Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La favela d'un siècle à l'autre

 | 
Licia Valladares

Conclusion

Favela, favelas des dogmes confirmés ou ébranlés

Texte intégral

1Cette vision homogène de l’univers des favelas qui s’est peu à peu imposée dans les dogmes que nous avons analysés se trouve aujourd’hui à la fois renforcée par le travail des médias et la réactivation de la vision de la favela comme foyer de violence, et déstabilisée par diverses manifestations d’une réalité bien plus complexe. Cette tension, qui peut aller jusqu’au conflit entre les représentations, résulte de l’intervention de nouveaux acteurs et de la multiplication des enjeux.

Une réalité diversifiée

2Les données du recensement, à condition qu’on les interroge, viennent mettre à mal la vision trop homogénéisante des favelas. Les résultats sont clairs : ni homogénéité ni spécificité des favelas, ni unité entre elles, ni même en leur sein pour les grandes. Des études réalisées à partir des données du recensement de 1991 nous ont en effet permis de montrer que, contrairement à la vision dominante, les favelas présentent des signes évidents d’hétérogénéité, dans leur réalité physique, spatiale et sociale, au point qu’il est impossible de les ranger dans une catégorie unique et distincte (Préteceille, Valladares, 1999 ; 2000).

3Dans cette analyse, sur l’ensemble des 10 542 secteurs censitaires que comptait en 1991 la région métropolitaine de Rio, les 1 291 secteurs (12 % du total) considérés par l’IBGE comme appartenant à des favelas ont été comparés à l’ensemble des secteurs hors favelas de la métropole, à partir de la construction d’une triple typologie distinguant le niveau d’équipement urbain (eau, assainissement, ramassage des ordures), le statut d’occupation (de la construction et du terrain) et le niveau de scolarité et de revenu du chef de famille. L’étude de la distribution des favelas dans ces trois typologies a montré que même si elles sont davantage présentes dans certains types, on les dénombre aussi, en proportions non négligeables, dans tous les autres sauf dans les types correspondant aux espaces des classes supérieures.

4La prétendue homogénéité des favelas de Rio n’est donc confirmée sur aucune des trois dimensions étudiées : niveau d’équipement, statut d’occupation, niveau social. Quant à leur spécificité, certaines ont effectivement des caractéristiques distinctes en matière d’équipement urbain, mais une bonne partie des secteurs censitaires des favelas se retrouve classée de la même manière que nombre de secteurs hors favelas. Quant au dénuement social et urbain, il caractérise effectivement une partie des espaces des favelas, mais une partie seulement, et il concerne aussi un nombre très important d’autres secteurs censitaires situés hors favelas, dans des lotissements périphériques, des quartiers populaires pauvres, etc.

  • 1 Davidovitch (1997, 1999) a étudié l’environnement immédiat des favelas et montré le flou de la fro (...)

5On a déjà signalé que le nombre de secteurs repérés comme « favelas » est sans doute sous-estimé en dehors de la municipalité de Rio. Il est vrai que, pour la municipalité centrale, le repérage des favelas effectué par l’Instituto Pereira Passos est d’une grande précision et que les municipalités périphériques ne disposent pas d’un tel instrument. Mais l’écart principal vient avant tout de la difficulté à faire la distinction entre favela et non-favela dans les zones périphériques populaires. Paradoxalement, on pourrait dire que l’identité de la favela affirmée par les dogmes tient plus au contraste violent de ces quartiers avec les beaux quartiers dont ils sont proches dans la zone sud huppée de la ville qu’à leurs caractéristiques propres supposées1. Proximité spatiale conjuguée avec distance sociale, pour paraphraser Chamboredon et Lemaire (1970).

  • 2 Rappelons que le programme Favela-Bairro a démarré en 1994 et a déjà touché un très grand nombre d (...)

6Ce problème de repérage et de définition se pose aujourd’hui en termes nouveaux. Si la définition traditionnellement utilisée par l’IBGE des favelas comme « aglomerado subnormal » était rigoureusement appliquée, nombre des favelas anciennes, où les équipements urbains de base ont été implantés2 et où les constructions sont des immeubles en béton de plusieurs étages, n’en feraient plus partie…

  • 3 Plusieurs autres favelas de Rio présentent des évolutions comparables, la Rocinha est loin d’être (...)

7L’exemple de la Rocinha, que nous observons depuis plusieurs décennies, permet de percevoir plusieurs facettes de l’accès de ces quartiers à la modernité et même à la globalisation3. En 1999, quiconque empruntait le tunnel Dois Irmãos, reliant les quartiers chics de São Conrado et Barra da Tijuca à ceux de la zone sud (Leblon, Ipanema, Copacabana) ne pouvait manquer de voir l’immense panneau (aujourd’hui disparu), annonçant le site internet de TV ROC, en haut d’un immeuble de cinq étages de la Rocinha. L’internaute accédait en quelques clics à des informations (en portugais, espagnol et anglais) sur la localisation précise et sur l’histoire de la favela, sur les projets en cours, sur les entreprises implantées dans le quartier. Y étaient disponibles les dernières nouvelles diffusées par le journal local, le Correio da Zona Sul. Ce site, créé en 1997 à l’initiative de TV ROC, fournisseur de télévision par câble de la favela, annonçait clairement :

  • 4 Le cas de TV ROC a été analysé plus en détail dans « Favela et globalisation : www.rocinha.com.br  (...)

« La Rocinha est un vrai creuset. Tout ce que vous pourriez imaginer arrive, est arrivé ou arrivera ici. Vous êtes au bon endroit pour en savoir plus sur ce qui s’y passe, les gens à qui parler, les institutions à rechercher. Tout cela online et régulièrement mis à jour pour faire parvenir jusqu’à vous des informations complètes sur la Rocinha et les autres communautés démunies du Brésil d’aujourd’hui4. »

8Cette page est aujourd’hui inactive, mais le site TV ROC est accessible (http://www.tvroc.com.br).

  • 5 Le nombre d’habitants est souvent surestimé dans les chiffres donnés sur les favelas. Selon le rec (...)
  • 6 Information fournie par la TV ROC en 2005.

9En 2005, un abonnement mensuel au câble coûte R$ 25 (soit environ 7€) plus R$ 50 (soit 14 €) de frais d’adhésion, donnant accès à 42 chaînes. Réservée aux 160 000 habitants de la Rocinha5, TV ROC achète ses programmes à NET (un des opérateurs de télévision par câble les plus importants, qui ne dessert pas les favelas) et elle vend ses abonnements moins cher qu’ailleurs. On compte aujourd’hui environ 28 000 abonnés et le revenu mensuel par ménage abonné varie de R$ 800 (soit 223 €) à R$ 1 000 (290 €)6. Rappelons que le salaire minimum au Brésil est actuellement de R$ 300 (94 €). Outre ces abonnements au câble, on observe de très nombreuses antennes paraboliques sur les toits.

10Si les habitants de la favela accèdent par le câble à des images et à des événements d’un monde de plus en plus globalisé, le site informe à l’inverse le monde des internautes sur la vie dans la favela, sa population et ses activités. Mille cinq cents internautes consultent le site de TV ROC chaque mois, et l’on sait que 60 % des internautes étrangers l’ayant consulté vivent aux Etats-Unis. Le site donnait même des informations sur une enquête faite par TV ROC en 1999 auprès des consommateurs des classes « C » et « D » de la Rocinha (catégories des enquêtes de marketing au Brésil, qui correspondent aux plus démunis) : ils utilisaient en majorité la lessive internationalement connue, OMO, et les téléviseurs les plus répandus étaient ceux de Philips ou de Sony, 97 % des enquêtés possédaient un poste.

  • 7 De Plá Fotografia est une des plus importantes chaînes de matériel photo au Brésil.

11D’autres éléments permettent d’apprécier le degré d’insertion de cet immense espace bâti dans les circuits économiques et commerciaux de la ville, du pays et du monde. Lorsqu’on pénètre à la Rocinha, on s’étonne d’y trouver à la fois un établissement franchisé de la chaîne McDonald, ouvert jour et nuit (et qui a assuré en avril 2000 le meilleur chiffre de vente de glaces de Rio), trois succursales du magasin de matériel photo De Plá7, trois points de vente de téléphones portables (Nokia entre autres), des vidéoclubs à profusion, des centres de gymnastique, des succursales bancaires (y compris celle de la Caixa Economica Federal, banque nationale) ainsi qu’un bureau de poste et un grand espace pour des spectacles. Sans compter des supérettes équipées de caisses électroniques (qui identifient les code barres), des cafés-internet, des magasins d’électroménager (four à micro-ondes, lave-vaisselle, lave-linge…), des pizzerias qui livrent à domicile, des restaurants de comida a kilo (au poids – mode de restauration répandu à Rio), des entreprises de pompes funèbres, un marchand de vin, un parking privé, des jeux vidéo en réseau…

  • 8 Médecin sans Frontières est une de ces ONG internationales. Une des dix crèches de la Rocinha est (...)
  • 9 Dont le « Pré-vestibular para Negros e Carentes ».
  • 10 Viva Cred est un prolongement spécialisé dans l’assistance économique de l’ONG Viva Rio. Les crédi (...)
  • 11 ACIBRO, Associação Comercial e Industrial do Bairro da Rocinha.

12À côté des associations de résidents locales (on en compte trois différentes), les ONG nationales et internationales8 en ont aussi fait leur territoire d’intervention : on propose des cours d’informatique et d’anglais pour les jeunes et autres intéressés, on y trouve plusieurs cours de préparation à l’entrée à l’université9. Viva-Cred10 finance les commerçants locaux sans exiger les garanties demandées pour les prêts bancaires traditionnels. Le profil type du chef d’entreprise de la favela a été étudié par le SEBRAE/RJ (Service de soutien à la micro-entreprise). Il a entre 30 et 40 ans, le niveau du baccalauréat, il a monté son affaire avec ses propres ressources (dans 60 % des cas) ou avec le soutien de parents (10 %). Pour coordonner les intérêts commerciaux locaux, une « association commerciale et industrielle du quartier » a été créée11. Les cartes de crédit – Visa, Credicard, American Express –, acceptées dans plusieurs commerces, attestent du pouvoir d’achat de la population locale et de sa participation au marché brésilien et international de la consommation.

  • 12 Les motos non seulement s’adaptent aux ruelles et aux pentes assez raides de certaines zones de la (...)

13Des services médicaux privés, des cliniques privées (dont un centre médical d’examens où effectuer échographie, ultrasonographie, prévention préopératoire), des laboratoires d’analyses médicales, des cabinets dentaires et des médecins spécialisés – gynécologues entre autres –, s’y sont installés pour recevoir les patients du quartier. On trouve aussi sur place des vétérinaires. Des cabinets d’avocats spécialisés en droit pénal et droit du travail se sont implantés. Les huit agences immobilières (la plus grande a environ 1 500 contrats de location à gérer) négocient la location et la vente de locaux à usage résidentiel ou commercial. Le problème crucial des transports est réglé par une ligne de bus privée (120 bus, qui ont leur garage dans la favela), ainsi que par des motos-taxis12 (environ 200) qui desservent la Rocinha à partir de sept arrêts différents. Une entreprise de taxi y a sa centrale d’appels bien qu’elle couvre tout le quartier de la zone sud de Rio de Janeiro. Un chef d’entreprise local a eu l’idée de proposer un service de bus scolaire aux familles qui veulent garantir à leurs enfants la sécurité du trajet jusqu’à l’école publique. Enfin, de nombreux minibus (vans), légaux ou illégaux, desservent la favela, assurant une liaison permanente avec le centre et les quartiers sud de Rio.

  • 13 Selon le Jornal do Brasil du 10 avril 2000, voir l’article « Rocinha terá guia turístico ».
  • 14 Sur le site de Favela Tour, on signale en quatre langues que l’agence is the only one ! Yes, it mi (...)

14Le tourisme organisé dans la favela, présent depuis plusieurs années déjà, semble bien être un autre signe de l’intégration de ces espaces dans la modernité et l’économie de marché : près de 2 000 touristes visitent la Rocinha chaque mois13. Les agences rivalisent de propositions14 : un « tour en jeep » permet à quiconque, moyennant 30 dollars, de faire une visite guidée de trois heures en anglais, français ou espagnol, en voiture d’abord et à pied ensuite, au départ même des hôtels touristiques des quartiers sud. Le tour inclut la pause shopping pour rapporter des souvenirs de la favela (artisanat) et des arrêts « photo » aux belvédères de la favela ! Lors de la visite dans les crèches, les écoles ou les associations de résidents, on attend du touriste un don. Le site www.jeeptour.com.br détaille les différents forfaits proposés. La Rocinha fait ainsi partie des itinéraires touristiques au même titre que la forêt de Tijuca, le Corcovado, Santa Tereza, une séance de macumba, les plages de Grumari et les îles de la Costa Verde. Ce qui indique qu’il y a bel et bien un changement dans la perception de la favela. Exotic Tours, une autre agence, exploite elle aussi cette ressource, mais sous forme de « tourisme social et équitable ». Des guides locaux, tous résidents, ont été formés avec le soutien de la municipalité de Rio de Janeiro. On leur a appris l’anglais, la géographie et l’histoire de la Rocinha, pour montrer aux touristes autre chose que l’image stéréotypée du bastion contrôlé par les trafiquants de drogue. Après la publication récente d’une carte postale qu’on trouve dans les kiosques à journaux de Rio (« Comunidade da Rocinha »), le touriste peut envoyer à ses amis une image de la favela qu’il a visitée !

15On ne compte plus les initiatives de ce genre, et la liste pourrait s’étendre de la multiplicité des ressources locales ainsi valorisées.

  • 15 De Soto, à propos des barriadas de Lima, insiste aussi sur l’aspect marchand qui s’y développe, su (...)
  • 16 La logique de la nécessité selon Abramo (2002 : 104) est conditionnée par l’incapacité de satisfai (...)

16La leçon qu’on doit en tirer est claire : ces tavelas ne peuvent plus être identifiées au seul lieu d’habitat de la population pauvre de Rio de Janeiro15. Avec l’évolution de la consommation et des modes de vie, elles sont devenues de véritables espaces marchands, assez hétérogènes, assurant à la fois la circulation des biens nationaux et internationaux et celle de biens et services locaux. Le sol et les logements ont été parmi les premiers biens à susciter le fort développement d’une activité marchande et de production. Rappelons qu’à l’origine, souvent à la suite d’une occupation illégale, les favelas se sont implantées sur des espaces non bâtis et non équipés. Sur un terrain dont les résidents n’avaient pas de titre légal de propriété, nombreux sont ceux qui ont pu construire non seulement leur propre logement, mais aussi en aménager un deuxième, voire un troisième ou un quatrième destiné à la location ou à la vente dans les étages supérieurs de leur maison. Basées tout d’abord sur une « logique de la nécessité16 », des transactions immobilières se sont développées dans un marché informel et parallèle à celui géré par les notaires de la ville – ce qui n’exclut pas parfois une vraie activité spéculative. À côté de ce marché immobilier très actif s’est développé, nous l’avons évoqué, un énorme marché de services en pleine modernisation pour répondre aux demandes de plus en plus diversifiées d’une population elle-même diversifiée et consommatrice de produits inscrits directement ou indirectement dans la globalisation. L’argent et l’économie de la favela sont liés aux changements dans le marché du travail, les marchés de consommation et le marché immobilier mais aussi aux transformations d’une population qui est de plus en plus insérée dans l’économie formelle du pays.

17Enfin, la favela est aussi un lieu important pour des activités illégales, trafic de drogue, recel d’objets volés, enlèvements, trafic d’armes. Nous en parlerons plus loin, signalons simplement ici l’importance de ces « marchés », et le fait qu’ils dépassent largement le champ de la population de la favela. Pour le trafic de drogue particulièrement, la majeure partie des consommateurs semble appartenir aux classes moyennes et supérieures, dont de nombreux jeunes qui fréquentent régulièrement les favelas pour leurs bailes funk, très à la mode.

  • 17 Peralva (2001) a fait son enquête de terrain dans la favela Santa Marta, localisée à Botafogo, dan (...)

18Face à cette évolution, les analyses développées à partir des dogmes évoqués précédemment (voir Chapitre 3) sont toujours plus en décalage avec cette réalité de plus en plus complexe et diversifiée. Sur quels critères continuer à affirmer la spécificité de la favela ? Comment maintenir l’idée d’une coupure avec la « ville », la fameuse opposition dualiste entre morro et asfalto ? Comment continuer à assimiler unilatéralement l’ensemble des 700 favelas de Rio à l’exclusion sociale ? Peut-on considérer un chef d’entreprise locale ou un commerçant comme un pauvre ? Les différences sociales entre ce dernier et son voisin qui vit des petits métiers du secteur informel, ou entre un autre qui est employé d’un supermarché ou un quatrième qui se prépare à entrer à l’Université, interdisent tout amalgame traitant la population des favelas comme appartenant à une unique catégorie sociale. Le dénuement n’est pas, ou n’est plus, une caractéristique sociale générale et immédiatement perceptible. Dans nombre de favelas, une vraie « dé-ségrégation » est en cours, que ce soit au niveau de l’éducation, du travail, du loisir, notamment chez les jeunes17, l’interpénétration de l’univers des favelas et celui des couches moyennes a beaucoup progressé (Peralva, 2001 : 44-50).

La favela virtuelle et l’affirmation de la positivité de la favela

19Pourtant ces dogmes sont toujours des références dominantes des représentations de la favela, et ils sont même renforcés par certains des processus qui devraient les remettre en cause. Le plus paradoxal est la mobilisation pour l’affirmation de la positivité de la favela. Cette mobilisation est le fait de la multitude d’organisations, locales, nationales ou internationales, gouvernementales ou non, commerciales ou associatives, qui interviennent dans les favelas et cherchent à les valoriser. Tout en manifestant l’étonnante diversification sociale et économique des favelas, la plupart de ces acteurs mettent en avant une représentation militante en leur faveur. Cette affirmation est la reprise et l’amplification du thème de la sociabilité positive de ces quartiers, du potentiel auto-émancipateur de ces communautés populaires, dont nous avons déjà montré l’émergence dans les années 1960 avec l’enquête de la SAGMACS, l’action du père Lebret et de Dont Helder Câmara.

  • 18 Dans le sens donné originairement par Simmel.

20Il ne s’agit plus de défendre la favela comme solution au manque de logements pour les pauvres, il s’agit de valoriser un mode de vie considéré comme porteur de valeurs de solidarité collective, où les liens sociaux seraient forts, la sociabilité se donnant à voir facilement, la famille étant élargie et solidaire, le voisinage étant le démultiplicateur de la convivialité, la communauté populaire et solidaire de la favela étant quasiment un contre-modèle à l’individualisme égoïste et à l’anonymat de la grande ville18 – une affirmation de positivité qu’on rapprochera de la valorisation/fascination du populaire analysée par Grignon et Passeron (1989). On notera d’ailleurs que c’est le terme de comunidade (communauté) qui est utilisé de façon systématique par les leaders des associations, par le personnel des ONG, par des opérateurs du programme gouvernemental Favela-Bairro, ou même par les résidents, les mots de favela et favelado, considérés comme stigmatisants, étant de moins en moins utilisés par eux.

21Cette mise en représentation valorisante de la favela-communauté peut être aujourd’hui facilement repérée du fait de la multiplication des sites internet de ces ONG, chaque jour plus nombreux au point de faire aujourd’hui des favelas de Rio une réalité virtuelle. Il suffit de cliquer le mot « favela » dans Google ou Yahoo pour voir y apparaître des centaines des références, par exemple :

www.vivafavela.com.br

www.favelafaces.org

www.cufa.com.br

www.cieds.org.br

www.tvroc.com.br

www.ceasm.ong.org

www.observatoriodefavelas.org.br

www.olharesdomorro.br

www.melsamba.com

www.favelatou.com.br

www.exotictours.com.br

www.jeeptour.com.br

www.favelinha.com

www.favelite.com

www.afroreggae.org.br

www.faveiatotheworld.org

www.balcaode direitos.org

www.belezapura.org.br

  • 19 http://anf.org.br/english.htm et http://www.cufa.com.br
  • 20 Le site www.melsamba.com.br donne les liens vers quatorze écoles de samba de Rio.
  • 21 La revue électronique Viva Favela (du 05-02-2006) publie un reportage sur une exposition itinérant (...)
  • 22 La boîte de nuit Favela Chic à Paris et l’exposition Favélité dans la station Luxembourg du métro (...)

22Ces sites ont été créés, pour la plupart, au cours des dix dernières années par des ONG brésiliennes (Viva Rio, CEASM, Observatório de favelas), par des programmes sociaux (Favela Tern Memória, CIEDS, Olhares do Morro), par des agences de presse (Agencia de Notícia das Favelas, Central Única das Favelas)19, par des écoles de samba20, par des agences de tourisme (Exotic Tours, Favela Tour, Jeep Tour, Indiana Jungle) et même par une auberge qui permet au touriste de séjourner dans une favela (Pousada Favelinha). Il y a aussi des sites créés aux États-Unis, pays « consommateur n° 1 » des favelas de Rio de Janeiro (Favela Faces). Appui considérable à la diffusion de l’image positive, constructive, affirmative de la favela, ces sites ne s’adressent pas uniquement aux internautes brésiliens, ne se limitant pas à servir de communication entre la population des diverses favelas ou entre les résidents des favelas et les habitants des autres quartiers. Leurs pages sont traduites en anglais, français, allemand ou espagnol, l’idée étant que le monde entier peut entrer dans la favela, admirer l’ingéniosité de ses habitants, s’enthousiasmer pour leur capacité à faire face avec joie aux difficultés du quotidien, voir des photos faites par des apprentis photographes locaux21, avoir une vue de l’intérieur de ses espaces et de ses groupes sociaux, être au courant de la vie locale, aider une famille pauvre par un parrainage ou y réserver une chambre ou une visite guidée. La favela virtuelle se destine tant au marché national qu’à l’international, devenant un produit d’exportation22.

  • 23 Sorj (2002) signale que la création du site vivafavela.com a été rendue possible par le soutien fi (...)

23Cette affirmation positive commune n’empêche pas que ces différentes organisations aient des objectifs et des enjeux assez divers. Ainsi certains sites sont-ils à la fois les promoteurs d’une activité commerciale (site de TV ROC, sites des agences de tourisme, des écoles de samba, site du groupe Afro Reggae), d’autres plutôt liés à l’intérêt des médias (Vivafavela, le plus puissant des portails en question, financé par le journal O Globo23, utilise des correspondants locaux comme sources d’information, tandis que la Central Unica das Favelas et l’Agenda de Noticias das Favelas se veulent plus « indépendants »). Certains sites véhiculent des informations scientifiques (des données du Recensement, l’origine des noms des favelas) ou des données en provenance de diverses recherches (sites de la CEASM et de l’Observatorio das Favelas). D’autres insistent plus sur la promotion de la mémoire de la favela par le témoignage des anciens habitants (Favela Tem Memoria), diffusant des photos anciennes et valorisant le passé pour renforcer les liens et identités du présent. Différents sites ont des sections dédiées aux événements tels que les opérations de relogement, dans un effort pour réactiver la mémoire et informer les jeunes de l’histoire des interventions publiques dans les favelas. On trouve aussi des programmes de chat, des espaces virtuels où des résidents de favelas peuvent écrire des poésies ou donner leur opinion sur des faits divers, avec une revue virtuelle hebdomadaire diffusée gratuitement à ses abonnés (Revista Viva Favela) et qui tient la chronique de la vie sociale des favelas, mettant en scène des résidents sur le mode des rubriques mondaines de la presse.

  • 24 Dans le sens donné par Friedman (1992).

24Ces intérêts très divers se rejoignent cependant dans une perspective militante commune qui transcende toutes ces initiatives. C’est toujours l’image positive de la favela qu’on veut diffuser, ou imposer, ou vendre, ou réhabiliter, pour laquelle on lutte. Les agences de tourisme vendent une image de la favela dont les habitants sont des travailleurs et pas des bandits, qui ne dépendent pas tous du trafic de drogue et qui mènent une existence quotidienne normale, avec une vie sociale pleine d’animation, soutenue par diverses initiatives culturelles, religieuses, sportives, associatives. Les opérateurs du programme « Favela-Bairro, en faisant des projets architecturaux, en voulant transformer l’espace physique de la favela, en voulant l’équiper, créer des espaces publics, ne peuvent qu’avoir une position favorable à ces territoires qu’ils veulent transformer en quartiers intégrés à la ville. Plus engagés encore dans l’affirmation positive des favelas sont les leaders locaux et les agents des multiples ONG toujours plus présentes. Pandolfi et Grynspan (2003) soulignent l’importance qu’ils attribuent à la lutte pour la défense des intérêts et des droits de la population. Se considérant comme ses représentants légitimes, ils valorisent l’engagement, l’empowerment24 et ils développent, à partir de leurs institutions respectives, des actions sociales contre les effets de l’exclusion, de la pauvreté et de la violence. Par leurs projets dans les domaines de la santé, du sport, de la danse, de l’éducation, du crédit, du droit du travail, etc., ils participent à la construction d’une représentation positive des favelas et de ses habitants, image basée sur un point de vue « de l’intérieur » et sur les relations sociales et les représentations socioculturelles qui s’y développent.

  • 25 Voir dans la revue Viva Favela du 16 novembre 2005 l’article de Claudio Pereira sur la favela da M (...)

25Cette valorisation de la favela comme élément positif de l’univers urbain de la ville de Rio25 vient de franchir une nouvelle étape avec l’inauguration officielle, en 2005, du musée à ciel ouvert du Morro da Providência. Initiative de la municipalité de Rio et du programme Favela-Bairro, cette opération consiste à transformer la favela emblématique, qui a donné son nom initial au phénomène urbain (voir Chapitre 1) et qui est considérée comme la plus ancienne des favelas de Rio, en patrimoine municipal. Les rares habitations gardant encore l’aspect des anciennes baraques de bois et de tôle doivent être préservées, ainsi que les constructions subsistant de l’époque ancienne où le Morro da Providência n’était pas encore devenu une favela : un long escalier aux marches de pierre construit à l’époque de l’esclavage, une chapelle, un réservoir pour l’alimentation en eau de la ville, ou des constructions en dur témoignant de la présence de commerçants portugais. Un parcours touristique a été défini et balisé, qui marque le trajet que le visiteur doit suivre, avec des panneaux mettant bien en évidence le nom de la mairie de Rio de Janeiro. Après la montée des ruelles et des escaliers, au long desquels on voit les adductions d’eau et les évacuations d’eaux usées et pluviales réalisées par le programme Favela-Bairro, arrivé au sommet de la colline, on trouve deux points de vue aménagés avec plate-forme et garde-fou. Le premier offre une vue superbe sur le centre de Rio, d’où l’on peut apprécier la « ville merveilleuse » et le ministère de la Guerre, comme l’ont vu les soldats de Canudos venus à la fin de la guerre s’installer là pour exiger du ministère le paiement de leur solde. Le second permet de voir la baie de Guanabara et surplombe la zone portuaire, où l’on voit le nouvel équipement municipal destiné aux écoles de samba. Cette amorce de muséification de la favela a d’ailleurs été l’objet de coopérations internationales, puisque, au début du chemin balisé pour le touriste, on trouve un panneau en céramique (voir hors-texte n° 7), réalisé par une artiste française avec le financement de différentes institutions – dont le consulat de France à Rio, la Région Île-de-France, l’Association française d’action artistique, la Fondation internationale Carrefour… On peut s’attendre désormais à l’inscription au patrimoine mondial de l’humanité !

Trafic de drogue et violence la favela comme champ de bataille

26En miroir du militantisme positif pour la favela, mais en accord avec lui sur le dogme de la spécificité, se renforce la représentation concurrente de la favela comme lieu de violence liée à la drogue. Parmi les produits de consommation « modernes », la drogue est un de ceux qui attire le plus l’attention, du fait surtout des pratiques violentes qui sont associées au trafic et en font aujourd’hui une question majeure de sécurité publique dans la société brésilienne.

27Comme nous l’avons signalé (voir Chapitre 3) en 1984 déjà une grande campagne avait été lancée par TV Globo, « O Rio contra o crime », pour dénoncer l’insécurité croissante à laquelle était soumise la population de la ville de Rio (Zaluar, 1989 ; Soares, Carneiro, 1996). Le même type de campagne a repris dans les années 1990. Le thème de la violence est devenu si important dans l’imaginaire social que les chercheurs ont consacré deux bilans sur la littérature s’y rapportant. Ces travaux signalent les diverses interprétations, images et discours que le phénomène a provoqués au Brésil et à Rio de Janeiro en particulier (Zaluar, 1999 ; Lima, Misse et Miranda, 2000). Ils montrent qu’une véritable « culture de la peur » s’est développée, surtout au sein des classes moyennes et aisées.

  • 26 Voir Valladares, Préteceille (2003), « Sistema Urbano, mercado de trabalho e violência no Brasil e (...)

28La question de savoir si la violence s’est intensifiée au cours des dernières années est une question plus complexe qu’il n’y paraît, du fait des problèmes liés aux sources statistiques et à leur utilisation26. Mais pour ce qui est des favelas de Rio, le changement de représentation dans les médias est difficilement discutable, du fait des événements des cinq dernières années, marqués par une guerre entre trafiquants pour le contrôle du commerce de drogue et des points de vente dans différentes favelas. Le trafic d’armes qui y est associé a permis aux différents gangs de s’armer de manière conséquente. La diffusion des armes chez les jeunes hommes participant aux différentes activités du trafic a entraîné une hausse du niveau de violence dans les pratiques délinquantes : l’usage d’armes à feu est devenu courant pour les vols de véhicules, les attaques de voitures au feu rouge, les vols de carte de crédit où l’on oblige le porteur à retirer lui-même le maximum de liquide dans plusieurs distributeurs (« séquestro relâmpago », enlèvement éclair). L’autoroute donnant accès à l’aéroport international est régulièrement coupée à cause de tirs croisés entre policiers et bandits à la hauteur de la favela da Maré, ou à cause des commandos de bandits qui volent des voitures. À cette guerre participent également la police fédérale, la police militaire (de l’État de Rio) et la police municipale, qui interviennent le plus fréquemment dans les favelas sous forme d’opérations armées ponctuelles faisant souvent plus de victimes chez les habitants que chez les trafiquants. Cette utilisation des favelas comme lieux de trafic et places fortes les a transformées en véritables champs de bataille.

  • 27 Un des événements qui a le plus sensibilisé l’opinion publique fut l’enlèvement en 2002, durant un (...)

29La presse de Rio et la chaîne de télévision Globo donnent un écho considérable à ces événements27 et réactivent les représentations associant favela et violence. Les lecteurs des journaux et les téléspectateurs du Jornal Nacional sont quotidiennement bombardés des textes, des photos et des images d’une guerre qui serait en train de se déployer dans la ville de Rio, guerre qui ne se limite d’ailleurs pas au territoire des favelas mais qui déborde celui-ci, faisant régulièrement des victimes innocentes par des balles perdues en provenance des favelas. Des photos et des images spectaculaires et souvent horribles accompagnent les reportages, montrant soit les victimes (et leurs enterrements), soit la police militaire avec ses fusils et ses pistolets mitrailleurs devant une population silencieuse.

30L’association entre favelas et criminalité est ancienne, comme nous l’avons vu dans le chapitre 1 : soit dans la métaphore de Canudos comme bastion, comme lieu de contagion, où les codes de comportement et les normes ne correspondaient pas à celles de la société dominante ; soit dans les impressions des premiers visiteurs du Morro da Favella qui y voyaient un lieu infesté de vagabonds et de criminels portant le trouble dans les familles. Elle est remise en scène aujourd’hui avec une intensité inégalée : le niveau de violence est certes beaucoup plus élevé, du fait de l’armement en action et du niveau très élevé des enjeux financiers du trafic ; mais on retrouve le même processus ancien d’assimilation de l’ensemble de la population des favelas à la criminalité. Les dogmes de la spécificité et de la pauvreté se conjuguent dans une version criminalisée : les jeunes gens pauvres n’auraient d’autre avenir que la délinquance, facilitée par la culture spécifique d’une société « à part ». Un film comme Cidade de Deus, par-delà ses indéniables qualités esthétiques, participe de cette représentation, avec dans son cas une certaine fascination romanticisée pour les délinquants.

31S’il n’est pas surprenant de voir la thématique des « classes dangereuses » ainsi réactivée par des représentations conservatrices, il l’est plus de la voir confortée par des représentations plus critiques, pour lesquelles la violence dans les favelas est vue comme conséquence du désinvestissement croissant de l’État, qui serait de plus en plus absent de la sphère de la politique sociale. Abandonnées à leur propre sort, les favelas seraient alors devenues des bastions contrôlés par les trafiquants. Ceux-ci financeraient des crèches, des bals pour la jeunesse, des écoles de samba, ils distribueraient des cadeaux aux enfants pendant les fêtes de Noël, distribueraient même des ressources alimentaires de base (cestas basicas) aux familles et pratiqueraient une « justice locale ». Les maîtres de la colline (donos do morro) contrôleraient jusqu’aux associations de résidents. Par l’ensemble de ces actions sociales et politiques, ils seraient devenus les autorités légitimes de la favela et disposeraient de l’appui inconditionnel de sa population, tels de modernes Robins des Bois. Version pervertie du dogme de la communauté.

32D’autant que la population des favelas craindrait plus la police que les bandits : peu active, mal formée et mal payée, la police serait en bonne partie corrompue par les trafiquants, faisant mentir l’adage « policia é polícia, bandido é bandido » (« la police, c’est la police et les bandits sont les bandits ») ; et pour se légitimer aux yeux de l’opinion, cette police corrompue interviendrait occasionnellement sur un mode violemment répressif… contre la population, plutôt que contre ses financeurs occultes, renforçant le pouvoir de ceux-ci et poussant les habitants dans leurs bras.

  • 28 Comme certains élus qui, en France, ont récemment accusé les chanteurs de rap d’être responsables (...)

33Les favelas sont perçues comme un danger non seulement du fait de la violence qu’elles engendreraient, mais aussi de l’influence néfaste qu’elles sont susceptibles d’exercer sur les jeunes des classes moyennes et supérieures. L’attrait de la drogue, des bals funk et le succès du hip-hop ont ainsi donné lieu dans la presse à plusieurs grands reportages évoquant, au cours des dernières années, un nombre croissant de cas de jeunes filles mineures issues des classes moyennes et séduites par les bandits qu’elles rencontrent dans ces bals populaires. Les médias en profitent pour diaboliser le funk et le hip-hop qui se développent dans les favelas, au nom de la défense des familles28.

34L’assimilation générale des favelas à la violence conduit inévitablement certains à argumenter que la seule solution est leur éradication. De telles représentations ont ainsi fait revenir des fantômes qu’on croyait à jamais disparus. Le spectre de la destruction des favelas – celui de la politique menée par Carlos Lacerda et la CHISAM durant la dictature militaire – a ainsi resurgi. La presse de Rio, et particulièrement le journal O Globo, a mené campagne pendant plusieurs mois en 2005 contre les favelas, élargissant le thème de la violence à celui de l’illégitimité urbaine et de la protection de l’environnement.

Acteurs, dogmes et enjeux l’intérêt partagé de la permanence des dogmes

  • 29 Les travaux récents de Alvito (2001), Peralva (2001), Burgos et al. (2002), Pandolfi et Grynszpan (...)

35Les manifestations de plus en plus nombreuses de la diversité sociale dans les favelas, la remise en cause des visions traditionnelles apportées par certaines recherches, qu’elles soient qualitatives29 ou appuyées sur des données statistiques, ne semblent pas suffire à ébranler les dogmes structurant les représentations des favelas, même si des représentations opposées s’appuient sur ces dogmes. Comment expliquer cette résistance ? Quel intérêt peut-il y avoir à faire perdurer l’image de la favela comme monde différent, comme espace de la pauvreté et de l’exclusion par excellence ? Jusqu’à quel point cette persistance dans l’imaginaire collectif procure-t-elle des bénéfices aux favelas et à leurs habitants ? Certes, comme on l’a montré tout au long de ce livre, journalistes, médias et écrivains préfèrent sans doute cette image quelque peu fascinante d’étrangeté marginale et de spécificité locale, plus spectaculaire, plus exotique. Mais d’autres groupes sociaux trouvent peut-être leur compte à ce que l’image de la favela ne se modifie pas trop rapidement. C’est ce que nous voudrions explorer maintenant en esquissant, pour ne pas conclure une histoire qui reste ouverte et indécise, quelques pistes de réflexion, autour de la caractérisation des principaux acteurs et de leurs enjeux respectifs.

Les médias

36Tout au long du siècle d’existence des favelas, les médias, nous l’avons vu, ont joué un rôle décisif d’exposition et de diffusion des représentations et des débats. Dans les dernières décennies cependant, ce rôle est devenu plus important, plus actif et plus autonome, à la mesure des enjeux économiques considérables de cette industrie. La télévision est devenue le média le plus influent – en 1995 par exemple, 81 % des ménages brésiliens étaient équipés d’un téléviseur. Il faudrait de nombreuses recherches et plusieurs livres pour analyser la façon dont la télévision a montré et montre les favelas et leurs habitants, on esquissera seulement ici quelques remarques et interrogations.

37La télévision, en particulier dans les séquences d’actualités, nous semble encore accentuer les traits déjà présents dans la diffusion de ces sujets par la grande presse : le schématisme des oppositions simples, la valorisation du spectaculaire. Les dogmes issus des représentations de la favela, relayés par la presse, trouvent à la télévision un terrain encore plus favorable. Dans la période récente, le spectacle de la violence est devenu un des principaux ressorts de la fascination télévisuelle : violence des films hollywoodiens, violence des dessins animés japonais, violence complaisamment étalée dans les séquences d’actualité : la favela est un des sujets permettant d’alimenter régulièrement cette construction de la réalité comme spectacle de la violence. Les équipes de télévision accompagnent les commandos militaires qui occupent occasionnellement les favelas, elles filment aussi les démonstrations de force de trafiquants munis d’armes derniers modèles ; le « reportage vérité » est un genre à succès de la télévision brésilienne ; la guerre entre le gang du Vidigal et celui de la Rocinha est un excellent sujet qui jouit d’une grande audience, comme le fit, par exemple, l’émission de plusieurs heures sur la prise d’otages du bus 174 en 2002, sinistre reality show qui s’est conclu par la mort d’une habitante de la Rocinha et du preneur d’otages.

38Si ce discours, certainement dominant, est celui qui structure le plus fortement les représentations proposées par les médias – unité et spécificité de la favela comme monde marginal à part, dominé par la violence – il faut reconnaître pourtant que d’autres discours différents sont tenus, même s’ils n’ont pas la même ampleur et la même systématicité. Au succès du film Cidade de Deus, la télévision répond en l’exploitant mais en proposant une tout autre lecture avec la série Cidade dos Homens (Cité des hommes) qui met en scène sur un mode positif deux jeunes originaires des favelas… Ceci vaut aussi pour la presse : à la campagne insistante du journal O Globo contre les favelas, mêlant les arguments de la dénonciation/fascination de la violence et de la défense de l’environnement, répondent des enquêtes dans les hebdomadaires montrant divers aspects, des entreprises locales au travail des ONG jusqu’aux universitaires de la favela (voir infra, p. 181).

39Il persiste aussi un fond de fascination pour l’exotisme valorisé de la culture populaire : musique, rythme et sensualité restent des valeurs à large audience exploitées par les médias. L’exotisme se vend aussi. Il se vend surtout au public étranger. Même avant l’invention de l’aventure touristique dans la favela, au marché hippie d’Ipanema on pouvait voir une grande variété de peintures figurant l’image « traditionnelle » de la favela faite de baraques précaires de bois et tôle dans les collines de Rio de Janeiro, celle des années 1920, déjà reprise par Orfeu Negro. Cette valorisation de l’exotisme est la caractéristique prédominante dans les médias internationaux, comme l’a montré Najar (2003) dans son analyse de l’image de la favela dans la télévision française, aussi bien que dans la production cinématographique internationale, ancienne ou récente (Freire-Medeiros, 2005).

Les responsables des politiques publiques

40Les responsables des politiques publiques ont toujours soutenu la vision de la spécificité de l’univers des favelas. Des programmes aussi contrastés que ceux de la destruction avec relogement des habitants ou ceux de l’urbanisation des favelas partaient d’un même présupposé : ces zones illégales, hors normes et sous-équipées, devaient faire l’objet de mesures spéciales. Sinon, comment justifier une politique spécifique en direction de ces espaces particuliers ? Comment légitimer tout un arsenal d’instruments et de procédures techniques, une législation spécialisée, des mesures et les « solutions » alternatives qui, à divers moments, ont été élaborés par différents organismes publics ?

41Quel meilleur argument que celui de la spécificité de la favela pour plaider la mise en œuvre d’une politique sur une large échelle ? Il apparaît logiquement plus « adéquat » de travailler avec une catégorie unique, « la favela », se référant à des normes consensuelles, issues de critères et de définitions simples et communément partagés. Malgré l’existence de différences entre les favelas et en leur sein – ce que n’ignorent pas les pouvoirs publics –, il est toujours plus efficace de désigner une cible homogène à laquelle correspondront précisément des programmes spéciaux, ad hoc, censés résoudre des problèmes sociaux bien identifiés, non contestés ni par la base ni par les politiques. D’où l’intérêt que représente le postulat du caractère uniforme des favelas comme espace, dont on déduit rapidement et sans peine celui de l’homogénéité sociale de ses habitants en privilégiant leurs caractéristiques dominantes. La permanence de l’expression « population à bas revenus », employée depuis l’époque de la Banque nationale de l’habitat créée en 1964 jusqu’au programme actuel Favela-Bairro, témoigne de cette tendance. Alors que les habitants des favelas sont insérés de façon différenciée dans le marché du travail (salariés, indépendants, informels), percevant des revenus réguliers ou aléatoires, faibles ou moyennement élevés, locataires ou propriétaires, analphabètes ou diplômés de niveau supérieur, ils seront pourtant toujours assimilés à un groupe unique : « les pauvres ».

42Récemment, ce mode de construction des représentations des politiques publiques a reçu un appui de légitimation par les modèles internationaux de politique sociale diffusés par les grands organismes. D’une part, les politiques sociales territorialisées, focalisées sur les quartiers considérés comme les plus en difficulté, se sont développées dans de nombreux pays – dont la France avec sa politique de la ville. D’autre part, les organismes comme le FMI ou la Banque mondiale encouragent l’abandon des politiques sociales universalistes au profit des politiques ciblées et ponctuelles : inaugurer quelques équipements dans quelques favelas coûte moins cher que de chercher à assurer un équipement urbain correct à tous les quartiers populaires.

Les promoteurs immobiliers

43Un des groupes d’intérêts les plus mobilisés aujourd’hui contre les favelas est constitué par les acteurs économiques de l’immobilier : promoteurs, agences, propriétaires. La politique autoritaire de destruction de favelas dans les beaux quartiers avait substantiellement élargi leur champ d’activité à des espaces jusque-là difficilement valorisables. Le processus de démocratisation et la politique d’urbanisation des favelas avaient ensuite légitimé la présence de celles-ci dans la ville, et un peu détendu les rapports de cohabitation avec les beaux quartiers environnants dans la zone sud. La montée de la violence et la désignation des favelas comme cause de celle-ci permettent de relégitimer leur dénonciation, les promoteurs immobiliers se muant même à l’occasion en défenseurs de l’environnement, également menacé par les favelas. La dévalorisation économique de certaines rues, voire même de quartiers entiers, du fait de la proximité de favelas réputées violentes, dont un effet mesurable est la baisse des impôts fonciers et immobiliers, affecte le patrimoine immobilier de quartiers réputés comme Copacabana, Ipanema et Botafogo. Le voisinage immédiat des favelas a des effets encore plus évidents dans les quartiers riches de Gavea et de São Conrado, qui ont pour frontière naturelle la forêt de la Tijuca et son massif, icônes de la beauté du paysage carioca. Cette immense zone naturelle est menacée par l’expansion de la Rocinha et du Vidigal qui ne cessent d’y accroître leur emprise, tout en dépréciant des espaces parmi les plus huppés des beaux quartiers. Quant à l’extension sud des beaux quartiers, le secteur de Barra da Tijuca, où se développent les projets immobiliers de luxe les plus importants, le long de la mer, c’est aussi là que la croissance des favelas a été la plus spectaculaire – à flanc de colline, de l’autre côté de la lagune.

44La dernière grande campagne contre les favelas déclenchée dans la seconde moitié de l’année 2005 par le journal O Globo fut causée par la découverte d’un immeuble de onze étages à la Rocinha. La presse a immédiatement dénoncé la croissance verticale des favelas, comme illégale et propice à l’expansion de leur population. Elle a découvert à cette occasion l’ampleur économique du marché immobilier de la favela, non pour se féliciter de cette intégration économique, mais pour dénoncer l’injustice et le danger qu’il constituerait. La campagne de dévoilement de cette « nouvelle » réalité menaçante des favelas a cherché à provoquer une réaction de l’opinion publique en faveur de la préservation de la beauté de Rio (où l’on retrouve la dénonciation de la « lèpre de l’esthétique » par Mattos Pimenta et Agache, près d’un siècle plus tôt, voir Chapitre 1) mais aussi sur le thème des impôts fonciers et immobiliers : pourquoi les résidents des favelas ne payent-ils pas d’impôts, alors que les habitants de la ville formelle en payent ?

45La coalition nouvelle de la défense de l’environnement dénonçant « l’industrie de la favela » et des intérêts immobiliers ne laisse pas de surprendre, si l’on pense aux effets de l’action des promoteurs sur le site urbain et naturel de Rio, et à leur mépris pour l’environnement. Même les immeubles des beaux quartiers n’ont pas de service de voirie convenable, et certains complexes de luxe déversent leurs déchets dans la lagune Rodrigo de Freitas…

Les associations et les ONG : la carte de la pauvreté

46Les autorités publiques ne sont pas les seules à considérer les favelas comme le territoire spécifique de la pauvreté. Les associations de quartier, malgré une longue histoire qui fait alterner l’opposition au gouvernement et les pratiques de coopération, jouent à cet égard la même partition que l’État. Les dirigeants de ces associations, pour qualifier l’ensemble qu’ils représentent, utilisent systématiquement le terme de « communauté ». En cela, ils manifestent la volonté de substituer une notion positive au terme « favela » ressenti comme péjoratif, et légitime leur propre statut de représentant, mais occultent toutes les différences et tous les conflits qui existent entre les divers espaces ou entre les habitants eux-mêmes. La notion de communauté suppose une idée d’union qui n’est pas toujours une caractéristique de l’histoire de ces associations et de leurs territoires. Elle masque ainsi la diversité des situations sociales et la multiplicité d’intérêts présents dans une structure sociale et urbaine souvent plus atomisée que communautaire.

47N’oublions pas que, dans la tradition politique carioca, l’action sociale paternaliste envers les plus pauvres permet de gagner des voix et que les associations de quartier ont pris une part active à ce jeu, comme l’a bien montré Eli Diniz dans Voto e Máquina Política (1982). Les politiciens utilisent la tradition clientéliste de la « politique du robinet » (politica da bica d’agua) où les votes sont monnayés contre des avantages, pour une personne ou au bénéfice du quartier. Même le programme le plus récent, Favela-Bairro, n’y échappe pas.

  • 30 Les douze témoignages/histoires de vie recueillies par Pandolfi et Grynszpan (2003) confirment l’i (...)

48Les associations de quartier, dans leur rôle d’intermédiaires, en réaffirmant la spécificité des espaces qu’elles représentent, cherchent, pour obtenir des ressources, à souligner la précarité de leurs habitants quant au statut juridique de l’occupation du sol et à la faiblesse de l’équipement urbain. Pour garantir les aides dont elles ont évidemment besoin, les associations doivent revenir sans cesse à l’image de la « communauté démunie », les favelas manquant toujours de tout. Ces espaces inachevés, fragmentaires, dépendent de l’aide des autres et des organismes de l’État auxquels ils doivent nécessairement recourir30. On peut se demander d’ailleurs si cette insistance des leaders associatifs sur le dénuement, faisant partie du jeu de la défense des intérêts, n’est pas renforcée par les pratiques des habitants eux-mêmes qui améliorent rarement l’aspect extérieur de leur maison et encouragent ainsi la perception d’espaces précaires, alors même que le confort des logements a notablement progressé.

49Les ONG sont également très attachées à l’imaginaire collectif auquel renvoie cette représentation de la favela et participent activement à sa perpétuation. Plus proches des « pauvres » que beaucoup d’autres institutions, puisque leurs sièges ou filiales fonctionnent dans la favela même, elles reprennent le discours des associations de quartier en insistant elles aussi sur la notion de « communauté » et ses connotations d’union, de solidarité, de cohésion. Ces organisations ont souvent des clientèles très spécifiques – femmes, enfants, jeunes, Noirs, etc. – et des domaines d’action particuliers, mais mettent toujours en avant une vision plus globale insistant notamment sur les exclus et les victimes de la violence, comme segments de la pauvreté. Ce discours globalisant ne peut que renforcer le sentiment d’uniformité et finir par opposer les « pauvres » à tout le reste.

  • 31 Voir Landim (1993 ; 1998) pour la discussion de l’univers du militantisme, de la charité et de l’a (...)

50Bien que les ONG elles-mêmes constituent un ensemble hétérogène31, puisqu’elles ne se définissent pas par les mêmes croyances ni la même idéologie, toutes utilisent le discours de la pauvreté pour légitimer leur existence. Dans le cas des organisations étrangères, surtout les ONG européennes solidaires du tiers-monde, ce discours est une ressource indispensable pour garantir la continuité des moyens nécessaires à la poursuite de leur action. Dans la mesure où elles représentent la société civile engagée et où elles passent des accords de partenariat qui stimulent l’action des pouvoirs publics brésiliens, elles rendent sans aucun doute un précieux service aux « communautés démunies ». Mais ce faisant, elles renforcent la représentation réductrice de la favela comme lieu de la pauvreté et espace social spécifique.

51Accentuer ainsi l’identification entre les favelas et la question de la pauvreté urbaine finit par se transformer en une arme à double tranchant dans la défense des plus pauvres. En effet, même si elles tirent quelques bénéfices de cette situation, la représentation des favelas comme espace de la pauvreté par excellence est un arbre qui cache la forêt. Elle laisse dans l’ombre les autres secteurs de la ville, forts nombreux, qui sont eux aussi démunis, sinon plus, où des investissements publics seraient nécessaires, comme dans les lotissements irréguliers, nombre de banlieues pauvres ou même dans certaines parties dégradées des zones centrales. Selon l’Institut Pereira Passos, le registre municipal des favelas recensait, en avril 1999, 604 favelas mais aussi 783 lotissements irréguliers et 508 ensembles de logements sociaux, et ceci pour la seule municipalité de Rio. En l’absence de repérage spécifique de ces deux dernières catégories dans le recensement, on ne sait quelle est leur importance en nombre de logements et d’habitants, a fortiori dans les communes périphériques où ce repérage n’est pas fait, mais on voit bien qu’elle est sans doute considérable.

Et les chercheurs ?

52Ils devraient être les premiers à dénoncer cette vision réductrice. D’ailleurs, tous les chercheurs travaillant sur le sujet n’adhèrent pas uniformément aux dogmes que nous avons exposés, une partie d’entre eux reconnaissent clairement que les singularités de la favela tiennent plus au territoire qu’aux individus qui l’habitent (Alvito, 2001 ; Peralva, 2001 ; Burgos et al., 2002 ; Pandolfi, Grynspan, 2003). Mais l’analyse systématique de la littérature du XXe siècle (Valladares, Medeiros, 2003) montre clairement qu’il s’agit cependant d’un point de vue très largement répandu. Si cette représentation a certains effets bénéfiques dans une logique « militante » qui relaye les revendications des habitants pauvres, elle a aussi des effets d’occultation ou de codification des problèmes sociaux.

53Ainsi, les raisons pour lesquelles le dogme perdure dans le monde académique relèvent, nous semble-t-il, de quatre registres.

54Le premier renvoie à l’analyse de l’histoire de ce monde. Au Brésil, le rôle des intellectuels dans la mise en évidence des problèmes de société et leur regard critique sur le fonctionnement de l’État expliquent leur importance dans la reconnaissance de l’objet d’étude que peuvent représenter les favelas. Cette reconnaissance de tout un domaine de recherche passe bien évidemment dans un premier temps par son identification claire. Chercher les régularités, les ressemblances, les spécificités permet alors la constitution d’un champ défini, circonscrit, opérationnel. Mais une fois constituée une catégorisation, il est parfois difficile d’en sortir. La double référence de nombreux chercheurs brésiliens, à la recherche universitaire mais aussi au militantisme, explique sans doute également la difficulté de remettre en cause une analyse pouvant être profitable aux individus que les chercheurs étudient. Il est toujours délicat de nuancer, surtout lorsqu’on s’adresse à un public qui refuse justement les nuances, qu’il s’agisse des responsables politiques ou des médias. Enfin, de manière plus générale, il est toujours difficile de se remettre soi-même en question, et déconstruire une catégorie à laquelle on a participé ne peut pas toujours se faire sans risque.

55Le deuxième registre est plus pragmatique : « Ça paie et ça marche. » Tout chercheur en conviendra, il est bien plus facile de faire financer une recherche quand le bailleur de fonds partage les catégories de perception et d’analyse du chercheur. Étant donnée la position réductrice des financeurs, on peut comprendre pourquoi nombre de projets sont proposés en s’appuyant sur des postulats admis par l’administration de la recherche. Mais il ne faut pas négliger non plus le caractère structurant (et rassurant) des dogmes. Le chercheur navigue alors dans des eaux bien connues et risque peu le naufrage. Fonctionner avec des catégories éprouvées permet la répétition et l’accumulation de données, il sera toujours temps ensuite de les discuter. Enfin, les chercheurs sont souvent des enseignants, et pour faire passer le message aux étudiants, il est parfois plus efficace de simplifier. Quant à l’encadrement direct des travaux pratiques des étudiants et des jeunes chercheurs, la favela, comme terrain d’expérimentation, apparaît à de nombreux enseignants comme un lieu privilégié d’enquêtes, surtout s’il s’agit de monographies. C’est le moyen économique de dépayser le doctorant issu des classes moyennes, c’est aussi le moyen de le confronter à « la différence », de lui faire faire, à proximité, ses premières expériences de terrain. Les monographies (le genre le plus prisé, on l’a montré) sont justement le moyen de récolter beaucoup de données sans avoir pour autant à opérer des comparaisons qui pourraient s’avérer déstabilisantes.

56Le troisième registre pose la question de l’idéologie. La tradition du sociologue engagé reste d’actualité au Brésil et passe notamment par la valorisation du travail sur les catégories populaires, sur les pauvres et sur le fonctionnement communautaire. L’analyse des dogmes laisse percevoir, à travers la catégorisation qu’ils suggèrent, la volonté de mettre en avant de manière positive la spécificité des favelas, de faire apparaître les « communautés » comme lieux d’élaboration d’une culture différente, avec ses ressources propres. Bref, le terrain des favelas et les dogmes le reconstruisant se situent dans une démarche politiquement correcte, où se joue une double dimension, intellectuelle (étudier ce qui est différent en le valorisant) et militante (aider les stigmatisés).

  • 32 La perspective comparative, en plein essor dans la sociologie contemporaine, et à juste titre, mul (...)

57Le quatrième registre est alimenté par la concurrence académique internationale. La favela, telle que la construisent les dogmes, est un « outil » théorique relativement facile à vendre dans les comparaisons internationales, car elle correspond parfaitement, tout en la renforçant, à la perception actuellement dominante des phénomènes de dualisation induits par le processus de mondialisation : dualisation des métropoles urbaines (Préteceille, 1995), dualisation des sociétés et dualisation de la planète. Dans la sociologie urbaine, et plus précisément dans la sociologie de la ségrégation sociale, elle correspond à une certaine lecture de la réalité, à la fois originale, car définie dans un contexte local précis, et exportable. Par son apparence d’évidence, la catégorie « favela » construite par les dogmes est d’autant plus séduisante qu’elle semble susceptible d’être utilisée dans d’autres contextes, y compris fort différents32.

L’avenir : les diplômés des favelas ?

58La remise en cause des dogmes, passage obligé pour un véritable renouvellement des travaux non seulement sur les favelas mais sur la pauvreté, sur la ségrégation urbaine et les conséquences de l’urbanisation, va peut-être s’accélérer avec l’apparition d’un nouveau type d’acteur : le diplômé du supérieur issu d’une favela.

59Résidents parmi d’autres de ces territoires hétérogènes, diversifiées, stigmatisés, ils sont encore une petite minorité (2 % d’après les données du recensement selon les calculs de l’IETS). Mais ils commencent à prendre la parole et se présentent comme de légitimes représentants, revendiquant une autorité fondée sur le fait qu’ils sont originaires de la favela et qu’ils ont donc une connaissance qui vient « de l’intérieur », du « vécu ».

  • 33 Veja, Rio de Janeiro, 13 octobre 1999.
  • 34 Le titre de la thèse est suggestif : Por que uns e não outros ? Caminhada de estudantes da Maré pa (...)

60Le phénomène a attiré l’attention de la presse en 1999 déjà lorsqu’un numéro de la revue Veja33, hebdomadaire très diffusé, a proposé le portrait d’un résident de la Maré, venant de soutenir sa thèse de sciences sociales sur les jeunes favelados entrés à l’université. Jailson de Souza e Silva (19 99)34, dans une thèse de doctorat en éducation soutenue à la PUC, analyse le parcours et les histoires de vie de onze, favelados qui ont obtenu des diplômes de l’enseignement supérieur et ont commencé des carrières professionnelles qualifiées, tout en demeurant résidents de la favela. Un an avant, un article sur les universitaires de la favela (Mariz et al., 1998) avait été publié, appuyé sur les cas de vingt-trois résidents de la favela de la Rocinha qui fréquentaient le Pré-Vestibular para Negros e Carentes et suggéraient une relation entre une posture religieuse et politisée, et le désir d’acquérir plus de connaissances.

  • 35 Oliveira, Francisca Honorota da Nobrega (1986).
  • 36 Selon Peralva, « les nouveaux modes de participation de l’adolescent et du jeune favelado à la vie (...)

61Actuellement, dans de nombreuses favelas, des diplômés eux-mêmes résidents travaillent dans des ONG, sont chargés d’études ou d’opérations du programme Favela-Bairro ou travaillent dans des institutions publiques qui ont une antenne dans les favelas. Parmi les douze leaders interviewés longuement par Pandolfi et Grynszpan (2003), quatre avaient des diplômes supérieurs et une cinquième était l’auteur d’un livre35, ayant représenté la Rocinha dans des rencontres catholiques en Italie et en France. Peralva (2001) a également trouvé parmi ses interlocuteurs des universitaires et relève que l’éducation constitue pour les jeunes un des principaux canaux d’ascension sociale36. C’est un fait connu à Rio que la politique de discrimination positive engagée en 2003 a permis depuis l’accès de nombreux jeunes résidents des favelas à l’université de l’État de Rio de Janeiro. Il y aurait donc bien une autre carrière pour les jeunes des favelas que celle de trafiquant de drogue, comme nous l’avions suggéré dans une étude antérieure faite à la Rocinha (Valladares, 1990), mais sans aller jusqu’à envisager des formations universitaires, nous étant intéressée aux cas d’enfants et d’adolescents.

  • 37 On peut citer les travaux de N. Silva (Hasenbalg, Silva, 1988) et Scalon (1999), mais il s’agit av (...)

62La trajectoire, certes atypique, de tels diplômés supérieurs des favelas pose une nouvelle question aux sciences sociales brésiliennes : celle de la nécessité de développer une sociologie de la mobilité sociale, peu présente jusqu’ici dans la recherche37. L’attention à cette problématique permettrait justement de sortir de l’enfermement de la catégorie construite par les dogmes, en faisant apparaître nettement le processus complexe de différenciation sociale à l’œuvre dans la société, y compris dans les favelas. On peut être pauvre et ne pas résider dans une favela, on peut y habiter sans être définitivement enfermé dans la pauvreté.

63En ne confondant plus les processus sociaux observables dans la favela et les processus sociaux causés par la favela, il serait alors possible de mieux comprendre des phénomènes qui, s’ils se manifestent effectivement dans les favelas, se manifestent aussi ailleurs. Certains problèmes prendraient une autre dimension si les favelas n’étaient pas le terrain systématiquement utilisé pour les étudier. Le trafic de drogue, occasion actuelle du renforcement des dogmes contre les favelas, est paradoxalement le thème qui devrait obliger l’analyste à sortir de la favela : la drogue n’est pas produite dans les favelas, les principaux organisateurs et bénéficiaires du trafic n’y résident pas et n’y ont sans doute jamais mis les pieds, ce qui vaut aussi pour le trafic d’armes ; la masse des consommateurs habite plutôt les beaux quartiers que les favelas ; la permanence du trafic ne peut s’expliquer que par les complicités policières et politiques. Les habitants des favelas, dans leur grande majorité, sont étrangers à l’univers de la drogue et ont de tout autres activités professionnelles. Les nombreuses activités économiques qui se déploient dans les favelas, beaucoup moins spectaculaires pour les médias il est vrai, sont les signes de transformations importantes dans leur structure socioéconomique mais aussi l’amorce de changements importants dans un pays qui est encore l’un des champions internationaux des inégalités.

Notes

1 Davidovitch (1997, 1999) a étudié l’environnement immédiat des favelas et montré le flou de la frontière dans de nombreux cas.

2 Rappelons que le programme Favela-Bairro a démarré en 1994 et a déjà touché un très grand nombre de favelas. Voir « Os grandes numeros do Favela-Bairro » site www.rio.rj.gov.br/habitacao/favela_bairro.htm#.

3 Plusieurs autres favelas de Rio présentent des évolutions comparables, la Rocinha est loin d’être une exception, voir Pandolfi et Grynspan, (2003 : 20) ainsi que Burgos (2002) à propos de Rio das Pedras.

4 Le cas de TV ROC a été analysé plus en détail dans « Favela et globalisation : www.rocinha.com.br » (Valladares, 2000).

5 Le nombre d’habitants est souvent surestimé dans les chiffres donnés sur les favelas. Selon le recensement de 2000, la Rocinha n’avait qu’une population de 56 313 habitants. La surestimation aurait pour but principal d’attirer l’attention des pouvoirs publics et des ONG sur cette favela qui, selon la presse, serait « la plus grande de l’Amérique latine ». Des dimensions quantitatives peut dépendre le volume de ressources allouées pour les investissements dans des équipements et services publics.

6 Information fournie par la TV ROC en 2005.

7 De Plá Fotografia est une des plus importantes chaînes de matériel photo au Brésil.

8 Médecin sans Frontières est une de ces ONG internationales. Une des dix crèches de la Rocinha est financée par une ONG française. Des ONG allemandes sont également assez nombreuses.

9 Dont le « Pré-vestibular para Negros e Carentes ».

10 Viva Cred est un prolongement spécialisé dans l’assistance économique de l’ONG Viva Rio. Les crédits qui financent les commerçants proviennent de la BID (Banque interaméricaine pour le développement).

11 ACIBRO, Associação Comercial e Industrial do Bairro da Rocinha.

12 Les motos non seulement s’adaptent aux ruelles et aux pentes assez raides de certaines zones de la Rocinha mais elles sont très efficaces comme taxis individuels. Voir « Cruzando a Rocinha em duas rodas », Jornal do Brasil, 25 décembre 1999.

13 Selon le Jornal do Brasil du 10 avril 2000, voir l’article « Rocinha terá guia turístico ».

14 Sur le site de Favela Tour, on signale en quatre langues que l’agence is the only one ! Yes, it might have others… The difference ? Our reputation and quality of services […] Not voyeuristic at all !

15 De Soto, à propos des barriadas de Lima, insiste aussi sur l’aspect marchand qui s’y développe, surtout sur le mode informel (De Soto, 1994).

16 La logique de la nécessité selon Abramo (2002 : 104) est conditionnée par l’incapacité de satisfaire une nécessité de base à partir de ressources monétaires qui permettraient l’accès au marché.

17 Peralva (2001) a fait son enquête de terrain dans la favela Santa Marta, localisée à Botafogo, dans la zone sud de Rio de Janeiro. Elle suggère que c’est chez les jeunes, plus que chez les adultes, que cette intégration progresse. À l’opposé, se référant au monde passé des adultes, elle dit : « Le monde populaire s’est développé relativement à l’écart de l’univers moderne, auquel il restait relié par le travail, par des formes traditionnelles d’aide extérieure, et par une participation limitée mais réelle à la vie politique nationale » (Peralva, 2001 : 44).

18 Dans le sens donné originairement par Simmel.

19 http://anf.org.br/english.htm et http://www.cufa.com.br

20 Le site www.melsamba.com.br donne les liens vers quatorze écoles de samba de Rio.

21 La revue électronique Viva Favela (du 05-02-2006) publie un reportage sur une exposition itinérante qui résulte d’un prix donné par la Open Society Institute de la Fondation George Soros au Viva Favela.

22 La boîte de nuit Favela Chic à Paris et l’exposition Favélité dans la station Luxembourg du métro parisien, en 2005, en sont des exemples. Dans les deux cas ce sont des Brésiliens qui sont à l’origine de ces initiatives. Il est intéressant de voir que l’image que la télévision française donne des favelas de Rio coïncide largement avec cette vision des dogmes (Najar, 2003).

23 Sorj (2002) signale que la création du site vivafavela.com a été rendue possible par le soutien financier d’un million de dollars fourni par le groupe de presse et télévision, O Globo.

24 Dans le sens donné par Friedman (1992).

25 Voir dans la revue Viva Favela du 16 novembre 2005 l’article de Claudio Pereira sur la favela da Maré : Madrugada nas favelas cariocas nao mete medo a seus moradores. Para eles a agitação de bares, restaurantes, forrós e bailes funk aumenta a diversão. (« Le petit matin des favelas de Rio ne fait pas peur à leurs habitants. Pour eux, l’animation des bars, des restaurants, des bals populaires et funk accroît le divertissement. »).

26 Voir Valladares, Préteceille (2003), « Sistema Urbano, mercado de trabalho e violência no Brasil e no Rio de Janeiro ». Rapport final du projet « Latin American Urbanization in the Late Twentieth Century : A Comparative Study », coordonné par Alejandro Portes et Brian Roberts, IUPERJ/URBANDATA.

27 Un des événements qui a le plus sensibilisé l’opinion publique fut l’enlèvement en 2002, durant un reportage sur le trafic de drogue dans la favela Vila Cruzeiro, d’un journaliste de TV Globo, Tim Lopes, enlèvement qui se termina par un assassinat barbare. La presse internationale en a beaucoup parlé. Un autre épisode qui a marqué l’opinion publique fut l’invasion armée en 2004 de la Rocinha par des trafiquants du Vidigal, favela voisine.

28 Comme certains élus qui, en France, ont récemment accusé les chanteurs de rap d’être responsables des émeutes dans les banlieues.

29 Les travaux récents de Alvito (2001), Peralva (2001), Burgos et al. (2002), Pandolfi et Grynszpan (2003) en sont des exemples.

30 Les douze témoignages/histoires de vie recueillies par Pandolfi et Grynszpan (2003) confirment l’interdépendance des ONG avec le gouvernement local et fédéral. Les interviewés ont tous un emploi, insistent sur l’importance de la vie sociale dans leurs quartiers respectifs et soulignent leur propre rôle dans l’action collective, dans les ONG, lesquelles ont nécessairement des liens forts avec les administrations municipales et fédérales. Le livre dirigé par Burgos (2002), sur la favela Rio das Pedras, dont le président de l’association est devenu conseiller municipal de la ville de Rio en 2004, va dans le même sens.

31 Voir Landim (1993 ; 1998) pour la discussion de l’univers du militantisme, de la charité et de l’assistance en plein essor au Brésil et à Rio de Janeiro.

32 La perspective comparative, en plein essor dans la sociologie contemporaine, et à juste titre, multiplie le nombre de chercheurs étrangers, américains et européens, intéressés à l’étude des favelas de Rio.

33 Veja, Rio de Janeiro, 13 octobre 1999.

34 Le titre de la thèse est suggestif : Por que uns e não outros ? Caminhada de estudantes da Maré para a Universidade (Pourquoi les uns et pas les autres ? Trajectoires d’étudiants de la Maré à l’université). Bourdieu est le principal sociologue utilisé par l’auteur. Le succès médiatique de ce reportage a permis le renforcement d’une ONG endogène dirigée par ces doutores da favela (diplômés de la favela), la CEASAM. Elle est soutenue par de nombreux organismes publics, la Fondation Ford et plusieurs autres fondations nationales et internationales.

35 Oliveira, Francisca Honorota da Nobrega (1986).

36 Selon Peralva, « les nouveaux modes de participation de l’adolescent et du jeune favelado à la vie urbaine ainsi que leur pénétration croissante dans un univers auparavant presque entièrement dominé par la présence des couches moyennes (collèges, lycées, universités, espaces de loisir) accroissent les sentiments d’égalité. En même temps, ils en deviennent plus sensibles que par le passé au préjugé, à la discrimination et au racisme. » (2001 : 52.)

37 On peut citer les travaux de N. Silva (Hasenbalg, Silva, 1988) et Scalon (1999), mais il s’agit avant tout de travaux statistiques. Il y a très peu d’études de cas dans cette perspective. Sur la mobilité résidentielle dans les favelas, voir Abramo (2002).

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540