigían ante todo a sus compatriotas emigrados.
Los anuncios responden pues a una lógica del acontecimiento: apertura de una tienda, arribo de mercancías nuevas, muebles, productos alimenticios, vestidos. La página 4 parece anunciar de alguna manera el advenimiento de la información en tanto mercancía que caracteriza la prensa de fines del siglo XIX. Los anuncios reservan de igual modo un lugar importante a las compañías de transporte: encontramos por ejemplo la publicidad para la recién creada Compañía General Transatlántica, fundada en Francia por los hermanos Péreire en 1861, y que asegura una vez al mes el trayecto marítimo por paquebote entre Saint-Nazaire y Veracruz. Al leer la página 4 de los periódicos franceses de México, vemos entonces surgir un modelo principal de lector: el del viajero. Los anuncios están ahí para manifestar los flujos que atraviesan el mundo: la llegada de viajeros como de quesos gruyère, del original nougat de Montélimar o de vinos de Madera

Texte intégral

Puisse notre journal servir un jour de trait d’union aux différentes factions de la population française au Mexique ; – puisse-t-il également servir de trait d’union entre nos lecteurs et la population mexicaine ; – puisse-t-il, de sa faible influence, empêcher à jamais la rupture du trait d’union que la similitude des institutions et des sentiments de bienveillance mutuelle ont si solidement établi entre les deux républiques de l’ancien et du nouveau monde ; – puisse-t-il, immense trait d’union jeté sur toute la largeur de l’Atlantique, relier plus étroitement, mettre en rapports plus suivis et plus immédiats, les Français de France et ceux du Mexique !
Prospectus du Trait d’Union, 5 mai 1849.

  • 1 Laurence Coudart, « Periódicos franceses de la ciudad de México : 1837-1911 », dans J. Pérez Sille (...)
  • 2 L’Universel est malheureusement introuvable. Seul le numéro 1 du Courrier du Mexique, fondé par Is (...)
  • 3 Françoise Dasque avance le chiffre d’une quarantaine de titres en français (René Masson dans Le Tr (...)

1L’histoire de la presse française à Mexico au XIXe siècle est désormais bien connue1. On sait qu’elle commence en 1837, avec la création du premier périodique en langue française, L’Universel. On sait aussi qu’elle connaît un temps fort avec la création, en 1849, après les éphémères Universel et Courrier du Mexique2, du Trait d’Union, seul journal français de Mexico à connaître une véritable longévité au XIXe siècle, en dépit de ses nombreuses suspensions au temps des guerres de Réforme et de l’Empire de Maximilien. On sait enfin qu’au total, ce ne furent pas moins de vingt-quatre titres en français à être créés à Mexico jusqu’à la Révolution – un mouvement de créations particulièrement notable se produisant dans les années qui suivirent la chute de Maximilien, entre 1867 et 18833.

  • 4 Outre l’ouvrage de Françoise Dasque, voir notamment Jacqueline Covo, « Un grand journaliste frança (...)

2Au sein de cet ensemble, les quotidiens n’apparurent que le 2 juin 1856 lorsque le directeur du Trait d’Union, René Masson, décida de transformer son journal bihebdomadaire en un journal paraissant tous les jours, sauf le dimanche. La vie de René Masson est, elle aussi, assez bien connue4. Né à Mormant (Seine-et-Marne) en 1817, il a d’abord renoncé à ses premières ambitions dans le domaine du droit, voire de la diplomatie, avant de se lancer dans le commerce. En 1844, une sombre affaire de stock de flanelles et de parapluies qu’il devait négocier aux États-Unis pour un client français le contraignit à quitter le territoire national. Âgé de vingt-sept ans, il s’installa alors à New York et y fonda un journal, Le Franco-américain. Celui-ci dura quatre ans, jusqu’à ce que l’affaire des parapluies ne rattrape son propriétaire ; en 1847, Le Courrier des États-Unis, concurrent direct du Franco-américain, s’emparait de l’histoire et la publiait. Masson décida alors de partir. Le 5 avril 1849, il arrivait à Mexico. Un mois plus tard, l’« ancien directeur du Franco-américain », ainsi qu’il signait son prospectus, fondait Le Trait d’Union. Sept ans plus tard, donc, le 2 juin 1856, celui-ci devenait quotidien. Renonçant au format in-quarto, c’était désormais un journal de 4 pages de 26,5 cm sur 39,5 cm qui, le 2 juin 1857, passait à 32,5 cm sur 49 cm, sans augmentation de prix. L’abonnement mensuel au Trait d’Union, journal quotidien, coûtait deux pesos à Mexico, deux pesos et quatre reales dans l’intérieur du pays, soit un peu plus cher que les quotidiens mexicains.

3Le Trait d’Union semblait ainsi en plein développement lorsqu’il fut suspendu, le 23 janvier 1858. Le contexte des guerres de Réforme, alors que Masson avait pris clairement position en faveur des libéraux contre les conservateurs, ne lui était pas favorable. Masson tenta bien de remplacer Le Trait d’Union par un éphémère Courrier français, lancé le 26 janvier, puis par un nouveau succédané, Les Deux Mondes, à partir du 11 juin 1858. Mais ce dernier fut à son tour supprimé, le 29 juillet suivant. Arrêté, puis contraint à l’exil, Masson ne put recréer Le Trait d’Union, à Veracruz, que le 3 janvier 1860. Toutefois, l’évolution politique du régime était telle que, régulièrement interrompue entre 1860 et 1862, la publication du Trait d’Union cessa définitivement avec l’intervention militaire française, le 2 mai 1862. Masson ne parvint à le recréer que le 1er février 1868.

  • 5 En 1869, le « Bulletin » de l’éphémère Opinion nationale, créé lui aussi par un ancien collaborate (...)

4Entre-temps, la place n’était pas demeurée vacante. Dès le 1er septembre 1858, un peu plus d’un mois seulement après la suppression du dernier avatar du Trait d’Union, Les Deux Mondes, un collaborateur de Masson, Charles de Barrès, lançait un nouveau quotidien, L’Estafette des deux mondes. Journal français. Le format, le prix, la succession des rubriques étaient très exactement calqués sur ceux du Trait d’Union. Comme ce dernier, L’Estafette proposait dans ses trois premières pages une revue des nouvelles du Mexique et de l’étranger, une attention particulière étant portée à la France. L’ensemble était précédé d’un « Bulletin » équivalent aux « premiers-Paris » de la presse française5 : Barrès le signait à L’Estafette comme Masson au Trait d’Union. Le « rez-de-chaussée » des trois premières pages était occupé par un feuilleton, sur le modèle, là encore, de la presse française, dont les journaux de Mexico reprenaient les plus grands succès, avec un décalage chronologique à peine sensible : Le Trait d’Union, par exemple, publia M. Lecoq de Gaboriau et Le Bossu de Féval en 1857 ; L’Estafette publia Madame Bovary de Flaubert en 1858. La quatrième page, enfin, selon des modalités sur lesquelles nous reviendrons, était consacrée aux annonces. Aux options politiques près, L’Estafette était donc, dans sa structure comme dans sa fonction de journal français de Mexico, la stricte continuation du Trait d’Union.

5D’autres journaux français apparurent dans les années 1860, à la faveur de l’intervention militaire française, que L’Estafette soutint. Une Gazette officielle de L’Empire mexicain, journal officiel de l’Empire de Maximilien, fut ainsi créée en 1863. Publiée sous la forme de deux éditions de deux pages chacune, l’une en français, l’autre en espagnol (sous le titre Periódico oficial del Imperio mexicano), elle dura finalement moins longtemps que l’Empire lui-même et fut supprimée dès 1864. Cette même année fut lancé un autre journal favorable à l’Intervention, au titre programmatique : L’Ère nouvelle. Journal des idées et des intérêts franco-mexicains. Dirigé par E. Massera, il était calqué, tant pour le format que pour le prix et pour la succession des rubriques, sur le modèle des journaux de Masson et de Barrès.

  • 6 À l’Hemeroteca nacional de Mexico, L’Opinion nationale et La Patrie ne sont consultables que dans (...)
  • 7 En tout cas jusqu’à la création du Courrier français (1896-1925), qui absorba Le Trait d’Union et (...)

6L’Estafette et L’Ère nouvelle disparurent avec Maximilien en 1867. D’autres journaux surgirent alors, dans une logique désormais libérale : La France libérale (A. Henry directeur, 1867), La Tribune (E. Lefèvre directeur, 1867-1868), Le Nouvelliste (P. A. de Tier directeur, 1867), L’Opinion nationale (G. Gostkowski directeur, 1869), La Patrie (A. Inard d’Argence directeur, 1871)6, etc. Aucun d’entre eux, néanmoins, ne parvint à s’imposer et Le Trait d’Union, relancé par Masson en 1868, retrouva sa position hégémonique dans le monde des quotidiens français de Mexico7.

  • 8 En utilisant les ressources de l’Hemeroteca nacional de Mexico, de la Biblioteca Lerdo de Tejada e (...)

7Ce sont ces quotidiens, parus de 1856 au début des années 1870, que nous retiendrons ici8. Plus exactement, à l’intérieur de ces journaux toujours composés de quatre pages, on s’attachera à la page 4, c’est-à-dire à celle qui contient les annonces.

Le temps des annonces

  • 9 Marie-Ève Thérenty et Alain Vaillant (dir.), 1836, Tan I de l’ère médiatique, Paris, Nouveau Monde (...)

8Rappelons de quoi il s’agit. Les annonces étaient, à cette époque, une invention relativement récente. En France, elles s’étaient diffusées à la fin des années 1820, conséquence de la loi postale du 15 mars 1827 qui, en contraignant les journaux à une augmentation de plus de dix francs par abonnement annuel, les avait forcés à augmenter leur format et à insérer avec une plus grande régularité, au bas de leur page 4, de plus en plus d’annonces publicitaires pour équilibrer leurs comptes. Mais c’est avec le lancement de La Presse, par Émile de Girardin, le 1er juillet 1836, qu’elles acquirent un rôle essentiel dans l’économie générale du journal9. Girardin, en effet, ne s’en servit plus comme d’un appoint financier ponctuel, mais en intégra par avance le produit dans sa comptabilité. Afin de baisser le prix de l’abonnement, il consacra un large espace de son journal aux annonces : en pratique, toute la page 4.

  • 10 Alexis de Tocqueville, De la démocratie en Amérique, t. I, 1835, vol. 2, chap. 3.

9La presse française de Mexico, à commencer par Le Trait d’Union, emboîta le pas à La Presse de Girardin et à ses imitateurs, dont René Masson, par exemple, avait pu mesurer le succès, à Paris, aux alentours de 1840. Davantage : l’épisode new-yorkais de la vie de Masson et, de façon plus générale, la proximité du Mexique et des États-Unis furent pour les Français de Mexico l’occasion de mesurer l’usage massif que la presse américaine faisait des annonces. Cet usage avait frappé Tocqueville à l’occasion de son voyage de 1831-1832 : « En France, les annonces commerciales ne tiennent qu’un espace fort restreint []. En Amérique, les trois quarts de l’immense journal qui est placé sous vos yeux sont remplis par des annonces10. » Masson et ses successeurs consacrèrent ainsi un volume de plus en plus important de la surface rédactionnelle de leurs journaux à cette rubrique en plein essor au milieu du XIXe siècle.

10C’est le sens et la fonction de cette rubrique nouvelle que, dans le cadre très particulier de la presse française à Mexico, je souhaite interroger ici.

L’espace des annonces

11Les annonces conquirent toute leur place, dans les quotidiens français de Mexico, au cours des années 1850. Le rôle du Trait d’Union fut, bien évidemment, déterminant. En juin 1856, lorsque le journal devint quotidien – le premier quotidien français, donc, de l’histoire de Mexico–, les annonces occupaient à peu près la moitié de sa page 4. Encore cette moyenne masque-t-elle de nombreuses irrégularités : il arrivait que la place des annonces y fût bien plus réduite, voire absolument inexistante dans certains numéros. La rubrique, alors, n’était pas stabilisée. Elle ne parvint à atteindre le format de celle des journaux de France que dans le courant de l’hiver 1856-1857. La page 4 fut pour la première fois tout entière couverte d’annonces le 19 décembre 1856. Cela se reproduisit ensuite, le 17 janvier 1857. Ce fut de plus en plus fréquent dans le courant du mois de février pour être définitivement acquis en mars 1857. Désormais, la page 4 du quotidien français de Mexico était entièrement consacrée aux annonces.

  • 11 L’Estafette, par exemple, qui passait, à partir du 1er septembre 1858, pour le successeur, certes (...)
  • 12 C’est vrai aussi de La France libérale, qui en 1867 consacrait toute sa page 4 et deux colonnes et (...)

12Tous les journaux français qui parurent par la suite à Mexico se conformèrent à cette règle non écrite – à l’exception de la Gazette officielle de l’Empire mexicain, qui ne publiait pas d’annonces11. Très rapidement, la tendance de la rubrique des annonces fut de déborder largement sur la page 3. En 1865, par exemple, la « page 4 » des annonces de L’Estafette correspondait ainsi, le plus souvent, à la page 4 additionnée des trois dernières colonnes (sur cinq) de la page 3, soit près de la moitié du journal12. Les annonces du Trait d’Union restauré d’après 1868 débordèrent largement, elles aussi, sur la page précédente. L’influence du modèle de la presse nord-américaine se faisait sans doute sentir : le volume des annonces dans les quotidiens français de Mexico était alors nettement plus important que celui des quotidiens français de Paris au même moment.

13Ainsi, par-delà les divergences d’options politiques qui ont jusque-là retenu l’attention des historiens, Le Trait d’Union, L’Estafette et L’Ère nouvelle étaient bien plus unis qu’il ne peut y paraître. Faisant, à partir de 1856, l’apprentissage du système de l’annonce, les trois journaux en vinrent à leur consacrer presque la moitié de leur surface rédactionnelle. L’homogénéité était d’autant plus grande que les mêmes annonceurs se retrouvaient dans les trois journaux, indépendamment des options politiques de ceux-ci.

1. – Trait d’Union, 1er février 1868, p. 4. Bibliothèque nationale de Mexico

L’ordre des annonces

14Cet emplacement fixe de la rubrique des annonces, à la fin du journal, dans une « page 4 » aux tendances expansionnistes, était le seul signe d’ordre d’une rubrique qui se caractérisait d’abord, contrairement au reste du journal, par son apparente anarchie typographique. Les différentes annonces n’étaient pas publiées avec les mêmes caractères, ni avec le même format. Elles étaient de tailles très inégales, allant de la simple phrase à la demi-page. Parfois même, elles n’étaient pas publiées dans le sens de la lecture, horizontalement, mais verticalement, en fonction de la place restante sur la feuille.

  • 13 Ces tarifs étaient d’ailleurs, à quelques nuances près, les mêmes pour tous les journaux français  (...)

15Cette utilisation fantaisiste de l’espace de la page des annonces devait moins au hasard qu’on ne serait d’abord tenté de le croire. Les directeurs de journaux, en effet, proposaient des tarifs dégressifs pour les annonces en fonction de leur périodicité et de leur durée de parution13. Un tel système, en théorie, permettait au directeur du journal de prévoir avec assez d’exactitude le contenu de la page 4 et d’en définir, par avance, l’ordonnancement typographique.

16Un exemple permet de comprendre que la logique même de la page 4 s’opposait à toute volonté de mise en ordre. Lorsque Le Trait d’Union réapparut, le 1er février 1868, il existait alors à Mexico une Agence générale d’annonces, sur laquelle nous reviendrons, dorénavant chargée du rôle d’intermédiaire entre les annonceurs et le journal de Masson. À la faveur de cette innovation, une tentative de rationalisation de la rubrique eut lieu : les annonces étaient maintenant toutes construites sur le même modèle et soigneusement rangées les unes à côté des autres, sous une annonce de très grand format indiquant l’existence de l’Agence générale d’annonces (voir ill. n° 1 : la page 4 du Trait d’Union du 1er février 1868). Mais ce bel ordonnancement ne dura pas et, très rapidement, la page 4 du journal redevint un espace d’anarchie typographique – d’autant plus que, on l’a vu, elle débordait désormais volontiers sur la page 3 (voir ill. n° 2 : la page 3 du Trait d’Union du 5 mars 1868).

17Force est bien de constater que le désordre apparent de la page 4, en opposition avec la disposition en colonnes régulières du reste du journal, correspondait à une logique inhérente à la rubrique, logique résultant bien évidemment du désir des annonceurs de susciter, au premier coup d’œil, l’intérêt du lecteur du journal. Pour cela, le recours à des dispositifs typographiques variés s’imposait. La page 4 du journal devint ainsi, non pour des raisons de négligence ou de désintérêt, mais du fait même de la logique qui l’animait, un espace d’innovation typographique. C’est dans la composition de la page 4, en effet, que les concepteurs du journal découvrirent et perfectionnèrent les multiples possibilités de la mise en page, bien avant que celles-ci ne soient exportées vers les autres pages du journal et qu’elles n’en bouleversent le strict ordonnancement en colonnes.

2. – Trait d’Union, 5 mars 1868, p. 3. Bibliothèque Nationale de Mexico

18Signe parmi d’autres de ce pouvoir innovant de la rubrique des annonces : c’est en son sein qu’apparurent les premières illustrations. La première illustration de la presse quotidienne française de Mexico se trouve ainsi sur la page 4 du numéro du 25 novembre 1857 du Trait d’Union, lorsque l’Agence générale d’affaires créée par le Français Paul Léautaud organisa une grande loterie dont le premier lot était « le Petit Versailles », une maison de campagne aux environs de Mexico (voir ill. n°3 : la page 4 du Trait d’Union du 25 novembre 1857). Le rôle moteur de la rubrique dans l’appropriation du progrès technique par les typographes est ici démontré : la première apparition de l’illustration du « Petit Versailles » dans Le Trait d’Union est ratée (l’illustration déborde assez largement sur la légende) ; puis les ouvriers s’approprièrent le nouvel usage, et l’illustration fut désormais convenablement mise en page. Au fur et à mesure des années 1860, de plus en plus d’illustrations vinrent ainsi orner les pages 4 du Trait d’Union, de L’Estafette, de L’Ère nouvelle et des petits journaux à la brève durée de vie qui furent créés après 1867.

La langue des annonces

  • 14 L’annonce était ainsi libellée : « Agence générale d’annonces. L’agence générale d’annonces a l’ho (...)

19Paraissant dans des journaux rédigés en français, les annonces du Trait d’Union, de L’Estafette et de L’Ère nouvelle étaient elles aussi rédigées en français, à l’exception mineure de rares jugements publics rendus par les tribunaux mexicains concernant des entreprises françaises. Telle était en tout cas la situation jusqu’au milieu des années 1860. Le 23 août 1865, en effet, fut créée à Mexico une Agence générale d’annonces qui afferma les colonnes d’annonces de L’Estafette, d’El Cronista et de L’Ère nouvelle14. Cette création prouve l’intérêt que revêtait dès lors, au milieu des années 1860, la rubrique quotidienne des annonces. Dans le contexte de l’Empire de Maximilien, la nouvelle agence proposait les services de trois journaux, dont deux étaient publiés en français et le troisième en espagnol, témoignant à la fois de la volonté de mêler Français et Mexicains et de la supériorité postulée des premiers sur les seconds.

3. – Trait d’Union, 25 novembre 1857, p. 4. Bibliothèque nationale de Mexico

  • 15 Eugène Maillefert (1821-1881), marié à la fille de l’homme politique Francisco Modesto de Olaguíbe (...)

20Une conséquence nette de la création de l’Agence générale d’annonces, pourtant l’œuvre du Français Eugène Maillefert15, fut la progressive augmentation du nombre des annonces en espagnol, dans la mesure où les annonceurs payaient aussi pour être publiés dans El Cronista. Jusqu’à la chute de l’Empire, la part des annonces en espagnol augmenta donc sensiblement dans L’Estafette et dans L’Ère nouvelle, sans jamais égaler, toutefois, la part des annonces en français.

21Le mouvement s’accéléra très rapidement après la chute de Maximilien. Lorsque Le Trait d’Union réapparut, le 1er février 1868, ce fut en effet l’Agence générale d’annonces qui assura le rôle d’intermédiaire entre le journal de Masson et ses annonceurs. Or l’Agence s’occupait aussi, désormais, des grands journaux mexicains libéraux : El Siglo XIX, El Monitor republicano et La Iberia. À partir de 1869, elle afferma aussi les annonces de L’Opinion nationale et d’El Globo. Dans ces conditions, la part des annonces en français diminua très vite. Non seulement la page 4 du Trait d’Union accueillit des annonces mexicaines qui jusque-là ne paraissaient que dans les journaux mexicains, mais les annonceurs français eux-mêmes, devant toucher le public mexicain des quatre autres journaux, publièrent leurs propres annonces en espagnol. Ajoutons que cela leur paraissait sans doute d’autant plus souhaitable qu’au lendemain de l’épisode impérial, les entrepreneurs français entendaient manifester ainsi leur volonté d’intégration pacifique à la nation mexicaine. En 1871, alors que l’Agence s’occupait aussi de La Revista, de La Paz, de La Voz, de La Patrie et du Ferrocarril, sa propre annonce était dorénavant publiée en deux langues, et l’Agence générale d’annonces, toujours dirigée par un Français, était devenue la « Agenda de anuncios ».

22Il est donc bien certain qu’à partir de 1868 la « page 4 » des quotidiens français de Mexico ne joua plus le même rôle qu’auparavant. Jusqu’alors, elle avait pour fonction, au même titre que le reste du journal, de diffuser des informations susceptibles d’intéresser la communauté française au Mexique – et, par là même, de cimenter cette communauté. Ce fut dès lors nettement moins le cas. Ce changement brutal, initié en août 1865 et considérablement accéléré à partir de 1868, explique pourquoi nous nous attacherons, dans la suite de cet article, à la séquence homogène qui, de 1856 à la fin des années 1860, fut caractérisée par la publication d’annonces en français dans les quotidiens français de Mexico.

Le journal en son miroir

  • 16 Entreprise déjà tentée par Jacqueline Covo, « La colonie française au Mexique à travers son journa (...)
  • 17 Auguste Génin, Les Français au Mexique du XVIe siècle à nos jours, Paris, Argo, 1933. Rappelons qu (...)

23Cette séquence pourrait avoir pour intérêt de saisir au plus près la vie des Français du Mexique, dans la mesure où la page 4, en dehors de toute considération politique, leur offrait à tous un espace privilégié de communication. Néanmoins, on ne tentera pas, ici, de reconstruction de type prosopographique, du groupe des Français du Mexique à partir des annonces publiées dans leur journaux16. Les biais induits par la source, d’une part, seraient trop importants. À quelques exceptions près, en effet, seuls apparaissent, dans la page 4, les Français ayant quelque chose à vendre, c’est-à-dire essentiellement les commerçants, les professions libérales et les établissements d’enseignement. Une telle lecture des annonces, d’autre part, n’est guère instructive : on y retrouve des noms et des activités déjà identifiés par Auguste Génin dans sa somme sur les Français au Mexique – et que lui-même avait recopiés dans le Directorio del Commercio en México édité en 1865 par Eugène Maillefert et récemment réédité par l’Institut Mora17.

  • 18 Aujourd’hui, rue Francisco I. Madero.
  • 19 Aujourd’hui, rue Venustiano Carranza.

24Tout au plus les annonces permettent-elles de mettre en évidence le centre géographique du commerce français au Mexique. Si Le Trait d’Union comme L’Estafette affirmaient être diffusés dans vingt-deux villes du Mexique (ainsi qu’à San Francisco et à La Nouvelle-Orléans) et si, dans le contexte troublé de l’Empire, L’Ère nouvelle assurait être diffusée dans seize localités mexicaines, force est de constater que les annonceurs, eux, venaient pour leur quasi-totalité de la ville de Mexico. La répétition du nom de certaines rues permet même de dessiner les contours de ce qui était alors, sinon un quartier français, du moins un quartier commerçant dans lequel les magasins français étaient extrêmement nombreux, dans un rectangle limité au nord par les rues de San Francisco et de Plateros18, qui reliaient l’Alameda et le Zócalo, la place centrale de Mexico, et au sud par les rues de Tiburcio et de San Agustín19. Dans ce périmètre, les rues de San Francisco, de Plateros, de Tiburcio, du Coliseo Viejo, de l’Espíritu Santo, de la Palma, de Lerdo concentraient l’essentiel des activités commerciales françaises.

  • 20 On s’est fondé, pour cette partie de l’article, sur l’étude exhaustive de l’intégralité des annonc (...)

25Indépendamment de ces considérations générales sur les commerces français et leur géographie dans la ville de Mexico, on voudrait étudier ici les logiques auxquelles répondait la page des annonces20. Trois logiques peuvent ainsi être dégagées.

Une logique de l’événement

  • 21 Voir Memoria presentada al Exmo Sr Presidente sustituto de la Republica por el C. Miguel Lerdo de (...)

26La première de ces logiques est une logique de l’événement. Certes, l’événement dont il est question dans la page 4 n’était pas politique ; il ne s’inscrivait pas dans le grand mouvement de l’histoire que les journaux quotidiens, par ailleurs, cherchaient à saisir. Encore les ondes de choc de quelques faits majeurs se faisaient-elles parfois sentir jusqu’à la page 4. Le 10 décembre 1857, par exemple, l’ambassadeur britannique à Mexico signait une annonce en anglais dans Le Trait d’Union, comme dans tous les journaux de la capitale, afin d’inviter les sujets de Sa Majesté la Reine à une réunion générale pour organiser l’envoi de dons en argent aux victimes de la « mutiny in India ». En relation plus directe avec le principe même des annonces commerciales, la page 4 du journal français s’était fait l’écho, à la fin de l’année 1856, du décret du 25 juin qui, dans le cadre de la Réforme, aliénait les biens fonciers des communautés, à commencer par ceux du clergé. Pendant trois mois, en effet, seuls les locataires pouvaient bénéficier de la mise en vente, puis les biens non encore acquis furent proposés au plus offrant. Ainsi s’explique l’activisme dont fit alors preuve, dans les colonnes du Trait d’Union, un certain Paul Léautaud qui, à la tête d’une petite agence d’affaires, annonçait la vente, dès le mois d’octobre, de « 250 maisons de la capitale, situées dans les rues principales, et à des prix très modérés ». Notons d’ailleurs que René Masson, le propriétaire du Trait d’Union, en profita lui aussi : il acquit trois maisons, calle de la Misericordia, pour une valeur de 20 400 pesos21.

27Cet événement n’était pas non plus de l’ordre du fait divers, tel que celui-ci triompha à la fin du XIXe siècle. Encore n’en était-il pas toujours absent. L’annonce des obsèques d’un Français tué la veille au café de l’Union, le 25 juin 1857, la promesse d’une gratification à celui qui pourrait renseigner sur le vol de quatre chevaux, deux mules et trois mulets aux environs de Texcoco, le 1er septembre 1857, en faisaient parfois office. De même, le caractère cocasse de certaines annonces ne devait pas échapper aux contemporains, qui pouvaient par exemple lire :

  • 22 Parue trois jours dans Le Trait d’Union, à partir du 18 novembre 1857.

Chapeau égaré. Je prie celui des témoins qui a déposé contre moi, hier 17 à l’Acordada, et qui, dans son ébouriffement [sic], a pris mon chapeau pour le sien, de vouloir bien me le rapporter, parce que je n’ai pas une aussi forte tête que la sienne. Mexico, le 18 novembre 1857. J. B. Francoz22.

28Ainsi, les dernières pages des quotidiens français de Mexico méritaient d’autant plus d’être lues qu’elles pouvaient ouvrir tout entières sur l’inattendu. Elles évoquent, de ce point de vue, ces rêveries sur les annonces que mirent en scène, de Conan Doyle à Montherlant, les romanciers de la fin du XIXe et du début du XXe siècles. On lit dans Le Trait d’Union à partir du 2 septembre 1856 :

On demande dans une famille française un enfant de quatre à cinq ans, du sexe féminin, afin de l’adopter, de l’élever et de lui faire une éducation convenable. S’adresser à Madame Isnard, rue du Coliseo Viejo n° 10.

29Y a-t-il eu plusieurs réponses ? comment les Isnard ont-il choisi ? et pourquoi une petite fille ? et pourquoi de quatre à cinq ans ? et qu’est-elle devenue ? et qu’en pensait Monsieur Isnard, étrangement absent de l’annonce ? Ce type d’annonces renfermait de multiples possibilités de romans. Il est cependant impossible d’en mesurer exactement la puissance évocatoire, du reste sans doute moins forte à l’époque qu’aujourd’hui, dans la mesure où les membres de la communauté française de Mexico se connaissaient plus ou moins, alors qu’ils ne sont plus pour nous que des noms sur du papier.

  • 23 C’était essentiellement le cas des annonces pour des produits pharmaceutiques, à l’image des pilul (...)

30Telle qu’elle apparaît explicitement, la logique de l’événement de la page 4, toutefois, ne relevait pas plus de cette incertaine poétique des annonces, que de la logique du fait divers ou de celle de l’actualité politique. Elle relevait d’abord de la nécessité, pour les annonceurs, d’informer de la nouveauté d’un commerce. La plupart des annonces exposaient ainsi l’ouverture nouvelle d’une entreprise – qu’il s’agisse d’un magasin de vêtements ou d’un cabinet de dentiste–, son changement d’adresse ou de propriétaire, sa rénovation complète (surtout dans le cas des hôtels et des restaurants), plus rarement sa fermeture. Il en allait de même des spectacles qui pouvaient se donner dans la ville de Mexico : concerts et représentations théâtrales – mais aussi ces spectacles si prisés au milieu du XIXe siècle, tels le grand « polyorama » qui, calle del Coliseo, présentait en mars 1857 « des effets successifs de jour et de nuit, de soleil et de lune et, particulièrement, de magnifiques effets de neige » – inattendus, certes, à Mexico-, ou les ascensions aérostatiques qui eurent lieu, en juin et juillet 1857, à la place de taureaux du Paseo Nuevo, ascensions d’autant plus exceptionnelles que l’aéronaute, l’Américain Wilson, jetait un animal hors du ballon « depuis une grande hauteur » pour montrer l’efficacité du parachute. Lors de la troisième ascension, la présence prévue du président Ignacio Comonfort renforçait encore le caractère d’« événement » du spectacle. Très rares étaient les annonces manifestant l’existence d’un commerce installé déjà depuis longtemps à la même adresse23. Dans ces années 1850-1860, la logique des annonces se bornait ainsi à mettre en scène l’événement, en tant qu’il était quelque chose de neuf. Elle ne consistait pas encore à occuper le plus possible l’espace public, stratégie qui ne fut celle de la publicité moderne qu’à partir de la fin du XIXe siècle.

  • 24 De même, en mars 1869, le Restaurant parisien du callejón del Espíritu Santo annonçait une « Révol (...)

31Moins exceptionnelles mais relevant également de la même logique de l’événement étaient les innombrables annonces proclamant l’arrivée de marchandises nouvelles dans les magasins de Mexico, qu’il s’agisse de denrées alimentaires, de bougies stéariques, de meubles, de vêtements ou d’autres choses. Ici, c’est l’arrivage de marchandises qui constituait l’événement. Ce pouvait être aussi, dans le cas des hôtels et des restaurants, des changements proposés dans les tarifs. On doit noter à ce propos, pour ce qui est des années 1856-1858 du Trait d’Union, la force des messages qui insistaient alors sur les « réformes » proposées par ces entreprises, réformes résonnant étrangement, dans la page 4 du journal, avec les préoccupations politiques de la page 1 : le café du Progrès annonçait ainsi de « Grandes réformes » liées à sa rénovation, celui d’Iturbide présentait une « Réforme importante » (laquelle consistait en l’ajout d’une demi-bouteille de vin de Bordeaux par repas), etc.24.

32Si l’insertion des annonces était ainsi commandée, d’abord, par l’existence d’un fait à faire connaître en tant qu’événement, certains de ces événements se produisaient de façon récurrente. C’était le cas, par exemple, des annonces des établissements scolaires français, qui indiquaient au public, chaque année au même moment, les dates des inscriptions, des examens ou des remises de prix. C’était également le cas des annonces donnant, avec régularité, les numéros gagnants de la loterie de San Carlos ou de celle de La Havane. C’était le cas, enfin, des multiples annonces que passaient, chaque année à partir de la mi-décembre, les pâtisseries et les confiseries françaises de Mexico, mais aussi le célèbre imprimeur-lithographe Decaen qui vendait alors de beaux livres illustrés – dans la logique d’un événement dont le retour est parfaitement prévisible : la fin de l’année et les étrennes.

33Ainsi donc, entièrement tournée vers une actualité qui, pour être le plus souvent non politique, n’en était pas moins définie par la référence à l’événement, la page 4 correspondait profondément à la logique même du journal. Davantage : les événements qu’elle mettait en scène étaient des faits bruts, dont les rares commentaires étaient inévitablement laudatifs, qui renvoyaient à la satisfaction garantie du client ou à la modération des prix pratiqués. De ce point de vue, alors que la presse du milieu du XIXe siècle était encore ordonnée par le commentaire de l’actualité plutôt que par la présentation présumée objective du fait brut, la page 4, par son traitement de l’événement, semble annoncer cet avènement de l’information-marchandise qui caractérisa la presse à partir de la fin du XIXe siècle.

Une logique de l’abonnement

  • 25 Jacqueline Covo, « La colonie française... », op. cit.

34La deuxième logique à l’œuvre dans la page 4 du journal était celle de l’abonnement. De la même façon que le journal cherchait à augmenter le nombre de ses abonnés – les journaux français de Mexico proposaient des abonnements mensuels–, les annonceurs, dans la page 4, tentaient pour beaucoup d’entre eux de conquérir des abonnés. C’était le cas des compagnies théâtrales, par exemple, à l’image de celle du théâtre d’Iturbide, fondée en 1856, qui proposait dans les colonnes du Trait d’Union des abonnements mensuels. C’était aussi le cas des autres journaux – tels Le Monde illustré ou la Revue de la Mode, lancés tous les deux en 1857 et qui proposaient de s’abonner par l’intermédiaire de la page 4 du Trait d’Union – mais aussi du cabinet de lecture d’Isidore Devaux, le fondateur de l’éphémère Courrier du Mexique de 1838, qui recevait « régulièrement ce qu’il y a de meilleur en nouveautés, trois mois après la publication à Paris » et joignait ainsi, comme le journal lui-même dans sa plus grande généralité, l’inattendu de la nouveauté à la régularité de sa proposition publique. Le Trait d’Union, d’ailleurs, qui avait créé la « Bibliothèque littéraire du Trait d’Union », proposait pour elle des « conditions d’abonnement pour les personnes non abonnées au Trait d’Union ». C’était le cas enfin des innombrables annonces pour les restaurants français de Mexico. Leur surreprésentation au sein de la page 4 doit d’ailleurs être interrogée indépendamment du lieu commun de l’excellence de la cuisine française auquel on a pu les rattacher25. Or un premier élément de réponse tient précisément à la logique de l’abonnement.

35On s’abonnait en effet dans les restaurants français de Mexico, pour lesquels la conquête de la clientèle passait donc par la vente d’abonnements. Une bataille s’engagea ainsi dans la page 4 du Trait d’Union à partir du jour où, le 11 février 1857, le café-restaurant d’Iturbide lança un système de « cachets » :

Cachets !!!! Restaurant et café d’Iturbide. Il existe dans les restaurants de Mexico une grande lacune qu’aucun établissement n’a encore songé à remplir ; nous voulons parler d’une garantie à donner aux consommateurs qu’ils n’auront à payer que les repas qu’ils prennent. Le système des abonnements par cachets est depuis longtemps organisé en Europe ; nous croyons rendre service au public en lui proposant cette amélioration. Qu’un abonné prenne ou ne prenne pas ses repas, il n’est pas moins tenu de payer un mois entier, et fût-il absent une semaine et plus, son compte court toujours et il lui faut satisfaire le montant complet de sa pension. Les consommateurs n’apprendront peut-être pas sans plaisir qu’à dater du 15 courant, le système de la pension au cachet sera adopté dans cet établissement. Il leur est loisible de les prendre pour les déjeuners et pour les dîners séparément ou pour l’un et l’autre repas ; ils pourront à leur gré en faire usage pour eux et pour leurs connaissances, le cachet représentant un repas à prendre quelle que soit d’ailleurs la personne qui se présente.

  • 26 Voir Alexandre Dumas, Diario de Marie Giovanni. Viaje de una parisiense, trad. par J. J. Utrilla, (...)
  • 27 Le Trait d’Union, 10 juin 1857.

36Dès lors, les restaurants français de Mexico multiplièrent les annonces, vantant leurs propres systèmes de cachets. Le 3 juillet 1857, par exemple, c’était au tour de l’hôtel-restaurant de la Grande Société – celui qui avait hébergé la Mme Giovanni d’Alexandre Dumas, laquelle lisait d’ailleurs le journal de Masson26 – d’annoncer aux lecteurs du Trait d’Union qu’il venait « d’établir le système de “cachets” ». De même, l’hôtel del Refugio proposait un système de cachets sophistiqué, qui incluait le prix des repas, mais aussi l’accès au cabinet de lecture de l’hôtel – dans lequel on trouvait « les journaux mexicains et étrangers»–, ainsi qu’un abonnement aux bains (« cinq bains pour une piastre, mais avec cet avantage que parmi les cachets il s’en trouve un pour un jour férié »). Les annonces de restaurants s’inscrivaient donc elles aussi, résolument, dans une logique de l’abonnement qui était celle de la presse depuis les origines. Notons que d’autres établissements en faisaient alors autant – à l’image de la « peluquería de Montauriol » annonçant un « abonnement pour couper les cheveux et raser deux fois par semaine27 ».

Une logique de la propriété intellectuelle

37La troisième logique à l’œuvre dans la rubrique des annonces, après celle de l’événement et celle de l’abonnement, rejoint une problématique qui traversait la presse périodique française depuis les années 1830 au moins : celle de la propriété intellectuelle. Dans les années 1850 et 1860, les pages 4 des journaux français de Mexico exprimaient ainsi une véritable hantise de la contrefaçon. À l’image de celles qui vantaient alors les « onguents Holoway » ou « la méthode bien connue de Chable, médecin de la faculté de Paris », pour guérir les maladies sexuelles, les annonces étaient généralement bâties autour de l’excellence du nom propre. Les annonceurs soulignaient que celui-ci était garant de la qualité du produit, de même que l’excellence de certains clients pouvait redoubler celle du nom propre, à l’image des orfèvres Christofle et Cie, devenus au milieu des années 1860 « fournisseurs de S. M. l’Empereur », c’est-à-dire Maximilien. Certaines récompenses jouaient évidemment le même rôle : le vendeur de sommiers Louis Linet est fier de signaler, dans L’Estafette de 1865, sa « medalla de plata » obtenue à l’« exposición general de la industria mexicana » de 1859.

  • 28 Le Trait d’Union, 13 août 1857.
  • 29 Le Trait d’Union, 14 août 1856.

38Mais surtout, l’obsession du nom propre signalait l’obsession plus grande encore de la contrefaçon. Le même Louis Linet « croit nécessaire d’avertir le public que son seul dépôt, dans cette ville, est dans le callejon del Espíritu Santo n° 14 », car il semblerait que des sommiers se réclamant de sa marque de fabrique eussent été vendus ailleurs dans Mexico. D’autres avis de ce genre étaient publiés régulièrement par les journaux, dans une infinie litanie : « Poudre blanche par Isnard D. Venloes et Cie, avec privilège exclusif. [] Avis est donné que les boîtes porteront la signature de M. Isnard D. Venloes, et qu’au cas où elles ne porteraient pas cette signature, elles devront être considérées comme l’œuvre des contrefacteurs qui seront poursuivis conformément à la loi. » ; « Avis important. Jean Laville, seul propriétaire du privilège pour la fabrication de l’alcool de betterave [] précise que tout autre serait considéré comme contre facteur28 », etc. Il n’est pas jusqu’à René Masson qui ne précise, dans la page 4 de son propre journal, qu’il est lui-même le seul traducteur officiel du tarif des douanes, et que sa traduction est donc, « par ordre du gouvernement suprême », la seule autorisée29.

39Ainsi, en leur dernière page, les journaux français de Mexico manifestaient un souci que les pages intérieures exprimaient alors, elles aussi, avec de plus en plus d’intensité : le souci de la propriété intellectuelle. De conférence internationale en conférence internationale, jusqu’à la conférence de Berne de 1886, fut en effet débattue la question de la propriété des textes des articles de journaux. La question était centrale, tant du point de vue de la progressive professionnalisation du journalisme que de celui du caractère artistique de l’écriture de presse. Elle était une des caractéristiques par lesquelles s’affirmait la presse moderne, au même titre que la mise en scène de l’événement ou la conquête du public par l’abonnement. Il est frappant que l’écho de ces trois questions majeures pour les journaux du temps – le traitement de l’événement, la conquête de l’abonnement, la défense de la propriété intellectuelle – se soit fait entendre, si régulièrement et si fortement, dans le contexte anarchique de leurs « pages 4 », pourtant écrites par d’autres.

L’ère du voyage

  • 30 Voir aussi : « Une lettre à l’adresse de M. Auguste Jouan a été reçue à Tampico et a été déposée c (...)

40Reste à examiner un dernier aspect de ces annonces, différent des précédents. Les journaux étudiés ici s’adressaient à un public bien particulier : celui de Français ayant quitté leur patrie et vivant plus ou moins ensemble dans la ville de Mexico. Dans les années 1850 et 1860, ce caractère était d’autant plus important que, on l’a dit, les annonces étaient alors rédigées presque exclusivement en français. Les Français de Mexico, en publiant une annonce dans les journaux français de la ville, s’adressaient d’abord à leurs compatriotes émigrés. On devrait donc s’attendre à ce que ces annonces manifestent, dans leur rédaction même, un certain désir de communauté. Et, de fait, la « page 4 » des journaux français de Mexico exprimait parfois une recherche de liens entre les membres d’une communauté éloignés de leur patrie d’origine et qui, du reste, habitaient un espace assez restreint de la ville. La Légation de France au Mexique pouvait ainsi utiliser la page des annonces pour essayer de joindre les ressortissants français qui, pour une raison ou pour une autre, étaient introuvables : « Les personnes qui pourraient fournir des renseignements sur M. Antoine Sabateny, cordonnier ; Guillaume Laurent, chapelier ; Adolphe Bertaud, coiffeur ; Pierre Segret, chirurgien ; Mlle Baudoin ; M. Nouveau ; M. Firmin Salomon Ortega ; Charles Juanicon, forgeron ; Mme Dubois née Desforges », pouvait-on lire dans Le Trait d’Union du 17 décembre 1856, « sont priés de bien vouloir les communiquer à la Chancellerie de cette légation ». L’annonce précisait : « Les communications à donner à MM. Juanicon et Ortega et à Mme Dubois paraissent être d’un haut intérêt pour ces derniers. » D’ailleurs, les bureaux du Trait d’Union faisaient volontiers office de poste restante et sa page 4 servait ainsi à prévenir, le 9 avril 1857, un certain M. Toussaint-Voisin qu’une lettre l’y attendait, « de grand intérêt pour lui30 ».

41On aurait tort de croire, cependant, que cette fonction de communication à l’intérieur de la communauté française manifestait une sorte de repli de la communauté sur elle-même. Ces recherches d’individus égarés dans l’espace mexicain relevaient moins du désir de les voir rentrer dans un improbable bercail que de la nécessité de mettre en scène des flux – d’hommes, mais aussi de marchandises – qui constituaient tout à la fois la réalité de cette communauté d’émigrés et le système de représentations par lequel ces individus voyaient, vivaient et finalement produisaient le monde dans lequel ils se trouvaient. Car s’il est une notion fréquemment exprimée dans les annonces des journaux français de Mexico, c’est bien celle de flux, de communication ou, plus exactement, pour le dire dans les termes du temps, de voyage – une notion ou plutôt un imaginaire par lequel pouvaient se reconnaître la communauté des lecteurs de ces journaux (Français ayant mis, ou ayant dû mettre, le déplacement au cœur de leurs vies) et les journaux eux-mêmes, dont la fonction de communication était redoublée par la qualité particulière du public auquel ils s’adressaient.

  • 31 En 1861, Le Trait d’Union reparaissant fugitivement indiquait même, en plus du « mouvement marimar (...)

42Ainsi les « pages 4 » des journaux français de Mexico se signalent-elles, dès l’abord, par la très grande place réservée aux annonces des compagnies de transport. Avant même d’en venir à elles, du reste, le lecteur pénétrait déjà dans l’univers des voyages. L’espace des annonces – dont on a vu à quel point il débordait largement sur la page 3 des journaux – était en effet précédé d’une « partie commerciale » qui indiquait avec précision les noms des passagers des bateaux partis pour l’Europe ou pour La Nouvelle-Orléans, ou arrivant à Veracruz31. Au fur et à mesure que se construisaient les lignes de chemin de fer mexicaines, cette « partie commerciale » du journal fut encore enrichie par l’annonce des horaires des trains en direction des petites villes proches de Mexico (Guadalupe, dès juillet 1857, puis Tacubaya, Tlalpan, Apizaco, Puebla, etc.). Le lecteur y trouvait également le tarif des lignes télégraphiques et les dates des entrées et sorties des courriers de la capitale, données par l’Administration générale des Postes. Le seuil des annonces était ainsi constitué d’une mise en scène de la communication mexicaine et mondiale.

4. – Trait d’Union, 5 février 1868, p. 4. Bibliothèque nationale de Mexico

  • 32 Voir par exemple : « Avis. Vapeurs du Pacifique. Les bateaux à vapeur de la compagnie de la malle (...)

43Puis venaient les annonces proprement dites, elles-mêmes largement consacrées aux communications et aux déplacements. À partir du milieu des années 1860, la moitié de cette page fut même tout entière consacrée à la publicité de la récente Compagnie générale transatlantique, fondée en France par les frères Péreire en 1861 – et dont les bureaux mexicains se trouvaient à la même adresse que l’Agence générale d’annonces, chez Eugène Maillefert (voir ill. n° 4 : la page 4 du Trait d’Union du 5 février 1868). Les paquebots qui reliaient tous les mois Veracruz à Saint-Nazaire étaient annoncés longtemps à l’avance au sein de la page 4, comme l’avaient été, auparavant, les bateaux à vapeur de la Compagnie de la malle du Pacifique32.

  • 33 « Chemin de fer de Guadalupe. Trains de plaisir. Dans le but de satisfaire aux désirs d’un grand n (...)

44Or, rapidement, les chemins de fer mexicains, qui prirent leur essor à partir du milieu des années 1850, et les paquebots renouvelés par la Compagnie générale transatlantique cessèrent d’être présentés seulement comme des moyens de transport à but utilitaire. La page 4 des journaux français de Mexico mit en scène le triomphe d’un voyage devenu son propre but. À l’image de ce qui était alors proposé au petit peuple de Paris, les habitants de Mexico se voyaient ainsi proposer des « trains de plaisir », en direction de Guadalupe notamment. Les modalités étaient les mêmes qu’en France et les journaux s’en faisaient l’écho de la même façon33. Quant aux paquebots, c’étaient dorénavant leurs propres aménagements intérieurs qui étaient vantés, inaugurant l’évolution qui, en une trentaine d’années, allait conduire les transatlantiques à devenir de véritables palais flottants à l’usage de la « classe de loisir » :

  • 34 L’Ère nouvelle, 23 janvier 1866. Sur l’évolution du paquebot, voir Alain Corbin (éd.), L’Avènement (...)

Le départ de Vera-Cruz pour Saint-Nazaire du 13 mars prochain sera effectué par le paquebot neuf à roues le Panama de 3 200 tonneaux et 900 chevaux. Les vastes emménagements de ce magnifique navire établi sur un plan nouveau ne laisseront rien à désirer aux passagers, tant sous le rapport de la circulation d’air dans les cabines que sur la commodité de leur installation34.

45Cette mise en scène du luxe et du confort concernait aussi, au sein de la page 4, les hôtels. Or, la forme des annonces hôtelières est remarquable, en ce qu’il s’agit toujours, pour l’annonceur, de s’adresser directement aux voyageurs. Charles Eternod ouvrant une « pension à la bourgeoise » au café de Guillaume-Tell, rue Zuleta, le 21 juin 1856, souligne que « MM. les voyageurs trouveront toujours à se loger à des prix très modérés ». Le « grand établissement de San Agustín » précise que « MM. les voyageurs qui voudraient descendre à l’hôtel n’auront à s’occuper en rien de leurs chevaux ». Il en va de même des hôtels de Veracruz – dont les annonces sont parmi les rares à ne pas provenir de Mexico –:l’hôtel de la Lousiane y « offre à tous les voyageurs [...] l’excellente ventilation des appartements » ; l’hôtel des diligences est, à partir du 6 octobre 1856, éclairé au gaz « pour que les voyageurs y trouvent les commodités, le confortable et les soins qu’ils pourront y désirer » ; l’hôtel national en avril 1865 « vient d’ouvrir ses portes à MM. les voyageurs » et leur offre « le confortable le plus moderne, joint à l’élégance des premiers établissements d’Europe ». Tout cela fait sens dans la mesure où le « voyageur » est, de ce fait, la seule identité de lecteur présente au sein de la page 4 – à l’exception de celle, différente parce que ne renvoyant pas à une figure individuelle, du « commerce ». Les annonceurs ne s’adressent jamais à quelqu’un en particulier, sauf lorsque, entreprises de transport ou hôtels, ils s’adressent aux « voyageurs », dans une célébration de la vitesse, de la sûreté, du luxe et de l’hygiène. À lire la page 4 des journaux français de Mexico, un seul modèle de lecteur apparaît donc – et c’est le « voyageur ».

46Cette cristallisation de la page 4 autour de la figure du voyageur dit bien cette fonction décalée des annonces, tout particulièrement dans ces journaux d’expatriés, qui est de manifester les flux qui traversent le monde. À travers les arrivées de fromage de Gruyère, de fromage de Brie, de crémant de Bouzy, de Vermout de Turin, de véritable nougat de Marseille et de Montélimar, de fruits secs si renommés de Marseille, de pâtes, vermicelles et macaronis de Gênes, de vins de Madère et d’Oporto, de jambons de Westphalie ou de Bayonne, de biscuits de Reims, de vins de Bordeaux et de Bourgogne, de cigares de La Havane, de fromage de Chester, de saucissons de Lyon, de figues de Smyrne, de jambons de Cincinnati, de caviar de Russie, d’anchois du Brabant, de saucisson de Brunswick, de fromage de Roquefort ou d’asperges de Lübeck, se donne à voir une géographie gastronomique qui met en scène non seulement la France et le monde, mais aussi les flux qui les animent.

47Car ces denrées, il a fallu les faire venir jusque dans les magasins français qui s’étagent à Mexico, dans ces années-là, entre le Zócalo et l’Alameda. Et la page 4, là aussi, n’hésite pas à dire les voyages que cela a nécessité. « J’arrive d’Europe avec un magnifique assortiment de bijoux fins », fait publier un certain Salomon Miguel. Un autre informe « ses amis et le public en général que je suis revenu de mon voyage en Basse-Californie, et que j’en ai rapporté un admirable assortiment de perles fines telles qu’on n’en a jamais vu à Mexico, pour la beauté et la grandeur ». « M. Félix Lion, de retour d’Europe, informe le public qu’il vient d’ouvrir de nouveau son établissement d’instruction primaire et secondaire. » Le propriétaire de la Tocinería francesa y dulcería affirme avoir « recherché, pendant son dernier voyage en Europe, les ouvriers les plus renommés dans la partie » – et les avoir trouvés, de même que l’hôtel, restaurant et café de Paris « a fait venir de Paris un habile cuisinier ». Même les fermetures de magasins s’expliquent volontiers par la nécessité de « retourner, cette année même, en Europe ». À ceux qui partent, une annonce de La Patrie propose :

Aux étrangers partant pour l’Europe. La Maison J. Richard offre un immense assortiment de vues et types photographiques du Mexique. Choix très varié de stéréoscopes, cartes et épreuves de toutes dimensions des villes principales de la République.

  • 35 Sylvain Venayre, « Le voyage, le journal et les journalistes au XIXe siècle », Le Temps des Médias (...)

48Ainsi la page 4 des quotidiens français de Mexico, débordant largement sur la page 3, précédée d’une « partie commerciale » consacrée aux transports, présente-t-elle une unité qui échappe au premier regard, d’abord frappé par l’anarchie typographique qui la caractérise, par sa polyphonie, par l’apparente infinie variété de ses annonces. Dans cette partie du journal apparemment moins digne d’être analysée, parce que moins prestigieuse, se donne peut-être à voir l’essentiel : la mise en scène, dans les habits du voyage, des flux qui animent le monde et qu’une communauté d’expatriés était alors plus à même de saisir que d’autres. Au cœur d’un XIXe siècle marqué d’abord par un fort sentiment d’accélération – de la vitesse, mais aussi du temps –, le journal en mutation rapide manifestait ainsi, dans sa page 4, ce désir de la communication dont il était lui aussi le produit. Sans y tenir de discours cohérent, ni même explicite, il y exprimait cette homologie de la presse et du voyage, à l’œuvre depuis les origines du journal moderne35.

49Lire les pages d’annonces des journaux du XIXe siècle – ceux des communautés d’émigrés, mais pas seulement – a une vertu qui dépasse de loin la seule connaissance, finalement secondaire, des principaux commerces d’une société donnée. Du brouhaha qui s’en dégage, l’historien peut tirer davantage. Il peut, en faisant attention, y entendre l’expression des désirs et des anxiétés d’un temps qui fut d’abord hanté par le sentiment de l’accélération, devant le spectacle saisissant des flux qui agitaient, avec de plus en plus d’intensité, le monde entier.

Notes

1 Laurence Coudart, « Periódicos franceses de la ciudad de México : 1837-1911 », dans J. Pérez Siller (coord.), México-Francia. Memoria de una sensibilidad común. Siglos XIX-XX, México, El Colegio de San Luis/Centra de Estudios Mexicanos y Centroamericanos (CEMCA), 1998, pp. 103-141 et « Periódicos y periodistas franceses en México », La Comunidad francesa en la ciudad de México, n°8 : « Babel-Ciudad de México », 1999, pp. 21-27.

2 L’Universel est malheureusement introuvable. Seul le numéro 1 du Courrier du Mexique, fondé par Isidore Devaux, est consultable à l’Hemeroteca nacional de Mexico (Miscelánea Mexicana, 7 julio 1838) : il se présente, sans périodicité précise, comme le successeur de L’Universel. C’est un journal de 4 pages, les deux premières en français, les deux suivantes en espagnol, qui ne contient pas d’annonces. Il ne semble pas avoir duré. Merci à Laurence Coudart pour avoir identifié systématiquement les gisements de sources concernant la presse française de Mexico.

3 Françoise Dasque avance le chiffre d’une quarantaine de titres en français (René Masson dans Le Trait d’Union, journal français universel, Mexico, Universidad Nacional Autónoma de México (UNAM), 1998), mais ne donne pas de liste de journaux comparable à celle de Laurence Coudart.

4 Outre l’ouvrage de Françoise Dasque, voir notamment Jacqueline Covo, « Un grand journaliste français au Mexique au XIXe siècle : René Masson et Le Trait d’Union », Caravelle. Cahiers du monde hispanique et lusobrésilien, n°78, 2002, pp. 105-125.

5 En 1869, le « Bulletin » de l’éphémère Opinion nationale, créé lui aussi par un ancien collaborateur de Masson, G. Gostkowski, s’intitulait d’ailleurs « Premier-Mexico ».

6 À l’Hemeroteca nacional de Mexico, L’Opinion nationale et La Patrie ne sont consultables que dans les volumes de Miscelánea Mexicana (62, 110 et 134). Dans cette liste de titres, seul Le Nouvelliste, qui paraissait trois fois par semaine, n’était pas un quotidien.

7 En tout cas jusqu’à la création du Courrier français (1896-1925), qui absorba Le Trait d’Union et devint Le Courrier du Mexique et de l’Europe. Il fusionna en 1925 avec L’Écho français du Mexique, qui s’était créé en 1902, donnant ainsi naissance au Journal français du Mexique qui, sous la plume de son fondateur, reprit l’image du « trait d’union » et rendit hommage à René Masson. Sur tout cela, outre les travaux de Laurence Coudart, voir les maîtrises effectuées à l’université de Paris X Nanterre sous la direction de Thomas Calvo : La Colonie française du Mexique de 1914 à 1919 à travers L’Echo français du Mexique (Julien Vernet, 2001) et Le Journal français du Mexique, miroir et reflet d’une communauté, 1926-1947 (Aude Béthune, 2000).

8 En utilisant les ressources de l’Hemeroteca nacional de Mexico, de la Biblioteca Lerdo de Tejada et du CEMCA, je suis parvenu à reconstituer la totalité de la collection du Trait d’Union quotidien (y compris la précieuse année juin 1856-juin 1857 que Françoise Dasque n’avait pu retrouver), ainsi que celles de L’Estafette et de la Gazette officielle de l’Empire mexicain. J’ai également pu consulter une grande partie de L’Ère nouvelle, ainsi que la majeure partie des exemplaires de La France libérale, de La Tribune, du Nouvelliste, de L’Opinion nationale et de La Patrie. Tous mes remerciements vont à Laura Suarez de la Torre, Laurence Coudart et Miguel Ángel Castro, qui m’ont guidé avec une grande compétence et une infinie gentillesse dans les dédales des centres d’archives de Mexico.

9 Marie-Ève Thérenty et Alain Vaillant (dir.), 1836, Tan I de l’ère médiatique, Paris, Nouveau Monde éditions, 2001.

10 Alexis de Tocqueville, De la démocratie en Amérique, t. I, 1835, vol. 2, chap. 3.

11 L’Estafette, par exemple, qui passait, à partir du 1er septembre 1858, pour le successeur, certes conservateur, du Trait d’Union, publia une pleine page d’annonces dès le 5 octobre, c’est-à-dire dès que les annonceurs furent certains du sérieux de l’entreprise. Cela dit, la faible durée de vie de certaines feuilles – telles La Tribune ou L’Opinion nationale, au format plus petit – les empêcha d’atteindre une régularité dans leur parution, susceptible d’obtenir la confiance des annonceurs ; et ils disparurent avant que leur page 4 ne fût couverte d’annonces.

12 C’est vrai aussi de La France libérale, qui en 1867 consacrait toute sa page 4 et deux colonnes et demie (sur cinq) de sa page 3 à la rubrique des annonces.

13 Ces tarifs étaient d’ailleurs, à quelques nuances près, les mêmes pour tous les journaux français : l’insertion d’une annonce coûtait un peso par carré de dix lignes si l’annonceur ne souhaitait publier son texte qu’une seule fois, quatre réaux les jours suivants (rappelons qu’un peso équivalait à huit réaux). S’il souhaitait un abonnement, le mois lui coûtait cinq pesos pour une annonce paraissant tous les jours, trois pesos pour une annonce paraissant trois fois par semaine, deux pesos pour une annonce paraissant une fois par semaine. Les tarifs étaient encore plus intéressants si les annonceurs voulaient un abonnement à trois mois, à six mois ou à un an : dans ce dernier cas, le tarif était de 30 pesos pour une annonce paraissant tous les jours, 24 si elle paraissait trois fois par semaine, 15 si elle ne paraissait qu’une fois par semaine.

14 L’annonce était ainsi libellée : « Agence générale d’annonces. L’agence générale d’annonces a l’honneur d’informer le public qu’ayant affermé les colonnes d’annonces de L’Estafette, El Cronista, L’Ère nouvelle, toutes les annonces à insérer dans ces journaux auront à lui être adressées : calle Tiburcio num. 2. – Mexico. Les personnes que leur position ou leurs affaires engagent à user de la publicité la plus directe et la plus étendue devront faire paraître leurs annonces dans les trois journaux réunis qui passent sous les yeux de tous les lecteurs de l’Empire Mexicain. Tarif spécial, très réduit, sans concurrence possible, vu le résultat obtenu, pour les insertions dans les trois journaux réunis. Ce que désire l’annonceur, c’est de s’adresser au plus grand nombre possible de lecteurs. Par la combinaison qui lui est offerte, la même annonce insérée dans Les Trois Journaux coûte réellement le tiers de ce qu’elle coûterait dans un seul journal, puisqu’elle produit un résultat triple de celui que donnerait la publicité dans un seul journal ; c’est donc aux annonceurs intelligents que s’offre cette combinaison, la seule qui puisse économiquement leur faire atteindre le but proposé : la publicité efficace. »

15 Eugène Maillefert (1821-1881), marié à la fille de l’homme politique Francisco Modesto de Olaguíbel (ministre du Mexique en France de 1855 à 1857) avait ouvert une librairie en 1856, qui servait de centre de souscription pour Le Trait d’Union. En 1867, l’Agence générale d’annonces qu’il avait fondée passa sous la direction de son héritier E. Dubois.

16 Entreprise déjà tentée par Jacqueline Covo, « La colonie française au Mexique à travers son journal, Le Trait d’Union (1849-1868) », dans C. Salaün-Sánchez (éd.), Presse et public, Rennes, université de Rennes II Haute-Bretagne, 1982, pp. 5-19. Du même auteur, voir aussi « La presse et l’apprentissage de la démocratie au Mexique en 1855 », dans C. Dumas (éd.), Culture et société en Espagne et en Amérique latine au XIXe siècle, Lille, université de Lille III, 1980, pp. 137-147 et « Le Trait d’Union, periódico francés de la ciudad de México, entre la Reforma y la Intervención », Historia mexicana, n° 139, 1986, pp. 461-476.

17 Auguste Génin, Les Français au Mexique du XVIe siècle à nos jours, Paris, Argo, 1933. Rappelons que, en 1855, 2048 Français avaient pris au Mexique leur « carte de sûreté », ce qui en faisait, selon les chiffres officiels publiés alors par Miguel Lerdo de Tejada, la seconde communauté d’étrangers au Mexique – derrière les Espagnols (avec 5 141 « cartes de sûreté ») et loin devant les Anglais (615), les Allemands (581), les Américains (444) et toutes les autres nationalités (405). Cela dit, comme le fait remarquer Jesús Hermosa, auteur en 1857 d’un Manual de geografía y estadística de la Republica Mexicana, tous les étrangers installés au Mexique ne faisaient pas refaire leur carte de sûreté, loin de là, autant par négligence que par économie, puisque cette carte était payante. Lui estime le total des étrangers de 28 000 à 30 000 personnes (au lieu des 9 234 recensés par Lerdo de Tejada), avec, en leur sein, une prépondérance des Espagnols et des Français (Paris, impr. de Rosa, Bouret et Cie, 1857). Il ne serait pas absurde, en se fondant sur ses réflexions, d’estimer ainsi la communauté française au Mexique de 5 000 à 6 000 personnes autour de 1860 (le chiffre de 12 000 à 14 000 Français, avancé en 1855, non sans arrière-pensées, par l’ambassadeur de Napoléon III, Alexis de Gabriac, semble très exagéré).

18 Aujourd’hui, rue Francisco I. Madero.

19 Aujourd’hui, rue Venustiano Carranza.

20 On s’est fondé, pour cette partie de l’article, sur l’étude exhaustive de l’intégralité des annonces publiées dans Le Trait d’Union, depuis sa transformation en quotidien en juin 1856 jusqu’à sa première suppression en janvier 1858.

21 Voir Memoria presentada al Exmo Sr Presidente sustituto de la Republica por el C. Miguel Lerdo de Tejada, dando cuenta de la marcha que han seguido los negocios de la hacienda publica, en el tiempo que tuvo a su cargo la Secretaria de este ramo, México, impr. de Vicente Garcia Torres, 1857, p. 282 et J. Covo, « La colonie française... », op. cit.

22 Parue trois jours dans Le Trait d’Union, à partir du 18 novembre 1857.

23 C’était essentiellement le cas des annonces pour des produits pharmaceutiques, à l’image des pilules et des onguents Holoway, présents tout au long de 1856-1857 dans Le Trait d’Union et vendus d’ailleurs par ce même Maillefert qui créa en 1865 l’Agence générale d’annonces.

24 De même, en mars 1869, le Restaurant parisien du callejón del Espíritu Santo annonçait une « Révolution dans les prix établis jusqu’à ce jour ».

25 Jacqueline Covo, « La colonie française... », op. cit.

26 Voir Alexandre Dumas, Diario de Marie Giovanni. Viaje de una parisiense, trad. par J. J. Utrilla, introduction de Jacqueline Covo, México, Banco de México, 1981, pp. 9-32.

27 Le Trait d’Union, 10 juin 1857.

28 Le Trait d’Union, 13 août 1857.

29 Le Trait d’Union, 14 août 1856.

30 Voir aussi : « Une lettre à l’adresse de M. Auguste Jouan a été reçue à Tampico et a été déposée chez MM. J. J. Prom et Cie où l’intéressé pourra la réclamer. » (3 novembre 1857).

31 En 1861, Le Trait d’Union reparaissant fugitivement indiquait même, en plus du « mouvement marimaritime» de Veracruz, le « mouvement des principaux hôtels », donnant les dates des arrivées et des départs et les noms de chacun des voyageurs.

32 Voir par exemple : « Avis. Vapeurs du Pacifique. Les bateaux à vapeur de la compagnie de la malle du Pacifique toucheront régulièrement, à partir de ce jour, deux fois par mois, au port du Manzanillo, dans leurs voyages de Panama à San Francisco et vice-versa. » (Le Trait d’Union, 22 avril 1857).

33 « Chemin de fer de Guadalupe. Trains de plaisir. Dans le but de satisfaire aux désirs d’un grand nombre de personnes, il a été disposé que dimanche prochain [...] le train du chemin de fer sera mis en activité, avec la locomotive Guadalupe, faisant quatre allers et quatre voyages de retour [...]. Il y aura un nombre suffisants de wagons pour toutes les personnes qui se présenteront. »

34 L’Ère nouvelle, 23 janvier 1866. Sur l’évolution du paquebot, voir Alain Corbin (éd.), L’Avènement des loisirs, 1850-1960, Paris, Aubier, 1995.

35 Sylvain Venayre, « Le voyage, le journal et les journalistes au XIXe siècle », Le Temps des Médias, n°8, 2007, pp. 46-56.

Table des illustrations

Légende 1. – Trait d’Union, 1er février 1868, p. 4. Bibliothèque nationale de Mexico
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/9605/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 434k
Légende 2. – Trait d’Union, 5 mars 1868, p. 3. Bibliothèque Nationale de Mexico
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/9605/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 456k
Légende 3. – Trait d’Union, 25 novembre 1857, p. 4. Bibliothèque nationale de Mexico
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/9605/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 457k
Légende 4. – Trait d’Union, 5 février 1868, p. 4. Bibliothèque nationale de Mexico
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/9605/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 468k

Auteur

Est maître de conférences en histoire (Centre d'Histoire du XIXe siècle. Université de Paris-I Panthéon-Sorbonne). Ses travaux portent sur l'histoire culturelle du voyage. Il a notamment publié La Gloire de l'aventure. Genèse d'une mystique moderne. 1850-1940, Paris, Aubier, 2002, et Rêves d'aventures. 1800-1940, Paris, La Martinière, 2006, et, en co-direction, L'Histoire culturelle du contemporain, Paris, Nouveau Monde, 2005, et Voyager en Europe de Humboldt à Stendhal, Paris, Nouveau Monde, 2007

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search