Version classiqueVersion mobile

Impressions du Mexique et de France

 | 
Lise Andries
, 
Laura Suárez de la Torre

La circulation et la distribution des imprimés/La circulacion y la distribucion de los impresos

Identités nationales et mondialisation médiatique

Étude de titrologie comparée (Mexique, France, Grande-Bretagne, Espagne – 1821-1861)

Alain Vaillant

Résumé

A partir del siglo XIX, asistimos a un verdadero proceso de mundialización mediática, incluso si no implica todavía a las culturas populares tradicionales. El objeto de este estudio ha sido comparar la evolución de los títulos de periódicos de cuatro países, Francia, México, España y Gran Bretaña, de 1821 a 1862, siendo México el objeto central en la época que concierne de la independencia hasta la intervención francesa. La razón por la cual nos limitamos a los títulos de los periódicos se debe, en primer lugar, a la necesidad de delimitar un corpus inmenso que hubiera sido imposible estudiar a partir de un análisis de contenido. Por otra parte, un título implica que el público lector establece un sistema de representaciones al que se confiere inmediatamente un sentido; refleja una colectividad de imágenes compartidas, de estereotipos o de doctrinas, todas ellas reflejos del entorno cultural de cada periodo considerado. El proyecto fue entonces trazar a partir de los títulos, las principales líneas directrices del paisaje mediático que corresponde al país examinado.
Ahora bien, hemos constatado al término de este estudio que la evolución de la publicación periódica mantiene a lo largo del siglo XIX las mismas inflexiones principales, y esto de manera sincrónica sin importar las diferencias geográficas, sociales o políticas. Así pues, están incluidas la transformación tipográfica, la compaginación, la ilustración, la distribución de rúbricas. Este sincronismo permite suponer, más allá de los fenómenos de influencia habitual, la imposición progresiva e ineluctable de modelos transnacionales que refleja el desarrollo global de la comunicación y la emergencia de una verdadera civilización periodística. La primera etapa, que va de los años 1821 a 1840, corresponde al desarrollo de una prensa de opinión que otorga un lugar a los debates ideológicos. La segunda etapa, hasta los años 1850-1860, se caracteriza por la aparición de nuevas necesidades culturales vinculadas con la modernización de los modos de vida. La demanda mediática es variada (educativa, de entretenimiento, de información de todo género) y se dirige a públicos diversos: niños, mujeres, señoritas. Si la prensa tradicional subsiste, la novedad se debe a la aparición de publicaciones periódicas a la vez menos militantes y más orientadas a seducir al público. La tercera etapa está marcada por la aparición de una prensa popular: en Francia el Petit Journal de Moïse Millaud es lanzado en 1863 y logra rápidamente cautivar cientos de miles de lectores. La última etapa, después de los años 1870-1880, podrá definirse como la época de oro de la prensa cotidiana, con la multiplicación de títulos de periódicos y el nacimiento y prodigioso desarrollo de una cultura mediática de masas.
A pesar de esta uniformidad e internacionalización de los fenómenos mediáticos, existen empero variantes interesantes que diferencian un país de otro. A pesar de la comunidad lingüística, España no representa la fuente principal de inspiración para los títulos mexicanos (diez comparados con los más de 50 franceses). La influencia de la antigua metrópoli es más sensible en el campo religioso, donde tres periódicos católicos mexicanos retoman algún título español. Existe un profundo predominio del modelo francés en la prensa mexicana, además de una verdadera connivencia intelectual entre los dos países. Las cifras son espectaculares: dos tercios de los títulos son comunes entre México y Francia, es decir 57 de 162. La proporción disminuye a 58% para España y a 45% para Gran Bretaña. La herencia revolucionaria y su retórica inspiran numerosos títulos de periódicos mexicanos: El Amigo de la Paz y de la Patria, el Espíritu Público, el Tribuno del Pueblo. Pero podemos hablar también de una iniciativa “titulológica” original en México, dados los 46 títulos que no tienen equivalentes en otros países. Estos títulos hacen referencia a un contexto preciso de la historia mexicana o a su universo concreto natural, vegetal o animal. Asimismo, la prensa mexicana tiene una predilección por las palabras que evocan imágenes: el gladiador, el crepúsculo, el arcoiris

Texte intégral

La mondialisation médiatique : objets et méthodes

1Le XIXe siècle est apparemment le théâtre d’un extraordinaire paradoxe. D’un côté, c’est en ce siècle que, à la suite et le plus souvent à l’image de la Révolution américaine puis de la Révolution française de 1789, s’affirment les identités nationales, avec leur cortège de contestations populaires et d’insurrections patriotiques. Un long processus historique s’engage alors, que le congrès de Vienne, s’efforçant de restaurer la primauté du principe dynastique, ne pourra que ralentir en Europe et qui, en Amérique, donnera progressivement au continent sa physionomie actuelle, résultant de l’émancipation des anciennes colonies anglaises, françaises, espagnoles et portugaises. D’un autre côté, l’entrée dans la modernité, qui coïncide avec la révolution industrielle et avec l’intensification des transferts bilatéraux et des échanges internationaux, engage, bien avant le monde d’aujourd’hui, un mouvement irréversible de mondialisation qui, outre ses conséquences politiques et économiques, se caractérise de la façon la plus visible par l’uniformisation des pratiques et des modes de vie. La seule différence avec l’époque contemporaine, qu’on ne saurait certes pas considérer comme négligeable, est que cette première mondialisation ne touche que les classes moyennes et laisse à peu près intactes les cultures populaires traditionnelles.

  • 1 Jürgen Habermas, L’Espace public, Paris, Payor, 1978 [éd. allemande : 1962].

2Le paradoxe n’est qu’apparent. L’émergence des identités nationales va de pair avec la structuration progressive de l’« espace public » – tel que l’a théorisé Jürgen Habermas1 –, qui exerce une très grande force d’homogénéisation idéologique et sociale au niveau national. Cette fois au plan international, cette homogénéisation s’observe aussi logiquement entre les différents espaces publics, qui sont conduits à dialoguer, à se comparer, à se conforter mutuellement, à s’imiter. Or la presse est au cœur de ces deux processus parallèles. C’est elle seule qui offre aux démocraties politiques en voie de constitution l’instrument indispensable du débat public, de la confrontation des idées et du rassemblement des opinions individuelles autour d’objectifs communs d’action-même et surtout lorsque la démocratie élective, encore balbutiante, prive le plus grand nombre des citoyens d’un droit de vote effectif. C’est encore elle qui, rythmant désormais les existences particulières par le tempo uniforme du journal quotidien, est le moyen principal de la médiation, voire de l’innovation culturelle, tous domaines confondus (le théâtre d’abord, mais aussi la littérature, les loisirs, les modes vestimentaires, l’éducation des enfants, etc.). Selon une double métaphore alors inlassablement ressassée, le journal est à la fois le prolongement de la tribune politique, à laquelle il offre la puissance de démultiplication de l’imprimé, et le substitut du salon aristocratique – un substitut que, cependant, une diffusion socialement limitée préserve, au XIXe siècle, des contraintes et des excès de la culture de masse. Enfin, c’est toujours la presse qui, parallèlement aux voies de la diplomatie traditionnelle et retrouvant en somme la première mission qui était la sienne au temps de Théophraste Renaudot, sert de relais à la diffusion internationale des idéologies, des réputations, des modes, des stéréotypes collectifs, et contribue ainsi à uniformiser l’offre et la demande culturelles. Mais il y a plus. Le journal est en lui-même une forme-contenu : si sa circulation au-delà des frontières nationales favorise l’exportation des faits de culture, l’essentiel est qu’elle lui permet de s’exporter lui-même. Car tout périodique est, en tant que tel, une forme d’appréhension et d’organisation du monde, implique un système global de représentation du réel. L’internationalisation des modèles journalistiques est sans doute à ce titre le facteur le plus déterminant dans l’homogénéisation culturelle qu’on constate à partir de la révolution industrielle : c’est pourquoi on peut à bon droit parler, dès le XIXe siècle, d’un véritable processus de mondialisation médiatique, même si c’est l’effet conjoint de la culture de masse qui, au XXe puis au XXL siècles, la fera paraître au grand jour sous son visage le plus brutal.

  • 2 Voir en particulier Michel Espagne, Les Transferts culturels franco-allemands, Paris, Presses univ (...)

3Si les études de cas sont nécessaires et si, en particulier, les travaux des chercheurs sur les échanges franco-allemands ont joué un rôle scientifiquement fondateur pour la compréhension des mécanismes de transferts culturels2, la connaissance fine et érudite de ces relations bilatérales doit donc être comprise dans le cadre plus vaste de ce phénomène généralisé de mondialisation, et comme une contribution partielle à l’histoire universelle des échanges médiatiques. Tel est du moins l’horizon, bien sûr inaccessible, qu’on s’est ici donné, et dont on a tiré trois conséquences méthodologiques concrètes.

4Idéalement, on rêverait d’une connaissance globale et parfaite de la presse mondiale. Mais il est évidemment impossible de tout lire, de lire et de dépouiller tous les journaux de tous les pays du monde, pour quelque période que ce soit. Le premier parti pris a été de déterminer un point de vue, de choisir un lieu d’observation, c’est-à-dire un pays à partir duquel il serait possible d’examiner, par comparaison, la production journalistique d’autres nations. Pour des raisons d’efficacité, le choix du Mexique plutôt que celui de la France, dans le cadre de ce travail collectif sur les transferts franco-mexicains, s’est très vite imposé. La presse mexicaine est numériquement beaucoup moins importante et par voie de conséquence plus facile à cerner que la presse française : la logique voulait que le plus petit élément servît de pierre de touche pour des comparaisons ultérieures avec d’autres pays.

5En effet, le deuxième principe de méthode a été de ne pas s’arrêter à une comparaison franco-mexicaine. Nous aurions couru le risque d’induire d’une similitude fortuite entre tel journal français et tel journal mexicain l’idée d’un lien de causalité directe, par la seule méconnaissance d’un autre modèle étranger, soit que ce modèle ait influé à la fois sur la France et le Mexique, soit qu’il ait servi d’intermédiaire entre les deux cultures journalistiques. Plus généralement, la détermination progressive de standards internationaux, s’imposant naturellement à tous par leur succès, a plus d’importance culturelle au XIXe siècle que les cas, remarquables mais limités, d’influence directe. Il a donc paru indispensable d’adjoindre aux presses française et mexicaine celles de l’Espagne et du Royaume-Uni. De l’Espagne, parce qu’elle est pour le Mexique l’ancienne puissance coloniale et que, a priori, on pouvait soupçonner de nombreux emprunts directs, risquant de passer inaperçus pour un observateur français ; du Royaume-Uni, qui est alors pour tous l’incontestable référence en matière de presse. On avait aussi songé, dans un premier temps, à leur adjoindre les États-Unis, mais, du moins jusqu’à la fin du siècle, l’histoire des journaux nord-américains obéit à des logiques essentiellement locales ou nationales, dans tous les cas médiocrement exportables. Les quatre pays sur lesquels a porté l’étude comparée sont donc : la France, le Mexique, l’Espagne, le Royaume-Uni.

6Enfin, le troisième et dernier choix méthodologique a été celui de la titrologie. Un titre de journal n’indexe pas seulement le projet éditorial de son directeur. Il implique aussi, de la part du public, un système de représentations où il puisse faire immédiatement sens, une communauté partagée d’images, de stéréotypes ou de doctrines que reflète, pour chaque période considérée, l’ensemble des titres en circulation dans une aire culturelle donnée. Par l’examen des titres, le but a donc été de reconstituer le paysage médiatique propre aux quatre pays sélectionnés et d’en esquisser les principales lignes de force, puis de les comparer entre eux. Très concrètement, l’enquête titrologique a donc commencé par l’établissement de la liste chronologique, en fonction de leur date de création, des périodiques mexicains. Dans un second temps, on a recherché, pour chacun de ces périodiques, à quelle date avait apparu, lorsqu’il existait, un titre identique ou comportant de fortes similitudes lexicales dans les trois autres pays. Être le premier ne signifie d’ailleurs pas qu’on a été nécessairement imité par les autres. Sauf dans les cas d’imitation patente (comme pour la reprise ostensible des titres de la presse révolutionnaire française), on s’est gardé de conclure à un phénomène d’influence directe. Il est sans doute souvent arrivé que, dans deux environnements culturels similaires, le même titre, recourant à la même référence symbolique, ait été trouvé à quelques années de distance : la similitude compte ici plus que la chronologie exacte.

7Les deux objectifs complémentaires de l’enquête, dont les résultats sont présentés d’abord synthétiquement dans les tableaux 1 à 3 (voir ci-dessous) puis exhaustivement dans le tableau comparatif figurant en annexe, étaient en effet d’une part d’observer le mécanisme d’uniformisation médiatique, repérable par la reprise des titres, avec ou sans variation, d’autre part de mettre l’accent, malgré cette homogénéisation globale, sur les spécificités nationales ; à cet égard, un sort particulier devait être fait aux titres n’apparaissant que dans un seul des quatre pays étudiés. Après une présentation synthétique et globale de la genèse de la presse moderne (européenne ou américaine), on présentera successivement les principales leçons de l’étude titrologique, cette fois au plan national : on verra que le lien entre les presses espagnole et mexicaine est réel mais assez distendu, et que le journalisme anglais, s’il est une référence indiscutée, est moins imité qu’on pouvait s’y attendre. En revanche, l’influence propre du, ou plutôt des modèles français, de la presse révolutionnaire à celle de la monarchie de Juillet, est éclatante, et met d’autant mieux en valeur les facettes originales de la presse mexicaine.

  • 3 Miguel Ángel Castro y Guadalupe Curiel (ed.), Publicaciones periódicas mexicanas del siglo XIX : 1 (...)
  • 4 Pour les journaux anglais et français, pour lesquels les problèmes de traduction nécessitaient des (...)

8Il reste néanmoins, avant d’entrer dans le vif du sujet, à fournir d’ultimes précisions ou justifications quant à la méthode. Le choix de la périodisation ne présentait aucune difficulté. Comme terminus a quo, la date de 1821, coïncidant avec la proclamation de l’indépendance mexicaine, allait de soi. D’autre part, le parallèle franco-mexicain étant l’un des axes principaux de l’étude, on ne pouvait évidemment le poursuivre au-delà de l’année 1861, où commence l’occupation du pays par les armées de Napoléon III et où la présence française sur le sol mexicain allait inévitablement fausser les données. En outre, afin de contenir les quatre corpus respectifs dans des dimensions raisonnables, n’ont été retenus que les titres édités dans les capitales des quatre États (soit Mexico, Paris, Londres et Madrid), sauf exceptions explicitement mentionnées, pour la presse espagnole. Enfin, la source bibliographique à la base de ce travail a été, pour le Mexique, le catalogue rétrospectif des périodiques de la Bibliothèque nationale de Mexico3, et, pour les trois autres pays, les catalogues en ligne de la British Library et des bibliothèques nationales d’Espagne et de France4. Rappelons, pour terminer, qu’à la comparaison s’ajoutait, en ce qui concerne les périodiques français et anglais, une difficulté de traduction, pour retrouver tous les équivalents possibles des titres en langue espagnole. Il n’est pas impossible que l’un de ces équivalents ait échappé à notre vigilance : tout au plus peut-on légitimement espérer que ces lacunes éventuelles n’invalident pas les conclusions principales de l’enquête.

Tableau 1. Distribution générale des titres entre les quatre pays (Mexique, France, Grande-Bretagne, Espagne)

Nombre de pays où sont présents des titres semblables

Nombre de titres semblables

4

54

3

37

2 (Mexique, France)

13

2 (Mexique, Grande-Bretagne)

2

2 (Mexique, Espagne)

9

2 (total)

24

1 (Mexique)

46

1, 2, 3 ou 4 (total général)

162

Tableau 2. Origine des titres apparaissant pour la première fois

Pays d'apparition d'un nouveau titre

Nombre* de nouveaux titres

Mexique

19 (+46**)

France

54

Grande-Bretagne

21

Espagne

16

* Le nombre total est ici de 156, et non de 162 : nous n’avons pas compté ici les titres où le seul élément commun était les trop peu significatifs Semanario ou Album

** Ce nombre de 46 représente les titres ne figurant qu’au seul Mexique (voir tableau 1)

Tableau 3. Répartition géographique des titres manquants

Pays où manque l'équivalent national d'un titre mexicain*

Nombre de titres manquants

France

57

Grande-Bretagne

89

Espagne

68

* Équivalent national, en effet, et non pas nécessairement linguistique. L’équivalent anglais de la Gaceta imperial de México est la London Gazette, mais l’équivalent espagnol est la Gaceta de Madrid

*

Les genèses nationales de la presse moderne

9La première conclusion de l’étude comparée est sans doute la plus importante et confirme, au-delà de ce que l’on escomptait, ce dont on pouvait intuitivement faire l’hypothèse. Il apparaît en effet, à partir des données chronologiques et de quelques sondages dans les différentes presses nationales, que l’évolution de l’imprimé périodique suit partout au XIXe siècle les mêmes inflexions principales, quelles que soient les différences géographiques, sociales, politiques. Non seulement les modèles éditoriaux sont à peu près les mêmes et les similitudes sont frappantes dans les transformations de typographie, de mise en page, d’illustration ou de rubricage, mais surtout ces évolutions sont grossièrement synchrones, à travers toute l’Europe et même d’un continent à l’autre, donc dans des contextes culturels que tout oppose a priori. C’est d’ailleurs précisément ce synchronisme qui permet de soupçonner, au-delà des phénomènes habituels d’influence, l’imposition progressive, et inéluctable, de modèles transnationaux, qui reflète le développement global de la communication et l’émergence d’une véritable civilisation du journal.

  • 5 La Grande-Bretagne avait ainsi vu, dès 1747, la naissance de The Universal Magazine of Knowledge a (...)
  • 6 La mode des panoramas est cependant plus ancienne en France. Si le Panorama de las señoritas. Peri (...)

10On peut distinguer quatre phases principales dans l’histoire des journaux au XIXe siècle. La première va jusqu’aux années 1830-1840. La presse, qui était presque exclusivement savante et littéraire au XVIIIe siècle, s’ouvre au débat contradictoire, relayant et structurant la confrontation idéologique entre les mouvements d’opinion ou les partis. Cette presse d’opinion, qui sert de médiation et de porte-parole à des groupes constitués hors d’elle, est souvent assez rudimentaire sur le plan de la présentation éditoriale, laisse la meilleure place à la rhétorique argumentative et, du point de vue stylistique, a une très nette prédilection pour la solennité de la grande éloquence publique. La deuxième phase correspond approximativement au deuxième tiers du siècle. Si les conflits politiques ne sont certes pas éteints, l’évolution du public – en particulier, l’affermissement de la bourgeoisie au détriment des anciennes élites – fait apparaître de nouveaux besoins culturels en lien avec la modernisation des modes de vie. L’intérêt exclusif pour le débat idéologique laisse la place à une demande différenciée – demande d’éducation, de divertissement, d’informations en tous genres (spectacles, finances, modes...) – et venue de publics divers – les enfants, les femmes, les demoiselles... si la presse d’opinion traditionnelle subsiste bien sûr, la nouveauté est donc l’apparition de périodiques à la fois moins militants et plus soucieux de séduire. Le journal devient une entreprise culturelle, visant un public mieux ciblé et s’attachant à mieux définir ses contenus, ses rubriques. « Presse magazine », dirait-on aujourd’hui : c’est alors en effet que le terme « magazine » – ou « magasin », selon la forme française du mot arabe, ou « almacén », dans la version espagnole – connaît une nouvelle jeunesse, après avoir connu une première vogue au XVIIIe siècle5. Le Mexique suit à son tour la mode, avec la création en 1840 de l’Almacén universal. Artículos de historia, geografía, viajes, literatura y variedades (Mexique [M]). Le terme de « magasin » incarne la vocation encyclopédique de tels périodiques, mais d’un encyclopédisme moins austère et moins structuré que celui des Lumières, et ouvert sur le divers, le pittoresque, l’hétéroclite de la vie moderne : d’où les termes de Diorama (El Diorama. Semanario histórico, geográfico y literario [1837, M]) ou de Panorama6, sans compter les innombrables Musée (ou Museum, ou Museo), Bibliothèque (ou Library, ou Biblioteca), ou Album. Enfin, à côté du journal politique quotidien, le rythme hebdomadaire convient particulièrement à cette presse culturelle : d’où l’abondance de titres contenant les mots semanario, semaine ou weekly, selon les versions espagnole, française ou anglaise. Quant aux deux dernières phases de l’histoire de la presse au XIXe siècle, qui sont hors de notre cadre chronologique, on n’en fera ici qu’une brève mention. Les évolutions conjointes du public, de la technologie et, souvent aussi, de la législation permettent l’apparition, dans les années 1850-1860, d’une presse à meilleur marché et dont le succès repose d’abord sur le fait divers, le divertissement et l’émotion : le modèle en est, en France, le lancement du Petit Journal de Millaud en 1863. Enfin, la fin de siècle, véritable âge d’or de la presse quotidienne, voit la naissance puis le prodigieux développement d’une culture médiatique de masse, adossée à des journaux de très grande diffusion qui acquièrent un poids économique ainsi qu’une influence politique et sociale uniques dans l’histoire de l’imprimé. Sur le plan rédactionnel, cette suprématie est assurée par le recours systématique au sensationnel, la recherche effrénée du scoop et de l’événement.

11Cependant, ce schéma historique en quatre étapes, qu’on retrouverait sans doute également dans tous les pays peu ou prou occidentalisés, n’empêche évidemment pas les inflexions locales, qu’il faut maintenant signaler pour les quatre nations de notre échantillon.

12Le cas de la Grande-Bretagne est très particulier. Elle a connu dès le XVIIe siècle sa révolution politique, conclue par le Bill of Rights de 1689, et le principe de la liberté de la presse y est garanti dès 1695. Dès le XVIIIe siècle sont fondés des journaux destinés à faire durablement référence, comme The Censor (1717), The London Post (1722) et surtout, bien sûr, The Times (1788). La pratique du débat politique lui est donc familière au XIXe siècle, mais reste cependant socialement circonscrite. L’élitisme social y va en effet de pair avec le libéralisme politique, et c’est en 1855 seulement que l’abolition de la loi sur le timbre permettra d’abaisser sensiblement le prix du journal et de toucher un public plus large et plus modeste. Réservée jusque là à une aristocratie et à une bourgeoisie qu’une longue tradition libérale et l’ouverture de la religion anglicane au débat intellectuel ont accoutumées aux genres délibératifs, la presse anglaise fait référence ; les quotidiens en sont réputés pour la qualité du travail journalistique, les revues pour la rigueur et la sincérité de la critique. En revanche, c’est significativement à la France que la Grande-Bretagne empruntera le modèle du journal satirique illustré, avec la création, en 1841, du Punch, imitant La Caricature de Philipon (1830).

13Tout autre, en effet, est la situation de la France. Celle-ci sort, au début du XIXe siècle, d’une extraordinaire période d’euphorie journalistique. Pendant presque toute la période révolutionnaire, la presse y a été libre, militante, agressive, mordante ; elle a été au premier rang des combats idéologiques et a symbolisé, parfois à ses risques et périls, l’esprit de contestation et d’interpellation du pouvoir, si bien que son ombre, redoutée ou regrettée, flottera tout au long du siècle et sera systématiquement convoquée à chaque nouvelle crise révolutionnaire – en 1830, en 1848, en 1871. Cependant, à l’exception de ces spasmes politiques éphémères, l’histoire de la presse française a été marquée dès la prise de pouvoir par Bonaparte (1799) d’une suite presque ininterrompue de régimes administratifs ou législatifs répressifs, si bien que, dès la Restauration, l’opposition politique s’est confondue avec le combat pour la liberté de la presse et que, d’autre part, la contestation a très tôt appris à se déplacer sur le terrain de la culture (les spectacles, la littérature, les débats intellectuels, les arts, mais aussi les modes vestimentaires, la vie parisienne, la chronique mondaine, etc.) et y a adopté ce ton d’ironie, de légèreté et de satire qui devient très vite, en France et à l’étranger, la marque de l’esprit parisien. Il s’ensuit que la culture française brille alors d’un éclat extraordinaire – la notion de culture doit se comprendre ici de façon restreinte, par opposition aux sphères politique mais aussi savante–, et que le pouvoir de séduction inégalable qu’elle exerce constitue sans doute l’originalité majeure de la presse de l’époque.

14Le Mexique offre encore un autre cas de figure. Plus encore que celle de la France, son histoire est scandée, depuis la proclamation d’indépendance de 1821 jusqu’à l’établissement de la dictature de Porfirio Díaz en 1876, par une succession d’insurrections, de renversements de régime, de coups d’État et de guerres, civiles ou étrangères, menées sur le territoire national. Dans ces conditions, le combat politique reste omniprésent et au premier plan de l’activité journalistique. Mais, parallèlement, la presse accompagne et reflète un processus accéléré de constitution d’une identité mexicaine, qui passe par la vie intellectuelle et littéraire et qui va chercher en Europe ses modèles : d’où une double imbrication du politique et du culturel, du patriotisme national et de l’ouverture aux influences extérieures. Cette intensification de l’activité culturelle, qui, curieusement comme en France, est particulièrement sensible à partir des années 1830, se lit dans les chiffres eux-mêmes : selon notre dépouillement, 31 nouveaux périodiques sont créés dans les années 1821-1830, puis la production passe à 44 et 50 titres dans les deux décennies suivantes, avant de retomber à 37 pour la période 1851-1860.

15En revanche, si l’Espagne, qui sort profondément déstabilisée de l’occupation française et des années de guerre contre les armées de Napoléon, connaît presque autant de crises et d’affrontements civils que le Mexique, elle ne bénéficie certes pas de la même dynamique nationale. À cette histoire politique passablement chaotique s’ajoute, pour la presse madrilène, la concurrence, beaucoup plus forte que pour les autres pays, des grandes métropoles régionales (Barcelone, Cadix, Séville...) : ces circonstances expliquent, parmi d’autres, une empreinte de l’Espagne sur la presse mexicaine, plus faible qu’on pouvait s’y attendre, à en juger par l’étude des titres.

Mexique-Espagne : une relation distendue

16Les faits peuvent se résumer en quelques chiffres. Malgré la communauté de langue, l’Espagne n’est qu’à 16 reprises la source première d’un titre mexicain (à comparer aux 54 titres français : voir le tableau 2). De même, à 68 reprises un titre mexicain ne trouve pas d’équivalent espagnol, alors que le chiffre tombe à 57 pour la presse française. Les liens entre les presses espagnole et mexicaine, tout réels qu’ils sont, n’ont donc pas la force ni la signification qu’on présumerait entre une métropole et son ancienne colonie. Lorsqu’ils existent, ils ne vont pas non plus toujours dans le sens prévu ; parmi l’ensemble des titres présents dans les deux pays, si le titre espagnol est dans 57 cas attestés avant le titre mexicain, le journal mexicain est antérieur 29 fois : ces dernières données méritent une analyse qualitative, titre par titre.

17Parmi les 57 journaux antérieurement présents en Espagne, on ne s’étonnera pas de trouver des périodiques très anciens, datant de l’époque coloniale : il va ainsi de soi que la Gaceta imperial de México, apparue en 1821 au moment de l’indépendance, soit postérieure de plus d’un siècle à la Gaceta de Madrid (1697), ou que El Censor mexicano de 1823 ne précède pas El Censor de Madrid (1781). Quant à l’Almacén universal de Mexico, il n’est créé qu’en 1840, près de trente ans après l’Almacén de frutos literarios de Cadix (1813), mais l’influence de la presse française de la monarchie de Juillet (par exemple celle du célèbre Magasin pittoresque d’Édouard Charton, qui ne renierait pas le sous-titre Artículos de historia, geografía, viajes, literatura y variedades) est au moins aussi vraisemblable que celle du modèle andalou. De même le succès de L’Artiste français (1831) a pu jouer directement à la fois sur El Artista espagnol (1835) puis sur son homologue mexicain (1853). Le lien est plus facilement conjecturable lorsque les créations des deux périodiques sont proches dans le temps : il en va ainsi, notamment, d’ElAmigo delpueblo (lancés en 1822 et 1827 respectivement en Espagne et au Mexique), El Tiempo (1833[E] et 1834[M]), El Vapor (1834[E] et 1835[M]), El Duende (1836[E] et 1839[M]), El Gabinete de lectura (1841 [E] et 1845 [M)), El Cangrejo (1841 [E] et 1848[M]), El Globo (1844[E] et 1849[M]). Il est aussi fréquent que le titre se mexicanise au passage. Le madrilène El Ateneo (1833) devient El Ateneo mexicano (1844) ; El Liceo Artístico y literario español (1838), El Liceo mexicano (1844) ; La Ilustración (1849), La Ilustración mexicana (1851).

18Il est aussi remarquable que les périodes d’effervescence politique espagnole soient riches en création de titres, souvent chargés de fortes valeurs symboliques, qui sont tôt ou tard repris au Mexique. Le premier moment est celui de la lutte contre l’occupant français, où se révèle une prédilection marquée pour le lexique de la lumière (celle de la flamme ou du jour), traduisant l’enthousiasme patriotique et le désir de renaissance nationale : sont ainsi lancés El Fanal (1812 pour l’Espagne [E], 1822 pour le Mexique [M]), El Sol (1812[E] et 1823 [M]), La Antorcha (1813[E] et 1833 [M]), Aurora (1812[E] et 1835[M]), ainsi que El Imparcial (1812[E] et 1837[M]) et El Espanol libre (1813 ; le titre mexicain, datant de 1851, est simplement El Español). La deuxième grande crise politique espagnole, dans les années 1820, est marquée par le conflit entre Ferdinand VII et les partisans de la Constitution de 1812 et par une nouvelle intervention française. De nouveaux journaux au titre significatif naissent : El Atleta de la libertad (1822 ; El Atleta est lancé en 1829 à Mexico), La Verdad (1820 en Espagne, 1854 au Mexique), El Restaurador (1823[E] et 1837[M, El Restaurador mexicano]), El Independiente (1822[E] et 1839[M]), El Amigo del pueblo (1822[E] et 1827[M]). Relevons encore, dans cette catégorie de titres à connotation politique, l’apparition, en Espagne puis au Mexique, des journaux El Constitucional (1837[E] et 1844[M]), El Patriota (1837[E] et 1845[M]), El Orden (1851 [E] et 1852[M]), La Independencia española (1858[E] et 1861 [M, La Independencia]). Redisons d’ailleurs, presque au terme de cette comparaison, que l’influence de l’Espagne doit être fortement relativisée, car la plupart des titres espagnols mentionnés ci-dessus sont eux-mêmes des reprises de journaux étrangers – français pour une bonne part, comme on le constatera.

19En revanche, l’influence de l’ancienne métropole est plus sensible dans le domaine religieux, particulièrement dans les années 1840-1850, où trois périodiques catholiques mexicains reprennent un titre espagnol : El Católico (1840 en Espagne et 1845 au Mexique), La Religión y la razón (1842[E] et 1853[M, La Religión]), La Cruz (1842[E] et 1855[M]).

20Au demeurant, le Mexique est lui-même loin d’être en retrait en matière d’inventivité titrologique puisque, pour 29 périodiques, l’initiative revient à la colonie émancipée, tout particulièrement dans deux domaines qui révèlent la dynamique politique et culturelle propre au Mexique. Tout d’abord, de nombreux titres, souvent repris très tardivement en Espagne, reflètent, tout au long du siècle, la recherche continue d’unité nationale et de réforme politique : Espíritu público (1829 au Mexique et 1863 en Espagne), Voz de la patria (1829[M] et 1868 [E]), El Fénix de la libertad (1831 [M] et 1844[E, El Fénix]), El Demócrata (1833[M] et 1879[E]), La Oposición (1834[M] et 1881 [E]), El Voto nacional (1838[M] et 1854[E]), El Estandarte nacional(1843[M] et 1868[E, El Estandarte]). Rien ne montre mieux la différence entre les deux traditions politiques que cette simple variation d’intitulé : en 1839, le syntagme principal du journal espagnol El defensor del rey est repris, au Mexique, pour former le noyau du plus patriotique El Defensor de la nación. En outre, une deuxième catégorie concerne des périodiques culturels (littérature, instruction et divertissement réunis, comme le veut la mode européenne) dont les titres, empruntés à la presse anglaise et surtout française, affichent un air de modernité : El Iris (1826 au Mexique, 1841 en Espagne), El Amigo de la juventud (1835[M] et 1849[E, El Amigo de los niños]), El Album mexicano (1849[M] et 1858[E, El Álbum de las familias]), El Economista (1849[M] et 1856[E]), La Civilización (1849[M] et 1861 [E]), El Ómnibus (1851 [M] et 1859[E]), El Movimiento (1860[M] et 1877[E]). Enfin, notons-le ici avant d’y revenir ultérieurement : la presse mexicaine a un goût pour le pittoresque et le concret qui ressort jusque dans les titres et dont semble hériter la presse madrilène. C’est à Mexico que naît, en 1834, El Mosquito mexicano, qui s’acclimatera sous le ciel de France (Les Moustiques républicains, 1848) puis d’Espagne (El Mosquito, 1864). Même mouvement du Mexique vers l’Espagne pour La Sombra de Moctheuzoma Xocoyotzin (1834), à rapprocher de La Sombra de Niño (Madrid, 1868), et pour Las Cosquillas (1852 au Mexique, 1869 en Espagne).

L’exception anglaise

21Il n’est en effet pas excessif de parler d’exception anglaise, tant la presse britannique se singularise par rapport à tous les autres pays de notre échantillon. Là encore, quelques chiffres suffiront à fixer les idées. Cette presse, pourtant si ancienne et suscitant unanimement tant d’admiration et d’émulation, n’est à l’origine que de 21 titres mexicains – guère plus que les 16 titres espagnols. Encore ces titres sont-ils le plus souvent ceux de journaux très anciens, qui ont été depuis très longtemps repris partout et dont l’origine du nom s’est sans doute souvent perdue : ainsi en est-il des périodiques The Censor (1717), The London Post (1722), The Observator (1681), The Times (1791), dont les imitations mexicaines sont créées respectivement en 1823 (El Censor mexicano), en 1826 (El Correo semanario de México), en 1827 (El Observador de la República Mexicana) et en 1834 (El Tiempo). On ne s’étonnera pas non plus de retrouver l’attention portée à l’éducation des jeunes anglais, dans la création inaugurale de The Friend of Youth (1811) et du Children’s Magazine (1799), bien avant le lancement des équivalents mexicains (El Amigo de la juventud, 1835 ; Diario de los ninos, 1839). Un titre retient cependant l’attention, The Bee (1833), insecte piqueur qui laisse deviner l’intention satirique du journal (« universal weekly pamphlet ; containing something to hit everyman’s taste and principles »), et qui est l’archétype de tous les moustiques ou mosquitos déjà rencontrés, ou des célèbres Guêpes d’Alphonse Karr.

22Surtout, 89 titres mexicains, soit près de 55 % du total, n’ont aucun équivalent anglais. Cette véritable anomalie s’explique par des causes culturelles profondes, qui touchent à la nature de la presse et de la mentalité britanniques. Le Royaume-Uni est tout d’abord une monarchie parlementaire déjà ancienne, dont la tradition politique, nourrie de libéralisme, est aux antipodes de l’héritage révolutionnaire français et de sa rhétorique qui inspire tant de titres mexicains : on n’y saurait donc trouver les avatars anglais d’El Amigo de la paz y de la patria (1822) ou de l’Esplritu público (1829), ou de quelque titre renvoyant à une conception excessivement populaire de la citoyenneté (comme El Voto nacional [1838], El Demócrata [1833] ou El Tribuno del pueblo [1856]). Plus généralement, la langue, ou du moins la presse anglaise se méfie des mots à forte valeur symbolique, chargés de connotations idéologiques ou émotionnelles : pas de version britannique, donc, pour Aurora, El Imparcial, El Estandarte nacional, El Universal, La Voz de la religión, La Civilización, La Esperanza, El Orden.

23L’esprit de sérieux anglican et le bon sens semblent exclure de la même manière les mots concrets et pittoresques, faits pour provoquer l’imagination : pas de place donc, contrairement aux presses mexicaine ou française, pour des titres attirant le chaland grâce à un « lutin » [« duende »], une « sorcière » [« bruja »], un « diable boiteux » [« diablo cojuelo »], une « lorgnette » de théâtre [« anteojo »], un « cabinet de lecture » [« gabinete de lectura »], un « omnibus » [« ómnibus »]. Un chat doit être un chat. Si le titre est concret, il est alors pris au pied de la lettre : The Athlete (1866) n’a rien à voir avec les hardis défenseurs de la liberté ou de la religion qu’allégorisent sous ce mot les journaux mexicains, français et espagnols, mais c’est un des premiers périodiques consacrés à l’athlétisme, The Phoenix Gazette (1882) se spécialise dans la prévention et l’extinction des incendies – chacun sait que le phénix renaît de ses cendres... –, Sword and Shield (1870), sans rapport avec la satirique et mexicaine Espada de D. Simplicio (1855), est un magazine chrétien d’armes d’attaque et de défense.

24Au bout du compte, l’image qui ressort de la presse britannique est très contrastée. Référence inégalable et incontestée, ses pratiques journalistiques, en avance sur celles de la plupart des autres pays européens, sont sans aucun doute imitées. Pourtant, elle ne semble pas produire des types aussi aisément exportables en dehors du monde anglo-saxon. Il est aussi probable que cette singularité apparente traduise le décalage, du point de vue des idéologies, des sensibilités et des univers imaginaires, entre traditions catholique (Mexique, France, Espagne) et protestante (Grande-Bretagne) : mais on peut seulement en faire l’hypothèse dans le cadre de ce travail sur les journaux.

Le modèle français

25S’il y a un processus général de mondialisation médiatique au cours du XIXe siècle, l’autre conclusion majeure de cette enquête titrologique est bien la profonde empreinte du modèle français sur la presse mexicaine et, au-delà, la véritable connivence culturelle entre les deux pays. Les chiffres sont spectaculaires. Les deux tiers des titres sont communs au Mexique et à la France – soit 57 sur 162 : rappelons que, d’après le tableau 3, la proportion tombe à 58 % pour l’Espagne, à 45 % pour la Grande-Bretagne. De surcroît, sur ces deux tiers, un tiers exactement (54 titres : voir le tableau 2) est d’origine française. Cette surreprésentation de la presse hexagonale a deux causes très nettement repérables.

26La première – la plus importante quantitativement – est l’imitation des journaux de la Révolution par la presse mexicaine. De 1822 à 1856, 24 de ces titres se retrouvent ainsi repris ou adaptés à Mexico : L’Ami de la patrie et Le Fanal en 1822, L’Indicateur en 1825, L’Ami du peuple en 1827, L’Esprit public et Voix du peuple en 1829, Le Phénix en 1831, Le Singe, Le Flambeau, Le Démocrate et La Vérité toute nue en 1833, L’Aurore en 1835, Le Cosmopolite en 1836, L’Impartial en 1837, Le Défenseur du peuple et L’Indépendant en 1839, Le Diable boiteux en 1843, Le Moniteur universel en 1844, Le Patriote français et La Voix du peuple en 1845, Le Républicain en 1846, La Vérité en 1854, Le Tribun du peuple en 1856. L’autre cause, déjà signalée, est l’influence de la culture française et de sa presse mêlant selon des dosages variables l’instruction, le divertissement, la littérature et parfois le rire. Outre El Duende (1839), El Ómnibus (1851), El Artista (1853), journaux déjà cités, El Recreo de las familias (1837) rappelle La Récréation (1833), El Liceo mexicano (1844), Le Lycée français (1819), El Daguerreotipo (1850), Le Daguerréotype théátral (1849), El Nuevo mundo (1855), Le Nouveau monde (1849).

  • 7 Voir Marie-Ève Thérenty et Alain Vaillant, 1836, l’an I de l’ère médiatique, Paris, Nouveau Monde (...)

27Éloquence politique et diversification culturelle : tels sont bien les deux traits qu’ont en commun, de part et d’autre de l’Atlantique, les presses de Mexico et de Paris. Mais le parallèle peut être poussé plus loin. La chronologie du journalisme mexicain, pour la période considérée (1821-1861), peut grossièrement se découper en trois temps. Dans les premières années qui suivent l’indépendance, l’heure est à la confrontation d’idées, au choix entre les principaux modèles constitutionnels d’organisation nationale. Puis on assiste, autour de 1830, à une floraison de journaux à tonalité satirique et aux titres très pittoresques : Taller de cohetería. Diálogos crítico-alegóricos entre un cohetero y un tamborilero [1827], El Cardillo [1828], El Toro. Diálogos críticos-jocoserios entre un cohetero y un tamborilero [1830], La Lima de Vulcano [1833]. Enfin, apparaissent les périodiques culturels, plus professionnels, techniquement mieux réalisés et destinés à un public souvent ciblé. Or cette périodisation se retrouve presque à l’identique en France, qui passe de la presse délibérative de la Restauration au journalisme de l’ère Girardin7, en passant par les feuilles impertinentes et spirituelles façon Figaro, qui ont préparé ou suivi la chute de Charles X. Cette coïncidence est sans nul doute un hasard de l’histoire ; elle reste pour autant remarquable. Moins remarquable, cependant, qu’une autre coïncidence que rien à notre connaissance n’est venu expliquer. Le 8 octobre 1841, Ignacio Cumplido, grand entrepreneur de presse mexicain et principal « passeur » culturel entre la France et le Mexique, fait paraître le premier numéro du célèbre El Siglo XIX, l’un des quotidiens politiques majeurs de ce milieu du XIXe siècle. Or, c’est précisément en octobre 1841 que le journaliste d’opposition Eugène Pelletan, ami de George Sand, fonde lui aussi Le Dix-neuvième siècle, journal politique, quotidien, des intérêts nationaux et du commerce : l’incertitude qui demeure sur le lien entre les deux titres – y a-t-il eu une influence ? Et dans quel sens ? – est un beau symbole des relations complexes entre la France et le Mexique, en une période également féconde, sur les plans politique, intellectuel et culturel, pour les deux pays.

La spécificité mexicaine

28Car on aurait tort de réduire la presse mexicaine à l’imitation des modèles étrangers, espagnols ou, surtout, français. Au contraire, les 46 titres qui ne figurent qu’au Mexique – chiffre énorme, pour une production si limitée – permettent de tracer le contour à la fois original et cohérent de l’identité mexicaine.

29Le plus frappant est le grand nombre de titres renvoyant à l’univers très concret des réalités naturelles, végétales ou animales : végétales pour El Cardillo (1828), La Camelia (1853), animales pour La Águila mexicana (1823), El Toro (1829), El Cuervo mexicano (1848). Plus généralement, le souci est très sensible de colorer le journal grâce à des évocations très familières, qui appartiennent à la vie quotidienne du peuple : par exemple, La Marimba (1832), La Palanca ([le levier], 1849), Las Cosquillas ([les chatouilles], 1852), La Pata de cabra (1855). La presse mexicaine aime aussi, davantage que les autres, le mot qui fait image : le gladiateur (1830), le crépuscule (1835), le souffleur (1841), l’arc-en-ciel (1844), l’épée (1855). Ce goût du détail concret, volontiers allié au pittoresque dans les titres de journaux satiriques, va de pair avec la référence fréquente au peuple ou aux vertus démocratiques dans les titres politiques (El Genio de la libertad [1832], El Eco del pueblo (1834), Biblioteca mexicana popular y económica. Instrucción para el pueblo [1851], Los Gracos [1851]). Le mot abstrait, employé alors absolument, peut acquérir la force performative d’une profession de foi : pour terminer, on admirera à sa juste valeur le magnifique appel à La Sinceridad (1851).

30La véritable originalité mexicaine est peut-être précisément ici, dans cette dualité assumée, où les idéaux révolutionnaires et l’enthousiasme romantique, hérités de la France, s’allient aux réalités du Nouveau Monde, les modes culturelles importées de la vieille Europe à l’affirmation, fût-ce sur le mode burlesque ou amusé, des singularités locales. Cette dualité ne reflète nullement l’hétérogénéité du public – le peuple mexicain étant illettré dans une écrasante majorité, la presse s’adresse presque exclusivement aux élites bourgeoises du pays, profondément occidentalisées elle est la forme, très paradoxale, que prend, dans un État confronté à son interminable gestation et aux conflits intérieurs qui le minent, l’idée même de l’unité nationale.

Annexe

Tableau comparatif des titres de journaux mexicains, français, anglais et espagnols (1821-1861)

Annexes

Note explicative

Les dates retenues ne valent que pour les journaux mexicains, qui sont au centre de la comparaison. Lorsque les titres français, anglais ou espagnols ont été créés avant ou après ces deux dates, nous les faisons figurer dans ce tableau. Quant aux dates de publication, elles sont celles du premier numéro conservé à la Bibliothèque nationale du Mexique, qui n’est pas nécessairement le premier numéro imprimé. Nous rappelons d’autre part que n’ont été recensés, sauf exceptions signalées pour l’Espagne, que les périodiques édités dans les capitales respectives. Nous avons aussi écarté, pour le Mexique, les périodiques éphémères (ayant paru pendant moins d’une année), les listes commerciales, les journaux professionnels, les journaux en langue étrangère.

Enfin, un système de niveaux de gris a été adopté pour faciliter la lecture du tableau : les zones gris foncé correspondent à des titres manquants dans le pays correspondant à la colonne, les gris clair à la première apparition d’un titre, les gris moyen à un titre attesté au Mexique seulement.

Notes

1 Jürgen Habermas, L’Espace public, Paris, Payor, 1978 [éd. allemande : 1962].

2 Voir en particulier Michel Espagne, Les Transferts culturels franco-allemands, Paris, Presses universitaires de France (PUF), 1999.

3 Miguel Ángel Castro y Guadalupe Curiel (ed.), Publicaciones periódicas mexicanas del siglo XIX : 1822-1855, México, Universidad Nacional Autónoma de México (UNAM), 2000 et Publicaciones periódicas mexicanas del siglo XIX : 1856-1876, México, UNAM, 2003, partie I.

4 Pour les journaux anglais et français, pour lesquels les problèmes de traduction nécessitaient des vérifications complémentaires, on a aussi utilisé les instruments bibliographiques suivants : Catalogue of the Newspaper Library Colindale, Londres, British Library, 1973 ; Eugène Hatin, Bibliographie historique et critique de la presse périodique française, Paris, Firmin-Didot, 1866.

5 La Grande-Bretagne avait ainsi vu, dès 1747, la naissance de The Universal Magazine of Knowledge and Pleasure, la France, en 1795, celle du Magasin encyclopédique.

6 La mode des panoramas est cependant plus ancienne en France. Si le Panorama de las señoritas. Periódico pintoresco, científico y literario n’est créé qu’en 1842, le Panorama d’Angleterre date de 1816, soit dix ans, paradoxalement, avant The Panoramic Miscellany anglais.

7 Voir Marie-Ève Thérenty et Alain Vaillant, 1836, l’an I de l’ère médiatique, Paris, Nouveau Monde éditions, 2001.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/9600/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 67k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/9600/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 135k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/9600/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 441k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/9600/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 381k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/9600/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 358k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/9600/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 432k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/9600/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 138k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/9600/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 455k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/9600/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 401k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/9600/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 141k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/9600/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 395k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/9600/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 406k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/9600/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 383k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/9600/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 130k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/9600/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 50k

Auteur

Est professeur de littérature française à l'Université de Paris X-Nanterre. Sa spécialité est l'étude de la littérature et de la presse françaises du XIXe siècle, dans leur dimension rhétorique, leur spécificité en tant que genre énonciatif et leurs stratégies de pouvoir. Il a notamment publié une Histoire de la littérature française du XIXe siècle (en collaboration avec Jean-Pierre Bertrand et Philippe Régnier), Paris, Nathan université, 1998; 1836. L'an I de l'ère médiatique (en collaboration avec Marie-Ève Thérenty), Paris, Nouveau-Monde éditions, 2001, et il a dirigé Écriture/Parole/Discours, littérature et rhétorique à l'époque moderne, Saint-Etienne, éd. Printer, coll. « Lieux littéraires », 1997. Il codirige avec Dominique Kalifa, Philippe Régnier et Alain Vaillant La Civilisation du journal. Histoire littéraire et culturelle de la presse au XIXe siècle, ouvrage encyclopédique à paraître aux éditions du nouveau monde en 2009

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search