Version classiqueVersion mobile

Impressions du Mexique et de France

 | 
Lise Andries
, 
Laura Suárez de la Torre

Introduction*

Lise Andries et Laura Suárez de la Torre

Texte intégral

  • * Traduction en français des textes écrits en espagnol par Laura Suárez de la Torre : Laurette Godin (...)
  • 1 Il ne faut pas oublier que dans le cadre de cette recherche d’une identité propre nous trouvons au (...)
  • 2 Voir Javier Pérez Siller (ed.), México Francia : Memoria de una sensibilidad común, México, Benemé (...)
  • 3 Voir Nancy N. Barker, « Voyageurs français au Mexique, fourriers de l’Intervention (1830-1860) », (...)
  • 4 Le projet dirigé par Javier Pérez Siller, dont le titre est « Mexique-France : mémoires d’une sens (...)

1Pendant la domination espagnole en Amérique latine du XVIe au XIXe siècle, l’Espagne était, en tant que métropole, l’interlocutrice naturelle des autres nations européennes. Tout ce qui était lié à l’itinéraire Europe-Amérique hispanique passait par la couronne espagnole, ou du moins c’est ce qu’elle prétendait : les idées, les arts, les institutions, les marchandises, les nouvelles, les voyageurs, etc. Cependant, après les guerres d’indépendance qui eurent lieu au début du XIXe siècle et qui furent la conséquence directe de l’affaiblissement de la monarchie espagnole après l’invasion du pays par les troupes de Napoléon Ier, les pays libérés du joug espagnol établirent de nouvelles relations avec l’Europe, fixant leurs propres règles et laissant voir leurs préférences pour certaines nations européennes. L’Amérique latine s’est alors ouverte au monde, cherchant partout de nouvelles sources d’inspiration. Le paradoxe est qu’elle a fixé son regard sur l’Autre pour comprendre sa propre complexité, devenir maîtresse de son propre destin et forger sa propre identité. Beaucoup de nations européennes, comme l’Angleterre, font alors figure de modèles à suivre, mais la France occupe sans aucun doute une place de choix à cet égard1. Le Mexique ne constitue pas une exception dans ce mouvement général. La France, de son côté, a suivi avec attention les premiers pas de la jeune nation. Le Mexique est reconnu par la monarchie de Juillet dès 1830, et il apparaît comme une destination attrayante à la fois pour les voyageurs et pour les commerçants français. Dans les années 1860, la communauté française au Mexique est la plus importante en nombre après la communauté espagnole2. Des considérations économiques et impérialistes ne sont évidemment pas étrangères à l’intérêt de la France pour le Mexique3. Depuis l’Essai politique sur le Royaume de la Nouvelle-Espagne, l’ouvrage fondateur d’Alexandre de Humboldt sur le Mexique, les Européens regardent en effet le pays comme une véritable terre d’abondance. Il n’est donc pas surprenant que le Mexique soit dès lors également présent en France et que nous puissions parler d’échanges culturels (emprunts, influences et présence) non pas unilatéraux, mais mutuels4.

  • 5 Deux livres sont nés de ce projet : Laura Suárez de la Torre (coord.) y Miguel Ángel Castro (ed.),(...)

2C’est dans ce contexte que s’inscrit ce livre, qui est l’aboutissement d’un programme de coopération scientifique ECOS-ANUIES-CONACYT intitulé « Imprimés et transferts culturels au XIXe siècle ». Les projets personnels des chercheurs français ont pris corps peu à peu grâce aux séjours de recherches au Mexique effectués entre 2004 et 2007, qui leur ont donné l’occasion de consulter les périodiques, les revues illustrées, les gazettes médicales et les almanachs du XIXe siècle présents dans les bibliothèques et les archives mexicaines. Il en a été de même pour les chercheurs mexicains venus en mission en France. Certains parmi ces derniers avaient déjà eu la possibilité d’étudier le monde de l’édition au Mexique dans le cadre d’un projet CONACYT antérieur5. Les séjours et les missions au Mexique et en France ont été l’occasion d’échanges académiques intenses, et même d’une véritable complicité intellectuelle. Nous voudrions saluer ici le rôle important que Nicole Giron a joué dans la conception de ce programme de recherche et dans le rapprochement entre nos deux pays. La maladie l’a empêchée, hélas, de voir l’achèvement du livre auquel elle a contribué avec une générosité sans faille. C’est pourquoi les deux équipes ont souhaité le lui dédier.

3Il nous a paru important et symbolique, pour un travail collectif consacré aux transferts culturels, de garder la langue d’origine des articles écrits par chaque équipe (des résumés des articles sont présentés en fin d’ouvrage dans l’autre langue). De même, tout au long du livre, nous avons respecté la langue originale des citations.

  • 6 Voir en particulier Michel Espagne et Michael Werner, « La construction d’une référence culturelle (...)
  • 7 . « Les relations culturelles internationales. De la diplomatie culturelle à l’acculturation », uni (...)

4Les deux équipes étant constituées principalement de spécialistes de l’histoire du livre et de la presse, il était logique que nous décidions d’inscrire cette recherche collective dans la perspective de l’histoire de l’imprimé. Nous souhaitions par ailleurs étudier les échanges qui avaient eu lieu dans ce domaine entre la France et le Mexique sans souscrire à l’histoire comparatiste classique, souvent fondée sur des jeux d’influences un peu mécanistes. C’est pourquoi le concept de « transferts culturels », créé par Michel Espagne et Michael Werner6, nous a semblé particulièrement bien adapté à la démarche que nous voulions entreprendre. Ce concept, appliqué à l’origine aux relations entre la France et l’Allemagne, nous a semblé opératoire pour la France et le Mexique, malgré l’éloignement géographique entre les deux pays et le fait que le Mexique avait été pendant plus de trois siècles une colonie espagnole : en effet les travaux de Michel Espagne et de Michael Werner associent étroitement le phénomène des transferts culturels aux processus de construction identitaire que connaît l’Allemagne à la fin du XVIIIe siècle, comme la plupart des autres pays d’Europe qui cherchent au même moment à se constituer en tant que nations. La France a pu alors fournir à l’Allemagne un réservoir de références culturelles mais lui servir aussi de repoussoir, quand il s’agissait par exemple de définir les racines populaires et immémoriales de la « germanité ». Il était clair que cette quête de modèles, inscrite dans le développement de l’idée de nation, pouvait s’appliquer au Mexique indépendant du XIXe siècle. L’imbrication entre culture et politique dans la question des transferts est évidemment un aspect important qui a donné lieu récemment à un colloque sur ce thème7.

  • 8 Voir en particulier Actas del 3e Congreso Internacional de Mediadores Culturales. Ciudades mestiza (...)
  • 9 Voir Serge Gruzinski, La colonisation de l’imaginaire. Sociétés indigènes et occidentalisation dan (...)

5Sur le plan théorique, le concept de transferts culturels a également fait écho aux travaux entrepris depuis plusieurs années au Mexique et en Amérique latine sur les questions de métissage culturel8. Il était d’ailleurs intéressant de confronter ces deux approches, différentes mais complémentaires. Car les échanges entre l’Europe et l’Amérique, au moment de la Conquête, ont pris des formes tout à fait spécifiques qu’il fallait identifier. Bien que le commerce ait été pendant des siècles le véhicule privilégié des contacts entre les peuples de la Méditerranée, la découverte de l’Amérique a donné lieu à une nouvelle dynamique dans la relation entre continents. L’Amérique s’est intégrée à l’Europe et l’Europe à l’Amérique, avec toutes les conséquences que cela implique. Comme l’explique Serge Gruzinski, « les dialectiques du malentendu, de l’appropriation et de l’aliénation » se sont alors appliquées aussi bien aux « modes d’expression, à la perception du temps et de l’espace, à la construction de la mémoire et des imaginaires9 ». Malgré cette expérience traumatisante, la richesse culturelle offerte par la rencontre des deux cultures rend sans doute moins lourde la sensation d’imposition de nouvelles lignes de conduites, montrant par là la face cachée de toute conquête. Nous reviendrons plus longuement sur ces questions qui sont au cœur de notre travail.

6En guise de préliminaire, un examen des situations respectives de la France et du Mexique, dans les domaines politique et culturel, permettra de comprendre le contexte de ces transferts. Dans le cas mexicain, l’indépendance politique obtenue en 1821 entraîna une rupture avec l’Espagne, mais pas avec les pratiques de l’Ancien Régime, ce qui rendit impossible un véritable saut en avant pour la nouvelle nation. Celle-ci était prisonnière de contradictions dont elle ne parvenait pas à se sortir, incapable qu’elle était de choisir entre des positions libérales ou conservatrices, un gouvernement impérial et une république, une république fédérale ou un gouvernement centralisé, une division politique du pays en États fédérés ou en départements. Ces atermoiements provoquèrent des luttes de pouvoir constantes entre les différentes factions politiques, à l’époque où se mêlaient influences politiques et idéologiques espagnoles, anglaises, américaines ou françaises. La jeune nation qui peinait à se construire fut donc la proie des guerres civiles, des coups d’État et des luttes intestines. Le Mexique fut aussi un objet de convoitise à cause de ses richesses minières et agricoles et suscita des rêves d’expansion territoriale. L’Espagne tenta de le reconquérir en 1828 et la France, dès 1838, décida de défendre les intérêts de ses ressortissants lors de la guerre des Gâteaux [Guerra de los Pasteles]. Mais c’est surtout l’épisode de l’indépendance du Texas, suivi de l’invasion américaine de 1846, qui fut lourd de conséquences pour le pays : en 1848, le gouvernement mexicain dut céder aux États-Unis plus de la moitié de son territoire. Les Mexicains reprirent encore les armes pour mettre fin à l’intervention française entre 1862 et 1867. Après une longue période où les libéraux restèrent au pouvoir, la dictature de Porfirio Díaz, dans la dernière décennie du XIXe siècle, sembla enfin permettre au pays de trouver stabilité et prospérité économique. Mais la Révolution de 1910 laissa voir une tout autre réalité : le pays n’avait aucunement réussi son unité nationale, et le progrès était loin d’avoir atteint tous les habitants du territoire mexicain.

7Le XIXe siècle fut donc au Mexique une période où dominèrent, parmi d’autres problèmes, le manque de stabilité politique, la pauvreté, l’échec des projets économiques, l’insécurité etc. Cependant, ce fut aussi un moment d’essor culturel et de développement de la production imprimée. Tout au long du XIXe siècle surgirent des associations littéraires et scientifiques nouvelles, et des projets éducatifs et éditoriaux financés par les élites politiques et intellectuelles. Bien que ces expériences aient été souvent éphémères, elles ont contribué à la construction d’une identité nationale, fortement marquée par le bipolarisme politique et les menaces constantes venues de l’étranger. Elles ont également permis de confirmer à son poste de pouvoir l’élite intellectuelle, sans cesse en quête de modèles nouveaux, grâce auxquels elle pouvait enrichir et déployer les projets culturels de la nouvelle nation. Le monde de l’édition est un bon indicateur pour mesurer l’ampleur de ces emprunts car c’est avant tout dans les journaux et les livres que l’élite mexicaine a montré son désir de s’approprier des points de référence européens, afin de consommer la rupture avec l’Ancien Régime. Dans le domaine de l’imprimé, la France a joué un rôle central : c’est le principal pays qui sert de référence et de caution pour chaque transformation et innovation.

  • 10 Chiffre donné dans l’Atlas histórico de México, Enrique Florescano (coord.), México, 1983, pp. 128 (...)

8Un élément important de notre recherche fut de savoir à quel type de public s’adressaient les imprimés publiés au Mexique et en France au XIXe siècle. Au moment de l’Indépendance, en 1821, le territoire mexicain a une superficie de près de 4 millions de km2 et une population de 8 millions d’habitants, dont 170000 environ vivent dans la capitale. Au même moment, la population française atteint 30 millions d’habitants qui se répartissent sur un territoire d’un peu moins de 550000 km2. Ces réalités ont forcément des conséquences sur la diffusion des imprimés, plus difficile dans un immense pays comme le Mexique, et plus concentrée en France, compte tenu de la densité de population. Au Mexique, les sources sont peu nombreuses concernant le tirage des imprimés au XIXe siècle, qu’il s’agisse des livres, des almanachs ou des journaux. Mais on sait que l’analphabétisme touchait alors 80 à 90 % de la population10. Comment comprendre alors la vitalité de la production imprimée dans le Mexique de cette époque ? Une première explication tient au fait que, dans un pays où la culture orale reste forte, surtout en terre indienne, la lecture collective et en public a pu jouer le rôle de relais auprès de ceux qui ne savaient pas lire. Comme le dit Nicole Giron :

  • 11 Nicole Giron, « El entorno editorial de los grandes empresarios culturales impresores chicos y no (...)

Se ha repetido mucho que la población mexicana, aun la urbana, era mayoritariamente analfabeta ; también se ha afirmado que, gracias a la práctica de la lectura en voz alta, una gran porción de las personas iletradas podía tener conocimiento de la información escrita.11

  • 12 Le réseau de distributeurs d’Ignacio Cumplido, l’éditeur-imprimeur le plus important du Mexique du (...)

9Ce serait d’autre part une erreur de considérer que les milieux urbains étaient les seuls à avoir accès à l’imprimé. Même si Mexico, Puebla et Veracruz représentaient les centres traditionnels de l’imprimerie et concentraient une grande partie du lectorat, les livres et les journaux atteignaient également les petits centres urbains et les campagnes12. Malgré la géographie complexe du pays et le développement limité des systèmes de communication - le moyen de transport le plus ancien et le plus important, le train de la Compagnie nationale des chemins de fer entre Veracruz et Mexico, ne fut inauguré qu’en 1873-, les imprimés circulaient largement, y compris dans les régions les plus reculées, grâce à la poste, aux réseaux de sociabilité et aux correspondants des imprimeurs et des libraires installés dans des villes de dimension moyenne et éloignées des grands centres comme Comitán, Cozalá, Mineral de Parrilla etc. Rien n’était évidemment facile. Les imprimés pouvaient se perdre en cours de route et les courriers être interceptés par des bandits de grand chemin. Le journal El Siglo XIX parle sans cesse du problème du banditisme, également présent dans le récit de voyage de Mathieu de Fossey publié en 1857. Voici ce que dit Mathieu de Fossey de la route entre Tulancingo et Real del Monte :

  • 13 Témoignage cité par Margo Glantz, Viajes en México : Crónicas extranjeras, México, Secretaría de O (...)

Pendant des années, j’ai essayé de rencontrer des bandits, plutôt que les éviter [...]. Une bande de brigands bien organisés infestaient depuis un certain temps le territoire que j’étais sur le point de traverser. Ils n’attaquaient pas que les voyageurs isolés : ils échangeaient également des coups de feu avec les escortes des fourgons anglais qui conduisaient les lingots d’argent à Veracruz. [...] La ténacité de ces hommes tenait principalement au caractère de leur capitaine, le célèbre Andrade13.

  • 14 Un peso équivalait à 8 reales.

10Aux problèmes de communication s’ajoutaient les difficultés économiques d’une grande partie de la population pour laquelle l’imprimé restait un produit de luxe. Les salaires étaient en général très bas. Ce que gagnaient les indiens et les métis leur servait tout juste à ne pas mourir de faim. Or des publications populaires comme les almanachs ou les guides pour les voyageurs coûtaient environ un peso14, une revue illustrée telle que El Mosaico mexicano, 2 reales le numéro, le quotidien El Monitor, 14 reales l’abonnement mensuel. Pour un ouvrier de Mexico dont le salaire journalier était de 4 reales en moyenne au XIXe siècle, ces textes étaient inaccessibles. À cela se joignait le problème de l’analphabétisme. Le gouvernement mexicain était conscient de la nécessité d’améliorer le niveau de l’éducation : à partir de 1822, il mit ses espoirs dans l’introduction du système Lancaster d’apprentissage mutuel pour combattre l’analphabétisme. La création d’écoles primaires fut décidée par décret dans tous les établissements d’études secondaires et le gouvernement créa la Dirección General de Instrucción Pública para el Distrito y Territorios Federales (Direction générale de l’Instruction publique pour le District fédéral et les Territoires fédérés), afin d’améliorer l’enseignement. Mais l’instabilité politique du pays, le faible nombre de maîtres d’école et des ressources financières insuffisantes rendirent difficile l’application de ces projets et de ces lois.

11La France du XIXe siècle présente, quant à elle, ce paradoxe d’avoir une histoire politique mouvementée qui ne met pas en cause le développement économique et social du pays. Mais c’est un siècle qui vit encore dans l’ombre de la Révolution de 1789 et qui n’en finit pas de régler ses comptes avec la Terreur. Au XIXe siècle, la France connaît deux empires, deux monarchies, deux républiques et deux révolutions, celle de 1830 et celle de 1848 qui écarte définitivement du pouvoir la dynastie des Bourbons. Elle mène sous la monarchie de Juillet et le Second Empire une politique ambitieuse de conquêtes coloniales qui la conduit en Algérie, en Indochine, au Mexique et jusqu’en Nouvelle-Calédonie.

12L’intervention militaire française au Mexique, événement majeur dans la perspective de l’histoire politique et culturelle des relations entre la France et le Mexique au XIXe siècle, s’explique par un certain nombre de facteurs. C’est cependant une des initiatives de politique étrangère de Napoléon III parmi les plus controversées et les plus mal comprises encore aujourd’hui. L’intervention avait d’abord pour but, en plaçant sur le trône du Mexique Maximilien d’Autriche, de contrecarrer l’influence des États-Unis en Amérique et de profiter du fait que ces derniers étaient alors en proie à la guerre civile. Le régime impérial comptait aussi entreprendre le percement de l’isthme de Tehuantepec, qui aurait ouvert une route maritime entre l’océan Atlantique et l’océan Pacifique, et exploiter pour le compte de la France un pays que tout le monde s’accordait à croire plein de richesses minières et agricoles. Enfin, de la même façon que Napoléon Ier avait créé la commission d’Égypte, Napoléon III, dans un rêve de grandeur impériale, imaginait de conquérir d’autres pyramides, celles, cette fois, de l’ancien empire aztèque. Le plus original dans cette politique reste la pensée indigéniste qui la sous-tendait et que Maximilien tenta d’ailleurs de mettre en œuvre. Napoléon III considérait en effet que les Indiens du Mexique, écrasés par trois siècles de domination espagnole, devaient retrouver leur ancienne gloire et que c’était aux Français de les y aider. Mais toutes ces rêveries prennent fin en 1867, année où Maximilien est fusillé par les troupes de Juarez.

13Bientôt commence pour la France la guerre de 1870 avec la Prusse. Celle-ci se termine par la défaite de la France, le soulèvement de la Commune de Paris en 1871, et l’annexion par la Prusse de l’Alsace et de la Lorraine, annexion dont les enjeux territoriaux et symboliques pèseront de tout leur poids dans l’histoire européenne du XXe siècle puisqu’ils sont à l’origine de la Première Guerre mondiale. On voit donc que la France du XIXe siècle vit comme le Mexique une période d’instabilité politique. Le débat fait rage entre partisans d’une monarchie autoritaire ou d’une monarchie constitutionnelle imitée du régime anglais, entre nostalgiques de l’Empire et républicains. Les courants conservateurs et libéraux se trouvent donc pris dans un faisceau complexe d’options idéologiques qu’il serait réducteur de définir comme le simple affrontement entre monarchistes et républicains.

  • 15 Voir Jean Mistler, La librairie Hachette de 1826 à nos jours, Paris, Hachette, 1964 et Jean-Yves M (...)
  • 16 Voir Anne-Marie Thiesse, Le Roman du quotidien, Paris, Éditions du Chemin vert, 1984, p. 15.

14Il n’en reste pas moins que la France moderne s’est véritablement construite au XIXe siècle et qu’elle opte à la fin du siècle pour un régime républicain dont la Constitution, celle de la Troisième République, durera jusqu’en 1940. Sur le plan légal et administratif, la France d’aujourd’hui est l’héritière du XIXe siècle : elle conserve le découpage en départements, qui date de la Révolution française, les préfectures et les lycées institués par Napoléon Ier, ainsi que son Code civil. Mais c’est surtout sur le plan économique que la France du XIXe siècle entre dans la modernité. La Révolution industrielle, qui touche la France bien après l’Angleterre, bat alors son plein : développement des industries textile et minière, construction de lignes de chemins de fer pendant la monarchie de Juillet et le Second Empire, mais aussi mise en place du système bancaire. C’est également pendant cette période, et plus précisément au début des années 1840, que se fondent les premiers syndicats et que commence à s’organiser le mouvement ouvrier. Enfin, dans ces mêmes années, le gouvernement jette les bases d’une politique scolaire destinée à combattre l’analphabétisme. La loi Guizot de 1833, sous la monarchie de Juillet, oblige chaque commune à posséder une école primaire de garçons. Quelques années plus tard, l’État passe des commandes massives d’ouvrages pour les écoles élémentaires auprès du tout nouvel éditeur Louis Hachette : 500 000 Alphabets des écoles, 100 000 Livrets élémentaires de lecture, 40 000 Arithmétiques et autant de livres d’histoire et de géographie15. Cette politique se poursuit après la révolution de 1848 et sous le Second Empire avec des ministres de l’Instruction publique comme Victor Duruy. La progression spectaculaire de l’alphabétisation en montre l’efficacité : 66 % des conscrits savaient lire en 1851. Ils sont 82 % en 187116.

  • 17 Voir Claude Bellanger et al. (dir.), Histoire générale de la presse française, t. III : de 1871 à (...)

15Ces progrès spectaculaires de l’alphabétisation au cours du siècle contribuent à expliquer le tirage important des journaux, malgré leur prix élevé : Le Siècle, quotidien de la presse libérale, est diffusé en 1861 à 52 300 exemplaires. Or il se vend par abonnement comme tous les autres journaux de l’époque et coûte 60 francs par an, ce qui le met hors de portée des lecteurs populaires. Rappelons que le salaire moyen d’un ouvrier parisien, au milieu du siècle, se situe autour de 1,50 F à 3 F par jour (et que 2 sous équivalent à 10 centimes). En revanche, le lancement en 1863 du Petit Journal, vendu un sou le numéro, marque véritablement l’avènement d’une presse populaire à l’usage des masses. Dès les années 1880, Le Petit Journal tire à près d’un million d’exemplaires17.

  • 18 Voir Marie-Ève Thérenty, La littérature au quotidien. Poétiques journalistiques au XIXe siècle, Pa (...)

16Malgré la situation politique plutôt difficile décrite plus haut, aussi bien pour le Mexique que pour la France, le XIXe siècle fut un siècle pendant lequel le monde de l’édition connut un succès sans précédent, grâce aux relations nouvelles qui s’établirent entre, d’un côté, les auteurs et les éditeurs, et, de l’autre, les éditeurs et le public. Des techniques nouvelles sont apparues, une dynamique de production s’est instaurée, toutes sortes de publications beaucoup plus variées que dans le passé ont rendu nécessaires des stratégies novatrices répondant à l’élargissement du lectorat, et faisant du XIXe siècle une étape essentielle dans l’histoire de l’édition. Enfin, le XIXe siècle est vraiment le siècle de la presse en Europe et dans le Nouveau Monde. Après les années 1830, les nouveaux lecteurs sont avant tout des lecteurs de journaux. La presse sait en effet se diversifier et séduire différents publics, les hommes et les femmes, les habitants des campagnes et les milieux urbains. Les revues illustrées, satiriques, didactiques ou esthétiques se multiplient. C’est dans les journaux que paraissent évidemment les informations sur l’actualité mais aussi, de plus en plus souvent, les productions littéraires, romans-feuilletons et poèmes en prose18. Il n’est donc pas surprenant que, dans cet ouvrage, onze contributions sur dix-sept concernent les transferts culturels dans le domaine de la presse.

17Le livre est organisé selon trois axes principaux. Nous avons d’abord réuni des contributions traitant de la question de la circulation et de la distribution des publications de part et d’autre de l’Atlantique. Les bibliothèques et les librairies sont des témoins privilégiés de ces formes matérielles de transferts. Le travail de Cristina Gómez Alvarez montre comment, malgré l’œil vigilant de l’Inquisition, les œuvres des auteurs français, par le biais du commerce maritime de l’Espagne avec ses colonies, ont été nombreuses dans les bibliothèques de la Nouvelle-Espagne. Se fondant sur des inventaires après décès, Cristina Gómez relève que près de 50 % des bibliothèques privées possédaient des livres français. L’indépendance du Mexique a représenté une véritable rupture avec l’Espagne et le début d’une ère nouvelle où la mère patrie n’est plus la seule à donner le ton en ce qui concerne ce que l’on peut et ce que l’on doit lire. Ces temps nouveaux voient apparaître de nouveaux acteurs, qui jouent le rôle de véritables « passeurs culturels » : bien que leurs motivations soient d’abord commerciales, ce sont eux qui aideront à transmettre les courants d’idées, les valeurs et la culture en provenance de l’Europe. Laura Suárez de la Torre a ainsi analysé le cas de la Librairie internationale de Frédéric Rosa, grâce à laquelle la diffusion d’œuvres et d’auteurs français a pu se faire dans les premières décennies du Mexique indépendant. Son travail révèle que le marché du livre français au Mexique s’est construit de façon progressive, entre initiatives de libraires et demandes du public. Les Rosa fondèrent une véritable dynastie de libraires-éditeurs et tissèrent leurs réseaux, de manière efficace, entre l’Ancien et le Nouveau Monde.

18Miguel Rodríguez et Alain Vaillant se sont intéressés également à la circulation des imprimés, mais moins dans la perspective d’une circulation matérielle que dans celle du transfert de textes et de titres d’un continent à l’autre. Miguel Rodríguez a comparé les almanachs mexicains, espagnols et français publiés au XIXe siècle et Alain Vaillant les titres de la presse quotidienne et des périodiques parus au Mexique, en France, en Angleterre et en Espagne. Miguel Rodríguez montre que les emprunts à la littérature et à l’iconographie française sont prépondérants dans les almanachs mexicains. Souvent ces emprunts témoignent de décalages importants avec la réalité mexicaine, sans que cela paraisse présenter de difficultés pour les éditeurs ni sans doute pour les lecteurs. Un exemple particulièrement frappant est la manière dont est illustré le calendrier de Lara en 1842, dans lequel le mois de septembre est accompagné de scènes de vendanges et le mois de décembre de la représentation d’un feu de cheminée dans un intérieur paysan, réalités complètement éloignées de celles du Mexique. De son côté, le travail d’Alain Vaillant sur les titres de journaux met en évidence l’existence de rythmes d’évolution similaires, non seulement d’un pays à l’autre, mais d’un continent à l’autre. Ces évolutions concernent aussi bien la typographie, la mise en page, les innovations techniques dans le domaine des gravures et des lithographies que les grandes étapes de l’histoire de la presse au XIXe siècle. Cette analyse, fondée sur la comparaison des titres de journaux mexicains, français, espagnols et anglais, conduit Alain Vaillant à avancer l’hypothèse de l’existence de « mécanismes d’homogénéisation culturelle et d’uniformisation médiatique » entre l’Ancien et le Nouveau Monde.

19Dans une deuxième partie, le livre a regroupé des contributions qui se sont centrées sur une étude du contenu des imprimés, qu’il s’agisse des images ou des rubriques de journaux. Marie-Ève Thérenty s’est intéressée au rôle et au contenu des feuilletons ayant paru dans les principaux quotidiens mexicains et français de 1841 à 1863. En France, le feuilleton est la case du « contrepoint », qui permet d’ouvrir un espace de liberté et de réflexion critique : Le Juif errant d’Eugène Sue paraît par exemple dans le très conservateur Constitutionnel. En revanche, au Mexique, le feuilleton n’est jamais en décalage avec les options idéologiques du journal mais contribue à les renforcer : la presse catholique et conservatrice préfère les récits historiques à la fiction, et puise en majorité ses sources dans la littérature espagnole et anglo-saxonne, alors que la presse libérale adopte massivement des auteurs français comme Alexandre Dumas et Eugène Sue. Sylvain Venayre, lui, a étudié la page 4 des quotidiens français parus à Mexico, c’est-à-dire la page des annonces publicitaires. La page 4 permet de suivre les pulsations de la ville et le flux des marchandises et des hommes : arrivée de bateaux dans le port de Veracruz, ouverture d’hôtels pour les voyageurs, horaires des cabinets de lecture, tarifs promotionnels des restaurants.

20De leur côté, Marie-Laure Aurenche et María Esther Pérez Salas ont porté leur attention sur les illustrations. Marie-Laure Aurenche a étudié la manière dont circulèrent textes, modèles typographiques et images d’un continent à l’autre, et plus particulièrement entre l’Angleterre, la France et le Mexique. Elle montre que les premiers journaux illustrés paraissent à peu près tous en même temps dans les pays d’Europe occidentale, c’est-à-dire dans les années 1830. Au Mexique, les premières revues illustrées paraissent dès 1836 avec le lancement de El Mosaico mexicano, mais la création des autres titres s’échelonne sur une période de quinze ans. Les emprunts aux revues illustrées françaises sont manifestes dans le cas de El Mosaico mexicano et du Museo mexicano. Mais, pour ces journaux, ces emprunts se sont fait plutôt par l’intermédiaire de l’Espagne. En relevant systématiquement tous les articles de journaux illustrés français repris dans les revues mexicaines pendant les années 1830-1850, Marie-Laure Aurenche démontre que ces dernières se détachent progressivement de leurs sources françaises pour accueillir de plus en plus de textes d’écrivains mexicains. L’autonomisation et la mexicanisation des journaux mexicains apparaissent ici dans toute leur clarté.

21María Esther Pérez Salas, quant à elle, souligne la nouveauté technique que représente l’utilisation de la lithographie et rappelle que les lithographes mexicains l’ont souvent apprise dans les ateliers des lithographes français installés à Mexico. Les images sont dans un premier temps empruntées à des publications étrangères, anglaises, françaises ou espagnoles, pour être utilisées dans de nouveaux projets éditoriaux – albums, livres de grand format. Mais elles s’éloignent peu à peu de leurs origines étrangères pour illustrer des sujets nationaux, évolution liée au fait que des illustrateurs mexicains possèdent désormais une maîtrise suffisante de la lithographie pour ouvrir leurs propres ateliers. Le lien avec le Vieux Monde reste plus étroit en ce qui concerne les caricatures et les journaux satiriques mexicains étudiés par Laurence Coudart. Le XIXe siècle est l’âge d’or de la caricature, tant en France qu’au Mexique, pays dont la verve journalistique est comparable dans un contexte politique de luttes et de revirements spectaculaires. La caricature française est alors une référence internationale. Les reproductions des gravures de Daumier, par exemple, ont largement circulé au Mexique et La Orquesta, journal satirique illustré publié de 1861 à 1877, s’inspire du Charivari de Philipon. Mais l’abondance de références, copies et adaptations de caricatures françaises dans la presse satirique mexicaine ne signifie pas que leur sens reste le même. La présente étude propose donc une comparaison entre les presses satiriques française et mexicaine dans leur genèse et leur évolution : contextes politiques, espaces éditoriaux, cadres juridiques, contenus, formules, défis et usages de la caricature sont ainsi évoqués dans le but de déchiffrer les complicités et les échanges entre les deux pays, mais aussi d’en identifier les limites, et de caractériser la spécificité de la caricature mexicaine.

22La troisième et dernière partie de l’ouvrage est consacrée aux débats idéologiques et aux courants culturels nés de la rencontre (et de la confrontation) entre la France et le Mexique. Javier Rodríguez Pina a cherché les traces de la pensée de conservateurs français, tels Chateaubriand, Bonald, de Maistre et Lamennais dans les journaux et les ouvrages circulant au Mexique pendant la première moitié du XIXe siècle. Il démontre par là l’importance qu’a eue le conservatisme au Mexique à cette époque, à la fois comme contre-proposition idéologique au libéralisme et comme projet de société. Pour les libéraux mexicains, ce sont bien entendu d’autres grands noms qui servent de référence. José Ortiz Monasterio étudie ici comment Renan devient, plus tard dans le siècle, une véritable caution culturelle pour certains hommes politiques et écrivains mexicains, tels que Vicente Riva Palacio. Dans un pays catholique comme le Mexique, le nom de Renan était en soi une provocation et ses idées ont circulé dans le pays bien avant que ses œuvres n’y soient publiées, beaucoup plus tard, et sous le signe du scandale.

23D’autres contributions évoquent le rôle des hommes politiques, des écrivains et des journalistes dans la construction de l’image que chaque pays a de l’autre. Joëlle Chassin étudie l’apport des Nouvelles Annales des Voyages, revue étroitement liée à la Société de Géographie de Paris, pour la connaissance du Mexique en France, des années 1820 à 1870. Elle souligne l’importance de Ternaux-Compans dans ce domaine. Diplomate parti très jeune en Amérique du Sud, il est aussi un érudit et un collectionneur. Il devient rédacteur des Annales des Voyages de 1840 à 1845 et donne la parole aussi bien aux archéologues décrivant les sites précolombiens qu’aux linguistes et aux économistes à propos du Mexique. À cette époque, c’est Michel Chevalier qui s’impose comme le spécialiste de ce pays. Philippe Régnier montre d’ailleurs le rôle déterminant de Michel Chevalier dans la décision de l’intervention militaire de 1861 au Mexique. Membre de l’Institut, expert pour les affaires américaines, collaborateur régulier de la Revue des deux Mondes, il est alors le conseiller occulte de Napoléon III pour les questions économiques. Ce qui importe au saint-simonien Michel Chevalier, c’est de concevoir un « système de la Méditerranée », destiné à réduire l’antagonisme entre l’Occident et l’Orient par le déploiement d’un vaste réseau de routes et de voies maritimes. Mais Michel Chevalier insiste aussi, dans des articles publiés dans les années 1840, sur l’état de désorganisation politique et économique du pays.

24On retrouve ce discours dans la presse française de l’année 1862, qu’étudie Lise Andries. Selon les journaux progouvernementaux comme Le Constitutionnel, la France se doit d’intervenir en tant que puissance civilisatrice, pour faire sortir le Mexique de l’état endémique d’anarchie dans lequel il est censé se trouver. En revanche, la presse libérale française refuse avec fermeté toute idée d’intervention dans un pays dont le gouvernement républicain a été élu légitimement. L’analyse croisée des journaux français et mexicains publiés pendant l’année 1862 met aussi en évidence le grand décalage existant entre une presse libérale mexicaine, à l’affût depuis des décennies de l’actualité française sous tous ses aspects, et une presse quotidienne française parlant d’un pays en partie méconnu. Claire Fredj a également centré son travail sur la période de l’Intervention. Elle décrit une situation paradoxale, soulignant d’abord qu’au XIXe siècle, la mise en place au Mexique d’un milieu savant, notamment sur le plan médical, passe par la référence au modèle français. Elle montre ensuite que la présence de l’armée française au Mexique, entre 1862 et 1867, ne freine pas le mouvement scientifique puisqu’elle favorise la collaboration, dans la rédaction d’articles de journaux, de médecins mexicains et de médecins militaires français.

25Miguel Ángel Castro évoque enfin le dialogue plutôt complexe qu’échangèrent le Mexique et la France dans le dernier tiers du siècle, pendant le gouvernement de Porfirio Díaz. C’est un moment de réconciliation avec la France, après la période délicate de l’Intervention française. Miguel Ángel Castro souligne à quel point Paris, la Ville Lumière, inspire alors les écrivains mexicains. Non seulement les auteurs français sont, par le biais des traductions, omniprésents dans les revues et les journaux mexicains, mais ces textes qui permettaient aux lecteurs de voyager en imagination, sont aussi de puissantes sources d’inspiration pour la littérature mexicaine fin de siècle.

26Dans la mesure où la France jouit au XIXe siècle d’un grand prestige international qui tient à l’éclat de sa littérature mais aussi à sa situation de grande puissance sur le plan politique et économique, il n’est pas surprenant que le Mexique ait cherché beaucoup de ses modèles de ce côté-là. Autant que la littérature, ce sont la langue et les manières françaises qui fascinent, et plus que la France, c’est Paris qui est l’objet des regards, particulièrement à la fin du siècle. Il est possible aussi que la dimension universaliste de la pensée française, depuis la Déclaration des Droits de l’homme de 1789, ait favorisé le phénomène de transfert, mais ce facteur est à double tranchant puisque l’universalisme s’oppose aux particularismes nationaux et peut susciter le rejet plutôt que l’adhésion.

  • 19 Le livre intitulé L’Amérique Latine et les modèles européens a mis en lumière une question qui n’a (...)

27Notre projet était de mener à bien une réflexion sur les transferts culturels entre la France et le Mexique, entre le Mexique et la France19. C’est le support matériel des transferts culturels dans le domaine de l’imprimé, tout autant que les échanges intellectuels, qui sert de fil conducteur à notre livre. Pour ce faire, divers objets ont servi d’exemples, les ouvrages, les revues illustrées, les almanachs, les estampes, les caricatures, mais il a aussi été question d’individus, des auteurs (connus ou inconnus), des lithographes, des politiciens, des hommes de science et des libraires français qui ont favorisé les échanges entre la France et le Mexique. Cet intérêt ne fut nullement unilatéral, puisque la France aussi tourna les yeux vers le Mexique, comme l’attestent divers articles de la Revue des Deux Mondes et des Annales des voyages dès les années 1840.

  • 20 M. Espagne et M. Werner, Qu’est-ce qu’une littérature nationale ?..., op. cit., p. 10.

28Ce travail sur les transferts culturels dans le domaine de l’imprimé a tenté de s’éloigner de la méthode comparatiste traditionnelle. En effet, nous ne souhaitions pas considérer le Mexique et la France comme des entités homogènes dont nous aurions simplement relevé les similitudes et les différences – si tant est que l’homogénéité d’une culture ne soit pas une chimère. Nous souhaitions au contraire décrire des processus dynamiques d’échanges, d’adaptations et d’emprunts qui prenaient sens dans le contexte historique propre au XIXe siècle, à une époque où les anciennes colonies espagnoles d’Amérique acquirent leur indépendance et où l’idée de nation s’affirma et se développa dans l’ensemble du monde occidental. Or il est apparu, tout au long de ce travail, que la construction même de l’identité mexicaine s’est nourrie de ces transferts. Le paradoxe, certainement commun à beaucoup de jeunes nations en quête d’identité, est que l’autonomisation intellectuelle du Mexique a été conquise en partie grâce à ses emprunts aux cultures étrangères, et particulièrement à celles venues d’Europe, alors que, comme le rappellent Michel Espagne et Michael Werner, l’histoire des cultures nationales « est souvent vécue comme celle d’une émancipation-libération par rapport à un modèle dominant20 ». Emprunt ne veut évidemment pas dire imitation passive. Qu’il s’agisse des illustrations, des journaux ou des textes littéraires, ce qui est venu d’Europe a été sélectionné (et cette sélection est elle-même significative), ou bien adapté et transformé.

29Qui dit transferts culturels, dit circulation matérielle d’objets, d’individus et d’idées. Dans notre livre, nous avons privilégié la circulation des imprimés et des gravures d’un continent à l’autre, et les échanges intellectuels qu’elle a permis d’instaurer. Mais il a été aussi question du rôle des commerçants, voyageurs, diplomates et hommes politiques qui établirent des liens entre la France et le Mexique, et même de la circulation des biens matériels, nourriture, vêtements, etc., (par exemple dans le texte de Sylvain Venayre) liés à des usages de la vie quotidienne qui sont également concernés par les phénomènes de transferts. Or il était nécessaire d’échapper ou de tenter d’échapper à deux écueils. D’abord nous ne voulions pas nous cantonner dans la relation binaire entre la France et le Mexique. Bien que l’Espagne, en tant qu’ancienne puissance colonisatrice, ait pu servir parfois de repoussoir à l’intelligentsia libérale mexicaine, elle reste un pays de référence, ne serait-ce que d’un point de vue linguistique et religieux. Il en est de même, pour de tout autres raisons, des États-Unis. La relation avec le puissant voisin du Nord n’a pas été étudiée ici, car le sujet, à lui seul, aurait demandé un ouvrage. En revanche, les liens avec l’Espagne sont fréquemment évoqués, par exemple dans les contributions de Marie-Ève Thérenty, de Miguel Rodríguez et d’Alain Vaillant.

30D’autre part, notre intention n’était pas d’étudier les transferts culturels à sens unique, de la France vers le Mexique. Il est certain qu’il a existé en France un intérêt pour le Mexique au XIXe siècle, un véritable engouement avec sa part de fantasmes et d’ignorance, qui a favorisé en particulier un mouvement d’immigration relativement important. Pour répondre à une certaine attente du public, des textes sur le Mexique ont donc été publiés dans les journaux français et des gravures recopiées, provenant d’albums illustrés mexicains (voir le texte de María Esther Pérez Salas), surtout, il faut le dire, pendant la période de l’intervention militaire française. La société et les paysages mexicains ont aussi été les sujets de prédilection des romans de Gabriel Ferry et de Gustave Aimard, largement diffusés sous le Second Empire.

31Mais il s’agit là d’images, d’informations et de sources romanesques. En ce qui concerne la notion de « modèles » culturels, les choses se passent autrement : il est clair que, sur ce plan, les transferts se sont effectués de façon dissymétrique, la France jouant auprès du Mexique le rôle de légitimation culturelle dont la jeune nation avait besoin. C’est même probablement par la référence à la France, sur le plan idéologique ou littéraire, que le Mexique pouvait acquérir un statut dans le concert des nations. La dissymétrie des transferts s’accompagne aussi de décalages chronologiques qui traduisent bien la complexité de ces phénomènes d’échanges culturels : le roman-feuilleton, popularisé en France à la fin des années 1830, est adopté dix ans plus tard dans la presse mexicaine.

  • 21 Voir Laurier Turgeon, Patrimoines métissés. Contextes coloniaux et postcoloniaux, Paris/Québec, Éd (...)
  • 22 M. Espagne, Les transferts culturels..., op. cit., p. 23.

32Notre travail met finalement l’accent sur l’importance du métissage et vise à considérer que « le métissage est au cœur de tout processus culturel21 ». Mais contrairement à ce qui se passe aujourd’hui, où l’on a tendance à opposer métissages et identités dans une vision mondialiste mettant en danger les différences nationales, il nous est apparu que dans le cas du Mexique, son identité s’était construite au XIXe siècle comme une mosaïque d’emprunts et de réappropriations venus en partie des échanges entre l’Ancien et le Nouveau Monde. De tels processus redoublent d’autres phénomènes d’hybridation plus anciens, propres à l’histoire coloniale du Mexique, qui tiennent à l’intégration dans la culture du pays d’éléments provenant à la fois de l’Espagne et du passé indien préhispanique. C’est dire combien la construction identitaire du Mexique fut complexe et soumise à des systèmes de référence culturelle différents selon les périodes, qui coexistèrent par strates successives. Les emprunts venus de France et du Vieux Continent ne purent, de toute façon, avoir lieu que dans la mesure où ils répondaient à des besoins spécifiques liés, par exemple, à la situation politique du pays : ainsi la réception de Renan au Mexique ou le choix, par les journaux mexicains, de publier des romans-feuilletons français ou espagnols furent-ils tributaires des luttes d’influence entre libéraux et conservateurs. Comme le rappelle Michel Espagne, « un transfert culturel n’est pas déterminé principalement par un souci d’exportation. Au contraire, c’est la conjoncture du contexte d’accueil qui définit largement ce qui peut être importé22 ».

  • 23 Voir sur ce point l’introduction de Daniel Fabre (éd.), L’Europe entre cultures et nations, Paris, (...)

33La pensée universaliste à la française et l’idée même de nation ne favorisèrent pas au XIXe siècle la prise en compte des cultures indiennes au Mexique. La construction de la nation, comme cela se passa également en Europe, fut associée d’une part à la liberté conquise, d’autre part à un mouvement centralisateur qui s’accompagna bien souvent de la négation des minorités ethniques et linguistiques23. Si l’histoire mexicaine du XIXe siècle célébra largement l’événement fondateur que fut l’Indépendance de 1821, et si elle fut l’abondante productrice de mythes nationaux, elle le fit en mettant sur le devant de la scène la société créole, c’est-à-dire des élites sociales et économiques réduites, à la notable exception des « chinacos », paysans métis devenus les héros de la lutte contre l’armée de Napoléon III. Pour ces élites, la presse joua un rôle identitaire essentiel : c’est dans les journaux que s’exprimaient les nouvelles idées politiques, qu’étaient publiées en premier lieu les œuvres des écrivains mexicains, que figuraient les modes venues de France. Ces recherches ont envoyé aux oubliettes, nous l’espérons, la traditionnelle posture empreinte d’eurocentrisme. Elles ont montré, dans la perspective d’une histoire culturelle plutôt que politique, comment les deux nations ont entamé au XIXe siècle un dialogue permanent par le biais des écrivains, des éditeurs-imprimeurs et des libraires. Elles ont aussi révélé les différents points de convergence culturelle entre les deux pays, les ponts qui ont été tendus entre l’Europe et l’Amérique et qui ont favorisé les échanges de biens culturels, dont ce livre est un vivant exemple.

*

34Ce projet n’aurait pu arriver à bon port s’il n’avait pu compter sur le soutien du programme ANUIES-CONACYT-ECOS et des institutions mexicaines et françaises telles que l’Instituto Mora, l’Instituto de Investigaciones Bibliográficas de l’UNAM, le laboratoire LIRE UMR 5611 (Institut des sciences de l’homme, Lyon), le CELLF UMR 8599 (CNRS-université de Paris Sorbonne), le Centre d’histoire de l’Institut d’études politiques de Paris, l’Institut des hautes études d’Amérique latine, la Maison de l’Amérique latine, l’UMR 8168 Mondes américains, sociétés, circulations, pouvoirs XVe-XXIe siècles (École des hautes études en sciences sociales), l’UFR Identités, cultures, territoires de l’université de Paris VII Denis-Diderot, l’université de Montpellier III. Nous voudrions aussi remercier, pour l’aide qu’ils nous ont généreusement offerte lors des différentes étapes du projet, Santiago Portilla, Luis Jáuregui, Vicente Quirarte, Denis Rolland, Dominique Fournier, Pilar Gonzalez et Jean-Francois Botrel. Nous exprimons aussi toute notre reconnaissance à Mónica Rodríguez, Enrique Rosas, Raymundo Zendejas, Ricardo Ledesma, de l’Instituto Mora, à Guadalupe Curiel, Ana María Romero, Laurette Godinas, Lorena Gutiérrez, Lilia Vieyra et Beatriz López García, de l’Instituto de Investigaciones Bibliográficas de l’UNAM, et à Françoise Notter-Truxa, graphiste au laboratoire LIRE. Sans oublier Yolanda Martínez et le Departamento de Publicaciones, ainsi qu’Elizabeth Balladares, † Iván Lombardo Huerta, Enrique García, Maru Icaza et Violeta Medina de l’Instituto Mora.

Notes

1 Il ne faut pas oublier que dans le cadre de cette recherche d’une identité propre nous trouvons aussi en contrepartie l’introspection effectuée par les patriotes autochtones, les criollos, à partir du XVIIIe siècle. Cette autre source de réflexion prit comme modèle la partie glorieuse du passé indigène, cette idéologie politique qui, comme l’affirme Brading, « a offert comme étendard et comme patronne l’image de Notre-Dame de Guadeloupe », qui a défendu « audacieusement le concept d’une nation mexicaine qui existait déjà avant l’arrivée des Espagnols » et qui proposait un républicanisme catholique et un nationalisme insurgé. Luis Villoro, David A. Brading et Enrique Florescano, pour ne citer que quelques exemples, ont étudié en profondeur ce sujet dans les travaux suivants : Luis Villoro, Elproceso ideológico de la revolución de independencia (plusieurs rééditions) ; David A. Brading, Orbe indiano. De la monarquía católica a la república criolla, 1492-1867, México, Fondo de Cultura Económica, 1991 et son ouvrage classique : Orígenes del nacionalismo mexicano, trad. de l’anglais par Soledad Loaeza, México, Secretaría de Educación Publica, 1971 et Enrique Florescano, Etnia Estado y Nación, México, Aguilar, 1997 et Historia de las historias de la nación mexicana, México, Taurus, 2002.

2 Voir Javier Pérez Siller (ed.), México Francia : Memoria de una sensibilidad común, México, Benemérita Universidad Autónoma de Puebla/El Colegio de San Luis A. C/Centro de Estudios Mexicanos y Centroamericanos (CEMCA), 1998.

3 Voir Nancy N. Barker, « Voyageurs français au Mexique, fourriers de l’Intervention (1830-1860) », Revue d’histoire diplomatique, janvier-juin 1973, pp. 96-114.

4 Le projet dirigé par Javier Pérez Siller, dont le titre est « Mexique-France : mémoires d’une sensibilité commune, XIXe et XXe siècles » [México Francia : memoria de una sensibilidad común, siglos XIX-XX] a suivi les traces de la présence française au Mexique d’une façon unilatérale à partir d’objets et de sujets divers sous l’angle de la mondialisation jusqu’à « découvrir et pénétrer sa signification profonde dans l’histoire et la culture mexicaines » (dans l’original : “descubrir y penetrar su significado en la historia y la cultura mexicanas”, ouvrage déjà cité. Voir également Javier Pérez Siller y Chantal Cramaussel (coords.), México Francia : Memoria de una sensibilidad común, siglos XIX-XX, t. II, México, Benemérita Universidad Autónoma de Puebla/El Colegio de Michoacán/CEMCA, 2004.

5 Deux livres sont nés de ce projet : Laura Suárez de la Torre (coord.) y Miguel Ángel Castro (ed.), Empresa y cultura en tinta y papel (1800-1860), México, Universidad Nacional Autónoma de México (UNAM)/Instituto Mora, 2001 et Laura Suárez de la Torre (coord.), Constructores de un cambio cultural : impresores-editores y libreros en la ciudad de México 1830-1855, México, Instituto Mora, 2003.

6 Voir en particulier Michel Espagne et Michael Werner, « La construction d’une référence culturelle allemande en France. Genèse et histoire (1750-1914) », Annales ESC, juillet-août 1987 ; Michel Espagne et Michael Werner (éd.), Philologiques, t. III : Qu’est-ce qu’une littérature nationale ? Approches pour une théorie interculturelle du champ littéraire, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1994 et Michel Espagne, Les transferts culturels franco-allemands, Paris, Presses universitaires de France, 1999.

7 . « Les relations culturelles internationales. De la diplomatie culturelle à l’acculturation », université de Paris I Panthéon-Sorbonne, 11 au 13 mars 2006.

8 Voir en particulier Actas del 3e Congreso Internacional de Mediadores Culturales. Ciudades mestizas : Intercambios y continuidades en la expansión occidental. Siglos XVI a XIX, Clara García y Manuel Ramos Medina (Coords.), México, Centro de Estudios de Historia de México/Condumex, 2001 ; Pilar Gonzalbo (presentación), Espacios de mestizaje cultural, México, Universidad Autónoma Metropolitana, Unidad Azcapotzalco, División de Ciencias Sociales y Humanidades, 1991 ; Ángel Miquel, Jesús Nieto Sotelo y Tomás Pérez Vejo (comps.), Imágenes cruzadas. México y España, siglos XIX y XX, México, Universidad Autónoma del Estado de Morelos, 2005.

9 Voir Serge Gruzinski, La colonisation de l’imaginaire. Sociétés indigènes et occidentalisation dans le Mexique espagnol, XVIe-XVIIIe siècles, Paris, Gallimard, 1988, p. 7 et La Pensée métisse, Paris, Fayard, 1999.

10 Chiffre donné dans l’Atlas histórico de México, Enrique Florescano (coord.), México, 1983, pp. 128 et suivantes.

11 Nicole Giron, « El entorno editorial de los grandes empresarios culturales impresores chicos y no tan chicos en la ciudad de México » dans L. Suárez de la Torre (coord.) y M. Á. Castro (ed.), Empresa y cultura..., op. cit., p. 59.

12 Le réseau de distributeurs d’Ignacio Cumplido, l’éditeur-imprimeur le plus important du Mexique du XIXe siècle, atteignait le chiffre record de 121 représentants hors de la ville de Mexico, répartis dans toute la République mexicaine. Ceci permettait que ses publications arrivent dans les villes principales du Mexique, et même hors du pays, comme par exemple à La Havane et à La Nouvelle-Orléans. Voir María Esther Pérez Salas, « Ignacio Cumplido : un empresario a cabalidad », dans L. Suárez de la Torre (Coord.) y Miguel Ángel Castro (ed.), Empresa y Cultura..., op. cit., p. 154.

13 Témoignage cité par Margo Glantz, Viajes en México : Crónicas extranjeras, México, Secretaría de Obras Públicas, 1964, pp. 263-264.

14 Un peso équivalait à 8 reales.

15 Voir Jean Mistler, La librairie Hachette de 1826 à nos jours, Paris, Hachette, 1964 et Jean-Yves Mollier, Louis Hachette (1800-1864) : le fondateur d’un empire, Paris, Fayard, 1999.

16 Voir Anne-Marie Thiesse, Le Roman du quotidien, Paris, Éditions du Chemin vert, 1984, p. 15.

17 Voir Claude Bellanger et al. (dir.), Histoire générale de la presse française, t. III : de 1871 à 1940, 3e partie, Paris, Presses universitaires de France, 1969, p. 297.

18 Voir Marie-Ève Thérenty, La littérature au quotidien. Poétiques journalistiques au XIXe siècle, Paris, Seuil, 2007.

19 Le livre intitulé L’Amérique Latine et les modèles européens a mis en lumière une question qui n’avait pas encore reçu une attention suffisante : la présence des modèles européens en Amérique latine, une fois prononcée l’indépendance de la plupart des nations du continent. Ces références à l’Europe s’expriment dans le domaine des idées, des institutions, des arts, de la mode. Voir Annick Lempérière et al. (éd.), L’Amérique Latine et les modèles européens, Paris, L’Harmattan, 1998.

20 M. Espagne et M. Werner, Qu’est-ce qu’une littérature nationale ?..., op. cit., p. 10.

21 Voir Laurier Turgeon, Patrimoines métissés. Contextes coloniaux et postcoloniaux, Paris/Québec, Éditions de la Maison des sciences de l’homme/Presses de l’université de Laval, 2003, p. 21.

22 M. Espagne, Les transferts culturels..., op. cit., p. 23.

23 Voir sur ce point l’introduction de Daniel Fabre (éd.), L’Europe entre cultures et nations, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1996, p. 2.

Notes de fin

* Traduction en français des textes écrits en espagnol par Laura Suárez de la Torre : Laurette Godinas.

Auteurs

Directeur de recherche au CNRS, membre du CELLF (CNRS-Université de Paris IV-Sorbonne). Spécialité: la littérature populaire en France du XVIIe au XIXe siècles. A publié La Bibliothèque bleue au XVIIIe siècle, Oxford, Voltaire Foundation, 1989, Le Grand Livre des secrets: le colportage en France aux 17e et 18e siècles, Paris, Imago, 1994, Robinson, Paris, Autrement, 1996 et co-publié avec Geneviève Bollème La Bibliothèque bleue: littérature de colportage, Paris, coll. Bouquins, Laffont, 2003. A dirigé Le Partage des savoirs XVIIIe-XIXe siècles, Lyon, Presses Universitaires de Lyon, 2003

Profesora-investigadora titular del Instituto Mora desde 1985. Realizó sus estudios de licenciatura y doctorado en Historia en la Facultad de Filosofía y Letras de la Universidad Nacional Autónoma de México. Coordinó el proyecto CONACYT: Empresarios-Editores en la Ciudad de México. 1830.1855; cocoordinó el proyecto CONACYT México-España: Creación de estados de opinión en el proceso de independencia mexicano: conflicto ideológico y la batalla propagandística. Entre sus publicaciones se cuentan: Luis de la Rosa Oteiza. Obra periodística y literaria; Empresa y cultura en tinta y papel (1800-1860), y Constructores de un cambio cultural: impresores-editores y libreros en la ciudad de México 1830-1855, así como numerosos artículos y ponencias presentadas en distintos foros nacionales e internacionales

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search