Versión clásicaVersión móvil

Impressions du Mexique et de France

 | 
Lise Andries
, 
Laura Suárez de la Torre

La circulation et la distribution des imprimés/La circulacion y la distribucion de los impresos

Les calendarios mexicains et le « beau répertoire d’almanachs illustrés offerts par l’Europe et en particulier la capitale de la France »

Miguel Rodríguez

Resumen

Desde la independencia de México en 1821, aparecen en las grandes ciudades del país numerosos editores que intentan implantarse en el nuevo mercado, dándose a la tarea de publicar uno o más almanaques que se diferencian y se complementan entre sí. De tal manera que se puede recorrer la historia de la edición en México en el siglo XIX a través de dichos calendarios publicados por cada una de las editoriales. Las fuentes que sustentan el presente artículo comprenden las ricas colecciones de almanaques que fueron publicados entre 1820 y 1870, el final de la intervención francesa, y los cuales se encuentran resguardados en su mayoría en las bibliotecas nacionales de México y de Madrid.
Durante este medio siglo, los almanaques se caracterizan por su fuerte demanda y su bajo precio, y su publicación comprende imágenes y textos diversos provenientes en gran medida de Europa. Sin embargo, no será de la antigua metrópoli, sino de París de donde provendrán títulos, temas e imágenes. Los calendarios mexicanos ofrecen a un público ávido de novedades procedentes de Francia, una idea de lo que está a la moda en la “capital del siglo XIX”. En un sentido más amplio, estas publicaciones vulgarizan la producción cultural francesa de la época. Este artículo intenta reunir todo tipo de indicios que nos permiten identificar este tipo de obras con un modelo francés. No obstante, al adaptar dicho modelo a las circunstancias del momento y al transformar las corrientes de ideas y de conocimientos en instancias de legitimación en los conflictos acontecidos en el México de mediados de siglo, los almanaques contribuyen a la formación de un imaginario homogéneo, de un imaginario nacional

Texto completo

No sólo hemos tenido a la vista el rico y hermoso repertorio de Almanaques ilustrados que ofrece la Europa, y principalmente la capital de la Francia, sino que también hemos contado con la cooperación preciosa de muy buenas plumas originales de diferentes países.

  • 1 Almanaque universal hispanoamericano para todos los años..., Paris, imprenta española y americana (...)

1C’est ainsi qu’en 1853, dans sa présentation, l’Almanaque Universal Hispanoamericano signale la source de tous les sujets curieux ou utiles qui remplissent ses pages : aphorismes, sentences, « préservatifs hygiéniques » et conseils de médecine domestique, contes et anecdotes, articles littéraires, etc., interminables miscellanées qui sont caractéristiques du genre de l’almanach, « obra utilísima y entretenida, de instrucción y de recreo a la vez »1. Rédigé par des gens de lettres et coordonné par José Segundo Flórez, cet Almanaque Universal se différencie nettement des autres almanachs hispano-américains parce qu’il est publié à Paris et – par là même – parce qu’il explicite ses emprunts : « Los mejores almanaques [...] que se publican en Francia y en el resto de Europa resume en sí lo más selecto de cuanto en este género ha visto la luz pública. » Cet Almanaque cite en particulier une chronologie rédigée par « un sabio académico de Bruselas », il évoque aussi bien le calendrier positiviste, « obra del eminente filósofo Augusto Comte », que l’Almanach de Gotha et l’Annuaire du bureau des longitudes, « bajo la inspección del sabio Arago ».

2Les almanachs publiés au Mexique à la même époque, qu’on appelle calendarios plutôt que almanaques, sont moins précis quant à leurs sources mais ils sont eux aussi tributaires de modèles français. Nous essaierons ici de mesurer l’ampleur de ce phénomène et de voir si les almanachs espagnols ont pu, eux aussi, servir de référence.

Le genre de l’almanach et le monde de l’édition

  • 2 John Grand-Carteret, Les almanachs français (1600-1895), Paris, 1897 (reprint Slatkine, Genève, 19 (...)

3L’accession à l’indépendance politique en 1821 correspond, pour le monde de l’édition au Mexique, à un tournant décisif. Pour la première fois est établie la liberté de la presse, qui va de pair avec la circulation des idées à travers l’imprimé. La rupture du lien colonial s’accompagne aussi de la fin du monopole royal qui avait été accordé par la couronne espagnole à certains typographes. C’est ainsi que, jusqu’à l’indépendance, seul existait dans la Nouvelle-Espagne l’almanach de Felipe de Zúñiga y Ontiveros – appelé Kalendario –, qui suivait le modèle européen mais calculait la position des astres à partir du méridien de Mexico. Publié pour la première fois en 1753, il était accompagné depuis 1778 d’un guide pour étrangers (Guía para que las personas que tuvieren negocios en esta Corte, sepan las Casas de los Sujetos, que obtienen empleos en los Tribunales y Juzgados de ellas), sorte d’annuaire administratif et commercial d’un peu plus d’une centaine de pages, comme il en existait également en France2. Dans les dernières années du XVIIIe siècle, ce même imprimeur publia une version portative de l’almanach de 32 pages, d’un format beaucoup plus réduit, qui fut diffusée sous l’appellation de calendario manual. Les publications annuelles de Zúñiga y Ontiveros jouissaient d’un privilège accordé par Charles III, dont hérita et bénéficia jusqu’à sa mort en 1825 le fils de l’imprimeur, Mariano.

4Or pendant ces premières années de l’indépendance, les publications d’Ontiveros se voient concurrencées par d’autres faiseurs d’almanachs, encouragés sans doute par l’esprit d’initiative et par le goût de liberté qui règnent alors : c’est le cas des almanachs d’Alejandro Valdés en 1822, de José Mariano Mateos Guerrero - à Puebla-, en 1824, de Martin Rivera, et surtout de ceux du célèbre journaliste et romancier José Joaquín Fernández de Lizardi, dit le Pensador Mexicano, qui publia en 1824 et 1825 un Calendario histórico y pronóstico politico. Témoins et vecteurs d’un nouvel esprit civique, ces almanachs vont vite ajouter des « notes historiques » et des informations sur le Mexique aux rubriques habituelles du Calendario de Ontiveros et, plus généralement, à celles des almanachs espagnols qui comportaient depuis le XVIIe siècle le comput ecclésiastique, les fêtes religieuses mobiles et les heures de lever et de coucher du soleil. À partir de cette époque, le format et le nombre de pages des calendarios augmentent. Au calendrier proprement dit, l’almanach ajoute tout un ensemble d’informations diverses et devient, à la fin des années 1820, un calendario manual de 8 sur 12 cm (calendario de Galván) ou de 7 sur 9 cm (celui de Martin Rivera). Assez rapidement le format va se fixer à 8 ou 9 cm sur 13 et cela jusque dans les années 1870.

5Le Calendario de Mariano Galván commence à paraître en 1826. Il reprend d’une certaine manière la formule de « double » publication d’Ontiveros (ce dernier disparaît d’ailleurs à ce moment là) : le calendrier suivi d’un guide pour étrangers répertoriant les activités publiques de la ville de Mexico. Galván publiait également une version plus courte du Calendario qui se limitait au calendrier, avec les fêtes religieuses et les heures de lever et de coucher des astres. Le Galván se maintiendra pendant presque deux siècles : c’est aujourd’hui le seul almanach encore existant et il est toujours largement consulté. On peut considérer le Galván comme un pionnier puisque, à partir des années 1830, tous les grands éditeurs de Mexico se doivent de publier au moins un calendario. Ils choisissent, pour accompagner le calendrier, des textes représentatifs de la ligne éditoriale de la maison et placent en dos de couverture de la publicité pour leurs propres ouvrages. Les almanachs mexicains du premier XIXe siècle sont donc de bons révélateurs de l’évolution des entreprises d’édition mexicaines : parmi les plus grandes, celle de Salazar en 1833, de Cumplido en 1835, de Lara en 1839, de García Torres en 1841, de Rafael de Rafael et de Andrade.

  • 3 Voir sa contribution en Laura Suárez de la Torre (coord.), Constructores de un cambio cultural : I (...)

6Pour se distinguer de leurs concurrents, certains éditeurs utilisent des motifs iconiques dès les années 1820. Le Pensador Mexicano, dans ses almanachs patriotiques des années vingt, se sert par exemple de planches représentant des hommes ou des femmes ayant participé aux luttes d’indépendance, et inclut dans son calendario histórico de 1824 une allégorie de la fédération mexicaine, portant notamment un bonnet phrygien. Cependant les imprimeurs d’almanachs ont encore rarement recours à l’illustration, sans doute pour des raisons économiques. Les choses changent à la fin des années 1830. En 1836, le calendario de Galván, outre des gravures sur bois accompagnant des articles sur les volcans mexicains, sur la culture des plantes en pot ou sur les combats de coqs, agrémente le calendrier d’images du zodiaque pour chaque mois, dont il explique la signification : en janvier, « este signo, figurado en un hombre vaciando una ánfora de agua, simboliza la inundación del Nilo, río de Egipto y corresponde hoy a la constelación de Capricornio ». C’est surtout Ignacio Cumplido qui, la même année, avec des vignettes du zodiaque, et l’année suivante avec de petits dessins représentant des espèces animales rares, développera l’usage des images dans les almanachs. Dans une présentation de son calendario de 1845 – il en est pourtant à sa dixième année de publication–, l’éditeur annonce qu’il vient de faire un long voyage aux États-Unis et dans les « naciones más cultas de Europa », afin d’acheter des planches de gravures et pour se mettre au courant des procédés les plus avancés. Pour lui, Paris va être une source d’inspiration et un véritable réservoir d’idées, comme Maria Esther Pérez Salas l’a amplement montré3.

  • 4 María José Esparza, “Los calendarios y la gráfica decimonónica como expresión visual del acontecer (...)

7José Mariano Lara, lui, introduit la technique de la lithographie dans les almanachs en 1842 par une représentation du grand lama, le « dieu des tartares idolâtres », et l’année suivante, par celle de Charles le Téméraire. Jusqu’alors, les éditeurs recouraient plutôt, comme en Europe, à des gravures sur bois ou sur cuivre. Lara accompagne également chaque mois du calendrier de gravures montrant les travaux des champs qui lui correspondent, s’inscrivant ainsi dans une longue tradition qui remonte au Calendrier des bergers publié en France à la fin du XVe siècle. On doit souligner que Lara prend ses modèles en Europe et qu’on trouve par exemple dans son calendrier des champs enneigés en janvier, des scènes de vendanges en septembre, et du feu dans la cheminée en décembre, choses qui n’ont rien à voir avec le climat du Mexique. Il serait d’ailleurs nécessaire d’étudier systématiquement les almanachs mexicains destinés aux agriculteurs, almanachs dans lesquels on indique quels légumes et fruits cultiver et à quelle période procéder aux travaux des champs, pour savoir si la terre imaginée dans les calendarios s’inspire des réalités mexicaines et s’ils répondent vraiment aux soucis des rancheros ou des campesinos du XIXe siècle. L’autre question est de savoir si ces derniers avaient accès aux calendarios ou si les « rancheros » auxquels s’adressent les titres des ouvrages n’étaient pas des êtres de fiction inventés par les milieux urbains. Maria José Esparza a étudié les allégories représentant les saisons dans un certain nombre d’almanachs mexicains4 et souligné combien elles sont proches du livre de Gravelot et Cochin, Iconologie, publié à Paris en 1791. De cet ouvrage provient aussi une allégorie de l’Amérique, que Cumplido utilise en 1840 et qui fait partie des vignettes de son catalogue.

  • 5 « Guías de Forasteros y Calendarios mexicanos de los siglos XVIII y XIX existentes en la Bibliotec (...)
  • 6 Les appréciations dégagées par ma recherche personnelle concordent avec les statistiques des spéci (...)
  • 7 La flor de los recuerdos, México, Imprenta de « El Correo Español », 1855, cité par Isabel Quiñone (...)
  • 8 Voir Jean-Jacques Darmon, Le Colportage de librairie en France sous le Second Empire, Paris, Plon, (...)

8Après l’indépendance le nombre d’almanachs publiés aussi bien dans la capitale que dans certaines grandes villes de province comme Puebla, Toluca et Guadalajara ne cesse d’augmenter. À Mexico, où la production est bien plus abondante qu’ailleurs, on passe d’une moyenne annuelle de quatre calendarios dans les années vingt, à sept ou huit dans les années quarante – certaines années comme 1849 et 1850 atteignent des pics de onze et treize titres. Mais les décennies suivantes correspondent à une véritable explosion de ce genre éditorial. Le catalogue pionnier fait à la Biblioteca Nacional de México par Lamadrid5 ainsi que le travail de classification mené plus récemment et sur une plus grande échelle par Laura Herrera Serna6 témoignent d’une prolifération de ces imprimés après la révolution libérale d’Ayutla en 1855. Un voyageur espagnol de l’époque, l’écrivain José Zorrilla, s’étonne de la profusion au Mexique de ce « género de literatura indígena de este país, pues no la he hallado en ninguno de los que yo he recorrido... el de los calendarios »7. La virulence des combats, si vifs à la fin des années 1850, entre conservateurs et libéraux, ne permet pas d’expliquer l’essor du genre qui sert alors d’arme idéologique. Il semblerait qu’il s’agisse d’un phénomène plus ample, qui ne serait pas propre à la production éditoriale mexicaine. En France en particulier, la production et la diffusion d’almanachs atteint des sommets au milieu du XIXe siècle. Plusieurs enquêtes menées en France sous le Second Empire font état d’une circulation annuelle de plusieurs millions de livrets vendus par colportage8.

  • 9 Calendario de Cumplido, 1845, p. 2 (« El editor, al público »).

9Considérés traditionnellement comme faisant partie de la « littérature populaire», ces almanachs s’adressaient-ils au « peuple » ? On pourrait le penser, à en voir l’aspect fragile et grossier. Comme en France la célèbre « Bibliothèque bleue » de Troyes depuis le XVIIe, les almanachs mexicains du XIXe siècle sont des livrets imprimés sur du mauvais papier et recouverts d’un papier de couleur bleue, parfois verte ou jaune. Ils sont souvent brochés au moyen d’un simple fil comme la « literatura de cordel », fabriqués à faible coût et vendus à bas prix. Pour donner un ordre d’idées, prenons le Primer calendario de las bellas mexicanas, publié en 1857 par Boix : l’exemplaire coûte 4 reales, c’est-à-dire l’équivalent de la journée d’une couturière, ce qui le rend relativement accessible. Mais peut-on conclure, à partir de son faible prix, que cet almanach était forcément lu par les couches populaires ? Cumplido semble l’affirmer lorsque, commentant en 1845 les « progrès de la typographie », il se dit persuadé que la mission de l’imprimerie dans un pays jeune est moins de produire de beaux livres que de vulgariser les connaissances utiles, « y esto, sólo podía lograrse por medio de la baratura de las impresiones »9. Pour Rafael de Rafael,

  • 10 Calendario pintoresco de Rafael de Rafael, 1849, p. 3.

Hoy el calendario es el centinela avanzado de la civilización, es una verdadera obra literaria, destinada no solo a recrear al pueblo, sino también a instruirle, es en fin, lo repetimos, el pasatiempo del rico, la biblioteca del pobre y la enciclopedia del que no tiene libros.10

10Enfin, Zorrilla qui, lors de ses longs séjours au Mexique, s’intéresse énormément à la publication d’almanachs – puisque lui-même y participe–, donne son opinion d’étranger sur la question :

  • 11 Dans I. Quiñones, Mexicanos en su tinta..., op. cit., p. 93.

Estos librejos, vendidos a precios muy bajos, únicos que están al alcance de la gente pobre, corren entre el pueblo y son llevados por buhoneros ambulantes a los pueblos, ranchos y haciendas, y no hay casa en donde no halle Vd. tres o cuatro11.

  • 12 Laura Solares Robles, « La aventura editorial de Mariano Galván Rivera », dans L. Suárez de la Tor (...)

11Tous ces témoignages convergent pour évoquer une lecture populaire de l’almanach. Mais il s’agit peut-être d’un rêve d’intellectuels. En effet, même si le pourcentage de la population alphabétisée a été récemment revu à la hausse par les spécialistes et si les almanachs, par leur nature, pouvaient se prêter davantage à une lecture collective et à une diffusion proche de l’oral, il faut reconnaître qu’au Mexique le public potentiel de ces imprimés constituait une partie très restreinte de la population, appartenant aux couches urbaines relativement aisées. Jusqu’au dernier tiers du XIXe siècle, les gouvernements qui se succèdent au Mexique n’ont ni les moyens ni la stabilité nécessaire pour pouvoir mettre en œuvre des politiques d’alphabétisation et d’éducation populaire qui permettraient d’accroître le nombre de lecteurs. Analyser l’importance de la diffusion des almanachs est une difficulté que Grand-Carteret a soulignée pour le cas français. Au Mexique, l’enquête est bien plus difficile encore à mener. Une spécialiste du Galván, se fondant sur des documents notariaux, avance l’hypothèse qu’il se publiait pour cet almanach de 700 à 1 000 exemplaires par jour, mais seulement au moment de la nouvelle année12. La composition des calendarios et la variété des sujets qui y sont traités renvoient d’ailleurs plutôt aux manières de penser et aux représentations des groupes sociaux lettrés, des Créoles qui peu à peu deviennent Mexicains – et non pas des divers groupes non-hispanophones et par conséquent analphabètes, les Indiens en particulier qui, encore à la fin du XIXe siècle, constituent le gros de la population habitant au Mexique.

12Outil essentiel pour la vie quotidienne, texte le plus lu après les ouvrages religieux, l’almanach est cependant un important vecteur de construction d’un imaginaire national. Le répertoire des entités spatiales du pays, les distances entre les villes, les précisions sur les départs et les arrivées des diligences ou des trains, la liste des différentes autorités, tous ces éléments qui contribuent depuis des décennies à modeler un espace identitaire dans les almanachs français, on les retrouve dans le Galván dès 1827, dans le calendario de Rivera et chez Cumplido. La matérialisation d’une perception globale du pays se perçoit aussi dans des tableaux statistiques qui apparaissent en 1841 dans le calendario de Lara avec des indications sur la superficie du Mexique, ses différents climats, sa faune et sa flore, ses ressources minières et sa population.

Le calendario mexicain et les modèles européens

13Une autre évolution commune aux imprimés de l’Ancien et du Nouveau Monde tient à la diversification et à la segmentation progressive du lectorat. Si les almanachs mexicains se sont pour la plupart, à la suite du Galván, identifiés au nom de leur éditeur dans les années 1830, ils tendent davantage, pendant la seconde moitié du siècle, à s’adresser dans leurs titres à des classes de lecteurs spécifiques, les agriculteurs, les enfants, les demoiselles, ou à des groupes idéologiques bien définis, comme dans le Calendario Católico. L’éditeur de ce dernier insiste sur la nouveauté de ses publications en 1851 :

Anunciamos también la publicación para otros años, del calendario del Comercio, del calendario Político y del calendario de Agricultores. Introduciremos en todos ellos algunas novedades recibidas de los países civilizados y que no se conocen entre nosotros.

14Ce sont surtout les éditeurs de Mexico, Manuel de la Vega, Santiago Pérez, Juan R. Navarro et Manuel Murguía, qui se partagent ce nouveau marché. La diversification des titres ainsi que la multiplication des annonces publicitaires montrent que la production d’almanachs a pris une dimension plus nettement commerciale et qu’elle est désormais entrée dans l’ère de la modernité.

15C’est aussi au milieu du siècle que les almanachs des deux bords de l’Atlantique vont se rapprocher par le format et le choix des rubriques. Traditionnellement les calendarios mexicains reprenaient peu ou prou, à la suite de celui de Zúniga y Ontiveros, ce qui était la quintessence de l’almanach européen, c’est-à-dire le calendrier proprement dit avec la liste des fêtes mobiles de l’année, la description du zodiaque et éventuellement des traits correspondants à chaque mois, le comput ecclésiastique, parfois les éclipses. On trouvait aussi en début d’almanach les « époques », sorte de chronologie situant l’année de l’almanach dans une continuité remontant au commencement du monde, au déluge universel ou, plus récemment, à la naissance de Jésus-Christ et à la date de modification du calendrier effectuée par Grégoire XIII. Mais dans les calendarios mexicains du XIXe siècle s’ajoutent à cette chronologie les jalons propres aux temps nouveaux de la nation : par exemple la date de fondation de Mexico ou de l’arrivée des Espagnols, et toujours celle de l’indépendance du Mexique. On voit aussi surgir progressivement d’autres rubriques, fréquentes ou même obligatoires dans les almanachs européens et surtout français, telles les tables de multiplication et les équivalences entre les mesures d’Ancien Régime et le système décimal, les dates des foires, les conseils d’économie domestique et d’hygiène. On pourrait ainsi s’amuser à comparer comment d’un bord de l’Atlantique à l’autre on fait face au quotidien, comment on procède pour faire fuir les fourmis ou les souris, enlever les taches, tendre des pièges aux oiseaux, fabriquer du vinaigre ou de l’encre blanche, etc.

16Les années 1860 correspondent véritablement à l’apogée des almanachs car le nombre des publications répertoriées n’a jamais été aussi élevé : un total de 450 titres sur dix ans, pour retomber après 1870 au niveau existant pendant la décennie antérieure, c’est-à-dire moins de 250. Leur nombre ne cessera ensuite de baisser. Laura Herrera Serna arrive aux mêmes conclusions dans son travail de catalogage : 32 titres en 1870, 26 titres pendant les deux années suivantes, puis moins d’une dizaine après 1885. C’est aussi pendant les années soixante que les styles et les thèmes montrent la plus grande diversité et la plus grande richesse. Les éditeurs rivalisent d’imagination pour adapter au mieux leur offre, en proposant par exemple en parallèle, les mêmes années, un calendario del cocinero mexicano et un calendario de la cocinera mexicana. Ils savent aussi utiliser la technique du feuilleton pour fidéliser un public potentiel qui doit remettre non au lendemain... mais à l’année suivante la suite de sa lecture. Le typographe Nabor Chávez va jusqu’à publier, en 1861, un calendario dit de Gonzalez, en même temps que d’autres almanachs analogues par le format et la composition mais portant des titres différents et renvoyant aux grandes figures de la guerre d’indépendance, comme le calendario de Morelos ou le calendario de Allende, dans lesquels se trouvent disséminés des épisodes de La Conquête de Charlemagne et de ses douze pairs. Il fallait apparemment acheter toute la série de calendarios pour reconstituer la totalité du récit ! Nabor Chávez publie en parallèle un ouvrage orné de gravures qui est annoncé de cette manière :

  • 13 Calendario de Melesio David, 1861, p. 38. Les Conquêtes du grand Charlemagne, ce classique de la B (...)

Una escritura que ha venido a mi noticia en lengua francesa, no menos apacible que provechosa, que habla de las grandes virtudes y hazañas de Carlomagno [...] dignas de loable memoria por las crueles guerras que hiciera a los infieles y por los grandes trabajos que por ecsaltar la santa fe católica recibieron ; y siendo cierto que en la lengua castellana no hay escritura que de ella haga mención sino tan solamente de la muerte de los doce Pares, que fue en Roncesvalles, parecióme justa y provechosa cosa que la dicha escritura y los tan nobles hechos fuesen notorios en estas partes de España como son manifiestos a otros reinos13.

17En fait il s’agit de la traduction, faite en Espagne par Nicolás de Piamonte (1688), de ce classique de la Bibliothèque bleue paru dès le XVIe siècle sous le titre des Conquêtes du grand Charlemagne, roi de France, avec les faits historiques des douze Pairs... On voit donc comment les éditeurs pouvaient se servir d’un vieux stock de textes et d’images venus d’Europe, pour les rentabiliser et pour appâter des lecteurs férus de récits surgis du passé.

  • 14 À Madrid, la Biblioteca Nacional et la Hemeroteca Municipal. À Mexico, en plus de la Biblioteca Na (...)
  • 15 J. Grand-Carteret, Les almanachs français..., op. cit., p. LXIII.

18On trouvera en annexe (infra, pp. 84-86) un tableau comparatif des titres d’almanachs mexicains et français, fait à partir des fonds d’almanachs mexicains de Madrid et de Mexico14 ; pour comparer les titres de ces almanachs avec un corpus français, le livre de Grand-Carteret a été très utile. On remarquera que 30 titres d’almanachs mexicains sur 96 ont des équivalents français, c’est-à-dire près d’un tiers des titres, sans que cela suppose, bien entendu, une filiation directe et immédiate. Certains titres comme le Calendario magnético (1857 au Mexique, 1854 en France), le Calendario para el uso de las Señoritas (1824 au Mexique, 1812 en France) ou le Calendario profético 11858 au Mexique, 1841 en France) semblent être des reprises d’almanachs français parus quelques années plus tôt, mais d’autres s’inspirent de titres d’almanachs beaucoup plus anciens tels le Calendario pastoril (1865) ou le Calendario del ranchero (1862), lointains successeurs de l’Almanach du laboureur publié en France au XVIIe siècle et du Grand Calendrier et compost des bergers paru pour la première fois en 1496. On remarquera aussi que les almanachs mexicains incluent des titres dont on ne trouve aucune correspondance parmi les almanachs français, phénomène qui concerne près des deux tiers des publications et qui permet d’envisager l’hypothèse que ce genre éditorial autorise sans doute encore plus de fantaisie et d’originalité que le reste de la presse mexicaine, dont Alain Vaillant a pourtant souligné ici l’inventivité. Il est notable que les titres des almanachs mexicains (et leur contenu) se distinguent par une plus grande polarisation religieuse et politique, notamment pendant les années 1850, période particulièrement tourmentée où les conservateurs et les libéraux s’affrontent. On trouve par exemple un Calendario católico en 1851, de la Caridad en 1853, protestante de los amigos cristianos en 1867 et del Angel de la guarda en 1871, mais un Calendario liberal en 1853, del pueblo en 1855 et de la libertad en 1857. Il existe aussi, beaucoup plus qu’en France, des almanachs dédiés au beau sexe, à l’amour, aux fiancées et aux mariés. Il existe enfin des calendarios galimatiaco, burlesco, et même un Almanaque cómico, satíricoy para todas las épocas, hombres y paises, preuve qu’au Mexique plus qu’en France l’almanach est un lieu de création littéraire. Les titres montrent cependant qu’au Mexique comme en France, ce genre éditorial est essentiellement hybride et contrasté, regroupant les almanachs pratiques du type calendario pastoril, les recueils de blagues et les textes de propagande politique. L’on peut appliquer aux almanachs mexicains de cette époque la constatation que fait Grand-Carteret au sujet des almanachs français antérieurs à 1835 : « Les titres, c’est tout un poème ; quelque chose comme la parade d’un vendeur d’orviétan, comme le cri d’un colporteur poussant à la vente, comme l’affiche de la pièce à la mode15. »

  • 16 Le Calendario mexicain justifie son titre par la transcription du livret, vendu par ailleurs en ve (...)

19D’autres calendarios font référence à des éléments spécifiques de l’histoire et de l’actualité : le Calendario del Tío Caniyitas reprend le titre d’une opérette d’origine espagnole, fort populaire à l’époque16, tandis que d’autres, comme le Negrito Poeta, évoquent de vieux récits remontant à l’époque coloniale ou sont des clins d’œil à l’actualité la plus immédiate. Le Calendario del Caballo de Troya par exemple, qui fut publié seulement une fois, en 1858, fait allusion dans sa couverture et dans son contenu au déplacement de la statue équestre du roi Charles IV d’Espagne, monument à la fois emblématique et populaire (on l’appelle encore de nos jours affectueusement « el Caballito »), qui quitta la place centrale de Mexico en 1857 pour la périphérie de la ville.

  • 17 Jean-François Botrel, « Para una bibliografía de los almanaques y calendarios », Elucidario, n° 1, (...)

20Si l’on compare maintenant les almanachs mexicains et espagnols, on s’aperçoit que la proportion de titres communs est beaucoup plus faible que dans le cas français. Beaucoup de titres apparaissent d’abord au Mexique, comme le Calendario católico (1851 au Mexique, 1864 en Espagne), le Calendario del cocinero (1865 au Mexique, 1867 en Espagne) ou le Calendarioprofético (1858 au Mexique, 1860 en Espagne), signe que l’Espagne adopte avec retard des modes venues d’autres pays d’Europe et d’Amérique. Alain Vaillant aboutit à une conclusion relativement proche à propos des journaux : « malgré la communauté de langue, l’Espagne n’est qu’à 16 reprises la source première d’un titre mexicain (à comparer aux 54 titres français) ». Les transferts culturels se font plutôt de l’ancienne colonie vers l’Espagne pour des almanachs dont les modèles viennent en partie de France. À cela s’ajoute le fait qu’en Espagne la production d’almanachs est implantée hors des grandes capitales que sont Madrid ou Barcelone, dans des provinces qui résistent à la nouvelle organisation de l’État libéral. Comme le remarque Jean-François Botrel17, les titres d’almanachs espagnols, contrairement aux almanachs mexicains, renvoient souvent à des diocèses, à des « royaumes », à des espaces de type « régional », comme le Calendario para Castilla la Nueva (1832) ou l’Almanaque de Andalucía (1863). Certains titres d’almanachs espagnols et mexicains sont cependant très proches, comme l’Almanaque cómico, serio, epigramático (publié en 1866 à Barcelone) et le Calendario joco-serio paru à Mexico deux ans auparavant, ou le Calendario del labrador espagnol (1869) qui ressemble au Calendario del ranchero (1862), ainsi que d’autres titres familiers et attendus dans ce genre éditorial comme l’Almanaque de los niños (Madrid, 1877), l’Almanaque Universal (1871) ou l’Almanaquepopular de España (1843). Mais le rapprochement des dates de publication ne permet ni d’envisager des influences en sens unique de l’Espagne vers l’Amérique, ni non plus de dessiner des filiations en fonction de la date, même si certains écrivains espagnols comme José Zorrilla et surtout Niceto de Zamacois ont collaboré à la production d’almanachs mexicains.

  • 18 Georges Minois, Histoire de l’avenir. Des prophètes à la prospective, Paris, Fayard, 1996, p. 456.
  • 19 J. Grand-Carteret, Les almanachs français..., op. cit., p. LV.

21Un sous-genre commun aux trois pays est l’almanach prophétique. Il est vrai que les almanachs ont donné depuis toujours une place importante aux pronostics liés à l’observation du ciel, qui étaient censés annoncer aussi bien la météorologie de l’année que les famines et l’état des récoltes. Toutefois, pendant le premier tiers du XIXe, cette dimension astrologique est orientée davantage vers l’actualité. Les pronostics de certains almanachs servent de plus en plus à exprimer les incertitudes politiques et sociales du temps, contribuant à faire parler du XIXe siècle comme d’« un siècle prophétique18 ». On se passionne alors pour la figure de Nostradamus, qui orne la couverture de L’almanach du Peuple, des villes et campagnes de France à partir de 1842. Déjà dans le Grand Double almanach de Liège de 1829, on trouve après les prédictions habituelles concernant les saisons et les récoltes (« il y aura du blé raisonnablement et il sera assez cher »), des pronostications plus politiques cherchées chez le Napolitain Thomas-Joseph Moult, un contemporain de Nostradamus : « Le peuple d’une ville très commerçante de l’Europe se révoltera contre son prince », peut-on lire. Thomas-Joseph Moult, Nostradamus et Matthieu Laensberg sont dans les almanachs français les principales cautions du discours astrologique depuis le XVIIe siècle. Rien donc de vraiment nouveau dans tout cela. Ce qui change, en revanche, est que les prédictions se font plus précises, qu’elles s’attaquent nommément au gouvernement en place, comme dans le Livre de toutes les prophéties paru en 1842 ou dans l’Almanach prophétique, pittoresque et utile publié en 1846, et que ces almanachs invoquent de plus en plus souvent le diable, aspect qui n’existait pas dans les almanachs des siècles précédents. En France, la vogue de Satan dans les almanachs est propre au milieu du siècle et se manifeste aussi dans des livrets de la Bibliothèque bleue intitulés La Poule noire, Le Diable rouge et autres opuscules sentant le soufre. Charles Nisard leur fera une chasse acharnée quand il fera partie de la Commission de surveillance de la littérature de colportage après 1852. « Il y avait du Diable dans l’air », selon l’expression de Grand-Carteret19. Par ailleurs le discours astrologique se renouvelle et se modernise. Il cherche une caution du côté de la science, de l’astronomie mais aussi du magnétisme et du spiritisme. En Espagne aussi, on retrouve une orientation « prophétique, pittoresque et utile » dans plusieurs almanachs portant ce titre, à León en 1842, à Madrid en 1843, ou à Cadix à partir de 1859. Quant à l’Almanaque profético de España, publié en 1844, il mêle plus nettement la critique sociale aux prophéties sur l’année.

  • 20 Par exemple, « los que nazcan desde el 20 de enero hasta el 18 de febrero, tendrán una pierna más (...)

22L’association des pronostications météorologiques, agricoles et politiques existe également au Mexique mais se décline différemment. Dans les almanachs mexicains, la lecture des astres sert plus à prédire l’avenir des individus (comme dans nos modernes horoscopes) que l’état de la terre et des récoltes20. De plus, l’orientation prophétique de certains almanachs est un moyen mi-sérieux mi-amusé de rencontrer l’ancienne culture aztèque et ses rites magiques. Bien avant le Calendario nigromántico paru en 1855, certains almanachs comme celui de Lara en 1842 prétendent faire revivre les morts illustres afin d’obtenir d’eux des révélations de tous ordres. Ainsi, dans un dialogue entre Cortés et Moctezuma « dans la demeure des morts », l’almanach établit un parallèle entre la civilisation aztèque et celles de l’Antiquité, pour proposer un bilan de la conquête. Puis il est question de l’accès à l’indépendance du Mexique et de son avenir, dans une prose exubérante :

  • 21 Calendario de Lara, 1842, pp. 10-11.

Cortés y Moctezuma, unidos entonces por la vez primera en intereses y deseos, llenos del placer que debía inspirarles un tan brillante porvenir, enjugarían sus ojos humedecidos algún tanto por el gozo, y los fijarían atentos sobre sus hijos ennoblecidos y orgullosos justamente con su recién adquirida libertad21.

  • 22 Calendario profético para 1869, pp. 54 et 60.

23En 1858 voit le jour un Calendario delprofeta azteca publié par Andrade, puis chez Murguía un Calendario profético qui va survivre jusqu’aux années 1870. Tous ces almanachs où se mêlent récits, poèmes ou florilèges de maximes, utilisent de plus en plus souvent les textes « prophétiques » comme prétextes pour avancer des jugements de valeur sur la société existante. En 1869, un article intitulé « los profetas en política » met en cause tous les faux prophètes de l’Ancien et du Nouveau Monde : « Los profetas del antiguo mundo, que habían predicho la total ruina de los Estados Unidos [pendant la guerre de sécession] se habrán equivocado [...] El mismo Napoléon se equivocó en su vaticinio. » Il enfonce le clou en conclusion : « La profecía del político del mundo, de Napoléon III, salió también falsa. »22

Regarder vers la France, voir le monde en français

  • 23 Calendario de Juan del Valle, 1853, p. 11.

24Dans la presse du XIXe siècle, et plus particulièrement dans les almanachs, il est d’usage de traduire « librement », de recopier ou de couper des textes originaux dont on n’indique pas la source. Rarissimes sont ceux qui indiquent, parfois par des initiales, l’auteur ou le traducteur. Ce sont les noms des personnages, les lieux, les objets évoqués qui nous permettent de supposer qu’ils ont été écrits par des auteurs étrangers. La majorité des textes publiés dans les almanachs mexicains sont d’origine française. Beaucoup plus rarement ils proviennent d’Angleterre ou des États-Unis. Certains éditeurs d’almanachs comme Murguía, dans les années 1860, semblent clairement regarder vers la France, alors que d’autres pourraient être inspirés par d’autres sources : chez Aguilar, par exemple, nombreuses sont les références à la Suisse, aux pays germaniques ou à l’Europe centrale. Un travail quantitatif plus minutieux reste à faire dans ce domaine. Mais dans leur ensemble, les récits qui se trouvent dans les almanachs mexicains plantent leur décor en France, décrivent le monde des élégantes ou racontent des grivoiseries propres, croit-on, à l’esprit de Paris, « capitale du XIXe siècle ». Les almanachs offrent en effet des informations à un public mexicain avide de ce qui est à la mode à Paris et ont certainement contribué à largement vulgariser la production culturelle française de l’époque. Certains articles laissent penser que les rédacteurs mexicains suivaient d’assez près l’actualité française : à Puebla, par exemple, un calendario de 1853 fait la nécrologie, quelques mois à peine après sa mort, de Daguerre « cuyo nombre es uno de los más célebres en este siglo por su aplicación a los descubrimientos »23. Paris est la capitale de la science, comme elle l’est aussi de la mode – mode parisienne dont les nouveautés fournissent la matière des calendarios de señoritas, illustrés, chez Galván, de planches somptueuses avec des légendes en français, ou des articles du Calendario de las señoritas de Murguía, en 1860, qui parlent des « grisetas » parisiennes pour les comparer aux couturières mexicaines : « Francia, que ha sabido crear nombres, nos ha dado el de la griseta [...] en México, sólo la aristocracia de cierto tono la llama griseta : nosotros, mexicanos de los piés a la cabeza y más que todo, furiosos puristas en el lenguaje, no desdenamos llamarla costurera, como tal la pintaremos. »

25D’origine française sont aussi souvent les aphorismes, les maximes, tous ces mots si caractéristiques de « l’esprit français », que l’on intercale entre chaque mois du calendrier, lorsque la mise en page s’y prête, ou qui permettent de remplir les vides en bas de page. Ces aphorismes proviennent d’auteurs fort divers puisqu’on voit coexister Fénelon et Vauvenargues, Racine, Mme d’Épinay, La Bruyère, Rousseau et Fontenelle. Dans le calendario de López, on trouve même en 1863 un florilège de maximes de plusieurs pages consacrées à l’amour et à la relation entre les deux sexes, dont les auteurs sont uniquement des Françaises. Certaines sont connues, telle Ninon de Lenclos, qui côtoie bizarrement Mme de Staël — souvent lue au Mexique depuis l’indépendance-, et d’autres complètement oubliées comme Mme Reybaud et Mme de Rieux. De là à penser que les affaires de cœur ne peuvent s’exprimer que dans la langue de Marivaux...

26Quant aux grands noms de la littérature française du XIXe siècle, ils sont omniprésents dans les almanachs. Placés en quatrième de couverture, les catalogues de livres de la maison qui publie l’almanach servent aussi à faire circuler ces noms. Le plus souvent cité est sans doute Alexandre Dumas : Le vicomte de Bragelonne, publié à Paris à la fin des années quarante, est annoncé dans le calendario de Boix en 1855. Chez Murguía, on vend toujours cet ouvrage en 1869, ainsi que Les Trois mousquetaires et Le comte de Monte-Cristo. De Dumas, on publie aussi dans divers almanachs « Gaetano Sferra », en 1847, « La señorita de Froissy », en 1848, ou encore « Isabel Vere », dix ans après dans un autre almanach publié par Navarro. C’est surtout l’éditeur Navarro qui se spécialise dans la diffusion d’ouvrages français de l’époque romantique : il publie dans son imprimerie Los Mohicanos de París de Dumas, Los sietepecados capitales d’Eugène Sue et l’Itinerario de París a Jerusalén de Chateaubriand. De Lamartine, dix ans après son Voyage en Orient, on publie dans un almanach de Puebla la description des ruines de Balbek, illustrée par une des premières lithographies. Enfin, Le Juif errant d’Eugène Sue, paru en 1845, donne lieu, dans le Calendario Universal de 1857, à une série de vignettes qui en racontent l’histoire, et dans le Calendario Galimatíaco de 1856, à des commentaires acerbes :

  • 24 Calendario Galimatíaco, 1856, p. 51.

Si ha existido un judío errante real y verdadero, de carne y hueso y espíritu (no digo alma porque no es creíble la tuviese quien viera a Jesucristo abrumado por la cruz y le negara un lugar donde descansar), es cuestión que está por resolver. Esto no obstante, existen muchos judíos errantes fantásticos, ideales, engendros de novelistas, de los cuales el más furibundo y odiosamente inmoral es el del francés Mr. Eugenio Sue: dudo que el verdadero lo fuera más24.

  • 25 Calendario de Aguilar y Ortiz, 1867, p. 62.

27La diffusion populaire du positivisme au milieu du siècle est aussi sensible dans les calendarios mexicains, qui en tant que tels - précisément parce qu’ils s’occupent du temps - rendent compte assez vite de l’innovation que représente le calendrier positiviste, décrit dans tous ses détails par le calendario de Boix de 1854. Il s’agit moins de faire preuve d’une adhésion au système positiviste – qui comme on le sait va jouir d’un immense succès en Amérique latine à la fin du siècle – que de présenter le calendrier imaginé par Comte et son projet de « culte systématique de l’humanité » - dans la lignée de différents systèmes qui ont envisagé, à travers le calendrier, la reconstruction du temps. Plus tard, d’autres almanachs se montreront nettement hostiles à l’essor du positivisme, qu’ils vont qualifier de secte, précisément à l’époque qui voit le triomphe de la république et, à travers l’influence de Gabino Barreda, l’instauration des principes positivistes dans l’instruction publique : « Hay entre nosotros una nueva secta que niega la existencia del hombre. Que todo lo reducen a lo inmaterial. Y llaman a la pasión mas noble del hombre, el alma del universo : Capricho. Locura [...]. »25

  • 26 Calendario Universal, 1859, p. 49 (« Soneto »).

28Si les almanachs mexicains publient des textes provenant de sources françaises, ce n’est pas seulement pour éclairer les lecteurs sur les débats philosophiques ou politiques dans le Vieux Continent. Ils s’en servent comme arguments dans le contexte des oppositions idéologiques et des combats de l’époque de la « Reforma » libérale. Le dialogue entre « un impie et un janséniste », dans le très conservateur Calendario del Omnibus de 1858 où il est question de Voltaire, renvoie les lecteurs mexicains aux siècles antérieurs mais trouve sa place à côté d’un article sur Diderot, d’Alembert et d’autres encyclopédistes qui, cachés « dans la nuit » prétendent arracher le Christ de ce monde. Aussi conservateur, le Calendario Universal de 1859 publié chez Murguía fait de la France l’origine de tous les maux, puisque c’est là qu’on a voulu tout saborder : « No me nombres el ex, por caridad, después que lo adopté la Convención : debié Europa a la Francia su invención, y fue su primer fruto la ex-piedad. »26 À la même époque, des almanachs du bord opposé revendiquent au contraire la France pour modèle car elle incarne pour eux la liberté et la fraternité : le Calendario de la democracia reproduit ainsi en quatrième de couverture le serment pratiqué dans « les sociétés démocratiques françaises » aux lendemains de la révolution de 1848.

  • 27 Calendario religioso de José Osorio, 1898 (Puebla), p. 6. Le poème de Carpio fait partie de ses Ob (...)
  • 28 Calendario del Omnibus, 1858, p. 50 (« Sentencia napoleónica ») ; Calendario de Juan N. del Valle,(...)
  • 29 Ce sont des lithographies distinctes de celles, françaises aussi, que Cumplido avait publiées en 1 (...)
  • 30 J. Grand-Carteret, Les almanachs français..., op. cit., p. LUI.

29Le personnage historique français le plus souvent cité dans les almanachs mexicains est évidemment Napoléon, et ceci jusqu’à la fin du siècle, comme l’atteste la reproduction en 1898 du sonnet du grand poète Manuel Carpio sur « Bonaparte à Sainte-Hélène27 ». Non seulement on rappelle les exploits de l’Empereur et on en vante les qualités, mais sa simple évocation peut servir de prétexte pour déployer, par exemple, une morale à l’usage des lectrices sur le caractère idéal de la femme ou pour démontrer le caractère divin de Jésus-Christ, arguments que le grand homme aurait exposés au général Bertrand, qui raconte cela dans ses Mémoires28. María José Esparza a étudié les gravures représentant Napoléon dans les almanachs mexicains, le Napoléon ecuestre saliendo del mar Rojo publié par Galván en 1847, ainsi que la reproduction, dans le calendario de Cumplido de 1851, de deux portraits hagiographiques de l’Empereur29. Le premier, intitulé « Honor al valor desgraciado », reprend le tableau de Jean-Baptiste Debret présenté au Salon de 1806, Napoléon salue un convoi de blessés autrichien pendant le défilé de la garnison d’Ulm faite prisonnière, et rend hommage au courage malheureux. Le deuxième tableau est celui de Charles Steuben, montré au Salon parisien de 1831, qui décrit une scène du retour de l’Empereur de l’île d’Elbe. Chez les imprimeurs de calendarios mexicains, on retrouve donc le même engouement pour Napoléon que dans les almanachs français, engouement – souligné par Grand-Carteret30 – qui contribua à construire une légende napoléonienne et prépara l’accession au trône de son neveu.

  • 31 L’intervention militaire française a été nommée familièrement ainsi à cause du rôle joué par un pâ (...)

30Regarder vers la France n’empêche pas nécessairement de la critiquer. Lorsque cette nation, que l’on dit traditionnellement porteuse des valeurs de liberté et de démocratie, intervient militairement au Mexique en 1838 pour la première fois, lors de la guerre dite « des gâteaux31 », certains auteurs ne cachent pas leur amertume, comme dans la « revue politique » du calendario de Lara :

  • 32 Calendario de Lara, 1840, p. 11.

Esa Francia que tanto se ha jactado de ilustración y de profesar los principios de libertad y de justicia; esa Francia que por sostener los derechos de los pueblos ha inundado su suelo en sangre, sacrificado en el exceso de su furor aun a los más predilectos de sus hijos [...] se ve por otra parte dominada de tal modo del espíritu de conquista y sostiene doctrinas tan absurdas que no debemos sino estar preparados a sus agresiones32.

  • 33 Cependant, les quelques almanachs publiés à la chute de l’Empire (Calendario histórico del Archidu (...)
  • 34 Calendario del Estravagante, 1864, pp. 46-48.

31Cet article juge absurdes les justifications de cette « guerra de los pasteles ». En dehors des époques de conflits avec la France – dans les années soixante, l’occupation militaire française sera, on le sait, bien plus durable–, les almanachs mexicains se montrent souvent critiques et voient d’un œil ironique, par le moyen de caricatures ou par des vers mordants, l’imitation de certaines pratiques de Paris, en particulier la mode des crinolines ou l’usage du français. Un esprit de raillerie est visible aussi à partir de 1864, lorsque s’installe à Mexico la cour impériale, où il est d’usage de parler la langue de Paris plutôt que celle de l’Autriche ou celle du Mexique. Il est révélateur que Segura publie en 1865, à l’apogée de l’Empire, un Calendario del maestro de francés entièrement consacré à l’apprentissage du français alors qu’il existait par ailleurs des manuels d’enseignement spécifiques33. À la même époque, sous le titre de« actualidades34 », un poème se moque de quelqu’un qui « parla il idioma de Lamartine » et se pavane ainsi devant les femmes mexicaines qu’il regarde avec dédain :

Yo valgo mucho, soy colibrí
De ajenas flores, port San Martin,
Los Boulevares, les Capuchin,
Yo amar a ustedes, yo amar aquí,
Que atole dicen y ajonjolí?
[...] Voy a tertulias, con er tré fin,
Y chapó en mano me estoy allí,
Como de viaje, como al partir;
En cualquier vidrio que hay por allí,
Compongo el bucle o el corbatín,
Sin ver que miran, las veo así, así

  • 35 Calendario de Melesio David para 1864, pp. 39-42.

32Encore plus que l’attitude ridicule des Mexicains qui essaient de ressembler aux envahisseurs, c’est le mépris montré par ceux-ci qui est brocardé dans les almanachs. Dès 1863, dans le Calendario de Melesio David, un article intitulé « Las mil y una noches35 » présente les notes de voyage d’un certain M. Ganache qui avec M. Sot - patronymes évidents - s’embarque à Saint-Nazaire vers l’« ex-république mexicaine », « a ver esas famosas y nuevas Malinchis, a esos Moctezumas tan singulares, con sus taparrabos, sus narices perforadas y sus fabulosas riquezas ». En peu d’épisodes et quelques scènes, jouant sur tous les poncifs concernant les autochtones, ou plutôt ceux des Français à leur égard, le récit se termine par ce jugement accablant : « Es indudable que ese país necesita conquistarse : se dice que sus habitantes del interior de él hacen aún una vida como la del paraíso : sus necesidades son ningunas, su barbarie, inhumana y duermen al aire libre. » Enfin, dans la conclusion péremptoire de M. Ganache, on retrouve les arguments utilisés à l’époque par les partisans de l’Intervention : « De esta ligera description que doy de esa nación, decidme, puede dejar de ir allá la Europa civilizadora ? »

  • 36 Almanaque universal hispanoamericano..., 1853, p. 195.
  • 37 Calendario de López, 1858 ; Calendario universal, 1858 et 1859, Calendario histórico, Calendario d (...)

33Pourtant, c’est en grande partie à cause des textes empruntés à la France que les calendarios mexicains aident à la construction d’une identité nationale, processus paradoxal qui, pour des lecteurs renvoyés constamment à un horizon aussi lointain que celui de la France, forge malgré tout une sensibilité commune. Tout d’abord, d’un point de vue concret, les informations sur les nouvelles unités de mesure mises en place pendant la Révolution française et diffusées dans les almanachs ont peu à peu homogénéisé les échanges dans le monde occidental. Selon l’Almanaque universal hispanoamericano, certes imprimé à Paris, « el sistema monetario francés es, no sólo el más generalmente conocido, sino el más regular de todos también, el más científico, desde la cual es por otra parte muy fácil el hacer la conversión a otra moneda cualquiera de Europa o América. »36 C’est aussi à travers le prisme des images européennes que les lecteurs des almanachs mexicains vont se représenter les groupes sociaux ou ethniques qui leur sont proches. Murguía se sert des planches de la série des Mexicanos pintados por si mismos fabriquées dans son atelier, adaptation de l’ouvrage Les Français peints par eux-mêmes, pour illustrer ses calendarios37. Cumplido, quant à lui, s’inspire dans son calendario de 1841 des travaux de l’explorateur français Louis Berlandier pour rendre compte des populations du Nord du Mexique, « indios salvajes, apaches, mecos o bárbaros ». Maria José Esparza observe que le calendario décrit des représentations génériques plutôt que des portraits véritables et que, tout en étant mexicain, il se sert de stéréotypes qui caractérisent le regard porté par l’explorateur européen sur ces populations autochtones.

  • 38 Cité par M. J. Esparza, ibid., p. 141.

34Cela tient au fait que les « transferts transatlantiques » dans les almanachs et les calendarios relèvent souvent de l’exotisme, thème qui va devenir l’apanage des almanachs encyclopédiques, avant la diffusion des revues illustrées et des récits de voyages. Dès son second calendario publié en 1838, Cumplido présente des vignettes montrant les mœurs de « las diferentes naciones poco conocidas : « rusos, turcos, africanos, esquimales, kamtchadales y polinesios »38. Les almanachs mexicains empruntent aussi à la France de nombreux textes qui situent leur action dans des contrées lointaines. Les Mexicains imaginent ainsi d’autres paysages et découvrent d’autres réalités, en particulier une certaine vision de l’Europe centrale et de l’Orient à travers la représentation qu’en avaient les auteurs français. On peut citer « Une tempête de neige » qui, dans l’almanach de Cumplido, raconte en 1845 une idylle digne d’un roman russe, ou l’histoire malheureuse d’une certaine marquise polonaise appelée Galitsyne dans le calendario de Cuevas en 1862. Apercevoir des peuples aux mœurs exotiques, envisager des nations diverses ayant des traits spécifiques amène évidemment à se poser la question de l’altérité et, par contraste, à construire sa propre identité. Or il ne faut pas s’étonner que la représentation stéréotypée de ces nations se fasse volontiers à travers le prisme français, y compris pour la nation mexicaine. Ainsi, dans le calendario de López publié en 1852, le point de référence est Louis-Napoléon Bonaparte, qui demande à un voyageur de lui décrire les caractéristiques nationales d’un certain nombre de pays :

  • 39 Calendario de López, 1832, p. 59.

Luis Napoleón, actual presidente de la república francesa, pregunto a un estrangero que acababa de recorrer la Europa y la América, acerca del carácter de sus diferentes naciones. El mejor modo de responderos, dijo el viajero, es repetiros las primeras preguntas que en cada país se hacen de un hombre que se presenta con brillo en el gran mundo. En España preguntan, ¿es un Grande? En Alemania, ¿es elector? En Francia, ¿tiene ese sujeto fama de novelista? En Holanda, ¿tiene mucho dinero? En Cuba, ¿es el capitán general? En México, ¿aquel es agiotista o mayordomo de monjas? [...]39.

  • 40 Calendario del Profeta Azteca (Murguía), 1858, p. 44.
  • 41 Déjà, le Calendario de Murguía para 1855 traite de « la guerra de Oriente » (pp. 36 sqq.).

35De même qu’en Europe on a volontiers orientalisé la représentation de Nostradamus dans la première moitié du XIXe siècle, à cause de la fascination exercée par l’Égypte ancienne, au Mexique on va teinter le genre prophétique d’un coloris autochtone. Sur la couverture du Calendario del profeta azteca, on trouve une illustration représentant un temple aux figures aztéquisantes, avec un squelette au centre, qui renvoie à ce qui sera l’un des stéréotypes de la mexicanité. Le texte principal de l’almanach se présente comme le testament de don Pedro Tezozómoc Teopalli, chef d’Acolman, qui serait mort pendant une épidémie en 1576 (Nostradamus meurt en 1566...). Ce testament – qui aurait été traduit du nahuatl, la langue des Aztèques – prend la forme d’un récit onirique du prophète aztèque, qui reconstruit sa version de l’histoire de la vallée de Mexico. Proche de la nécromancie, cette pratique qui évoque les morts pour obtenir des jugements sur le présent et sur l’avenir, don Pedro Tezozómoc le prophète décrit les avatars du pays jusqu’aux années de publication du calendario : les guerres qui, depuis l’indépendance, laissent les campagnes en ruines, le peuple trompé par des représentants qui n’ont fait que perdre leur temps en vaines disputes, une armée de barbares venant du Nord, et ainsi de suite... Ce parcours de l’histoire mexicaine va être associé, dans le « testament », à des événements plus récents qui ont eu lieu outre-Atlantique, lorsqu’il évoque « multitudes de pueblos de diversos trajes y aún creo que hablan diferentes idiomas, que se combaten con furor [en] llanuras llenas de cadáveres, ciudades y pueblos incendiados, campos talados, todo muerte y exterminio... »40. Et le « prophète aztèque » de nommer les batailles de l’Aima, d’Inkerman et d’autres épisodes de la guerre de Crimée. Influencé sans doute par des lectures provenant de la France, le rédacteur qui est derrière don Pedro de Tezozómoc s’inspire des nouvelles transatlantiques et insiste sur les horreurs de cette guerre lointaine pour relativiser peut-être d’autres réalités cruelles qui lui sont plus proches. Il est connu que la guerre de Crimée peut être considérée comme la première guerre « moderne », puisque la nation tout entière (la France et la Grande-Bretagne, en particulier) participe à la perception du processus historique grâce aux médias, qui mettent en image les conflits et qui en assurent une diffusion presque simultanée. Au Mexique aussi, cette guerre sert de cadre au récit. Chez le « prophète aztèque », les figures et les mythes qui renvoient à un passé lointain idéalisé contribuent à la construction de la nation mexicaine. Et en même temps, l’écho de cette grande et première conjonction médiatique que représente la guerre en Orient, transmise par l’intermédiaire de textes provenant de Paris41, propose, à l’intention des lecteurs des calendarios, une représentation du Mexique dans le monde.

En conclusion

36Depuis l’accession à l’indépendance, les grandes villes du Mexique – en particulier sa capitale – voient la prolifération d’imprimeurs et d’ateliers typographiques. Les imprimés n’atteignent qu’une minorité alphabétisée de la population. Ils n’en contribuent pas moins à la formation d’un imaginaire homogène, d’un imaginaire national. Parmi ces textes, les almanachs jouent un rôle essentiel puisque, par la simplicité de leur contenu et leur modicité, ils marquent naturellement les divers aspects de la vie quotidienne. Ce sont de véritables encyclopédies, accessibles à tous et vulgarisées. La décennie des années 1850 voit l’apogée du genre, puisqu’on assiste alors, aussi bien en Europe qu’au Mexique, à la multiplication des titres, parfois chez le même éditeur, et à la diversification des lecteurs et des lectrices auxquels ils s’adressent, en fonction de leur appartenance politique, de leur sexe, de leur âge ou de leurs activités professionnelles. C’est aussi une époque où les éditeurs mexicains achètent des vignettes, reprennent des images, copient des titres, traduisent des textes, apportant à un public mexicain avide d’information tantôt des nouvelles de ce qui se fait à Paris, tantôt une sélection de faits adaptés aux enjeux mexicains du moment et faisant écho aux thèmes et aux mythes de ce pays hispano-américain, dont l’espagnol – faut-il le rappeler – n’est pas la langue autochtone. Beaucoup reste donc à faire pour mieux saisir la circulation des modèles culturels au milieu du XIXe siècle, entre les deux rives de l’Océan. Un exemple révélateur est ce calendrier « prophétique » – genre florissant dans nos trois aires d’étude – qui, tout en se servant des personnages de l’Antiquité mexicaine, vulgarisés précisément à cette époque, avance des jugements sur la société existante. Souvent tournés vers la France plutôt que vers l’ancienne métropole, les almanachs mexicains voient le Mexique et, plus largement, le monde, à travers un prisme français : c’est paradoxalement ainsi, à l’aide de textes, de gravures et de systèmes de représentation venus de France qu’ils forgent leur imaginaire national.

Notas

1 Almanaque universal hispanoamericano para todos los años..., Paris, imprenta española y americana del señor Dubuisson, 1853, pp. V-VII1. Flórez, émigré à Paris depuis 1848, y publie El Eco Hispanoamericano et El Eco de Ambos Mundos, périodiques qui ont eu un rôle important dans la circulation des idées entre l’Europe et l’Amérique.

2 John Grand-Carteret, Les almanachs français (1600-1895), Paris, 1897 (reprint Slatkine, Genève, 1968), p. LXX.

3 Voir sa contribution en Laura Suárez de la Torre (coord.), Constructores de un cambio cultural : Impresores-editores y libreros en la cuidad de México (1830-1855), México, Instituto Mora, 2003.

4 María José Esparza, “Los calendarios y la gráfica decimonónica como expresión visual del acontecer político y social en México, 1821-1850”, tesis de maestría en historia del arte, México, Universidad Nacional Autónoma de México (UNAM), 2004, passim. Le célèbre ouvrage de Grand-Carteret (voir supra, op. cit.) sur les almanachs français place aussi l’apogée de la production à la même période.

5 « Guías de Forasteros y Calendarios mexicanos de los siglos XVIII y XIX existentes en la Biblioteca Nacional de México », Boletín del Instituto de Investigaciones Bibliográficas, n°6, 1971, pp. 9-136.

6 Les appréciations dégagées par ma recherche personnelle concordent avec les statistiques des spécialistes mexicaines des almanachs - en particulier Laura Herrera Serna : son travail prolonge le catalogue de Lamadrid et complète les données sur les fonds de l’Instituto Mora, à Mexico.

7 La flor de los recuerdos, México, Imprenta de « El Correo Español », 1855, cité par Isabel Quiñones, Mexicanos en su tinta : calendarios, México, Instituto Nacional de Antropología e Historia (INAH), 1994, p. 91.

8 Voir Jean-Jacques Darmon, Le Colportage de librairie en France sous le Second Empire, Paris, Plon, 1972, p. 295.

9 Calendario de Cumplido, 1845, p. 2 (« El editor, al público »).

10 Calendario pintoresco de Rafael de Rafael, 1849, p. 3.

11 Dans I. Quiñones, Mexicanos en su tinta..., op. cit., p. 93.

12 Laura Solares Robles, « La aventura editorial de Mariano Galván Rivera », dans L. Suárez de la Torre (coord.), op. cit., p. 88.

13 Calendario de Melesio David, 1861, p. 38. Les Conquêtes du grand Charlemagne, ce classique de la Bibliothèque bleue, est édité à Troyes, puis à Lyon, en 1536. Voir Lise Andries et Geneviève Bollème, La Bibliothèque bleue, littérature de colportage, Paris, Robert Laffont (coll. Bouquins), 2003, ouvrage qui insiste en particulier sut les emprunts entre almanachs et Bibliothèque bleue et vice versa (pp. 837 sqq.).

14 À Madrid, la Biblioteca Nacional et la Hemeroteca Municipal. À Mexico, en plus de la Biblioteca Nacional, la Biblioteca del Museo Nacional de Antropología e Historia, où la recherche n’a pu être menée à bien que grâce à l’aide de Genaro Díaz Fuentes et de Laura Herrera Serna, excellents connaisseurs des fonds existants.

15 J. Grand-Carteret, Les almanachs français..., op. cit., p. LXIII.

16 Le Calendario mexicain justifie son titre par la transcription du livret, vendu par ailleurs en version intégrale dans la librairie de Blanquel (caractéristique du « género andaluz »), El Tío Caniyitas, daté de 1848, qui a rendu très populaire son auteur, José Sanz.

17 Jean-François Botrel, « Para una bibliografía de los almanaques y calendarios », Elucidario, n° 1, 2006, p. 39.

18 Georges Minois, Histoire de l’avenir. Des prophètes à la prospective, Paris, Fayard, 1996, p. 456.

19 J. Grand-Carteret, Les almanachs français..., op. cit., p. LV.

20 Par exemple, « los que nazcan desde el 20 de enero hasta el 18 de febrero, tendrán una pierna más gorda que otra, serán de un temperamento sanguíneo y muy coléricos. En compensación serán discretos, de entendimiento sutil, elocuentes y afortunados, pero de una salud muy delicada y sujeta a enfermedades », extrait du Calendario profético, 1867, p. 37 (« Tratado curioso de profecías. Acerca de la buena ó mala ventura de los niños al nacer »).

21 Calendario de Lara, 1842, pp. 10-11.

22 Calendario profético para 1869, pp. 54 et 60.

23 Calendario de Juan del Valle, 1853, p. 11.

24 Calendario Galimatíaco, 1856, p. 51.

25 Calendario de Aguilar y Ortiz, 1867, p. 62.

26 Calendario Universal, 1859, p. 49 (« Soneto »).

27 Calendario religioso de José Osorio, 1898 (Puebla), p. 6. Le poème de Carpio fait partie de ses Obras completas.

28 Calendario del Omnibus, 1858, p. 50 (« Sentencia napoleónica ») ; Calendario de Juan N. del Valle, 1850, p. 10.

29 Ce sont des lithographies distinctes de celles, françaises aussi, que Cumplido avait publiées en 1843 avec Agustín Masse, édition mexicaine de l’Histoire de Napoléon par Jacques Marquet. Voir M. J. Esparza, Los calendarios y la gráfica..., op. cit., pp. 213-215.

30 J. Grand-Carteret, Les almanachs français..., op. cit., p. LUI.

31 L’intervention militaire française a été nommée familièrement ainsi à cause du rôle joué par un pâtissier français dans cette affaire où il s’agissait déjà de faire valoir les intérêts commerciaux et financiers de la France au Mexique.

32 Calendario de Lara, 1840, p. 11.

33 Cependant, les quelques almanachs publiés à la chute de l’Empire (Calendario histórico del Archiduque Maximiliano de Austria y de sus generales Don Miguel Miramón y Don Tomás Mejía para 1869, Calendario de la Princesa Carlota para 1869, Calendario histórico de la Emperatriz Carlota Amalia para 1869, etc.), qui en font nostalgiquement l’apologie, ne comportent aucune page en français.

34 Calendario del Estravagante, 1864, pp. 46-48.

35 Calendario de Melesio David para 1864, pp. 39-42.

36 Almanaque universal hispanoamericano..., 1853, p. 195.

37 Calendario de López, 1858 ; Calendario universal, 1858 et 1859, Calendario histórico, Calendario de las señoritas, 1859, Calendario de López et Calendario universal, 1861. Voir aussi les commentaires de M. J. Esparza, Los calendarios y la gráfica..., op. cit., p. 141.

38 Cité par M. J. Esparza, ibid., p. 141.

39 Calendario de López, 1832, p. 59.

40 Calendario del Profeta Azteca (Murguía), 1858, p. 44.

41 Déjà, le Calendario de Murguía para 1855 traite de « la guerra de Oriente » (pp. 36 sqq.).

Índice de ilustraciones

URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/9597/img-1.jpg
Archivo image/jpeg, 598k

Autor

Est professeur de langue et civilisation espagnole à l'Université de Paris IV-Sorbonne. Sa spécialité est l'histoire du Mexique et de l'Amérique latine aux XIXe et XXe siècles, dans une perspective anthropologique: il a en particulier étudié l'évolution du culte mariai au Mexique, des fêtes et du calendrier. Il a publié La vie au Mexique, (en collaboration avec V. Pugibet), Solar, Paris, 1991,142 pp. et Le 1er mai, Gallimard, Coll. Archives, 1990,274 pp., ainsi que divers articles comme “Chicago y los charros: ritos y fiestas de principios de mayo en la ciudad de México”, Historia Mexicana, El Colegio de México, XLV, 2, núm. 179, 1995, pp. 383-421 et “Propaganda del sentimiento: conmemoraciones y monumentos” in D. Rolland et al., Politiques culturelles, propagandes et relations internationales, XXe siècle, Paris, L'Harmattan, CSIC, 2002

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2009

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540

Esta publicación digital es el resultado de un proceso automático de reconocimiento óptico de caracteres.
Buscar en OpenEdition Search

Se le redirigirá a OpenEdition Search