Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cornaline de l’Inde

 | 
Valentine Roux

II. Habiletés impliquées dans la taille des perles en roches dures

5. Habiletés impliquées dans la taille des perles en calcédoine : caractéristiques motrices et cognitives d’une action située complexe1

Blandine Bril, Valentine Roux et Gilles Dietrich

Texte intégral

Introduction

  • 1 Nous tenons à remercier chaleureusement les artisans qui ont accepté de se plier à une situation in (...)

1Qui dit technique, dit geste, le geste de l’artisan issu d’une tradition et répondant efficacement à une demande. En archéologie, identifier le geste technique n’est pas anodin dès lors qu’il est étudié en termes d’habiletés développées par un groupe culturel. Son étude doit permettre d’aborder des problématiques majeures comme la dynamique des évolutions techniques ou l’organisation des systèmes socio-économiques anciens.

2En effet, l’approche d’un objet technique en termes d’habiletés impliquées dans sa fabrication ou dans son utilisation doit conduire, en premier lieu, à décrire l’évolution technique en termes de continuité ou de discontinuité. Une évolution continue caractérise les sociétés traditionnelles où la norme est à la reproduction des pratiques enseignées par les aînés. Des changements techniques mineurs, c’est-à-dire n’impliquant aucun changement dans les habiletés, peuvent survenir, mais ils correspondent alors à un simple phénomène de transmission culturelle dont on sait qu’il peut introduire des biais dans des situations stables et être ainsi à l’origine d’évolutions mineures (Cavalli-Sforza et al., 1982). En revanche, lorsqu’il y a un changement majeur dans les habiletés, dû à un changement dans les techniques et donc dans les modèles transmis par la tradition (Shennan, 1989), alors on peut considérer que l’on est en présence d’une évolution de type discontinu. Celle-ci suppose, par définition, des modifications notables au sein de l’environnement (pris au sens large), puisque la norme est à la reproduction des modèles traditionnels. A terme, une description de l’évolution technique ainsi envisagée devrait permettre d’en analyser les mécanismes et, par suite, d’élaborer une réflexion théorique sur des lois éventuelles d’évolution.

3Concernant l’organisation des systèmes socio-économiques, soulignons que la production (et la reproduction) des habiletés est inséparable de la production de biens matériels (pour reprendre les termes de Sigaut, 1994 : 446). De ce point de vue, les habiletés jouent un rôle essentiel dans la manière dont les sociétés s’organisent. En archéologie, une manière d’aborder ce problème consiste à en évaluer la durée d’apprentissage. L’hypothèse centrale est que, dans un contexte aux multiples tâches socio-économiques, les habiletés qui réclament un long apprentissage nécessitent que les artisans soient spécialisés (Roux & Corbetta, 1990).

4L’étude des habiletés s’inscrit dans la tradition ethnographique française dont la pensée technique fut marquée par des auteurs comme M. Mauss, A. Leroi-Gourhan ou A.-G. Haudricourt. Ce dernier insista, en particulier, sur l’importance d’une bonne connaissance des gestuelles afférentes à une pratique technique pour la compréhension des emprunts ou des refus d’emprunt. Il en serait de même pour la filiation généalogique des opérations techniques et de leurs produits, qui dépendrait autant, sinon plus, des gestes que des formes de l’objet ou de l’outil (Haudricourt, 1987).

5En archéologie, l’interprétation des faits techniques en termes d’habiletés soulève d’emblée d’importantes questions d’ordre épistémologique. Comment reconstruire les habiletés particulières développées par les différents groupes culturels, sachant qu’il n’existe pas, actuellement, de modèles de société proches des sociétés anciennes ? Peut-on dégager des universaux à partir d’observations actuelles locales ? Dans l’affirmative, ces universaux permettront-ils de retrouver les habiletés développées localement par un groupe culturel ancien ?

6Ces questions renvoient directement à la psychologie comparative où les activités humaines sont étudiées d’une part à partir de leurs variations culturelles et d’autre part à partir des contraintes qui s’exercent sur elles, qu’elles soient d’ordre physiologique, biomécanique ou cognitif (Bril & Lehalle, 1988). La référence à la psychologie pour étudier les habiletés anciennes ne peut, toutefois, se contenter d’être « littéraire ». Les habiletés doivent être étudiées selon les méthodes développées par la psychologie afin de résoudre les problèmes soulevés par l’interprétation en archéologie. Cette dernière procède selon les étapes suivantes : a) identification de techniques de fabrication (ou d’utilisation) à partir d’une analyse technologique des objets archéologiques, b) observation de techniques analogues dans le présent, c) étude des habiletés afférentes, d) transfert de l’attribut « habiletés » sur les faits techniques archéologiques. Il est important de noter que le transfert suppose que les habiletés répondent à des principes de fonctionnement universels, indépendants des particularismes culturels. La démonstration de ces principes implique des « expérimentations de terrain » et des procédures d’analyse propres à la psychologie comparative et/ou expérimentale.

7L’étude des habiletés impliquées dans la taille des perles en roches dures à Cambay est issue d’une collaboration entre l’archéologie et les sciences du mouvement. L’objectif est de caractériser les différents ordres d’habiletés développés par les artisans de Cambay afin d’être en mesure d’interpréter, par la suite, les perles retrouvées en contexte archéologique en termes d’habiletés de taille. Plus précisément, on cherche à évaluer dans quelle mesure les processus d’acquisition des habiletés sont de nature transculturelle afin de proposer, ensuite, des hypothèses sur les durées d’apprentissage suivies par les artisans harappéens (2500 av. J.-C.) relativement aux types de perles taillées. L’interprétation qui s’ensuit permettra de faire des hypothèses sur l’organisation de la production et la valeur accordée aux différents types de perles (voir chapitres 7, 8, 9).

8Le chapitre est organisé en cinq parties. Une première partie expose le cadre théorique à l’étude des habiletés, une seconde partie décrit le contexte dans lequel se déroule l’activité de taille, une troisième et une quatrième parties présentent l’expérimentation et les résultats, et enfin une cinquième partie discute les résultats obtenus.

L’étude des habiletés

9Afin de situer clairement la démarche suivie pour étudier les habiletés des artisans de Cambay, ainsi que les choix conceptuels et méthodologiques sous-jacents, il est nécessaire d’expliciter tout d’abord ce qu’est une habileté et les différents niveaux d’analyse possibles.

Qu’entend-on par habileté motrice ?

10Une habileté peut être définie comme la capacité d’un sujet à atteindre un but grâce à l’utilisation des ressources de son environnement. Elle correspond à un comportement acquis par apprentissage.

  • 1 Brièvement, on peut, d’après Paillard (1976), retenir 7 niveaux d’analyse : a) un premier niveau co (...)

11Les habiletés motrices s’expriment par l’action et passent par l’utilisation fonctionnelle de postures et de mouvements du sujet, en interaction avec son environnement (Reed, 1989). Le niveau d’analyse qui sera retenu ici est celui des activités comportementales, niveau auquel « les fonctions motrices élémentaires sont mises en œuvre au service de l’accomplissement de séquences d’activités complexes qui trouvent leur unité et leur signification dans les objectifs assignés à l’action » (Paillard, 1976 : 599)1.

12De manière générale on peut dire que l’action fait référence à un résultat, et à différents moyens d’obtenir ce résultat, ce qui conduit à distinguer l’aspect intentionnel de l’action, le but à atteindre (e.g. la perle à tailler), et l’aspect opérationnel, c’est-à-dire la manière dont le but est atteint (e.g. la séquence d’actions ou de sous-buts nécessaires à la réalisation de la perle) (Connolly & Dalgeish, 1989).

13Mais comment décomposer une séquence d’actions, et donc de mouvements, pour ensuite pouvoir en évaluer les caractéristiques et ainsi disposer d’éléments permettant de qualifier différents niveaux d’expertise ?

14Pour décrire la procédure d’exécution de l’action, J.F. Richard (1990) propose une décomposition en trois niveaux. Le premier niveau fait référence à l’organisation de l’activité, c’est-à-dire à la succession des actions (ou sous-buts) réalisées pour atteindre le but global. Ce niveau concerne donc essentiellement ce que l’on désigne souvent par plan d’action ou cours d’action, c’est-à-dire la manière dont le sujet organise, planifie les différentes étapes (ou sous-buts) nécessaires à la réalisation de l’action. Dans le cas de la taille de perles, il s’agit des différentes étapes permettant de passer d’un bloc de matière première à une préforme. Le niveau le plus élémentaire concerne les actions directement exécutables qui ne peuvent, d’un point de vue fonctionnel, être décomposées en unités plus petites, ce qui correspond, pour la taille de perles, à un mouvement de percussion. Le niveau intermédiaire est celui de l’exécution de séquences d’opérations, constituées d’enchaînement d’actions élémentaires. C’est à ce niveau que l’on peut étudier la manière dont un projet global d’action est réalisé grâce à l’exécution d’une succession d’actions particulières.

Préparation et exécution de l’action : hypothèses sur les mécanismes

15Il est généralement admis que l’exécution d’une action complexe fait référence, plus ou moins explicitement, à l’idée de planification, un « plan » renvoyant à « tout projet élaboré, comportant une suite ordonnée d’opérations » (Petit Robert). Dans quelle mesure, cependant, peuton dire que l’on prépare, que l’on « planifie » l’action que l’on s’apprête à réaliser ? Lorsque l’artisan commence la taille d’une perle, « qu’a-t-il en tête » ? Quels sont les principes qui vont organiser, permettre puis guider son action ?

  • 2 Les activités de taille élaborées sont ainsi définies par J. Pelegrin (1990 : 109) : « Elles compre (...)

16Une interprétation actuellement largement acceptée dans les travaux archéologiques est issue des travaux de Jacques Pelegrin (1990, 1991, 1993 et 1995). S’appuyant en particulier sur l’analyse de chaînes opératoires archéologiques et sur son expérience de tailleur, J. Pelegrin distingue des activités de taille élaborées2 au cours desquelles le tailleur se guiderait sur « des représentations ou images mentales de forme », en faisant appel à la fois à un registre ou catalogue de modalités d’action, à son savoir-faire moteur et à un savoir-faire idéatoire. A ce dernier, correspondrait la capacité d’évaluer la situation présente, d’adapter et de combiner les modalités d’actions élémentaires pour exécuter ensuite des actions motrices. Entre chaque séquence de taille, et si nécessaire au cours même d’une séquence devant un incident avéré ou prévisible, le tailleur aurait ainsi recours à un raisonnement de type propositionnel consistant en l’évaluation de plusieurs suites possibles d’actions, pour opter en faveur de celle estimée à la fois souhaitable – selon l’objectif attendu – et possible – selon l’état de la pièce et les contraintes de la technique et du matériau.

17Ces hypothèses laissent, en fait, plusieurs questions sans réponse. Comment, en particulier, passe-t-on de l’image mentale de forme, à l’exécution d’une succession d’actions motrices qui conduiront à la forme souhaitée ? Comment se fait l’ajustement du souhaitable au possible ? Comment acquiert-on cette capacité ? Quelle est la nature de l’expertise ? Quelles sont les propriétés de l’activité dont l’acquisition de la maîtrise nécessite une durée d’apprentissage qui peut atteindre dix années comme cela semble être le cas à Cambay ?

A quoi servent les plans d’action ?

18La question de la planification est depuis bien longtemps au centre de débats nombreux en psychologie et a donné lieu à différentes positions théoriques, dont on peut dire rapidement qu’elles se distinguent par l’importance donnée au rôle et à la nature de la planification, ainsi qu’aux représentations qui sous-tendent l’exécution de l’action. Dans un article intitulé « What are plans for ? » Agre et Chapman (1990) contrastent deux points de vue qui, tout en étant probablement un peu extrêmes, montrent l’éventail des interprétations possibles de la notion de planification. Leur perspective issue de l’intelligence artificielle, que l’on retrouve d’ailleurs chez des auteurs plus orientés vers la sociologie de l’action (Suchman, 1990 ; de Fornel, 1993), oppose l’idée de plan comme « programme » à celle de plan comme « communication ».

19Le plan comme programme conduit à interpréter toute action comme l’exécution d’un plan conçu à l’avance. La définition souvent citée de la notion de plan, celle de G. Miller, E. Galanter et K. Pribram (1960, citée par Agre, 1996), assimile un plan à « tout processus hiérarchisé issu de l’organisme, qui contrôle l’ordre dans lequel une séquence d’opérations est exécutée » (p. 16). La structure d’une action serait analogue à celle du plan qui présiderait à son exécution. Le plan renvoie donc au mécanisme par lequel l’action est produite.

20Cette notion de plan-comme-programme d’actions exécutables pose le problème de la complexité du calcul, et de l’importance de la « librairie » de plans ou programmes nécessaires dans un monde incertain et changeant dès lors que l’on considère les activités de la vie quotidienne. L’activité quotidienne implique, en effet, des re-décisions continuelles sur « que faire maintenant ? », aucun système ne pouvant produire de plan détaillé d’une réalité continuellement changeante. Par ailleurs une question essentielle reste sans réponse, celle de l’acquisition de cette librairie de plans ou programmes.

21Cette nécessité de flexibilité de la programmation de l’action a conduit certains auteurs à voir dans un plan une « ressource » (Agre & Chapman, 1990). Dans cette optique, l’action se définit à partir de la dynamique de l’interaction entre les agents et leur environnement, le plan participant à l’action, mais ne la contrôlant pas. C’est principalement à partir de travaux sur l’« activité située » que s’est développée cette approche. A partir de l’exemple de la descente de rapides en canoë, Suchman (1990) suggère que, in situ, un sportif ne va pas réussir sa descente grâce à l’exécution de plans, mais à l’utilisation d’« habiletés incorporées » dont il dispose. Le plan serait ainsi une ressource, en ce sens qu’il permet d’« improviser » en fonction des circonstances (Conein & Jacopin, 1993).

Planification et/ou auto-organisation ?

22Depuis une vingtaine d’années, un certain nombre de travaux ont tenté une approche plus contextualisée de l’activité comportementale (Newell, 1986). L’intérêt de cette approche pour les recherches sur les actions complexes est double. Elle considère qu’un système complexe (ici une action complexe) possède des propriétés qui sont le propre du système lui-même, et non pas une somme de propriétés des éléments plus élémentaires qui le constituent. Cela veut dire ici qu’il ne suffit pas de décomposer un système complexe et d’en analyser les composants élémentaires. En effet, certaines propriétés du système complexe ne peuvent être appréhendées au niveau élémentaire. En outre, les propriétés des composants élémentaires peuvent être différentes selon qu’ils fonctionnent isolément ou bien en association avec d’autres composants. En d’autres termes, la complexité observée d’un système ne serait pas l’expression directe d’une programmation a priori, mais serait une propriété résultante des relations entre les éléments du système. On privilégie alors une approche en terme de dynamique particulière des relations entre les éléments du système, plutôt qu’en terme d’assemblage d’actions d’un niveau de complexité moindre.

23Cette perspective conduit à considérer que, d’une manière générale, l’organisation de toute action, et donc les caractéristiques qualitatives observables du mouvement, peut être interprétée comme la conséquence ou la résultante d’un certain nombre de contraintes liées aux spécificités de l’organisme, de l’environnement et de la tâche à effectuer (Newell, 1986). Ces contraintes relèvent de trois ensembles principaux :

  1. l’organisme, que l’on peut définir comme une personne ayant un certain potentiel de base issu du développement anatomique (taille, poids, masses musculaire et graisseuse, etc.), physiologique (maturation du système nerveux, des systèmes sensoriels...), cognitif (perception, mémoire, connaissances...), affectif (motivation, peur...), etc. ;

  2. les propriétés de la tâche à réaliser ;

  3. un environnement donné, incluant aussi bien les éléments matériels en jeu, en particulier les « outils », que le contexte physique, social ou affectif, dans lequel se déroule l’action.

24Des variations dans l’un des trois ensembles de contraintes peuvent avoir pour conséquence des variations dans les propriétés émergentes. Ainsi par exemple, le poids, la taille et les matériaux dont est fait le marteau sont autant de propriétés des éléments en jeu qui imposent à l’action certaines caractéristiques. Cela ne veut pas dire pour autant que l’action est totalement organisée par le jeu des contraintes. Il revient en fait à l’individu, dans la réalisation de l’action, d’être capable de « solliciter », de choisir les caractéristiques des éléments en jeu, jouant en quelque sorte sur l’ensemble des contraintes en présence, et donc sur certaines propriétés émergentes.

25Le niveau d’expertise dans un domaine particulier, pourra être ainsi défini comme la capacité d’« utiliser » les différents types de contraintes de manière à résoudre tout problème lié à l’action, dans toutes circonstances (Bernstein, 1996). Cette possibilité dépend d’une part de la manière dont un individu perçoit son environnement et détecte les informations nécessaires à son action (Gibson, 1979 ; Michaels & Carello, 1981), et d’autre part de sa capacité à utiliser ces informations de manière à contrôler et/ou modifier son action.

Le couplage « perception-action » : le concept d’« affordance »

  • 3 Les exemples de Gibson font apparaître clairement ce qu’il entend par affordance : « Les surfaces t (...)
  • 4 L’article de Rochat et Reed (1987) est une très bonne introduction (en français !) à la notion d’«  (...)

26D’après Gibson (1979), tout choix d’action est façonné par la perception de ce que l’environnement permet dans une situation donnée. Cet auteur a donné le nom d’affordance aux propriétés de l’environnement perçues et envisagées comme une réalité « agie3 ». Le concept d’affordance fait référence tout à la fois à l’environnement et au comportement, avec l’idée de complémentarité entre l’environnement et le sujet, « les affordances sont non seulement perceptibles, elles sont ce qui est perçu et ce qui crée des possibilités d’action » (Rochat & Reed, 1987)4. Cette complémentarité, cet ajustement entre le sujet et l’environnement se fait dans l’action. En effet, Gibson considère qu’il est nécessaire de percevoir pour agir, alors même que l’action est nécessaire à la perception.

27Soulignons ici l’importance donnée non pas aux propriétés physiques des objets, qui, elles, sont données une fois pour toutes, mais aux propriétés d’action liées à l’objet, qui peuvent varier d’un individu à l’autre, et pour un même individu d’une situation à l’autre.

28De manière plus générale, on peut ainsi faire l’hypothèse que, pour effectuer une action, la perception par le sujet de la possibilité d’action dépend de l’adéquation entre ce qu’il perçoit de l’environnement et ses capacités propres. L’expérience antérieure et le niveau de compétence dans le domaine considéré jouent un rôle primordial. Une affordance serait donc une relation objective entre les propriétés du sujet et celles de l’environnement (Adolph et al., 1993) dans la réalisation d’une action. Ce processus d’ajustement des capacités du sujet à ce qu’il perçoit d’une situation est sans doute un élément fondamental dans la construction de l’action.

Comment acquiert-on la capacité à réaliser une action ou comment devient-on un expert ?

29L’analyse de la dynamique de la relation entre le sujet, l’environnement et l’outil (lorsqu’il est présent) dans la réalisation de la tâche, à différents moments du processus d’acquisition, doit permettre de comprendre l’apprentissage. Ce sont les changements apparaissant dans cette dynamique qui en donneront les clefs.

  • 5 Prenons un exemple dans un tout autre domaine, le ski. Apprendre à skier nécessite de parvenir à ut (...)

30Tout processus d’acquisition d’habiletés relève ainsi de l’apprentissage de l’utilisation et de la maîtrise du contexte, orientées vers la réalisation d’un but5.

  • 6 C’est après un demi-siècle de censure soviétique que la communauté scientifique a pu découvrir le m (...)

31Cette conception de l’apprentissage de l’action correspond à la définition qu’en donne Bernstein (1996) dans un ouvrage écrit il y a plus d’un demi-siècle, Dexterity and its development6, retrouvé récemment, mais dont beaucoup d’aspects restent d’actualité : « Motor skill is not a movement formula, and certainly not a formula of permanent muscle forces imprinted in some motor center. Motor skill is an liability to learn to solve one or another type of motor problem... » (p. 181). Bernstein définit l’habileté motrice de manière écologique, comme étant l’habileté, pour un organisme, à maîtriser le champ des variations de l’environnement.

32Plus précisément, toute analyse de la construction du contrôle moteur doit inclure non seulement une analyse de la construction des coordinations motrices au cours de l’effectuation du mouvement, mais aussi une analyse de la construction des affordances, c’est-à-dire des possibilités d’action selon le contexte et le niveau de compétence du sujet. Elle inclut donc une analyse de la manière dont celui qui apprend adapte son action (et notamment les mouvements qui en permettent la réalisation) au contexte, en fonction des spécificités de ses compétences et de celles du contexte et de la tâche. La perspective écologique ouverte par J. Gibson (1979) permet d’envisager l’étude du développement des compétences à partir de la dynamique offerte par l’action en relation avec le répertoire de compétences de celui qui apprend, quel que soit son âge (Reed & Bril, 1996). Cette approche, en s’attachant à une étude systématique de l’organisation comportementale de l’activité motrice, donne un cadre global d’analyse permettant d’aborder la manière dont s’effectuent les modifications diachroniques ou synchroniques de cette organisation, c’est-à-dire aussi bien au cours du processus d’acquisition qu’en cas de variation de la tâche, de l’organisme, ou de l’environnement, ou de toute combinaison de ceux-ci.

Comment étudier l’apprentissage de l’action à Cambay ?

33La recherche présentée dans ce chapitre est ancrée dans le cadre théorique développé ici. La réalisation d’une action, la taille d’une perle d’une forme particulière, va dépendre de la capacité de l’artisan à utiliser le contexte (outils, matière première en particulier) relativement au but qu’il s’est fixé (forme, dimension de la perle), grâce en particulier à ses connaissances, à son habileté motrice, à ses capacités d’évaluation, d’adaptation et de planification.

34Dans l’idéal, une étude de l’apprentissage est basée sur l’analyse des différentes modifications dans la manière de réaliser l’action, ce qui pose un réel problème lorsque l’apprentissage se déroule sur plusieurs années. Une autre voie d’approche consiste à étudier les caractéristiques de l’action à différents niveaux d’expertise. C’est cette deuxième option qui a été retenue pour l’étude de la taille de la pierre à Cambay.

35L’action sera appréhendée à partir de la réalisation du but (ici, le produit fini, la préforme obtenue), ainsi que des caractéristiques de l’action proprement dite, analysées selon les trois niveaux de décomposition retenus. C’est en faisant varier certaines propriétés de la tâche (forme de la perle) et du contexte (type de matière première) que l’on pourra analyser leur impact sur l’action. A partir des variations du contexte, on comparera donc d’une part le produit de l’action, et d’autre part les modalités de l’exécution de l’action.

36L’efficacité de l’action dépendra de l’adéquation entre les moyens utilisés (accélération adéquate de la tête du marteau, quantité de mouvement) et le but poursuivi (enlèvement d’éclats). Nous faisons ici l’hypothèse que les capacités d’ajustement aux propriétés de l’environnement (type de matière première, poids du marteau) définiront le niveau d’expertise acquis par un artisan.

Contexte de l’activité de taille

37Avant de présenter l’expérimentation destinée à caractériser les habiletés impliquées dans la taille des perles en roches dures, les techniques et méthodes de taille ainsi que les conditions locales de l’apprentissage sont décrites.

Technique et méthode de taille

38La technique de taille, une percussion indirecte par contrecoups, a été décrite au chapitre 2. Le tailleur utilise conjointement une barre de fer bipointe et un petit maillet à tige fine en bambou armé d’une tête en corne de buffle. La technique définit le geste élémentaire.

39La méthode de taille correspond à l’enchaînement d’opérations nécessaires à la transformation d’une ébauche parallélépipédique en une préforme sub-ellipsoïdale ou ellipsoïdale (fig. 2), l’ébauche étant au préalable taillée à partir d’un galet de forme quelconque (fig. 1). Ces opérations, elles-mêmes constituées d’un ensemble de gestes élémentaires, se succèdent les unes aux autres dans un ordre que déterminent des contraintes techniques (chapitre 2). L’étude présentée ici concerne le processus de taille conduisant de l’ébauche à la préforme.

FIG. 1. La perle à ses différents stades de fabrication : du galet à la préforme. – The different stages of bead fabrication from cobble to preform (cobble, roughout, preform)

40L’organisation de l’activité motrice a été définie comme relevant de trois niveaux de contrôle de l’action (voir supra : « qu’entend-on par habileté motrice ? »). Le cours d’action correspond ici à la manière dont la méthode est actualisée. Le niveau élémentaire correspond aux coups de percussion alors que le niveau intermédiaire, enchaînement d’actions élémentaires, renvoie aux opérations qui structurent le cours d’action.

L’apprentissage

41A Cambay, la production des perles distingue deux groupes de tailleurs. Dans un premier cas, les artisans sont spécialisés dans la fabrication de perles de toutes dimensions de qualité supérieure (parfaitement symétriques et finement retouchées). Dans un second cas, les artisans sont spécialisés dans la fabrication de perles de dimensions standard (1 à 3 cm de long ou de diamètre) de qualité inférieure (asymétriques et grossièrement retouchées).

FIG. 2. Opérations élémentaires suivies pour transformer une ébauche parallélépipédique en une préforme subcylindrique. – The elementary operations followed in order to transform a parallelepipedal roughout into a subcylindrical preform.
Régularisation de la pièce
Régularisation de la forme de l’ébauche et des crêtes ; cette opération est faite par enlèvements transversaux et a pour but principal un flutage réussi des crêtes.
Préparation des extrémités
Cette opération consiste à préparer les micro-plans de frappe nécessaires au détachement des crêtes ou des enlèvements en axe.
Flutage des crêtes
Enlèvement des crêtes à partir des sommets.
Enlèvement en axe à partir des sommets
Ces enlèvements sont comparables à des lamelles et ont pour but la mise en forme de la perle.
Réduction des crêtes résiduelles
Cette réduction se fait par petits enlèvements transversaux, une fois les flutages terminés (à moins d’en compromettre la réussite).
Finition des extrémités
La finition se fait par petits enlèvements en axe

42Les artisans qui taillent les perles de qualité supérieure ont suivi un apprentissage de sept à dix ans. Il est à l’heure actuelle très difficile d’observer l’apprentissage traditionnel de la taille des perles de qualité supérieure, la jeune génération se tournant vers des tâches moins coûteuses en investissement de travail et plus rémunératrices comme la taille des perles de qualité inférieure ou l’industrie du diamant. Devant cette situation pouvant entraîner la perte d’un savoir-faire élaboré, le gouvernement indien a d’ailleurs décidé d’ouvrir un centre d’apprentissage. Il accueillait, en janvier 1993, quatre enfants destinés à recevoir l’enseignement de l’un des meilleurs tailleurs de Cambay. Des données orales nous ont permis, néanmoins, de retracer les principales étapes de l’apprentissage traditionnel. Celui-ci commençait à l’âge de dix ans environ. Un maître leur donnait des instructions orales et/ou leur montrait les gestes pour aborder progressivement les difficultés rencontrées. Les instructions, verbalisées ou non, portaient sur la manière de tenir la pierre, les angles à partir desquels donner les premiers coups, la préparation des plans de frappe pour dégager les éclats voulus, la force des coups à donner et enfin la forme finale à obtenir. La durée d’entraînement nécessaire à la maîtrise de la taille était estimée à sept ans. Par maîtrise, il était alors entendu la taille des différents types de perles de toutes dimensions. Le passage d’un stade d’apprentissage à l’autre, marqué par les différents types de perles, était d’autant plus lent qu’un artisan devait également apprendre à être rapide afin d’être rentable à la production. Cela requérait, pour respecter la qualité et le rendement recherchés, un entraînement prolongé (Roux & Pelegrin, 1989).

43L’apprenti s’exerçait tout d’abord, à partir de rejets, à la taille de très petites fārā, ébauches en forme de cubes grossiers, puis à la taille de tasbī (nom donné à la préforme de maī, petite perle sphérique). Celle-ci consiste à enlever les arêtes du cube à partir des sommets et à réduire les aspérités par de petits enlèvements courts. La préforme obtenue devait être parfaitement sphérique et lisse. D’après une anecdote contée par l’un des tailleurs, le maître testait la qualité des perles en les frottant sur la joue des apprentis. Si la joue était écorchée, signe d’une aspérité résiduelle, alors la perle devait être reprise jusqu’à ce qu’elle soit vraiment lisse. Une fois maîtrisée la taille des maī, l’apprentissage consistait à tailler des préformes de taille standard (3 cm de long) à partir d’ébauches faites par des artisans expérimentés (voir la description des opérations de taille dans le chapitre 2). L’apprenti s’exerçait tout d’abord sur les préformes des pièces à section triangulaire (pasīyā et giloā), puis sur les préformes des pièces à section carrée (modan, loī et gol modan). A l’apprentissage des préformes, succédait celui des ébauches des perles mentionnées précédemment. L’ordre était similaire compte tenu des difficultés qui sont également progressives : les plus grandes difficultés sont posées par les pièces de section quadrangulaire. Après l’apprentissage de ces formes, venait celui de la taille des préformes et des ébauches de dabkā et bān de dimensions standard. La fabrication des perles de grandes dimensions était apprise ensuite. Le dernier stade était celui de l’apprentissage de la taille soit de grosses pièces sphériques, soit de grandes chasāī qui ajoutent à leur difficulté le risque de cassure d’une préforme longue et fine, dont la matière première translucide homogène a été rendue très fragile par les cuissons successives (Roux & Pelegrin, 1989).

44Les artisans qui taillent des perles de qualité inférieure ont suivi un apprentissage d’environ trois ans. L’apprentissage n’a pas été guidé par un maître, les chefs d’atelier se contentant de quelques commentaires sur le produit fini. En effet, ces derniers estiment qu’il n’est plus nécessaire de dispenser les détails de la technique et de la méthode vu la qualité des produits demandés. Les enfants commencent vers l’âge de dix ans. Les différentes étapes d’apprentissage sont identiques aux étapes décrites précédemment. A la différence que les perles fabriquées sont de qualité médiocre (avec, par exemple, de nombreuses aspérités résiduelles) et de dimensions standard. Il s’ensuit un apprentissage beaucoup plus rapide.

45Très rares sont les cas où les artisans qui taillent des perles de qualité inférieure sont formés à tailler des perles de qualité supérieure. En effet, il leur faudra entre deux et trois ans avant d’être capables de produire des perles « vendables » sous le label « qualité supérieure ». Les chefs d’atelier spécialisés dans la production de perles de qualité supérieure considèrent alors que l’embauche d’artisans provenant d’ateliers de qualité inférieure est trop coûteuse puisqu’il s’agira de former et de payer un adulte qui ne sera pas « rentable » pendant plusieurs années.

Une expérimentation de terrain

46Une étude préalable s’était attachée à comparer les performances des deux groupes d’artisans travaillant à Cambay (Roux, 1991, 1993-94). Les résultats montraient que ces deux groupes se caractérisaient bien par des compétences distinctes. Cependant, ces observations ne permettaient pas d’expliciter la nature de l’expertise, ni les raisons d’un apprentissage qui variait fortement d’un groupe à l’autre.

47Ce constat nous a conduits à tenter une expérimentation de terrain. Compromis entre l’expérimentation en laboratoire et l’observation des situations quotidiennes, l’expérimentation de terrain est basée sur la construction d’une situation expérimentale à partir des tâches et lieux familiers au sujet. La méthodologie utilisée, inspirée de celle de la psychologie expérimentale, doit rendre possible un contrôle rigoureux des paramètres en jeu et permettre de résoudre le dilemme que posent les études de laboratoire vs le contexte naturel. Dans le premier cas, la question qui se pose est la suivante : dans quelle mesure peut-on généraliser les résultats obtenus à partir de tâches simples et dénuées de toute sémantique culturelle aux situations de la vie quotidienne ? Dans le second cas, les activités de la vie quotidienne sont caractérisées par la très grande diversité des facteurs en jeu, ce qui rend difficile, sinon impossible, à partir de la seule observation, d’individualiser les différents mécanismes sous-jacents. D’où l’idée d’associer les avantages des deux types de situation (terrain et expérimentation), tout en essayant d’en minimiser les biais et inconvénients.

L’expérimentation

48L’objectif est d’évaluer les habiletés des artisans à partir de leurs capacités d’ajustement aux variations des propriétés de l’environnement, ce qui nous a conduits à baser l’expérimentation de terrain sur le concept de transfert. Par transfert, on entend généralement la capacité à utiliser dans une situation nouvelle des règles ou principes appris auparavant. L’hypothèse est la suivante : le degré de réussite au sein des situations modifiées est relatif aux capacités d’ajustement, de flexibilité et de planification de l’artisan. Un artisan de haut niveau devrait être capable de transférer son habileté de planification et son habileté motrice à des situations nouvelles. On s’attend, en outre, à ce que les différences caractérisant des niveaux d’expertise distincts soient amplifiées dans les situations de transfert.

Principes de l’expérimentation

49L’expérimentation a consisté à introduire des modifications dans l’activité de taille de l’artisan en faisant varier le degré de familiarité de l’environnement immédiat du tailleur, c’est-à-dire en jouant sur le matériau à tailler (nature de la matière première) et sur le but à atteindre (dimension de la perle).

  • 7 La calcédoine fait un peu plus de 7 sur l’échelle de Mohs (échelle de dureté), tandis que le verre (...)

50Le principe de l’expérimentation est résumé au tableau 1. Les artisans devaient tailler des perles de forme habituelle sur un matériau habituel (calcédoine) et inhabituel (le verre) ou des perles de forme inhabituelles sur un matériau habituel et inhabituel. Dans chacune des situations, nous avons fait varier les dimensions de la pièce à réaliser, ce qui correspond à des niveaux de difficulté distincts. A type égal, les grandes perles sont toujours plus difficiles à faire, le détachement d’éclats allongés, nécessaire à l’obtention des grandes perles, demandant plus d’habileté que le détachement d’éclats courts. Nous avons choisi comme matériau inhabituel le verre. Il présente l’avantage d’être homogène et moins dur que la pierre7 tout en répondant, à la taille, à des principes mécaniques identiques à ceux de la calcédoine, à savoir le détachement par fracturation conchoïdale. Nous avions donc fait fabriquer en France des parallélépipèdes de verre de couleur proche de celle de la calcédoine, de manière à disposer d’ébauches aux caractéristiques géométriques rigoureusement identiques et totalement homogènes.

TABLEAU 1. Résumé des situations expérimentales. – Summary of the experimental situations.

TABLEAU 1. Résumé des situations expérimentales. – Summary of the experimental situations.

Sujets

51Nous avons travaillé avec 12 artisans répartis de manière égale selon deux niveaux de compétence :

  1. Un niveau supérieur, le groupe 1. Les artisans ont en moyenne 44 ans. Ils taillent depuis l’âge de 10 ans à raison de 8 heures par jour, 10 mois par an. Ils ont suivi un apprentissage traditionnel d’une dizaine d’années et produisent quotidiennement des perles de qualité supérieure caractérisées, en particulier, par des formes parfaitement régulières et des enlèvements fins. Ils sont plus ou moins spécialisés dans la production d’un type de perle. Au moment de l’expérimentation, les spécialisations étaient les suivantes :

    • 8 Les types de perle sont décrits dans le chapitre 1 et illustrés dans le rabat de la troisième de co (...)

    Ab est spécialisé dans la production de loī8 ;

  • Ha et In sont spécialisés dans la productions de bān, dabkā et aṇḍā ;

  • Ra est spécialisé dans la production de āṭh pahal ;

  • Hu et Rn sont spécialisés dans la production de pièces de formes variées.

  1. Un niveau inférieur, le groupe 2. Les artisans, As, De, Hk, Na, Sa et Su, ont en moyenne 28 ans. Ils taillent depuis l’âge de 10 ans à raison de 8 heures par jour, 10 mois par an. Ils ont suivi un apprentissage de 2 à 3 ans et produisent quotidiennement des perles de qualité inférieure, caractérisées par des formes irrégulières et des enlèvements grossiers. Ils fabriquent généralement des giloā, dabkā, loī, modan de petites dimensions. Toutefois, une exception est à noter, Su, qui ces dernières années a travaillé dans un atelier tendant à une meilleure qualité de production et qui se réclame de compétence supérieure à celle des autres artisans du groupe 2.

Protocole

52L’expérimentation s’est déroulée dans un atelier où ne travaillait qu’un seul artisan de manière permanente. Cette situation avait l’avantage d’offrir des conditions optimales (peu de bruit et de passage) tout en gardant l’organisation habituelle d’un atelier.

53Les artisans devaient tailler au total 80 perles. La consigne était de faire des perles de qualité supérieure, selon leur rythme. Dans ce but, les artisans étaient payés à la journée. En général, l’expérimentation prenait, par artisan, entre une journée et une journée et demie. La taille se faisait tout d’abord sur le verre, puis sur la pierre (fig. 3). Pour chaque catégorie de matériau, l’ordre était le suivant :

  • 10 perles de forme sphérique, dabkā, forme habituelle. L’ébauche en pierre et en verre est un cube de 2,5 cm de côté.

    • 9 Nous n’avons pu obtenir des ébauches en verre et en pierre de mêmes dimensions. Les ébauches en pie (...)

    10 petites perles en forme d’un ellipsoïde bitronqué, loī, forme habituelle. L’ébauche en verre est un parallélépipède de 5 cm de long et 2 cm de largeur ; l’ébauche en pierre est de 3 à 4 cm de long et de 1,5 à 2 cm de largeur9.

  • 10 grandes perles de la forme d’un ellipsoïde bitronqué, loī, forme habituelle. Les ébauches en verre et en pierre sont des parallélépipèdes de 7 cm de long et 2 cm de largeur.

54Au départ, l’idée était de faire tailler des perles cylindriques, gol modan. Toutefois, très rapidement, il est apparu que les artisans avaient comme représentation imagée des gol modan une forme sub-ellipsoïdale qui se rapprochait plus de loī, se distinguant de celle-ci par une courbure moins forte. Afin d’être sûrs que la consigne était comprise de la même manière par tout le monde, nous avons fini par montrer des pièces fabriquées par un artisan du groupe 1, Ab, et dont la forme correspondait à un ellipsoïde. La consigne était de faire des pièces de même forme.

FIG. 3. Les ébauches parallélépipédiques sont transformées en ellipsoïdes bitronquées à section circulaire, en ellipsoïdes bitronquées à section carrée et en sphéroïdes ; a) matériau : pierre, b) matériau : verre. Éch. = 0,4. – The parallelepipedal roughouts are transformed into bi-truncated ellipsoids with a circular section, bi-truncated ellipsoids with a square section, and spheroids ; a) material : stone ; b) material : glass. Scale = 0,4

55– 10 perles qui ont la forme d’un prisme bombé à six faces, kandora, forme inhabituelle taillée à Cambay il y a plus de 50 ans. L’ébauche en verre est un parallélépipède de 5 cm de long et de 2 cm de large ; l’ébauche en pierre est de 3 à 4 cm de long et de 1,5 à 2 cm de large. Avant le début de l’expérimentation, un exemplaire de kandora était montré aux artisans afin d’être sûr qu’ils se représentent la forme désignée par le mot kandora.

Méthodes d’enregistrement des données

56Pour travailler sur les caractéristiques de l’action selon les trois niveaux retenus (voir plus haut « habileté motrice » et « apprentissage »), il s’agissait d’utiliser des techniques d’enregistrement spécifiques à chacun de ces niveaux. L’analyse du cours d’action implique un enregistrement en continu du comportement de l’artisan durant la totalité des séquences de taille. De même, l’analyse de l’action élémentaire requiert des informations sur les caractéristiques fonctionnelles du mouvement (force ou accélération du marteau).

57En conséquence, l’ensemble du processus de fabrication de chaque perle a été enregistré de manière à pouvoir analyser la succession des actions réalisées ainsi que les caractéristiques des mouvements élémentaires et de leur enchaînement (fig. 4) à partir de deux modes d’enregistrement :

  • un enregistrement vidéo (50 images par seconde) ; la caméra était située dans l’axe du mouvement et la totalité du cours d’action ainsi enregistrée ;

  • un enregistrement à l’aide d’un accéléromètre uniaxial fixé sur la tête du maillet et relié à un ordinateur, ce qui a permis d’enregistrer en continu l’accélération du maillet.

  • 10 L’accéléromètre fabriqué par la firme entran possède les caractéristiques suivantes : range, + ou - (...)

58L’accéléromètre a été conçu spécialement pour la gamme d’accélérations que l’on pouvait obtenir lors de l’utilisation d’un marteau10. Il était connecté à un ordinateur portable Toshiba 600 par l’intermédiaire d’un convertisseur analogique-digital. La fréquence d’échantillonnage était de 200 Hz. On obtient ainsi l’accélération de la tête du marteau selon son axe de progression. Les logiciels d’enregistrement des données ont été réalisés par Gilles Dietrich.

59A l’issue de ces enregistrements, nous obtenons trois catégories de données : les produits finis (les perles), l’enchaînement des séquences d’action, les mouvements élémentaires et leurs enchaînements.

Fig. 4. Méthodes d’enregistrement des données. Une caméra est située dans l’axe du mouvement, tandis qu’un accéléromètre uniaxial fixé sur la tête du maillet est relié à un ordinateur. – Methods of data recording. A camera is situated in the axis of movement at the same time as an uniaxial accelerometer attached to the head of the mallet is linked to a computer

Procédure d’analyse

60La procédure d’analyse va porter d’une part sur les produits finis, d’autre part sur l’action. Dans le premier cas, elle ne concerne que les petites et grandes loī ; dans le second cas et dans le cadre de l’analyse du geste élémentaire, elle prend également en compte les dabkā. Sur chaque série de 10 perles, seules les 8 dernières perles sont analysées ; les 2 premières sont considérées comme des essais qui permettent à l’artisan de se familiariser avec la consigne.

Les produits finis

61Les produits finis sont analysés à partir d’une modélisation qui mesure des différences qualitatives, perceptibles lors d’une observation simple, à l’œil nu.

62Ces différences qualitatives s’expriment selon deux catégories de critères qui correspondent à l’évaluation de la pièce par le tailleur, d’une part, et par l’abraseur, d’autre part. Les critères du tailleur portent sur la forme finale (symétrie, régularité du produit fini) et sur l’économie de matière première. Les critères de l’abraseur sont conditionnés par les erreurs qu’il devra rattraper à l’abrasion, à savoir les aspérités et les creux. Les creux représentent l’erreur la plus dramatique car leur éviction implique la rectification du profil même de la perle et donc l’abrasion d’une part importante de matière première.

63Afin de rendre objectifs ces critères qualitatifs, l’une des possibilités est de comparer chaque perle produite à une forme géométrique idéale. En théorie, celle-ci présente, en profil, une courbure régulière simple de type ellipsoïde ainsi qu’une symétrie axiale (grand et petit axe). La longueur est maximale par rapport à celle de l’ébauche initiale. Les aspérités et les creux sont quantifiables par rapport au contour idéal préalablement établi. Reste la question du calcul de cette forme idéale, ou forme de référence, permettant une détermination des indices. En raison de l’impossibilité de travailler sur des volumes, la forme théorique sera calculée sur des sections longitudinales de la pierre (8 en tout, voir annexe 1) afin d’envisager deux possibilités de calcul :

  1. La forme idéale est déterminée en fonction des dimensions de l’ébauche de départ.

  2. La forme idéale est systématiquement recalculée en fonction de la préforme examinée. Une face de chaque préforme est utilisée comme référence.

64La forme théorique permet de prendre en compte ces deux possibilités car la topologie de la forme idéale est identique dans les deux situations. Seules les adaptations géométriques sont modifiées en fonction des deux cas envisagés.

65Le principe de la mesure des pièces taillées est donné en annexe.

66Pour évaluer si une pièce est réussie au regard des critères d’un tailleur et d’un abraseur, trois catégories d’indices sont prises en compte : des indices morphologiques, techniques et techno-économiques (économie de la matière première) (fig. 5).

FIG. 5. Modélisation d’une pierre. Les différentes parties grisées correspondent à des manques de matière a), à un surplus de matière b) ou à la pierre elle-même c). Pour calculer les différents indices, la pierre a été divisée en quatre parties. – Modelling of a stone. The different shaded areas correspond to a lack of material a), to a surplus of material b) or to the stone itself c). To calculate the different indices, the stone was divided into four parts

Indices morphologiques

67Les indices morphologiques, ou indices de forme, rendent compte de la géométrie de la pièce en calculant la symétrie et la sphéricité des formes obtenues. Ils font référence à une face à partir d’une projection de la forme 3D sur un plan 2D.

68Ils comprennent :

  • des indices de symétrie transversale et longitudinale. Ces indices sont calculés à partir d’une division de la pierre en quatre parties (voir fig. 5) ;

    • 11 Sur une préforme parfaitement sphérique, il est bien évident que l’on ne peut plus distinguer entre (...)

    des indices de sphéricité. Deux indices de sphéricité ont été calculés, faisant référence à la forme 3D, dans le but de déterminer la régularité de la préforme en 3D. En effet, pour un ellipsoïde bitronqué parfait (forme théorique de référence), les 8 faces correspondant aux 8 projections sont parfaitement identiques. Ainsi, le rapport des surfaces des différentes faces doit toujours être égal à 1. Pour une préforme nous avons calculé le rapport des surfaces des faces impaires (1,3, 5, 7) avec les faces paires (2, 4, 6, 8). Les faces appelées « paires » sont les faces qui correspondent aux quatre faces initiales de l’ébauche parallélépipédique, les faces appelées « impaires » correspondent, elles, aux quatre arêtes11. Nous avons également calculé le rapport des largeurs de ces mêmes faces afin d’évaluer la sphéricité de la forme globale et du diamètre maximum.

Indices techniques

69La régularité des formes obtenues peut être évaluée, d’un point de vue technique, par trois indices :

  • Surface des « creux ». Elle correspond à la surface manquante par rapport au contour idéal (fig. 5).

  • Surface des « aspérités ». Elle correspond à la surface « en trop » par rapport au contour idéal (fig. 5).

  • Dérivée du contour de la forme (formule donnée en annexe). La valeur maximale de la dérivée (positive) correspond à l’apparition d’une aspérité. La valeur minimale (négative) correspond à l’apparition d’un creux. Ces valeurs maximales et minimales seront d’autant plus importantes que la pente de l’aspérité ou du creux est forte. De ce point de vue, elles sont des indices pertinents au regard des exigences d’un abraseur, pour lequel ce n’est pas le nombre de creux ou d’aspérités qui pose problème, mais leurs morphologies.

Indices techno-économiques (économie de la matière première)

70Pour évaluer les préformes en termes d’économie de la matière première, la longueur, la largeur et la surface des préformes sont prises en considération. Leurs valeurs sont examinées au regard des dimensions des ébauches initiales (fig. 5).

71Au total, 11 indices permettent d’évaluer la qualité des produits finis obtenus au cours de l’expérimentation. Le tableau suivant récapitule l’ensemble des indices utilisés :

Indices morphologiques
4

Symétrie transversale et longitudinale, sphéricité de la pièce calculée à partir des surfaces et des largeurs des différentes faces

Indices techniques
4

Valeurs minimales et maximales de la dérivée, surface des creux, surface des aspérités

Indices techno-économiques
3

Surface de la préforme, largeur et longueur

L’action

72L’action est analysée selon les trois niveaux définis par J.-F. Richard : le cours d’action, le geste élémentaire, l’enchaînement des gestes élémentaires.

Le cours d’action

73Le déroulement des séquences de taille a été noté en termes de succession des opérations et de leur distribution temporelle. Il a été décrit et codé à partir des films vidéo, puis traité à partir du logiciel Kronos ; ce logiciel permet une analyse dans le temps de la succession des actions qui sont ainsi retranscrites en séquences sous forme de diagrammes (fig. 6) (description de Kronos en annexe).

FIG. 6. Diagramme représentant le déroulement de la séquence de taille dans le temps. Les parties tramées représentent les deux sommets à partir desquels sont effectuées les opérations. La trame pointillée correspond au sommet 1, la trame hachurée au sommet 2. L’absence de trame s’applique aux opérations de régularisation et de finition. La partie supérieure du diagramme indique l’ordre successif de flutage des crêtes pour chaque sommet (crêtes 1, 2, 3, 4). La partie inférieure retranscrit le déroulement des opérations. Celles-ci sont notées par un trait dont la longueur est proportionnelle à la durée. La succession des opérations est linéaire et suit l’échelle de temps indiquée sur l’axe des abscisses (en minutes). Abréviations utilisées : ca=régularisation, prép=préparation des extrémités, fl–=flutage raté, fl+=flutage réussi, e/axe=enlèvement en axe, rc=réduction de crêtes par enlèvements tansversaux, fi=finition des extrémités. – Diagram representing the course of the knapping sequence in time. The shaded-line areas represent the two summits from which the operations are performed. The dotted area corresponds to summit 1, the hatched area to summit 2. The non-shaded area corresponds to regularization and finishing operations. The upper part of the diagram indicates the successive order of the fluting of the crest for each summit (crests 1, 2, 3, 4,). The lower part reiterates the course of operations. These are noted by a line whose length is proportional to the duration. The succession of operations is linear and follows the scale of time indicated along the x axis. Abbreviations : ca=smoothing, prep=preparation of extremities, fl–=failed fluting, fl+=successful fluting, e/axe=removal in axis, rc=reduction of crests by transversal removals, fi=finishing of extremities

74Le plan d’action et sa structure temporelle sont analysés en fonction de trois paramètres : le matériau (pierre, verre), les dimensions de la perle (petite, grande), le niveau de compétence (groupe 1, groupe 2).

75Le plan d’action est analysé d’après les stratégies suivies par les artisans (quatre stratégies possibles), les variations au sein de chaque stratégie, le nombre de ces variations au cours de la taille d’une série de perles de même type et enfin d’après les fautes techniques.

76Dans l’absolu, la méthode qui permet de passer d’une section parallélépipédique à une section sub-sphérique peut être mise en œuvre selon quatre stratégies (fig. 7).

  • La stratégie 1 consiste, une fois les crêtes régularisées, à enlever (« fluter ») la moitié des 4 crêtes à partir du premier sommet, puis la moitié restante à partir de l’autre sommet.

  • La stratégie 2 consiste, une fois les crêtes régularisées, à enlever les deux moitiés de chaque crête à partir, successivement, des deux sommets, ce qui conduit à 8 alternances de sommets au lieu de 2 dans la première stratégie.

77L’avantage de cette stratégie sur la première serait le contrôle plus immédiat et renforcé du « flutage » de la crête sur toute sa longueur. Dans tous les cas, elle ne dépend pas de la réussite des flutages et ne correspond pas, de ce point de vue, à un changement de sommet suite à un flutage raté.

  • La stratégie 3 consiste, immédiatement après la régularisation d’une crête, à en fluter la moitié à partir du premier sommet. Le flutage est complété à partir du second sommet une fois la régularisation des 4 crêtes achevée.

  • La stratégie 4 consiste, immédiatement après la régularisation d’une crête, à en fluter les deux moitiés à partir successivement des deux sommets.

78Les stratégies 1 et 3 et les stratégies 2 et 4 sont de même type, ne se différenciant que par le moment où la régularisation des crêtes est effectuée.

79Chaque stratégie peut donner naissance à de nombreuses variations autour du principe de base la définissant. Ces variations sont des séquences basées principalement sur la succession des préparations de plan de frappe et de flutage. Soit les plans de frappe sont préparés au fur et à mesure des flutages, soit ils sont préparés en série, suivie par un flutage également en série de la moitié des 4 crêtes. La variabilité des séquences est également due au nombre de crêtes flutées à partir de chaque sommet avant l’alternance de sommet. Quant aux fautes, elles consistent essentiellement en des enlèvements en axe ou des flutages sans préparation préalable des extrémités et en des réductions de crêtes résiduelles avant la fin du flutage de la crête sur toute sa longueur.

FIG. 7. Les différentes stratégies possibles : a) stratégies de taille 1 et 2 caractérisées par l’ordre de succession des flutages répartis entre les deux sommets de la perle ; b) stratégies de taille 3 et 4 caractérisées par une alternance récurrente entre les opérations de régularisation et de flutage. – The différent possible strategies : a) knapping strategies 1 and 2, characterized by the successive order of flutings distributed between the two summits of the bead ; b) knapping strategies 3 and 4, characterized by a recurrent alternation between smoothing and fluting operations

80La structure temporelle du plan d’action est analysée, pour le groupe 1 et 2, selon plusieurs indices qui doivent permettre de mesurer les différences inter-et intra-individuelles au sein des groupes 1 et 2. Au total, 7 indices ont été retenus :

  • la durée totale de la séquence de taille ;

  • la durée de l’opération de régularisation ;

  • la durée de l’opération de finition ;

  • la durée partielle de la séquence de taille : elle correspond à la durée totale de la séquence de taille moins la durée de régularisation et de finition. Cette durée doit permettre d’éliminer les variations liées soit à la pratique de la régularisation, soit à la perception idiosyncrasique de la finition : pour certains, cette dernière opération permet d’achever la forme finale ; pour d’autres, elle est affaire de touche finale à un travail déjà achevé ; pour d’autres encore, elle est négligeable ;

  • le nombre partiel d’opérations : il correspond au nombre total d’opérations moins les opérations de régularisation et de finition ;

  • la fréquence des opérations : il s’agit du nombre partiel d’opérations divisé par la durée partielle de la séquence de taille ;

  • le nombre de flutages ratés : un flutage raté ne se solde par aucun détachement de crête. Ce nombre s’inscrit dans la structure temporelle de l’action car il intervient directement sur la durée de la séquence.

81Les variations inter-individuelles ont été calculées à partir d’une analyse de variance (anova).

82Les variations intra-individuelles ont été calculées en fonction des coefficients de variation. Ce paramètre statistique exprime une variation relative calculée à partir de l’écart-type (écart-type sur moyenne), ce qui permet de comparer les différents écarts-types entre eux. Ils sont calculés, en l’occurrence, sur un échantillon très faible (8 exemplaires d’un type de perle par artisan). Par conséquent, ils ne pourront avoir de valeur générale pour indiquer les variations absolues auxquelles on pourrait s’attendre en fonction du niveau de compétence. En revanche, ce sont de bons indices pour analyser les variations intra-individuelles observables chez les artisans des groupes 1 et 2.

83La comparaison des séquences entre les groupes 1 et 2 est d’autant plus recevable que ces dernières se sont déroulées, en partie, sur un matériau parfaitement homogène, le verre. Pour ce cas-là, on ne pourra invoquer des différences qui seraient liées à la nature variable de la roche.

Les gestes élémentaires et leur enchaînement

84Les enregistrements de l’accéléromètre donnent une image fidèle de la composante linéaire de l’accélération de la tête du marteau au cours de la succession des gestes élémentaires effectués lors de la taille de chaque perle. L’intérêt de ce paramètre est de donner d’une part un résumé en continu de la résultante de l’activité motrice du tailleur, et d’autre part une information fonctionnelle, la force déployée étant proportionnelle à l’accélération. En effet ce qui est important dans l’activité du tailleur n’est pas le mouvement proprement dit de sa main ou de son bras, mais ce qui en résulte au niveau de la tête du marteau. Un mouvement approprié doit permettre à celui-ci de produire un choc fonctionnel sur la pierre dont résultera un éclat aux caractéristiques particulières.

Le mouvement élémentaire

85Une séquence de taille comprenant entre 200 et 500 mouvements de percussion, il est tout à fait impensable d’en analyser toutes les occurrences. En outre, malgré la standardisation de la situation de départ (ébauche de même dimension), très vite la tâche de chaque tailleur devient de plus en plus spécifique, ce qui rend toute comparaison impossible. En conséquence, il fallait pouvoir analyser une action qui recouvrait dans tous les cas une même réalité. Nous avons donc choisi d’étudier en détail, pour chaque perle taillée, les 4 premiers flutages (enlèvement des crêtes des pièces parallélépipédiques) réussis, c’est-à-dire 32 flutages pour chaque type de perle (4 flutages × 8 perles), et ceci pour chaque artisan (fig. 8 a).

86Le repérage des flutages dans la séquence de percussion a pu être réalisé de manière assez aisée à partir de l’analyse des séquences d’opérations effectuées sur les données vidéo. Les valeurs de trois paramètres ont été calculées pour chaque flutage (fig. 8b) : la durée du mouvement, l’amplitude maximale de l’accélération du marteau avant le moment de percussion. Cette dernière correspond au glissement du marteau sur la pierre, lorsqu’il apparaît, après la percussion.

FIG. 8. Exemples d’un enregistrement accélérométrique correspondant à la taille d’une petite perle par un artisan du groupe 2. – Examples of an accelerometric recording corresponding to the knapping of a small bead by an artisan of group 2

L’enchaînement des séquences

87Les caractéristiques temporelles de l’enchaînement des gestes élémentaires en séquences d’action (relatives au niveau 2 de l’action défini plus haut) sont étudiées à partir de deux types d’analyse, l’analyse spectrale de séquences de 50 secondes de taille, et l’analyse harmonique de ces mêmes séquences.

88Les séquences de 50 secondes retenues contenaient obligatoirement les 4 premiers flutages réalisés sur chaque ébauche. Cette séquence a été choisie pour deux raisons. La première relève des mêmes arguments qui ont présidé au choix des mouvements élémentaires. Les 50 secondes de taille incluant les 4 premiers flutages correspondent à la partie de la tâche qui est la plus similaire pour l’ensemble des sujets. Par ailleurs, afin d’analyser la manière dont les artisans maîtrisent les variations inhérentes à la tâche (la taille des éclats à enlever peut varier constamment, nécessitant donc une adaptation permanente), la séquence choisie offre au tailleur tout un éventail d’actions élémentaires.

89L’analyse spectrale donne des informations sur les caractéristiques de fréquence et de périodicité du signal. Dans le cas de la taille de perles, elle fournit les fréquences de frappe privilégiées utilisées par les tailleurs. Les pics de fréquence informent sur l’éventail des fréquences de frappe utilisées.

90La structure de la dynamique de l’enchaînement des coups de marteau est étudiée à partir de l’analyse harmonique des mêmes séquences. L’idée essentielle sur laquelle est basée cette analyse consiste à appréhender la dynamique d’une activité complexe comme un processus émergent dont les manifestations macroscopiques (le comportement moteur) se stabilisent dans un mode associé à une dépense énergétique minimale (Cordier, Dietrich & Pailhous, 1996). Le modèle harmonique est tout particulièrement intéressant dans le cas de mouvements complexes car on peut montrer que, parmi les différents régimes dynamiques, ce modèle est celui qui minimise l’énergie.

91Le principe de l’analyse proposée ici est relativement simple. La séquence de mouvement du tailleur, qui constitue un mouvement rythmique, est décomposée en une série de Fourier, idée qui n’est pas nouvelle puisque l’analyse des mouvements rythmiques en tant que série de Fourier avait déjà été évoquée par Bernstein (1967) lorsqu’il suggérait : « The course of rythmical live movements may be represented in the form of rapidly converging trigonometric series. »

FIG. 9. Définition du modèle harmonique (cf. annexe 4). Superposition du signal accélérométrique et du signal reconstruit avec 300 harmoniques. Les flèches en trait plein indiquent une différence entre les valeurs du signal d’origine (accéléromètre) et la courbe reconstruite à partir du modèle harmonique, les flèches en traits discontinus indiquent une distance nulle entre les deux courbes. – Definition of a harmonic model (see Annex 4). Superimposition of the accelerometric signal, and the signal reconstructed with 300 harmonics. The solid-line arrows indicate a difference between the values of the original sequence (accelerometer) and the curve reconstructed from the harmonic model ; the dashed-line arrows indicate a null distance between the two curves

92Un modèle harmonique est alors reconstruit à partir d’un nombre limité de paramètres (coefficients de Fourier) (Capozzo et al., 1975 ; Cordier et al., 1996). La procédure mathématique associée est décrite en annexe. Pour apprécier le degré de cohérence du modèle, on utilise une représentation de l’écart entre la source expérimentale (ici la séquence de taille de 50 secondes) et son modèle en fonction du nombre d’harmoniques utilisées (ici 300 harmoniques). Deux indices sont calculés, l’écart-type en fonction du nombre d’harmoniques utilisées, et l’écart moyen au modèle pour un nombre n d’harmoniques, ici 300. Ces indices permettent d’évaluer l’adéquation entre le modèle proposé et le comportement moteur effectivement enregistré.

Résultats

Les produits finis

93Les résultats portent sur un seul type de modélisation. En effet, la première hypothèse envisagée, à savoir que la forme idéale est déterminée simplement par les dimensions de l’ébauche, s’est révélée inappropriée pour analyser les préformes en pierre. Dans ce cas-là, le matériau (calcédoine) est hétérogène et l’artisan doit s’adapter aux différentes contraintes de la matière. Les dimensions finales de la préforme peuvent être alors très différentes de celles de l’ébauche, sans pour autant que ces différences relèvent d’un problème de compétence de l’artisan.

94Les données traitées ici sont rapportées à une forme idéale qui est systématiquement recalculée en fonction de la face de référence de la préforme examinée. Les détails des résultats sont donnés sous forme de tableaux en annexe.

Les productions des groupes 1 et 2 se distinguent-elles ?

95A l’œil nu, les productions des deux groupes se distinguent très nettement (fig. 10). Toutefois, nous avions pris le parti de quantifier notre perception qualitative afin de l’objectiver (fig. 11 ; annexe 2 : tabl. 1 à 9). Cette tâche s’est révélée extrêmement complexe car l’œil prend en compte un nombre considérable d’indices qu’il n’est pas toujours facile d’isoler.

Indices morphologiques

96Les indices de sphéricité de surface et de largeur distinguent significativement les pièces des groupes 1 et 2 (p < 0,001). Les pièces du groupe 1 sont, dans tous les cas, les plus sphériques, présentant des valeurs supérieures à celles des pièces du groupe 2 (fig. 12 ; la valeur 1 correspond à une forme parfaitement sphérique).

97L’indice de symétrie longitudinale (fig. 13) distingue significativement les groupes 1 et 2 pour l’ensemble des pièces (p < 0,01 pour les pièces en pierre et les grandes pièces en verre, p < 0,05 pour les petites pièces en verre). Les grandes pièces en pierre et les petites pièces en verre du groupe 1 sont moins symétriques que les pièces du groupe 2, tan dis que les grandes pièces en verre et les petites pièces en pierre présentent des valeurs qui sont en fait équivalentes dans les deux groupes.

10. a) Pièces en pierre taillées par un artisan du groupe 1, In (rangée supérieure), et par un artisan du groupe 2, De (rangée inférieure) ; b) pièces en verre taillées par un artisan du groupe 1, In (rangée supérieure), et par un artisan du groupe 2, De (rangée inférieure). Éch. = 0,4. – a) Stone pieces knapped by a craftsman of group 1 (In) (top row), and by a craftsman of group 2 (De) (bottom row) ; b) glass pieces knapped by a craftsman of group 1 (In) (top row), and by a craftsman of group 2 (De) (bottom row). Scale = 0,4

FIG. 11. Exemples de modélisation des perles expérimentales produites par des artisans des groupes 1 et 2. – Examples of modelling of experimental beads produced by craftsmen of groups 1 and 2

98L’indice de symétrie transversale (fig. 13) ne distingue pas les pièces des groupes 1 et 2, à l’exception des grandes pièces en verre (p < 0,01). Les pièces du groupe 1 présentent des valeurs plus faibles que celles des pièces du groupe 2.

Indices techniques

99Quel que soit le type de pièce (grande, petite) ou de matériau (verre, pierre), les valeurs de la dérivée (fig. 14) distinguent significativement les deux groupes d’artisans (p < 0,001). Le groupe 2 présente les plus fortes valeurs, c’est-à-dire les pièces aux contours les plus irréguliers, ou encore celles dont les aspérités et les creux présentent les pentes les plus fortes. Il faut noter, cependant, que chez tous les artisans, du groupe 1 comme du groupe 2, les valeurs de la dérivée sont supérieures pour le verre, les valeurs les plus grandes se rapportant aux grandes pièces.

100La surface des aspérités (fig. 15) distingue les deux groupes sur l’ensemble des pièces (p < 0,05 pour les grandes pièces en pierre, p < 0,001 pour les pièces en verre), excepté sur les petites pièces en pierre. Le groupe 1 présente moins d’aspérités que le groupe 2 pour les pièces en verre, mais plus que le groupe 2 pour les grandes pièces en pierre. Précisons ici que les artisans du groupe 2, dans la plupart des cas, n’ont que très peu entamé l’ébauche des pièces en verre, contrairement aux artisans du groupe 1. Par rapport à un ellipsoïde idéal, la pièce finale, qui est restée proche du parallélépipède d’origine, est donc « toute en aspérités » et très peu en creux.

101La surface des creux (fig. 15) distingue les deux groupes sur les pièces en verre seulement (p < 0,05 pour les grandes pièces, p < 0,001 pour les petites pièces). Le groupe 1 présente plus de creux que le groupe 2. En fait, certains artisans du groupe 1 ont réalisé des perles de forme répondant plus à un cylindre qu’à un ellipsoïde. Il s’ensuit des formes dont le contour est éloigné du contour idéal sans pour autant que ces formes présentent des fautes techniques au sens où l’entendrait un abraseur. L’importante surface de creux des pièces du groupe 1 est due, en l’occurrence, à l’image idiosyncrasique de la perle à tailler.

102De ce point de vue, les indices de surface des aspérités et de creux sont moins satisfaisants que l’indice de la dérivée qui prend en compte la morphologie des creux et des aspérités.

FIG. 12. Moyennes et écarts-types des indices de sphéricité (surface et largeur) selon le groupe d’artisans et les dimensions des pièces en verre et en pierre. – Averages and standard deviations of sphericity indices (surface and width) by group of craftsmen and dimensions of glass and stone pieces

FIG. 13. Moyennes et écarts-types des indices de symétrie (transversale et longitudinale) selon le groupe d’artisans et les dimensions des pièces en verre et en pierre. – Averages and standard deviations of indices of symmetry (transversal and longitudinal) by group of craftsmen and dimensions of glass and stone pieces

FIG. 14. Moyennes et écarts-types des valeurs de la dérivée du contour (minimum et maximum) selon le groupe d’artisans et les dimensions des pièces en verre et en pierre. – Averages and standard deviations of the derivative with the contour (minimum and maximum) by group of craftsmen and dimensions of glass and stone pieces

FIG. 15. Moyennes et écarts-types des surfaces d’aspérités et de creux selon le groupe d’artisans et les dimensions des pièces en verre et en pierre. – Averages and standard deviations of surfaces with asperities or hollows by group of craftsmen and dimensions of glass and stones pieces

Indices techno-économiques

103Les longueurs (fig. 16) distinguent significativement les pièces des groupes 1 et 2 (p < 0,001). Dans tous les cas, les pièces du groupe 1 sont les plus longues.

104Les largeurs (fig. 16) distinguent significativement les pièces des groupes 1 et 2 (p < 0,001), à l’exception des grandes pièces en pierre. Les pièces du groupe 1 sont moins larges que les pièces du groupe 2, ce qui rend compte d’une meilleure sphéricité.

105Les surfaces distinguent significativement les pièces des groupes 1 et 2 (p < 0,001 pour l’ensemble des pièces, p < 0,05 pour les grandes pièces en verre). Les surfaces des pièces du groupe 1 sont supérieures aux surfaces des pièces du groupe 2, indiquant une exploitation maximale de l’ébauche, et ceci bien que les artisans du groupe 2 aient à peine entamé l’ébauche des pièces en verre, contrairement aux artisans du groupe 1.

Le groupe 1 réalise-t-il un meilleur transfert que le groupe 2 ?

106L’hypothèse est que le groupe 1, composé d’artisans de haut niveau, devrait mieux être à même que le groupe 2 de transférer son habileté à une situation nouvelle, le verre.

107Nos résultats montrent que les artisans du groupe 1 n’ont pas de mal à transformer les parallélépipèdes en verre en des ellipsoïdes bitronqués. Toutefois, il faut noter qu’ils ont tendance à réduire plus fortement l’ébauche en verre que celle en pierre : les surfaces et longueurs des grandes préformes en verre sont, en moyenne, moins importantes que celles des préformes en pierre. En outre, les valeurs de la dérivée de ces mêmes pièces sont supérieures à celles calculées pour les grandes perles en pierre. Si donc, les artisans du groupe 1 ont produit des préformes ellipsoïdes en verre, on note, toutefois, une moindre qualité par rapport à la pierre.

108Par rapport au groupe 1, le groupe 2 offre des résultats beaucoup plus contrastés entre les productions en verre et en pierre. En fait, ils ont du mal à tailler petites et grandes perles en verre : comparativement aux perles en pierre, les ébauches en verre sont peu transformées, conservant une surface importante, ce que marquent à la fois les surfaces, les longueurs et les surfaces d’aspérités. Par ailleurs, les valeurs de la dérivée passent, de la pierre au verre, plus que du simple au double.

FIG. 16. Moyennes et écarts-types des largeurs et longueurs selon le groupe d’artisans et les dimensions des pièces en verre et en pierre. – Averages and standard deviations of lengths and widths by group of craftsmen and dimensions of glass and stone pieces

Quelle variabilité pour quel niveau de compétence ?

Variabilité inter-individuelle

109D’après les écarts-types relatifs aux productions des groupes 1 et 2 (annexe 2 : tabl. 2 à 9), les variabilités inter-individuelles apparaissent plus fortes au sein du groupe 2 qu’au sein du groupe 1. Cela est vrai pour la largeur, la longueur et les valeurs de la dérivée sur l’ensemble des pièces. Il en est de même pour les aspérités et les creux, dans le cas des grandes pièces et les petites pièces en pierre. Pour l’indice de surface, cela est vrai pour les grandes pièces. En revanche pour l’indice de symétrie transversale, c’est le groupe 1 qui présente, le plus souvent, les écarts-types aux valeurs les plus élevées (sauf pour les petites perles en pierre). De même, pour les indices de sphéricité. L’indice de symétrie longitudinale présente des écarts-types plus élevés dans le groupe 1 pour les grandes pièces en pierre seulement.

Le groupe 1

110Au sein du groupe 1, la variabilité inter-individuelle est loin d’être négligeable. Sur les grandes et petites perles en verre, l’ensemble des différents indices techniques, morphologiques (excepté l’indice sphéricité des surfaces) et techno-économiques distinguent significativement les artisans entre eux (p < 0,001 pour l’ensemble des indices, p < 0,01 pour l’indice de sphéricité des largeurs). La variabilité inter-individuelle, ou encore la différence entre les valeurs accordées à chaque production, s’exprime différemment selon chaque indice, au sein d’une même catégorie d’indices (ainsi au sein des indices techniques) ou entre catégories (entre indices techniques et techno-économiques). Ainsi, pour les grandes pièces, les valeurs de la dérivée, indice technique particulièrement pertinent, ordonnent les artisans par ordre croissant comme suit (du plus grand nombre de fautes au moins grand nombre) : Ra, Hu, Ha, In, Ab, Rn, tandis que la surface ordonne les artisans comme suit (de la moins grande transformation de l’ébauche à la plus grande) : Rn, Hu, Ra, In, Ha, Ab.

111Pour les grandes et petites pièces en pierre, les indices techniques et techno-économiques distinguent significativement les artisans entre eux (p < 0,001). En revanche, les indices morphologiques (sphéricité et symétrie transversale) ne distinguent pas les artisans entre eux, à l’exception de la symétrie longitudinale (p < 0,001) sur les grandes pièces. Les variabilités inter-individuelles placent les artisans en position différente selon les indices.

112L’ordonnance des artisans selon l’indice, quel que soit le type de perle (petite, grande) ou de matériau (pierre, verre), peut varier ainsi de manière très contrastée pour l’ensemble des artisans et il serait difficile, à partir des produits finis et de l’analyse que l’on en a faite, de classer les artisans par ordre de « compétence ».

Le groupe 2

113Sur les grandes perles en verre, l’ensemble des indices techniques, techno-économiques et morphologiques distinguent les artisans entre eux (p < 0,001), à l’exception de la symétrie transversale. Pour les petites perles en verre, l’ensemble de ces indices distinguent les productions entre elles (p < 0,001), à l’exception de la surface des creux.

114Pour les grandes et petites perles en pierre, l’ensemble des indices distinguent les artisans entre eux (p < 0,001).

115Que ce soit sur le verre ou sur la pierre, la variabilité inter-individuelle présente des régularités au sein des indices morphologiques (sphéricité) et techniques (dérivée et surface des aspérités) qui permettent de considérer deux artisans, Su et As, comme les artisans aux productions les plus réussies techniquement. En revanche, les indices techno-économiques, les indices de symétrie et de surface des creux ordonnent les artisans de manière très variable (tabl. en annexe).

Variabilité intra-individuelle

116D’une manière générale, les variabilités intra-individuelles sont plus fortes dans le groupe 2 comparées à celles du groupe 1. Quelques exceptions, toutefois, à cette règle. Ainsi, les indices des petites perles en verre présentent des écarts-types plus élevés au sein du groupe 1. Ces écarts-types se rapportent aux moyennes des surfaces, des surfaces d’aspérités et de creux et des sphéricités. Cette situation se retrouve à l’identique pour la surface des petites perles en pierre et pour les indices de symétrie et de sphéricité des grandes perles en pierre et en verre.

117Toutefois, notons qu’en dehors des valeurs les plus élevées, les écarts-types des deux groupes d’artisans sont très comparables, résultat à souligner au regard de postulats d’après lesquels une compétence élevée s’accompagne nécessairement d’une moindre variabilité intraindividuelle et de produits standardisés.

Synthèse des résultats obtenus

118L’analyse des produits finis fait ressortir que la production du groupe 1, en pierre et en verre, se distingue nettement de celle du groupe 2. Toutefois, les pièces du groupe 1 ne se rapprochent pas de formes théoriquement parfaites. Loin de là. A l’heure actuelle, et depuis que l’abrasion est faite sur meule en carborundum, les exigences des abraseurs sont moindres ce qui a des répercussions immédiates sur la qualité des pièces taillées. Cette qualité n’est plus comparable à celle des pièces qui autrefois étaient abrasées sur polissoirs à archets ou sur meule en pierre. Il s’ensuit, chez les tailleurs les plus compétents, une baisse d’exigence et des performances qui ne sont pas exemptes de fautes.

119Les sujets du groupe 1 marquent leur expertise, en particulier, par leur facilité à tailler les perles en verre, ceci contrairement aux sujets du groupe 2. Pour les premiers, la tâche est perçue comme aisée, car le verre est plus tendre que la pierre. Les résultats obtenus sont néanmoins sensiblement moins bons que sur la pierre. Pour les seconds, qui, en outre, n’ont pas l’habitude de tailler de grandes pièces, la tâche est perçue comme difficile et les ébauches sont parfois à peine transformées. Les préformes en verre sont beaucoup moins réussies que les préformes en pierre.

120De fortes variabilités inter- et intra-individuelles sont observables dans les deux groupes. En effet, contrairement à ce que l’on pouvait supposer, les productions du groupe 1 ne sont pas standardisées et la variabilité inter-ou intra-individuelle ne représente pas un critère d’expertise. Les deux groupes présentent, dans l’ensemble, des variabilités d’amplitude fort comparable, même si les écart-types les plus forts se retrouvent dans le groupe 2.

121Dans le groupe 1, les valeurs des indices ne permettent pas d’ordonner les artisans d’après la qualité de leurs productions : l’ordonnance des artisans varie pour chaque indice.

122Dans le groupe 2, les valeurs des indices permettent d’isoler, comme les productions les plus réussies, celles des sujets Su et As.

123Une analyse technologique fine permettrait, toutefois, de classer avec plus de précision, au sein de chaque groupe, les productions d’après leur qualité. Elle prendrait en compte un ensemble de critères morphologiques et techniques que l’analyse d’image ne pouvait systématiquement discerner. Dans cet esprit, une comparaison rapide, à l’œil nu, entre les pièces des différents artisans, a été faite. Le classement qui en résulte devrait permettre, par la suite, d’éclairer certains résultats obtenus au cours de l’analyse de l’action.

124L’ordonnance obtenue au sein du groupe 1 suggère une qualité croissante de production selon l’ordre suivant : Ra et Rn, puis Ha et Hu, et enfin Ab et In.

125L’ordonnance obtenue au sein du groupe 2 suggère une qualité croissante de production selon l’ordre suivant : Sa, Na et Hk, puis De et As, et, enfin, Su qui se détache nettement du groupe.

L’action

126Les résultats relatifs aux trois niveaux d’analyse retenus sont exposés successivement : l’analyse du cours d’action, des mouvements élémentaires, puis de leurs enchaînements. Chacune des trois sections se termine par une courte discussion de synthèse des résultats relatifs au niveau d’action concerné.

Le cours d’action

Stratégies utilisées pour tailler les perles

127Les stratégies de taille utilisées par l’ensemble des sujets sont les stratégies 1 et 2. Un seul artisan, appartenant au groupe 1, pratique la stratégie 3. Aucun d’entre eux n’utilise la stratégie 4. Parmi les artisans qui utilisent quasi exclusivement la stratégie 1, on trouve, dans le groupe 1, Ab, In et Ha, et dans le groupe 2, Su et As. Les autres artisans pratiquent les deux stratégies avec, néanmoins, selon les individus, une préférence légèrement marquée pour l’une ou l’autre. Mais cette variation de stratégies en fonction des individus ne constitue pas une sorte de « signature », les variations intra-individuelles étant, par ailleurs, relativement fortes.

128Le nombre de séquences particulières (variantes sur une stratégie) suivies par chaque artisan selon le matériau et la forme ainsi que le nombre de fois où l’artisan change de séquences lors de la taille d’une série de 8 perles sont présentés ci-après en fonction des trois paramètres : matériaux, dimensions, niveaux de compétence (tabl. 2).

TABLEAU 2. Nombre de séquences et de changements de séquences au cours de la taille de séries de 8 petites et 8 grandes perles en pierre et en verre. – Number of sequences and changes in sequences during the knapping ofseries of 8 small and 8 large stone andglass beads.

Petites
perles

Nombre de séquences
Pierre

Nombre de séquences
Verre

Nombre de changements
Pierre

Nombre de changements
Verre

Ra

3

4

4

7

Hu

5

5

5

6

Ha

52

3

7

5

In

3

1

4

0

Ab

5

1

4

0

Rn

2

2

4

1

De

1

2

2

2

Su

2

1

0

0

Sa

2

1

1

0

Na

5

2

5

2

As

-

1

0

Hk

6

2

6

1

Grandes
perles

Nombre de séquences
Pierre

Nombre de séquences
Verre

Nombre de changements
Pierre

Nombre de changements
Verre

Ra

3

2

4

2

Hu

7

4

7

5

Ha

1

1

0

0

In

1

1

0

0

Ab

2

1

1

0

Rn

3

5

2

6

De

2

2

3

2

Su

1

1

0

0

Sa

2

1

1

0

Na

5

3

5

3

As

1

1

0

0

Hk

3

3

3

5

Le matériau

129La répartition des sous-buts au sein d’une même stratégie de base, ou encore l’examen des séquences, montre une tendance à une plus forte variation sur la pierre que sur le verre, ce qui est logique, théoriquement, compte tenu de la nature non homogène de la roche. Sur la pierre, le nombre de séquences originales est compris, chez les sujets du groupe 1, entre 2 et 5 pour les petites perles et entre 1 et 7 pour les grandes perles. Chez les sujets du groupe 2, ce nombre varie de 1 à 6 pour les petites perles et de 1 à 5 pour les grandes perles. Sur le verre, le nombre de séquences originales pratiquées par les sujets du groupe 1 est compris entre 1 et 5 pour les petites et grandes perles. Chez les sujets du groupe 2, ce nombre varie de 1 à 2 pour les petites perles et de 1 à 3 pour les grandes perles.

FIG. 17. Exemple de changement de séquences au cours de la taille d’une série de huit petites perles en verre par un artisan du groupe 1 (In) et par un artisan du groupe 2 (De). (Rappelons que la trame pointillée correspond au sommet 1 et la trame hachurée au sommet 2.)

Example of changes in sequences during the process of knapping a series of eight small glass beads by a craftsman of group 1 (In) and by a craftsman of group 2 (De). (The dotted area corresponds to summit 1 and the hatched area to summit 2)

FIG. 18. Comparaison entre les séquences suivies pour tailler des petites perles en verre d’une part et des grandes perles en verre d’autre part, par un artisan du groupe 1 (In) et un artisan du groupe 2 (Su)

Comparison between the sequences followed to knap small glass beads and large glass beads by a craftsman of group 1 (In) and a craftsman of group 2 (Su)

130Le nombre de fois où l’artisan change de séquences au cours de la taille d’une série de 8 perles en pierre peut s’élever jusqu’à 7 dans le groupe 1 et jusqu’à 6 dans le groupe 2. Sur le verre, ce nombre peut s’élever jusqu’à 7 dans le groupe 1 et jusqu’à 5 dans le groupe 2 (voir tabl. 2 et fig. 17). Par ailleurs, certains artisans appliquent une même séquence au cours de la taille d’une série de 8 perles en pierre ou en verre, que ce soit dans le groupe 1 ou 2.

Les dimensions

131Le déroulement des séquences ne varie pas en fonction de la dimension des perles. En effet, contrairement à ce que nous avions supposé précédemment (Roux & Pelegrin, 1989 : 37), la taille des grandes perles, comparée à la taille des petites perles, n’implique pas nécessairement des séquences plus complexes. Ce constat est valable tant pour la production du groupe 1 que pour celle du groupe 2 (deux exemples sont donnés dans la fig. 18).

132Toutefois, lorsqu’une crête présente une petite longueur, il est possible de la détacher sur toute sa longueur. Le nombre de crêtes à fluter à partir du second sommet peut alors se réduire à zéro. Il en résulte, pour les petites perles, une plus grande variabilité des séquences qui dépend directement de la réussite du flutage des crêtes sur toute leur longueur.

Le niveau de compétence

133Contrairement aux artisans du groupe 1, seuls trois artisans du groupe 2 pratiquent l’opération de régularisation, et sur la pierre uniquement, associant ainsi très probablement la régularisation à la calibration et non à l’opération de flutage. Si l’on exclut cette opération de régularisation, ignorée ainsi par la très grande majorité des sujets du groupe 2, le déroulement même des séquences ne permet pas alors, dans la plupart des cas, de distinguer les sujets des groupes 1 et 2.

134Que le déroulement des séquences ne soit pas un élément discriminant de réussite de la taille est un fait particulièrement notable sur le verre puisqu’on traite alors d’un matériau homogène. Pour exemple, certains sujets du groupe 2 sont restés perplexes au moment de tailler les grandes perles en verre. Ils les ont laissées à l’état de parallélépipèdes, n’appliquant les séquences que pour « égratigner » les pièces. Toutefois, ces séquences sont « correctes » et comparables à celles du groupe 1. Elles ne peuvent laisser préjuger du résultat (un exemple est donné dans la fig. 19). Des exemples de séquences comparables, mais donnant des produits finis de qualité différente, se rencontrent également sur les petites perles (voir fig. 20).

135Des opérations ambiguës, que l’on pourrait qualifier de fautes, existent dans les deux groupes. Dans le groupe 1, ces opérations ambiguës n’ont pas nécessairement de conséquences sur la qualité du produit fini, alors qu’elles en ont dans le groupe 2. De ce point de vue, le plus grand nombre de flutages ratés au sein du groupe 2 est éloquent (annexe 2 : tabl. 1).

Structures temporelles des séquences de taille

D’un groupe à l’autre (annexe 3 : tabl. 1 à 5)

136Si la durée totale de la séquence de taille distingue significativement les groupes 1 et 2 (p < 0,001), en revanche la durée partielle de la taille (durée totale moins les opérations de régularisation et de finition) ne distingue pas les groupes 1 et 2 sauf pour les grandes perles en pierre où le groupe 1 présente les durées les plus longues (p < 0,001, fig. 21). On notera, dans le groupe 1, que la durée partielle de taille est plus courte pour les grandes perles en verre que pour celles en pierre, alors que c’est l’inverse dans le groupe 2. Pour les petites perles, les durées, dans les groupes 1 et 2, sont plus longues pour les perles en verre que pour les perles en pierre. Mais les premières présentent, rappelons-le, des dimensions supérieures aux secondes.

137Le nombre partiel d’opérations (fig. 22) distingue les groupes 1 et 2 pour l’ensemble des perles. Le groupe 1 présente un plus grand nombre d’opérations (p < 0,01, entre 20 et 29 pour le groupe 1, entre 17 et 23 pour le groupe 2). Quel que soit le groupe, la moyenne du nombre partiel d’opérations est plus importante sur le verre que sur la pierre (à l’exclusion des grandes perles du groupe 2 pour lesquelles on a des valeurs équivalentes entre la pierre et le verre).

FIG. 19. Similitude de séquences suivies par deux artisans, l’un du groupe 1 (Ha), l’autre du groupe 2 (As), pour tailler des grandes perles en verre. – Similarity of sequences followed by two craftsmen, one from group 1 (Ha), the other from group 2 (As), to knap large glass beads

FIG. 20. Similitude de séquences suivies par deux artisans, l’un du groupe 1 (Rn), l’autre du groupe 2 (Na), pour tailler des petites perles en verre. – Similarities between the sequences followed by two craftsmen, one from group 1 (Rn), the other from group 2 (Na), to knap smallglass beads

138La fréquence des opérations, calculée à partir du nombre d’opérations divisé par la durée de l’ensemble de ces opérations, distingue les groupes 1 et 2 pour l’ensemble des perles (p < 0,01), à l’exception des petites perles en pierre. Elle est supérieure dans le groupe 1, pour la taille des grandes et petites perles en verre (0,23 et 0,27 dans le groupe 1 contre 0,16 et 0,21 dans le groupe 2). Elle est supérieure, dans le groupe 2, pour la taille des grandes et petites perles en pierre (0,21 et 0,28 dans le groupe 2 contre 0,17 et 0,26 dans le groupe 1). Autrement dit, la durée moyenne d’une opération est plus courte dans le groupe 2 pour la taille des perles en pierre, mais plus longue pour la taille des perles en verre.

139Le nombre de flutages ratés ne distingue pas les groupes 1 et 2 pour les petites perles. Pour les grandes perles, le nombre de flutages ratés est significativement supérieur dans le groupe 2 (en moyenne, 1,67 flutages ratés dans le groupe 2 pour les grandes perles en verre ; 0,52 dans le groupe 1 (p < 0,05) ; 2,36 dans le groupe 2 pour les grandes perles en pierre ; 0,94 dans le groupe 1 (p < 0,001)).

Variations inter-individuelles

140Contrairement à toute attente, les variations inter-individuelles peuvent être plus fortes dans le groupe 1 que dans le groupe 2, y compris sur le verre (annexe 3 : tabl. 2 à 5).

Groupe 1

141Au sein du groupe 1, la durée totale de la séquence de taille, la durée partielle de la taille ainsi que le nombre partiel d’opérations distinguent significativement les individus entre eux (p < 0,001). Le nombre de flutages ratés distingue les individus entre eux pour l’ensemble des perles sauf pour les petites perles en pierre (grandes perles en verre, p < 0,01 ; grandes perles en pierre, p < 0,001 ; petites perles en verre, p < 0,01).

142Les différents tests statistiques (PLSD de Fisher, F de Scheffé et t de Dunnett) montrent qu’à l’intérieur du groupe 1, il existe un sous-groupe constitué de Rn et de Ra qui se distinguent significativement d’un ou plusieurs artisans sur un ou plusieurs indices par des valeurs particulièrement élevées. Toutefois, ce sous-groupe ne peut être considéré comme atypique en ce sens qu’il produit des perles de qualité supérieure et qu’il n’est pas assimilable, de ce point de vue, au groupe 2. Les autres artisans peuvent se distinguer les uns des autres, mais de manière non systématique, et sur des indices variables.

Fig. 21. Moyennes des durées de taille (durées totale, de régularisation, de finition et durée relative) selon le groupe d’artisans et les dimensions des pièces en verre et en pierre. – Averages of knapping durations (total duration, of smoothing, of finishing, and relative duration) by group of craftsmen and dimensions of glass and stone pieces

FIG. 22. Moyennes et écarts-types des valeurs du nombre relatif d’opérations selon le groupe d’artisans et les dimensions des pièces en verre et en pierre. – Averages and standard deviations of the relative number of operations by group of craftsmen and dimensions of glass and stone pieces

Groupe 2

143Au sein du groupe 2, la durée totale de la séquence de taille, la durée partielle et le nombre partiel d’opérations distinguent significativement les individus entre eux (p < 0,001, excepté pour le nombre partiel d’opérations sur petites perles en pierre).

144La régularisation n’est pas pratiquée par l’ensemble des sujets lors de la fabrication des grandes et petites perles en verre. Elle varie significativement d’un individu à l’autre sur les perles en pierre (p < 0,01).

145Le nombre de flutages ratés ne distingue pas les individus pour les petites perles en pierre alors qu’il les distingue significativement pour les autres perles (grandes perles en verre, p < 0,01 ; grandes perles en pierre, p < 0,001 ; petites perles en verre, p < 0,01).

146Les différents tests statistiques (PLSD de Fisher, F de Scheffé et t de Dunnett) montrent que la seule variation inter-individuelle quasi systématique porte sur le nombre de flutages ratés qui est toujours supérieur chez Sa. Les autres variations sont plus « floues » en ce qu’elles ne sont pas systématiques, que ce soit selon les artisans ou selon les indices.

Variations intra-individuelles

147De manière également surprenante, les variations intra-individuelles affectent fortement les deux groupes (fig. 23, annexe 3 : tabl. 6 à 10). Elles semblent dépendre d’un ensemble de facteurs difficiles à isoler. Ainsi, pour les petites perles, le groupe 2 présente des coefficients de variation (cv) de valeur supérieure à ceux du groupe 1 (excepté pour les CV relatifs à la durée partielle de la taille des petites perles en verre et au nombre partiel d’opérations de taille des petites perles en pierre). En revanche, pour les grandes perles, le groupe 1 présente des CV de valeur supérieure à ceux du groupe 2 (CV relatifs à la durée de la finition et à la fréquence des opérations de taille des grandes perles en verre ; à la durée partielle de la taille et à la fréquence des opérations de taille des grandes perles en pierre).

148Il serait donc difficile de caractériser les niveaux de compétence en fonction des variations intra-individuelles qui affectent le cours d’action. Deux exemples de variations intra-individuelles comparant les groupes 1 et 2 sont illustrés à la figure 24. Dans le cas de la durée partielle de la taille des grandes perles en verre, opération la plus contrainte techniquement, les sujets du groupe 1 présentent des variations intra-individuelles qui s’inscrivent dans une fourchette moins importante que celle dans laquelle s’inscrivent les sujets du groupe 2. En revanche, pour les petites perles en verre, on observe une situation inverse.

Groupe 1

149Les CV, au sein du groupe 1, peuvent être très élevés. Ils sont compris entre 7 % et 87,3 % (tabl. en annexe 3). On notera que, selon les indices pris en considération, ce ne sont pas systématiquement les mêmes sujets qui présentent les plus fortes variations intra-individuelles. Ces variations dépendent apparemment non seulement du sujet, mais également des dimensions, du matériau de la perle et de l’indice pris en considération.

150Pour les grandes perles en verre, ce sont, par ordre décroissant, Rn et Hu qui présentent les CV les plus élevés sur le plus grand nombre d’indices ; pour les petites perles en verre, ce sont In, Ha et Rn ; pour les grandes perles en pierre, ce sont Hu, Ra et Ab ; pour les petites perles en pierre, ce sont In, Ra et Ha.

FIG. 23. Coefficients de variation des différents indices temporels selon le groupe d’artisans et les dimensions des pièces en verre et en pierre. – Coefficients of variation of temporal indices by group of craftsmen and dimensions of glass and stone pieces

FIG. 24. Coefficients de variation de la durée partielle de taille des grandes perles en verre et des petites perles en verre donnés pour chaque artisan des groupes 1 et 2. – Coefficients of variation of the relative knapping duration of large and small glass beads given for each craftsman from group 1 and 2

Groupe 2

151Les cv du groupe 2 sont compris entre 7,38 % et 96,39 % (tabl. en annexe). Ils semblent présenter une corrélation plus forte avec le facteur individu. Ainsi, pour les grandes perles en verre, ce sont, par ordre décroissant, Hk, Na et De qui présentent les cv les plus élevés sur le plus grand nombre d’indices ; pour les petites perles en verre, ce sont De, Sa et As ; pour les grandes perles en pierre, ce sont De, Sa et Su ; pour les petites perles en pierre, ce sont Sa et Na.

152De et Sa font quasi systématiquement partie des sujets dont les cv sont les plus élevés. Toutefois, il paraît difficile de privilégier le facteur compétence pour expliquer les différences de cv d’un individu à l’autre. En effet, Su et As, parmi les meilleurs sujets du groupe 2, peuvent également présenter des cv élevés.

Synthèse des résultats obtenus

153L’analyse du cours d’action a, tout d’abord, fait apparaître que les principales stratégies de taille sont connues et utilisées par l’ensemble des tailleurs. Elles sont appliquées aux différents types de perle, indépendamment du matériau ou des dimensions des pièces à tailler. Ainsi, l’ensemble des tailleurs, tant dans le groupe 1 que dans le groupe 2, connaît le cours d’action à suivre pour transformer une ébauche parallélépipédique en un ellipsoïde bitronqué. Toutefois, cette connaissance que reflète l’application de séquences « correctes » techniquement ne se solde pas nécessairement par une réussite du produit fini, ainsi que le montre distinctement la production des artisans du groupe 2. A l’inverse, des fautes n’entraînent pas nécessairement un échec selon qu’elles sont le fait d’un artisan du groupe 1 ou du groupe 2.

154L’analyse du cours d’action a montré ensuite que, dans la situation habituelle (taille de perles en pierre), les stratégies pouvaient faire l’objet de séquences variées, que ce soit à l’échelle intra-ou inter-individuelle. Les variations de séquences, qui correspondent à l’ordre dans lequel les opérations sont exécutées, ne sont dépendantes ni du niveau d’expertise, ni des dimensions des pièces à tailler. Elles s’observent au cours de la taille d’une série de 8 perles sur du matériel homogène par des artisans de tout niveau. Elles n’excluent pas, chez certains sujets, une stabilité, à savoir l’utilisation de la même séquence au cours de la taille d’une série de 8 perles. Chez les artisans du groupe 2, cette stabilité s’accompagne aussi bien des meilleurs résultats que des plus médiocres. Dans le groupe 1, cette stabilité correspond aux produits finis les plus réussis et donc au niveau d’expertise le plus élevé (artisans Ab et In).

155La structure temporelle des séquences de taille distingue les deux groupes d’artisans sur quelques indices. On retiendra, en particulier, la fréquence des opérations qui, pour les perles en verre, est plus faible dans le groupe 2 que dans le groupe 1. Pour les perles en pierre, elle est, à l’inverse, plus forte dans le groupe 2 que dans le groupe 1. En fait, le groupe 2 a ralenti son rythme de taille devant la tâche nouvelle que représentait la taille de pièces en verre. En revanche, sur la pierre, il a repris le rythme rapide des tailleurs de pièces de qualité inférieure qui favorisent le rendement au détriment de la qualité. A l’opposé, le groupe 1 semble tirer avantage de l’homogénéité des matériaux, ce que traduit une augmentation du rythme de taille sur les perles en verre.

156D’importantes variabilités inter-et intra-individuelles sont également notables au sein de la structure temporelle des séquences de taille. Elles peuvent affecter plus fortement le groupe 1 que le groupe 2. Ces variabilités pourraient refléter une capacité d’adaptation plus grande chez des artisans du groupe 1, ce que semblent indiquer les produits finis qui sont plus homogènes chez les artisans du groupe 1 que chez les artisans du groupe 2 (voir plus haut : « Quelle variabilité ? »).

Le mouvement élémentaire

157Les résultats quantifiés rendent compte de la seule action de flutage (enlèvement des crêtes). Comme cela a déjà été mentionné, ce choix s’explique par la difficulté de comparer des mouvements de percussion ne correspondant pas nécessairement au même but, la percussion pouvant être différente selon le sous-but dont elle relève, c’est-à-dire selon les caractéristiques de l’éclat à enlever. Les percussions associées au quatre premiers flutages sont ainsi les seules a être fonctionnellement équivalentes. Par ailleurs, dans la succession des centaines de percussions effectuées lors de la fabrication d’une perle, seuls les flutages sont repérables de manière fiable.

Durée du flutage

158La durée du mouvement élémentaire de flutage, telle qu’elle est définie figure 2, varie, en moyenne, de 240 à 260 ms (voir fig. 25 et tabl. 1, annexe 4). L’analyse de variance (anova) ne fait ressortir qu’une différence significative selon les groupes : les artisans du groupe 2 ont une durée de mouvement plus courte que ceux du groupe 1, variant de 243 à 246 ms pour le groupe 2 et de 257 à 261 ms pour le groupe 1 (voir fig. 25a).

FIG. 25. Durées de flutage selon les groupes, le matériau et la forme. a) Comparaison des temps de flutage selon les groupes ; b) comparaison des temps de flutage selon le matériau. – Durations of fluting by group, material and form, a) Comparison of fluting duration bygroup ; b) comparison offluting duration by material

159Le matériau à tailler n’a aucun effet sur la durée du mouvement, de même que la taille de l’ébauche à fluter (voir fig. 25b).

Accélération du marteau pour le flutage

160Les valeurs de l’accélération (définie comme la différence entre valeur maximale et minimale au cours du mouvement de flutage) font apparaître des différences significatives entre les groupes quel que soit le matériau, pierre ou verre. La comparaison entre les artisans des groupes 1 et 2 donne ainsi des valeurs moyennes de l’accélération de l’ordre de 68 m/s2 et de 63 m/s2, respectivement, pour les flutages de grandes perles ellipsoïdales en pierre. Ces valeurs sont de l’ordre de 51 m/s2 et de 43 m/s2 pour les petites perles.

TABLEAU 3. Valeurs moyennes de l’accélération du flutage pour chacun des artisans selon le groupe, le matériau et la forme à tailler. – Average values of fluting acceleration for each of the artisans, by group, material, and form produced.

TABLEAU 3. Valeurs moyennes de l’accélération du flutage pour chacun des artisans selon le groupe, le matériau et la forme à tailler. – Average values of fluting acceleration for each of the artisans, by group, material, and form produced.

* p < 0,05.
** p < 0,01.
ns non significatif

161Si l’on considère les résultats du groupe 1 comme le reflet d’une certaine norme d’excellence, il est à noter que les valeurs obtenues dans le groupe 2 sont dans la plupart des cas inférieures, ou, pour un artisan (De), nettement supérieures.

162Les résultats, qui vont être détaillés dans les paragraphes suivants, montrent clairement une adaptation de l’accélération de la tête du marteau au matériau d’une part, à la taille de l’arête à fluter d’autre part.

Le matériau

163Pour tous les artisans sans exception, les valeurs de l’accélération sont plus faibles lors du flutage sur verre que lors du flutage sur pierre. Les valeurs moyennes par artisan sont données par le tableau 3. Si l’on considère les grandes perles ellipsoïdales, les valeurs moyennes pour le groupe 1 sont de 67,9 m/s2 pour la pierre et de 51,3 m/s2 pour le verre. La différence est plus importante pour le groupe 2 où l’on obtient une valeur de 63 m/s2 dans le cas de la pierre, et de 43 m/s2 pour le verre (voir fig. 26a). Si l’on raisonne en terme de variation d’accélération selon le matériau, les flutages des arêtes de grandes ébauches en verre représentent en moyenne 76 % de celles en pierre pour le groupe 1 et 68 % pour le groupe 2.

164Dans le cas des petites perles, on observe une tendance analogue, mais les dimensions des ébauches étant à l’origine différentes les comparaisons terme à terme ne sont malheureusement pas possibles.

Les dimensions

165Ici encore les dimensions de l’arête à fluter ont un effet significatif (p < 0,001) sur l’accélération de la tête du marteau caractérisant le flutage. Dans le groupe 1 comme dans le groupe 2, l’accélération est significativement plus grande pour les grandes ébauches en pierre (7 cm) que pour les petites (3 cm). En revanche, cette différence n’apparaît que dans le groupe 1 (p < 0,01) lorsque l’on compare les flutages sur les ébauches en verre dont l’arête mesure respectivement 7 cm et 5 cm. Les variations d’accélération ne sont pas différentes dans le groupe 2 (voir fig. 26b).

FIG. 26. Valeurs moyennes de l’accélération produite lors du flutage selon le groupe, le matériau et la forme : a) comparaison des valeurs d’accélération selon le matériau ; b) comparaison des valeurs d’accélération selon les dimensions de la perle à tailler. – Average values of acceleration produced during fluting by group, material and form : a) comparison of values of acceleration by material ; b) comparison of values of acceleration according to the dimensions of the bead to be knapped

La variabilité intra- et inter-individuelle

166La notion de variabilité n’est pas aisée à définir ici car il reste toujours difficile d’évaluer les variations dues aux aléas de la situation et celles qui seraient liées à l’activité du sujet, qu’elles soient volontaires ou non.

167Au niveau individuel, et pour une même tâche (par exemple flutage des grandes ébauches en verre), les coefficients de variation (écart-type/moyenne) restent faibles, ne dépassant jamais 0,2. Il n’existe cependant pas, à notre connaissance, de référence permettant de discuter ces valeurs. Ces variations en moyenne ne sont pas supérieures chez les artisans du groupe 2, elles seraient même inférieures dans ce groupe. Cependant, chez tous les artisans, elles sont plus faibles sur le verre que sur la pierre, ceci pour les grandes perles ellipsoïdales et pour la presque totalité des petites perles ellipsoïdales (fig. 27). Mais, ici encore, dans le cas des petites perles, la différence de longueur de l’arête à fluter rend la comparaison difficile.

FIG. 27. Valeurs des coefficients de variations pour l’accélération lors du flutage selon le groupe, le matériau et la forme. – Coefficients of variation for acceleration during fluting by group, material and form

168Si l’on considère maintenant les variations entre artisans (fig. 28), celles-ci sont plus marquées dans le groupe 2 que dans le groupe 1, ce que dénote un écart-type moyen (calculé sur l’ensemble des valeurs pour le groupe) plus de deux fois plus élevé dans le groupe 2 comparativement au groupe 1.

FIG. 28. Comparaison artisan par artisan des accélérations de flutage selon la forme et le matériau : a) artisans du groupe 1 ; b) artisans du groupe 2. – Craftsman-by-craftsman comparison of fluting acceleration by form and material : a) craftsmen of group 1 ; b) craftsmen of group 2

169Ces différences sont dues essentiellement à l’existence dans chaque groupe de cas atypiques. Dans le groupe 1, Ra déploie systématiquement une accélération inférieure à la moyenne de celle des 5 autres artisans. La différence représente 14 % des valeurs moyennes pour les flutages d’arêtes de grande perles ellipsoïdales en pierre, 32 % pour les petites en pierre, mais 51 % et 46,8 % pour les grandes et petites perles en verre. Dans le groupe 2, De offre des valeurs nettement plus fortes que la moyenne des 5 autres artisans, celles-ci représentant 168 % de la moyenne du groupe pour les flutages des grandes perles en pierre.

Stabilité posturale

170La précision d’un mouvement va dépendre dans une large mesure de la stabilité posturale des segments corporels impliqués. D’une manière générale une bonne maîtrise posturale doit permettre à un individu de ne pas être déstabilisé ou le moins possible lorsque survient une perturbation. Dans le cas de la taille d’une perle, chaque percussion peut être interprétée comme une perturbation : le mouvement en effet est arrêté net, et l’impact du marteau est transmis à la pierre qui doit absorber cette énergie d’une manière ou d’une autre. En effet si celle-ci n’était pas maintenue elle serait projetée à une certaine distance. L’analyse de cet instant fait apparaître deux caractéristiques de la situation. La main qui maintient la pierre, la main gauche pour un droitier, peut être plus ou moins stable. On observe dans le groupe 2 une stabilité de cette main posturale moins bonne que pour les artisans du groupe 1. Bien que cet aspect du comportement de l’artisan n’ait pas donné lieu à une analyse systématique, on peut faire l’hypothèse que les artisans du goupe 2 anticipent moins bien la perturbation provoquée par le choc du marteau sur la pierre.

171Une autre caractéristique de la frappe elle-même est liée au mouvement du marteau à l’instant du choc et juste après. Deux stratégies permettent de distinguer clairement le niveau d’expertise des artisans. Soit le marteau s’immobilise au moment du choc, soit il glisse le long de la pierre, reprenant son mouvement après le choc sur la pierre (voir fig. 29). La première stratégie caractérise les artisans du groupe 1, la deuxième ceux du groupe 2.

FIG. 29. Stabilité posturale : trajectoire du marteau juste avant et juste après le point de percussion dans le cas de flutage de l’arête de 7 centimètres d’une ébauche en verre pour un artisan du groupe 1 (a) et un artisan du groupe 2 (b). – Postural stability : trajectory of hammer just before and just after the point of percussion in the case of fluting a 7-centimeter long crest of a glass roughout, by a craftsman of group 1 (a) and a craftsman of group 2 (b)

Discussion : les artisans du groupe 1 adaptent-ils mieux leurs actions aux spécificités de la tâche ?

172L’importance du geste élémentaire est due au fait qu’il constitue, in fine, la composante fonctionnelle de l’activité de taille. De la manière dont il sera exécuté va dépendre la forme de l’éclat enlevé, et donc la qualité du produit fini. Les résultats obtenus apparaissent essentiels. Ils montrent en effet qu’il existe, au niveau de l’action élémentaire, une adaptation très fine aux propriétés de la tâche, c’est-à-dire ici à la dureté et aux dimensions du matériau à tailler. Ces résultats suggèrent en outre qu’un niveau d’expertise peut être défini, en ce qui concerne l’action élémentaire, comme la capacité à adapter avec plus ou moins de précision son action aux spécificités de la tâche. Si l’ensemble des artisans différencient clairement la dureté du matériau en y adaptant l’accélération du marteau, de même qu’ils adaptent la force produite aux dimensions des éclats à enlever, les artisans du groupe 1 le font avec une précision beaucoup plus grande que ceux du groupe 2.

173La variabilité intra-individuelle, c’est-à-dire les variations observées chez un artisan donné lors de l’exécution à plusieurs reprises de la même tâche, est sensiblement inférieure dans le groupe 2 comparativement au groupe 1. Comme nous l’avons déjà souligné dans l’analyse du cours d’action, ce résultat va clairement à l’encontre de l’idée généralement admise d’une variabilité plus grande chez les non-experts comparativement aux experts, qui auraient un comportement plus stable, quasi automatisé.

174Comment expliquer la variabilité ? On peut considérer deux hypothèses explicatives. Il peut s’agir de variations plus ou moins aléatoires dans l’exécution de l’action correspondant à un manque de stabilité et donc d’expertise, ce qui peut difficilement s’appliquer aux sujets du groupe 1. On peut au contraire interpréter cette variabilité comme une adaptation fine aux contingences de la situation. Cette dernière interprétation est corroborée par le fait que la variabilité est presque toujours plus faible sur le verre, matériau homogène qui minimise donc les aléas dus aux spécificités du matériau. Cependant, une autre interprétation reste possible. Une faible variabilité peut être le signe d’une action stéréotypée, correspondant ainsi à une certaine rigidité, c’est-à-dire un manque d’adaptation, ce qu’indiquerait une variabilité moyenne plus faible chez les artisans du groupe 2. L’analyse de l’enchaînement des mouvements élémentaires permettra de discuter ce problème plus en profondeur.

175Un autre aspect de ces résultats mérite d’être discuté. La variabilité inter-individuelle plus faible des résultats du groupe 1 suggère qu’un haut niveau d’expertise correspond à une solution motrice plus stable d’un individu à l’autre, un haut degré de maîtrise de l’action laissant peut-être moins de latitude à des variations inter-individuelles. Dans le groupe 2, au contraire, les solutions individuelles apparaissent plus diversifiées et renvoient à une qualité du produit fini moindre. De ce point de vue, il est remarquable que l’artisan dont les résultats se rapprochent le plus de ceux du groupe 1 (Su) est le seul artisan du groupe 2 à avoir passé quelques années dans un atelier fabriquant des perles se rapprochant de la qualité supérieure.

FIG. 30. Les différents types de distribution de fréquence dans le cas des grandes perles ellipsoïdales (moyenne pour les 8 perles d’un type donné) :
a
) Distribution de fréquence pour deux artisans du groupe 1 ;
b) Les différents types de patron de distribution de fréquence pour le groupe 2 : symétrique (étalée ou restreinte), dissymétrique. Les traits pleins correspondent aux perles en pierre, les traits discontinus aux perles en verre.
– Different frequency distribution of large, ellipsoidal beads (average for the 8 beads of a given type), a) Frequency distribution for 2 craftsmen of group 1 ; b) The different patterns of frequency distribution for group 2 : symmetric (spread or restricted), asymmetric. The solid lines correspond to stone beads, the dashed lines to glass beads

L’enchaînement des gestes élémentaires

Analyse fréquentielle

176L’analyse fréquentielle (DSP, Densité Spectrale de Puissance) réalisée sur des séquences de frappe de 50 secondes présente une distribution de fréquences plus ou moins étalée allant de 1 à 5 Hz, qu’il s’agisse des grandes perles ellipsoïdales ou des perles sphériques. Dans tous les cas on observe un pic de fréquence aux alentours de 3,7-3,9 Hz (voir fig. 30).

177L’analyse fréquentielle réalisée sur les 50 premières secondes de taille des perles sphériques, taillées à partir d’une ébauche de 2 cm de côté, offre la même fourchette de fréquences, et en particulier le même pic de fréquence (voir fig. 31a).

Patron de distribution de fréquence

178Plusieurs patrons de distribution de fréquence caractérisent les spectres de fréquences. Des exemples de distribution donnés par la figure 30 illustrent les différents cas rencontrés. Que ce soit pour les grandes perles ellipsoïdales ou pour les perles sphériques, l’enveloppe de la distribution présente chez l’ensemble des sujets du groupe 1, et chez un sujet du groupe 2 (Su), une asymétrie dans les basses fréquences. Cette asymétrie correspond aux flutages, ou aux enlèvements en axe.

179Les artisans du groupe 2 présentent une distribution symétrique qui peut être plus ou moins étalée. Hk, De, Na ont une distribution très étalée, alors que Sa offre une fourchette de fréquence extrêmement restreinte, de 3 à 4 Hz, alors que pour Na ou De cette fourchette s’étale de 1 à 6 Hz (voir fig. 30b).

La forme

180Quelle que soit la forme à tailler on retrouve les mêmes patrons de distribution de fréquence. La seule caractéristique que l’on peut observer concerne les basses fréquences qui sont peut-être moins marquées dans le cas des perles sphériques comparé à celui des grandes perles ellipsoïdales. Cela pourrait être dû à la taille des éclats à enlever puisque pour les perles sphériques, les arêtes à fluter n’ont que 2,5 cm.

FIG. 31. Distribution de fréquence. a) Courbes de distribution de fréquence pour les perles sphériques (dabkā) en pierre pour cinq artisans du groupe 1 et cinq artisans du groupe 2. Distribution asymétrique pour le groupe 1, symétrique pour le groupe 2 (chaque courbe représente la moyenne sur 8 perles). b) Courbes de distribution de fréquence pour Ra du groupe 1 et As du groupe 2 : comparaison pour les dabkā entre la pierre et le verre (chaque courbe représente la moyenne sur 8 perles). – Frequency distribution. a) Frequency distribution curves for the spherical stone beads (dabkâ) of five craftsmen from group 1, and five craftsmen from group 2. Asymetrical distribution for group 1, symmetrical distribution for group 2 (each curve represents the average of 8 beads), b) Frequency distribution for Ra from group 1, and As from group 2 : comparison for stone and glass dabkā (each curve represents the average of 8 beads)

181Un cas tout à fait atypique de pic de fréquence nettement plus élevé a été observé pour les perles sphériques uniquement, chez Hu du groupe 1 pour qui le principal pic de fréquence est de 4,5 Hz, alors qu’il est de 3,8 à 4 Hz pour les grandes perles ellipsoïdales. Pour la taille des perles sphériques en pierre, forme habituelle pour l’ensemble des artisans, on note une grande homogénéité entre les artisans d’un même groupe. La figure 31a superpose les courbes de fréquence moyenne pour 5 artisans de chaque groupe (Hu du groupe 1 qui a un pic de fréquence plus élevé a été omis, de même que As du groupe 2 qui a la même pic de fréquence, mais dont la gamme de fréquence est beaucoup plus restreinte).

Le matériau

182La taille des perles en verre ne modifie pas sensiblement les caractéristiques observées pour la pierre. Elle peut cependant engendrer deux types de modifications qui restent toutefois relativement peu marquées. Nous insisterons ici encore sur le fait que n’ayant aucune base de comparaison provenant d’autres études, il est très difficile d’évaluer, ou de quantifier un degré de similarité entre deux courbes. La taille d’une ébauche en verre peut provoquer une diminution, généralement modérée, de l’étalement des raies de fréquence (fig. 30, Hk - G2), ou bien un léger déplacement de la courbe vers les hautes fréquences (fig. 30, Sa et As - G2).

183Dans le cas des perles sphériques, ces phénomènes sont un peu plus marqués. On observe chez Sa et As pour le groupe 2, et chez Rn pour le groupe 1 une nette diminution de la fourchette de fréquences utilisées, mais de manière asymétrique, ce sont les basses fréquences qui sont plus particulièrement touchées (fig. 31a). Dans le cas de Sa on observe simultanément une légère translation de la courbe vers les hautes fréquences. Ainsi pour ces quelques cas, l’introduction du verre conduit à une diminution de l’importance des basses fréquences allant de pair avec une augmentation, même légère, des valeurs du pic de fréquence. Ces cas restent cependant minoritaires. Dans l’ensemble, les différences des patrons de distribution de fréquence sont minimes.

184L’introduction du verre fait, en outre, apparaître une augmentation de la variabilité interindividuelle. Celle-ci est difficilement quantifiable, que ce soit dans le groupe 2 ou dans le groupe 1 où elle est due à Rn et à Hu.

Analyse harmonique

185L’analyse harmonique se trouve justifiée par le fait que l’on retrouve systématiquement un pic de fréquence d’un même ordre de grandeur chez l’ensemble des sujets, confirmant donc le caractère périodique du signal. L’analyse harmonique, comme l’analyse fréquentielle, n’a été réalisée que sur les grandes perles en pierre et en verre, ainsi que sur les perles sphériques. Nous examinerons successivement les régressions harmoniques, courbes donnant l’écart au modèle en fonction du nombre d’harmoniques considéré, puis les valeurs de l’écart au modèle calculé avec les 300 premières harmoniques.

Régression harmonique : analyse des courbes d’écart-type

186La figure 32 donne, pour la fabrication des perles sphériques en pierre par deux artisans des groupes 1 et 2, les courbes de régression harmonique calculées sur les 300 premières harmoniques. Les moyennes des régressions harmoniques pour l’ensemble des artisans de chaque groupe, selon le type de matériau et le type de forme, sont données à la figure 33.

187Les régressions harmoniques différencient clairement chaque groupe de sujets tant pour les grandes perles ellipsoïdales que pour les perles sphériques, qu’elles soient en pierre ou en verre (fig. 33). Sachant que, pour les premières harmoniques, les courbes d’écart-type sont une mesure de la quantité d’accélération globale produite au cours des 50 premières secondes, il ressort que les artisans du groupe 2 produisent une quantité d’accélération supérieure aux artisans du groupe 1.

188Comparons maintenant, pour chaque groupe, les régressions harmoniques selon le matériau à tailler. Pour les grandes perles ellipsoïdales, il n’y a pas de différence entre la pierre et le verre chez les artisans du groupe 1, cela contrairement au groupe 2 (fig. 33a). Pour les perles sphériques, la taille du verre induit un comportement plus harmonique dans les deux groupes.

189Des variations inter- et intra-individuelles, comparables à celles observées pour les décompositions du signal de l’accéléromètre en série de Fourier, sont observables sur les courbes de régression harmonique. Le groupe 2 offre des variations interindividuelles plus importantes que le groupe 1, ce que suggère la figure 32. Hk et Sa dans le groupe 2 illustrent deux comportements très différents. Sa est extrêmement stable d’une séquence de taille à l’autre, les courbes se superposent presque parfaitement comparativement à Hk.

190Par ailleurs, la pente de la courbe est très forte entre les harmoniques 170 et 200, ce qui veut dire que ce sont ces 30 harmoniques qui jouent un rôle essentiel dans la reconstruction du signal dans le modèle harmonique. Pour Hk, au contraire, la pente est faible, le nombre d’harmoniques nécessaires pour la reconstruction du signal étant nettement plus grand (de 120 à 200 environ). Ces variations traduisent une différence importante dans la périodicité du signal, As produisant un signal aux caractéristiques plus périodiques. On notera que les caractéristiques des courbes de In et Ha du groupe 1 sont intermédiaires en ce qui concerne la pente et les variations entre deux séquences de taille de deux perles différentes.

FIG. 32. Exemples de régression harmonique pour différents sujets, pour la taille des perles sphériques en pierre. a) Courbes de régression harmonique pour deux artisans du groupe 1 (In et Ha) (chaque courbe correspond à la taille d’une perle) ; b) courbes de régression harmonique pour deux artisans du groupe 2 ayant pour l’un une stratégie très rigide (Sa), et l’autre une stratégie beaucoup plus variable (Hk) (chaque courbe correspond à la taille d’une perle). – Examples of harmonic regression for different subjects, for the knapping of spherical stone beads. a) Harmonic regression curves for two artisans of group 1 (In and Ha) (each curve corresponds to the knapping of one bead) ; b) harmonic regression curves for two craftsmen of group 2, one having a very rigid strategy (Sa), the other having a much more variable strategy (Hk) (each curve corresponds to the knapping of one bead)

FIG. 33. Courbes moyennes de régression harmonique pour les sujets des deux groupes. Chaque courbe représente la moyenne de toutes les perles d’une catégorie taillées pour un groupe de sujets (n = 48). a) Grandes perles ellipsoïdales en pierre (trait plein) et en verre (trait discontinu) pour chacun des groupes d’artisans ; b) perles sphériques en pierre (trait plein) et en verre (trait discontinu) pour chacun des groupes d’artisans. – Average curves ofharmonic regression for subjectsfrom both groups. Each curve represents the averages of all beads of a category for a group of subjects (n = 48). a) Large, ellipsoidal stone beads (solid line) and glass beads (dashed line) for each group of craftsmen ; b) spherical stone beads (solid line) and glass beads (dashed line) for each group of artisans

Écart moyen au modèle harmonique

191Le deuxième indice pris en considération est donné par la valeur de l’écart moyen existant entre les valeurs réelles de l’accélération du marteau (données de l’accéléromètre) et le modèle harmonique, calculé ici avec 300 harmoniques. Le tableau 5 (voir annexe 4) donne les valeurs moyennes par groupe et par matériau. L’écart moyen permet de rendre compte de la proximité du signal reconstitué à partir d’un modèle harmonique et du signal d’origine. Il quantifie ainsi systématiquement les différences entre les situations telles qu’elles ont été décrites dans le paragraphe précédent.

192Les tests statistiques effectués (anova) confirment les résultats des régressions harmoniques. Comme la figure 34a l’illustre clairement, il existe des différences significatives lorsque l’on compare les groupes entre eux, la modélisation à partir des 300 premières harmoniques donnant une reconstitution meilleure du signal initial, et donc confirmant le comportement plus harmonique, en moyenne, des artisans du groupe 1. Le type de matériau a un impact significatif sur l’écart moyen au modèle, l’écart étant plus faible dans le cas du verre (fig. 34c). De même la taille d’une forme sphérique conduit à un écart plus faible que la taille d’une grande perle ellipsoïdale (fig. 34b). Quels que soient les termes de la comparaison, si les artisans du groupe 1 ont toujours, en moyenne, un comportement plus harmonique que ceux du groupe 2 (fig. 35), il est intéressant de noter que, dans le groupe 1 et pour les grandes perles, le matériau ne joue pas sur l’harmonicité du signal. Ceci montre que pour les artisans du groupe 1, et dans le cas nécessitant le plus d’habileté (plus les perles sont grandes, plus elles sont difficiles à réaliser), un changement de matériau ne modifie pas la périodicité ou plus généralement la structure de la séquence de percussion.

FIG. 34. Valeurs moyennes des écarts au modèle selon le groupe, la forme à tailler et le matériau : a) comparaison selon le groupe ; b) comparaison selon la forme ; c) comparaison selon le matériau à tailler. – Average values of deviationsfrom the model, by group, form produced, and material. a) Comparison by group. b) Comparison by form. c) Comparison by material

193Il est sans doute important de noter ici que, lors de l’expérimentation, les perles sphériques en verre étaient les premières à être taillées. Cela pourrait en partie expliquer l’accentuation de certaines caractéristiques de la taille. On peut donner l’exemple de la diminution importante de la fourchette des fréquences utilisées chez deux artisans telle qu’elle est illustrée par la figure 31.

FIG. 35. Comparaison de l’adéquation au modèle selon le groupe, la forme et le matériau. – Comparison of the appropriateness to the model, by group, form, and material

Discussion : l’expertise, un couplage optimal entre l’outil et l’artisan ?

194L’analyse fréquentielle et les comparaisons entre le signal de l’accéléromètre et celui calculé à partir du modèle harmonique permettent d’approfondir certains éléments qui seraient caractéristiques de l’activité de taille d’une part, de l’expertise de haut niveau d’autre part.

195Chez tous les sujets, pour la pierre comme pour le verre, le pic de fréquence observé correspond à ce que l’on considérera comme la période de base, entre 3,7 et 4 Hz, dont on peut faire l’hypothèse qu’elle rend compte des caractéristiques bio-dynamiques du couplage marteau-artisan. Cette périodicité dépendrait des propriétés du marteau (poids du marteau, longueur et souplesse du manche en particulier). Le fait que pour tous les artisans (sauf Hu dans le cas des perles sphériques) le pic de fréquence se trouve dans une même fourchette suggère que tous utilisent une même stratégie de base. Ce qui diffère serait la manière dont cette stratégie de base est modulée en fonction de la tâche et de l’environnement immédiat, c’est-à-dire essentiellement ici des dimensions de l’éclat à enlever et du type de matériau à tailler. L’analyse que l’on peut faire des résultats est ici encore basée sur l’interprétation des notions de variabilité, de rigidité et de flexibilité.

196Les distributions de fréquences symétriques observées chez les artisans du groupe 2 dénotent soit une rigidité – fourchette restreinte des fréquences – soit une variabilité mal contrôlée, plus ou moins aléatoire – fourchette importante des fréquences. Elles sont interprétées comme des variations non ou peu maîtrisées autour de la fréquence de base du marteau. Par contraste, tous les artisans du groupe 1 offrent des distributions de fréquences asymétriques (basses fréquences) qui correspondraient à la capacité à utiliser les propriétés de base du marteau permettant une adaptation beaucoup plus fine de l’action à la tâche. Ce type d’interprétation conduit à distinguer les variations dans la fréquence des coups du maillet selon qu’elles relèvent d’une variabilité plus ou moins fortuite et mal contrôlée, ou d’une certaine flexibilité qui correspondrait à des variations voulues par les besoins de la tâche.

197Les modifications de variabilité, ici la diminution de la variabilité dans le cas de la taille du verre, peuvent être interprétées de deux manières différentes. Le verre étant un matériau homogène, il nécessitera moins d’adaptations continues aux contingences de la situation, d’où une activité plus régulière, et par conséquent plus harmonique (meilleure adéquation du modèle au signal pour un nombre donné d’harmoniques). Une autre interprétation serait que, en présence d’une situation inconnue, difficile à maîtriser, l’artisan rigidifie son activité, conduisant ainsi à un signal plus périodique. Pour choisir entre ces deux hypothèses explicatives une analyse simultanée du produit fini devient nécessaire.

Discussion : comment définir l’expertise ?

198L’expérimentation présentée a été conçue à partir de l’hypothèse selon laquelle la qualité des perles taillées est la conséquence de la capacité d’ajustement des tailleurs aux particularités du contexte immédiat (dureté, homogénéité, dimensions de la pierre, poids de la tête du maillet, longueur du manche). Pour évaluer cette capacité d’ajustement, l’expérimentation a été basée sur le principe de transfert de compétence à une situation nouvelle. On suppose que les artisans dont la production est reconnue socialement et économiquement comme d’excellente qualité (sujets du groupe 1) présenteront les meilleurs résultats.

199La situation de transfert retenue a consisté à substituer à la pierre un matériau nouveau, le verre. Celui-ci se caractérise par une propriété essentielle, à savoir celle d’être homogène. Dès lors que l’on cherchait à évaluer la nature des compétences caractérisant un niveau d’expertise élevé, ce substitut permettait de comparer les séquences de taille entre elles, sans qu’interviennent des différences imputables à l’hétérogénéité du matériau.

200En supprimant les perturbations que pouvait occasionner la nature hétérogène de la pierre, il a été possible de mettre en évidence des caractéristiques distinguant nettement les deux groupes. Les résultats obtenus sur la taille du verre amplifient les différences de compétence entre les artisans. Ces résultats, tant sur le cours d’action que sur le geste élémentaire, ont été interprétés au regard des caractéristiques des produits finis correspondants.

Analyse de l’expertise

201Un des aspects novateurs de cette recherche a consisté à analyser simultanément une même action selon deux axes, le produit de l’action et l’exécution de cette action. Le produit de l’action a fait l’objet d’une analyse quantifiée qui permet d’avoir des critères « objectifs » pour ensuite interpréter les résultats relatifs aux différents niveaux d’action :

  • le cours d’action dans son ensemble rend compte de la stratégie du tailleur sur la totalité de la séquence de taille (passage ébauche-préforme) ;

  • le geste élémentaire de percussion, action fonctionnelle par excellence puisqu’elle correspond à l’enlèvement d’éclats ;

  • l’enchaînement des gestes élémentaires conduit in fine à donner à l’ébauche la forme voulue.

202Contrairement à toute attente, les caractéristiques de l’expertise se situent au niveau des gestes élémentaires et de leur enchaînement. En effet, le cours d’action, qui est généralement interprété comme l’actualisation de la planification, n’est pas discriminant. Ces résultats soulignent la difficulté de l’étude d’actions complexes et confirment la nécessité de mener une analyse qui prenne en compte simultanément plusieurs échelles d’observation, du mouvement élémentaire au cours d’action.

La planification d’actions complexes

203Un plan d’action est généralement défini comme étant une séquence d’opérations ou de sous-buts préparée et organisée au préalable, c’està-dire avant le début de l’action. Ici encore il n’est pas rare de considérer que l’acquisition d’un niveau d’expertise élevé s’accompagne d’un processus d’automatisation. Dans cette perspective plus le niveau d’expertise augmente, moins le contrôle de l’action nécessite une activité attentionnelle et cognitive importante.

204Si la séquence d’action réalisée est l’image comportementale du plan, et si le plan est considéré comme déterminant dans le succès de l’action, alors comment expliquer que l’on ait des variations inter- et intra-individuelles importantes, quel que soit le niveau d’expertise ? Il n’y a pas en fait de planification qui soit caractéristique d’un niveau d’expertise : tant les sujets du groupe 1 que ceux du groupe 2 peuvent produire soit des séquences stables au cours de la taille d’une série de 8 perles soit, à l’opposé, des séquences variant d’une perle à l’autre, que ce soit sur la pierre ou sur le verre. Dans l’un ou l’autre cas, le cours d’action observé peut conduire au meilleur comme au pire.

205De ce point de vue, les variantes des stratégies des deux groupes d’artisans ne peuvent s’expliquer par une nécessaire adaptation à des variations locales liées soit à une matière première changeante, soit au déroulement de la taille. En effet, les variantes mises en évidence correspondent à des variantes de stratégies qui se mettent en place souvent dès le début de la séquence, indépendamment des situations particulières que peuvent créer les premiers enlèvements.

206A cela, il faut ajouter que la connaissance même de la méthode et de ses variantes n’est pas suffisante à la réussite du produit fini recherché. On peut très bien connaître la stratégie à suivre, et néanmoins se retrouver dans l’incapacité de transformer une ébauche en une préforme sub-ellipsoïdale. On peut avoir pratiqué la méthode pendant vingt ans et être, néanmoins, incapable de fabriquer un objet de grande qualité.

207Si la capacité de planification est souvent considérée comme déterminante du niveau d’expertise (Ericson & Lehman, 1996), pourquoi alors les données de Cambay sur le cours d’action ne permettent-elles pas de distinguer experts et non-experts ? Il ne semble pas y avoir de planification idéale à partir de laquelle on pourrait évaluer le niveau d’expertise d’un artisan. On retrouve, en fait, l’idée de Agre et Chapman selon laquelle le plan n’est pas un programme mais une « ressource » qui permet, à partir de la connaissance de la méthode, de construire des variantes de stratégies.

208Notre étude n’ayant pas permis de dégager de différences de stratégies caractérisant des niveaux d’expertise clairement exprimés dans la qualité du produit fini, quels sont alors les indices d’un niveau d’expertise élevé ?

Les caractéristiques de l’expertise

209Les caractéristiques de l’expertise se sont révélées à partir de l’analyse des mouvements élémentaires et de leur enchaînement. Elles semblent se définir à partir de l’expression de certaines capacités : flexibilité et adaptation, anticipation, perception, sélection et utilisation des informations.

Flexibilité, adaptation

210Les résultats discutés dans les sections « mouvement élémentaire » et « enchaînement des mouvements élémentaires » conduisent à différencier clairement d’une part la notion de variabilité aléatoire vs variabilité « ajustée » comme reflet d’une adaptation à la situation, d’autre part la notion de rigidité vs flexibilité. Les non-experts sont apparus soit rigides, soit variables de manière aléatoire. Au contraire, les experts s’adaptent aux situations et leur variabilité peut être interprétée comme une adaptation optimale aux contraintes de la tâche. On notera, toutefois, qu’au sein du groupe des experts, les caractéristiques de l’action élémentaire permettent de distinguer des niveaux d’expertise que l’on retrouve au niveau du produit fini. Ainsi, Rn, passant à la taille du verre, fait apparaître une moins grande flexibilité que sur la pierre témoignant d’une moins bonne adapation et donc d’une moins bonne expertise qui se traduit également sur le produit fini. Ou bien, Ra qui, dans le groupe 1, s’adapte le moins bien au verre et produit l’accélération la plus faible, comparable à celle de certains artisans du groupe 2. Rn et Ra réalisent les pièces les moins réussies du groupe 1. A l’inverse, dans le groupe 2, Su se distingue nettement des autres artisans sur le geste et sur les produits finis, se rapprochant des artisans du groupe 1.

211Ainsi un accroissement d’expertise n’irait pas de pair avec la production d’une action élémentaire plus automatique ou stéréotypée, mais au contraire vers une plus grande flexibilité ou adaptation aux propriétés de l’environnement.

Anticipation

212Deux caractéristiques de l’action élémentaire sont interprétées en terme de capacité d’anticipation, a) l’ajustement de l’accélération du marteau (et donc des valeurs de vitesse et de force données à la tête du marteau) au cours des flutages (voir plus haut « le mouvement élémentaire »), b) la stabilité de la main associée à l’arrêt de la tête du marteau au moment du choc avec la pierre. C’est sans doute la maîtrise plus ou moins grande de l’anticipation qui caractérise le niveau d’expertise atteint. On constate en effet une modulation de l’ajustement de l’accélération nettement plus grande chez les artisans du groupe 1. On retrouve en outre une capacité d’anticipation plus grande chez Su du groupe 2, cet artisan pouvant être considéré, de par sa production, comme intermédiaire entre les sujets du groupe 1 et du groupe 2.

Minimisation de l’énergie et comportement harmonique

213A l’exclusion de situations extrêmes telles que les compétitions sportives de haut niveau, l’idée intuitive selon laquelle il est nécessaire de minimiser l’énergie dépensée lorsque l’on effectue une activité motrice sur de longues périodes est largement acceptée. La modélisation du mouvement du marteau, plus exactement de son accélération, à l’aide du modèle harmonique, permettait de tester cette hypothèse d’une minimisation de l’énergie par les artisans les plus experts.

214Tout en confirmant cette hypothèse, les résultats obtenus la nuancent. On a pu en effet observer, dans certains cas, une très bonne adéquation au modèle harmonique, associée cependant à une production (caractéristiques du produit fini) plutôt médiocre (Sa du groupe 2, pour les grandes perles ellipsoïdales par exemple comparativement à Hu du groupe 1). Cependant Sa, et contrairement à Hu, fait apparaître une très grande rigidité dans son activité de percussion (voir fig. 32). De même, il adapte peu l’accélération du marteau à la dimension de l’éclat à enlever (voir tabl. 3). On observe bien dans ce cas un comportement harmonique, mais les analyses associées du mouvement élémentaire suggèrent qu’il est la conséquence d’une forte rigidité dans l’effectuation des séquences de frappe, et donc d’une mauvaise adaptation à l’environnement immédiat de la tâche.

215Un haut niveau d’expertise se caractérise, ainsi, par la minimisation de l’énergie associée à une grande flexibilité. Ceci revient à produire une accélération adaptée aux contraintes locales (dureté du matériau, dimensions de l’éclat à détacher) tout en minimisant l’énergie dépensée.

216En d’autres termes, l’expert est capable de maintenir une dynamique optimale des séquences de frappe tout en ajustant individuellement les percussions de manière à dégager l’éclat voulu. Les caractéristiques mêmes de la frappe efficace (intensité, angle d’attaque, etc.) ne modifient pas la dynamique du comportement moteur. L’expert intègre sa frappe dans la dynamique oscillatoire du geste qui est continue durant la totalité de la séquence. A l’opposé, lorsque le non-expert produit une bonne dynamique du geste, c’est au détriment de l’adaptation du geste élémentaire.

Perception, sélection et utilisation des informations

217Grâce à l’étude de séquences de frappe associée à celle du geste élémentaire, nous avons mis en évidence que le comportement harmonique global du tailleur était sous-tendu par un comportement local (au niveau du geste élémentaire) qui permettait l’expression d’une rythmicité stable indépendamment des perturbations apportées par la taille (perturbations mécaniques dues aux chocs, préparation des coups, etc.)· Pour tous les artisans, la rythmicité du marteau est construite autour d’un pic de fréquence (3,7-3,9 coups par seconde). Nous faisons l’hypothèse que ce pic de fréquence rend compte des caractéristiques bio-dynamiques du couplage marteau-artisan. La capacité d’adaptation aux situations locales serait due à l’aptitude du tailleur à jouer sur les propriétés de ce couplage lorsque la situation le demande.

218On arrive ici à la question fondamentale du « pourquoi ? » Nous avons vu jusqu’à présent où se situait l’expertise et comment elle s’exprimait. Il s’agit maintenant d’aborder le problème des modalités du couplage marteau-artisan. Si l’artisan utilise le pic de fréquence du marteau et la maîtrise au point de produire une accélération exactement adaptée à la finalité de la tâche (enlever le bon éclat), comment perçoit-il les bons indices, et par ailleurs comment est-il capable de les intégrer à son action ?

219L’acquisition d’une habileté telle que la taille ne consiste pas seulement à être capable d’une activité motrice complexe, elle nécessite l’acquisition d’une capacité à percevoir les informations de l’environnement nécessaire à l’action. Une telle conception laisse donc une place importante à l’apprentissage de la perception, par le biais de l’éducation de l’attention (Michaels & Carrello, 1981 ; Newell, 1996).

220En fait, si l’expérimentation rapportée ici a permis de spécifier de manière précise les caractéristiques de l’expertise à partir d’une analyse de l’action, elle ne permet pas de répondre directement à ces questions. Un autre type d’expérimentation serait nécessaire pour évaluer comment le tailleur selon son niveau d’expertise parvient à détecter dans son environnement les indices pertinents pour son action.

Pourquoi faut-il dix ans pour devenir un tailleur de haut niveau ?

221A Cambay, il faut environ dix ans d’apprentissage pour qu’un artisan soit en mesure de tailler des perles de toutes formes et de toutes dimensions. Cet apprentissage est progressif, marqué, en particulier, par un entraînement portant tout d’abord sur le passage ébauche-préforme, puis sur le passage galet-ébauche. Dans nos premières études (Roux et Pelegrin, 1989), nous supposions que ce processus correspondait à des difficultés croissantes. Toutefois, étant donné les résultats expérimentaux, il apparaît désormais que ce processus peut s’expliquer en d’autres termes.

222Selon l’approche écologique, l’apprentissage de la technique de taille correspond à la maîtrise de l’utilisation des propriétés de l’environnement (marteau, matière première) pour la réalisation d’un but donné (enlever un éclat qui ait certaines caractéristiques particulières). Apprendre à utiliser un percuteur nécessite la compréhension des propriétés dudit percuteur relativement à la matière à transformer, associée à leur utilisation fonctionnelle, dans le cadre d’une technique particulière, ici dans le cas d’une percussion indirecte par contrecoup. L’apprenti va donc tout d’abord se consacrer à la maîtrise de l’action élémentaire, caractéristique de l’expertise, avant d’apprendre ce qui dépend de cette maîtrise, à savoir la méthode pour passer d’un galet à une ébauche. Le processus d’apprentissage de la taille à Cambay, de ce point de vue, ne correspond pas à la maîtrise de difficultés croissantes, mais à la maîtrise organisée de caractéristiques interdépendantes qui ne peuvent s’apprendre « dans le désordre » : apprendre la méthode ne permet pas de tailler une perle ; en revanche, acquérir une bonne maîtrise de l’action élémentaire permet, ensuite, d’appliquer les connaissances dont relève la méthode.

223Nous pouvons formuler l’hypothèse selon laquelle les différents niveaux d’expertise observés dans chacun des groupes d’artisans correspondent à des régions d’équilibre distinctes, mais stables. On comprend mieux, désormais, pourquoi les chefs d’atelier de qualité supérieure considèrent qu’il vaut mieux prendre des apprentis novices plutôt que des apprentis ayant fréquenté durant plusieurs années des ateliers de qualité inférieure. Dans ce dernier cas, les apprentis doivent « oublier » leurs habitudes pour « ré-apprendre » la technique ou encore les gestes élémentaires et leurs enchaînements.

224A Cambay, il faut un peu moins de dix ans pour devenir un expert. Cette durée représente une règle d’or que l’on retrouve dans des activités purement motrices (la marche, le sport) ou cognitives (le jeu d’échecs) (Ericson & Lehman, 1996).

Conclusion

225L’objectif de notre étude était de caractériser les habiletés impliquées dans la taille des perles en roches dures afin de dégager, ensuite, des régularités sur les durées d’apprentissage en relation avec les niveaux d’expertise recherchés. Dans cette perspective, une expérimentation de terrain a permis de mettre en évidence que l’expertise se construit à partir des mouvements élémentaires et de la dynamique de leur enchaînement. Ceux-ci renvoient à la technique utilisée. En revanche, la connaissance de la méthode et la représentation de la forme à tailler ne sont pas suffisantes pour devenir opérationnel. De ce point de vue, la méthode est assujettie au niveau de maîtrise de la technique qui permet l’enchaînement optimal des gestes élémentaires et, par conséquent, les meilleurs choix stratégiques pour une fabrication de perles de qualité supérieure. Autrement dit, de la maîtrise de l’action élémentaire dépend la perception des situations et la réussite dans la réalisation des pièces recherchées.

226A Cambay, aux deux niveaux d’expertise correspondent des durées d’apprentissage variables. Une durée de dix ans pour devenir un expert, en l’occurrence pour être capable de tailler des perles de toutes dimensions et de toutes formes, peut être considérée comme une régularité applicable aux activités complexes finalisées en général, indépendamment des cultures dans lesquelles sont pratiquées ces activités (Ericson & Lehman, 1996). Appliquée à l’archéologie, cette régularité va permettre de distinguer entre les artisans qui taillent des petites perles (inférieures à 3 cm), et les artisans qui taillent des perles de longueur exceptionnelle (jusqu’à 12 cm de long). Les premiers ne possèdent pas nécessairement les habiletés pour tailler les longues perles. La fabrication de ces dernières nécessite des habiletés particulières (par comparaison avec celles impliquées dans la taille des petites perles) et un apprentissage de longue durée. La distinction entre artisans, sur la base de leur compétence, est une donnée fondamentale pour aborder, ensuite, les problèmes d’organisation et de distribution de la production ainsi que la valeur des objets fabriqués (cf. chapitres 7, 8, 9).

227Au terme de cette étude, nous aimerions souligner le fait que c’est au prix d’expérimentations lourdes que nous pouvons proposer des résultats dont on peut dire qu’ils ne relèvent pas d’une « science naïve ». S’ils ne répondent pas encore à toutes les questions que pose, en soi, l’exécution d’une action complexe, ils présentent, en revanche, l’avantage d’une part d’aller au-delà de la simple description ethnographique et de distinguer ainsi entre ce qui relève de contraintes de différents ordres et de choix culturels, d’autre part de prendre en compte une réalité complexe perceptible seulement à partir d’une analyse des différents niveaux d’effectuation de l’action. Les interprétations archéologiques fondées sur ces résultats présenteront un avantage de choix, celui d’être vérifiables par référence à des résultats obtenus selon des règles scientifiques ou encore testables empiriquement.

TABLEAU 3. Moyennes et écarts-types des valeurs prises par les indices morphologiques techniques et techno-économiques des petites perles en verre du groupe 1

TABLEAU 3. Moyennes et écarts-types des valeurs prises par les indices morphologiques techniques et techno-économiques des petites perles en verre du groupe 1

Annexes

Annexes

Annexe 1. La description des procédures d’analyse

Les produits finis

Principe de la mesure des pièces taillées

Le principe de la mesure des pièces taillées, qui vont donc déterminer la forme théorique, a été le suivant. La préforme taillée par l’artisan est un « objet » en trois dimensions. Toutefois, les indices de mesure envisageables correspondent à des indices en deux dimensions. La méthodologie adoptée va alors permettre de transformer une forme de section circulaire (l’objet 3D) en une forme à huit facettes. Ce qui est analysé portera, ainsi, sur huit projections, dans un plan 2D, de l’objet en facettes. Ces huit projections correspondent à huit rotations (45 degrés) de l’objet 3D déterminées par les quatre faces initiales de l’ébauche.

La projection des huit faces de chaque préforme a été obtenue par enregistrement vidéo. La caméra vidéo était placée perpendiculairement au plan de projection. Chaque préforme faisait l’objet de huit rotations. Pour chacune d’elles, un enregistrement vidéo a été effectué pendant 2 secondes.

Les enregistrements vidéo ont été, ensuite, numérisés avec une résolution de 512 par 768 pixels et le contour de chacune des faces, automatiquement détecté. La méthode de détection de contour correspond à un algorithme de Rosenfeld et Kak. Cet algorithme est utilisé en milieu industriel pour la détection et la sélection de pièces de formes complexes.

Un logiciel spécifique a été mis au point permettant l’enregistrement des huit contours différents pour chacune des préformes créées par un artisan. Un total de 3 072 contours a donc été enregistré et analysé : huit faces de huit exemplaires de quatre types de perles pour douze artisans.

L’analyse de ces contours s’effectue au moyen d’un logiciel spécifique permettant de calculer :

  • une forme idéale à partir d’un modèle théorique de forme (le calcul de la forme théorique est donné ci-après) ;

  • des indices permettant l’analyse statistique.

Calcul du modèle théorique de la forme idéale

La topologie du modèle de la forme idéale correspond à une ellipse tronquée. Dans un plan (X, Y), la forme se définit de la façon suivante :

CG correspond au centre (de gravité) de la forme ;
A et Β correspondent aux deux axes ;
X et Y correspondent aux points appartenant à l’ellipse ;
L et l correspondent respectivement à la longueur et la largeur de la préforme ;
θ correspond à l’angle décrivant l’ellipse

Les paramètres A et Β c’est-à-dire la dimension des deux axes de l’ellipse déterminent le modèle de la forme idéale. Ces deux paramètres sont calculés de trois façons différentes en fonction des deux possibilités envisagées (calcul à partir de l’ébauche ou de la préforme examinée).

Calcul de la dérivée du contour de la forme

Pour calculer la dérivée du contour de la forme, les variations relatives du contour ont été calculées par rapport à la trajectoire de l’ellipse. On obtient ainsi une courbe 2D dont les valeurs oscillent autour d’une valeur moyenne égale à zéro. La dérivée de cette courbe correspond aussi à une courbe, de valeur moyenne égale à zéro.

Cette dérivée est calculée de la façon suivante :

Dérivée = Fit[k - 2] - 8. Fit[k - 1] + 8. Fit[k + 1] - Fit[k + 2]

Fit[k] représente les coordonnées des variations du contour au point k.

Le cours d’action

Le cours d’action a été analysé à l’aide du logiciel Kronos. Conçu par Alain Kergelen (cnrs, Laboratoire d’ergonomie physiologique et cognitive de l’ephe) pour les ergonomistes, Kronos est adapté à l’observation systématique des différentes phases d’une activité. Il permet divers modes de représentation graphique des activités observées. Ces représentations sont destinées à aider à l’analyse du déroulement chronologique de l’activité. En outre, Kronos présente un cadre général pour préparer des statistiques comparatives.

Kronos relève de l’observation directe avec un codage préalable. L’observation directe peut être menée avec diverses techniques : on peut, ainsi, à intervalles aléatoires ou réguliers, relever un ensemble d’observables décrivant l’état de la situation : il s’agit alors d’observations instantanées ; on peut, à l’inverse, relever ces observables au fur et à mesure de leurs modifications en notant le moment de leur occurrence : il s’agit alors d’observations continues. C’est ce dernier type de données que traite Kronos : des listes de codes correspondant à des observables auxquels sont associées leurs dates d’occurrence.

Pratiquement, un protocole de description se présente sous la forme d’un tableau à quatre colonnes :

  • Dans la première colonne « code », figurent les codes-saisie qui correspondent aux différents événements que l’on choisit de relever.

  • La deuxième colonne « description » permet de donner une dénomination plus explicite aux codes-saisie.

  • Dans la dernière colonne « catégorie », figure le nom des catégories auxquelles appartiennent les événements.

  • La troisième colonne « État » permet de définir des recodages : on peut ainsi regrouper sous un même recodage différents événements d’une même catégorie. Ceci permet de procéder à des observations avec un codage le plus détaillé possible, puis au moment des statistiques de redéfinir un codage mieux adapté à l’analyse.

Définition du modèle harmonique

La méthode d’analyse employée correspond à celle utilisée par Capozzo et al. (1975). Une série temporelle, périodique (R), correspond à une série trigonométrique du type :

rn(t) = a0 + S (ai sinw it + bi cosw it)

ωit = (k – 1) ω 0 * h

rn(t) correspond à la fonction estimée (modèle) de R ; n correspond au nombre d’harmoniques utilisées, a0, à la valeur moyenne de la fonction, et ai et bi, les coefficients correspondants à la ième harmonique, ωi correspondant à la pulsation de la ième harmonique(calculée à partir de la pulsation fondamentale ω0. Il est ainsi possible d’estimer l’adéquation du modèle harmonique (r versus R) par l’intermédiaire de différents paramètres :

  • Les coefficients (ai et bi). Dans le cas d’une série temporelle (d) avec un échantillonnage constant, et possédant m points, ces coefficients sont déterminés en résolvant un système de 2n + 1 équations (n étant le nombre d’harmoniques).

  • Le nombre d’harmoniques nécessaires pour reconstruire le signal initial ainsi que l’évaluation de l’écart entre le modèle et le signal.

Les données cinématiques associées aux mouvements humains doivent remplir certaines conditions afin de satisfaire à l’analyse harmonique. Ces conditions sont essentiellement des conditions de périodicité et de stabilité de la période d’échantillonnage. Pour évaluer le degré de cohérence entre la décomposition harmonique et les données initiales, on peut calculer un écart-type (sd) associé au modèle (Capozzo, 1975). Cet écart-type estimé sera proportionnel à l’écart-type de l’erreur aléatoire du signal (random error) ; il est aussi proportionnel à la racine carrée de l/m, où m désigne le nombre de points constituant la série temporelle à analyser. Ainsi la justesse de l’estimation augmente avec le nombre de données (Capozzo, 1982).

Donc plus le nombre de points augmente (c’est-à-dire plus le temps d’observation augmente), plus l’estimation des paramètres augmente et plus sn diminue. En d’autres termes, pour un même nombre d’harmoniques (n) et pour un même mouvement observé, les calculs effectués sur les données enregistrées pendant un temps t1 (correspondant à m1 points) possèdent une valeur sn comparativement plus faible que ces mêmes calculs obtenus pour un temps t2 plus important (correspondant à m2 avec m2 < m1).

Pour apprécier le degré de cohérence du modèle, on utilise une représentation de l’écart-type en fonction du nombre d’harmoniques utilisé. Cette représentation permet de mettre en évidence l’adéquation entre le modèle proposé et le comportement moteur effectivement enregistré. En effet, il n’existe pas de connaissance a priori de la valeur sn qui permettrait d’évaluer la pertinence du modèle. Lorsque le nombre d’harmoniques (n) augmente de 1 la valeur sn diminue. Cependant cette diminution n’est pas équivalente pour tous les niveaux d’harmoniques. Le graphe sn = F(N) montre qu’il existe des ordres d’harmoniques plus significatifs que d’autres. Ainsi, ce modèle n’a pas besoin de connaissance a priori de l’erreur. Au contraire l’estimation de celle-ci permet de classifier l’adéquation d’un comportement moteur par rapport au modèle harmonique.

Annexe 2. Description quantifiée des produits finis

TABLEAU 1. Moyennes et écarts-types des valeurs prises par les indices morphologiques techniques et techno-économiques répartis entre les groupes 1 et 2.

TABLEAU 1. Moyennes et écarts-types des valeurs prises par les indices morphologiques techniques et techno-économiques répartis entre les groupes 1 et 2.

TABLEAU 1. Moyennes et écarts-types des valeurs prises par les indices morphologiques techniques et techno-économiques répartis entre les groupes 1 et 2.

TABLEAU 1. Moyennes et écarts-types des valeurs prises par les indices morphologiques techniques et techno-économiques répartis entre les groupes 1 et 2.

* p < 0,05, ** p < 0,01, *** p < 0,001

TABLEAU 2. Moyennes et écarts-types des valeurs prises par les indices morphologiques techniques et techno-économiques des grandes perles en verre du groupe 1

TABLEAU 2. Moyennes et écarts-types des valeurs prises par les indices morphologiques techniques et techno-économiques des grandes perles en verre du groupe 1

TABLEAU 4. Moyennes et écarts-types des valeurs prises par les indices morphologiques techniques et techno-économiques des grandes perles en pierre du groupe 1

TABLEAU 4. Moyennes et écarts-types des valeurs prises par les indices morphologiques techniques et techno-économiques des grandes perles en pierre du groupe 1

TABLEAU 5  Moyennes et écarts-types des valeurs prises par les indices morphologiques techniques et techno-économiques des petites perles en pierre du groupe 1

TABLEAU 5  Moyennes et écarts-types des valeurs prises par les indices morphologiques techniques et techno-économiques des petites perles en pierre du groupe 1

TABLEAU 6. Moyennes et écarts-types des valeurs prises par les indices morphologiques techniques et techno-économiques des grandes perles en verre du groupe 2

TABLEAU 6. Moyennes et écarts-types des valeurs prises par les indices morphologiques techniques et techno-économiques des grandes perles en verre du groupe 2

TABLEAU 7. Moyennes et écarts-types des valeurs prises par les indices morphologiques techniques et techno-économiques des petites perles en verre du groupe 2

TABLEAU 7. Moyennes et écarts-types des valeurs prises par les indices morphologiques techniques et techno-économiques des petites perles en verre du groupe 2

TABLEAU 8. Moyennes et écarts-types des valeurs prises par les indices morphologiques techniques et techno-économiques des grandes perles en pierre du groupe 2

TABLEAU 8. Moyennes et écarts-types des valeurs prises par les indices morphologiques techniques et techno-économiques des grandes perles en pierre du groupe 2

TABLEAU 9. Moyennes et écarts-types des valeurs prises par les indices morphologiques techniques et techno-économiques des petites perles en pierre du groupe 2

TABLEAU 9. Moyennes et écarts-types des valeurs prises par les indices morphologiques techniques et techno-économiques des petites perles en pierre du groupe 2

Annexe 3. Structure temporelle du cours d’action

TABLEAU 1. Moyennes et écarts-types des valeurs prises par les indices relatifs à la structure temporelle du cours d’action répartis entre les groupes 1 et 2

TABLEAU 1. Moyennes et écarts-types des valeurs prises par les indices relatifs à la structure temporelle du cours d’action répartis entre les groupes 1 et 2

Les durées sont données en secondes

TABLEAU 2. Moyennes et écarts-types des valeurs prises par les indices relatifs à la structure temporelle du cours d’action observés lors de la taille des grandes perles en verre.

TABLEAU 2. Moyennes et écarts-types des valeurs prises par les indices relatifs à la structure temporelle du cours d’action observés lors de la taille des grandes perles en verre.

TABLEAU 3. Moyennes et écarts-types des valeurs prises par les indices relatifs à la structure temporelle du cours d’action observés lors de la taille des petites perles en verre.

TABLEAU 3. Moyennes et écarts-types des valeurs prises par les indices relatifs à la structure temporelle du cours d’action observés lors de la taille des petites perles en verre.

TABLEAU 4. Moyennes et écarts-types des valeurs prises par les indices relatifs à la structure temporelle du cours d’action observés lors de la taille des grandes perles en pierre.

TABLEAU 4. Moyennes et écarts-types des valeurs prises par les indices relatifs à la structure temporelle du cours d’action observés lors de la taille des grandes perles en pierre.

TABLEAU 5. Moyennes et écarts-types des valeurs prises par les indices relatifs à la structure temporelle du cours d’action observés lors de la taille des petites perles en verre.

TABLEAU 5. Moyennes et écarts-types des valeurs prises par les indices relatifs à la structure temporelle du cours d’action observés lors de la taille des petites perles en verre.

TABLEAU 6. Coefficients de variations (écart-types sur moyenne) des valeurs prises par les indices relatifs à la structure temporelle du cours d’action

TABLEAU 6. Coefficients de variations (écart-types sur moyenne) des valeurs prises par les indices relatifs à la structure temporelle du cours d’action

Les coefficients mesurent par type de perle, la variabilité intra-individuelle au sein des deux groupes d’artisans

TABLEAU 7. Coefficients de variations (écart-types sur moyenne) des valeurs prises par les indices relatifs à la structure temporelle du cours d’action

TABLEAU 7. Coefficients de variations (écart-types sur moyenne) des valeurs prises par les indices relatifs à la structure temporelle du cours d’action

Les coefficients mesurent pour chaque artisan, la variabilité intra-individuelle lors de la production des grandes perles en verre

TABLEAU 8. Coefficients de variations (écart-types sur moyenne) des valeurs prises par les indices relatifs à la structure temporelle du cours d’action

TABLEAU 8. Coefficients de variations (écart-types sur moyenne) des valeurs prises par les indices relatifs à la structure temporelle du cours d’action

Les coefficients mesurent pour chaque artisan, la variabilité intra-individuelle lors de la production des grandes perles en verre.

TABLEAU 9. Coefficients de variations (écart-types sur moyenne) des valeurs prises par les indices relatifs à la structure temporelle du cours d’action

TABLEAU 9. Coefficients de variations (écart-types sur moyenne) des valeurs prises par les indices relatifs à la structure temporelle du cours d’action

Les coefficients mesurent pour chaque artisan, la variabilité intra-individuelle lors de la production des grandes perles en verre.

TABLEAU 10. Coefficients de variations (écart-types sur moyenne) des valeurs prises par les indices relatifs à la structure temporelle du cours d’action

TABLEAU 10. Coefficients de variations (écart-types sur moyenne) des valeurs prises par les indices relatifs à la structure temporelle du cours d’action

Les coefficients mesurent pour chaque artisan, la variabilité intra-individuelle lors de la production des grandes perles en verre

Annexe 4 Analyse des mouvements élémentaires et de leurs enchaînements

TABLEAU 1. Valeurs moyennes et écarts-types de la durée du flutage pour chaque artisan pour toute combinaison de forme et de matériau.

TABLEAU 1. Valeurs moyennes et écarts-types de la durée du flutage pour chaque artisan pour toute combinaison de forme et de matériau.

Valeurs moyennes et écarts-types (entre parenthèses) de la durée du flutage (en millisecondes) pour chaque artisan pour toute combinaison de forme (grande ellipsoïdale et petite ellipsoïdale) et de matériau (pierre et verre). Chaque valeur représente la moyenne de 32 à 42 flutages

TABLEAU 2. Valeurs moyennes et écarts-types (entre parenthèses) des écarts au modèle tel que calculé par la formule donnée en introduction à l’annexe 1.

TABLEAU 2. Valeurs moyennes et écarts-types (entre parenthèses) des écarts au modèle tel que calculé par la formule donnée en introduction à l’annexe 1.

Chaque valeur représente la moyenne calculée sur les 8 perles taillées pour chaque combinaison de forme (grande ellipsoïdale et sphérique) et de matériau (pierre et verre)

TABLEAU 3. Durées moyennes de flutage par groupe pour chaque combinaison de matériau (pierre et verre) et de forme (grande ellipsoïdale et petite ellipsoïdale).

TABLEAU 3. Durées moyennes de flutage par groupe pour chaque combinaison de matériau (pierre et verre) et de forme (grande ellipsoïdale et petite ellipsoïdale).

TABLEAU 4. Accélérations moyennes (m/s2) de flutage par groupe pour chaque combinaison de matériau (pierre et verre) et de forme (grande ellipsoïdale et petite ellipsoïdale).

TABLEAU 4. Accélérations moyennes (m/s2) de flutage par groupe pour chaque combinaison de matériau (pierre et verre) et de forme (grande ellipsoïdale et petite ellipsoïdale).

TABLEAU 5. Écarts moyens au modèle harmonique par groupe pour chaque combinaison de matériau (pierre et verre) et de forme (grande ellipsoïdale et petite ellipsoïdale).

TABLEAU 5. Écarts moyens au modèle harmonique par groupe pour chaque combinaison de matériau (pierre et verre) et de forme (grande ellipsoïdale et petite ellipsoïdale).

La moyenne est calculée sur les 8 séquences de taille correspondant à chaque situation expérimentale

Notes

1 Brièvement, on peut, d’après Paillard (1976), retenir 7 niveaux d’analyse : a) un premier niveau concerne l’unité motrice (le motoneurone) ; b) le niveau suivant est celui de l’activité musculaire ; c) puis vient celui du mouvement mono-articulaire à un degré de liberté ; d) on considère ensuite le mouvement d’un membre (mouvement à 7 degrés de liberté) ; e) on envisage alors les mouvements associés à plusieurs membres ; f) à partir de là, on considère la notion d’acte biologiquement significatif, défini à partir d’ensembles fonctionnels au service de la locomotion, de l’équilibre, de la préhension, etc. ; g) le dernier niveau étant celui des activités comportementales.

2 Les activités de taille élaborées sont ainsi définies par J. Pelegrin (1990 : 109) : « Elles comprennent plusieurs étapes (...), marquées de changements d’opération et/ou de technique (...) ; elles aboutissent à des produits normalisés voire standardisés, de forme très différente de celle du matériau brut ; elles nécessitent une organisation complexe d’enlèvements interdépendants caractérisés pour eux-mêmes (prédéterminés) ou par leur négatif (prédéterminants). »

3 Les exemples de Gibson font apparaître clairement ce qu’il entend par affordance : « Les surfaces terrestres sont, bien sûr, “grimpables-sur” (climb-on-able), “tombables-de” (fall-off-able), “allables-sous” (get-underneath-able), “cognables-dans” (bump-into-able), du point de vue de l’animal. Des dispositions différentes se prêtent à des comportements différents pour des animaux différents, et pour des abords méca niques différents. Une affordance, ainsi que je l’ai dit, est dirigée à la fois vers l’environnement et vers l’observateur. Il en est de même de l’information qui spécifie l’affordance. (...) Les informations qui spécifient l’utilisation de l’environnement sont accompagnées d’informations qui spécifient l’observateur lui-même, son corps, ses jambes, ses mains, sa bouche. Ceci ne fait que souligner à nouveau le fait que l’extéroception s’accompagne de proprioception – que percevoir le monde, c’est se co-percevoir soi-même. » (1979 (1986) : 141 – notre traduction.)

4 L’article de Rochat et Reed (1987) est une très bonne introduction (en français !) à la notion d’« affordance », intraduisible en français comme le notent les auteurs, puisqu’en fait ce terme est une construction de J. Gibson à partir du verbe anglais « to afford ». En 1993 le terme affordance apparaît pour la première fois dans le dictionnaire Larousse, et peut donc dorénavant être utilisé dans la langue française. D’après Gibson (1979 (1986) : 127) : « Les affordances de l’environnement consistent en ce qu’il offre à l’animal, ce qu’il pourvoit ou fournit, que ce soit ou non pour son bien. Le verbe to afford existe dans les dictionnaires, mais le nom affordance ne s’y trouve pas. Je l’ai inventé. J’entends par là quelque chose qui se rapporte à la fois à l’environnement et à l’animal d’une façon qui n’est décrite par aucun terme existant. Il implique la complémentarité de l’animal et de l’environnement. »

5 Prenons un exemple dans un tout autre domaine, le ski. Apprendre à skier nécessite de parvenir à utiliser les propriétés relatives des skis et d’un sol couvert de neige permettant de descendre une pente, sans tomber, à bonne vitesse. C’est ce que suggère clairement une étude déjà ancienne de Famose et collaborateurs (1977). Dans cette expérience les auteurs comparent l’apprentissage du ski par des enfants mis en présence soit d’un « modèle », soit d’un « environnement enrichi » offrant de nombreuses possibilités permettant la découverte des propriétés du couplage ski/pente enneigée. Les résultats montrent que les enfants du deuxième groupe progressent plus rapidement que les autres, suggérant ainsi que l’apprentissage d’une habileté complexe nécessite non seulement la perception des propriétés du contexte relativement à l’action, mais aussi leur intégration dans l’action. Les coordinations motrices observées dans une activité fonctionnelle ne seraient pas apprises pour elles-mêmes, mais seraient la conséquence de la maîtrise de l’environnement dans la réalisation d’un but donné.

6 C’est après un demi-siècle de censure soviétique que la communauté scientifique a pu découvrir le manuscrit de ce texte qui, écrit dans les années quarante, ne sera publié en russe qu’en 1992 puis en anglais en 1996.

7 La calcédoine fait un peu plus de 7 sur l’échelle de Mohs (échelle de dureté), tandis que le verre fait un peu moins.

8 Les types de perle sont décrits dans le chapitre 1 et illustrés dans le rabat de la troisième de couverture.

9 Nous n’avons pu obtenir des ébauches en verre et en pierre de mêmes dimensions. Les ébauches en pierre avaient été commandées. Malheureusement, elles n’étaient pas prêtes à notre arrivée et il ne fut pas possible de les faire tailler au fur et à mesure de l’expérimentation étant donné des problèmes d’artisans et de matière première.

10 L’accéléromètre fabriqué par la firme entran possède les caractéristiques suivantes : range, + ou - 250 g ; fréquence propre, 3 000 Hz ; précision, + ou - 0,2 m/s2.

11 Sur une préforme parfaitement sphérique, il est bien évident que l’on ne peut plus distinguer entre faces paires et impaires.

Notes de fin

1 Nous tenons à remercier chaleureusement les artisans qui ont accepté de se plier à une situation inhabituelle. Nos remerciements vont également aux différentes institutions qui ont financé cette recherche : le ministère de l’Éducation nationale dans le cadre des actions « Sciences de la cognition », le gdr 957 (Sciences cognitives de Paris) et l’Institut français de Pondichéry.

Table des illustrations

Légende FIG. 1. La perle à ses différents stades de fabrication : du galet à la préforme. – The different stages of bead fabrication from cobble to preform (cobble, roughout, preform)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/8728/img-1.jpg
Fichier image/, 152k
Légende FIG. 2. Opérations élémentaires suivies pour transformer une ébauche parallélépipédique en une préforme subcylindrique. – The elementary operations followed in order to transform a parallelepipedal roughout into a subcylindrical preform.Régularisation de la pièceRégularisation de la forme de l’ébauche et des crêtes ; cette opération est faite par enlèvements transversaux et a pour but principal un flutage réussi des crêtes.Préparation des extrémitésCette opération consiste à préparer les micro-plans de frappe nécessaires au détachement des crêtes ou des enlèvements en axe.Flutage des crêtesEnlèvement des crêtes à partir des sommets.Enlèvement en axe à partir des sommetsCes enlèvements sont comparables à des lamelles et ont pour but la mise en forme de la perle.Réduction des crêtes résiduellesCette réduction se fait par petits enlèvements transversaux, une fois les flutages terminés (à moins d’en compromettre la réussite).Finition des extrémitésLa finition se fait par petits enlèvements en axe
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/8728/img-2.jpg
Fichier image/, 156k
Titre TABLEAU 1. Résumé des situations expérimentales. – Summary of the experimental situations.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/8728/img-3.jpg
Fichier image/, 132k
Légende FIG. 3. Les ébauches parallélépipédiques sont transformées en ellipsoïdes bitronquées à section circulaire, en ellipsoïdes bitronquées à section carrée et en sphéroïdes ; a) matériau : pierre, b) matériau : verre. Éch. = 0,4. – The parallelepipedal roughouts are transformed into bi-truncated ellipsoids with a circular section, bi-truncated ellipsoids with a square section, and spheroids ; a) material : stone ; b) material : glass. Scale = 0,4
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/8728/img-4.jpg
Fichier image/, 396k
Légende Fig. 4. Méthodes d’enregistrement des données. Une caméra est située dans l’axe du mouvement, tandis qu’un accéléromètre uniaxial fixé sur la tête du maillet est relié à un ordinateur. – Methods of data recording. A camera is situated in the axis of movement at the same time as an uniaxial accelerometer attached to the head of the mallet is linked to a computer
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/8728/img-5.jpg
Fichier image/, 188k
Légende FIG. 5. Modélisation d’une pierre. Les différentes parties grisées correspondent à des manques de matière a), à un surplus de matière b) ou à la pierre elle-même c). Pour calculer les différents indices, la pierre a été divisée en quatre parties. – Modelling of a stone. The different shaded areas correspond to a lack of material a), to a surplus of material b) or to the stone itself c). To calculate the different indices, the stone was divided into four parts
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/8728/img-6.jpg
Fichier image/, 72k
Légende FIG. 6. Diagramme représentant le déroulement de la séquence de taille dans le temps. Les parties tramées représentent les deux sommets à partir desquels sont effectuées les opérations. La trame pointillée correspond au sommet 1, la trame hachurée au sommet 2. L’absence de trame s’applique aux opérations de régularisation et de finition. La partie supérieure du diagramme indique l’ordre successif de flutage des crêtes pour chaque sommet (crêtes 1, 2, 3, 4). La partie inférieure retranscrit le déroulement des opérations. Celles-ci sont notées par un trait dont la longueur est proportionnelle à la durée. La succession des opérations est linéaire et suit l’échelle de temps indiquée sur l’axe des abscisses (en minutes). Abréviations utilisées : ca=régularisation, prép=préparation des extrémités, fl–=flutage raté, fl+=flutage réussi, e/axe=enlèvement en axe, rc=réduction de crêtes par enlèvements tansversaux, fi=finition des extrémités. – Diagram representing the course of the knapping sequence in time. The shaded-line areas represent the two summits from which the operations are performed. The dotted area corresponds to summit 1, the hatched area to summit 2. The non-shaded area corresponds to regularization and finishing operations. The upper part of the diagram indicates the successive order of the fluting of the crest for each summit (crests 1, 2, 3, 4,). The lower part reiterates the course of operations. These are noted by a line whose length is proportional to the duration. The succession of operations is linear and follows the scale of time indicated along the x axis. Abbreviations : ca=smoothing, prep=preparation of extremities, fl–=failed fluting, fl+=successful fluting, e/axe=removal in axis, rc=reduction of crests by transversal removals, fi=finishing of extremities
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/8728/img-7.jpg
Fichier image/, 116k
Légende FIG. 7. Les différentes stratégies possibles : a) stratégies de taille 1 et 2 caractérisées par l’ordre de succession des flutages répartis entre les deux sommets de la perle ; b) stratégies de taille 3 et 4 caractérisées par une alternance récurrente entre les opérations de régularisation et de flutage. – The différent possible strategies : a) knapping strategies 1 and 2, characterized by the successive order of flutings distributed between the two summits of the bead ; b) knapping strategies 3 and 4, characterized by a recurrent alternation between smoothing and fluting operations
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/8728/img-8.jpg
Fichier image/, 192k
Légende FIG. 8. Exemples d’un enregistrement accélérométrique correspondant à la taille d’une petite perle par un artisan du groupe 2. – Examples of an accelerometric recording corresponding to the knapping of a small bead by an artisan of group 2
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/8728/img-9.jpg
Fichier image/, 212k
Légende FIG. 9. Définition du modèle harmonique (cf. annexe 4). Superposition du signal accélérométrique et du signal reconstruit avec 300 harmoniques. Les flèches en trait plein indiquent une différence entre les valeurs du signal d’origine (accéléromètre) et la courbe reconstruite à partir du modèle harmonique, les flèches en traits discontinus indiquent une distance nulle entre les deux courbes. – Definition of a harmonic model (see Annex 4). Superimposition of the accelerometric signal, and the signal reconstructed with 300 harmonics. The solid-line arrows indicate a difference between the values of the original sequence (accelerometer) and the curve reconstructed from the harmonic model ; the dashed-line arrows indicate a null distance between the two curves
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/8728/img-10.jpg
Fichier image/, 84k
Légende 10. a) Pièces en pierre taillées par un artisan du groupe 1, In (rangée supérieure), et par un artisan du groupe 2, De (rangée inférieure) ; b) pièces en verre taillées par un artisan du groupe 1, In (rangée supérieure), et par un artisan du groupe 2, De (rangée inférieure). Éch. = 0,4. – a) Stone pieces knapped by a craftsman of group 1 (In) (top row), and by a craftsman of group 2 (De) (bottom row) ; b) glass pieces knapped by a craftsman of group 1 (In) (top row), and by a craftsman of group 2 (De) (bottom row). Scale = 0,4
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/8728/img-11.jpg
Fichier image/, 408k
Légende FIG. 11. Exemples de modélisation des perles expérimentales produites par des artisans des groupes 1 et 2. – Examples of modelling of experimental beads produced by craftsmen of groups 1 and 2
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/8728/img-12.jpg
Fichier image/, 200k
Légende FIG. 12. Moyennes et écarts-types des indices de sphéricité (surface et largeur) selon le groupe d’artisans et les dimensions des pièces en verre et en pierre. – Averages and standard deviations of sphericity indices (surface and width) by group of craftsmen and dimensions of glass and stone pieces
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/8728/img-13.jpg
Fichier image/, 140k
Légende FIG. 13. Moyennes et écarts-types des indices de symétrie (transversale et longitudinale) selon le groupe d’artisans et les dimensions des pièces en verre et en pierre. – Averages and standard deviations of indices of symmetry (transversal and longitudinal) by group of craftsmen and dimensions of glass and stone pieces
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/8728/img-14.jpg
Fichier image/, 132k
Légende FIG. 14. Moyennes et écarts-types des valeurs de la dérivée du contour (minimum et maximum) selon le groupe d’artisans et les dimensions des pièces en verre et en pierre. – Averages and standard deviations of the derivative with the contour (minimum and maximum) by group of craftsmen and dimensions of glass and stone pieces
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/8728/img-15.jpg
Fichier image/, 136k
Légende FIG. 15. Moyennes et écarts-types des surfaces d’aspérités et de creux selon le groupe d’artisans et les dimensions des pièces en verre et en pierre. – Averages and standard deviations of surfaces with asperities or hollows by group of craftsmen and dimensions of glass and stones pieces
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/8728/img-16.jpg
Fichier image/, 128k
Légende FIG. 16. Moyennes et écarts-types des largeurs et longueurs selon le groupe d’artisans et les dimensions des pièces en verre et en pierre. – Averages and standard deviations of lengths and widths by group of craftsmen and dimensions of glass and stone pieces
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/8728/img-17.jpg
Fichier image/, 132k
Légende FIG. 17. Exemple de changement de séquences au cours de la taille d’une série de huit petites perles en verre par un artisan du groupe 1 (In) et par un artisan du groupe 2 (De). (Rappelons que la trame pointillée correspond au sommet 1 et la trame hachurée au sommet 2.)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/8728/img-18.jpg
Fichier image/, 272k
Légende Example of changes in sequences during the process of knapping a series of eight small glass beads by a craftsman of group 1 (In) and by a craftsman of group 2 (De). (The dotted area corresponds to summit 1 and the hatched area to summit 2)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/8728/img-19.jpg
Fichier image/, 312k
Légende FIG. 18. Comparaison entre les séquences suivies pour tailler des petites perles en verre d’une part et des grandes perles en verre d’autre part, par un artisan du groupe 1 (In) et un artisan du groupe 2 (Su)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/8728/img-20.jpg
Fichier image/, 252k
Légende FIG. 19. Similitude de séquences suivies par deux artisans, l’un du groupe 1 (Ha), l’autre du groupe 2 (As), pour tailler des grandes perles en verre. – Similarity of sequences followed by two craftsmen, one from group 1 (Ha), the other from group 2 (As), to knap large glass beads
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/8728/img-21.jpg
Fichier image/, 224k
Légende FIG. 20. Similitude de séquences suivies par deux artisans, l’un du groupe 1 (Rn), l’autre du groupe 2 (Na), pour tailler des petites perles en verre. – Similarities between the sequences followed by two craftsmen, one from group 1 (Rn), the other from group 2 (Na), to knap smallglass beads
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/8728/img-22.jpg
Fichier image/, 92k
Légende Fig. 21. Moyennes des durées de taille (durées totale, de régularisation, de finition et durée relative) selon le groupe d’artisans et les dimensions des pièces en verre et en pierre. – Averages of knapping durations (total duration, of smoothing, of finishing, and relative duration) by group of craftsmen and dimensions of glass and stone pieces
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/8728/img-23.jpg
Fichier image/, 156k
Légende FIG. 22. Moyennes et écarts-types des valeurs du nombre relatif d’opérations selon le groupe d’artisans et les dimensions des pièces en verre et en pierre. – Averages and standard deviations of the relative number of operations by group of craftsmen and dimensions of glass and stone pieces
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/8728/img-24.jpg
Fichier image/, 60k
Légende FIG. 23. Coefficients de variation des différents indices temporels selon le groupe d’artisans et les dimensions des pièces en verre et en pierre. – Coefficients of variation of temporal indices by group of craftsmen and dimensions of glass and stone pieces
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/8728/img-25.jpg
Fichier image/, 180k
Légende FIG. 24. Coefficients de variation de la durée partielle de taille des grandes perles en verre et des petites perles en verre donnés pour chaque artisan des groupes 1 et 2. – Coefficients of variation of the relative knapping duration of large and small glass beads given for each craftsman from group 1 and 2
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/8728/img-26.jpg
Fichier image/, 132k
Légende FIG. 25. Durées de flutage selon les groupes, le matériau et la forme. a) Comparaison des temps de flutage selon les groupes ; b) comparaison des temps de flutage selon le matériau. – Durations of fluting by group, material and form, a) Comparison of fluting duration bygroup ; b) comparison offluting duration by material
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/8728/img-27.jpg
Fichier image/, 144k
Titre TABLEAU 3. Valeurs moyennes de l’accélération du flutage pour chacun des artisans selon le groupe, le matériau et la forme à tailler. – Average values of fluting acceleration for each of the artisans, by group, material, and form produced.
Légende * p < 0,05.** p < 0,01.ns non significatif
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/8728/img-28.jpg
Fichier image/, 220k
Légende FIG. 26. Valeurs moyennes de l’accélération produite lors du flutage selon le groupe, le matériau et la forme : a) comparaison des valeurs d’accélération selon le matériau ; b) comparaison des valeurs d’accélération selon les dimensions de la perle à tailler. – Average values of acceleration produced during fluting by group, material and form : a) comparison of values of acceleration by material ; b) comparison of values of acceleration according to the dimensions of the bead to be knapped
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/8728/img-29.jpg
Fichier image/, 140k
Légende FIG. 27. Valeurs des coefficients de variations pour l’accélération lors du flutage selon le groupe, le matériau et la forme. – Coefficients of variation for acceleration during fluting by group, material and form
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/8728/img-30.jpg
Fichier image/, 76k
Légende FIG. 28. Comparaison artisan par artisan des accélérations de flutage selon la forme et le matériau : a) artisans du groupe 1 ; b) artisans du groupe 2. – Craftsman-by-craftsman comparison of fluting acceleration by form and material : a) craftsmen of group 1 ; b) craftsmen of group 2
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/8728/img-31.jpg
Fichier image/, 176k
Légende FIG. 29. Stabilité posturale : trajectoire du marteau juste avant et juste après le point de percussion dans le cas de flutage de l’arête de 7 centimètres d’une ébauche en verre pour un artisan du groupe 1 (a) et un artisan du groupe 2 (b). – Postural stability : trajectory of hammer just before and just after the point of percussion in the case of fluting a 7-centimeter long crest of a glass roughout, by a craftsman of group 1 (a) and a craftsman of group 2 (b)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/8728/img-32.jpg
Fichier image/, 112k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/8728/img-33.jpg
Fichier image/, 92k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/8728/img-34.jpg
Fichier image/, 92k
Légende FIG. 30. Les différents types de distribution de fréquence dans le cas des grandes perles ellipsoïdales (moyenne pour les 8 perles d’un type donné) :a) Distribution de fréquence pour deux artisans du groupe 1 ;b) Les différents types de patron de distribution de fréquence pour le groupe 2 : symétrique (étalée ou restreinte), dissymétrique. Les traits pleins correspondent aux perles en pierre, les traits discontinus aux perles en verre.– Different frequency distribution of large, ellipsoidal beads (average for the 8 beads of a given type), a) Frequency distribution for 2 craftsmen of group 1 ; b) The different patterns of frequency distribution for group 2 : symmetric (spread or restricted), asymmetric. The solid lines correspond to stone beads, the dashed lines to glass beads
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/8728/img-35.jpg
Fichier image/, 56k
Légende FIG. 31. Distribution de fréquence. a) Courbes de distribution de fréquence pour les perles sphériques (dabkā) en pierre pour cinq artisans du groupe 1 et cinq artisans du groupe 2. Distribution asymétrique pour le groupe 1, symétrique pour le groupe 2 (chaque courbe représente la moyenne sur 8 perles). b) Courbes de distribution de fréquence pour Ra du groupe 1 et As du groupe 2 : comparaison pour les dabkā entre la pierre et le verre (chaque courbe représente la moyenne sur 8 perles). – Frequency distribution. a) Frequency distribution curves for the spherical stone beads (dabkâ) of five craftsmen from group 1, and five craftsmen from group 2. Asymetrical distribution for group 1, symmetrical distribution for group 2 (each curve represents the average of 8 beads), b) Frequency distribution for Ra from group 1, and As from group 2 : comparison for stone and glass dabkā (each curve represents the average of 8 beads)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/8728/img-36.jpg
Fichier image/, 132k
Légende FIG. 32. Exemples de régression harmonique pour différents sujets, pour la taille des perles sphériques en pierre. a) Courbes de régression harmonique pour deux artisans du groupe 1 (In et Ha) (chaque courbe correspond à la taille d’une perle) ; b) courbes de régression harmonique pour deux artisans du groupe 2 ayant pour l’un une stratégie très rigide (Sa), et l’autre une stratégie beaucoup plus variable (Hk) (chaque courbe correspond à la taille d’une perle). – Examples of harmonic regression for different subjects, for the knapping of spherical stone beads. a) Harmonic regression curves for two artisans of group 1 (In and Ha) (each curve corresponds to the knapping of one bead) ; b) harmonic regression curves for two craftsmen of group 2, one having a very rigid strategy (Sa), the other having a much more variable strategy (Hk) (each curve corresponds to the knapping of one bead)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/8728/img-37.jpg
Fichier image/, 132k
Légende FIG. 33. Courbes moyennes de régression harmonique pour les sujets des deux groupes. Chaque courbe représente la moyenne de toutes les perles d’une catégorie taillées pour un groupe de sujets (n = 48). a) Grandes perles ellipsoïdales en pierre (trait plein) et en verre (trait discontinu) pour chacun des groupes d’artisans ; b) perles sphériques en pierre (trait plein) et en verre (trait discontinu) pour chacun des groupes d’artisans. – Average curves ofharmonic regression for subjectsfrom both groups. Each curve represents the averages of all beads of a category for a group of subjects (n = 48). a) Large, ellipsoidal stone beads (solid line) and glass beads (dashed line) for each group of craftsmen ; b) spherical stone beads (solid line) and glass beads (dashed line) for each group of artisans
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/8728/img-38.jpg
Fichier image/, 128k
Légende FIG. 34. Valeurs moyennes des écarts au modèle selon le groupe, la forme à tailler et le matériau : a) comparaison selon le groupe ; b) comparaison selon la forme ; c) comparaison selon le matériau à tailler. – Average values of deviationsfrom the model, by group, form produced, and material. a) Comparison by group. b) Comparison by form. c) Comparison by material
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/8728/img-39.jpg
Fichier image/, 72k
Légende FIG. 35. Comparaison de l’adéquation au modèle selon le groupe, la forme et le matériau. – Comparison of the appropriateness to the model, by group, form, and material
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/8728/img-40.jpg
Fichier image/, 72k
Titre TABLEAU 3. Moyennes et écarts-types des valeurs prises par les indices morphologiques techniques et techno-économiques des petites perles en verre du groupe 1
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/8728/img-41.jpg
Fichier image/, 312k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/8728/img-42.jpg
Fichier image/, 52k
Légende CG correspond au centre (de gravité) de la forme ;A et Β correspondent aux deux axes ;X et Y correspondent aux points appartenant à l’ellipse ;L et l correspondent respectivement à la longueur et la largeur de la préforme ;θ correspond à l’angle décrivant l’ellipse
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/8728/img-43.jpg
Fichier image/, 48k
Titre TABLEAU 1. Moyennes et écarts-types des valeurs prises par les indices morphologiques techniques et techno-économiques répartis entre les groupes 1 et 2.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/8728/img-44.jpg
Fichier image/, 316k
Titre TABLEAU 1. Moyennes et écarts-types des valeurs prises par les indices morphologiques techniques et techno-économiques répartis entre les groupes 1 et 2.
Légende * p < 0,05, ** p < 0,01, *** p < 0,001
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/8728/img-45.jpg
Fichier image/, 304k
Titre TABLEAU 2. Moyennes et écarts-types des valeurs prises par les indices morphologiques techniques et techno-économiques des grandes perles en verre du groupe 1
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/8728/img-46.jpg
Fichier image/, 304k
Titre TABLEAU 4. Moyennes et écarts-types des valeurs prises par les indices morphologiques techniques et techno-économiques des grandes perles en pierre du groupe 1
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/8728/img-47.jpg
Fichier image/, 308k
Titre TABLEAU 5  Moyennes et écarts-types des valeurs prises par les indices morphologiques techniques et techno-économiques des petites perles en pierre du groupe 1
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/8728/img-48.jpg
Fichier image/, 304k
Titre TABLEAU 6. Moyennes et écarts-types des valeurs prises par les indices morphologiques techniques et techno-économiques des grandes perles en verre du groupe 2
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/8728/img-49.jpg
Fichier image/, 308k
Titre TABLEAU 7. Moyennes et écarts-types des valeurs prises par les indices morphologiques techniques et techno-économiques des petites perles en verre du groupe 2
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/8728/img-50.jpg
Fichier image/, 308k
Titre TABLEAU 8. Moyennes et écarts-types des valeurs prises par les indices morphologiques techniques et techno-économiques des grandes perles en pierre du groupe 2
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/8728/img-51.jpg
Fichier image/, 308k
Titre TABLEAU 9. Moyennes et écarts-types des valeurs prises par les indices morphologiques techniques et techno-économiques des petites perles en pierre du groupe 2
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/8728/img-52.jpg
Fichier image/, 304k
Titre TABLEAU 1. Moyennes et écarts-types des valeurs prises par les indices relatifs à la structure temporelle du cours d’action répartis entre les groupes 1 et 2
Légende Les durées sont données en secondes
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/8728/img-53.jpg
Fichier image/, 380k
Titre TABLEAU 2. Moyennes et écarts-types des valeurs prises par les indices relatifs à la structure temporelle du cours d’action observés lors de la taille des grandes perles en verre.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/8728/img-54.jpg
Fichier image/, 352k
Titre TABLEAU 3. Moyennes et écarts-types des valeurs prises par les indices relatifs à la structure temporelle du cours d’action observés lors de la taille des petites perles en verre.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/8728/img-55.jpg
Fichier image/, 352k
Titre TABLEAU 4. Moyennes et écarts-types des valeurs prises par les indices relatifs à la structure temporelle du cours d’action observés lors de la taille des grandes perles en pierre.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/8728/img-56.jpg
Fichier image/, 376k
Titre TABLEAU 5. Moyennes et écarts-types des valeurs prises par les indices relatifs à la structure temporelle du cours d’action observés lors de la taille des petites perles en verre.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/8728/img-57.jpg
Fichier image/, 352k
Titre TABLEAU 6. Coefficients de variations (écart-types sur moyenne) des valeurs prises par les indices relatifs à la structure temporelle du cours d’action
Légende Les coefficients mesurent par type de perle, la variabilité intra-individuelle au sein des deux groupes d’artisans
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/8728/img-58.jpg
Fichier image/, 148k
Titre TABLEAU 7. Coefficients de variations (écart-types sur moyenne) des valeurs prises par les indices relatifs à la structure temporelle du cours d’action
Légende Les coefficients mesurent pour chaque artisan, la variabilité intra-individuelle lors de la production des grandes perles en verre
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/8728/img-59.jpg
Fichier image/, 192k
Titre TABLEAU 8. Coefficients de variations (écart-types sur moyenne) des valeurs prises par les indices relatifs à la structure temporelle du cours d’action
Légende Les coefficients mesurent pour chaque artisan, la variabilité intra-individuelle lors de la production des grandes perles en verre.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/8728/img-60.jpg
Fichier image/, 100k
Titre TABLEAU 9. Coefficients de variations (écart-types sur moyenne) des valeurs prises par les indices relatifs à la structure temporelle du cours d’action
Légende Les coefficients mesurent pour chaque artisan, la variabilité intra-individuelle lors de la production des grandes perles en verre.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/8728/img-61.jpg
Fichier image/, 184k
Titre TABLEAU 10. Coefficients de variations (écart-types sur moyenne) des valeurs prises par les indices relatifs à la structure temporelle du cours d’action
Légende Les coefficients mesurent pour chaque artisan, la variabilité intra-individuelle lors de la production des grandes perles en verre
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/8728/img-62.jpg
Fichier image/, 212k
Titre TABLEAU 1. Valeurs moyennes et écarts-types de la durée du flutage pour chaque artisan pour toute combinaison de forme et de matériau.
Légende Valeurs moyennes et écarts-types (entre parenthèses) de la durée du flutage (en millisecondes) pour chaque artisan pour toute combinaison de forme (grande ellipsoïdale et petite ellipsoïdale) et de matériau (pierre et verre). Chaque valeur représente la moyenne de 32 à 42 flutages
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/8728/img-63.jpg
Fichier image/, 156k
Titre TABLEAU 2. Valeurs moyennes et écarts-types (entre parenthèses) des écarts au modèle tel que calculé par la formule donnée en introduction à l’annexe 1.
Légende Chaque valeur représente la moyenne calculée sur les 8 perles taillées pour chaque combinaison de forme (grande ellipsoïdale et sphérique) et de matériau (pierre et verre)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/8728/img-64.jpg
Fichier image/, 212k
Titre TABLEAU 3. Durées moyennes de flutage par groupe pour chaque combinaison de matériau (pierre et verre) et de forme (grande ellipsoïdale et petite ellipsoïdale).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/8728/img-65.jpg
Fichier image/, 60k
Titre TABLEAU 4. Accélérations moyennes (m/s2) de flutage par groupe pour chaque combinaison de matériau (pierre et verre) et de forme (grande ellipsoïdale et petite ellipsoïdale).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/8728/img-66.jpg
Fichier image/, 72k
Titre TABLEAU 5. Écarts moyens au modèle harmonique par groupe pour chaque combinaison de matériau (pierre et verre) et de forme (grande ellipsoïdale et petite ellipsoïdale).
Légende La moyenne est calculée sur les 8 séquences de taille correspondant à chaque situation expérimentale
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/8728/img-67.jpg
Fichier image/, 73k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540