Version classiqueVersion mobile

Impressions du Mexique et de France

 | 
Lise Andries
, 
Laura Suárez de la Torre

Étude de l'objet presse/Estudio del objeto prensa

« Sous le trait »

Identités nationales, politiques et médiatiques dans les feuilletons en France et au Mexique au xixe siècle

Marie-Ève Thérenty

Résumé

Dos grandes modelos de periodismo coexisten en el siglo XIX: el modelo anglosajón, apoyado en el hecho y en la información, y un periodismo de opinión que otorga importancia a los escritores y a la literatura. Este último modelo, que se desarrolla en Francia, Alemania, Italia, España y México, es fácilmente identificable debido a la presencia de un folletín al pie de la primera página del periódico. A partir de 1836, año del lanzamiento de La Presse de Emile de Girardin, el fenómeno del folletín cobra importancia en la prensa francesa. El género del folletín es un espacio lúdico reservado a la ficción pero también al relato de viajes y de memorias de vida. Es asimismo un espacio de contrapunto: muchos de los folletines liberales militantes, como fueron los de Eugène Sue y de Alexandre Dumas, fueron publicados en periódicos conservadores. En México, en cambio, el folletín es un género de redundancia ideológica y polémica. Los periódicos conservadores como El Universal, publican más ensayos históricos que de ficción y eligen las fuentes españolas y anglosajonas de preferencia a las francesas, sospechosas por su anticlericalismo y su espíritu subversivo. Los periódicos liberales como el Monitor Republicano o el Siglo XIX privilegian los textos de escritores franceses y, en primer rango, encontramos a Eugène Sue.
Se puede observar entre los autores de folletines publicados por la prensa mexicana una baja representatividad de la literatura nacional –la primer novela mexicana publicada en gaceta es Hermana de los ángeles de Florencio María del Castillo, aparecida en 1854 en El Siglo XIX–, ya que las creaciones literarias más logradas aparecen en otras rúbricas como en la de “Variedades”, y sobre todo en revistas más que en periódicos. El espacio del folletín parece entonces reservado al “Otro”, es decir, a la literatura extranjera, principalmente a la europea y particularmente a la francesa. Es interesante, por lo tanto, constatar que la especificidad de la prensa mexicana es haber hecho del folletín un espacio divisible y disociado, destinado a la encuadernación. Así pues, podemos advertir que el cordón umbilical con el Viejo Mundo se cortaba con relativa facilidad

Texte intégral

  • 1 Chapuys-Montlaville, « Discours à la Chambre des députés », dans L. Dumasy (éd.), La Querelle du r (...)

1Dans les trois premiers quarts du XIXe siècle, coexistent deux grands modèles internationaux de journalisme quotidien : le modèle anglo-saxon appuyé sur le fait et l’information (The Times en constitue le meilleur exemple et le « yellow journalism » ou « journalisme à sensation », un dévoiement possible) et un modèle concurrent fondé sur un journalisme d’opinion donnant une plus large place aux écrivains et à la littérature. Ce deuxième modèle est aisément identifiable grâce à la présence d’une case feuilleton en bas de la première page du journal, matérialisée par un trait horizontal qui divise l’espace du journal en deux. Le journal comporte donc un haut de page et un rez-de-chaussée et se développe sur deux espaces parallèles et contigus. Ce système est né en France et s’est développé, entre autres, en Allemagne, en Italie, en Suisse, en Belgique, en Espagne, au Québec, en Colombie et aussi au Mexique. Dans la plupart de ces pays, cette case a abrité des romans en livraisons, qui ont pris le nom de romans-feuilletons, mais elle a pu aussi accueillir de la critique dramatique, des salons, de la chronique, du courrier de lecteurs, des petites annonces, des charades... Dans tous ces pays, cette case du divertissement est devenue stratégique car les observateurs de la presse ont rapidement compris que le lecteur s’abonnait au journal autant pour l’attractivité de l’offre feuilletonesque que pour des raisons politiques. Dès 1845, en France, le député Chapuys-Montlaville déclare : « On ne s’abonne plus à un journal à cause de son opinion semblable à la sienne ; on s’y abonne, toutes couleurs indifférentes, selon que le feuilleton est plus ou moins amusant1. » En France, le développement du feuilleton a coïncidé avec l’écriture de romans spécialement destinés aux livraisons quotidiennes du journal. Se sont illustrés dans ce genre romanesque Alexandre Dumas, Eugène Sue, Paul Féval, Frédéric Soulié, Honoré de Balzac, George Sand... Au Mexique, le développement du feuilleton national, notamment à l’époque romantique, s’est caractérisé par l’accueil de la traduction de ces romans français. Il s’agit du premier exemple de transfert médiatique massif à l’échelle mondiale.

2L’enjeu de cette réflexion sera de s’interroger sur les différences et les ressemblances entre les deux usages, français et mexicain, de la case du feuilleton. Certes, les grands romans-feuilletons français sont traduits et publiés dans la case feuilleton des journaux mexicains, mais doit-on pour autant assimiler les rubriques et les sections ? Notre démonstration prouvera qu’en fait, les pratiques divergent fondamentalement car elles reflètent les situations politiques des deux pays et surtout leur investissement social et identitaire en ce qui concerne la presse et la nation.

  • 2 Cette méthode d’investigation explique que tout en étant certaine de l’insertion de certaines œuvr (...)

3Commençons, en manière de préalable, par revenir sur les conditions de notre enquête comparative. Notre recherche au Mexique s’est heurtée d’abord à un problème de sources que les spécialistes de la presse mexicaine connaissent bien. Les quotidiens mexicains, même conservés à l’Hemeroteca nationale et même numérisés, ont été très souvent découpés, c’est-à-dire que la rubrique du feuilleton a disparu du numéro. Nous reviendrons un peu plus tard sur cette particularité de la lecture mexicaine, mais elle rend évidemment difficile la connaissance précise des œuvres publiées en feuilleton et en tout cas impossible la constitution d’une liste exhaustive des romans-feuilletons publiés dans la presse mexicaine. L’enquête a donc souvent consisté à croiser des annonces obtenues dans le haut de page du journal avec des informations données par les autres journaux, qui commentent souvent les feuilletons de leurs concurrents2.

  • 3 Sur ce point, voir l’article de Pablo Mora, « Los lazos nacionales y las vías de tinta de Manuel P (...)

4Le deuxième point d’interrogation porte sur la définition même du roman-feuilleton. Entre France et Mexique, il existe une certaine indécision sur cette notion. En France, on distingue nettement les romans-feuilletons écrits spécifiquement pour les journaux quotidiens et les romans publiés par livraisons dans des revues à la périodicité moins fréquente. Madame Bovary de Gustave Flaubert a été publié en 1856 en livraisons dans la Revue de Paris mais n’est généralement pas considéré comme un roman-feuilleton. Au Mexique, la plupart des productions fictionnelles nationales ont été publiées dans des revues et non dans des feuilletons. Mais les Mexicains appellent romans-feuilletons (novelas de folletín) ces romans en livraisons et ne les différencient pas, dans la terminologie, des publications en bas de page des journaux. Ainsi, le roman de Payno, El Fistol del Diablo, paru en partie par livraisons dans la Revista científica y literaria de Méjico, est considéré comme le « grand roman-feuilleton mexicain ». Dans le cadre de cet essai, nous nous concentrerons plutôt sur ce qui paraît dans la case feuilleton des journaux quotidiens mexicains. Nous insisterons donc plus sur des phénomènes de transfert et de traduction que sur la création originale mexicaine. Car au Mexique effectivement, les réflexions littéraires les plus abouties en matière d’identité nationale se font dans des revues comme El Museo mexicano, la Revista científica et El Album mexicano3. Ces revues contiennent les physiologies, les descriptions, les fictions par livraisons, où s’esquisse une définition de l’unité de la nation mexicaine.

5En ce qui concerne la périodisation, nous avons choisi d’enquêter sur vingt ans de publications du feuilleton, depuis 1841 jusqu’en 1863, dans les principaux journaux mexicains (El Siglo XIX, El Monitor republicano, El Universal..) et français (La Presse, Le Siècle, Le Journal des débats, Le Constitutionnel...). Nous avons choisi comme date d’ouverture de notre enquête, 1841, date de création d’El Siglo. Cette date coïncide également en France avec la mise en place de la dynamique du feuilleton qui se manifeste notamment par l’augmentation sensible de la longueur des livraisons. Cette année-là, Le Chevalier d’Harmenthal de Dumas s’étend sur 47 feuilletons du Siècle, et surtout Mathilde d’Eugène Sue déborde sur 89 feuilletons de La Presse. Nous avons décidé d’arrêter notre enquête en 1863. Cette date renvoie en France à la création du Petit Journal, un média de masse qui engage la création d’un nouveau type de roman-feuilleton plus populaire, plus rocambolesque, avec des auteurs comme Ponson du Terrail ou Gaboriau. Cette nouvelle génération de roman-feuilleton vient détrôner le grand roman-feuilleton romantique. 1863, date de l’entrée des Français à Mexico, correspond aussi à une suspension des grands journaux libéraux. Disons que notre périodisation se confond avec la grande vogue du roman-feuilleton romantique en France et au Mexique. Nous allons donc commencer par une enquête sur le contenu de cette case du feuilleton dans les deux pays. Et comme, malgré le transfert de la structure de la case du feuilleton et malgré l’importation de textes français, le Mexique opère un véritable travail d’adaptation, nous proposerons ensuite, à titre d’hypothèses, trois niveaux d’interprétation de la case mexicaine du feuilleton.

Enquête sur le feuilleton

1. Les conditions d’apparition de la case feuilleton en France et au Mexique

  • 4 Voir Gilles Feyel, La Presse en France des origines à 1944, histoire politique et matérielle, Pari (...)
  • 5 Sur ce point, nous renvoyons à notre article, « De la rubrique au genre : le feuilleton (1800-1835 (...)
  • 6 Nous rappelons que La Vieille fille de Balzac n’est pas paru dans le feuilleton de La Presse mais (...)

6En France. C’est en France que naît très tôt le phénomène du feuilleton. Avant de devenir un genre, le feuilleton a d’abord été un espace à remplir, une case textuelle qu’ouvre Le Journal des débats en 1799. Le feuilleton est en fait le fruit d’un subterfuge fiscal. Les propriétaires du Journal des débats, regardant de près la législation, avaient découvert que l’augmentation du format de la feuille du journal (et donc la création d’un espace supplémentaire en haut ou en bas de page) du quarto traditionnel (11, 3 dm2) au petit in-folio (16,1 dm2) pouvait se faire sans augmentation du timbre de trois centimes ni de la taxe postale4. Une augmentation du format était donc possible sans fiscalité supplémentaire. De cette augmentation du format découle la création d’un nouvel espace indépendant au sein du journal. Cet espace est appelé feuilleton par comparaison avec le petit cahier de huit pages que l’on pouvait trouver au centre de certains journaux. Les autres quotidiens adoptent plus ou moins rapidement ce nouvel espace : La Gazette de France en quelques mois ; Le Journal de Paris le 1er octobre 1811 ; Le Constitutionnel seulement en 1832. Le feuilleton est d’abord une case essentiellement littéraire où l’on trouve des articles de critique dramatique et littéraire, des petites annonces et des charades5. Cette vocation littéraire lui vaut d’échapper miraculeusement à la censure sous l’Empire de Napoléon Ier et de rester paradoxalement le seul espace polémique du quotidien. Mais son développement est tributaire de la situation politique. Vivace sous l’Empire, le feuilleton est moins présent et aussi moins inventif dans les années 1820, dans un climat politique moins restrictif. Il retrouve une certaine tonicité à la fin de la Restauration puis, de nouveau, sa présence décline aux lendemains immédiats de la révolution de 1830. Il faut attendre la « digestion » de la révolution pour voir la reconquête du quotidien par le feuilleton et la création du roman-feuilleton, que l’on date conventionnellement de la parution en 1836 de La Vieille fille de Balzac dans La Presse6 d’Émile de Girardin. Ce grand entrepreneur appuie le lancement d’un nouveau quotidien, La Presse, qui innove sur plusieurs points : il divise le prix de l’abonnement par deux, recherche de nouveaux annonceurs pour la quatrième page du journal et ouvre la case du feuilleton à toutes les jeunes gloires romantiques de l’époque. Entre 1836 et 1843, le phénomène du roman-feuilleton prend de plus en plus d’importance : des romanciers comme Eugène Sue, Alexandre Dumas et Frédéric Soulié entretiennent le phénomène. Mais l’événement sans doute le plus significatif en matière de roman-feuilleton est le succès incroyable rencontré par Les Mystères de Paris d’Eugène Sue, qui paraît entre le 19 juin 1842 et le 15 octobre 1843, dans Le Journal des débats.

7Tous les témoignages corroborent ce succès. Dans les cabinets de lecture, on loue le journal une demi-heure pour dix sous. Hugo, Sand et Dumas dévorent le roman et applaudissent. Du haut en bas de la société, du ministre à la portière, on est suspendu aux péripéties du drame quotidien. Théophile Gautier affirme :

  • 7 Citation faite par Lise Queffélec, Le Roman-feuilleton français au XIXe siècle, Paris, Presses uni (...)

Des malades ont attendu pour mourir la fin des Mystères de Paris. Le magique “la suite à demain” les entraînait de jour en jour, et la mort comprenait qu’ils ne seraient pas tranquilles dans l’autre monde s’ils ne connaissaient pas le dénouement de cette bizarre épopée7.

8L’épisode concernant le maréchal Soult, président du Conseil, est fameux. Ne trouvant pas son feuilleton, un matin, il s’enquiert de l’auteur : Sue a été emprisonné la veille pour avoir refusé, comme la plupart des écrivains et artistes, d’assurer son tour dans la Garde nationale et il menace de ne pas reprendre le feuilleton pendant les quinze jours de sa détention. Sans tergiverser ni discuter, Soult le fait libérer sur-le-champ, ayant conscience qu’il s’agit d’un enjeu national.

9Le livre se répand partout : les traductions abondent. En Angleterre, Sue éclipse Dickens. La pièce adaptée du roman fait un succès le 13 février 1844 à la Porte Saint-Martin. Lithographies, caricatures, assiettes, éventails, pains d’épices reproduisent les personnages et les scènes des Mystères. Le succès des Mystères de Paris est encore dépassé par le roman suivant de Sue, Le Juif errant, acheté 100 000 francs par Le Constitutionnel et publié dans le journal du 25 juin 1844 au 26 août 1845. Immédiatement, 20000 lecteurs s’abonnent au journal, qui n’avait plus que 3600 abonnés. En cette année 1844, point culminant du triomphe de Sue, le roman-feuilleton entre dans son ère d’expansion : fin août 1844, sort la première partie de Splendeurs et Misères des courtisanes de Balzac. Le Siècle publie, du 14 mars au 14 juillet 1844, Les Trois Mousquetaires de Dumas. Le Journal des débats entame, le 28 août, Le Comte de Monte-Cristo du même Dumas, Hugo songe aux Misérables (commencé en 1847).

  • 8 Ce roman était paru en France en novembre 1838 dans Le Magasin Universel.
  • 9 « Des cabinets qui, pour ne pas se ruiner en doubles achats, découpent dans les journaux et font r (...)
  • 10 Seul Le Constitutionnel propose, à partir de 1846, des romans-feuilletons dont la mise en page pré (...)

10Au Mexique. Au Mexique, avant l’apparition de la case feuilleton, les quotidiens publient déjà de la fiction nationale ou étrangère, mais dans la rubrique « variétés » située à la troisième ou quatrième page du journal. Les premiers numéros d’El Siglo, parus en octobre 1841, éditent ainsi un roman historique de Théophile Chaigneau en plusieurs épisodes intitulé La Dame de Laval [La señora de Laval]8. La création de la case feuilleton par El Siglo date du 16 septembre 1845, avec le début de la publication des Mystères de Paris. Le grand événement qui crée la case mexicaine du feuilleton correspond donc bien au coup d’éclat parisien de la publication des Mystères de Paris, ce qui confirme l’hypothèse du lien entre les phénomènes dans les deux pays. Or s’il y a transfert, l’adaptation est manifeste puisque El Siglo fait d’emblée de l’espace du feuilleton un espace détachable, autonome, à la pagination séparée, le journal offrant la possibilité de relier ces feuilletons pour composer des romans. Il s’agit très nettement ici d’une spécificité mexicaine. Car si, en France, dans un cadre privé, des femmes commencent, à la fin des années 1830, à découper et à relier des journaux tout comme le font certains cabinets de lecture9, il s’agit d’une appropriation personnelle du journal10. Au Mexique, en revanche, cette pratique est prévue par la mise en page même et très tôt conduit à des pratiques généralisées de découpage. Il faut attendre 1846 pour qu’El Monitor republicano exploite systématiquement cet espace du feuilleton. Le déclenchement est dû aussi à un roman d’Eugène Sue, Martin, l’enfant trouvé, qui vient de paraître en France dans Le Constitutionnel de la même année. Comme El Siglo, El Monitor propose une mise en page qui suggère et encourage le découpage du roman.

2. Le contenu de cette case selon les périodiques

A. En France, une case du contrepoint

11Sous la monarchie de Juillet, le feuilleton est l’espace dévolu à la fiction mais aussi à la chronique, au récit de voyage, aux mémoires (Histoire de ma vie de George Sand et les Mémoires d’outre-tombe de Chateaubriand seront publiés dans cet espace). Rubrique dévolue aux littérateurs, il s’agit souvent d’un espace ludique, en constante interaction avec le haut de page, comme le prouvent les nombreux phénomènes de circulation entre les deux espaces tout au long du siècle. Par exemple, en 1843, alors qu’un vif débat sur le régime des prisons agite l’Assemblée et les journaux, Eugène Sue « fictionnalise » le débat sur les prisons en l’intégrant à sa matière romanesque ou plutôt il « défictionnalise » le roman et organise tout un débat argumenté sur la question dans le feuilleton et dans le roman, en prenant des positions beaucoup plus réformistes que celles du journal. Le débat journalistique prend place au cœur du roman d’une manière très didactique :

  • 11 Eugène Sue, Les Mystères de Paris, Paris, Laffont, 1996, p. 1076.

Résumons en peu de mots les idées pratiques ou théoriques que nous avons tâché de mettre en relief dans cet épisode de la vie de prison.
Nous nous estimerions très heureux d’avoir démontré:
L’insuffisance, l’impuissance et le danger de la réclusion en commun...
Les disproportions qui existent entre l’appréciation et la punition de certains crimes (le vol domestique, le vol avec effraction) et celle de certains délits (les abus de confiance).
Et enfin l’impossibilité matérielle où sont les classes pauvres de jouir du bénéfice des lois civiles11.

12Le feuilleton est souvent l’occasion de l’organisation d’un contrepoint, d’une discordance par rapport au haut de page.

  • 12 Cité par Chapuys-Montlaville dans son discours à la Chambre des députés le 6 avril 1847. Repris pa (...)

13L’un des traits les plus frappants relevés par les observateurs est notamment la relative liberté politique de la case du roman-feuilleton français. Alors même que le roman-feuilleton est souvent une fiction marquée idéologiquement et politiquement, alors même que les débats de la Chambre soulignent la valeur engagée de beaucoup de feuilletons libéraux comme ceux de Sue ou de Dumas, les propriétaires de journaux semblent parfois privilégier le succès de certains romanciers-feuilletonistes par rapport aux principes idéologiques du journal. On voit donc très souvent des journaux conservateurs publier des romanciers-feuilletonistes libéraux à l’image d’Alexandre Dumas, d’Eugène Sue ou de George Sand. Le cas du Journal des débats, organe privilégié de la bourgeoisie conservatrice bénéficiant de subventions du gouvernement au point d’apparaître aux yeux des observateurs comme un organe quasi officiel, et publiant une fiction socialisante comme Les Mystères de Paris, en est un exemple frappant. Le roman de George Sand, Jeanne, paru en 1844 dans Le Constitutionnel en est un autre. Thiers, patron politique de la rédaction du Constitutionnel, aurait ainsi déclaré avec humour en parlant de son journal et des feuilletons qu’il publiait : « Avouez, mon cher, qu’il est bien désagréable d’occuper le premier étage d’une maison dont le rez-de-chaussée est si mal habité12. »

14La case feuilleton est souvent, sous la monarchie de Juillet, une case du contrepoint politique par rapport au haut de page, ce qui engage de nombreux débats à la Chambre des députés par exemple, sur les nuisances du roman-feuilleton. Le roman-feuilleton libéral pourrait conduire des lecteurs populaires à surestimer leur pouvoir de rénovation de la société. Le député Chapuys-Montlaville, dans son discours à la Chambre des députés du 6 avril 1847, explique :

  • 13 Cité dans L. Dumasy (éd.), La Querelle du roman-feuilleton..., op. cit., p. 108.

La lecture habituelle de ces romans, en dégoûtant, ainsi que je viens de le dire, chaque citoyen de sa situation, et en lui faisant concevoir pour son avenir des espérances chimériques, cette lecture provoque le déclassement, en dérangeant le point où chacun doit placer sa dignité personnelle13.

B. Au Mexique, une case de la redondance et de la polémique

15Au Mexique, a contrario, la case du feuilleton est une case idéologique qui, dans la mesure du possible, est pensée comme redondante par rapport à l’idéologie du journal dans lequel elle se trouve. Chaque journal privilégie donc l’insertion de textes qui appuient son idéologie.

  • 14 À cause de la suspension du journal pour cause de guerre contre les États-Unis, le roman continue (...)
  • 15 Il s’agit d’un des rares romans dont le titre n’est pas traduit littéralement. L’Aventurier ou la (...)
  • 16 Georges est un roman publié en France en 1843.
  • 17 Il s’agit d’un roman historique sur la Fronde qui est publié en France en 1845-1846.
  • 18 Ce roman raconte l’histoire du comte de Charney, un prisonnier politique au Piémont, dont la raiso (...)
  • 19 Dans ce cas précis, il s’agit d’une erreur de casting. L’écriture ironique de Louis Reybaud sert u (...)

16Les grands journaux libéraux comme El Siglo et El Monitor publient avant tout des écrivains libéraux souvent connus comme anticléricaux. Parmi ces écrivains, ils privilégient les romanciers-feuilletonistes français avec la double volonté d’échapper à l’emprise de l’ancien colonisateur espagnol et sans doute aussi de s’assimiler l’héritage historique français et notamment la rupture révolutionnaire. Les deux journaux offrent la même hiérarchie dans leurs feuilletons mais El Monitor manifeste une prédilection pour les formes plus littéraires. El Siglo XIX publie à partir du 16 septembre 184514 Les Mystères de Paris avec des illustrations de Rafael Rafael (une des spécificités du feuilleton mexicain est d’être parfois illustré). Il insère d’autres romans de Sue comme Arthur, Le Commandeur de Malte, Le Morne-au-diable15. El Siglo édite aussi plusieurs romans d’Alexandre Dumas : les Mémoires d’un médecin (Joseph Basalmo) en 1849 puis en février 1850 le second volume des Mémoires d’un médecin Je Collier de la Reine), Othon l’archer (1850), Le Vicomte de Bragelonne (publication qui dure toute l’année 1851), Ange Pitou (1852), Georges16, les Impressions d’un voyage en Suisse, La Guerre des femmes17. El Siglo publie également des romans de Paul Féval (Les Amours de Paris et surtout en 1856 Les Mystères de Londres), de Victor Hugo (Notre Dame-de-Paris en 1856). On peut aussi lire dans le feuilleton d’El Siglo, pendant ces années, Cinq-Mars ou une conjuration au temps de Louis XIII d’Alfred de Vigny (en 1850), Picciola18 de Saintine, La Vie humaine par Samuel Bach, Albertine et Le Capitaine des trois couronnes, romans de Michel Masson, Jérôme Paturot à la recherche d’une position sociale de Louis Reybaud, en 1854-185519. On retrouve les mêmes auteurs principaux dans le feuilleton d’El Monitor. Il publie d’Eugène Sue, Martin, l’enfant trouvé (en 1846) et la série romanesque des Sept péchés capitaux (en 1849 et en 1852). Il édite aussi quelques romans d’Alexandre Dumas comme Les Deux Diane (en 1850), Edouard III (1852), Olympe de Clèves (en 1855) ; de Victor Hugo comme Les Misérables (1862), de Paul Féval comme Les Couteaux d’or et Le Bossu (en 1862), de Jules Sandeau Je Château de Monsabrey en 1856), de Frédéric Soulié (Diane de Chivry en 1857), de Constance Aubert (La Noblesse du peuple en 1856), de Joseph Méry (Une Histoire de famille en 1857), d’Edmond About (Eulalie en 1858), d’Élie Berthet (Le Dernier Irlandais en 1862). Les traductions de ces romans sont souvent signalées comme étant exclusives.

17Par ailleurs, l’obsession pour la fiction est moins nette qu’en Europe, le public étant sans doute socialement encore moins diversifié. El Siglo publie donc aussi beaucoup d’essais historiques. En juin 1848, El Siglo donne L’Histoire des Girondins puis L’Histoire de la révolution de 1848 et en 1853, L’Histoire de la Restauration de Lamartine. Il donne également L’Histoire populaire, pittoresque et anecdotique de Napoléon et de la grande Armée par Émile Marco de Saint-Hilaire et L’Histoire de la Convention nationale de Barante, en 1854. En 1861, la réapparition d’El Siglo, après une interdiction, coïncide avec une radicalisation de l’orientation idéologique des publications du feuilleton, souvent plus arides, moins romanesques et recentrées autour de la question religieuse. El Siglo reparaît donc avec La Question romaine d’Edmond About, traduit en espagnol par Francisco Zarco, ouvrage qui prend position contre l’Église catholique. El Siglo justifie cette publication le 15 janvier 1861 en expliquant :

En esta obra se trata con buenas razones y con mucho talento del poder temporal del Papa y de lo conveniente que es la separación completa de las dos potestades. [...] Creemos que este libro tendrá hoy en México un interés de actualidad.

18Le 2 février 1861, El Siglo insère dans le feuilleton une brochure de l’Équatorien Vincente Rocafuerte qui avait prétendu, grâce à elle, répandre au Mexique les principes de la tolérance religieuse et de la république. Selon El Siglo, cette brochure rapidement censurée par les autorités ecclésiastiques avait disparu de la circulation. El Siglo prétend même avoir reçu un des derniers exemplaires des mains de l’auteur pour une réédition. Toujours en 1861, lorsqu’El Siglo publie La Tribune de Lamartine et ses études oratoires et politiques traduites par Francisco Zarco, il insiste encore, le 18 février 1861, sur les vertus pédagogiques de son feuilleton destiné à divulguer un éloquent écho des idées humanitaires du siècle et à être un défenseur des tendances de la démocratie. En juin 1861, El Siglo, décidé à épeler l’alphabet de la littérature didactique libérale, publie Mes prisons de Silvio Pellico. Quant au Monitor, même si l’on ne constate pas au niveau du feuilleton le même durcissement idéologique et les mêmes ambitions didactiques, il publie aussi des écrits non fictionnels à l’ambition polémique. Il édite par exemple Napoléon-le-Petit de Victor Hugo en 1853 et ses discours en 1856. El Monitor publie également les Mémoires de Dumas (en 1852) et les Mémoires de Garibaldi par Dumas (en 1861).

  • 20 L’histoire de ce romancier espagnol (1813-1849) mérite d’être racontée car à dix-sept ans, il s’em (...)
  • 21 Manuel Fernández y Gonzalez est un romancier-feuilletoniste espagnol (1821-1888) très célèbre en E (...)
  • 22 Luis Eguilaz est un romancier et auteur dramatique espagnol.
  • 23 Pedro Mata Fontanet (1811-1877) est un médecin, journaliste, écrivain espagnol, créateur de la méd (...)
  • 24 Patricio de la Escosura est un romancier libéral espagnol (1807-1878). Il participe à la création (...)
  • 25 Carolina Coronado (1821-1911) fut une poétesse et une femme de lettres protectrice des arts ; favo (...)

19Manifestement, El Siglo et El Monitor ne puisent pas dans le vivier des romanciers feuilletonistes espagnols comme ils le font pour les Français. Les emprunts sont plus rares et favorisent généralement les Espagnols libéraux. El Siglo publie en 1853 un roman espagnol, El dios del Siglo par Jacinto de Salas y Quiroga20. Il publie de Manuel Fernández y González21 des romans historiques comme Men Rodríguez de Sanabria en 1855 et El Condestable Don Álvaro de Luna en 1856. Cet auteur est aussi sollicité par El Monitor qui publie de lui Martin Gil, memorias del tiempo del Felipe III, et à partir du 14 mai 1861, La Dama de noche. En 1854, El Siglo publie aussi le roman historique de Luis Eguilaz22 intitulé La Espada de San Fernando, puis à la fin de 1854, le roman Eloísa y Abelardo par Pedro Mata23, dont la publication est d’ailleurs interrompue par l’attente du second volume venant d’Espagne. En mai 1858, El Siglo insère le roman, Simón el cobarde, de Valois de Zorilla qui a, selon le journal, rencontré un grand succès en Europe. Quant au Monitor, il publie en littérature espagnole un grand roman-feuilleton de mœurs Fe, esperanza y caridad par Antonio Flores en 1851 ; un roman historique influencé par Walter Scott et intitulé El Patriarca del valle de Patricio de la Escosura24, paru à Madrid en 1846-1847 et dans le feuilleton mexicain en 1855 ; Jarilla en 1856, un roman espagnol paru en 1850 à Madrid aux Éditions populaires et dû à la plume de Carolina Coronado25 ; le roman de Luis Mariano de Larra, Tres noches de amor y celos, à partir du 16 janvier 1858. Dans les deux journaux libéraux, une vingtaine seulement de romans espagnols ont été publiés entre 1845 et 1863.

20El Siglo publie aussi dans son feuilleton quelques œuvres majeures du patrimoine britannique. En février 1849, il publie ainsi Les Voyages de Gulliver de Swift et en 1858, Le Paradis perdu de Milton.

  • 26 Florencio María del Castillo (1828-1863) participe en tant que co-fondateur à la direction d’El Li (...)

21On peut citer également quelques œuvres mexicaines repérées dans le feuilleton, même s’il faut constater ici une très faible représentation de la littérature nationale. En 1853, El Siglo alterne ainsi dans le feuilleton Histoire de la Restauration de Lamartine avec le récit de voyage du grand auteur mexicain, Payno, Memorias y impresiones de un viaje a Inglaterra y Escocia. Le premier grand roman mexicain publié en feuilleton, semble être le roman de Florencio Maria del Castillo26 intitulé Hermana de Los Ángeles et publié dans El Siglo en avril 1854. Quant au Monitor, il publie en octobre 1856 Paula, un roman original de José Rivera y Río, l’auteur des Mystères de Saint-Côme (1851). Le 19 mars 1861, El Monitor publie un second roman de José Rivera y Río intitulé Fatalidad-Providencia en valorisant, grâce à une annonce parue le 1er mars 1861, la nationalité du romancier. Le 10 mars 1861, le feuilleton se termine en annonçant dans un dernier paragraphe que si les personnages ont été appréciés des lecteurs, une suite sera publiée, qui portera le titre de Mártiresy verdugos. Signes que la case du feuilleton s’ouvre enfin à la littérature mexicaine.

22Des œuvres mexicaines, non fictionnelles et didactiques, sont également présentes dans cet espace. En juillet 1858, à la fin de Simón el Cobarde, El Siglo publie El cuadro histórico de las literaturas griega y latina de Francisco Granados Maldonado, érudit mexicain, notamment traducteur du Paradis Perdu de Milton. El Siglo publie d’autres œuvres documentaires telles que les Souvenirs de la guerre du Texas, par le général D. Vincente Filisola, le Proyectos de código criminal y penal, y de procedimientos en lo criminal par José Julián Tornel, De la libertad del Comercio par Joaquín de Mora...

23De cette relativement faible représentation des œuvres mexicaines dans cette rubrique du feuilleton, il ne faudrait pas tirer de conclusions hâtives. Les œuvres mexicaines, fort présentes en fait dans le journal, occupent une autre rubrique du journal quotidien, celle des variétés, qui trouve ici un usage d’accueil de la littérature nationale, usage qui devient marginal en France après les années 1840.

  • 27 María Esther Pérez Salas, « Los secretos de una empresa exitosa : la imprenta de Ignacio Cumplido  (...)

24Les journaux libéraux réservent donc l’espace du feuilleton à l’autre, à l’étranger, avec une nette surreprésentation de la littérature française. Plus précisément, une surexposition du roman-feuilleton et surtout de deux auteurs, Alexandre Dumas et Eugène Sue. Destinés à illustrer le rapport à la Révolution française et à toute une histoire libérale, les romanciers-feuilletonistes français sont choisis pour des raisons politiques. Ignacio Cumplido, l’éditeur d’El Siglo, a le souci constant de choisir des œuvres qui renforcent les sentiments nationaux des Mexicains et qui, en même temps, favorisent l’éducation de la population27. Un romancier comme Balzac, qui se déclare légitimiste et dont le contenu idéologique des romans se révèle difficile à décrypter, est écarté. Les deux journaux manifestent aussi une véritable fascination pour la pratique parlementaire française et le maniement politique de la rhétorique, comme le montrent les nombreuses publications de discours.

25Si l’on examine maintenant le principal journal conservateur de la période, El Universal, journal qui paraît entre 1848 et 1855, une complète inversion des critères confirme qu’il s’agit bien d’une case idéologique : le journal publie beaucoup d’histoire et moins de fiction ; il évite la source française au profit des Anglo-saxons ou des Espagnols.

  • 28 « La historia de la Reforma protestante en Inglaterra e Irlanda por Sir William Cobbet, traducida (...)
  • 29 El Universal, 15 février 1850.

26Effectivement, El Universal privilégie les récits non fictionnels et historiques dans son feuilleton. Il publie par exemple, en novembre 1848, la Historia de la guerra de Tejas de Filisola. Il publie aussi la Historia de Europe desde el principio de la revolución francesa en 1789 hasta la restauración de los Borbones en 1815 d’Archibaldo Alison. El Universal précise d’ailleurs quelle est la cible cachée de cette publication - les libéraux - en affirmant le 1er mai 1849 que cette histoire est bien meilleure que celle de Thiers, l’historien libéral français. Le 21 juin 1850, El Universal publie encore la Historia de la conquista del Perú, histoire écrite par l’anglais W. H. Prescott, et le 6 décembre 1851, la Historia de la Reforma protestante en Inglaterra e Irlanda par Sir William Cobbett28. Globalement, El Universal privilégie aussi les auteurs espagnols par rapport aux auteurs français. Il publie par exemple le traité de l’idéologue espagnol Antonio Alcalá Galiano, Breves reflexiones sobre la índole de la crisis por que están pasando los gobiernos y pueblos de Europa... Un commentaire explique qu’il s’agit avec ce savant politique espagnol d’étudier « la douleur de la révolution qui agite aujourd’hui les peuples d’Europe29 ». Le 17 avril 1854, il annonce une Historia de los reyes católicos Don Fernando y Doña Isabel par l’auteur américain William Prescott. Le même jour, tout un article en haut de page loue la monarchie espagnole. D’une manière extrêmement élaborée, cette insertion vise à construire une histoire catholique et contre-révolutionnaire.

  • 30 El Universal, 18 janvier 1852.

27Les rares fois où il publie de la fiction, El Universal le justifie par des raisons idéologiques. Il publie ainsi, le 9 novembre 1850, l’épopée chrétienne de Chateaubriand, Les Martyrs, mais préférant éviter les démons du roman, l’Universal appelle Les Martyrs un « poème », déguisant la forme évidemment narrative et fictionnelle de l’objet30.

28Cette case feuilleton est surtout l’occasion d’entretenir toute une série de polémiques entre conservateurs et libéraux. El Universal condamne régulièrement l’immoralité des fictions feuilletonesques publiées dans les journaux libéraux et renvoie d’ailleurs de manière explicite au débat qui gronde en France à la même époque. Par exemple, le 10 février 1849, El Universal s’emporte contre la publication impie des Voyages de Gulliver dans El Siglo et surtout contre les vignettes de Grandville qui illustrent ce feuilleton. Le 5 juin 1849, il fustige la publication des Sept péchés capitaux d’Eugène Sue en feuilletons et cette fois, il vise El Monitor republicano. Le 2 juin 1850, un « premier-Mexico » de l’Universal, c’est-à-dire un article en haut de la première page, entreprend une violente diatribe contre les journaux qui publient des romans qu’aucun père de famille aimant ne mettra sous les yeux de ses enfants. « Ces gens-là corrompent le droit, la morale et les bonnes coutumes », explique le journal.

29La case feuilleton cristallise donc un débat plus idéologique que poétique et lié à la « reconquête » entreprise par El Universal. Ainsi, au moment de la publication des Mystères de l’Inquisition et autres sociétés secrètes d’Espagne par El Monitor, ouvrage condamné par la censure ecclésiastique, El Universal publie dans son feuilleton le rapport de censure du vicaire Sollanon. Il justifie ainsi cette publication :

  • 31 El Universal, 22 septembre 1850.

Nuestros lectores verán los sólidos fundamentos en que apoyó aquel sabio eclesiástico las justas calificaciones que hizo de la obra y de las poderosas razones que tuvo presentes la autoridad eclesiástica, para condenarla conforme lo exigían los intereses de la religión, de la moral y de la sociedad.31

30Les polémiques, comme les romans-feuilletons, se poursuivent avec des rebondissements sur plusieurs livraisons. Pour répliquer à la publication des Mystères de l’Inquisition, El Universal publie, entre le 21 janvier et le 28 mars 1851, une Histoire des sociétés secrètes, c’est-à-dire qu’il dénonce le carbonarisme, la franc-maçonnerie et toutes les sociétés secrètes libérales :

  • 32 El Universal, 22 janvier 1851.

Hoy empezamos a publicar en nuestro folletín esta obra, que no dudamos será leída con interés. [...] Es un deber de conciencia para todos los hombres honrados, para todos los que aman à su patria, investigar afanosamente la causa de sus desastres y de sus amarguras, y teníamos a la vista esa grande obligación al pensar en dar a luz la obra que hoy ofrecemos a nuestros lectores. Utopías bellas como las ilusiones de la adolescencia, pero vanas y perjudiciales como los delirios exaltados de los primeros años, en sueños imposibles de realizarse, predicados por hombres ilusos o mal intencionados que trafican con la inexperiencia de los pueblos, á manera de las cortesanas que trafican con la nesperiencia [sic] de los jóvenes; tal es en una palabra la historia de las ideas socialistas.32

31Une autre polémique naît en 1853 avec la publication par El Monitor de Napoléon-le-Petit de Victor Hugo. El Universal publie des lettres de désabonnement reçues par El Monitor et donne sa lecture de la brochure :

  • 33 El Universal, 21 février 1853.

Es de advertir que el folleto de Víctor Hugo, desde el principio hasta el fin, es un tejido de calumnias no solo contra Luis Napoleón, sino contra las clases más distinguidas y respetables de la sociedad francesa y una virulenta excitación al pueblo [h]ara que se aperciba a la venganza. [...] Todo esto está escrito en estilo “caluroso y elocuente”, como dice El Monitor, pero eso no impide que el folleto sea desahogo a todos las pasiones de la demagogia, y como tal, una producción que da horror.33

32Donc, contrairement à la situation française où il existe des distorsions idéologiques entre haut de page et bas de page, la situation mexicaine s’avère beaucoup plus claire, le journal cherchant à fonctionner plus nettement selon un système de la concordance et de la redondance, quitte d’ailleurs à sous-estimer la teneur réformatrice de certaines fictions. Pour comprendre les raisons de la publication de telle ou telle œuvre dans le feuilleton, on pourrait construire un système matriciel à plusieurs variables : le genre, la nationalité, et l’idéologie de l’œuvre déterminent avec une forte prescription le périodique où elle sera publiée.

II. Les trois niveaux d’interprétation du feuilleton mexicain

33Il s’agit ici de présenter une interprétation du phénomène du feuilleton mexicain qui ne semble pas réductible, malgré l’identité quelquefois des contenus, à une simple copie du phénomène français. Le transfert s’accompagne, comme c’est souvent le cas, de l’adaptation à la situation locale, et les usages de l’œuvre diffèrent, avec des décalages. L’adaptation se situe du côté de la structure même des espaces journalistiques, dans les phénomènes de traduction et aussi dans la lecture possible des romans. Cette deuxième partie de l’article voudrait avoir une valeur programmatique et présenter quelques pistes de recherche susceptibles d’être développées à l’avenir dans les études de transferts franco-mexicains.

Un espace allogène et sécable

34Dans le journal français, le feuilleton est un espace essentiel qui permet de placer le lecteur au centre même de la production journalistique. Cette construction centripète du journal autour du feuilleton s’explique d’abord par l’interactivité créée dans cette rubrique. Les écrivains de romans-feuilletons réagissent souvent en direct par rapport à l’actualité et peuvent également modifier leurs intrigues en fonction de leur public, qui leur envoie un courrier fourni. En témoigne encore une fois les Mystères de Paris. Eugène Sue se retrouve inondé de lettres qui lui confirment le succès de son roman. Les réactions de lecteurs sont tellement nombreuses qu’il n’est plus besoin de signaler l’adresse - 83, rue de la Pépinière - pour que la lettre arrive. Les lecteurs le supplient d’inverser le cours de son roman. Sous la pression du public, Eugène Sue rapatrie ainsi le Chourineur, un personnage qu’il avait envoyé en Algérie. Les lecteurs le supplient ensuite de ressusciter l’héroïne Fleur-de-Marie, ce qu’il refuse de faire.

  • 34 Judith Lyon-Caen, La Lecture et la vie. Usages du roman au temps de Balzac, Paris, Tallandier, 200 (...)

35La deuxième raison qui fait du feuilleton romanesque un espace central est qu’il fournit un réservoir d’identités sociales parmi lesquelles le lecteur peut se repérer. Judith Lyon-Caen a montré que cet espace permettait de décrypter un monde devenu opaque et que très tôt, les fictions feuilletonesques avaient permis à leur lectorat de tenter de définir leurs identités34. Voici, à titre d’exemple, une lettre envoyée par une lectrice à Eugène Sue au moment de la publication de Mathilde, roman-feuilleton publié dans La Presse en 1841. Cette lectrice construit toute une autobiographie en s’appuyant sur le personnel du roman qu’elle vient de lire :

  • 35 Lettre de Paris, 20 juin 1842, reprise dans J. Lyon-Caen, op. rit, p. 193.

Vous allez voir Monsieur combien votre ouvrage m’a touchée de près. Je suis comme Emma fille adultérine. J’ai une mère que j’adore et j’ai éprouvé les mêmes angoisses qu’Emma quand je l’ai su. [...] Je suis loin de demander que l’on flétrisse la condition de la mère, car si la mienne n’eût pas été abandonnée, comme Mathilde de la façon la plus outrageante, je suis certaine qu’elle serait restée vertueuse. Mais elle trouve un Rochegune. Mon père était colonel sous l’Empire et je mets en fait que peu de femmes dans ce cas seraient des Mathilde35.

36Beaucoup de lecteurs, dont certains sont issus des couches les plus défavorisées de la société, racontent leur vie et formulent leur identité sociale à partir de bricolages et d’emprunts, associant passages mimétiques et réécritures des grandes fictions et témoignant à leur façon de l’importance cruciale de l’espace feuilletonesque dans la construction des identités.

37Lorsque le même roman français est publié dans un feuilleton mexicain, le lecteur mexicain est placé dans une situation d’extériorité beaucoup plus grande. Il est d’abord hors de question, en raison des délais et des distances, qu’il puisse intervenir sur la genèse d’un roman déjà achevé et publié. De plus, le feuilleton, même s’il y a sans doute également réappropriation et réinvestissement de l’intrigue, est peuplé de personnages dont le vécu social diffère profondément de la vie mexicaine. Même si son contenu idéologique le rapproche des affaires nationales mexicaines, sociologiquement le feuilleton constitue un espace fondamentalement différent de l’espace national. Il constitue un espace allogène, ce que révèle d’une manière très explicite sa pagination propre. Il est donc tout à fait possible d’envisager de le supprimer. Ainsi, le 7 juin 1861, faute de place pour traiter de l’actualité et en raison aussi de l’embargo, El Siglo choisit d’abandonner la commodité du feuilleton pendant plusieurs mois. Contrairement à ce qui se passe en France, où l’on constate un renforcement de l’importance du feuilleton et une accélération du rocambolesque dans les années 1860, El Siglo décide de supprimer cette rubrique. Cet épisode paraît tout à fait emblématique de la place réservée au feuilleton dans l’économie de la presse mexicaine.

38Car en fait, dans les quotidiens mexicains, le vrai espace identitaire de la fiction se trouve plutôt dans l’article « Variétés » situé à la quatrième page du journal. Dès 1845, lors de la publication du premier feuilleton des Mystères de Paris, El Siglo avait affirmé les fonctions différentes de l’espace du feuilleton et de la case variétés :

  • 36 El Siglo, 16 septembre 1845.

El empeño de corresponder á la honrosa benevolencia con que el público ha acogido este periódico, nos ha decidido a complacer á muchos de nuestros suscritores, poniendo un folletín en el que por separado se insertará la parte de novedades que hasta ahora habíamos incluido en el cuerpo del periódico. La aceptación que ha gozado universalmente la célebre novela que Mr. Sue ha publicado bajo el nombre de Los Misterios de Paris, nos ha decidido a insertarla íntegra. [...] Mas no por esto descuidaremos la inserción de diversos artículos pequeños, ya originales ó ya traducidos, que agradan â nuestros lectores. Sabemos muy bien que la variedad es una de las cosas que más se apetecen en la redacción de la parte literaria, y por lo mismo nos esforzáremos en llenar esta condición y merecer la aprobación de nuestros lectores única cosa à que aspiramos.36

39Les poètes et les romanciers mexicains sont plutôt publiés dans cet espace de variétés que dans celui du feuilleton. Ainsi Payno et Prieto, deux écrivains essentiels de l’identité mexicaine, insèrent respectivement leurs études de mœurs et leurs récits de voyage dans la case variétés d’El Siglo XIX dans les années 1840. Dans le même esprit, Ignacio Cumplido cède au Conde de la Cortina, du 22 avril 1843 au 2 juin 1844, une rubrique destinée à préparer l’étude de la grammaire et de la rhétorique : il ne la loge pas au cœur du feuilleton. L’espace de création, non sécable, non amovible, non détachable, est cette case variétés installée au cœur du journal ; quant à l’espace de transfert, le feuilleton, il est un espace de la réduplication politique plus que sociale. Il s’agit aussi d’un espace amovible et donc facultatif.

40Il est tout à fait intéressant que dans le cadre d’une conquête identitaire nationale et d’une tentative d’émancipation par rapport à la puissance coloniale en particulier, et sans doute par rapport à l’Europe en général, l’espace réservé à l’Europe dans le journal fonctionne comme une fiction-modèle mais qu’il soit en même temps sécable, comme le montrent la pagination et la mise en page du feuilleton, qui prévoient la scission. Comme si dans le journal se rejouait symboliquement chaque jour le geste émancipateur...

Un espace de l’adaptation. Quelle traduction ?

41En France, une des particularités des romans-feuilletons repose sur la coïncidence entre un support et un système de narration. La parution de ces romans-feuilletons est fondée sur des phénomènes de prédécoupage par l’auteur car l’intérêt du roman-feuilleton dépend du suspense ménagé par la livraison. Dans le roman-feuilleton français, tout est dans la coupe. Le célèbre feuilletoniste Ponson du Terrail raconta en 1859 qu’il avait trouvé sa vocation le jour où il avait lu cette phrase qui terminait un feuilleton : « Quelle était cette main ? Quelle était cette tête ? La suite à demain. » Or, matériellement, physiquement, les espaces réservés aux feuilletons dans les journaux mexicains sont sensiblement plus importants que leurs équivalents dans les journaux français. Une des questions qui se posent avec acuité est alors le maintien ou non de ces phénomènes de suspense après la traduction. Les observateurs sont formels : le roman-feuilleton au Mexique offre le même type d’esthétique du suspense qu’en France. Ainsi un article de la Ilustración mexicana datant du 1er janvier 1852 explique :

  • 37 « De la influencia de las construcciones modernas de la literatura », La Ilustración mexicana, 1er(...)

Hanse atribuido también en parte a las exigencias de los directores de periódicos, que imponen al novelista la obligación de concluir el folletín del último día del mes en una situación interesante que obligue al suscritor a prolongar el abono por un mes más. Por ejemplo, si el protagonista trata de ahorcarse, que quede con la soga al cuello.37

42Il faut donc admettre que les traducteurs gèrent leurs travaux avec cette contrainte de la coupe et que les traductions ne sont pas littérales mais s’adaptent au moule du feuilleton mexicain. Le traducteur serait donc plutôt un adaptateur. Un témoignage à propos des Derniers jours de Pompéi de Bulwer et de la façon dont le roman arrive au Mexique est à cet égard édifiant. Le roman anglais n’est pas directement traduit. L’historien libéral et traducteur, Niceto de Zamacois, Espagnol établi au Mexique, en traduit une adaptation française pour La Voz de México, qui la publie dans son feuilleton. Or Le Trait d’Union commente ainsi le travail de Zamacois :

M. Zamacois, [...] a ajouté à cette œuvre de nouvelles descriptions, il a supprimé plusieurs personnages, en a créé de nouveaux, a raconté la fin de beaucoup d’autres, il a augmenté en outre l’intérêt de l’action, enfin il a introduit dans le fond et dans la forme tant d’éléments nouveaux que son œuvre ne ressemble plus à l’original, sur laquelle elle l’emporte.

  • 38 Le Trait d’Union, 4 août 1870.

Il est question d’en faire une édition à part, avec gravures représentant les principaux épisodes du roman et les ruines les plus remarquables de Pompéi38.

43Il faut donc admettre que les romans-feuilletons mexicains constituent probablement des adaptations plus ou moins libres de leurs équivalents français. Cette hypothèse nécessiterait d’être approfondie par une étude systématique des textes et de leurs traductions, mais elle laisse déjà entrevoir, en terme de transferts, des conclusions importantes.

Un espace de la relecture

  • 39 Voir Jean-Claude Vareille, L’Homme masqué, le justicier et le détective, Lyon, Presses universitai (...)

44Il reste à explorer la possibilité d’une relecture des grands romans-feuilletons français à l’aune de la question de l’identité mexicaine. Il est probable que les publications feuilletonesques qui rencontrent le plus de succès sont des fictions adaptées ou adaptables aux questions nationales. Les romans-feuilletons de Sue et de Dumas fonctionnent souvent sur des thématiques qui sont celles de l’identité retrouvée, de la filiation et de la vengeance39, thématiques qui peuvent prendre un sens autant collectif qu’individuel dans une situation traumatique postcoloniale. Encore plus précisément, certains romans publiés au Mexique, comme Georges d’Alexandre Dumas qui est un des rares romans où Alexandre Dumas, lui-même métis, explicite la question du métissage et de la libération, abordent certains sujets qui peuvent trouver une résonance au Mexique. Ainsi dans les premières pages du roman, Alexandre Dumas revient sur le statut spécifique du mulâtre et sur la lutte de la deuxième génération pour avoir un statut et une reconnaissance. Il est frappant de voir que ce roman peu connu de Dumas a eu les honneurs d’une publication rapide au Mexique et il serait évidemment utile d’étudier la réception et l’appropriation de ces textes par les Mexicains. Il faut encore analyser la lecture de ces grands romans-feuilletons par la critique et les correspondances privées pour mettre au jour l’influence de ces thématiques.

45Le feuilleton mexicain est donc un espace du transfert et non de la création. Les éditeurs choisissent des œuvres généralement achevées dont ils peuvent appréhender globalement le fonctionnement idéologique. Libéré souvent de la question des droits d’auteur, qui sur la plus grande partie de la période ne se pose pas, l’éditeur privilégie les phénomènes de duplication. Ainsi s’explique le fait que les journaux libéraux publient de la fiction libérale française. Mais le simple transfert entraîne des modifications considérables d’esthétique.

  • 40 Sur ce point, nous renvoyons à Anne-Marie Thiesse, Le Roman du quotidien, Paris, Seuil, 2000.

46Une autre spécificité des journaux mexicains est le caractère amovible de leur case feuilleton. Elle a été d’emblée considérée comme un espace autonome, sécable, alors qu’en France, la pratique systématique du découpage des feuilletons est plus tardive40. Ce caractère sécable de la case feuilleton mexicaine explique peut-être l’accueil qui est réservé à l’étranger et notamment à la France dans le journal. L’étranger est cantonné dans un espace parallèle à la partie politique, un espace pensé comme un espace de la construction politique plus que véritablement sociale.

47Il reste cependant encore à étudier la réappropriation de ces romans par les Mexicains, aussi bien du point de vue de la traduction que du point de vue d’une relecture collective et nationale des grands mécanismes narratifs du roman-feuilleton : la vengeance, la filiation et l’identité.

Notes

1 Chapuys-Montlaville, « Discours à la Chambre des députés », dans L. Dumasy (éd.), La Querelle du roman-feuilleton. Littérature, presse et politique : un débat précurseur (1836-1848), Grenoble, Ellug, 1999, p. 94.

2 Cette méthode d’investigation explique que tout en étant certaine de l’insertion de certaines œuvres dans le feuilleton, nous n’avons pas toujours les dates précises de publication de ces œuvres.

3 Sur ce point, voir l’article de Pablo Mora, « Los lazos nacionales y las vías de tinta de Manuel Payno ; revistas literarias de la primera mitad del siglo XIX », dans M. Glantz (ed.), Del fistol a la linterna. Homenaje a José Tomás de Cuéllar y Manuel Payno en el centenario de su muerte, México, Universidad Nacional Autónoma de México (UNAM), 1997.

4 Voir Gilles Feyel, La Presse en France des origines à 1944, histoire politique et matérielle, Paris, Ellipses, 1999, p. 61.

5 Sur ce point, nous renvoyons à notre article, « De la rubrique au genre : le feuilleton (1800-1835) », dans M.-E Cachin et al. (éd.), Au bonheur du feuilleton, Paris, Créaphis, 2007.

6 Nous rappelons que La Vieille fille de Balzac n’est pas paru dans le feuilleton de La Presse mais dans la rubrique « variétés ». Nous nous permettons de renvoyer à Marie-Ève Thérenty et Alain Vaillant (dir.), 1836, l’an I de l’ère médiatique, 2001, Paris, Nouveau Monde éditions, 2001.

7 Citation faite par Lise Queffélec, Le Roman-feuilleton français au XIXe siècle, Paris, Presses universitaires de France (PUF), 1989, p. 15.

8 Ce roman était paru en France en novembre 1838 dans Le Magasin Universel.

9 « Des cabinets qui, pour ne pas se ruiner en doubles achats, découpent dans les journaux et font relier les romans qui paraissent en feuilletons », Sainte-Beuve, « De la littérature industrielle », Revue des deux mondes, 1er septembre 1839.

10 Seul Le Constitutionnel propose, à partir de 1846, des romans-feuilletons dont la mise en page prévoit le découpage et la reliure pour en faire un livre. Cette initiative s’intitule la Bibliothèque du Constitutionnel.

11 Eugène Sue, Les Mystères de Paris, Paris, Laffont, 1996, p. 1076.

12 Cité par Chapuys-Montlaville dans son discours à la Chambre des députés le 6 avril 1847. Repris par L. Dumasy (éd.), La Querelle du roman-feuilleton..., op. cit., p. 104.

13 Cité dans L. Dumasy (éd.), La Querelle du roman-feuilleton..., op. cit., p. 108.

14 À cause de la suspension du journal pour cause de guerre contre les États-Unis, le roman continue à être publié dans El Memorial histórico et est achevé dans El Republicano.

15 Il s’agit d’un des rares romans dont le titre n’est pas traduit littéralement. L’Aventurier ou la Barbe bleue était paru en quarante feuilletons dans La Patrie entre novembre 1841 et janvier 1842. Il reparaît sous le titre de le Morne-au-diable en librairie. El Siglo l’intitule El Castillo del Diablo o el Aventurero.

16 Georges est un roman publié en France en 1843.

17 Il s’agit d’un roman historique sur la Fronde qui est publié en France en 1845-1846.

18 Ce roman raconte l’histoire du comte de Charney, un prisonnier politique au Piémont, dont la raison fut sauvée par la culture, entre les pierres de sa prison, d’une petite fleur.

19 Dans ce cas précis, il s’agit d’une erreur de casting. L’écriture ironique de Louis Reybaud sert un projet conservateur. Voir sur ce sujet l’article de Judith Lyon-Caen, « Louis Reybaud panoramiste », dans Romantisme, n° 136 : « L’œuvre-monde au XIXe siècle », février 2007, pp. 27-38.

20 L’histoire de ce romancier espagnol (1813-1849) mérite d’être racontée car à dix-sept ans, il s’embarqua pour l’Amérique, visita divers pays et s’installa même à Lima, où il commença à se faire connaître comme poète. Retourné en Europe en 1832, il s’installe à Madrid, collabore à El Artista et fonde la revue No me olvides. En 1839, il fait un nouveau voyage aux Amériques en tant que diplomate et réside cinq mois à Puerto Rico. En 1849, il publie un roman important, El dios del Siglo, novela original de costumbres.

21 Manuel Fernández y Gonzalez est un romancier-feuilletoniste espagnol (1821-1888) très célèbre en Espagne pour ses romans historiques pleins d’érudition, d’action et de dialogues. Il a publié plus de trois cents romans.

22 Luis Eguilaz est un romancier et auteur dramatique espagnol.

23 Pedro Mata Fontanet (1811-1877) est un médecin, journaliste, écrivain espagnol, créateur de la médecine légale en Espagne. Connu pour ses idées libérales, il a Fondé en 1833 avec des amis le journal El propagador de la libertad et a collaboré à El Vapor. Il a été plusieurs fois exilé et emprisonné pour ses idéaux politiques.

24 Patricio de la Escosura est un romancier libéral espagnol (1807-1878). Il participe à la création d’une société secrète, Los numantinos (1823-1825), chargée de venger la mort du libéral Rafael del Riego et de faire tomber le gouvernement absolutiste. Romantique, il dirige la revue El Artista fondée en 1835.

25 Carolina Coronado (1821-1911) fut une poétesse et une femme de lettres protectrice des arts ; favorable à l’idée de révolution, elle a protégé les proscrits.

26 Florencio María del Castillo (1828-1863) participe en tant que co-fondateur à la direction d’El Liceo Hidalgo, en 1849, aux côtés de Guillermo Prieto, José Maria Roa Barcena, Vicente Riva Palacio et Francisco Zarco. La même année, il édite des nouvelles : Amor y desgracia, La Corona de azucenas. En 1850, il les publie en un volume intitulé Horas de tristeza avec une préface de Guillermo Prieto. Quatre années plus tard paraît Hermana de los Angeles. Dans les années suivantes, il se consacre au combat politique et au journalisme et abandonne la littérature. Notamment, il publie en 1856 des articles libéraux dans El Monitor republicano.

27 María Esther Pérez Salas, « Los secretos de una empresa exitosa : la imprenta de Ignacio Cumplido », dans L. Suárez de la Torre (ed.), Constructores de un cambio cultural : impresores-editores y libreros en la ciudad de México, 1830-1855, México, Insrituto Mora, 2003, p. 102.

28 « La historia de la Reforma protestante en Inglaterra e Irlanda por Sir William Cobbet, traducida a nuestra lengua por el célebre filólogo Chalumeau de Verneuil, es una de las obras que ponen más en claro los peligros del protestantismo, y que referidos por un protestante, tienen toda la imparcialidad que no se esperaría de un católico. Creemos que ya por la evidente utilidad de su lectura, como por la amenidad, gracia y donaire con que están escritas estas cartas, serán de grato solaz y sólida instrucción a nuestros lectores. », El Universal, 6 décembre 1851.

29 El Universal, 15 février 1850.

30 El Universal, 18 janvier 1852.

31 El Universal, 22 septembre 1850.

32 El Universal, 22 janvier 1851.

33 El Universal, 21 février 1853.

34 Judith Lyon-Caen, La Lecture et la vie. Usages du roman au temps de Balzac, Paris, Tallandier, 2006.

35 Lettre de Paris, 20 juin 1842, reprise dans J. Lyon-Caen, op. rit, p. 193.

36 El Siglo, 16 septembre 1845.

37 « De la influencia de las construcciones modernas de la literatura », La Ilustración mexicana, 1er janvier 1852, p. 283.

38 Le Trait d’Union, 4 août 1870.

39 Voir Jean-Claude Vareille, L’Homme masqué, le justicier et le détective, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 1989.

40 Sur ce point, nous renvoyons à Anne-Marie Thiesse, Le Roman du quotidien, Paris, Seuil, 2000.

Auteur

Est professeur de littérature française à l'université de Montpellier 3, membre de l'institut universitaire de France, spécialiste de la presse au XIXe siècle. Ses travaux cherchent à théoriser les relations entre support poétique et discours social. Parmi ses derniers ouvrages: Mosaïques, Être écrivain entre presse et roman, Champion, 2003; La Littérature au quotidien. Poétiques journalistiques au dix-neuvième siècle, Seuil, 2007. Elle édite les articles de presse de Balzac (Garnier-Flammarion) et George Sand (Champion). Elle codirige avec Dominique Kalifa, Philippe Régnier et Alain Vaillant La Civilisation du journal. Histoire littéraire et culturelle de la presse au XIXe siècle, ouvrage encyclopédique à paraître aux éditions du nouveau monde en 2009

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search