Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Chamanisme, rituel et cognition

 | 
Charles Stépanoff

Chapitre VI. Les corps ouverts

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

« Je suis comme un transformateur. » Ondarmaa

Pour pénétrer dans la logique des pouvoirs corporels extraordinaires qui distinguent les chamanes des profanes dans les conceptions touvas, nous nous concentrerons dans ce chapitre sur une capacité singulière qui leur est régulièrement prêtée, celle de manger à distance d’autres humains. En suivant ce fil, nous verrons se déployer à la fois des hypothèses riches et structurées concernant les corps des chamanes et un circuit de flux de substances vitales auquel s’intègre l’action rituelle1.

CHAMANES MANGEURS D’HOMMES

Les Touvas ont des chamanes une image ambiguë. Tout le monde est d’accord pour considérer que les vrais chamanes peuvent être dangereux, parfois mortellement. Le savoir commun prête aux attaques de chamanes différents aspects (flèches invisibles, malédiction), mais la forme la plus redoutable est certainement la dévoration. Marat, de Tere-Höl, m’expliquait que « le chamane aide les gens, mais parfois il mord et mange les gens » ...

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540