Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Chamanisme, rituel et cognition

 | 
Charles Stépanoff

Chapitre II. L’âge des sorts

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

« C’est la vie qui nous oblige à aller chez les chamanes. »
Nina (village de Handagajty)

À la question de savoir quelle est la cause la plus fréquente des problèmes de leurs clients urbains, les chamanes touvas de Kyzyl donnent aujourd’hui majoritairement une même réponse : les mauvais sorts que les humains se lancent les uns aux autres. Un rituel particulier, la « purification » (aryglaaškyn), a pour objet de traiter les victimes de sorts. La sorcellerie n’est certes pas un phénomène nouveau : la capacité de nuire à autrui par la possession d’une qualité interne (witchcraft) ou par des manipulations rituelles (sorcery1) était connue des Touvas d’autrefois, mais elle n’intervenait que rarement dans le diagnostic émis par le chamane en situation de cure. Les scénarios explicatifs de l’attaque d’un esprit dévorateur ou d’une sanction à la suite de la transgression d’un tabou paraissent avoir aujourd’hui en ville perdu de leur pertinence face au soupçon d’un maléfice causé par un humain....

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540