Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

Le jardin du casoar, la forêt des Kasua

 | 
Florence Brunois

Troisième partie. Le maintien d'un équilibre délicat

Troisième partie. Le maintien d'un équilibre délicat

Testo integrale

1Maintenir un équilibre délicat est une tâche bien difficile qui incombe à tous les membres de la tribu kasua. En effet, les relations d’échange imposées par les esprits s’adressent à l’humanité : elles concernent sa capacité à se reproduire alimentairement, sexuellement et socialement. Toute infraction individuelle se retourne inévitablement contre la communauté. Si un individu coupe un arbre habité par des Isanese, son acte est susceptible de faire fuir ces esprits et, par là même, les gibiers du territoire clanique. Si un individu éprouve trop de désir, il menace tout un chacun de se faire cannibaliser par les sorciers sele. Il revient donc à tous de participer à ce maintien d’un équilibre délicat et de prendre exemple sur leurs héros, Salasu et Kelosulu. Il revient donc à tous d’apprendre à gérer les relations qu’ils engagent individuellement, par leur soi visible ou onirique avec tout être peuplant leur univers, susceptibles de réactiver dramatiquement l’endettement de l’humanité à l’égard des communautés spirituelles.

2Cette partie se consacre aux manières dont les Kasua apprennent à gérer et gèrent leurs relations engagées avec les êtres peuplant leur environnement qui s’assimile de fait à un cosmos forestier. Et comme l’alimentation, la mort et la sexualité sont bien les termes de l’échange, la gestion concerne ces trois aspects de la dette pour assurer de façon pérenne la reproduction humaine comme la reproduction du cosmos, la reproduction de soi comme celle de son double, et ce, tout au long du cycle de la vie.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2007

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540